Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier
Outils

Le travail caché du prisonnier entre « littérature » et « politique ». Quelques réflexions sur les « sources » des Cahiers de prison d’Antonio Gramsci

Il lavoro nascosto del prigioniero fra “letteratura” e “politica”. Alcune riflessioni sulle “fonti” dei Quaderni del carcere di Antonio Gramsci
The hidden labour of the prisoner between “literature” and “politics”. Some notes on the “sources” of Gramsci’s Prison Notebooks
Fabio Frosini
Translated by Martine Annaval and Romain Descendre

Abstracts

The present contribution brings into focus the nexus between self-censorship and political analysis of the world as it was at the time of the Prison Notebooks. After a brief presentation of the way in which self-censorship has been evaluated and analysed in the studies and editions of Gramsci, we attempt to reconstruct a number of segments of the Notebooks, in which Gramsci carries out critical analyses of the world of the time in connection with a political project of a thoroughgoing redefinition of the PCI’s political strategy. The point to which we direct most attention is that group of processes that, briefly and somewhat conventionally Gramsci defines as “Americanism and Fordism”. We demonstrate the nexus between this group of phenomena and his investigation of the crisis and the transformation of parliamentarism, that is to say of the emergence of a “corporative” society, even outside fascist Italy, and of the appearance of a new form of politics, in which the masses are completely organized and actively present within the organizations created by the State in order to control them.

Top of page

Full text

Quelques considérations sur l’“écriture ésopique”

  • 1 G. Francioni, « Il bauletto inglese. Appunti per una storia dei “Quaderni” di Gramsci », Studi sto (...)
  • 2 Voir G. Francioni, « Il bauletto inglese », art. cité, p. 732.
  • 3 Ibid., p. 733.
  • 4 Voir ibid., p. 737 et suivantes.

1Il est connu que souvent Gramsci “code”, ou abrège, ou restitue par des circonlocutions une série de noms (Staline, Lénine, Trotski, Souvarine, Luxembourg, Marx, L’Ordine Nuovo, les bolchéviques). Ce fait suffit à révéler la crainte qui s’emparait de lui à l’idée que quelqu’un puisse décider de séquestrer ses manuscrits après les avoir contrôlés. Crainte justifiée, d’ailleurs : comme c’était le cas pour chaque prisonnier, les effets personnels de Gramsci, y compris ses livres, ses revues et ses cahiers, étaient gardés dans l’entrepôt de la prison, ce qui « rendait possible un contrôle continu du travail de Gramsci de la part des autorités »1. En outre, la possibilité d’écrire dans sa propre cellule et de posséder du matériel d’écriture venait de l’application d’un article du règlement pénitentiaire de 1891 (l’art. 325), lequel décrétait que, exceptionnellement seulement, les prisonniers se trouvant dans des cellules individuelles pouvaient posséder le nécessaire pour écrire2. Cet article, qui était déjà assez restrictif, ne fut pas inclus dans le règlement entré en vigueur le 18 juin 1931. C’est donc grâce au « pouvoir discrétionnaire » des différents directeurs qui se succédèrent à Turi que cette disposition fut maintenue3. De plus, Gramsci ne pouvait disposer que d’une quantité limitée de cahiers, ainsi que de livres et de revues4. Donc, ces derniers n’étaient pas à sa complète disposition : bien au contraire, le prisonnier ne pouvait les faire retirer de l’entrepôt que s’il en avait vraiment besoin et en respectant toujours un nombre limité.

2Bref, les livres, les revues et surtout les cahiers de Gramsci se trouvaient dans l’entrepôt, exposés à toute sorte de contrôle ou de confiscation ; en outre, le directeur de la prison avait le pouvoir de révoquer à tout moment l’autorisation d’écrire en cellule. Mais une fois que l’on a dit cela, il reste bien des choses à dire. Il faut tout d’abord se demander ce que Gramsci devait vraiment cacher face à une possible censure et, ensuite, ce que furent les stratégies qu’il suivit dans ce but. Pour répondre à ces deux questions, il est nécessaire de repartir du début, à savoir des témoignages de ceux qui furent dans l’entourage direct de Gramsci à cette époque-là.

3Tatiana Schucht, la belle-soeur d’Antonio qui l’assista pendant tout le temps qu’il passa en prison, écrit à sa sœur Giulia le 5 mai 1937 (quelques jours après la mort de Gramsci) :

  • 5 Inédite, cette lettre est conservée à la Fondazione Istituto Gramsci ; le passage est cité par G. (...)

Il est parvenu à les garder avec lui [les cahiers], en les écrivant dans un langage ésopique. Cependant il est évident qu’il n’aurait pu conserver ses œuvres auprès de lui après sa libération, c’est la raison pour laquelle il me répétait souvent que je devrais t’envoyer tous ses manuscrits, en les faisant sortir petit à petit de la clinique, mais dès après sa libération, par crainte qu’ils me surprennent avant avec les manuscrits.5

  • 6 Voir L. V. Loseff, On the Beneficence of Censorship: Aesopian Language in Modern Russian Literatur (...)

4Remarquons que, pour une Russe comme Tatiana, employer l’adjectif “ésopique” renvoyait directement au fait d’éluder la censure, selon un sens bien précis et établi du moins par Pouchkine : en Russie, “ésopique” signifiait la forme (le masque) littéraire recouvrant un contenu politique déterminé6. C’est à cette même nécessité de masquer un contenu politique qu’il est fait référence dans la Préface – non signée et attribuable par conséquent aux éditeurs Felice Platone et Palmiro Togliatti – à Il materialismo storico e la filosofia di Benedetto Croce, premier volume de la première édition des Quaderni :

  • 7 F. Platone, P. Togliatti, « Prefazione » à A. Gramsci, Il materialismo storico e la filosofia di B (...)

Un premier obstacle important [au fait d’étudier en prison] était la censure et le contrôle que l’administration pénitentiaire pouvait exercer à tout moment sur tous ses écrits. Il fallait éloigner les soupçons que les cahiers servent d’écrits politiques et de parti, éviter le plus possible, notamment dans les premiers cahiers et les premières pages de chaque cahier, d’évoquer le prolétariat, le communisme, le bolchévisme, Marx, Engels, Lénine, Staline, le Parti ; abandonner la terminologie traditionnelle des marxistes, les expressions révolution prolétaire, dictature du prolétariat, société socialiste, parti de la classe ouvrière ; renoncer à citer les titres de certaines œuvres fondamentales des grands théoriciens du marxisme et aller même jusqu’à paraphraser, au lieu de les citer littéralement, des passages de Marx et d’Engels.7

  • 8 G. Vacca, Vita e pensieri di Antonio Gramsci, ouvr. cité, p. 107.
  • 9 Ibid., p. 107-108.

5Comme on peut le voir, quiconque avait été directement en contact avec Gramsci était bien conscient du sens véritable de l’expression « für ewig ». On a même pu soutenir, dans la même ligne (comme l’a fait récemment Giuseppe Vacca), que la fameuse lettre du 19 mars 1927, dans laquelle apparaît l’expression « für ewig », est un double message chiffré, au censeur et au parti : au censeur, Gramsci (qui, en mars 1927, pense encore à une libération imminente) veut faire savoir – avec la présentation d’un plan d’études de « caractère strictement culturel » – qu’il n’exercera « aucune activité politique une fois libéré »8 ; à Togliatti, il désire faire savoir, au contraire, à travers « deux des quatre sujets de recherche énoncés » – « la formation de l’esprit public en Italie au siècle dernier » et « une étude de linguistique comparée » –qu’il entend poursuivre « l’âpre discussion politique entamée entre eux cinq mois auparavant » sur la façon de concevoir l’hégémonie du prolétariat et le rapport entre l’Union soviétique et la lutte sur les différents terrains nationaux9.

  • 10 A. Gramsci - T. Schucht, Lettere 1926-1935, A. Natoli et C. Daniele éd., Turin, Einaudi, 1997, p.  (...)
  • 11 Voir A. Gramsci, Quaderni del carcere, edizione critica diretta da G. Francioni, 1. Quaderni di tr (...)

