Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Massimo D’Azeglio, Epistolario (1819-1866)

Carlo Ghisalberti
p. 274-276
Bibliographical reference

Massimo D’Azeglio, Epistolario (1819-1866), Georges Virlogeux dir., Turin, Centro Studi Piemontesi, 2007, vol. VI, 594 pages, 36 €.

Full text

1Sixième partie de la précieuse correspondance de Massimo D’Azeglio, dont la collecte sollicite depuis tant d’années l’intelligence et l’énergie de Georges Virlogeux, ce volume embrasse une période extrêmement importante de l’activité développée par l’homme politique subalpin comme président du Conseil des ministres du royaume de Sardaigne. C’était une charge que le « moderato realizzatore » (ainsi que l’avait défini Alberto Maria Ghisalberti) avait acceptée en mai 1849, à un moment très difficile pour le petit État, au lendemain de la tragique défaite de Novara et de la chute du gouvernement Gioberti.

2Le cinquième volume de cette correspondance, publié par Virlogeux en 2002, avait mis en lumière la façon dont « cet artiste en politique, avide de liberté, contraint à une intensité de travail qu’il n’avait jamais connue, sauf lorsque il était transporté et soutenu par l’inspiration et l’enthousiasme de la création artistique », avait pu affronter la dure et dramatique réalité du gouvernement du pays après cette défaite.

3La proclamation royale de Moncalieri (Proclama di Moncalieri), dictée au souverain par D’Azeglio lui-même, et dont Walter Maturi dit que ce fut un acte de grande sagesse politique, et les élections du 9 décembre 1849 qui s’ensuivirent mirent un terme à la phase difficile du conflit avec la chambre élective, élue le 15 juillet 1849, hostile à la signature du traité de paix avec l’Autriche. Après avoir obtenu la ratification parlementaire du traité le 5 janvier 1850, l’artiste prêté à la politique put entreprendre l’œuvre de reconstruction du Piémont, sorti meurtri de la guerre perdue. Les démarches auprès de l’Autriche pour la concession d’une amnistie en faveur des patriotes du royaume lombardo-vénitien, les actions de soutien à l’émigration politique vers le Piémont de plus de huit mille sujets des autres États de la péninsule l’avaient totalement mobilisé jusqu’alors et lui avaient permis de réussir, grâce aussi à sa souplesse non dépourvue d’une réelle fermeté, à rendre moins rigides les conditions de la paix de Milan imposée par le vainqueur au Piémont vaincu. Ses indiscutables qualités de diplomate le portèrent également à resserrer les liens avec l’Angleterre, qui affichera dès lors son soutien à la cause italienne, et avec la France, dont l’aide se révèlera décisive durant la guerre de Lombardie en 1859. Le peintre, et homme de lettres, montrait ainsi qu’il savait exercer une activité politique intérieure et internationale essentielle pour le petit royaume, à la direction duquel il était arrivé non pas par amour du pouvoir, ambition qui lui était tout à fait étrangère, mais par la force des circonstances. Les lettres révèlent, en effet, très clairement que cette fonction lui était pénible, voire plutôt ennuyeuse, ainsi qu’il le montrait lors des discussions au parlement auxquelles il ne pouvait pas toujours se soustraire, et où il évitait de prendre trop souvent la parole. Il l’accomplissait toutefois pour l’amour de la patrie qui le dominait et pour le sens du devoir qui le liait à la dynastie et au roi qui lui avait confié cette lourde tâche. Il l’affirme à plusieurs reprises dans ses lettres. Certaines d’entre elles, peut-être, plus que d’autres, montrent quels sont ses vrais sentiments : « Ma vie d’à présent est un reniement continuel de toutes mes inclinations : une seule idée me console. Le soir, lorsque je vais me coucher, je pense que cinq millions d’hommes peuvent en faire autant et dormir tranquilles comme moi, et je pense que j’y suis pour quelque chose. Voir beaucoup de gens heureux ou tout au moins non malheureux grâce à soi, compense toutes les contrariétés et toutes les peines. » Ou bien, pensant aux responsabilités du pouvoir qui ont effacé les loisirs du passé, il déclare tristement : « Le bon temps de la peinture est passé. »

4Sceptique et désenchanté en apparence, D’Azeglio poursuivait malgré tout cette œuvre dont le fondement politique reposait sur la confiance absolue dans la monarchie constitutionnelle, cette forme de gouvernement, mise en place par le statut de Charles Albert en 1848, qu’il avait contribué à sauver durant les pénibles événements qui avaient compliqué l’après-guerre subalpin, à cause des désaccords internes et des menaces autrichiennes. La fidélité de D’Azeglio au régime constitutionnel qui constituait, avec le désir d’indépendance, une des plus fortes aspirations du libéralisme modéré, non seulement subalpin, et qu’il avait proclamée en 1847 avec la Proposta d’un programma per l’opinione nazionale italiana, allait se résumer dans l’affirmation « rien de plus que le Statuto et rien de moins ». Il s’agissait d’une affirmation, faite devant le parlement, qui allait être souvent citée comme témoignage et justification de la pensée et de la conduite politique d’un homme auquel le Piémont dut le salut de ces institutions constitutionnelles, sur lesquelles Cavour pourra construire ensuite un régime parlementaire assez proche de ceux de l’Occident libéral européen.

5C’est sur cette ligne du libéralisme occidental, menant à la laïcisation et à la sécularisation, que D’Azeglio affronta le choc avec le conservatisme et avec l’Église de Rome au moment de l’introduction des lois Siccardi, qui supprimaient le tribunal ecclésiastique et limitaient l’ingérence cléricale dans la vie du Piémont. Soutenant de son autorité de président du Conseil l’action du ministre, auteur du projet, et de Cavour, qui en partageait l’orientation, il résista aux menaces du Vatican et de l’épiscopat et aux pressions de tous les nostalgiques de l’alliance entre le trône et l’autel, ou plus simplement des catholiques de stricte observance fidèles au Saint-Siège, et sut remporter une des batailles les plus dures pour la modernisation du Piémont.

6La réorganisation du corps diplomatique, qui se révélera être un instrument essentiel de la future politique étrangère du royaume de Sardaigne, l’attention accordée au commerce international, qui contribuera à augmenter les ressources économiques du petit État, le début de la reconstruction de l’armée vaincue et démoralisée par la défaite doivent beaucoup à l’action de son ministère, même si parfois les contemporains ou les historiens ont tenté, peu généreusement, d’en attribuer les mérites davantage aux différents ministres qu’au président du Conseil.

7Les lettres de cette période, que l’infinie patience de Virlogeux a savamment rassemblées et ordonnées, les illustrant d’une multitude de notes d’explication et d’éclaircissement, les enrichissant de très précieux index (par ordre chronologique, par destinataires, de lieux, de personnes), et d’un regeste (des lettres à D’Azeglio de divers correspondants, avec index), nous restituent le sens de cette intense activité du président du Conseil. C’était une activité pas toujours appréciée de certains membres de son ministère qui, incapables d’en comprendre l’esprit, en critiquaient certains aspects. Il s’agit, en tous cas, de lettres qui nous révèlent parfois également la nostalgie et les regrets que D’Azeglio ressentait en ces années-là pour la peinture et pour l’œuvre littéraire qu’il avait dû abandonner, parce que l’amour de la patrie l’avait conduit, malgré lui peut-être, à gérer les affaires de l’État.

Top of page

References

Electronic reference

Carlo Ghisalberti, « Massimo D’Azeglio, Epistolario (1819-1866) », Laboratoire italien [Online], 8 | 2008, Online since 07 July 2011, connection on 16 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/102

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page