Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Introduction

Romain Descendre and Fabio Frosini
Translated by Livia Di Ianni
This article is a translation of:
Introduzione

Full text

  • 1 L’idée de fonder l’International Gramsci Society fut lancée pour la première fois en 1987, à l’occ (...)

11. L’approche du quatre-vingtième anniversaire de la mort d’Antonio Gramsci peut être l’occasion de faire un bilan des dernières acquisitions de la recherche sur sa pensée. En particulier, l’année 2017 se situe – dans une perspective italienne – à l’intérieur d’un cycle caractérisé par un très clair regain d’intérêt pour Gramsci, d’ailleurs étonnant sous certains aspects. Le début de ce cycle peut être approximativement fixé entre la fin des années quatre-vingt et le début des années quatre-vingt-dix du siècle passé, et symboliquement résumé par deux faits qui, ce n’est pas un hasard, sont de nature scientifique et non directement politique. Nous parlons de la fondation, en 1991, de l’International Gramsci Society et du lancement, en 1990, du projet pour l’Édition nationale des écrits d’ Antonio Gramsci1.

  • 2 On peut en trouver les actes dans La crisi del soggetto. Marxismo e filosofia in Italia negli anni (...)

2Ces deux événements importants sont, comme on l’a dit, d’abord marqués par une forte caractérisation scientifique, plus que politique, ce qui n’est pas fortuit. Ils sont en effet, à leur tour, lisibles comme des réactions à ce qui advint dans la décennie précédente – ou plus précisément lors des quinze dernières années –, c’est-à-dire l’éloignement progressif du Parti communiste italien (PCI) de l’héritage idéal que désignait le nom de Gramsci. Ce passage, qui se répartit en réalité tout au long des années soixante-dix et qui, dans la décennie suivante, connaît une accélération qui le rend évident aux yeux d’un public plus large, se relie également à ce qui, dans un colloque récent, a été bien défini comme “la crise du sujet”2, c’est-à-dire la crise et, à bien des égards, la dissolution de cette force organisée – le parti politique de masse – qui, dans le quart de siècle précédent, avait réussi à être l’acteur principal de la modernisation de la société italienne.

  • 3 Sur le plan philosophique, voir l’important volume Crisi della ragione. Nuovi modelli nel rapporto (...)
  • 4 Cette centralité fut à son tour le fruit d’une opération politico-culturelle complexe réalisée par (...)
  • 5 Voir G. Liguori, Gramsci conteso. Interpretazioni, dibattiti e polemiche. 1922-2012, nouvelle édit (...)
  • 6 Titre du chapitre cité à la note précédente : « Dieci anni “a luci spente” (1978-1986) ».

3Une telle crise produisit des effets et se manifesta à différents niveaux et sous les formes les plus variées3. Dans le domaine des études gramsciennes, étant donné que Gramsci, surtout dans les années soixante et soixante-dix, avait été l’un des plus forts ancrages de l’élaboration théorique interne au PCI4, cela se manifesta principalement par une dramatique et rapide diminution d’intérêt, ce fait étant signalé par la quasi-absence de publications d’importance au cours des années quatre-vingt5. L’International Gramsci Society et l’Édition nationale vont donc à l’encontre de ce scénario, qui peut être résumé comme une décennie « toutes lumières éteintes »6. Ces deux projets réagissent à un tel état des choses en prenant acte du début d’une nouvelle étape, qu’ils interprètent de deux façons qui ne sont certes pas parfaitement identiques mais qui ne sont pas non plus incompatibles.

  • 7 V. Gerratana, « Gramsci nel mondo », Emigrazione Filef, XIX, 8-9, 1987, p. 5.
  • 8 Ibidem.

4L’idée d’une International Gramsci Society naît au moment où, grâce également aux contacts internationaux croissants des chercheurs italiens, la discordance devient évidente entre l’oubli dans lequel Gramsci est plongé dans la Péninsule et l’« extraordinaire diffusion »7 de l’intérêt qu’il suscite, surtout dans les domaines linguistiques anglophones, lusophones et hispanophones. Celui qui enregistrait ce fait en 1987, Valentino Gerratana, ajoutait aussi que l’aspect le plus intéressant de cette diffusion était son caractère « totalement spontané »8, soulignant ainsi l’absence d’un “sujet” organisé capable de se faire le promoteur de cette diffusion et de la diriger. L’International Gramsci Society apparut donc à l’intersection entre cet intérêt diffus et l’aspiration à lui donner une forme ; aspiration qui, pour lesdites raisons, se proposa dès le début sous la forme de la libre association entre chercheurs, sympathisants et personnes intéressées, éparpillés dans le monde entier. La base internationale et associative de l’IGS caractérisa donc de façon tout à fait novatrice sa nature par rapport aux précédentes expériences d’étude et de recherche dans le domaine gramscien, et en détermina fortement la vocation, lui donnant aussi une caractéristique propre par rapport au projet d’Édition nationale des écrits. L’IGS était (et est encore) en effet une expérience dans laquelle l’auto-organisation de groupes de chercheurs dans différentes parties du monde redéfinit profondément le caractère “politique” de l’intérêt pour le penseur sarde. Ce caractère n’est pas effacé, peut-être même est-il exalté par la nature “horizontale” de l’association ; mais en même temps, la liaison entre l’IGS et des partis politiques déterminés est rendue impossible.

5L’origine du projet de l’Édition nationale est différente. Il naît dans le contexte de la Fondazione Istituto Gramsci, qui, dès le début, en a été le centre de coordination et d’impulsion. L’idée présidant à l’ensemble du projet peut être mise en lumière si l’on pense au caractère même d’une Édition nationale, établie par décret du président de la République, pour les auteurs qui sont considérés comme particulièrement représentatifs de la culture de la “nation” tout entière. La réponse à la fin du lien entre PCI et recherche gramscienne, et, par la suite, à la fin même du PCI et à la série des transformations successives de ce qui en est issu, a donc été, par un mouvement principalement “institutionnel”, la volonté de transformer Gramsci en un “classique” de la culture italienne, au même titre que Dante, Machiavel, Galilée, Vico, Leopardi, Manzoni. Là encore, comme pour l’IGS, la valeur politique du travail sur Gramsci n’est pas neutralisée mais déplacée sur un autre plan. En effet, le fait de déterminer quels sont les points de repères “fondateurs” d’une culture nationale possède une importance politique de fond, étant donné que cela influe sur les grands choix idéaux qui se résument dans la constitution d’un “modèle” à proposer pour l’éducation des nouvelles générations.

  • 9 Voir notamment la coorganisation du colloque de 2007, Gramsci le culture e il mondo (G. Schirru éd (...)