6L’exemple que nous venons de citer est caractéristique de la façon de procéder de Vacca. Sa contribution est vraiment très précieuse car elle rassemble toutes les informations disponibles sur la période de l’emprisonnement de Gramsci, en puisant à des sources éditées et inédites. Le livre nous renseigne, en outre, sur un aspect que l’on avait négligé jusqu’à présent : le fait que, même en prison, Gramsci continua à se considérer comme le chef du parti, en se posant des problèmes et des questions d’ordre directement politique. C’est aussi dans ce but que ses cahiers ont été écrits. Cependant, l’exemple que nous venons de voir nous montre aussi quels sont les risques auxquels s’expose une lecture “codée” de toute sa correspondance. En réalité, l’histoire des intellectuels italiens avait été au centre de son essai sur la Question méridionale et deviendra le thème principal de toute la première phase de ses travaux (1929-1931) en prison ; alors qu’il ne s’occupe de linguistique comparée que peu après avoir écrit cette lettre, lorsque, le 3 octobre, il demande à sa belle-soeur Tatiana10 de commander pour lui Die Sprachstämme des Erdkreises (Les familles linguistiques du monde), un ouvrage de Franz Nicolaus Finck qu’il traduira intégralement dans les Cahiers B et C entre juin 1929 et novembre 193111 (remarquons en outre que, dans la lettre du 3 octobre, il affirme avoir déjà cherché le livre de Finck précédemment).

  • 12 A. Gramsci - T. Schucht, Lettere 1926-1935, ouvr. cité, p. 1012.

7Où donc placer la limite entre usage littéral et usage métaphorique des thèmes de sa correspondance ? Hormis dans quelques cas particulièrement évidents – comme lorsque Gramsci écrit à Tatiana, le 23 mai 1932, la priant de parler « à Piero » Sraffa d’un livre où se trouve mentionnée « une demande de grâce envoyée par Federico Confalonieri à l’empereur d’Autriche », pendant son emprisonnement, comme d’un « texte écrit par un homme réduit au dernier degré de l’abattement et de l’avilissement » –, cette limite ne peut être fixée de manière définitive12. Dans de nombreux cas, il est presque impossible de distinguer l’intérêt réel de Gramsci pour certains sujets de la façon dont ils pourraient faire office d’ambassadeurs cachés de ses convictions, de ses soucis ou de ses prises de position polémiques. Du reste, il ne faut jamais oublier que ces sujets sont à leur tour toujours liés de manière plus ou moins directe à la politique.

  • 13 F. M. Biscione, « Gramsci e la “questione meridionale”. Introduzione all’edizione critica del sagg (...)
  • 14 Gramsci le rappelle dans une note rapide de novembre 1930 : « Traducibilità dei linguaggi scientif (...)

8Prenons les exemples cités : le texte sur la Question méridionale est un écrit « “d’occasion” […] adressé avant tout aux cadres du parti qui devaient apprendre à considérer les questions paysanne et méridionale comme étant étroitement liées au problème politique général du pouvoir »13. Et la façon dont Gramsci reprend ce thème en prison confirme sa nature toute politique : en devenant une vaste recherche sur les origines des intellectuels italiens, cette question jette les bases d’une analyse du pouvoir dans l’Italie contemporaine, capable d’échapper au catastrophisme et à l’économisme qui s’étaient affirmés dans le Komintern. Quant au thème des langues et de la linguistique, il se convertira, lui aussi, dans l’innovation théorique la plus importante que Gramsci introduira dans le marxisme (et qui est d’ailleurs étroitement liée au thème des intellectuels) : la traductibilité des langues comme “matrice” théorique de la théorie de l’hégémonie, qui provient à son tour des discussions alimentées par Lénine en 1922, au IVe Congrès du Komintern, sur le thème de la “traduction” de l’expérience russe dans la politique des autres partis communistes14.

  • 15 Voir G. Vacca, Vita e pensieri di Antonio Gramsci, ouvr. cité, p. 190-192 ; P. Spriano, « Gli ulti (...)

9Le fait que les lettres soient écrites sous forme “ésopique” ne fait donc aucun doute. Il est en revanche beaucoup plus ardu de dire comment la “substance” interagit exactement avec le caractère “instrumental” des thèmes choisis pour la communication. Sur ce point, il vaut mieux rester le plus possible sur un terrain sûr, en subordonnant la lecture codée à la présence de circonstances décisives ou d’expressions révélatrices. Avec le renvoi, dont nous venons de parler, à la demande de grâce de Confalonieri, on est en présence de circonstances décisives, puisque Gramsci s’adressait de façon explicite à Sraffa qui s’occupait, depuis le début de l’année 1932, des démarches à faire pour obtenir une visite médicale de la part d’un médecin de confiance et qui confirma, en 1967, à Paolo Spriano, qu’il fallait interpréter l’allusion de cette façon15.

Un contenu politique sous forme littéraire

  • 16 F. Platone et P. Togliatti, « Prefazione », ouvr. cité, p. xv.
  • 17 A. Gramsci - T. Schucht, Lettere 1926-1935, ouvr. cité, p. 62.
  • 18 C’est moi qui souligne. Sur tout cela, voir G. Francioni, « Come lavorava Gramsci », ouvr. cité, p (...)

10Le cas le plus important d’expression révélatrice réside justement dans la lettre déjà mentionnée du 19 mars 1927, qui expose un programme d’études en quatre points. Dans leur Préface à Il materialismo storico e la filosofia di Benedetto Croce16, Togliatti et Platone interprètent déjà cette lettre comme une façon de faire croire aux autorités fascistes que les recherches entreprises en prison ne traiteraient pas de thèmes politiques mais se limiteraient à être des travaux de caractère strictement littéraire. Gramsci insiste ici, comme chacun sait, sur le caractère « désintéressé » (même si le mot est écrit entre guillemets) des travaux de recherche qu’il envisage d’entreprendre17. Quelques jours plus tard, le 27 mars 1927, il adressa une requête au juge d’instruction du Tribunal militaire de Milan dans le but de « pouvoir avoir en permanence dans sa cellule une plume, de l’encre et une centaine de feuilles de papier pour écrire des travaux de caractère littéraire »18. La requête ne fut pas acceptée mais nous retrouvons la même formule dans la lettre que Gramsci adresse à son frère Carlo l’année suivante, le 13 août 1928 :

  • 19 Lettre à Carlo Gramsci du 13 août 1928, dans A. Gramsci, Lettere dal carcere, A. A. Santucci éd., (...)

Dans la requête [visant à obtenir une cellule individuelle], ajoute aussi que mon travail passé d’intellectuel me fait ressentir fortement la difficulté qu’il y a étudier et à lire lorsqu’on est dans une chambrée de malades, et demande qu’il me soit permis, étant seul, d’avoir du papier et de l’encre pour que je puisse me consacrer à un travail de caractère littéraire et à l’étude des langues.19

  • 20 P. Sraffa, Lettere a Tania per Gramsci, V. Gerratana éd., Rome, Editori Riuniti, 1991, p. 225.

11L’expression revient, plus tard encore, dans la lettre que Piero Sraffa adresse le 4 mai 1932 à Palmiro Togliatti ; Sraffa rapporte que Gramsci, dans sa missive du 18 avril, a commencé à discuter de l’Histoire de l’Europe au xixe siècle de Benedetto Croce, et précise ceci : « Je la conserve et vous l’enverrai lorsque l’ensemble de ces lettres sera au complet »20. Remarquons l’emploi du “vous” qui, étant donné que Sraffa s’adressait à Togliatti en le tutoyant, fait allusion à un partage et à un usage non individuel, non privé, des missives du prisonnier. Cela est confirmé dans les phrases qui suivent :

Si l’on en juge à ce premier épisode, on pourra en tirer une excellente recension, avec seulement quelques rares corrections.

  • 21 Ibidem (je souligne).

