Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier
Outils

Linguistique et philosophie de la praxis chez Gramsci

Linguistica e filosofia della praxis in Gramsci
Linguistics and philosophy of praxis in Gramsci
Giancarlo Schirru
Translated by Laurent Baggioni and Jean-Louis Fournel

Abstracts

This essay is devoted to Gramsci’s reflection in his Prison Notebooks on language discourse and on languages; its aim is to show how this reflection constituted one of Gramsci’s main contributions to Marxism, which up to that time had not had an autonomous theory of language discourse. In this, particular importance is assumed by the notion of translatability, developed in an original direction in the Notebooks. The essay therefore deals with the two most immediate premises of Gramsci’s reflections. The first of them is constituted by the debate on language and nationalities in the revolutionary Russia of the 1920s, in relation to the new federal set-up of the soviet State and to the start of anti-illiteracy campaigns. The second premise is constituted by the thought of Antonio Labriola who, while not having been able to provide any personal contribution to linguistic thought, had shown great interest in this subject, which he knew above all through the writings of Wilhelm von Humboldt and Heymann Steinthal.

Top of page

Author's notes

Nous utiliserons les abréviations suivantes des écrits gramsciens : La città futura = A. Gramsci, La città futura, 1917-1918, S. Caprioglio éd., Turin, Einaudi, 1982 ; Epistolario 1 = A. Gramsci, Epistolario 1, gennaio 1906-dicembre 1922, D. Bidussa et al. éd., Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana («Edizione nazionale degli scritti di Antonio Gramsci. Epistolario», 1), 2009 ; Lettere = A. Gramsci-T. Schucht, Lettere, 1926-1935, A. Natoli et C. Daniele éd., Turin, Einaudi, 1992 ; Il nostro Marx = A. Gramsci, Il nostro Marx, S. Caprioglio éd., Turin, Einaudi, 1984 ; Per la verità = A. Gramsci, Per la verità. Scritti 1913-1926, R. Martinelli éd., Rome, Editori Riuniti, 1974 ; Quaderni = A. Gramsci, Quaderni del carcere, V. Gerratana éd., Turin, Einaudi, 1975 ; Scritti = A. Gramsci, Scritti, 1915-1921, S. Caprioglio éd., Milan, Moizzi, 1976.

Full text

Une communication manquée

  • 2 Lettre du 20 juillet 1928, Lettere, p. 230.

1À la fin d’août 1928, un peu plus d’un mois après que Gramsci était arrivé à la prison de Turi, sa belle-sœur Tania Schucht prit une décision déconcertante pour plusieurs raisons. Le prisonnier s’était vu assigner le pénitencier des Pouilles à la suite d’une visite médicale au cours de laquelle on lui diagnostiqua un état pathologique chronique : le site de Turi, pour la douceur de son climat, avait été choisi comme le lieu définitif où il devrait purger sa peine, définie en juin par le Tribunal spécial. Gramsci était arrivé à la prison le 19 juillet, après plus de dix jours de transfert depuis Rome : dès le 10 juillet, il avait réussi à écrire à sa belle-sœur depuis la prison de Caserte, où il était en transit, l’informant de sa destination et lui demandant « d’envoyer là-bas, dès maintenant, quelques livres » ; il lui demanda d’envoyer à Turi surtout des grammaires et des dictionnaires, en particulier d’allemand, car il avait l’intention de reprendre rapidement ses travaux. Tania fit immédiatement en sorte que les rapports entre le prisonnier et les membres de sa famille de Moscou soient renoués, et qu’on lui fasse parvenir ses livres, comme on le déduit de toutes ses lettres, nombreuses, du mois de juillet et du mois d’août. En revanche, Gramsci ne parvint à écrire à sa belle-sœur que le 20 juin, le 30 juillet et le 27 août, étant donné qu’il ne pouvait écrire que deux lettres par mois et qu’il en envoya une, celle de la mi-août, en Sardaigne. Mais une fois arrivé à Turi, il fut très clair avec Tania, et lui demanda de « ne jamais rien envoyer avant [qu’il ne le lui ait] demandé »2.

  • 3 Lettere, p. 248-249 ; T. Schucht, Lettere ai familiari, M. Paulesu Quercioli éd., Rome, Editori Ri (...)

2Tania contrevint pourtant à ces instructions et écrivit à Gramsci, le 24 août, qu’elle allait demander à sa sœur Julia, à Moscou, de lui envoyer un livre du linguiste et philologue Aleksandr Potebnia, et ajouta : « Ils m’ont suggéré ce texte de linguistique quand ils ont eu vent de ton intérêt pour ce sujet ». En réalité, elle fit beaucoup plus que cela : le 30 août suivant, elle écrivit à Julia pour l’inviter à se rendre personnellement chez Anatoli Lounatcharski, le commissaire du peuple à l’Éducation de la Fédération russe, pour recevoir de sa part des indications sur les travaux de linguistique que Gramsci devrait effectuer en prison3.

  • 4 Lettre du 3 septembre 1928, Lettere, p. 256.

3La demande n’eut aucune suite : Gramsci fut convoqué par le directeur de la prison, évidemment alarmé par la possibilité qu’un prisonnier sous sa responsabilité entreprenne un travail sur des indications provenant de Moscou : la crainte qu’il pût éventuellement entrer en contact direct avec le groupe dirigeant bolchevique, comme on le voit, était tout sauf infondée. Gramsci fut ainsi contraint de bloquer l’initiative de sa belle-sœur : « J’ai dû demander à t’écrire cette lettre extraordinaire pour faire en sorte d’arrêter l’inondation d’initiatives que tu as soudainement déchaînées »4.

  • 5 Gramsci lui en avait directement fait part, notamment dans la célèbre lettre du 19 mars 1927, Lett (...)

4Mais Tania n’agissait pas à la légère : son comportement ne peut s’expliquer que si l’on imagine que pour elle, il était absolument certain que Gramsci, une fois qu’il aurait rejoint le pénitencier où il allait purger sa peine, devrait immédiatement se mettre au travail. Dans l’impossibilité où elle se trouvait d’avoir un contact direct avec le prisonnier, elle était simplement passée à l’action : elle savait que le programme de Gramsci comprenait aussi un plan de recherche d’ordre linguistique5, et tenait pour acquis que cela nécessitait l’activation d’un contact avec le membre du gouvernement soviétique qui se trouvait à ce moment-là en charge de la planification linguistique.

  • 6 Pour un portrait de Lounatcharski, et en particulier sur son activité en tant que commissaire du p (...)
  • 7 Sur l’exil italien de la famille Schucht, voir A. Cambria, Amore come rivoluzione, Milan, Sugarco, (...)

5Anatoli Lounatcharski était un bolchevique de la toute première heure6 ; il peut être considéré comme l’un des premiers cadres d’extraction intellectuelle et bourgeoise du parti, qui avaient mûri politiquement en contact étroit avec Lénine : avec Aleksandr Bogdanov, parmi d’autres, ils avaient effectué des études régulières, étaient entrés au Parti social-démocrate russe à l’époque de la clandestinité, et avaient connu l’activité illégale, l’arrestation et un long exil en Europe occidentale, où ils avaient activement participé au développement du marxisme russe en lien avec une réflexion sur la littérature, l’art, les sciences naturelles, la pensée philosophique contemporaine. Ces figures ne se privèrent pas d’exprimer, en plusieurs occasions, leurs divergences avec la pensée de Lénine, auquel ils s’adressèrent toujours de façon très ouverte, lui-même les traitant de la même manière ; Lounatcharski et Bogdanov sont les personnages avec lesquels Lénine engage une polémique dans Matérialisme et empiriocriticisme. Tout ce groupe, dont faisait aussi partie Maxime Gorki (qui avait cependant des origines sociales différentes par rapport à celles que nous venons d’évoquer), avait passé une grande partie de son exil entre la Suisse et l’Italie. Pour les mêmes raisons, Apollon Schucht resta aussi longuement en Italie, avec sa nombreuse famille : il fit lui aussi partie de ce réseau d’exilés russes très proches politiquement et personnellement de Lénine7.

  • 8 Voir S. Fitzpatrick, ouvr. cité ; A. Gramsci jr, ouvr. cité, p. 108-113 ; M. L. Righi, « Gramsci a (...)

