Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2016

Pauline Picco, Liaisons dangereuses. Les extrêmes droites en France et en Italie (1960-1984)

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, (Histoire), 301 pages, 22 €
Charlotte Moge
Bibliographical reference

Pauline Picco, Liaisons dangereuses. Les extrêmes droites en France et en Italie (1960-1984), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, (Histoire), 301 pages, 22 €

Full text

1Le livre de Pauline Picco – tiré de sa thèse de doctorat et préfacé par Michelle Zancarini-Fournel – reconstitue une histoire croisée des extrêmes droites française et italienne sur plus de vingt ans. L’historienne a choisi une perspective innovante en s’intéressant aux parcours personnels des activistes et à leurs relations, de part et d’autre des Alpes. Ces itinéraires révèlent les réseaux, les circulations idéologiques et culturelles qui créent une culture politique commune ainsi que les étapes de la construction de réseaux transalpins d’extrême droite. Ceux-ci s’insèrent dans un horizon de lutte résolument européen voire mondial, structuré par le contexte de décolonisation et de Guerre Froide. Le panel de sources mobilisées – périodiques et revues des différents groupes d’extrême droite française et italienne, archives judiciaires, notes des services de renseignement et correspondances privées – est extrêmement riche et permet à l’historienne de recouper les informations (malgré l’embargo sur certaines archives françaises) pour montrer combien ces réseaux de solidarité militante sont avant tout basés sur des liens personnels et des affinités idéologiques.

2L’ouvrage est composé de trois parties analysant tout d’abord les réseaux et les soutiens dont ont bénéficié les militants de l’Organisation armée secrète (OAS) en Italie, puis la constitution d’une « communauté de combat » en montrant comment les réseaux OAS ont soutenu le terrorisme de matrice néofasciste en Italie à partir de 1969, et, enfin, la relation privilégiée qui s’établit au fil du temps, à travers les relations individuelles et les transferts idéologiques, entre les partis d’extrême droite français et le Movimento Sociale Italiano (MSI).

3L’historienne commence donc par s’interroger sur la présence en Italie des militants de l’OAS. Dès 1960, l’Italie apparaît d’abord comme un « espace de transit » (p. 32) puis, après 1962, comme un des lieux de réunion des partisans de l’Algérie française (au même titre que l’Espagne franquiste ou le Portugal salazariste). Les relations franco-italiennes se tissent donc autour du combat pour l’Algérie française. L’anticommunisme viscéral des différents individus apparaît également comme « dénominateur idéologique commun » (p. 64) qui permet aux membres éminents de l’OAS de bénéficier non seulement de l’« action bienveillante » (p. 44) des services militaires de renseignements italiens chargés de surveiller leur dangerosité mais aussi du soutien de certains hommes politiques italiens de droite et d’extrême droite.

4Le MSI est évidemment aux avant-postes, par la voix de ses organisations de jeunesse et de ses revues, qui insèrent le combat pour l’Algérie française dans une rhétorique nationaliste et traduisent des documents de propagande français, témoignant ainsi des transferts idéologiques. Toutefois, le soutien à l’OAS fait émerger des dissensions stratégiques importantes au sein du MSI, entre la ligne d’intégration au système démocratique promue par la direction et les jeunes qui se posent en défenseurs d’un « combat occidentaliste, européiste et anticommuniste » (p. 51). L’étude des parcours individuels – comme celui d’Enzo Generali – montre comment les liens entre les activistes et leurs soutiens se nouent et se renforcent au sein de l’Union Méditerranée anti-communiste (UMAC) et permet ainsi de reconstruire les connexions entre l’OAS, certains courants catholiques proches du Vatican, le MSI et certains membres éminents de la Démocratie Chrétienne.