Il semble que le système fonctionne, et il ne faut pas le laisser tomber : dès qu’il aura fini le livre de Croce, il faudra lui fournir un autre sujet. As-tu quelque idée ? Que dirais-tu des livres de De Man ? Il faut, naturellement, trouver un sujet qui permette de faire passer le contenu politique sous forme littéraire.21

  • 22 Voir Cahier 1, § 132 : Quaderni, p. 119-120 ; Cahier 1, § 157 : Quaderni, p. 137-138 ; Cahier 4 [b (...)
  • 23 H. De Man, Il superamento del marxismo, A. Schiavi éd., 2 vol., Bari, Laterza, 1929.

12On peut donc dire que, grâce à Tatiana Schucht et Piero Sraffa, les lettres de Gramsci arrivent à tout le groupe dirigeant du Centre extérieur du parti, et que les raisons pour lesquelles ces lettres sont sollicitées sont strictement politiques. Les noms de Croce ou du théoricien socialiste belge Henri De Man sont très significatifs et leur voisinage n’est pas le fruit du hasard. Gramsci réfléchit en effet dans les Cahiers sur De Man, en l’associant à Croce qui avait promu la traduction italienne de son ouvrage de 1927, Au-delà du marxisme22, sous le titre Il superamento del marxismo (Le dépassement du marxisme)23. Croce et De Man représentent, de façons différentes mais convergentes, des tentatives de refonder l’ordre social européen en présence du fascisme, à savoir sans revenir simplement au libéralisme ou au socialisme d’avant la guerre mais en absorbant la nouveauté représentée par le fascisme, c’est-à-dire par un régime réactionnaire se présentant cependant comme “populaire” et même comme “démocratique” dans le sens où il introduisait pour la première fois dans la sphère politique toute la masse de la population, sans exception d’âge, de sexe ou de condition sociale.

  • 24 P. Togliatti, « Il leninismo nel pensiero e nell’azione di A. Gramsci (Appunti) » (1958), dans Id. (...)

13L’on peut donc conclure, sur ce point, que le « fil conducteur » de toute l’œuvre de Gramsci, y compris les Cahiers, réside bien – comme l’écrivit parfaitement Palmiro Togliatti en 1958 – « dans son activité réelle, qui commence à l’époque de sa jeunesse et qui se développe peu à peu jusqu’à l’avènement du fascisme, son arrestation et même après »24. C’est bien la source de cette « activité réelle » dont Sraffa et Togliatti essayèrent d’éviter le tarissement, au moyen des stratagèmes que nous venons de voir. Les lettres sur Croce, et les lettres de prison en général, doivent être lues aussi – voire surtout – comme une façon de maintenir ouverte la communication entre le groupe dirigeant du parti et celui qui en restait encore, à tous points de vue, le secrétaire général. Mais l’exemple des lettres sur Croce, et de celles qu’il ne put pas écrire sur De Man, montre aussi que ce canal de communication institue à son tour un rapport direct entre les Cahiers et la politique du Parti communiste. Un rapport tourmenté, polémique, contradictoire mais qui n’a jamais été interrompu.

L’américanisme et le « parlement organique »

14Posons donc cette première conclusion : les Cahiers de prison sont non seulement une œuvre politique sous forme littéraire, mais sont une œuvre politique en tant qu’ils sont une intervention politique. Les Cahiers peuvent donc être comparés au Prince de Machiavel (qui est probablement le “livre” sur lequel Gramsci, en prison, réfléchit le plus continûment, en fonction d’un très large éventail d’intérêts) car l’écriture, la pensée n’y est pas la théorie d’une pratique mais est elle-même une forme de pratique, une intervention stratégique au sein d’une situation déterminée, dans la perspective de sa transformation. La situation est ici l’Italie fasciste dans le contexte européen des années trente, la perspective est celle du Parti communiste italien.

  • 25 P. Sraffa, Lettere a Tania per Gramsci, ouvr. cité, p. 23.

15C’est à la lumière de ces premiers éléments que je vais maintenant présenter une série de considérations sur les “sources” des Cahiers. Étant donné la conclusion énoncée ci-dessus, le rapport aux sources devient absolument fondamental puisque leur ensemble constitue la base de la “reconnaissance” du terrain sur lequel cette intervention stratégique peut s’insérer. Lorsque Gramsci lit les revues fascistes – pour donner l’exemple qui dans ce sens est le plus important –, il ne le fait pas dans le but de “photographier” une situation, ni seulement pour « se tenir au courant »25 – comme l’écrit Piero Sraffa à Tatiana Schucht le 23 août 1931 –, mais pour épier la dynamique intime de la situation, la dynamique des forces en action dans laquelle pouvait s’insérer l’action des communistes italiens. C’est pour cette raison qu’il est absolument fondamental d’identifier les “points” sur lesquels l’action politique des communistes peut “s’appuyer” en obtenant un maximum d’efficacité. Autrement dit : ces “points” sont les lignes de conflit qui traversaient généralement le capitalisme contemporain et qui, considérées sous une perspective italienne, se présentaient surtout sous deux grandes formes : la dichotomie Europe/Amérique, c’est-à-dire le thème de l’américanisme et du fordisme avec le renvoi très clair au modèle soviétique de la planification et à la question du corporatisme ; et la dichotomie État/société civile, à savoir le thème de la crise du parlementarisme avec ses deux corollaires que sont le déplacement de la souveraineté et la transformation du droit. Nous parlerons ici, pour des raisons temporelles, uniquement du premier d’entre eux.

  • 26 Munitor, « Gli albori di un nuovo spirito sociale in America », Nuova Antologia, LXII, fasc. 1336 (...)

16Je ne retracerai pas ici le thème de l’américanisme dans son ensemble. Tenant pour connus les principaux aspects de ce dernier, je veux mettre en évidence certaines de ses articulations moins connues mais révélatrices de la trame politico-stratégique du discours de Gramsci. Commençons par un texte du Cahier 3, écrit dans la première moitié du mois de juin 1930. Au § 26, à partir d’un article de la Nuova Antologia de novembre 1927, consacré à « l’émergence d’un nouvel esprit social en Amérique »26, Gramsci écrit :

  • 27 Quaderni, p. 307.

Amérique et Europe. En 1927, le Bureau international du travail de Genève a publié les résultats d’une enquête sur les rapports entre patrons et ouvriers aux États-Unis, « Les relations industrielles aux États-Unis ». Selon Samuel Gompers, les objectifs ultimes du syndicalisme américain consisteraient dans l’institution progressive d’un contrôle paritaire, qui s’étendrait du simple atelier à l’ensemble de l’industrie et serait couronné par une espèce de parlement organique (voir la forme qu’assume dans les propres termes de Gompers et al. la tendance des ouvriers à l’autonomie industrielle).27

  • 28 Voir « Samuele Gompers », Il Grido del Popolo, no 722, 25 mai 1918, maintenant dans A. Gramsci, Il (...)
  • 29 Cahier 4 [c], § 4 [G § 52] : Quaderni, p. 489.

17Gramsci – qui connaissait assez bien la personnalité de Gompers, lui ayant consacré divers articles à la fin de 191828 – retrouve, sous l’interprétation du leader syndical, l’élan des ouvriers vers l’autonomie industrielle (celle-là même que Gramsci avait théorisée et expérimentée à Turin) et accepte la discussion sur le « parlement organique », à savoir sur le parlement corporatif, comme terrain sur lequel ces exigences sont, objectivement, formulées actuellement (ce qui nous permet de mieux comprendre dans quel sens Gramsci parle de « l’importance, [...] la signification et [...] la portée objective du phénomène américain »)29.

  • 30 S. Gompers, Ligue de nations ou ligue de financiers, traduit de l’anglais par J. Laporte, introduc (...)
  • 31 Quaderni, p. 336.
  • 32 Le volume est dans le Fondo Gramsci, no 670.

18On retrouve la figure de Gompers au § 56 du même Cahier 3 [G § 55], écrit entre juin et juillet 1930. Gramsci rappelle ici la thèse – soutenue par Gompers dans un livre de 1924 (Ligue de nations ou ligue de financiers)30 – d’une sympathie de la finance nord-américaine pour le travaillisme britannique et pour le fascisme italien et conclut par un renvoi évident au § 26 : « Ressemblances réelles entre le régime politique des États-Unis et celui de l’Italie, notées également dans une autre note »31. Au § 69 du même Cahier [G § 68], enfin, écrit en août 1930 et intitulé Américanisme, Gramsci rappelle un passage du livre d’André Siegfried, Les États-Unis d’aujourd’hui32, où il est affirmé :

  • 33 A. Siegfried, Les États-Unis d’aujourd’hui, Paris, Colin, 1928, p. 349-350.

