Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier
Bilan

Les études récentes sur Gramsci en Italie

Recenti studi su Gramsci in Italia
Some recent studies on Gramsci in Italy
Giuseppe Vacca
Translated by Marie Lucas

Abstracts

The article offers a “wide-angle lens” view of the most recent discussions on Gramsci in Italy and shows how their publication of new documents, or new editions of already-known documents, has been intertwined with critical discussion. Albeit with many interpretative oscillations and divergences, a common aspect characterizes this discussion, which may be summed up in two points, namely method and merit. Regarding the first of these, diachrony comes to the fore as the sine qua non for understanding Gramsci’s thought at each moment of his life. On the second point – the questions of merit – we show, in agreement with the first point, how all the contributions examined, as the red thread that runs through them, take account of the fact that Gramsci was above all else a practising, active politician, and only in so far as he was such was he also a theoretician of politics. We thus succeed in grasping the originality of the personality and thought of Gramsci, and avoid falling into the types of “academic” reconstruction – very widespread up to the 1980s – which resolved this thought and this personality into the “sum” of their “sources”. Gramsci is thereby restored to the history of his party, but at the same time the fact emerges that his legacy goes beyond that tradition and belongs to the whole of Italian culture.

Top of page

Full text

  • 1  A. Carlucci, Gramsci and Languages. Unification, Diversity, Hegemony, Leiden-Boston, Brill, 2013, (...)
  • 2  A. Gramsci, Quaderni del carcere, 1, Quaderni di traduzioni (1929-1932), G. Cospito et G. Francion (...)
  • 3  Ils ont donné naissance tant à des œuvres individuelles importantes – comme l’ouvrage de F. Frosin (...)
  • 4  G. Liguori, Gramsci conteso. Interpretazioni, dibattiti e polemiche, 1922-2012, Rome, Editori Riun (...)
  • 5  Pour l’approfondissment de ce ce thème, je me permets de renvoyer à mon Vita e pensieri di Antonio (...)
  • 6  P. Togliatti, « Il leninismo nel pensiero e nell’azione di A. Gramsci (appunti) », dans Id., La po (...)
  • 7  Idem, p. 1188-1189.

1Dans une brillante monographie consacrée au rôle de la linguistique dans la formation de la pensée d’Antonio Gramsci, Alessandro Carlucci écrit que l’année 2007 a marqué le début de nouveaux développements des études gramsciennes « spécialement en Italie »1. Carlucci accorde une importance toute particulière à la publication de l’Edizione Nazionale degli Scritti di Antonio Gramsci, qui a commencé cette année-là précisément avec la parution des Cahiers de traductions, jusqu’alors inédits2. Son observation n’est pas sans fondement puisque la mise en œuvre d’une nouvelle édition critique intégrale des écrits de Gramsci, difficilement mise en route dans la seconde moitié des années quatre-vingt-dix, a contribué tant à la formation d’une nouvelle génération de chercheurs qu’à un profond renouvellement des façons d’étudier Gramsci. Il est bon toutefois de rappeler aussi la contribution apportée par les séminaires sur le lexique des Cahiers, organisés par l’International Gramsci Society-Italia depuis 2001, auxquels ont participé certains collaborateurs de l’Édition nationale3. Cette nouvelle saison des études gramsciennes a généré un nombre croissant de livres, d’essais, d’écrits journalistiques dont il n’est pas facile de rendre compte. Dans l’édition revue et augmentée de son Gramsci conteso, Guido Liguori en fournit un vaste compte rendu, serein et précis, même lorsqu’il s’agit d’une littérature de valeur contestable4 ; différemment, je ne voudrais m’arrêter que sur quelques ouvrages d’auteurs italiens qui, selon moi, apportent des innovations significatives à la recherche gramscienne. Il s’agit, à dire vrai, d’un petit nombre de volumes au regard de tous ceux qui ont été publiés dans la dernière décennie, mais je les ai choisis parce qu’ils partagent les critères les plus susceptibles de faire progresser la connaissance de Gramsci, j’entends par là l’analyse diachronique des écrits de prison et la reconstruction de sa biographie. Ces publications contribuent de façon décisive à corriger les dérives les plus graves des études gramsciennes anciennes et récentes : la dissociation de sa vie et de sa pensée5. Autrement dit, il s’agit d’ouvrages d’historiographie ayant tous à l’esprit que Gramsci fut « un théoricien de la politique mais surtout [...] un praticien politique c’est-à-dire un combattant », et que c’est « dans la politique qu’il faut rechercher l’unité de [sa] vie : son point de départ et son point d’arrivée »6. Les auteurs dont nous nous occuperons partagent aussi la conviction que la figure de Gramsci « transcende la simple histoire » du Parti communiste italien et représente « un nœud, de pensée autant que d’action, dans lequel tous les problèmes de notre temps sont présents et se mêlent »7.