6Après 1917, Lounatcharski devint le commissaire du peuple à l’éducation (Narkompros) de la Fédération russe : il jouait ainsi, dans le gouvernement bolchevique, un rôle analogue à celui d’un ministre de l’Éducation et de la Culture. La pédagogue Nadejda Kroupskaïa, la femme de Lénine, entra dans son cabinet avec la mission de lancer la réforme de l’école et la grande campagne pour l’alphabétisation de la Russie. Evgenia Schucht, la fille d’Apollon et la sœur de Julia et Tania, faisait aussi partie de son bureau : c’était la secrétaire particulière de Kroupskaïa8.

  • 9 Sur les rapports entre Gramsci et Lounatcharski en 1922, voir G. Schirru, « Nazionalpopolare », Pe (...)

7Gramsci avait connu Lounatcharski peu de temps après son arrivée à Moscou en 1922 : le dirigeant russe en effet, probablement parce qu’il était le seul cadre de premier plan à parler couramment l’italien (langue qu’il avait apprise durant son exil en Italie), était à ce moment-là chargé de démêler l’écheveau qui s’était formé lors du conflit entre le parti russe et le parti italien. Lounatcharski travailla avec Gramsci dès l’été 1922, puis lors du IVe Congrès de l’Internationale qui s’était tenu à l’automne de cette année-là à Petrograd et à Moscou, et publia un opuscule d’intervention en italien contre Giacinto Menotti Serrati, ce qui revenait à appuyer la ligne politique représentée par le groupe de L’Ordine Nuovo, à la fin de 19229.

  • 10 Sur les débuts de la relation sentimentale entre Gramsci et Julia Schucht, et ses rapports avec Ev (...)

8C’est probablement le même Lounatcharski qui mit en contact Gramsci avec la famille Schucht, avec laquelle Gramsci noua des rapports sentimentaux, mais aussi, dès le début, une collaboration politique par laquelle il se trouve parfaitement inséré dans ce groupe spécifique, que nous venons de décrire, de l’univers bolchevique : en octobre 1922, Julia fut son interprète lors d’un discours qu’il prononça dans une usine d’Ivanovo, et il fit le projet de traduire, avec elle, un roman d’Alexandre Bogdanov10.

  • 11 La lettre de Gramsci à Trotski sur les futuristes, où le révolutionnaire mentionne l’exemple de Pr (...)

9Il n’est pas difficile de saisir d’autres aspects qui rapprochent la réflexion culturelle de Gramsci de celle de Lounatcharski. Tout d’abord, l’exemple du Proletkult, animé par Lounatcharski et Bogdanov, avait déjà attiré l’attention de l’hebdomadaire L’Ordine Nuovo, comme en témoignent certains textes de Bogdanov traduits et publiés par la revue, et comme Gramsci lui-même l’écrit à Trotski dans la fameuse lettre de 1922 sur les futuristes11. Il faut ensuite rappeler l’âpre polémique que les deux « empirocritiques » engagèrent contre l’« omoblovisme » russe, dans le but de soutenir la mécanisation du travail à l’époque révolutionnaire. Ainsi, au cours d’une conférence prononcée en 1923, tandis que Gramsci était à Moscou, Lounatcharski cita en exemple, devant les cadres soviétiques, le capitalisme américain et sa capacité à organiser de façon rationnelle et productive le travail. Il oppose le processus d’adaptation psycho-physique de l’ouvrier américain à la machine industrielle, qui donnait naissance à une nouvelle civilisation, à l’indolence du paysan russe, incapable de modifier la réalité. Il affirme donc l’urgence qu’il « apprenne à travailler », selon l’enseignement de Lénine, et reconnaît l’exigence réelle, déjà exprimée par la culture révolutionnaire, de lancer un processus de rajeunissement de la culture du travail :

  • 12 A. V. Lounatcharski, « Novyj russkij čelovek », Isvestija VCIK, 9 mars 1923 ; désormais in Id., So (...)

L’américanisme et le machinisme qui se cachent sous les grimaces ridicules du constructivisme et des autres fantaisies « de gauche » reflètent la soif instinctive qu’a le peuple, et en premier lieu le prolétariat, et plus encore sa jeunesse, de renforcer sa « culture technico-pratique ».12

  • 13 Sur la figure de Gastev, voir E. Steffensen, « Aleksej Gastev (1882-1941) », Storia della letterat (...)

10Lounatcharski recueillait ainsi des sollicitations qui venaient, en quelque sorte, « de la base » de l’expérience révolutionnaire et qui observaient l’industrialisme américain avec un intérêt marqué. Parmi ces voix, on peut rappeler celle de l’écrivain Alexeï Gastev, largement cité par Lounatcharski lui-même : Gastev s’était fait connaître lorsque Maxime Gorki avait voulu promouvoir l’expérience des écrivains autodidactes et des poètes prolétaires dans une anthologie publiée en 1914. Dans sa poésie, l’ouvrier est représenté comme une machine vivante, porteur d’une nouvelle civilisation, symbolisée par la Russie révolutionnaire (hautement industrialisée) conçue comme un développement de la civilisation américaine. Après la révolution, Gastev s’intéressa à l’organisation du travail et prononça, à partir de 1921, une série de conférences promues par Trotski, qui rencontrèrent un grand succès, où il exposa la pensée de l’ingénieur américain Frederick Taylor, à côté de la science de l’organisation de Bogdanov et de la biomécanique du metteur en scène de théâtre russe Vsevolod Meyerhold13. Comme nous le verrons, Gramsci lui-même ne demeura pas insensible à la réflexion sur l’américanisme et le taylorisme développée dans la Russie soviétique.

Politique linguistique et question nationale en Union soviétique

  • 14 En général, sur la politique linguistique soviétique des années vingt, voir G. R. Cardona, Introdu (...)

11Mais le motif pour lequel Lounatcharski peut être mis en relation avec les travaux spécifiquement linguistiques de Gramsci est lié au rôle que le dirigeant russe avait joué en tant que premier organisateur de la politique linguistique soviétique. Malgré le caractère compulsif des interventions dans ce champ, surtout après le lancement du premier plan quinquennal, on ne saurait imaginer que celles-ci aient découlé d’une initiative unique et planifiée dans ses moindres détails depuis le début. Pour le commissariat du peuple à l’Éducation, la nécessité de centraliser la politique linguistique correspondait plutôt à une tentative visant à unifier différentes tendances apparues indépendamment les unes des autres et étroitement liées entre elles par l’affirmation de la question nationale au sein de l’URSS14.

12En premier lieu, il faut rappeler la campagne pour la liquidation de l’analphabétisme, dont était précisément responsable le commissariat du peuple à l’Éducation à travers une commission extraordinaire spécifique (dite Čeka Likbez), qui avait pour objectif d’alphabétiser l’imposante population de la Fédération russe avant le dixième anniversaire de la révolution : la campagne, qui avait stagné pendant la guerre civile, fut relancée avec force en 1923 avec l’objectif prioritaire d’élever sensiblement les niveaux de scolarisation et d’alphabétiser tous les inscrits des syndicats.

  • 15 Sur la campagne pour l’alphabétisation et en particulier sur l’action déployée dans les syndicats, (...)

13Un second facteur stimula l’initiative dans le champ linguistique : le débat sur les systèmes d’écriture des langues de l’Union, et en particulier l’abandon par nombre d’entre elles de l’alphabet arabo-persan en faveur de l’alphabet latin : il s’agit d’une initiative qui émana des soviets locaux du Caucase et de l’Asie centrale, et ce n’est que dans un second temps que l’on chercha à lui donner une direction cohérente15.

  • 16 Sur la réforme alphabétique, voir Y. Slezkin, ouvr. cité ; T. Martin, The Affirmative Action Empir (...)

14La première langue pour laquelle le changement alphabétique fut décidé par les dirigeants locaux fut l’ossète, une langue iranienne répandue dans le massif du Caucase, qui passa à l’alphabet latin dès 1923. À partir de là, un mouvement très puissant se forma, en lien avec les langues du groupe turcique répandues depuis la Crimée, la Volga et le Caucase jusqu’à l’Asie centrale, mouvement qui croisa notamment l’initiative parallèle d’une réforme orthographique lancée dans la République de Turquie par Atatürk16.

  • 17 Sur la régionalisation, voir E. H. Carr, Il socialismo in un solo paese. I. La politica interna 19 (...)

15Le troisième élément est constitué par le processus de régionalisation : il fut lancé par la commission de la planification (le Gosplan) pour des raisons économiques, c’est-à-dire dans le but de dépasser l’organisation administrative de l’Empire russe et de parvenir à une division administrative qui corresponde davantage à l’économie sociale. Le processus, initié par une tentative visant à déterminer les spécialisations productives de chaque région, prit en réalité une toute autre direction, et utilisa, pour la reconnaissance des différentes unités administratives, un critère ethnique : les républiques et les régions autonomes furent déterminées en fonction des différents peuples composant la mosaïque ethnique de l’Union et le critère fondamental pour la reconnaissance de ces peuples fut de nature linguistique17.