62. En résumant, on pourrait illustrer les vingt-cinq dernières années de recherche sur Gramsci en Italie comme une lente “remontée” à la surface, à partir d’un effondrement soudain créé par la fin d’un cycle entier d’histoire nationale. Depuis quelques années, cette “remontée” est désormais terminée, et l’on peut dire qu’aujourd’hui on avance à nouveau en pleine lumière. De cet état de fait, nous pouvons ici énumérer certaines causes, qui ne sont qu’en partie fortuites. Il faut tout d’abord préciser que l’activité de l’IGS Italia (c’est-à-dire de la section italienne de l’IGS) et celle de la Fondation Institut Gramsci se sont, du moins à partir du début des années 2000, souvent croisées et superposées. Leurs nombreuses collaborations en sont le témoignage9 ; mais plus spécifiquement, les cycles de séminaires organisés à partir de 2001 par l’IGS Italia, d’abord sur Le lexique des Cahiers de prison, puis sur L’histoire des Cahiers de prison (ce dernier étant encore en cours aujourd’hui), sont liés à une perspective de “retour aux textes” et de renouvellement de l’étude de Gramsci sur des bases plus rigoureusement historiques et critiques, qui renvoient directement (si on laisse de côté les divergences sur des aspects particuliers) à l’esprit de l’Édition nationale.

  • 10 Lettres de A. Gramsci à T. Schucht du 3 août 1931, dans A. Gramsci-T. Schucht, Lettere 1926-1935, (...)
  • 11 Voir Valentino Gerratana « filosofo democratico », E. Forenza et G. Liguori éd., Rome, Carocci, 20 (...)
  • 12 Le parole di Gramsci, F. Frosini e G. Liguori éd., Rome, Carocci, 2004.
  • 13 Dizionario gramsciano 1926-1937, G. Liguori et P. Voza éd., Rome, Carocci, 2009.
  • 14 Colloque organisé en 2007 à Bari et Turi par la Fondazione Istituto Gramsci sur Gramsci nel suo te (...)
  • 15 Voir A. Gramsci, Quaderni del carcere, édition critique de l’Istituto Gramsci, V. Gerratana éd., T (...)

7De cette façon, tant dans le cadre de l’ IGS Italia que dans celui de l’Édition nationale, de nouvelles générations de chercheurs sur Gramsci se sont formées, qui ont adopté comme exigence fondamentale ces « provisions de scrupules méthodologiques » et cette « habitude de sévère discipline philologique » que Gramsci s’attribuait à lui-même comme un héritage de ses « études universitaires »10. Diverses publications11 témoignent de la contribution donnée par ces jeunes générations ; mais plus généralement, cette nouvelle étape se reflète dans un volume – Le parole di Gramsci12, de 2004 – qui rassemble les résultats du séminaire susmentionné sur le lexique des Cahiers, et dans un dictionnaire monumental, le Dizionario gramsciano 1926-1937 de 200913, qui compte 626 articles de 59 collaborateurs. Dans ces deux publications, les générations se sont entrelacées et superposées, et le monde des études sur Gramsci a pu constater de première main à quels résultats la nouvelle approche pouvait mener, en termes non seulement de nouvelle capacité à historiciser et à contextualiser14, mais aussi à adopter le critère du « rythme de la pensée », désigné par Gramsci dans les Cahiers de prison comme clef d’accès pour une reconstruction réaliste de la pensée de Marx, en l’appliquant à Gramsci lui-même15.

  • 16 G. Francioni, L’officina gramsciana. Ipotesi sulla struttura dei « Quaderni del carcere », Naples, (...)
  • 17 Voir en particulier G. Francioni, « Proposte per una nuova edizione dei “Quaderni del carcere” (Se (...)
  • 18 L’édition des Cahiers est dirigée par G. Francioni. Jusqu’à présent, seul le premier volume est pa (...)

8Dans ce sens, celui d’une reconstruction diachronique de la pensée de Gramsci dans les Cahiers de prison de façon à en retrouver le sens d’œuvre en devenir, non terminée, ouverte vers un “monde” avec lequel la pensée du prisonnier se confronte constamment, la grande rupture a été représentée par la publication de l’édition critique en 1975, dans laquelle l’éditeur scientifique, Valentino Gerratana, restituait les “cahiers” selon l’ordre dans lequel ils furent effectivement écrits. Cependant, la façon de valoriser et transformer effectivement cette édition en une base d’étude qui porterait même au-delà de celle-ci, a été démontrée par le livre L’officina gramsciana, publié en 1984 par Gianni Francioni16. Grâce à l’Officina, la “philologie gramscienne”, dans la partie qui concerne les Cahiers, a reçu une solide fondation méthodologique, et sur cette base une première série d’hypothèses herméneutiques ont été produites, révisées et mises à jour par la suite17, hypothèses qui sont maintenant à la base de la nouvelle édition critique des Cahiers de prison, en cours de publication dans le cadre de l’Édition nationale18.

  • 19 Hormis le premier volume des Quaderni del carcere, sont parus jusqu’à aujourd’hui les ouvrages sui (...)

9Le travail de l’Édition nationale a plus généralement produit un tournant philologique très marqué dans l’ensemble des études gramsciennes. Dans le cas de la correspondance et des écrits journalistiques et politiques, des compétences nouvelles et spécifiques ont été développées, lesquelles sont souvent l’apanage de nouvelles générations de chercheurs, en train de révolutionner en bonne partie l’image que les précédentes tentatives éditoriales nous avaient livrée19. Sur ce terrain, donc, le travail sur Gramsci a eu d’importantes retombées sur le plan de la formation d’une nouvelle génération de chercheurs.

103. Ce que nous avons proposé de représenter comme une lente “remontée” vers la surface peut aussi être vu comme la préparation “de longue haleine” des conditions déterminant un éventuel “retour” de Gramsci dans la culture italienne sans que ce dernier se situe à nouveau dans le cadre d’une “mode” fragile et passagère. Le travail d’étude textuelle, le développement de nouveaux outils philologiques et herméneutiques, la diffusion d’une approche qui part de l’historisation et de la contextualisation : tout cela représente un frein par rapport aux actualisations approximatives, sans pour autant se dérober au défi de l’ “actualité”. Il s’agit tout au plus d’en proposer une modalité critiquement fondée, capable d’aller au-delà des stéréotypes négatifs ou positifs.

  • 20 Un indice de ce succès est a contrario la multiplication, ces dernières années, dans le panorama i (...)
  • 21 On peut trouver une mise en évidence de ce processus d’hybridation par exemple dans Gramsci and Fo (...)
  • 22 Nous pensons à P. Capuzzo et S. Mezzadra, « Provincializing the Italian Reading of Gramsci », dans (...)