En l’absence de ces institutions intermédiaires, dont la collaboration sociale se tempère d’autonomie, le milieu américain tend à prendre l’aspect d’un collectivisme de fait, voulu des élites et allègrement accepté de la masse, qui subrepticement mine la liberté de l’homme.33

19La tendance de la politique américaine vers un État corporatif et une sorte de démocratie massifiée et “collectiviste”, la réalité du fascisme et, en partie, celle du travaillisme britannique, sont dans ces passages rapprochées de façon significative. Ce rapprochement nous aide à mieux comprendre la thèse selon laquelle l’américanisme poussera l’Europe à “révolutionner” son système économico-social, qui apparaît ici dans sa première rédaction (20-31 mai 1930) :

Le problème est le suivant : si l’Amérique, par le poids implacable de sa production économique, va contraindre ou est en train de contraindre l’Europe à un bouleversement de son assise économico-sociale, bouleversement qui se serait produit de toute façon mais selon un rythme lent, et qui au contraire se présente dans l’immédiat comme un contrecoup de la domination américaine ; autrement dit, si l’on assiste à une transformation des bases matérielles de la civilisation, ce qui à long terme (pas très long, car à l’époque actuelle tout va beaucoup plus vite que dans les siècles passés) amènera un bouleversement de la civilisation même existante et à la naissance d’une nouvelle civilisation. (Cahier 3, § 11 : Quaderni, p. 296)

  • 34 Voir C. S. Maier, Recasting bourgeois Europe. Stabilization in France, Germany and Italy in the De (...)

20La deuxième rédaction, le § 15 du Cahier 22, remontant à l’automne 1934, ne présente aucune variante particulière. Gramsci est donc toujours convaincu que la structure corporative des États-Unis influencera de la même façon la forme politique des États européens, en les contraignant à introduire un nouveau genre de représentation des intérêts, sur le modèle corporatif – à savoir extra-parlementaire et directement lié à la fonction productive – et non plus libéral. C’est exactement ce qui était en train de se passer effectivement dans la deuxième moitié des années vingt34.

21Cette transformation signifie aussi une nouvelle forme d’hégémonie. Dans un texte du Cahier 1 (§ 61, intitulé Américanisme), Gramsci écrit, en se référant aux États-Unis :

  • 35 Cahier 1, § 61 : Quaderni, p. 72.

L’hégémonie naît de l’usine et n’a pas besoin d’un grand nombre d’intermédiaires politiques et idéologiques. Les « masses » de Romier sont l’expression de ce nouveau type de société, où la « structure » domine plus immédiatement les superstructures et où celles-ci sont rationalisées (simplifiées et en nombre réduit).35

  • 36 Le volume est conservé dans le Fondo Gramsci, no 620.
  • 37 Voir J. Clarke, France in the Age of Organization. Factory, Home and Nation from the 1920s to Vich (...)

22La référence est à Qui sera le Maître ? Europe ou Amérique ? (Paris, Hachette, 1927)36, du journaliste Lucien Romier. Ici, comme dans le livre cité ci-dessus de Siegfried, l’organisation scientifique du travail est présentée comme un moment décisif dans la formation d’un modèle de société corporative et efficace (Romier appartenait au « Redressement français », groupe de technocrates désireux d’introduire la « science de l’organisation » comme point de convergence entre la rationalisation technocratique et le renouvellement corporatif de la société)37.

Le corporatisme comme « révolution passive »

  • 38 A. Salsano, Ingegneri e politici, ouvr. cité, p. 4.

23Tout le débat sur la réorganisation corporative de la société, qui se déroulait aussi bien en Europe qu’en Amérique, connut un tournant décisif lors du congrès sur le World Social Economic Planning, « où se trouvèrent réunis à Amsterdam, en août 1931, des tayloristes américains, des socialistes et surtout des syndicalistes européens et des exposants du Gosplan soviétique » et qui fut aussi le point de départ de l’élaboration planiste d’Henri De Man38.

  • 39 « Economia diretta », La Nuova Italia, III, 3, 20 mars 1932, p. 85-88.

24Gramsci est au courant des discussions qui se sont déroulées au congrès grâce à un article anonyme du 20 mars 193239, intitulé « Economia diretta » et publié dans La Nuova Italia. Cet article décrit très bien la complexité de la participation au congrès et la diversité des intérêts politiques en jeu. Il souligne, notamment, le fait que les participants sont contraints de réfléchir à la nécessité d’introduire des éléments de planification depuis la crise économique mondiale et ses conséquences politiques dans le monde capitaliste :

  • 40 Ibid., p. 87.

Non seulement des économistes mais aussi des chefs d’État dénoncent la « démence » et la « course à la faim et au suicide » présentes dans les méthodes qui ont prévalu jusqu’à présent dans les échanges et les relations internationales. On y condamne les particularismes myopes ; tout se joue autour de la question de savoir si c’est une catastrophe qui les fera tomber, comme peut l’être le Moyen Âge économique propre au bolchévisme (capable, lui aussi, d’inventer de nouvelles formes d’économie mais après avoir tourmenté combien de générations ?), ou si on parviendra à réaliser à temps des équilibres et des évolutions progressives sur les bases essentielles de l’économie actuelle.40

25Cet article est publié en mars. Au mois d’avril, dans un texte du Cahier 8, Gramsci écrit :

(On pourrait le concevoir ainsi : la révolution passive se vérifierait dans la transformation « réformiste » de la structure économique, en partant d’une économie individuelle pour arriver à une économie planifiée (économie dirigée) ; l’avènement d’une « économie moyenne », entre l’économie individualiste pure et celle qui est intégralement planifiée, permettrait le passage à des formes politiques et culturelles plus avancées, sans cataclysmes radicaux et sans destruction de masse [il passaggio a forme politiche e culturali più progredite senza cataclismi radicali e distruttivi in forma sterminatrice]. Le « corporatisme » pourrait être ou devenir, en se développant, cette forme économique moyenne de caractère « passif ») (Cahier 8 [b], § 71 [G § 236] : Quaderni, p. 1089).

26Ce passage se trouve situé, entre parenthèses, à l’intérieur d’un texte consacré à l’Histoire de l’Europe de Benedetto Croce. C’est la première fois que Gramsci fait ici la comparaison entre la révolution passive décrite et théorisée par Croce dans son Histoire, pour le xixe siècle (le livre est défini comme « un traité de révolutions passives »), et le fascisme comme révolution passive du siècle nouveau, et il ajoute : « J’ai déjà fait allusion à ce sujet dans une autre note, et il faut approfondir le sujet dans son ensemble ».

27Gerratana renvoie (mais de façon incertaine) au Cahier 8 [c], § 36 [G § 36]. Je pense, au contraire, que Gramsci fait ici allusion au Cahier 1, § 135 :

Voici la question qui se présente : désormais les corporations existent, elles créent les conditions permettant que les innovations industrielles soient introduites sur une grande échelle, parce que les ouvriers ne peuvent ni s’y opposer, ni lutter pour être eux-mêmes les porteurs de ce bouleversement. La question est essentielle, elle est l’hic Rhodus de la situation italienne : les corporations deviendront donc la forme de ce bouleversement en vertu de ces « ruses de la providence » qui font en sorte que les hommes, sans le vouloir, obéissent aux impératifs de l’histoire. Le point essentiel est là : cela peut-il avoir lieu ? On est nécessairement porté à le nier. (Quaderni, p. 125)

  • 41 Voir Cahier 8 [b], § 71 [G § 236], avril 1932 ; Cahier 10, <Sommario>, avril-mai ; Cahier 10, § 6.9 [G I § 9</Sommario> (...)
  • 42 Quaderni, p. 1228.