2Les quelques pages de ce compte rendu ne nous permettent pas de reconstituer la toile de fond de ces ouvrages ; toutefois, il convient de rappeler quelques moments d’une longue accumulation heuristique sans laquelle le projet de l’Édition nationale n’aurait pas même vu le jour. Aussitôt après la publication de l’édition critique des Cahiers (1975), l’étude diachronique a commencé à donner lieu à de nouvelles enquêtes qui allaient rendre de moins en moins utilisable la quasi-intégralité de la littérature gramscienne antérieure. Pour donner une vision d’ensemble de ce qu’elle avait produit jusqu’alors, il convient de citer une page de la Storia d’Italia Einaudi, publiée justement en 1975. Résumant vingt-cinq années d’études, Alberto Asor Rosa écrivait :

  • 8  A. Asor Rosa, La cultura, second tome du IVe volume de la Storia d’Italia, Turin, Einaudi, 1975, p (...)

Gramsci trouvait le « bloc historique » chez Georges Sorel ; la théorisation de la distinction permanente entre gouvernants et gouvernés chez Mosca et Pareto, le concept de réforme intellectuelle et morale dans l’ensemble de la tradition idéaliste italienne, de De Sanctis à Croce et Gentile [...] ; le rapport entre force et consentement, la figure du Centaure machiavélien, chez Mosca et chez Croce ; le concept d’histoire éthico-politique, la politique comme passion, la dimension religieuse de la philosophie, et beaucoup d’autres choses, chez Croce ; plusieurs inspirations pour sa théorie du parti politique moderne chez Michels ; les sympathies libérales chez Einaudi et chez d’autres théoriciens du libre-échange. Et même son marxisme, il faut le reconnaître, dépend lui aussi fortement de cette tradition de la pensée bourgeoise italienne. Personne n’oserait soutenir que Gramsci ait été un lecteur attentif et régulier du Capital [...] Le fait même de reprendre avec conviction la définition du marxisme comme philosophie de la praxis révèle le rapport profond de Gramsci avec cette tradition qui le précède. Il est en effet parfaitement juste de dire qu’il récupère la partie la plus authentique de la réflexion d’Antonio Labriola. Mais il revient à Labriola, sans l’ombre d’un doute, en passant à travers la relecture idéaliste qu’en avaient faite Croce et Gentile, par un processus, cependant, de constant renversement théorique, qui caractérise une bonne partie de son activité de penseur.8

  • 9  Sa lecture de Gramsci calquait l’essai de Mario Tronti, « Tra materialismo dialettico e filosofia (...)

3À quarante ans de distance, je crois que, tout en tenant compte de la position culturelle de leur auteur9, ces lignes reflètent fidèlement un trait commun aux études gramsciennes de la période précédant l’édition critique des Cahiers : la tendance alors dominante à dissoudre la pensée de Gramsci dans la généalogie de ses sources, selon cette manie typiquement académique qu’est la méthode combinatoire.