  • 18 Voir A. Graziosi, L’Urss di Lenin e Stalin. Storia dell’Unione Sovietica. 1914-1945, Bologne, Il M (...)

16Une troisième tendance naquit sur un terrain purement politique et découla de la position prise par les bolcheviques à propos de la question nationale. Avant la révolution, le groupe dirigeant léniniste avait déjà perçu la question nationale comme un facteur de déstabilisation de l’Empire tsariste : les bolcheviques se placèrent donc du côté des revendications nationales des peuples assujettis à l’Empire, et en faveur de leur lutte contre l’expansionnisme grand-russe. Cette position s’était encore renforcée pendant la guerre civile : l’armée rouge avait découvert à ses dépens combien il pouvait être dangereux que le pouvoir soviétique fût perçu comme une continuation, sous d’autres formes, de l’impérialisme russe ; cela pouvait déchaîner une vague de soulèvements nationaux. C’est pourquoi fut lancé le mot d’ordre de l’indigénisation (korenizacija) du pouvoir soviétique : celui-ci devait s’appuyer partout sur des cadres locaux, capables de parler et d’écrire dans les langues locales, et non sur des émissaires du pouvoir central venant de Russie qui ne pouvaient s’exprimer qu’en russe. Cette tendance agit très profondément sur les négociations portant sur la forme institutionnelle de l’État révolutionnaire, dont l’un des acteurs principaux fut le commissariat du peuple aux nationalités dirigé par Staline : comme on le sait, en effet, il fut finalement décidé en 1923 de ne pas constituer une Union russe, comme il en avait été question auparavant, mais une Union de républiques soviétiques, finalement autonomes, à leur tour organisées selon un système fédéraliste complexe18.

17Comme on l’a vu, 1923 fut l’année cruciale où ces différentes politiques se croisèrent : elles déterminèrent une série d’interventions de nature linguistique déployées, à partir de ce moment-là, par le commissariat à l’Éducation. Il s’agissait en effet d’intervenir sur près de soixante-dix langues à tous les niveaux : il fallait changer leur mode d’écriture, soit à travers la réforme de l’orthographe traditionnelle, soit à travers l’adoption d’un nouveau système alphabétique. De nombreuses langues, par ailleurs, n’avaient pas joué, au cours de leur histoire, le rôle de langues écrites officielles : celles-ci devaient être standardisées à travers une normalisation de leurs usages grammaticaux et le choix de variantes normatives. Pour ces langues, en outre, il fallait écrire les manuels d’alphabétisation, les grammaires de référence, les dictionnaires, les livres scolaires pour toutes les matières (au moins en relation avec les niveaux les plus bas de scolarisation), le matériel de propagande et les principaux textes politiques de référence. Enfin, comme on le disait alors, les nombreuses langues mineures ou arriérées devaient être « modernisées » : autrement dit, il fallait enrichir leur lexique de façon à ce que ce dernier puisse exprimer les nouveaux concepts scientifiques, techniques, politiques et institutionnels qui caractérisaient l’époque moderne. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, cette intervention sur le lexique ne fut pas effectuée à travers l’adoption d’emprunts venant du russe ; au contraire, les langues mineures, en particulier les langues turciques, firent l’objet d’un élan puriste qui entreprit de les priver du lexique russe, et les néologismes furent formés ex novo en prenant comme base le lexique indigène.

18Lounatcharski montra sans aucun doute qu’il était capable d’impliquer la partie la plus avancée de la communauté scientifique locale dans ce grand projet. Nous voyons ainsi les plus grands linguistes présents dans le pays activement engagés dans l’entreprise de description phonologique, morphologique et syntaxique des nombreuses langues locales : parmi ces linguistes, on peut évoquer le caucasologue Nikolaï Marr, le phonologue et orientaliste Evgueni Polivanov, le phonologue et caucasologue Nikolaï F. Yakovlev. Ces savants pouvaient cependant être considérés comme des spécialistes traditionnels : ce n’est pas un hasard si nombre d’entre eux, les plus âgés, avaient déjà été engagés dans les recensements linguistiques de l’époque tsariste précédente.

  • 19 Sur les études linguistiques effectuées par Gramsci pendant ses années universitaires, voir F. Lo  (...)

19En Union soviétique, la disponibilité d’excellentes ressources scientifiques ne pouvait répondre pleinement à la difficulté face à laquelle se trouvaient les bolcheviques dans les années vingt : ces derniers pouvaient en effet s’inspirer du marxisme dans leur façon de poser les problèmes politiques, théoriques et économiques rencontrés dans le processus de construction de l’État socialiste. Ils se sentaient toutefois démunis face à la nécessité d’une politique linguistique. Le thème des langues et du langage, qui occupe une place secondaire dans l’élaboration du marxisme, fut soudain doté d’une valeur stratégique pour la destinée de la révolution. Il était donc nécessaire de mettre en œuvre un développement du marxisme en une direction nouvelle, par rapport à laquelle le groupe dirigeant bolchevique – même en prenant en compte les nombreux cadres occidentaux arrivés à Moscou pour constituer le Presidium du Komintern – se sentait démuni. Dans cette situation, la figure de Gramsci était effectivement unique : c’était le seul dirigeant de l’Internationale qui avait eu, dans sa jeunesse, une formation professionnelle d’ordre linguistique19. C’est pourquoi une éventuelle implication de sa part, même lointaine, dans les politiques linguistiques russes, pouvait être si précieuse.

Marxisme et théories linguistiques

  • 20 Les principaux documents sur la question sont recueillis et traduits en italien dans L. Formigari, (...)

20La difficulté qu’il y a à développer une théorie du langage et du rapport entre langue et société dans le cadre du marxisme ne fut pas seulement une caractéristique des années cinquante, lorsque ce fut là l’objet d’un large débat ouvert directement par Staline20 : la thématique ne faisait par partie des intérêts de Marx, lui resta fondamentalement étrangère et il serait bien difficile de consulter ses textes pour y chercher des indications pour pareille recherche.

21Marx avait rencontré certaines difficultés que l’on peut repérer déjà dans la pensée hégélienne et qui concernent en particulier la nature matérielle ou spirituelle du langage. L’appartenance du langage à la sphère de la conscience – et son caractère universel – est affirmée par Hegel dès la Phénoménologie de l’esprit, en particulier à la fin du chapitre sur la conscience sensible dans lequel il affirme  :

  • 21 G. W. F. Hegel, Fenomenologia dello spirito, trad. it. de E. De Negri, Florence, La Nuova Italia, (...)

S’ils voulaient effectivement dire ce morceau de papier qu’ils visent, et ils voudraient le dire, c’est là quelque chose d’impossible, parce que le ceci sensible qui est visé est inaccessible au langage, lequel appartient à la conscience, à ce qui est en soi universel.21

22Mais dans l’Encyclopédie des sciences philosophiques, en particulier au § 459, on reconnaît au langage deux aspects : d’un côté, il anticipe les caractères de l’intellect, dès lors que les catégories de sa grammaire se révèlent comme des formes intellectuelles ; de l’autre toutefois il a une nature matérielle, qui renvoie plutôt à la sphère psycho-physiologique. C’est justement cette duplicité qui rend difficile toute enquête sur le caractère universel du langage, du moment qu’il n’est pas possible de considérer l’histoire des langues de la même façon qu’on considère l’histoire de la religion, de l’art ou de la pensée. Dans celles-ci on peut reconstruire les évolutions successives et conscientes des différentes formes spirituelles l’une dans l’autre ; dans les langues, le changement de la grammaire ne représente pas une évolution consciente des formes, qui ferait qu’à l’évolution spirituelle d’un peuple correspondrait aussi une évolution de sa grammaire suivant des formes toujours plus complexes et élaborées :

  • 22 G. W. F. Hegel, Enciclopedia delle scienze filosofiche, trad. it. de B. Croce, Rome-Bari, Laterza, (...)