11Mais ce travail n’aurait pas pu avoir le succès et les retombées qu’il a actuellement20 s’il ne s’était pas confronté, à un moment donné, à un phénomène d’origine et de nature différentes. Nous faisons référence au “retour” de Gramsci en Italie à travers l’introduction et souvent la traduction de nombreux textes d’auteurs appartenant à des courants d’étude qui se sont développés surtout en langue anglaise, mais aussi dans des lieux géographiquement très différents, et qui vont des études culturelles aux études subalternes et post-coloniales, de la théorie du discours à celle des relations internationales, de la réflexion sur le nouveau rôle des intellectuels aux débats sur la société civile et la fonction de l’“hégémonie”. Dans tous ces cas de figure – et dans d’autres encore –, la pensée de Gramsci a joué un rôle central en se mêlant souvent aussi à des approches très éloignées, comme l’analyse foucaldienne du pouvoir, des processus de “subjectivation” et des stratégies discursives, et plus généralement de notions tirées de l’arsenal du déconstructionnisme et du postmodernisme21. Au cours de ces dernières années, l’arrivée en Italie de ces auteurs et de ces thématiques a elle-même engendré une sorte de retraduction de Gramsci dans la langue d’origine : d’un Gramsci, bien entendu, filtré à travers des optiques très éloignées de son “historicisme absolu” d’origine. À son tour, cette irruption de thématiques gramsciennes de type complètement nouveau, par rapport aux anciennes questions qui, traditionnellement, tournaient autour de l’analyse de sa pensée, a favorisé un nouveau regain d’intérêt auprès des milieux intellectuels italiens qui, en principe, étaient opposés à l’historicisme, avec des tentatives, à notre avis discutables, de “provincialiser” – sur cette base fragile – toute la tradition critique italienne22. Ce n’est pas, selon nous, la voie qu’il faut emprunter, notamment parce que poser la question de cette façon équivaut à produire deux domaines réciproquement imperméables à toute sorte d’échange. Nous pensons en revanche que subsiste une occasion concrète pour la réaffirmation d’une perspective “gramscienne” en bonne partie nouvelle par rapport à celle des années classiques de sa gloire en Italie, mais qu’elle repose non sur des hybridations naissantes de lectures nécessairement distantes et superficielles, mais qu’il faut la penser exactement à l’inverse de tout cela, à savoir en partant d’un usage des outils entre-temps mis au point et des résultats atteints par la nouvelle recherche italienne. De cette façon seulement, un dialogue peut devenir possible et la question de l’“actualité” de la pensée de Gramsci peut être formulée de façon neuve.

  • 23 Voir à ce sujet le colloque international : La « Gramsci Renaissance » . Regards croisés France-It (...)

124. Le numéro de “Laboratoire italien” que nous présentons ici constitue une contribution dans cette direction, à un moment où certains signaux concrets d’un regain d’intérêt pour la pensée de Gramsci dans la culture française commencent à se manifester23. Ce numéro aspire à être une médiation, pour le public français, des acquis auxquels la recherche italienne sur Gramsci est arrivée dans les vingt-cinq dernières années, et dont nous venons de parler.

13En gardant à l’esprit cet objectif, nous avons identifié trois axes le long desquels sélectionner nos interlocuteurs et construire un sommaire. Dans la première section – “Philologie” –, nous avons rassemblé une documentation presque complète et mise à jour sur l’état d’avancement de l’Édition nationale ; dans la deuxième section – “Outils” –, le lecteur trouvera certaines contributions sur des thématiques et des aspects de la pensée de Gramsci, relus à la lumière des acquis les plus récents ; la troisième section – “Bilan” – accueille enfin une vue d’ensemble globale de Giuseppe Vacca, qui fait le point sur les plus significatives interprétations de Gramsci produites en Italie ces dernières années.

14La première section commence par une très ample contribution de Gianni Francioni, dans laquelle l’éditeur de la nouvelle édition critique du magnum opus gramscien, les Cahiers de prison, fait le point sur son propre travail de recherche (ininterrompu depuis quarante ans : sa première contribution remonte à 1977) sur la structure, le statut et la datation des textes qui composent les Cahiers. Ce texte peut être considéré comme le plus définitivement abouti de tous ceux que Francioni a consacrés à ce sujet, et il est publié presque en même temps que le deuxième volume de la nouvelle édition des Cahiers, qui sortira en 2017 et qui contiendra les cahiers dits miscellanei (miscellanées). Dans ce texte, toutes les questions relatives au processus matériel d’écriture, à la structure et à la datation des manuscrits de prison sont affrontées de façon exhaustive, si bien qu’on peut dire que cet essai représente une réécriture du livre L’officina gramsciana, mentionné ci-dessus. L’essai de Francioni est accompagné de celui de Giuseppe Cospito, qui reconstruit les recherches et les discussions qui ont conduit à la proposition de réaliser une nouvelle édition critique des Cahiers, examine les caractéristiques qui la différencie de la précédente, celle de V. Gerratana, et prend position sur tous les points controversés liés à ce choix. L’appendice de l’essai de Cospito est particulièrement utile : il présente l’organisation définitive de la nouvelle édition critique et l’hypothèse la plus à jour sur la datation de toutes les notes des Cahiers.

  • 24 L’image du jeune Gramsci a en outre déjà été soumise à une révision radicale dans l’ouvrage de L. (...)

15Deux essais complètent la section, ceux de Maria Luisa Righi et d’Eleonora Lattanzi, respectivement dédiés à l’édition des Scritti 1910-1926 et à celle de l’Epistolario (correspondance). Dans sa contribution, Righi reconstruit en détail les deux éditions précédentes des écrits précarcéraux de Gramsci, la première, réalisée entre 1954 et 1971, et la deuxième, lancée en 1980 et interrompue (avec le volume dédié aux écrits de 1919-1920) en 1987. Ces deux éditions présentent des limites désormais plus qu’évidentes : le caractère souvent négligé de la transcription, d’ailleurs non vérifiée sur les originaux par l’éditeur de la deuxième édition ; la présence aujourd’hui certaine de nombreux apocryphes et d’autant de textes qui manquent ; la tendance à normaliser et rendre homogène la langue de Gramsci. Ce sont en partie des questions de détail, mais leur ensemble est destiné à révolutionner en bonne partie l’image que nous avons aujourd’hui du journaliste socialiste, surtout dans sa jeunesse. C’est le cas de son activité riche et diversifiée de critique musical, un aspect presque entièrement méconnu des éditions précédentes, et qui aujourd’hui nous présente à l’inverse une personnalité bien plus originale et anticonformiste que celle qui était admise jusqu’à présent, avec des traits d’“avant-gardisme” très nets24.

  • 25 A. Gramsci-T. Schucht, Lettere 1926-1935, ouvr. cité.