  • 10  Dans un essai pionnier de 1972, « Una chiave di lettura in “Americanismo e Fordismo” », dans Rinas (...)
  • 11  Francioni a également tiré profit du livre de C. Buci-Glucksmann, Gramsci et l’État : pour une thé (...)
  • 12  Pour citer seulement quelques essais de la période, je voudrais mentionner F. De Felice, « Rivoluz (...)
  • 13  Des années quatre-vingt, je me contente d’évoquer aussi l’essai de Michele Ciliberto, « La fabbric (...)
  • 14  Rome, Editori Riuniti, 1990.
  • 15  27 avril 1937, dans P. Sraffa, Lettere a Tania per Gramsci, éd. et intr. V. Gerratana, Rome, Edito (...)
  • 16  T. Schucht, Lettere ai familiari, préface de G. Gramsci, éd. et intr. M. Paulesu Quercioli, Rome, (...)
  • 17  Voir note 15.
  • 18  A. Gramsci-T. Schucht, Lettere 1926-1935, C. Daniele et A. Natoli éd., Turin, Einaudi, 1997.
  • 19  Togliatti editore di Gramsci, C. Daniele éd., Introduction de G. Vacca, Annales de la Fondation In (...)
  • 20  Les éclaircissements fondamentaux concernent les désaccords avec le Komintern, les ruptures avec l (...)
  • 21  Gramsci tra filologia e storiografia. Scritti per Gianni Francioni, G. Cospito éd., Naples, Biblio (...)

4L’édition thématique des années 1948-1951 n’empêchait pas une lecture diachronique des Cahiers, mais elle la rendait très difficile et, à ma connaissance, seul Franco De Felice s’y est essayé10. L’édition critique a au contraire incité à confronter les premières rédactions des notes à leurs réécritures, créant ainsi les conditions pour faire émerger l’échafaudage conceptuel de la philosophie de la praxis gramscienne. L’affinement des critères de datation des Cahiers par Gianni Francioni11 fut une étape fondamentale, alors que l’approfondissement du concept de « révolution passive » modifiait l’interprétation de la théorie de l’hégémonie12. Mais la saison qui mène à l’Édition nationale commença en 1989, non seulement parce que cette année a marqué la fin du « socialisme réel » et du PCI, mais aussi en raison d’un certain nombre d’événements concomitants qui concernaient spécifiquement les études gramsciennes13. Le premier fut le colloque Gramsci nel mondo (Formia, 25-29 octobre 1989), auquel participèrent de nombreux traducteurs et éditeurs des écrits de Gramsci dans les principales aires linguistiques de la planète. Ce colloque donna une impulsion à l’organisation des études internationales sur Gramsci en lançant la bibliographie de John Cammett et l’International Gramsci Society. Le deuxième événement fut l’étude de la correspondance entre Gramsci et Tatiana Schucht par Aldo Natoli. Les lettres de Tania, bien que soigneusement conservées par la Fondation Institut Gramsci depuis les années soixante, n’avaient jamais été examinées attentivement parce que cette figure avait été jugée insignifiante pour la biographie du « prisonnier ». La recherche de Natoli, aboutissant l’année suivante au livre Antigone e il prigioniero. Tania Schucht lotta per la vita di Antonio Gramsci14, mit un terme à ce déplorable silence en portant au jour la figure d’une femme de haute teneur intellectuelle et de grande force morale, qui pour Gramsci avait sacrifié plus de dix années de sa vie (« En réalité, lui écrivit Piero Sraffa juste après l’annonce de la mort de Gramsci, c’est seulement par votre dévotion et par l’assistance plus que fraternelle que vous lui avez prêtée sans interruption qu’il a pu survivre toutes ces années »)15. Mais l’importance de Tania dans la vie du prisonnier ne commença à être pleinement perçue que l’année suivante, grâce à la publication de deux autres correspondances : celle que Tania entretint avec la famille Schucht et celle qu’elle échangea avec Piero Sraffa. La première appartenait aux archives familiales, la seconde avait fait l’objet d’une donation à la Fondation par Sraffa en 1974. Les lettres « russes » de Tatiana n’allaient pas au-delà de 193416 et ses lettres à Sraffa n’étaient que partiellement utilisées, et dans les notes seulement17, mais, malgré tout, ces trois livres jouèrent dans l’ensemble un rôle fondamental pour la réorientation des études gramsciennes. Avant tout, ils rendirent possible le travail de Chiara Daniele, qui publia la correspondance intégrale entre Gramsci et Tatiana en l’armant d’un appareil de notes considérable18. En second lieu, ils s’avérèrent indispensables à la reconstruction de l’histoire éditoriale des Lettres et des Cahiers, qui trouva son aboutissement quelques années après19. La progression des études sommairement évoquées ici n’aurait pas été possible sans la reprise des recherches de la Fondation Institut Gramsci auprès des archives du Komintern, à Moscou, à partir de 1988. Elle fut motivée avant tout par le projet de l’Édition nationale et, bien qu’encore inachevée, a contribué à combler des lacunes fondamentales dans la connaissance de la biographie politique de Gramsci pour les années 1922-193720. Dans l’ensemble, les recherches entamées en 1988-1989 et les résultats obtenus en plus d’une quinzaine d’années ont confirmé la validité des critères qui ont inspiré l’Édition nationale21 et ont favorisé la maturation d’une nouvelle saison pour les études gramsciennes.