Mais l’[être] formel du langage est l’œuvre de l’entendement, qui opère en celui-ci l’insertion formatrice de ses catégories ; cet instinct logique produit ce qui constitue l’[élément] grammatical du langage. L’étude des langues restées comme à l’origine, que l’on a commencé d’apprendre à connaître de façon approfondie seulement dans les temps modernes, a montré sur ce point qu’elles contiennent une grammaire très élaborée dans le détail et expriment des différences qui manquent ou ont été effacées dans les langues des peuples plus cultivés. Il semble que la langue des peuples plus cultivés a la plus imparfaite grammaire, et que la même langue a, dans un état de moindre culture du peuple qui la parle, une grammaire plus parfaite que dans l’état de plus haute culture.22

23Ce point est encore rappelé par le philosophe allemand dans ses Leçons sur la philosophie de l’histoire dans lesquelles est niée la possibilité que le changement des langues puisse être étudié comme un phénomène historique : qui plus est, une nette distinction est proposée entre les peuples préhistoriques dont toute l’évolution spirituelle est confiée aux formes linguistiques, et les peuples historiques, dont le développement spirituel passe de la langue à la conscience, tandis que la grammaire est destinée à décliner et à se simplifier :

  • 23 G. W. F. Hegel, Lezioni sulla filosofia della storia, trad. it. de G. Calogero et C. Fatta, Floren (...)

C’est un fait établi par les monuments que les langues, pendant l’état barbare des peuples qui les ont parlées, se sont développées au plus haut point, que l’entendement se développant avec sagesse, s’était appesanti sur ce domaine théorique […]. La langue est l’acte de l’intelligence théorique proprement dite, car elle en est la manifestation extérieure. Sans la langue, les activités du souvenir et de la fantaisie ne sont que des manifestations immédiates. Cependant cette action théorique en général, comme son évolution ultérieure et le facteur plus concret qui s’y joint, de la dissémination des peuples, de leur séparation, de leur mélange, de leurs migrations demeure sous le voile indistinct d’un passé muet ; ce ne sont pas des actes d’une volonté prenant conscience d’elle-même, de la liberté se donnant un autre aspect, une réalité véritable. Ne dépendant pas de ce facteur effectif, ces peuples n’ont pas eu d’histoire malgré leur développement linguistique.23

24Sur ces bases-là, il n’y a rien d’étonnant à ce que, dans la linguistique du xixe siècle, aient pu se référer à la pensée hégélienne tant ceux qui ont défendu l’appartenance de la linguistique aux sciences de la nature – tel August Schleicher – que ceux qui, au contraire, ont fondé l’étude des langues sur la base d’une logique idéaliste – comme le fit K. W. L. Heyse. Il n’est pas difficile de remarquer la continuité de cette opposition à l’intérieur du marxisme, où elle s’est traduite par un débat sur l’inscription de la langue dans les structures ou dans les superstructures.

25Mais à propos de cette question, perçue dans son intégralité, le marxisme italien prit, dès sa fondation, un autre chemin dans lequel l’a engagé directement Antonio Labriola. Ce dernier, en effet, suivant l’enseignement de Heymann Steinthal et de Wilhelm von Humboldt, avait bien posé le problème du changement linguistique et de ses conséquences pour une philosophie de l’Histoire, dans le cadre de la psychologie des peuples : de la sorte, il avait mis de côté la question du caractère conscient ou inconscient de ce changement, et il avait inscrit au contraire l’histoire des langues dans une manifestation « ethno-psychologique », abandonnant le terrain de la psychologie individuelle. Dans cette perspective, la linguistique historico-comparative devient une science historique dont l’objet s’offre au sujet observant comme une série de faits ordonnés, qui produit directement les catégories qui permettent de l’interpréter. Cette considération est exprimée par Labriola entre autres dans sa leçon inaugurale qui porte le titre de I problemi della filosofia della storia (Les problèmes de la philosophie de l’Histoire), en 1887 :

  • 24 A. Labriola, I problemi di filosofia della storia. Prelezione letta nella Università di Roma il 28 (...)

Et de fait, l’étude spécifique de quelques-uns des ordres précis de faits homogènes et graduels nous a donné, de notre temps, les premières tentatives sérieuses de science historique ; et, si on ne put atteindre jusqu’à présent dans toutes les matières du travail intellectuel l’exactitude de la linguistique – surtout de la linguistique aryenne –, il n’est pas improbable, si l’on en juge par ce qui a commencé, que la même chose est en passe d’advenir pour d’autres formes et d’autres produits de l’activité humaine. À l’égard de ces travaux, comme pour tout véritable objet de science qui lui est propre, le philosophe de l’histoire doit nourrir de la sympathie, s’il ne veut pas que ses élucubrations et son enseignement deviennent de purs exercices de rhétorique spéculative.24

26Ce point de vue fut affirmé de nouveau nettement par Labriola dans ses essais sur la conception matérialiste de l’histoire : c’est le cas dans Du matérialisme historique (Del materialismo storico. Delucidazione preliminare), où la linguistique historico-comparative est appelée à devenir le modèle d’application de la « méthode génétique », expression par laquelle Labriola entendait la façon dont le marxisme avait reformulé la dialectique idéaliste :

  • 25 A. Labriola, Del materialismo storico. Dilucidazione preliminare, dans Id., Tutti gli scritti, ouv (...)

Au-delà des apports directs auxquels nous venons de faire allusion précédemment, notre doctrine [le matérialisme historique] en offre beaucoup d’autres indirects : de même, elle reçoit des confirmations instructives dans nombre de disciplines, parmi lesquelles, du fait de la plus grande simplicité des rapports, il fut plus aisé d’appliquer la méthode génétique. Le cas typique est la linguistique, et tout particulièrement celle qui prend pour objet les langues aryennes.25

  • 26 Voir Hegel, Fenomenologia, ouvr. cité, p. 295-296 [édition originale : Hegel, Werke, ouvr. cité, v (...)

27De la sorte, Labriola, comme avant lui Steinthal, avait relié l’histoire des langues au chapitre du système hégélien relatif à l’« esprit des peuples » entendu comme sujet du changement historique, évoqué dans la Phénoménologie à travers la figure du « peuple libre » au sein duquel « la raison est véritablement actualisée »26, et dans les paragraphes de la fin des Principes de philosophie du droit (§ 344-350). Mais ceci conduisait à relier la question des langues avec un autre des aspects de la théorie par lequel le marxisme de la deuxième et de la troisième Internationale a dû s’aventurer à l’extérieur du territoire circonscrit par les écrits de Marx, et donc au-delà de la question nationale.

La linguistique des « Cahiers de prison »

  • 27 Sur cette classification controversée, voir P. Anderson, Considerations on Western Marxism, Londre (...)
  • 28 Cette position critique, développée dans F. Lo Piparo, Lingua intellettuali egemonia in Gramsci, o (...)

28Nous voudrions ici prendre des distances par rapport à deux positions critiques possibles sur la réflexion linguistique à l’œuvre dans les Cahiers de prison et sur son rapport avec le marxisme de Gramsci, au regard du manque d’une réflexion spécifique de Marx sur le langage. D’un côté, la linguistique des Cahiers de prison peut être considérée comme fondamentalement étrangère au développement de la philosophie de la praxis élaborée par Gramsci pendant ses années de prison : la contribution singulière fournie par celle-ci au marxisme résiderait dans le développement d’une théorie des superstructures et des idéologies qui se déploie donc sur le même terrain qui caractérise ce que l’on appelle le marxisme occidental27. De façon complémentaire, le marxisme peut être au contraire considéré comme une « croûte extérieure très superficielle », par rapport à la continuité de la formation culturelle de Gramsci, à compter des années de l’Université, représentée par l’intégration de l’idéalisme crocien, advenue par le biais de la médiation de la néo-linguistique de Matteo Bartoli (glottologue, maître de Gramsci à l’université de Turin), qui, effectivement, se référait (au moins en parole) à la pensée linguistique de Benedetto Croce : cette formation culturelle aurait par la suite débouché sur la réflexion linguistique des Cahiers de prison28.

  • 29 Voir en particulier L. Rosiello, « La componente linguistica dello storicismo gramsciano », dans L (...)

29Notre intention est de proposer une autre hypothèse, qui était déjà au cœur des travaux menés en son temps par Luigi Rosiello29, et qui est basée sur l’idée selon laquelle Gramsci a travaillé en prison au développement d’une théorie du langage dans le cadre du marxisme. La philosophie de la praxis à laquelle Gramsci s’est consacré en prison, représenterait un développement de l’analyse théorique engagée par Marx, capable non seulement d’étendre l’enquête, avec une plus grande efficacité, à la sphère idéologique et culturelle, mais de donner un rôle défini au langage dans le cadre de la théorie. L’élément clé de l’opération est représenté par la théorie de la « traductibilité », qui se trouve au point logiquement culminant du Cahier 11, le plus organique et théorique des cahiers gramsciens.