16L’article d’Eleonora Lattanzi sur la correspondance fait le point sur une situation complexe, densément enchevêtrée et jusqu’à aujourd’hui traitée de façon très éloignée des critères d’édition scientifique (avec une seule exception : la correspondance entre Gramsci et Tatiana Schucht de 1926-1935)25. Jusqu’à présent, seules les lettres de Gramsci étaient en effet disponibles, alors que les volumes de correspondance déjà parus (qui couvrent la période 1910 - novembre 1923) « démontrent combien la réinsertion de la correspondance dans sa trame originaire et la restitution du dialogue entre les correspondants sont nécessaires pour la reconstruction de la biographie de Gramsci et concourent à démolir des certitudes sédimentées depuis longtemps ». La difficulté à trouver des originaux écrits dans des circonstances, périodes et lieux très divers (à tel point qu’à différentes occasions ils ont été perdus et qu’on a dû avoir recours aux transcriptions existantes) n’a cependant pas empêché d’identifier de nombreuses nouvelles lettres, qui contribueront aussi à leur tour à préciser et à innover de façon substantielle notre image d’Antonio Gramsci.

17La deuxième section du numéro fait le point sur certaines thématiques nouvelles (ou sur les nouvelles déclinaisons de thématiques déjà présentes précédemment), telles qu’elles sont apparues dans les recherches italiennes des dernières décennies. Nous avons ici les contributions de Romain Descendre et de Jean-Claude Zancarini sur un concept ayant connu ces dernières années les développements critiques parmi les plus innovants, celui de “traductibilité” ; de Chiara Meta sur le rapport de Gramsci avec le pragmatisme et les avant-gardes du début du vingtième siècle ; de Giancarlo Schirru sur la linguistique ; d’Alessio Gagliardi qui fait historiographiquement le point sur l’interprétation gramscienne du fascisme ; de Fabio Frosini sur le rapport entre autocensure et analyse politique du monde actuel dans les Cahiers ; enfin de Pierre Girard sur Gramsci et Vico.

18L’article de Romain Descendre et Jean-Claude Zancarini reconstruit la généalogie du concept de traductibilité. Cet outil heuristique, central et puissant, fait son apparition dans les Cahiers tout en étant le résultat d’un processus qui les précède et qui, loin d’être linéaire, doit être compris dans sa complexité et son historicité. Il faut retenir en particulier le débat sur l’espéranto en janvier 1918, la métaphore de la révolution comme “traduction” dans le réel de la pensée marxiste, ou encore la “traduction” en Italie de l’expérience russe à travers les conseils d’usine. Dans les Cahiers, la métaphore devient l’élément central d’une refondation complète du marxisme, élaborée dès les premiers Appunti di filosofia, outils d’émancipation théorique et politique par rapport à l’expérience russe elle-même. L’essai souligne l’importance, dans cette entreprise, de certains textes considérés comme fondamentaux, non seulement de Karl Marx (les Thèses sur Feuerbach et La Sainte famille) mais aussi d’Antonio Labriola. Deux moments se révèlent décisifs : les mois d’octobre et de novembre 1930, quand la refondation du marxisme à partir de l’idée de traduction sert d’un côté à combattre les schématismes qui conduisent à y voir une division artificielle du réel entre noumènes économiques et apparences idéologico-politiques (Croce), et d’un autre côté à l’éloigner de toute réduction, forcément dogmatique, à une logique abstraite ou à un espéranto théorique (Boukharine) ; et l’année 1932, quand la notion de traductibilité permet de penser la « réduction » de toutes les philosophies « à un moment de la vie historique et politique » et de redéfinir la philosophie de la praxis comme une unité radicale de la théorie et de la pratique.

19Dans sa contribution, Chiara Meta reconstruit la dense trame de correspondances et d’influences qui unit Gramsci à ce qu’on peut appeler, par une expression volontairement large, la “culture pragmatiste”, c’est-à-dire à cette série d’éléments théoriques qui, entre Italie, France et Angleterre, à la fin du xixe et au début du xxe siècle, traversent l’épistémologie, la psychologie, la théorie de l’histoire et la réflexion sur le statut de la science et de la réalité économique, et à laquelle, par exemple, même un philosophe comme Benedetto Croce ne fut pas étranger. Pour le Gramsci de la période qui va au moins jusqu’en 1917, cette culture représente un point de repère essentiel, une sorte de vocabulaire et de grammaire qu’il utilise librement – sans qu’aucun “purisme” ne le freine et sans qu’il ne se soucie d’aucune orthodoxie – pour exprimer ce qui importe le plus à ses yeux, à savoir les questions qui tournent autour de la lutte du prolétariat pour son émancipation.

20La contribution de Giancarlo Schirru sur « linguistique et philosophie de la praxis » se profile sur un fond caractérisé par la tendance consistant soit à considérer le marxisme de Gramsci – en tant qu’il est attentif aux superstructures – comme un marxisme “occidental”, et donc à voir sa linguistique en accord avec ce type de marxisme “impur”, soit, de façon plus radicale, à considérer ce prétendu marxisme comme une fine croûte qui masque la vraie nature de sa pensée, à savoir une linguistique de type idéaliste et libéral. Ces deux thèses, qui ont longtemps dominé la discussion, sont toutes les deux rejetées en faveur d’un raisonnement qui, d’une part, retrace les origines de la linguistique marxiste de Gramsci dans la pensée d’Antonio Labriola, et d’autre part, montre comment la linguistique représente un point de rencontre et ensuite de contact permanent de Gramsci avec la discussion soviétique, particulièrement sur le terrain sociolinguistique, en relation avec la constitution multinationale de la Russie puis de la fédération soviétique : une discussion vive justement à l’époque où Gramsci séjourna à Moscou. Sur ces bases, Gramsci pousse le marxisme vers des territoires encore inexplorés, et il le fait – remarque Schirru – en fixant un lien précis entre la logique de Hegel et l’économie politique, lorsqu’il affirme que la philosophie de la praxis équivaut à Hegel + David Ricardo. La signification de cette singulière “équation” est, selon Schirru, la façon dont Gramsci interprète le célèbre passage de Marx, dans la postface de la seconde édition du livre premier du Capital, sur le “renversement” de la dialectique de Hegel. Selon Gramsci, ce “renversement” doit être effectué non pas en liquidant toute la réalité comme “fausse” et “aliénée”, ce pourquoi la réappropriation de l’“essence” humaine consisterait en une inversion radicale (comme cela s’est produit dans le marxisme – qui a été majoritaire – de la “réification” et de l’“aliénation”). Au contraire, ce “renversement” consiste dans la reconnaissance de la “traductibilité” de la logique hégélienne et de l’économie politique de Ricardo, en vertu de laquelle la première possède un caractère “réaliste” et la seconde un élément “logique”, c’est-à-dire “rationnel”. Le renversement est donc une “traduction” qui pousse à reconnaître l’élément de “rationalité” contenu dans le monde présent, un élément qui, par traductions successives, doit être approprié par la classe ouvrière et soustrait au contrôle capitaliste.