  • 22  Gramsci nel suo tempo, F. Giasi éd., Annales de la Fondation Institut Gramsci, XVI, 2 tomes, Rome, (...)

5Pour revenir aux considérations de Carlucci dont nous sommes partis, il convient de rappeler qu’en 2007, année du soixante-dixième anniversaire de la mort de Gramsci, eut lieu non seulement la publication des premiers volumes de l’Édition nationale de ses écrits, mais également le traditionnel colloque anniversaire que la Fondation qui porte son nom consacra au thème Gramsci nel suo tempo. Le colloque se proposait de reconstruire la biographie politique et intellectuelle de Gramsci, et tira profit de la contribution de chercheurs intéressés tant par sa pensée que par l’histoire politique, l’histoire économique, l’histoire de la culture, ainsi que de linguistes, afin d’en restituer les contextes. Le caractère choral et polyphonique de cette recherche ne permet pas d’en résumer ici les résultats. Mais il suffit de parcourir l’index de l’ouvrage pour voir à quel point la démarche des études gramsciennes a changé : en revenant au catalogue compilé par Asor Rosa en 1975, on peut facilement observer comment, pour chaque thème, on ne procède plus par suggestions, assonances et analogies (le sorélisme de Gramsci, son bergsonisme, son crocianisme, etc.) : les différentes contributions, désormais, reconduisent les sources, les confrontations et les contaminations vers la reconstitution d’une individualité historique, la formation d’une culture et d’un caractère qui mettent en évidence la singularité et la cohérence de la figure de Gramsci22. Les « études récentes » auxquelles je vais à présent consacrer les réflexions qui viennent partent donc de cette année-là ; comme je l’ai dit plus haut, celles-ci se limiteront aux œuvres qui partagent l’approche philologique et la méthode historique évoquées en commençant.

  • 23  P. Togliatti, La politica nel pensiero e nell’azione, ouvr. cité, p. 1122.
  • 24  On me permettra d’évoquer, à côté de la littérature déjà citée, mon Gramsci e Togliatti, Rome, Edi (...)
  • 25  Rome, Carocci, 2012.
  • 26  L. Paggi, Antonio Gramsci e il moderno Principe. Nella crisi del socialismo italiano, Rome, Editor (...)
  • 27  Au livre de Paggi déjà cité, on peut ajouter F. De Felice, Serrati, Bordiga, Gramsci e il problema (...)
  • 28  A. Gramsci, Quaderni del carcere, Turin, Einaudi, 1975, p. 1755-1759 (trad. fr. Cahiers de prison, (...)