  • 30 Voir L. Rapone, Cinque anni che paiono secoli. Antonio Gramsci dal socialismo al comunismo (1914-1 (...)
  • 31 Le texte peut être lu désormais dans Scritti, p. 336-337.
  • 32 Voir Scritti, p. 344-348.
  • 33 Aujourd’hui dans La città futura, p. 557-558.
  • 34 La città futura, p. 614-615 (« hanno fatto ristagnare la produzione intellettuale del socialismo i (...)
  • 35 La città futura, p. 513-517 (« Carlo Marx è per noi maestro di vita spirituale e morale »).
  • 36 Nostro Marx, p. 5-7 (p. 6).

30Gramsci s’approcha du marxisme dans la seconde moitié de l’année 191730 : il n’est pas difficile de suivre le cheminement de sa formation à partir des textes publiés sur Le Cri du Peuple (Il Grido del Popolo), la revue théorique des socialistes turinois dont il devint de fait le directeur à partir du mois de septembre de cette année-là. Le 15 décembre, la revue publie une page des Leçons sur la philosophie de l’histoire de Hegel31 ; le 5 janvier 1918, sous le titre « Les idéologies dans le devenir historique » (« Le ideologie nel divenire storico »), paraît sur le Grido del Popolo un texte tiré de l’essai d’Antonio Labriola, Del materialismo storico. Delucidazione preliminare32. Peu de temps après, le 12 janvier suivant, Gramsci insère pour la première fois dans un de ses articles intitulé « La critique critique » (« La critica critica »), sur cette même revue, quelques références à la pensée de Labriola33. Le 29 janvier, dans l’article gramscien publié par Avanti! intitulé « Achille Loria e il socialismo », il écrit à propos des idées défendues par ce dernier : « Elles ont fait stagner la production intellectuelle du socialisme italien qui avait connu pourtant, avec Antonio Labriola, un début si fulgurant et si plein de promesses »34. Enfin, le 1er juin 1918, le Grido del Popolo publie un texte d’Anatoli Lounatcharski intitulé « La cultura del movimento socialista ». Pendant ces quelques mois, dans la pensée de Gramsci a lieu un passage crucial : on part du célèbre article « La rivoluzione contro il Capitale »35, de décembre 1917, qui est encore marqué par le climat culturel générique révisionniste ayant caractérisé la crise du marxisme au tournant du siècle, et on en arrive à l’intervention intitulée « Il nostro Marx », de mai 1918, dans laquelle la naissance du théoricien allemand est commémorée avec les mots suivant : « Karl Marx est pour nous un maître de vie spirituelle et morale »36.

  • 37 Voir l’article « Teoria e pratica. Ancora intorno all’esperanto », Avanti!, 29 janvier 1918 ; déso (...)

31Comme on peut le reconstruire sur la base de son activité éditoriale, Gramsci a accompli, entre l’été 1917 et l’été 1918, un parcours de lectures qui reprend de très près la reconstruction du rapport entre marxisme et linguistique proposé plus haut. Cela vaut la peine de rappeler comment, durant cette période, Gramsci n’avait pas encore totalement abandonné l’idée de passer une licence en glottologie, tant il est vrai qu’il écrit dans un article du 29 janvier 1918 (justement pendant la période où l’on retrouve dans ses écrits des références à Labriola) : « En étudiant – pas en chercheur et encore moins en chercheur émérite, toute ironie et modestie mises de côté –, je prépare ma thèse de laurea sur l’histoire du langage, en cherchant à appliquer à ces recherches les méthodes critiques du matérialisme historique »37. Sa première absorption du marxisme est donc advenue en un moment où ses intérêts scientifiques étaient encore essentiellement orientés vers la linguistique.

  • 38 Pour une bibliographie sur le problème, voir G. Schirru, « Filosofia del linguaggio, psicologia de (...)
  • 39 Quaderni, p. 1375 (« è un insieme di nozioni e di concetti determinati e non già e solo di parole (...)

32Le point d’arrivée de ce parcours peut être lu dans les Cahiers de prison, en particulier, comme on l’a déjà dit, dans le Cahier 11 : ce que nous lisons actuellement comme le § 12 du Cahier, mais qui représente selon toute probabilité les premières notes qui y furent rédigées38, contient une ample discussion sur le fait que tout homme est philosophe dans la mesure où il participe d’une conception du monde contenue dans le langage, dans le sens commun et dans la religion populaire. Il observe notamment le fait que le langage « est un ensemble de notions et de concepts déterminés et pas seulement de mots grammaticalement vides de tout contenu »39. Il n’est pas difficile de reconnaître dans ce long texte l’écho de la pensée de Labriola, et à travers celui-ci, de la psychologie des peuples. Si Hegel, dans le passage de la Phénoménologie de l’esprit que nous avons rappelé plus haut, part de la mélancolie de la conscience individuelle qui observe les objets du monde et tente de les nommer, accomplissant ainsi un exercice qu’on pourrait aisément qualifier de robinsonnade philosophique, Gramsci engage son raisonnement en examinant l’être social, qui, justement parce qu’il appartient à une communauté, hérite, pour des raisons culturelles, une conception du monde ; tout homme en effet, étant locuteur d’une langue, regarde le monde essentiellement à travers les notions et les concepts déterminés par celle-ci.

  • 40 Cahier 11, § 65 ; Quaderni, p. 1492 (« necessariamente deve esserci, nei loro principii teorici, c (...)

33Le développement logique du Cahier 11 est contenu dans le chapitre V intitulé Traducibilità dei linguaggi scientifici e filosofici (Traductibilité des langages scientifiques et philosophiques, §  46-49). C’est ici que se tressent les conclusions d’une réflexion qui parcourt plus généralement les Cahiers, une réflexion selon laquelle le centre théorique du marxisme serait représenté par sa théorie de la traductibilité. L’expression doit être entendue de deux façons, interdépendantes. En premier lieu, l’originalité du marxisme est vue par Gramsci dans la façon dont y sont liées entre elles économie, philosophie et politique (les trois parties fondamentales de la théorie entre lesquelles se divise l’Anti-Dühring de Engels) ; elles sont en relations entre elles grâce à leur réciproque traductibilité : « il doit y avoir nécessairement dans leurs principes théoriques une convertibilité de l’une dans l’autre, une traduction réciproque dans leur langage propre de tout élément constitutif »40. En second lieu, économie, philosophie et politique représentent, dès les écrits du jeune Marx, les trois principales cultures nationales européennes : l’anglaise, l’allemande et la française. Du coup, la traductibilité des langages spécifiques des trois disciplines, est aussi une traducibilità réciproque des trois différentes langues. Ce principe est étendu par Gramsci à tous les rapports entre différentes langues, entendues comme les expressions de diverses « phases de la civilisation » (fasi della civiltà) ; il s’agit exactement du problème qui constituait le nœud de la politique linguistique soviétique, entendue comme rapport entre différents « peuples-nations », certains avancés et d’autres arriérés. L’élément caractéristique du marxisme devient la capacité à mettre en relation les diverses cultures nationales, de les traduire les unes dans les autres de façon organique :

  • 41 Cahier 11, § 47 ; Quaderni, p. 1468 (« Pare si possa dire appunto che solo nella filosofia della p (...)

Il semble que l’on puisse justement dire que seulement dans la philosophie de la praxis la “traduction” est organique et profonde, alors même que, suivant d’autres points de vue, elle est souvent un simple jeu de “schématismes” génériques.41

  • 42 Voir en particulier, pour l’importance qui y est donnée à la réification, G. Lukács, Storia e cosc (...)

34À partir de la perspective que l’on vient de tracer, on peut remarquer une différence notable entre la lecture de la pensée de Marx proposée par Gramsci, et celle qui a largement circulé dans ce que l’on appelle le marxisme occidental. Cette dernière est caractérisée par l’importance qui y est donnée à la théorie de la réification, ou de l’aliénation, en tant qu’elle serait la contribution la plus importante de la pensée de Marx : selon cette ligne d’analyse, la découverte contenue dans le Capital serait constituée par la reconnaissance du processus d’objectivation de la conscience humaine dans la marchandise42. Pour Gramsci en revanche, le noyau du marxisme (sa philosophie de la praxis) est représentée par la théorie de la traductibilité :

  • 43 Cahier 10 II, § 9 ; Quaderni, p. 1247 (« In un certo senso mi pare si possa dire che la filosofia (...)