21Le titre de la contribution d’Alessio Gagliardi, Tra rivoluzione e controrivoluzione, entre immédiatement au cœur de la discussion historiographique actuelle sur le fascisme et sur la façon dont le modèle interprétatif mis au point par Gramsci dans les Cahiers de prison (mais avec d’importantes anticipations dans les textes antérieurs) peut s’y insérer fructueusement. Dans une situation – comme celle que nous vivons actuellement – caractérisée par la crise du paradigme antifasciste classique, du fascisme et plus généralement des fascismes, l’historiographie a tendance aujourd’hui à mettre en évidence les potentialités novatrices, l’impact sur les masses, l’élan modernisateur, la capacité à produire une “religion” politique de type nouveau. Mais en réalité, ces caractéristiques sont déjà toutes présentes dans le modèle herméneutique que Gramsci met au point en prison. Le fascisme apparaît à Gramsci « de plus en plus comme un phénomène irréductible à la seule dimension économique, résultat certainement de la domination bourgeoise mais non privé de marges d’autonomie, capable de mettre en œuvre des modalités de gestion du pouvoir à la hauteur des problèmes posés par la société de masse et en forte discontinuité avec le libéralisme du xixe siècle et le giolittismo. Pour comprendre en profondeur les caractéristiques particulières du fascisme, Gramsci met au point des catégories d’analyse qui constituent dans certains cas des clés de lecture pour l’interprétation plus générale de l’histoire italienne ou pour les dynamiques de changement des sociétés capitalistes modernes. »

22Le texte de Fabio Frosini s’arrête sur le rapport, considéré comme essentiel pour la compréhension des Cahiers de prison, entre autocensure et analyse politique du monde actuel. Que dans l’écriture carcérale de Gramsci soit présente une certaine forme d’autocensure est un fait qui a été acquis immédiatement, dès la première édition des Cahiers. Plus récemment, ce fait a été considéré, surtout concernant les lettres, comme un véritable “code” de “déchiffrage” des communications entre Gramsci et son propre parti (auquel les missives envoyées depuis Turi arrivaient à travers la chaîne formée par Tatiana Schucht et Piero Sraffa). Dans cette contribution, une telle approche est reprise et précisée, pour montrer comment les analyses du monde contemporain présentes dans les Cahiers sont toutes liées à un projet politique de réexamen de la stratégie politique du PCI. Y est en particulier analysée la relation entre analyse et stratégie dans le cas de ce que Gramsci appelle « américanisme e fordisme ». Est mis en évidence le lien qu’entretient cette catégorie avec toute l’enquête sur la crise et la transformation du parlementarisme, donc sur l’affirmation d’une société “corporative” y compris en dehors de l’Italie fasciste, et sur la genèse d’une nouvelle forme de politique où les masses sont complètement organisées et activement présentes à l’intérieur des organisations que l’État a créées afin de pouvoir les contrôler.

23L’essai de Pierre Girard sur Gramsci et Vico clôt la deuxième section du dossier. Dans cette contribution, après une reconnaissance critique du status textuel (les références de Gramsci à Vico ne sont pas nombreuses et apparemment peu significatives), l’auteur indique deux directions de recherche. D’abord, il propose une reconstruction de la façon dont Vico et son “image” parviennent jusqu’à Gramsci, à travers une histoire enchevêtrée de médiations, de repropositions et d’interprétations qui passe principalement par l’Italie et la France et arrive jusqu’à Georges Sorel, à savoir une référence très proche de Gramsci. Deuxièmement – et c’est ici le cœur de cette étude –, l’auteur tente une comparaison fonctionnelle entre le type d’intervention réalisée par Vico dans le système de références culturelles de son époque, et celle que Gramsci met en œuvre dans les Cahiers. Sur ce plan, d’après Girard, se révèlent de surprenantes analogies, parce que « la mathesis universalis critiquée par Vico chez Descartes a le même statut que “l’économisme”, le fatalisme, le “déterminisme” constamment critiqués par Gramsci dans son interprétation du marxisme ». C’est pourquoi, en tenant compte du caractère fortement pratique, c’est-à-dire éthique et politique, de la philosophie de Vico, et en se remémorant une série d’analogies entre Gramsci et Vico (la notion de philologie, tout d’abord, mais aussi le refus d’une méthode universelle, etc.), « on pourrait peut-être considérer l’entreprise des Quaderni comme l’application de la méthode de Vico au cas particulier de l’Italie, et cela pour en faire également un diagnostic, permettant de discerner les lignes d’une action politique possible ».

  • 26 La citation est tirée de P. Togliatti, Il leninismo nel pensiero e nell’azione di A. Gramsci (appu (...)
  • 27 Pour la citation, voir ivi, p. 1188-1189.

24La troisième section de ce dossier est constituée d’un article de Giuseppe Vacca intitulé Les études récentes sur Gramsci en Italie. Il retrace sous forme panoramique les discussions les plus récentes, dans lesquelles la publication de nouveaux documents, ou les nouvelles éditions de documents déjà connus, se mêlent à une discussion critique qui, bien que sujette à de nombreuses oscillations et divergences interprétatives, présente une caractéristique commune que l’on peut synthétiser en deux points, respectivement de méthode et de fond. Sur le premier point, on enregistre l’affirmation de la diachronie comme point-clé incontournable pour comprendre la pensée de Gramsci dans tous les moments de sa vie. Le “système” de catégories adopté par un penseur qui, sous des façons et formes différentes, a toujours été en contact avec l’histoire de son temps dans une attitude active, tournée vers l’intervention et le projet stratégique, ne peut être compris ni en prétendant le figer dans un bloc autosuffisant, ni en le dissolvant dans la succession des “occasions” et des “cas” toujours nouveaux. Sur le plan de la théorie, il subsiste chez Gramsci une tension, entre persistance et innovation, qu’il faut traiter avec délicatesse et prudence. Sur le plan du fond, l’ensemble des auteurs examinés par Vacca ont « tous à l’esprit que Gramsci fut “un théoricien de la politique mais surtout [...] un praticien politique c’est-à-dire un combattant”, et que c’est “dans la politique qu’il faut rechercher l’unité de [sa] vie : son point de départ et son point d’arrivée” »26. Mais, en même temps, « Les auteurs dont nous nous occuperons partagent aussi la conviction que la figure de Gramsci “transcende la simple histoire” du Parti communiste italien et représente “un nœud, de pensée autant que d’action, dans lequel tous les problèmes de notre temps sont présents et se mêlent” »27.