28Entre 1930 et 1932, Gramsci suit donc le débat sur le corporatisme, en Italie et en Europe. Dans ce cadre, il formule l’hypothèse que le fascisme est une « révolution passive », à savoir une modernisation de la structure socio-économique nationale italienne, réalisée en absorbant une partie des revendications des classes subordonnées et capable de créer de nouvelles marges d’accumulation. Comme il le mentionne implicitement dans le § 71 du Cahier 8 [b] et comme il le dit explicitement dans la deuxième rédaction de cette note – Cahier 10, § 6.9 [G I § 9] –, Gramsci lie l’Histoire de l’Europe à cette fonction “progressive” du fascisme italien. Il pense que l’intervention idéologique du philosophe italien n’est pas contraire au fascisme, mais qu’elle entend permettre – de façon plus ou moins consciente (dans le laps de temps de quelques jours, entre mai et juin 1932, Gramsci passe de l’hypothèse d’un appui non prémédité de Croce au fascisme à celle d’un appui conscient)41 – qu’il se développe dans un sens modéré, selon un arrangement reconstituant les bases de l’hégémonie bourgeoise en Italie. Par conséquent, les « formes politiques et culturelles plus avancées » que le fascisme serait en mesure de créer sont celles qui résulteraient de l’intervention de Croce qui, avec sa théorie de la révolution passive, offrirait au fascisme « un renfort », comme le précise Gramsci dans la deuxième rédaction de cette note que nous avons citée (Cahier 10, § 6.9 [G I § 9])42.

29Ces « formes politiques et culturelles plus avancées » sont réalisables, selon l’hypothèse formulée par Gramsci, grâce à l’avènement d’une « économie médiane » qui serait – ou pourrait devenir – le corporatisme : ni un pur individualisme, ni un pur collectivisme. « Médiane », plus précisément, « entre l’économie individualiste pure et celle qui est planifiée dans un sens intégral », à savoir entre le capitalisme libéral et la planification dont l’Union soviétique représentait un exemple concret au moment où Gramsci écrivait.

  • 43 B. de Jouvenel, L’économie dirigée. Le programme de la nouvelle génération, Paris, Librairie Valoi (...)

30Gramsci parle en somme de l’« économie planifiée (économie dirigée) », comme il le déclare dans ce texte, qui était à ce moment-là (nous sommes en avril 1932) à l’ordre du jour des discussions en cours dans différents pays européens comme un moyen pour endiguer les effets de la grande dépression, et qu’il reprend directement de l’article de La Nuova Italia cité plus haut. Cela nous démontre sans équivoque que Gramsci, en faisant référence à l’« économie dirigée » (economia diretta), place le fascisme italien dans le cadre plus large des réactions européennes à la crise économique des années trente, où l’expression « économie dirigée » avait été introduite en 1928 par Bertrand de Jouvenel dans un livre portant ce titre43.

31Que l’objet de l’allusion de Gramsci soit le débat européen sur la crise économique est ce dont témoigne un texte écrit immédiatement après le § 71 du Cahier 8 [b], c’est-à-dire le § 32 du Cahier 9 [b] [G § 32], remontant à mai-juin 1932, dans lequel l’expression « économie dirigée » revient dans un contexte très clair :

  • 44 Quaderni, p. 1115.

Économie nationale. On ne peut juger l’ensemble de l’activité économique d’un pays qu’en la reliant au marché international : cette activité « existe » et doit être évaluée dans la mesure où elle s’insère dans une unité internationale. D’où l’importance du principe des coûts comparés et la solidité que gardent les théorèmes fondamentaux de l’économie classique à l’égard des critiques verbeuses des théoriciens de toute nouvelle forme de mercantilisme (protectionnisme, économie dirigée, corporatisme, etc.).44

32Dans l’expression « économie planifiée (économie dirigée) », par conséquent, ce qui est mis entre parenthèses représente une limite et une précision du sens de « économie planifiée » afin de bien la distinguer de la planification « intégrale », à savoir soviétique. De cette façon, Gramsci retourne d’un ton polémique sur le passage de l’article de La Nuova Italia cité ci-dessus, où l’on exprime, au contraire, le point de vue de celui qui a l’intention de sauver le capitalisme international, et qui dans le bolchévisme voit seulement le « Moyen Âge » et dans l’« économie dirigée » la solution au protectionnisme, c’est-à-dire aux problèmes des sociétés capitalistes d’après-guerre.

  • 45 Voir A. Gramsci, « Stato e sovranità », Energie nove, s. I, no 7-8, 1er-28 février 1919, p. 99-101 (...)

33Pour Gramsci, au contraire, seule l’économie classique interprète la « physiologie » du capitalisme tandis que toute autre solution est tiraillée entre la perspective « exterminatrice » et la relance passive d’un système en crise. Perspective exterminatrice que Gramsci avait évoquée dans divers articles précédents45 et reprise dans ce même § 135 du Cahier 1 auquel il renvoie implicitement dans le Cahier 8 :

  • 46 On ne peut franchement qu’être très surpris de lire, dans un volume récent (L. Canfora, Spie, URSS (...)

[...] le régime corporatif est dans la dépendance du chômage et non de l’emploi : il garantit à ceux qui ont un emploi un certain minimum vital qui, si la concurrence était libre, s’écroulerait lui aussi, provoquant de graves bouleversements sociaux. Très bien : mais le régime corporatif, né dans la dépendance de cette situation très délicate, dont il faut préserver l’équilibre essentiel à tout prix pour éviter une gigantesque catastrophe, pourrait procéder par de toutes petites étapes, insensibles, qui modifieraient la structure sociale sans secousses brusques : même l’enfant le plus étroitement et le plus solidement langé se développe normalement. (Cahier 1, § 135 : Quaderni, p. 126 ; je souligne)46

  • 47 Quaderni, p. 125.

34En résumé, l’on peut dire que l’intérêt de Gramsci pour l’américanisme est étroitement lié à celui pour le corporatisme et qu’à son tour, ce dernier a une importance politique immédiate. Le modèle corporatif est autant une adaptation au modèle américain qu’une réaction conservatrice contre ce dernier. Dans le § 135 du Cahier 1 que nous avons déjà cité, Gramsci se demande si « les corporations deviendront la forme de ce bouleversement [industriel de la nation] en vertu d’une de ces “astuces de la providence” qui fait que les hommes obéissent, sans le vouloir, aux impératifs de l’histoire »47.

35Son hypothèse est en fait que les corporations, nées dans le souci immédiat de réprimer et de contrôler l’insubordination ouvrière diffuse des suites de 1917, puissent être effectivement le véhicule d’une modernisation que la classe ouvrière avait revendiquée :

Une analyse approfondie de l’histoire italienne avant 22, qui ne se laisserait pas prendre aux mirages du carnaval extérieur mais saurait saisir les motifs profonds du mouvement, devrait arriver à la conclusion que ce sont précisément les ouvriers qui ont porté les nouvelles exigences industrielles et qui, à leur façon, les ont affirmées vaillamment. (Cahier 1, § 135 : Quaderni, p. 125)

  • 48 Cahier 1, § 61 : Quaderni, p. 72.

36Et à un autre endroit, toujours dans le Cahier 1, Gramsci nous rappelle que « l’Ordine Nuovo défendait une forme propre d’“américanisme” »48.

37Vu que, sous le vague concept d’« américanisme » se cache – comme c’est désormais bien évident – la tendance du monde de l’après-guerre à une démocratie corporative dans laquelle la représentation politique se redéfinit dans son lien direct avec la production, il est bien clair que le corporatisme italien, le planisme franco-belge, le planisme et l’idéologie managériale américaine et le système soviétique – en somme, tout ce que le discours officiel résume sous le concept d’« économie dirigée » – sont des variantes différentes de la même tendance. Il s’ensuit que le conflit Amérique-Europe introduit dans la solution fasciste un élément d’instabilité que les communistes doivent savoir utiliser pour mettre le régime italien en contradiction avec lui-même. En somme, la comparaison Amérique-Europe possède un sens directement politique, mieux encore stratégique, plutôt qu’économique. Il renvoie, comme nous l’avons vu au début en discutant sur le texte de Gompers, à l’« autonomie industrielle » comme solution, de la part des ouvriers, de la crise organique du capitalisme.