Dans une certaine mesure il me semble possible de dire que la philosophie de la praxis est égale à Hegel + Davide Ricardo […] Cette traduction, il me semble justement qu’elle a été faite par la philosophie de la praxis qui a universalisé les découvertes de Ricardo en les étendant correctement à l’ensemble de l’Histoire, et donc en en tirant de façon originale une nouvelle conception du monde.43

  • 44 K. Marx, Il capitale. Critica dell’economia politica, Turin, Einaudi, vol. I, p. 18 (trad. françai (...)
  • 45 Ibid., p. 86-102 (trad. française, ouvr. cité, p. 81-96).
  • 46 Voir K. Marx, Per la critica dell’economia politica, dans Id., Il capitale, ouvr. cité, vol. I, t. (...)

35Dans la célèbre postface à la deuxième édition du Capital, Marx avait revendiqué être l’élève de Hegel, et il avait admis avoir eu « la coquetterie de reprendre ici et là, dans le chapitre sur la théorie de la valeur, sa manière spécifique de s’exprimer », en rappelant la nécessité d’en « retourner » la dialectique « pour découvrir le noyau rationnel sous l’enveloppe mystique »44. Une longue tradition critique a lu ces lignes à l’aide d’une référence au long paragraphe sur le « caractère fétiche de la marchandise et son secret »45. La réflexion développée par Gramsci sur la philosophie de la praxis permet en revanche de considérer à ce propos toute la discussion autour de la forme générale de la valeur, et de développer une remarque de Marx lui-même dans La critique de l’économie politique, selon laquelle les équivalences du type M(archandise) - A(rgent) - M(archandise)’ sont la traduction, dans le langage de l’économie, de la façon dont Hegel avait reformulé dans sa logique subjective le syllogisme aristotélicien, à travers la progression des termes P(articulier) - U(niversel) - S(ubjectif). En effet, toutes les formules d’équivalence avec lesquelles Marx illustre les différents moments du procès de circulation du capital (M-A-M’) peuvent être lues comme des syllogismes, dont les marchandises constituent les termes extrêmes : le terme particulier qui entre dans la circulation, et le terme individuel qui en sort ; ils sont mis en relation par le moyen-terme du syllogisme, le terme universel, représenté par l’argent. La formule de la circulation proposée par Marx correspond donc à la troisième figure du syllogisme qualitatif (P-U-S), tel qu’il est présenté par Hegel dans l’Encyclopédie (§ 183-189). Dans cette figure, en effet, les termes extrêmes (respectivement P et S) sont les mêmes que les termes moyens de la première (S-P-U) et de la deuxième (U-S-P) figure, et le terme moyen est représenté par l’universalité46.

36Pour Gramsci, pourtant, le rôle joué par la philosophie hégélienne, dans le Capital de Marx, n’est pas de révéler le caractère aliéné du travail, ou la réification des relations sociales dans les marchandises. La logique de Hegel est vue comme un parallèle, sur le plan philosophique, de la réflexion sur l’économie politique : cette dernière peut donc être interprétée d’une façon logique.

37De la sorte, Gramsci peut considérer de façon non catastrophique le rapport entre la civilisation industrielle, la personnalité de l’homme et la société de masse, régulée par un conformisme inconnu des époques précédentes : le progrès de la mécanisation du travail constitue pour lui un processus certainement dramatique, voire dans certains cas sanglant, d’imposition d’une nouvelle discipline sur l’« animalité » de l’homme, un

  • 47 Cahier 22, § 10 ; Quaderni, p. 2160-2161 (« soggiogamento degli istinti (naturali, cioè animalesch (...)

assujettissement des instincts (naturels, à savoir animaux et primitifs) à des normes toujours nouvelles, plus complexes et plus rigides, d’ordre, d’exactitude, de précision qui sont susceptibles de rendre possibles les formes toujours plus complexes de vie collective qui sont la conséquence nécessaire du développement de l’industrialisation.47

  • 48 Cahier 22, § 12 ; Quaderni, p. 2169 (« e non solo pensa, ma il fatto che non ha soddisfazioni imme (...)

38L’application au travail mécanisé d’une nouvelle discipline, selon les directives de la méthode de Taylor, provoque toutefois un processus d’apprentissage qui ne détruit pas la personnalité de l’homme : l’ouvrier, s’il parvient à surmonter la difficulté du processus d’adaptation, n’est pas annulé mais a intériorisé la nouvelle discipline et a une possibilité de penser supérieure ; « et non seulement il pense mais le fait qu’il n’a pas de satisfactions immédiates dans son travail et qu’il comprend qu’on veut le réduire à un gorille apprivoisé, peut l’amener à un cours de pensée peu conformiste »48.

Top of page

Notes

2 Lettre du 20 juillet 1928, Lettere, p. 230.

3 Lettere, p. 248-249 ; T. Schucht, Lettere ai familiari, M. Paulesu Quercioli éd., Rome, Editori Riuniti, 1992, p. 42.

4 Lettre du 3 septembre 1928, Lettere, p. 256.

5 Gramsci lui en avait directement fait part, notamment dans la célèbre lettre du 19 mars 1927, Lettere, p. 60-63.

6 Pour un portrait de Lounatcharski, et en particulier sur son activité en tant que commissaire du peuple à l’Éducation, nous renvoyons à S. Fitzpatrick, The Commissariat of Enlightenment. Soviet organization of education and the arts under Lunacharsky, October 1917-1921, Cambridge, Cambridge University Press, 1970.

7 Sur l’exil italien de la famille Schucht, voir A. Cambria, Amore come rivoluzione, Milan, Sugarco, 1976 ; A. Gramsci jr, I miei nonni nella rivoluzione. Breve storia della famiglia russa di Antonio Gramsci, Rome, Il Riformista, 2010.

8 Voir S. Fitzpatrick, ouvr. cité ; A. Gramsci jr, ouvr. cité, p. 108-113 ; M. L. Righi, « Gramsci a Mosca tra amori e politica (1922-1923) », Studi storici, LII, 2011, p. 1001-1038.

9 Sur les rapports entre Gramsci et Lounatcharski en 1922, voir G. Schirru, « Nazionalpopolare », Pensare la politica. Scritti per Giuseppe Vacca, S. Pons, R. Gualtieri et F. Giasi éd., Rome, Carocci, 2009, p. 239-253 ; Id., « Per la storia e la teoria della linguistica educativa. Il Quaderno 29 di Antonio Gramsci », Linguistica educativa, Atti del XLIV Congresso internazionale di studi della Società di Linguistica italiana (Viterbo, 27-29 septembre 2010), S. Ferreri éd., Rome, Bulzoni, 2012, p. 77-90 ; A. Carlucci, « Gramsci and the “Cours de linguistique générale” », Cahiers Ferdinand de Saussure, LXIV, 2011, p. 27-48 (p. 42) ; A. Carlucci et C. Balistreri, « I primi mesi di Gramsci in Russia, giugno-agosto 1922 », Belfagor, LXVI, 2011, p. 645-658 ; C. Brandist, « The cultural and linguistic dimensions of hegemony: aspects of Gramsci’s debt to early Soviet cultural policy », Journal of Romance Studies, XII, 2012, p. 24-43, surtout p. 28-31. Le petit volume évoqué s’intitule Per quale motivo ci interessiamo di Serrati ?, Rome, Libreria editrice del Partito Comunista d’Italia, 1922.

10 Sur les débuts de la relation sentimentale entre Gramsci et Julia Schucht, et ses rapports avec Evgenia Schucht, voir désormais M. L. Righi, « Gramsci a Mosca tra amori e politica (1922-1923) », ouvr. cité. Pour l’intervention de Gramsci au cercle ouvrier de Ivanovo-Voznesensk, voir Per la verità, p. xix-xx. Julia Schucht fait part à Gramsci de sa traduction italienne d’un « roman de Bogdanov » dans une de ses lettres d’octobre 1922 : voir Epistolario 1, p. 416, et n. 3 p. 420.

11 La lettre de Gramsci à Trotski sur les futuristes, où le révolutionnaire mentionne l’exemple de Proletkult, est désormais accessible dans Epistolario 1, p. 248-251.

12 A. V. Lounatcharski, « Novyj russkij čelovek », Isvestija VCIK, 9 mars 1923 ; désormais in Id., Sobranie, vol. VII, Moscou, Akademija Nauk SSSR, 1967, p. 303-308 ; trad. ital. Il nuovo uomo russo, dans Id., La rivoluzione proletaria e la cultura borghese, U. Silva et G. Mazzotta éd., Milan, Mazzotta, 1972, p. 29-36 (p. 33).