  • 28 V. Gerratana, Gramsci. Problemi di metodo, Rome, Editori Riuniti, 1997, p. xi. La définition est e (...)
  • 29 V. Gerratana, Gramsci. Problemi di metodo, ouvr. cité, p. xxvi.
  • 30 Ivi, p. xxiii-xxiv.

255. En 1997, en faisant imprimer un recueil partiel de ses écrits consacrés à Gramsci, Valentino Gerratana plaçait en exergue de son introduction une célèbre définition d’Italo Calvino: « Un classique est un livre qui n’a jamais fini de dire ce qu’il a à dire »28. Ainsi Gerratana, qui à ce moment-là regardait toute l’histoire de la fortune de Gramsci à partir d’un tournant (1989) qui lui semblait décisif et définitif, interposait entre le présent et ce passé-là un singulier diaphragme critique. Le caractère classique d’un auteur, compris comme une capacité toujours renouvelée de parler à de nouvelles générations, est en effet une idée trompeusement claire. Elle met certes le texte à l’abri d’une perte de contact avec le présent, mais elle laisse ouverte la façon dont ce contact peut à chaque fois se renouveler. L’idée – qui est présente dans le texte de Calvino et qui apparaît, en définitive, aussi dans celui de Gerratana – est que le “classique” est un lieu du temps présent qui ne se laisse pas réduire à cette dimension, bien qu’il en fasse intégralement partie ; et que ce rapport entre “classique” et “ présent” ne peut pas être complètement expliqué. Mais tandis que pour Calvino, le caractère classique est cette zone de “gratuité” qui se maintient dans un réseau cohérent de relations fonctionnelles, pour Gerratana, la forme d’un possible “caractère classique” de Gramsci devait partir – de façon bien plus dramatique – de son « intransigeance [...] vis-à-vis du manque de sobriété et d’ordre intellectuel »29, alors qu’était devenue indispensable une « lecture sélective des Cahiers », parce que « Gramsci tout seul ne tient pas »30.

26Les considérations que nous avons faites, au début de cette Introduction, sur la transformation de Gramsci en un “classique” de la culture italienne, contiennent aussi ces inflexions. Soumettre les écrits du chef du Parti communiste d’Italie à la loupe d’un dictionnaire de plus de six cents articles, ou les passer au peigne fin de la philologie textuelle d’une “édition nationale”, signifie donc certainement l’avènement d’une nouvelle étape dans laquelle son “héritage” est désormais considéré comme patrimoine de l’humanité entière ; mais cela implique aussi, en même temps, la reconnaissance du fait que la “présence” de Gramsci dans le monde actuel est un élément indéniable mais aussi “irréductible” à une présence pleine, immédiate. C’est avec cette double conscience que ce numéro de Laboratoire italien a été conçu et élaboré.

27À ce propos, nous voudrions cependant aller plus loin et rappeler que le lancement de cette nouvelle phase de la fortune de Gramsci, s’il est bien parti de l’idée qu’il pouvait devenir un “classique”, est pourtant en train de produire des résultats qui d’une certaine façon – selon nous – la remettent au moins en partie en discussion, parce qu’ils ouvrent à nouveau un dialogue, entre Gramsci et notre contemporanéité, qui a un caractère plus direct et plus immédiat. Si ces nouvelles recherches ont, dans leur ensemble, donné un premier résultat, il peut être résumé par deux questions étroitement liées l’une à l’autre. D’un côté, est apparu de façon évidente le caractère intrinsèquement politique de la pensée de Gramsci : “politique” dans le sens d’une pensée qui compte toujours, même dans les Cahiers de prison, être une hypothèse d’élaboration stratégique actuelle et qui, de ce fait, trouve dans la “pratique” non pas un objet sur lequel “réfléchir” mais une partie essentielle d’elle-même en tant que “pensée”.

28Deuxièmement, on a éclairci dans quelle mesure Gramsci est un homme des “temps nouveaux” : c’est-à-dire un homme qui pressent les transformations extraordinaires que le monde était en train de subir, conséquence des dynamiques européennes et mondiales qui avaient trouvé dans la Grande guerre un point de contact et en quelque sorte aussi de “catastrophe”, dans le sens ancien et dramatique d’une “révélation” qui conduit à la conclusion d’une histoire. Lorsqu’il écrivait les Cahiers, Gramsci était convaincu du fait que les contenus et les formes de la politique étaient en train de connaître un très grand “bouleversement”, et que ce bouleversement allait avoir, tôt ou tard, des répercussions dans tous les aspects et les moments de la vie. En résumé, il estimait – comme conséquence de la “catastrophe” de la guerre – que toute une nouvelle phase de l’histoire mondiale était en train de s’ouvrir, dans laquelle l’apport “individuel” (à comprendre littéralement, mais aussi comme individualité “nationale”) allait être destiné à passer au second plan, par rapport à la dimension du “plan”, de la “planification”, de la “rationalisation” et de la production de “conformismes” nouveaux et toujours plus organiques. Mais Gramsci était convaincu – et cette conviction démarque sa position à l’intérieur du monde des régimes totalitaires – que ce nouveau “niveau” de la politique créait des possibilités auparavant impensables pour une réelle démocratisation de toute la vie sociale, précisément au moment où il approfondissait par ailleurs énormément la pénétration de la politique dans la vie privée, tant ouvertement, sous forme de contrôles policiers et administratifs par exemple, que de façon larvée et insidieuse, avec la présence nouvelle et organisée de la “culture” comme fonction de “contrôle” et non plus seulement d’expression individuelle.

  • 31 Voir G. Vacca, « Introduzione : La lezione del fascismo », dans P. Togliatti, Sul fascismo, Rome-B (...)

29La coexistence de ces deux aspects – augmentation du contrôle et augmentation des potentialités de démocratisation – était motivée pour Gramsci par le fait que ce n’est qu’en donnant une “forme” à l’initiative politique des masses populaires que les classes dominantes pouvaient réussir à “neutraliser” les résultats de leur initiative31. À partir de la reconnaissance de cette dialectique, prend forme dans les Cahiers de prison la mise au point d’une série de catégories – hégémonie, révolution passive, crise organique, intellectuels, rapports de forces, “analyse des situations”, “traductibilité des langages” – dont l’ensemble peut aussi fournir des indications valables pour une analyse critique du monde actuel, s’il est vrai que la question de la “démocratie” n’a rien perdu de son actualité et que la politique n’a pas cessé de contenir en elle des poussées contradictoires et, en dernière analyse, inconciliables.