  • 49 Comme le remarque G. Cospito, Il ritmo del pensiero. Per una lettura diacronica dei « Quaderni del (...)

38Dans cette perspective, le passage de la guerre de mouvement à la guerre de position acquiert lui aussi un sens différent. C’est dans le Cahier 6 que ce concept est pour la première fois49 mis en relation avec celui d’hégémonie. « La guerre de position » – écrit Gramsci au § 138 – est cette forme de lutte politique se déroulant durant la « phase culminante de la situation politico-historique ». À cela correspond la nécessité vitale, pour la classe dirigeante, de mobiliser « toutes les ressources de l’hégémonie et de l’État » :

La guerre de position demande d’énormes sacrifices à des masses illimitées de la population ; il faut donc une concentration inouïe de l’hégémonie et, par conséquent, une forme de gouvernement plus « interventionniste », qui prenne l’offensive plus ouvertement contre les opposants et organise d’une manière permanente l’« impossibilité » d’une désintégration interne : contrôles de tous genres, politiques, administratifs, etc., renforcement des « positions » hégémoniques du groupe dominant, etc. [...] alors on passe à la guerre de siège, serrée, difficile, qui requiert des qualités exceptionnelles de patience et d’esprit inventif. En politique le siège est réciproque, malgré toutes les apparences, et le seul fait que celui qui domine doive faire étalage de toutes ses ressources montre le jugement qu’il porte sur l’adversaire. (Cahier 6, § 138 ; Quaderni, p. 802)

39Cette description reflète la nouvelle situation des années vingt-trente lorsque les masses commencent à faire partie de l’État de façon directe et que la politique s’étend de façon capillaire pour réorganiser la vie de toute la population. Toute barrière entre “public” et “privé” devient relative, se déplace continuellement de par la nécessité de contrôler chaque aspect d’une vie sociale désormais complètement mobilisée et qui, en tant que telle, n’est plus passible d’être repoussée dans la masse informe de la désagrégation de l’avant-guerre. Gramsci caractérise ici la guerre de position non pas – remarquons-le – comme “guerre de tranchées” mais – en poussant la métaphore presque au-delà du pensable – comme une guerre de siège tout à fait sui generis, car de « siège […] réciproque ». Les classes dominées assiègent donc l’État tout en étant en même temps assiégées par la politique de l’État menée par la classe dominante. La puissance déployée par l’État est, par conséquent, un indice de la puissance des masses des dominés.

  • 50 Quaderni, p. 1567.

40Lorsque Gramsci emploiera plus tard (Cahier 13, § 7) l’expression « structure de masse des démocraties modernes »50 comme étant le fondement du passage de la guerre de mouvement à la guerre de position, c’est à cette modification dans un sens corporatif et organique des régimes politiques européens qu’il est en train de penser, et non à un modèle de démocratie “occidentale” hypothétique et tout à fait inactuel à ce moment-là. En utilisant l’expression « structure de masse des démocraties modernes », Gramsci se réfère en somme à une sorte de régime comprenant toutes les variantes possibles – du fascisme au planisme social-démocrate et au modèle américain – de réaction à l’existence du premier État ouvrier et, en son sein, à l’affirmation de l’« autonomie industrielle ».

  • 51 Voir Cahier 15, § 5 : Quaderni, p. 1755-1759, février 1933. Sur la façon dont Gramsci lit la crise (...)

41La nécessité de résoudre la crise d’hégémonie qui avait déjà commencé avant la guerre – et dont la crise de 1929 est une manifestation, et non l’inverse51 – pousse tous les régimes bourgeois à intensifier de façon exceptionnelle leur pression sur les individus, bouleversant les vieux équilibres avec des conséquences potentiellement destructives. Dans la guerre de position, en somme, la lutte s’intensifie et devient de plus en plus violente. Dans un texte dramatique du Cahier 15 intitulé Notes autobiographiques, dans lequel il étudie « les effondrements du caractère », Gramsci observe : « Il est certain qu’aujourd’hui s’est infiltré un élément “terroriste” qui n’existait pas dans le passé, de terrorisme matériel et aussi moral qui n’est pas négligeable » (Cahier 15, § 9 : Quaderni, p. 1764).

42Au moment où les classes subalternes “assiègent” en masse le pouvoir en formulant, non plus seulement de façon abstraite – avec le “marxisme de la chaire” – mais de façon concrète, avec leurs partis politiques de masse, la question d’une transformation politico-sociale essentielle, la lutte est destinée à s’aggraver et à atteindre des formes exaspérées. C’est sous cet aspect qu’il faut interpréter l’observation suivante, contenue dans un texte du Cahier 4 consacré à l’école et écrit en novembre 1930 :

Dans une situation politique nouvelle, ces questions deviendront particulièrement dures, et il faudra alors résister à la tendance à rendre facile ce qui ne pourrait l’être sans être dénaturé. Si l’on veut créer un nouveau corps d’intellectuels, jusqu’aux plus hauts sommets, à partir d’un groupe social qui n’a pas traditionnellement développé les aptitudes psycho-physiques appropriées, il faudra surmonter des difficultés inouïes [>et le chemin sera semé aussi de cadavres<]. (Cahier 4 [c], § 7 [G § 55] : Quaderni, p. 503)

43Gramsci raye cette dernière proposition d’épais traits de plume et ne la reprend pas lors de la deuxième version (qui se trouve dans le Cahier 12, § 2). Il s’agit donc d’une correction univoque.

  • 52 Cahier 3, § 18 : Quaderni, p. 303.
  • 53 Cahier 4 [c], § 1 [G § 49] : Quaderni, p. 476-477.

44Et pourtant cette proposition éclaire très différemment toute la question traitée précédemment, celle de la formation d’une couche autonome d’intellectuels. Cette formation est en réalité une lutte de classe très dure qui s’intensifie davantage à cause des nouvelles conditions des “démocraties de masse” des années trente, car l’État a tendance à absorber les formes de vie et d’organisation des classes subalternes en éliminant tout espace d’autonomie et en “formant” les “intellectuels” dans ses propres intérêts. Dans le Cahier 3, Gramsci écrit, en se référant au fascisme, que « la centralisation de toute la vie nationale dans les mains de la classe dominante devient frénétique et absorbante »52 : mais, comme on a déjà pu constater, il s’agit d’une tendance plus générale, liée à la multiplication exceptionnelle, dans le monde moderne, de la « catégorie des intellectuels », au sens large du terme tel que Gramsci l’entend dans les Cahiers, à savoir intellectuels comme fonctionnaires de l’« hégémonie sociale d’un groupe et de sa domination étatique », aussi bien dans le domaine privé du « prestige » que dans le domaine public de l’« appareil de coercition »53. La lutte pour la formation d’un nouveau genre d’intellectuels s’insère donc dans un processus de modification de l’équilibre psycho-physique que l’État avait déjà initié.

45L’analogie avec le taylorisme et le fordisme est évidente. Analogie confirmée aussi par une autre donnée, d’ailleurs surprenante : dans l’article déjà cité de la Nuova Antologia de novembre 1927, auquel Gramsci se réfère en juin 1930 dans le § 26 du Cahier 3 portant sur Gompers, on peut lire :

  • 54 Munitor, Gli albori di un nuovo spirito sociale in America, ouvr. cité, p. 242 (je souligne).

Dure lutte syndicale, culminant dans l’après-guerre, autour de l’alternative « Closed shop or open shop ? » Magasin fermé ou magasin ouvert ? C’est-à-dire : travail réservé seulement aux ouvriers du syndicat ou accessible à tous ? Voilà le point de tactique syndicale autour duquel la bataille a été particulièrement dure et la lutte menée, des deux côtés, avec une vigueur extrême ; comme si l’avenir en avait entièrement dépendu! Et le chemin a été semé de cadavres !54

  • 55 Voir G. Francioni, L’officina gramsciana. Ipotesi sulla struttura dei « Quaderni dal carcere », Na (...)
  • 56 Voir la liste des « livres livrés à Tatiana le 15 juin 1930 », rédigée à p. 163 du Cahier 2 (Quade (...)