13 Sur la figure de Gastev, voir E. Steffensen, « Aleksej Gastev (1882-1941) », Storia della letteratura russa, E. Etkind, G. Nivat, I. Serman et V. Strada éd., Turin, Einaudi, vol. II.2 (Il Novecento. La rivoluzione e gli anni Venti), 1990, p. 49-59. Le rôle joué par Trotski pour la promotion de nouvelles formes de vie du prolétariat russe est rappelé par Gramsci dans sa réflexion menée en prison : voir Cahier 22 § 11 ; Quaderni, p. 2164-2165. Pour l’importance prise par l’américanisme dans la discussion interne au groupe dirigeant bolchevique en 1926, voir R. Gualtieri, « L’analisi internazionale e lo sviluppo della filosofia della praxis », dans Gramsci nel suo tempo, F. Giasi éd., Rome, Carocci, 2008, p. 581-608, et surtout p. 596-597.

14 En général, sur la politique linguistique soviétique des années vingt, voir G. R. Cardona, Introduzione alla sociolinguistica, Turin, Loescher, 1987, p. 154-156 ; V. Dell’Aquila et G. Iannaccaro, La pianificazione linguistica. Lingue, società e istituzioni, Rome, Carocci, 2004, p. 38-41 ; Y. Slezkine, « The USSR as a communal appartment, or how a socialist state promoted ethnic particularism », Slavic Review, LIII, 1994, p. 414-452 ; les articles contenus dans A State of Nations. Empire and Nation-Making in the Age of Lenin and Stalin, R. G. Suny et T. Martin éd., Oxford, Oxford University Press, 2001. Pour l’impact de la planification linguistique soviétique sur la pensée de Gramsci, voir G. Schirru, « Nazionalpopolare », ouvr. cité ; Id., « Per la storia e la teoria della linguistica educativa », ouvr. cité ; C. Brandist, ouvr. cité, p. 34-38 ; A. Carlucci, Gramsci and Languages. Unification, Diversity, Hegemony, Leyde, Brill, 2013, p. 98-103.

15 Sur la campagne pour l’alphabétisation et en particulier sur l’action déployée dans les syndicats, voir C. E. Clark, « Literacy and labour: the Russian literacy campaign within the trade-unions, 1923-1927 », Europe-Asia Studies, XLVII, 1995, p. 1327-1341 ; L. A. Grenoble, Language Policy in the Soviet Union, Dordrecht, Kluwer, 2003, p. 45-54.

16 Sur la réforme alphabétique, voir Y. Slezkin, ouvr. cité ; T. Martin, The Affirmative Action Empire: Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-1939, Ithaca (N.Y.) - Londres, Cornell University Press, 2001, p. 182-207 ; M. G. Smith, Language and Power in the Creation of USSR, 1917-1953, Berlin, Mouton de Gruyter, 1998, p. 121-142. Pour certains travaux particuliers sur ce thème, voir L. Rzehak, Von Persischen zum Tadschikischen. Sprachliches Handeln und Sprachplanung in Transoxanien zwischen Tradition, Moderne und Sowjetmacht (1900-1956), Wiesbaden, Reichert, 2001, p. 222-258 ; E. Simonato, « Marr et Jakovlev : deux projets d’alphabet abkhaz », Cahiers de l’ILSL, XX, 2005, p. 255-269 ; G. Iannaccaro, « La maggior parte degli alfabeti occidentali non corrisponde al carattere della lingua. Sull’alfabetizzazione sovietica del Caucaso e dell’Asia Centrale », dans Zhì. Scritti in onore di Emanuele Banfi in occasione del suo 60° compleanno, Rome, Caissa, 2006, p. 287-301. Sur la réforme linguistique turque, voir désormais G. Lewis, The Turkish Language Reform: A Catastrophic Success, Oxford, Oxford University Press, 2002.

17 Sur la régionalisation, voir E. H. Carr, Il socialismo in un solo paese. I. La politica interna 1924-1926, Turin, Einaudi, 1968, p. 753-759 [édition originale:  A History of Soviet Russia, vol. III, Socialism in One Country, 1924-1926, Londres, Macmillan, 1958-1959] ; T. Martin, ouvr. cité, p. 33-48.

18 Voir A. Graziosi, L’Urss di Lenin e Stalin. Storia dell’Unione Sovietica. 1914-1945, Bologne, Il Mulino, 2007, p. 201-208.

19 Sur les études linguistiques effectuées par Gramsci pendant ses années universitaires, voir F. Lo Piparo, Lingua intellettuali egemonia in Gramsci, Rome-Bari, Laterza, 1979 ; G. Schirru, « Antonio Gramsci studente di linguistica », Studi storici, LII, 2011, p. 925-973.

20 Les principaux documents sur la question sont recueillis et traduits en italien dans L. Formigari, Marxismo e teorie della lingua. Fonti e discussioni, Messina, La Libra, 1973.

21 G. W. F. Hegel, Fenomenologia dello spirito, trad. it. de E. De Negri, Florence, La Nuova Italia, 1960, p. 91 [édition originale : Werke, Frankfurt am Main, Suhrkamp, vol. III, p. 91-92] ; trad. fr. de B. Bourgeois, Paris, Vrin, 2006, p. 142.

22 G. W. F. Hegel, Enciclopedia delle scienze filosofiche, trad. it. de B. Croce, Rome-Bari, Laterza, 1984, p. 450 [édition originale : Hegel, Werke, ouvr. cité, vol. X, p. 272]. Hegel renvoie ici, dans une parenthèse qui suit immédiatement la citation, à W. v. Humboldt, Sur le duel, I, 10, 11 ; la traduction de Hegel est celle de B. Bourgeois, Encyclopédie des sciences philosophiques, vol. III : La philosophie de l’esprit, Paris, Vrin, 1988, p. 255.

23 G. W. F. Hegel, Lezioni sulla filosofia della storia, trad. it. de G. Calogero et C. Fatta, Florence, La Nuova Italia, 1941, p. 169-170 [édition priginale : Hegel, Werke, ouvr. cité, vol. XII, p. 86] ; traduction de J. Gibelin, Leçons sur la philosophie de l’histoire, Paris, Vrin, 1987, p. 56.

24 A. Labriola, I problemi di filosofia della storia. Prelezione letta nella Università di Roma il 28 febbraio 1887, dans Id., Tutti gli scritti filosofici e di teoria dell’educazione, L. Basile et L. Steardo éd., Milan, Bompiani, 2014, p. 1057-1106 (p. 1074) (« E di fatti, lo studio specifico di alcuno degli ordini precisi di fatti omogenei e graduati, ci ha dato ai nostri tempi i primi serii tentativi di scienza storica; e se non in tutte le maniere di studii fu sino ad ora possibile raggiungere l’esattezza della linguistica, e specie dell’ariana, non è improbabile, a giudicare dagli avviamenti, che il medesimo debba accadere di altre forme e altri prodotti dell’attività umana. Con questi studii, come con vero e proprio oggetto di scienza, il filosofo della storia deve simpatizzare, se non vuole che le sue elucubrazioni e il suo insegnamento divengano pretto esercizio di retorica speculativa ») [nous traduisons].

25 A. Labriola, Del materialismo storico. Dilucidazione preliminare, dans Id., Tutti gli scritti, ouvr. cité, p. 1269-1388 (p. 1355). (« Oltre ai sussidi diretti, qui innanzi accennati, la nostra dottrina [il materialismo storico] ne ha di molti altri indiretti: come ha anche degli istruttivi riscontri in molte delle discipline, nelle quali, per la maggiore semplicità dei rapporti, fu più agevole l’applicazione del metodo genetico. Il caso tipico è nella glottologia, e in modo specialissimo in quella che ha per oggetto le lingue ariane ») [nous traduisons].

26 Voir Hegel, Fenomenologia, ouvr. cité, p. 295-296 [édition originale : Hegel, Werke, ouvr. cité, vol. III, p. 266 : « In einem freien Volke ist darum in Wahrheit die Vernunft verwirklicht »].

27 Sur cette classification controversée, voir P. Anderson, Considerations on Western Marxism, Londres, Verso, 1976 : la figure de Gramsci y est étudiée avec celles de György Lukács, Max Horkheimer, Herbert Marcuse.