Top of page

Notes

1 L’idée de fonder l’International Gramsci Society fut lancée pour la première fois en 1987, à l’occasion du colloque Modern times. Gramsci e la critica dell’americanismo (voir « Per un’associazione internazionale di studi su Gramsci. The International Gramsci Society », dans Modern times. Gramsci e la critica dell’americanismo, Atti del convegno internazionale, Rome, 20-22 novembre 1987, G. Baratta et A. Catone éd., Milan, Diffusioni ’84, 1989, p. 484-486), et reprise dans le colloque Gramsci nel mondo (voir Gramsci nel mondo, Atti del Convegno internazionale di studi gramsciani, Formia, 25-28 octobre 1989, M. L. Righi éd., Rome, Fondazione Istituto Gramsci, 1995). Pour l’Édition nationale des écrits d’ Antonio Gramsci, voir IG Informazioni. Trimestrale della Fondazione Istituto Gramsci di Roma, 2, 1992, qui rassemble les éléments d’un séminaire organisé par l’Istituto Gramsci di Roma sur ce projet, sous la direction de G. Vacca et avec les interventions de G. Francioni, M. Ciliberto, F. De Felice, L. Mangoni, V. Gerratana ; N. Badaloni, S. Caprioglio, G. Vacca, R. Martinelli, D. Ragazzini, R. Medici, L. Borghese, J. A. Buttigieg, L. Canfora, L. Paggi et M. Mustè ont participé aux débats qui ont suivi.

2 On peut en trouver les actes dans La crisi del soggetto. Marxismo e filosofia in Italia negli anni Settanta e Ottanta, G. Vacca éd., Rome, Carocci, 2015.

3 Sur le plan philosophique, voir l’important volume Crisi della ragione. Nuovi modelli nel rapporto tra sapere e attività umane, A. G. Gargani éd., Turin, Einaudi, 1979.

4 Cette centralité fut à son tour le fruit d’une opération politico-culturelle complexe réalisée par Togliatti au sein du PCI et dans les relations entre ce dernier et les intellectuels de gauche en Italie. Voir F. Chiarotto, Operazione Gramsci : alla conquista degli intellettuali nell’Italia del dopoguerra, Milan, Mondadori, 2011. Sur l’activité de Togliatti comme éditeur de Gramsci, qui constitue la base de cette opération, voir Togliatti editore di Gramsci, C. Daniele éd., Introduction de G. Vacca, Rome, Carocci, 2005 (Annali della Fondazione Istituto Gramsci, XIII).

5 Voir G. Liguori, Gramsci conteso. Interpretazioni, dibattiti e polemiche. 1922-2012, nouvelle édition revue et augmentée, Rome, Editori Riuniti, 2012, chap. VIII.

6 Titre du chapitre cité à la note précédente : « Dieci anni “a luci spente” (1978-1986) ».

7 V. Gerratana, « Gramsci nel mondo », Emigrazione Filef, XIX, 8-9, 1987, p. 5.

8 Ibidem.

9 Voir notamment la coorganisation du colloque de 2007, Gramsci le culture e il mondo (G. Schirru éd., Rome, Viella, 2009). En 2017 doit se tenir à Rome un colloque international coorganisé par IGS-Italia et la Fondazione Istituto Gramsci, intitulé Egemonia e modernità. Il pensiero di Gramsci in Italia e nella cultura internazionale.

10 Lettres de A. Gramsci à T. Schucht du 3 août 1931, dans A. Gramsci-T. Schucht, Lettere 1926-1935, A. Natoli et C. Daniele éd., Turin, Einaudi, 1997, p. 750.

11 Voir Valentino Gerratana « filosofo democratico », E. Forenza et G. Liguori éd., Rome, Carocci, 2011, et Domande dal presente : studi su Gramsci, L. Durante et G. Liguori éd., Rome, Carocci, 2012.

12 Le parole di Gramsci, F. Frosini e G. Liguori éd., Rome, Carocci, 2004.

13 Dizionario gramsciano 1926-1937, G. Liguori et P. Voza éd., Rome, Carocci, 2009.

14 Colloque organisé en 2007 à Bari et Turi par la Fondazione Istituto Gramsci sur Gramsci nel suo tempo. Voir Gramsci nel suo tempo, F. Giasi éd., Rome, Carocci, 2008.

15 Voir A. Gramsci, Quaderni del carcere, édition critique de l’Istituto Gramsci, V. Gerratana éd., Turin, Einaudi, 1975, p. 419. La phrase entière est la suivante : « La ricerca del leit-motiv, del ritmo del pensiero, più importante delle singole citazioni staccate ». Voir, dans cette direction, G. Cospito, Il ritmo del pensiero. Per una lettura diacronica dei « Quaderni del carcere » di Gramsci, Naples, Bibliopolis, 2011.

16 G. Francioni, L’officina gramsciana. Ipotesi sulla struttura dei « Quaderni del carcere », Naples, Bibliopolis, 1984.

17 Voir en particulier G. Francioni, « Proposte per una nuova edizione dei “Quaderni del carcere” (Seconda stesura) », IG Informazioni. Trimestrale della Fondazione Istituto Gramsci di Roma, 2, 1992, p. 85-186 ; Id., « Come lavorava Gramsci », dans A. Gramsci, Quaderni del carcere. Edizione anastatica dei manoscritti, G. Francioni éd., vol. I, Rome, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 2009, p. 21-60. Pour un éclaircissement actuel sur le status quaestionis, voir G. Cospito, « L’Edizione nazionale dei Quaderni del carcere », dans ce dossier.

18 L’édition des Cahiers est dirigée par G. Francioni. Jusqu’à présent, seul le premier volume est paru : A. Gramsci, Quaderni del carcere ; vol. I : Quaderni di traduzioni (1929-1932), 2 tomes, G. Cospito et G. Francioni éd., Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 2007.

19 Hormis le premier volume des Quaderni del carcere, sont parus jusqu’à aujourd’hui les ouvrages suivants : A. Gramsci, Epistolario ; vol. I : Gennaio 1906-dicembre 1922, D. Bidussa, F. Giasi, G. Luzzatto Voghera et M. L. Righi éd., Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 2009 ; vol. II : Gennaio-novembre 1923, D. Bidussa, F. Giasi et M. L. Righi éd., Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 2011 ; A. Gramsci, Scritti 1910-1926 ; vol. II : Scritti 1917, L. Rapone éd., Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 2015. Ont en outre été publiés en 18 volumes, en 2009, les Quaderni del carcere. Edizione anastatica dei manoscritti, G. Francioni éd., ouvr. cités. Cette édition ultime ne fait pas partie directement de l’Édition nationale, mais en accompagne le projet. Signalons enfin la publication récente du premier volume de Documents de l’Édition nationale : A. Gramsci, Documenti 1. Appunti di glottologia 1912-1913, G. Schirru éd., Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 2016.