46Ce fascicule fait partie d’un paquet de vieilles revues que Gramsci dépouillait en juin 193055 et qu’il livra le 15 juin à Tatiana56. Donc, au moment où il écrit le texte sur la formation des intellectuels organiques comme lutte de classe très violente, en novembre, il ne dispose pas de cet article. De juin à novembre, la phrase reste figée dans sa mémoire et passe d’un texte à l’autre.

  • 57 Quaderni, p. 125. Le quotidien L’Ordine Nuovo avait publié le 5 juillet 1921 un article de Piero S (...)
  • 58 Quaderni, p. 125.

47On peut considérer qu’en l’employant, Gramsci a voulu mettre l’accent sur le lien direct entre la question de l’américanisme – dans le sens stratégique que nous avons tenté d’illustrer – et celle des intellectuels. De fait, la lutte sur l’open shop avait été exploitée par les industriels américains pour briser les résistances syndicales, liquider les syndicats libres et les remplacer « par un système d’organisations d’entreprise isolées (entre elles) », comme on peut le lire dans le § 135 du Cahier 157 que j’ai déjà cité plusieurs fois. Mais la destruction des syndicats, comme le souligne Gramsci dans ce texte, ne doit pas être combattue en elle-même car elle entraîne de toute façon « une diminution des coûts, la rationalisation du travail, l’introduction de mécanismes plus perfectionnés et d’organisations plus perfectionnées du système de l’entreprise »58. Elle doit en revanche être combattue en tant qu’elle est réalisée pour conserver et augmenter le profit.

48De façon analogue, l’absorption au sein de l’État des formes autonomes d’organisation des classes subalternes ne doit pas être combattue pour elle-même. Même s’il est sanguinaire, ce processus déplace les modes de formation de l’hégémonie sur un plan différent et supérieur car il s’adresse à toute la population et non seulement à un groupe restreint de minorités ; en outre, il traite la population comme une force active et la pousse même – comme l’écrit Gramsci de façon complètement inattendue dans un texte du Cahier 10 – à faire son propre « apprentissage politique » :

  • 59 Cahier 10, § 23 [G II, § 22] : Quaderni, p. 1260 (je souligne).

Croce a beau s’armer de sarcasmes contre l’égalité, la fraternité et exalter la liberté – fût-elle spéculative. Elle sera comprise comme égalité et fraternité et ses livres apparaîtront comme l’expression et la justification implicite d’un constituentisme sortant par tous les pores de cette Italie « qu’on ne voit pas » et qui fait, depuis dix ans seulement, son apprentissage politique.59

Top of page

Notes

1 G. Francioni, « Il bauletto inglese. Appunti per una storia dei “Quaderni” di Gramsci », Studi storici, XXXIII, 4, 1992, p. 713-741 (p. 731n). Voir aussi Id., « Come lavorava Gramsci », dans A. Gramsci, Quaderni del carcere. Edizione anastatica dei manoscritti, G. Francioni éd., 18 vol., Rome-Cagliari, Istituto della Enciclopedia Italiana - «L’Unione Sarda, 2009, vol. I, p. 21-60 (p. 41-45).

2 Voir G. Francioni, « Il bauletto inglese », art. cité, p. 732.

3 Ibid., p. 733.

4 Voir ibid., p. 737 et suivantes.

5 Inédite, cette lettre est conservée à la Fondazione Istituto Gramsci ; le passage est cité par G. Vacca, Vita e pensieri di Antonio Gramsci, Turin, Einaudi, 2012, p. 324.

6 Voir L. V. Loseff, On the Beneficence of Censorship: Aesopian Language in Modern Russian Literature, Munich, Verlag Otto Sagner in Kommission, 1984, chap. 1.

7 F. Platone, P. Togliatti, « Prefazione » à A. Gramsci, Il materialismo storico e la filosofia di Benedetto Croce, Turin, Einaudi, 1948, p. xiii-xxii (p. xix).

8 G. Vacca, Vita e pensieri di Antonio Gramsci, ouvr. cité, p. 107.

9 Ibid., p. 107-108.

10 A. Gramsci - T. Schucht, Lettere 1926-1935, A. Natoli et C. Daniele éd., Turin, Einaudi, 1997, p. 144.

11 Voir A. Gramsci, Quaderni del carcere, edizione critica diretta da G. Francioni, 1. Quaderni di traduzioni (1929-1932), G. Cospito et G. Francioni éd., Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 2007, p. 281-438 (Cahier B) et p. 557-613 (Cahier C).

12 A. Gramsci - T. Schucht, Lettere 1926-1935, ouvr. cité, p. 1012.

13 F. M. Biscione, « Gramsci e la “questione meridionale”. Introduzione all’edizione critica del saggio del 1926 », Critica marxista, XXVIII, 3, 1990, p. 38-50 (p. 43). Voir aussi Id., « Rivoluzione e contadini del Sud nella politica comunista », Italia contemporanea, X, 150, 1983, p. 23-55, en particulier p. 50-53 ; Id., « Politica e storia nei “Temi” di Gramsci sul Mezzogiorno », ibid., XII, 158, 1985, p. 75-88 ; L. Paggi, Le strategie del potere in Gramsci. Tra fascismo e socialismo in un solo paese. 1923-1926, Rome, Editori Riuniti, 1984, p. 328-335.

14 Gramsci le rappelle dans une note rapide de novembre 1930 : « Traducibilità dei linguaggi scientifici e filosofici. Nel 1921 : questioni di organizzazione. Vìlici disse e scrisse : “non abbiamo saputo ‘tradurre’ nelle lingue ‘europee’ la nostra lingua” » (Cahier 7 [b], § 2 [G § 2] : Quaderni del carcere [désormais : Quaderni] p. 854). Les datations des textes des Cahiers que j’indique ici et infra sont celles qui ont été établies par G. Francioni et reportées par G. Cospito, « Appendice », dans Id., « Verso l’edizione critica e integrale dei Quaderni del carcere », Studi storici, LII, 4, 2011, p. 881-904 (p. 896-904), où est aussi précisée la contribution de Cospito. L’ordre des textes à l’intérieur des Cahiers est celui qui a été établi par Gianni Francioni pour la nouvelle édition critique. Dorénavant, lorsqu’il existe des divergences entre les deux éditions, je donnerai aussi entre crochets et précédés de “G”, la référence à l’ordre établi par Valentino Gerratana dans son édition critique (Turin, Einaudi, 1975). Le titre abrégé Quaderni précède le renvoi au numéro de la page dans l’édition Gerratana.

15 Voir G. Vacca, Vita e pensieri di Antonio Gramsci, ouvr. cité, p. 190-192 ; P. Spriano, « Gli ultimi anni di Gramsci in un colloquio con Piero Sraffa », Rinascita, XXIV, 15, 1967, p. 14-16.

16 F. Platone et P. Togliatti, « Prefazione », ouvr. cité, p. xv.

17 A. Gramsci - T. Schucht, Lettere 1926-1935, ouvr. cité, p. 62.

18 C’est moi qui souligne. Sur tout cela, voir G. Francioni, « Come lavorava Gramsci », ouvr. cité, p. 34.

19 Lettre à Carlo Gramsci du 13 août 1928, dans A. Gramsci, Lettere dal carcere, A. A. Santucci éd., Palerme, Sellerio, 1996, p. 205 (je souligne).

20 P. Sraffa, Lettere a Tania per Gramsci, V. Gerratana éd., Rome, Editori Riuniti, 1991, p. 225.

21 Ibidem (je souligne).

22 Voir Cahier 1, § 132 : Quaderni, p. 119-120 ; Cahier 1, § 157 : Quaderni, p. 137-138 ; Cahier 4 [b], § 2 [G § 2] : Quaderni, p. 421.

23 H. De Man, Il superamento del marxismo, A. Schiavi éd., 2 vol., Bari, Laterza, 1929.

24 P. Togliatti, « Il leninismo nel pensiero e nell’azione di A. Gramsci (Appunti) » (1958), dans Id., Scritti su Gramsci, G. Liguori éd., Rome, Editori Riuniti, 2001, p. 213-234 (p. 214) ; je souligne.