5L’historienne montre ensuite quels sont les ressorts idéologiques et culturels qui favorisent la construction d’une « communauté de mémoires », basée sur la postérité de la lutte OAS en Italie. Le mythe « para » renvoie à des valeurs comme l’honneur et la fidélité du combattant (réactivant la figure intemporelle de l’homme nouveau élaborée par l’idéologie fasciste) et le mythe OAS encense le « combat d’une minorité pour une cause perdue » (p. 82). Ces deux mythes – dont la pérennité est une spécificité italienne – l’exaltation du fascisme et la déconstruction du mythe résistancialiste participent ainsi de la construction d’une mémoire commune et d’une culture militante transnationale qui forgent l’identité politique des activistes des années soixante du xxe siècle. Dans le contexte de la décolonisation, le nationalisme devient une défense de l’Europe et l’horizon de lutte s’élargit à l’Occident tout entier. Le combat de l’OAS devient donc la « matrice du combat nationaliste » (p. 98), favorisant les échanges entre les groupes et mouvements d’extrême droite des différents pays européens.

6La deuxième partie s’ouvre sur l’étude de l’existence d’une « communauté de combat » occidentale partageant une vision raciste du monde qui découle de l’idéologie nazie et de la politique raciale fasciste. La défense de l’Occident s’assimile alors à la défense plus généralisée de la « race blanche » qui serait mise en péril par le complot subversif des communistes et des étrangers. L’analyse minutieuse des revues françaises et italiennes révèle que la figure honnie de l’étranger, assimilé à l’ennemi intérieur de l’Occident, se construit notamment à travers la dénonciation d’un « racisme nègre » (p. 113), concept-souche du « racisme anti-blanc » dénoncé de nos jours par le Front national (FN). En échange du soutien affiché au régime salazariste et à la politique d’Apartheid en Afrique du Sud et en Rhodésie, les périodiques reçoivent des financements de ces régimes. Dans la deuxième moitié des années 1960, l’historienne note une polarisation autour de l’Espagne et du Portugal, où les dirigeants des groupes d’extrême droite européens se rencontrent pour créer une Internationale fasciste. En Italie, la théorisation de la « guerre révolutionnaire » contre la subversion communiste et la consolidation des liens entre différentes structures d’extrême droite et les services secrets militaires semblent poser les prémices de la stratégie de la tension.

7Pauline Picco s’attache ensuite à examiner le rôle-clé de l’agence de presse Aginter, une structure transnationale créée à Lisbonne en 1966, composée entre autres d’anciens membres de l’OAS et financée par la PIDE, la police salazariste. L’agence mobilise les réseaux d’extrême droite en développant trois types d’activité anticommuniste (journalisme, renseignement et action armée) et apparaît comme « un maillon de la guerre contre-subversive menée contre le communisme par les services de renseignements des puissances occidentales » (p. 129). Sans pouvoir démontrer – par manque de sources fiables – l’existence « d’un vaste projet anti-subversif », l’historienne souligne « la conjonction manifeste d’intérêts entre les objectifs de certaines structures de renseignements occidentaux, les actions menées par l’Aginter presse et la vague terroriste qui touche l’Italie à partir de 1969 » (p. 130). Elle met brillamment au jour le faisceau d’indices démontrant, d’une part, la « dimension activiste fondamentale » (p. 139) des rapports entre la branche clandestine de l’agence (Ordre et Tradition) et les groupes extra-parlementaires italiens passés à la lutte armée (Ordine Nuovo et Avanguardia Nazionale) et, d’autre part, l’implication du SID dans le depistaggio de l’enquête de la strage de Piazza Fontana. Les réseaux de l’Aginter sont actifs au niveau national, européen mais aussi international, comme l’atteste la présence de mercenaires en Amérique du Sud et en Afrique équatoriale.

8L’historienne analyse également le soutien français au terrorisme d’extrême droite italien, s’intéressant à Franco Freda, véritable « passeur idéologique et générationnel » (p. 159). Par son activité de libraire et d’éditeur, il contribue à diffuser la pensée de Julius Evola tandis que son œuvre doctrinale prônant « la destruction du système par la violence » (p. 161) répond aux aspirations des jeunes militants et participe du renouvellement idéologique majeur de l’extrême droite. Les procédures judiciaires lancées à son encontre contribuent d’une part à diffuser son œuvre à l’international et, d’autre part, à faire de lui un « martyr du système » (p. 163). Freda bénéficie de la solidarité militante des activistes européens, et notamment des réseaux nationalistes-révolutionnaires français. La France a constitué une « base arrière du terrorisme italien » (p. 165) car de nombreux activistes italiens impliqués dans les stragi « ont transité ou résidé en France, à un moment ou à un autre » grâce au soutien de leurs homologues français. Le lien du Movimento Politico Ordine Nuovo (MPON) avec les Phalanges libanaises est également essentiel : le Proche Orient apparaît en effet comme un lieu de formation paramilitaire pour les activistes européens d’extrême droite. En outre, l’Institut Européen de Recherche et d’Études Politiques, lié à une partie de l’extrême droite légaliste française, a apporté un soutien logistique aux exilés.