20 Un indice de ce succès est a contrario la multiplication, ces dernières années, dans le panorama italien, de livres à scandale ou sensationalistes (du reste assez inégaux quant à leur professionnalisme et à leur engagement) traitant, plus que de la pensée de Gramsci, des aspects événementiels de sa vie carcérale, relus à travers le prisme du complot et de la trahison. Voir, entre autres, F. Lo Piparo, I due carceri di Gramsci. La prigione fascista e il labirinto comunista, Rome, Donzelli, 2012 ; L. Canfora, Gramsci in carcere e il fascismo, Rome, Salerno, 2012 ; Id., Spie, Urss, antifascismo. Gramsci 1926-1937, Rome, Salerno, 2012 ; G. Fabre, Lo scambio. Come Gramsci non fu liberato, Palerme, Sellerio, 2015. On constate avec regret que parmi la masse d’ouvrages italiens consacrés à Gramsci ces dernières années, le seul qui ait été traduit et diffusé en France soit celui, totalement dénué de fondement, de Lo Piparo. Ce numéro de Laboratoire italien, tout comme celui d’Actuel Marx cité infra (note 23), entendent contribuer à redonner une direction scientifique valide aux publications gramsciennes en langue française.

21 On peut trouver une mise en évidence de ce processus d’hybridation par exemple dans Gramsci and Foucault. A Reassessment, D. Kreps éd., Farnham and Burlington (VT), Ashgate, 2015.

22 Nous pensons à P. Capuzzo et S. Mezzadra, « Provincializing the Italian Reading of Gramsci », dans The postcolonial Gramsci, N. Srivastava et B. Battacharya éd., New York, etc., Routledge, 2012, p. 34-54.

23 Voir à ce sujet le colloque international : La « Gramsci Renaissance » . Regards croisés France-Italie sur la pensée d’Antonio Gramsci, Paris, 22-23 mars 2013, coorganisé par la Fondation Gabriel Péri, la Fondazione Istituto Gramsci et le Centre d’Histoire des systèmes de pensée moderne (http://www.gabrielperi.fr/152.html), et les deux séminaires qui se déroulent depuis plusieurs années à l’École normale supérieure de Lyon (Lire les « Cahiers de prison » d’Antonio Gramsci, R. Descendre et J.-C. Zancarini éd., http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique453) ainsi qu’à l’École des hautes études en sciences sociales (L’anthropologie politique et Antonio Gramsci, R. Ciavolella et G. Rebucini éd., http://enseignements-2014.ehess.fr/2014/ue/607/ ). Un premier aboutissement de ces séminaires est le récent volume monographique d’Actuel Marx (57, 2015) sur la pensée de Gramsci, dirigé par R. Descendre, R. Ciavolella et J.-C. Zancarini. Signalons en outre la récente synthèse réalisée par un chercheur qui, depuis plus de quarate ans, n’a jamais cessé de se consacrer à la pensée de Gramsci : A. Tosel, Étudier Gramsci, Paris, Kimé, 2016.

24 L’image du jeune Gramsci a en outre déjà été soumise à une révision radicale dans l’ouvrage de L. Rapone, Cinque anni che paiono secoli. Antonio Gramsci dal socialismo al comunismo (1914-1919), Rome, Carocci, 2011. L. Rapone a également dirigé le second volume, cité plus haut, des Scritti 1910-1926, consacré à l’année 1917 et paru en 2015.

25 A. Gramsci-T. Schucht, Lettere 1926-1935, ouvr. cité.

26 La citation est tirée de P. Togliatti, Il leninismo nel pensiero e nell’azione di A. Gramsci (appunti), dans Id., La politica nel pensiero e nell’azione. Scritti e discorsi 1917-1964, M. Ciliberto et G. Vacca éd., Milan, Bompiani, 2014, p. 1121.

27 Pour la citation, voir ivi, p. 1188-1189.

28 V. Gerratana, Gramsci. Problemi di metodo, Rome, Editori Riuniti, 1997, p. xi. La définition est extraire de I. Calvino, Perché leggere i classici, dans Id., Perché leggere i classici, Milan, Mondadori, 1991, p. 11-19. Le texte a été publié, sous le titre « Italiani, vi esorto ai classici », dans L’Espresso, 28 juin 1981, p. 58-68.

29 V. Gerratana, Gramsci. Problemi di metodo, ouvr. cité, p. xxvi.

30 Ivi, p. xxiii-xxiv.

31 Voir G. Vacca, « Introduzione : La lezione del fascismo », dans P. Togliatti, Sul fascismo, Rome-Bari, Laterza, 2004, p. xv-clxvi (p. xcvii).

Top of page

References

Electronic reference

Romain Descendre and Fabio Frosini, « Introduction », Laboratoire italien [Online], 18 | 2016, Online since 25 November 2016, connection on 23 May 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/1042

Top of page

About the authors

Romain Descendre

Professeur d'études italiennes et d’histoire de la pensée politique à l’École normale supérieure de Lyon et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Il codirige le pôle « Pensée politique et sciences sociales » de l’Unité mixte de recherche Triangle (CNRS, UMR 5206) et il est membre du LabEx ‘CoMod’. Ses travaux portent principalement sur l’histoire de la pensée politique italienne. Derniers ouvrages parus : A politização do mundo, Campinas - São Paulo, Editora Unicamp, 2015; Giovanni Botero, Della ragion di Stato, edizione critica a cura di P. Benedittini e R. Descendre, introduzione di R. Descendre, Torino, Einaudi, 2016 ; Id., Delle cause della grandezza della città,  a cura di R. Descendre, Roma, Viella, 2016. Depuis 2012 il anime à l’ENS de Lyon, avec J.-C. Zancarini, le séminaire « Lire les Cahiers de prison d’Antonio Gramsci ». Il a dirigé, avec R. Ciavolella et J.-C. Zancarini, le dossier « Antonio Gramsci », Actuel Marx, 57, premier semestre 2015.

By this author

Fabio Frosini

Chercheur en Histoire de la philosophie à l’Université d'Urbino. Il est directeur de la Ghilarza Summer School - Scuola internazionale di studi gramsciani, membre de la commission scientifique pour l’Edizione Nazionale degli scritti di Antonio Gramsci, du comité garant et du comité scientifique de la Fondazione Istituto Gramsci de Rome et du comité de direction de l’International Gramsci Society - Italia. Ses intérêts de recherche vont de l’histoire de la philosophie de la Renaissance à celle du marxisme, principalement italien. Parmi ses publications : Gramsci e la filosofia. Saggio sui “Quaderni del carcere”, Rome, Carocci, 2003 (Prix international “Giuseppe Sormani” 2004, Turin) ; La religione dell’uomo moderno. Politica e verità nei “Quaderni del carcere” di Antonio Gramsci, Rome, Carocci, 2010 ; Vita, tempo e linguaggio (1508-1510). L Lettura Vinciana - 17 aprile 2010, Florence, Giunti, 2011 ; Maquiavel o revolucionário, São Paulo, Ideias & Letras, 2016.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page