25 P. Sraffa, Lettere a Tania per Gramsci, ouvr. cité, p. 23.

26 Munitor, « Gli albori di un nuovo spirito sociale in America », Nuova Antologia, LXII, fasc. 1336 (16 novembre), 1927, p. 239-244.

27 Quaderni, p. 307.

28 Voir « Samuele Gompers », Il Grido del Popolo, no 722, 25 mai 1918, maintenant dans A. Gramsci, Il nostro Marx. 1918-1919, S. Caprioglio éd., Turin, Einaudi, 1984, p. 56-59. Voir aussi « Un uomo di carattere », Avanti!, XXII, 285, 14 octobre 1918, maintenant ibid., p. 327-329 ; et « L’americano a Torino. Gompers e la “manonera” », ibid., XXII, 287, 16 octobre 1918, maintenant ibid., p. 334-337.

29 Cahier 4 [c], § 4 [G § 52] : Quaderni, p. 489.

30 S. Gompers, Ligue de nations ou ligue de financiers, traduit de l’anglais par J. Laporte, introduction par Y. Le Trocquer, Paris, Payot, 1924, p. 86 et suivantes. Le livre est présent dans le Fondo Gramsci, no 284.

31 Quaderni, p. 336.

32 Le volume est dans le Fondo Gramsci, no 670.

33 A. Siegfried, Les États-Unis d’aujourd’hui, Paris, Colin, 1928, p. 349-350.

34 Voir C. S. Maier, Recasting bourgeois Europe. Stabilization in France, Germany and Italy in the Decade after World War I, Princeton (N. J.), Princeton University Press, 1975.

35 Cahier 1, § 61 : Quaderni, p. 72.

36 Le volume est conservé dans le Fondo Gramsci, no 620.

37 Voir J. Clarke, France in the Age of Organization. Factory, Home and Nation from the 1920s to Vichy, New York-Oxford, Bergahn Books, 2011, p. 21-26 et 177. En général, voir aussi A. Salsano, Ingegneri e politici. Dalla razionalizzazione alla « rivoluzione manageriale », Turin, Einaudi, 1987, p. 6-24 et 61-93 ; Id., L’altro corporativismo. Tecnocrazia e managerialismo tra le due guerre, Turin, Il Segnalibro Editore, 2003, p. 1-27.

38 A. Salsano, Ingegneri e politici, ouvr. cité, p. 4.

39 « Economia diretta », La Nuova Italia, III, 3, 20 mars 1932, p. 85-88.

40 Ibid., p. 87.

41 Voir Cahier 8 [b], § 71 [G § 236], avril 1932 ; Cahier 10, <Sommario>, avril-mai ; Cahier 10, § 6.9 [G I § 9], mai ; lettre à Tatiana du 9 mai 1932 ; à la même, 6 juin ; Cahier 10, § 23 [G II § 22].

42 Quaderni, p. 1228.

43 B. de Jouvenel, L’économie dirigée. Le programme de la nouvelle génération, Paris, Librairie Valois, 1928.

44 Quaderni, p. 1115.

45 Voir A. Gramsci, « Stato e sovranità », Energie nove, s. I, no 7-8, 1er-28 février 1919, p. 99-101, maintenant dans Id., Il nostro Marx, 1918-1919, ouvr. cité, p. 518-523 (p. 522) ; « Lo Stato e il socialismo », L’Ordine Nuovo, I, 8, 28 juin - 5 juillet 1919, maintenant dans A. Gramsci, L’Ordine Nuovo. 1919-1920, V. Gerratana et A. A. Santucci éd., Turin, Einaudi, 1987, p. 114-120 (p. 119) ; « Industriali, operai, produzione », Avanti!, édition Piémont, XXIII, 322, 21 novembre 1919, maintenant dans ibid., p. 325-327 (p. 327) ; « Il programma dell’“Ordine Nuovo” [I] », L’Ordine Nuovo, II, 12, 14 août 1920, dans ibid., p. 619-623 (p. 619) ; « Contro il pessimismo », L’Ordine Nuovo, s. III, I, 2, 15 mars 1924, maintenant dans A. Gramsci, La costruzione del Partito comunista. 1924-1926, E. Fubini éd., Turin, Einaudi, 1971, p. 16-20 (p. 18).

46 On ne peut franchement qu’être très surpris de lire, dans un volume récent (L. Canfora, Spie, URSS, antifascismo. Gramsci 1926-1937, Rome, Salerno, 2012, p. 162) que l’expression « cataclysmes radicaux et destructeurs de masse [cataclismi radicali e distruttivi in forma sterminatrice] » contenue dans le § 236 du Cahier 8, puisse être une « référence », qui « ne saurait être plus claire », à l’URSS.

47 Quaderni, p. 125.

48 Cahier 1, § 61 : Quaderni, p. 72.

49 Comme le remarque G. Cospito, Il ritmo del pensiero. Per una lettura diacronica dei « Quaderni del carcere » di Gramsci, Naples, Bibliopolis, 2011, p. 94.

50 Quaderni, p. 1567.

51 Voir Cahier 15, § 5 : Quaderni, p. 1755-1759, février 1933. Sur la façon dont Gramsci lit la crise, voir J.-P. Potier, « La crisi degli anni Trenta vista da Antonio Gramsci », dans Gramsci e la rivoluzione in Occidente, A. Burgio et A. A. Santucci éd., Rome, Editori Riuniti, 1999, p. 69-81.

52 Cahier 3, § 18 : Quaderni, p. 303.

53 Cahier 4 [c], § 1 [G § 49] : Quaderni, p. 476-477.

54 Munitor, Gli albori di un nuovo spirito sociale in America, ouvr. cité, p. 242 (je souligne).

55 Voir G. Francioni, L’officina gramsciana. Ipotesi sulla struttura dei « Quaderni dal carcere », Naples, Bibliopolis, 1984, p. 44-66.

56 Voir la liste des « livres livrés à Tatiana le 15 juin 1930 », rédigée à p. 163 du Cahier 2 (Quaderni, p. 2377). Voir G. Francioni, L’officina gramsciana, ouvr. cité, p. 47-48.

57 Quaderni, p. 125. Le quotidien L’Ordine Nuovo avait publié le 5 juillet 1921 un article de Piero Sraffa intitulé « Open shop drive », dans lequel cette dynamique était mise en lumière. Voir J.-P. Potier, Piero Sraffa, unorthodox economist (1898-1983). A biographical essay, trad. anglaise, Londres, New York, Routledge, 1991, p. 19.

58 Quaderni, p. 125.

59 Cahier 10, § 23 [G II, § 22] : Quaderni, p. 1260 (je souligne).

Top of page

References

Electronic reference

Fabio Frosini, « Le travail caché du prisonnier entre « littérature » et « politique ». Quelques réflexions sur les « sources » des Cahiers de prison d’Antonio Gramsci », Laboratoire italien [Online], 18 | 2016, Online since 28 November 2016, connection on 27 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/1064 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.1064

Top of page

About the author

Fabio Frosini

Chercheur en Histoire de la philosophie à l’Université d'Urbino. Il est directeur de la Ghilarza Summer School - Scuola internazionale di studi gramsciani, membre de la commission scientifique pour l’Edizione Nazionale degli scritti di Antonio Gramsci, du comité garant et du comité scientifique de la Fondazione Istituto Gramsci de Rome et du comité de direction de l’International Gramsci Society - Italia. Ses intérêts de recherche vont de l’histoire de la philosophie de la Renaissance à celle du marxisme, principalement italien. Parmi ses publications : Gramsci e la filosofia. Saggio sui “Quaderni del carcere”, Rome, Carocci, 2003 (Prix international “Giuseppe Sormani” 2004, Turin) ; La religione dell’uomo moderno. Politica e verità nei “Quaderni del carcere” di Antonio Gramsci, Rome, Carocci, 2010 ; Vita, tempo e linguaggio (1508-1510). L Lettura Vinciana - 17 aprile 2010, Florence, Giunti, 2011 ; Maquiavel o revolucionário, São Paulo, Ideias & Letras, 2016.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page