9La troisième partie commence par l’analyse passionnante des passerelles idéologiques entre la France et l’Italie qui forgent une culture politique commune. Les revues sont un support fédérateur qui contribue à renforcer et à diffuser une identité et une mémoire partagée des deux côtés des Alpes. Les périodiques italiens érigent les penseurs d’extrême droite français (Brasillach, Bardèche, Drieu La Rochelle, Céline) en véritables figures tutélaires. L’historienne fait émerger les affinités idéologiques entre les différentes revues françaises et italiennes, insiste sur la circulation des articles ainsi que sur l’importance des librairies et des maisons d’édition, qui sont des lieux d’échanges et de rencontres essentiels. Les collaborations éditoriales, bien que mouvementées, contribuent à la structuration de réseaux franco-italiens qui perdurent dans les années 1970.

10À la fin des années 1960, malgré sa difficulté à compter au niveau national, le MSI fait figure de leader au sein de l’extrême droite européenne et s’impose comme un modèle pour l’extrême droite française en cours d’unification. Dès sa création en 1969, Ordre Nouveau (ON) établit de solides relations bilatérales avec le MSI, qui apporte un « soutien idéologique, propagandiste et financier » (p. 234). La ligne politique du MSI portée par Almirante – visant à rompre officiellement avec le fascisme pour faire du parti une alternative au système – inspire largement les dirigeants d’ON qui créent le Front National. Cette stratégie de dédiabolisation s’accompagne d’une victimisation permanente pour justifier le recours à la violence, qui ne serait qu’une défense contre les agressions gauchistes. Les liens entre le FN et le MSI sont d’autant plus renforcés que le parti français adopte la flamme tricolore comme symbole, s’appropriant ainsi l’héritage du parti italien.

11Le dernier chapitre met au jour les déséquilibres et les dépendances entre les partis français et italiens. Pauline Picco montre que le soutien financier du MSI est essentiel pour la survie de l’extrême droite française. Après la dissolution d’ON, le MSI mène un double jeu en finançant le FN et le Parti des forces nouvelles (PFN). En retour, il bénéficie d’un « appui militant et opérationnel » (p. 248) de la part des Français. Enfin, l’historienne s’intéresse à la coalition Eurodroite et publie en intégralité deux notes des services de renseignement italiens qui relativisent et questionnent l’hypothèse d’un financement italien de l’extrême droite française. Ces documents révèlent l’existence d’un financement occulte de la coalition et du MSI, qui semble confirmé par l’existence de relations interpersonnelles très étroites entre les différents acteurs.

12Cette étude croisée des parcours individuels et des réseaux transnationaux révèle ainsi que les extrêmes droites française et italienne entretiennent des relations bilatérales et pérennes grâce aux liens qui unissent les différents activistes. L’historienne démontre avec talent combien « les solidarités militantes constituent un élément identitaire fondamental dans la sociabilité d’extrême droite » (p. 260). Ce travail représente indéniablement un apport historiographique conséquent pour l’histoire du temps présent des deux pays ainsi que pour l’étude des transferts idéologiques, politiques et culturels de l’extrême droite européenne.

Top of page

References

Electronic reference

Charlotte Moge, « Pauline Picco, Liaisons dangereuses. Les extrêmes droites en France et en Italie (1960-1984) », Laboratoire italien [Online], Lectures, 2016, Online since 27 September 2016, connection on 22 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/1014

Top of page

About the author

Charlotte Moge

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page