28 Cette position critique, développée dans F. Lo Piparo, Lingua intellettuali egemonia in Gramsci, ouvr. cité, a été récemment reprise avec de nouveaux arguments dans Id., Il professor Gramsci e Wittgenstein. Il linguaggio e il potere, Rome, Donzelli, 2014. La question de savoir « si le marxisme de Gramsci (surtout du Gramsci des Cahiers de prison) était seulement une croûte extérieure très superficielle » figure dans Id., « Studio del linguaggio e teoria gramsciana », Critica marxista, XXV, 1987, n. 2-3, p. 167-175 (p. 175). Nous avons examiné en particulier le premier des travaux cités – et une partie de la bibliographie critique qu’il a suscitée – dans G. Schirru, « La categoria di egemonia e il pensiero linguistico di Antonio Gramsci », dans Egemonie, A. D’Orsi éd., Naples, Dante & Decartes, 2008, p. 397-444.

29 Voir en particulier L. Rosiello, « La componente linguistica dello storicismo gramsciano », dans La città futura. Saggi sulla figura e il pensiero di Antonio Gramsci, A. Caracciolo et G. Scalia éd., Milan, Feltrinelli, 1959, p. 299-327 ; Id., « Linguistica e marxismo nel pensiero di Antonio Gramsci », Historiographia Linguistica, IX, 1982, désormais dans The History of Linguistics in Italy, P. Ramat, H.-J. Niederehe et K. Koerner éd., Amsterdam, Benjamins, 1986, p. 237-258.

30 Voir L. Rapone, Cinque anni che paiono secoli. Antonio Gramsci dal socialismo al comunismo (1914-1919), Rome, Carocci, 2011, p. 71-88.

31 Le texte peut être lu désormais dans Scritti, p. 336-337.

32 Voir Scritti, p. 344-348.

33 Aujourd’hui dans La città futura, p. 557-558.

34 La città futura, p. 614-615 (« hanno fatto ristagnare la produzione intellettuale del socialismo italiano, che pure con gli scritti di Antonio Labriola aveva avuto un principio così fulgido e pieno di promesse »).

35 La città futura, p. 513-517 (« Carlo Marx è per noi maestro di vita spirituale e morale »).

36 Nostro Marx, p. 5-7 (p. 6).

37 Voir l’article « Teoria e pratica. Ancora intorno all’esperanto », Avanti!, 29 janvier 1918 ; désormais dans La città futura, p. 612 (« come studente [non studioso e tanto meno emerito, ironia e modestia a parte] preparo la mia tesi di laurea sulla storia del linguaggio, cercando di applicare a queste ricerche i metodi critici del materialismo storico »).

38 Pour une bibliographie sur le problème, voir G. Schirru, « Filosofia del linguaggio, psicologia dei popoli e marxismo », ouvr. cité, p. 113-119.

39 Quaderni, p. 1375 (« è un insieme di nozioni e di concetti determinati e non già e solo di parole grammaticalmente vuote di contenuto »).

40 Cahier 11, § 65 ; Quaderni, p. 1492 (« necessariamente deve esserci, nei loro principii teorici, convertibilità da una all’altra, traduzione reciproca nel proprio specifico linguaggio di ogni elemento costitutivo »).

41 Cahier 11, § 47 ; Quaderni, p. 1468 (« Pare si possa dire appunto che solo nella filosofia della prassi la ‘traduzione’ è organica e profonda, mentre da altri punti di vista spesso è un semplice gioco di ‘schematismi’ generici »). Sur la théorie de la traductibilité dans les Cahiers, voir au moins A. Jaulin, « Le sens commun et la soi-disant réalité du monde extérieur », dans Modernité de Gramsci ? Actes du colloque franco-italien de Besançon (23-25 novembre 1989), A. Tosel éd., Paris, Les Belles Lettres, 1992, p. 457-468 ; D. Kanoussi, « La coerenza filosofica dei ‘Quaderni’ », dans Gramsci e il Novecento, G. Vacca éd., Rome, Carocci (Annali della Fondazione Istituto Gramsci, IX), 1999, vol. I, p. 349-364 ; Ead., Una introdución a los Cuadernos de la cárcel de Antonio Gramsci, México, Plaza y Valdéz, 2000 ; D. Boothman, Traducibilità e processi traduttivi. Un caso : A. Gramsci linguista, Bologne, Guerra, 2004.

42 Voir en particulier, pour l’importance qui y est donnée à la réification, G. Lukács, Storia e coscienza di classe, Milan, SugarCo, 1991, p. 107-143 [édition originale : Geschichte und Klassenbewußtsein, dans G. Lukács, Werke, vol. II, Darmstadt-Neuwied, Luchterhand, 1977 (2e édition), p. 161-517 (p. 257-286)]. Pour l’insistance sur l’aliénation de la part de nombreux représentants de l’école de Francfort, voir au moins H. Marcuse, Ragione e rivoluzione, Bologne, Il Mulino, 1966, p. 308-358 [édition originale : Reason and Revolution: Hegel and the Rise of Social Theory, Londres, Routledge, 1955 (2e édition), p. 273-322] ; E. Fromm, « L’uomo secondo Marx », dans Alienazione e sociologia, A. Izzo éd., Milan, Franco Angeli, 1973, p. 108-131 [édition originale : Marx’s Concept of Man, New York, Ungar, 1961, p. 26-58].

43 Cahier 10 II, § 9 ; Quaderni, p. 1247 (« In un certo senso mi pare si possa dire che la filosofia della praxis è uguale a Hegel + Davide Ricardo. […] Questa traduzione mi pare appunto abbia fatto la filosofia della praxis che ha universalizzato le scoperte di Ricardo estendendole adeguatamente a tutta la storia, quindi ricavandone originalmente una nuova concezione del mondo »).

44 K. Marx, Il capitale. Critica dell’economia politica, Turin, Einaudi, vol. I, p. 18 (trad. française Paris, PUF, 1993, J.-P. Lefebvre éd., p. 17-18).

45 Ibid., p. 86-102 (trad. française, ouvr. cité, p. 81-96).

46 Voir K. Marx, Per la critica dell’economia politica, dans Id., Il capitale, ouvr. cité, vol. I, t. II, p. 1037 et G. W. F. Hegel, Encyclopédie des sciences philosophiques en abrégé, Paris, Vrin, 2012, p. 238-240. Pour cette question, voir G. Schirru, « Filosofia del linguaggio e filosofia della prassi », dans Gramsci nel suo tempo, ouvr. cité, p. 767-791. Sur la progression des termes du syllogisme dans les differents textes de Hegel, voir J. Biard et al., Introduction à la lecture de la Science de la logique de Hegel, III, La doctrine du concept, Paris, Aubier, 1987, p. 160-198.

47 Cahier 22, § 10 ; Quaderni, p. 2160-2161 (« soggiogamento degli istinti (naturali, cioè animaleschi e primitivi) a sempre nuove, più complesse e rigide norme di ordine, di esattezza, di precisione che rendano possibili le forme sempre più complesse di vita collettiva che sono la conseguenza necessaria dello sviluppo dell’industrialismo »).

48 Cahier 22, § 12 ; Quaderni, p. 2169 (« e non solo pensa, ma il fatto che non ha soddisfazioni immediate dal lavoro, e che comprende che lo si vuol ridurre a un gorilla ammaestrato, lo può portare a un corso di pensieri poco conformisti »).

Top of page

References

Electronic reference

Giancarlo Schirru, « Linguistique et philosophie de la praxis chez Gramsci », Laboratoire italien [Online], 18 | 2016, Online since 28 November 2016, connection on 24 February 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/1059 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.1059

Top of page

About the author

Giancarlo Schirru

Professeur associé de sciences du langage (glottologia e linguistica) à l’Université de Cassino et du Latium meridional. Il a effectué ses études de linguistique à l’Université de Rome « La Sapienza », et est membre de son collège doctoral en Linguistique. Ses champs de recherche comprennent la dialectologie italienne ancienne et moderne, la phonétique et la phonologie, la linguistique latine, arménienne et iranienne dans une perspective comparatiste, l’histoire de la pensée linguistique. Dans ce dernier secteur, il s’est surtout occupé de la figure d’Antonio Gramsci, étudié dans le cadre de la linguistique du XXe siècle. Sur ce dernier sujet il a publié de nombreux articles, a assuré l’édition scientifique des volumes de la collection  des « Studi gramsciani nel mondo », publiée par la Fondazione Istituto Gramsci et l’éditeur Il Mulino de Bologne, a participé à l’organisation du colloque international qui s’est tenu à Rome en 2007 à l’occasion des soixante-dix ans de la mort de Gramsci. Il a récemment préparé l’édition des Appunti di glottologia. Un corso universitario di Matteo Bartoli redatto da Antonio Gramsci,Rome, Istituto della Enciclopedia italiana (« Edizione nazionale degli scritti di Antonio Gramsci. Documenti », 1), 2016.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page