6Parmi les résultats les plus significatifs des recherches précédentes, il y avait avant tout la possibilité d’articuler la pensée de Gramsci en périodes distinctes et bien caractérisées. La plus grande partie de ces recherches s’était appliquée à une lecture diachronique des Cahiers ; en reconstituant leur lexique, les glissements sémantiques et l’affinement progressif des catégories fondamentales, elles avaient mis en lumière la formation d’une pensée originale, ouverte mais systématique, qui ne pouvait être lue dans la continuité de la période précédente. Pour sa part, la pensée développée par Gramsci entre 1914 et 1926 ne se prêtait plus à une enquête téléologique tendant à y déceler les anticipations, véritables ou présumées, des Cahiers. Dès 1958, Togliatti avait mis en garde contre le risque consistant à traiter « l’œuvre de Gramsci, et en particulier le contenu des Cahiers, en s’efforçant de rapprocher artificiellement une partie d’une autre, comme pour en extraire [...] un manuel du parfait penseur et homme d’action communiste », et il avait suggéré comme critère d’historicisation la recherche des liens entre « les moments concrets de son action » et « chaque formulation et affirmation générale de doctrine »23. Autrement dit, il avait suggéré de relier l’étude de la pensée de Gramsci à la reconstitution des événements de l’histoire italienne et mondiale auxquels Gramsci avait fait face depuis sa jeunesse jusqu’à sa mort. Si cet avertissement avait déjà donné des résultats innovants dans la lecture des Cahiers24, la première monographie sur le « jeune Gramsci » adhérant rigoureusement à ces critères est le livre récent de Leonardo Rapone, Cinque anni che paiono secoli. Antonio Gramsci dal socialismo al comunismo (1914-1919)25. Quarante ans après le livre pionnier de Leonardo Paggi26, la lecture téléologique des « écrits de jeunesse » et l’insistance sur les généalogies culturelles paraissaient anachroniques et parfois erronées. Rapone suit pour sa part une orientation résolument historiographique que l’on peut synthétiser ainsi : étant donné que l’adhésion au PSI, en 1913, a été vécue par Gramsci comme un choix grâce auquel il pourrait ordonner sa formation intellectuelle et morale, de quels apports celle-ci se nourrit-elle et quelles caractéristiques donne-t-elle à son idéal socialiste ? En second lieu, jusqu’en octobre 1917, quand Gramsci devient secrétaire de la section turinoise du PSI et assume de fait la direction du Grido del Popolo, sa formation est celle d’un intellectuel plus que d’un politique ; cet élément ne changera pas sensiblement jusqu’à la participation au mouvement turinois des conseils, à la veille duquel s’arrête le livre de Rapone. Je dirais donc que son trait distinctif est la reconstitution de la formation d’un intellectuel socialiste qui, entre l’automne 1917 et le mois d’avril 1919, devient peu à peu un « professionnel de la révolution », dont l’activité fondamentale, toutefois, reste le journalisme. On ne peut manquer de remarquer comment biographie politique et formation intellectuelle s’enchevêtrent tout au long d’un itinéraire centré sur le militantisme socialiste, à une époque où, cependant, la vocation et le destin de Gramsci ne sont pas encore déterminés. Ce critère permet à l’auteur de filtrer les sources qui affluent en abondance au cours de sa formation, faisant émerger l’originalité des « traductions » et des associations par lesquelles il les refond pour développer une pensée propre. Si la matrice marxienne du lien entre libéralisme et « socialisme intransigeant » avait été éclaircie depuis un certain temps27, la reconstitution de la « pensée de la guerre » effectuée par Rapone présente, elle, une grande nouveauté. C’est un thème central dans la formation de Gramsci, autant pour l’incidence que la réflexion sur la grande guerre eut sur les développements ultérieurs de sa pensée que parce qu’il fut la base d’une façon d’analyser l’histoire fondée sur la dynamique des relations internationales. Mais il convient d’attirer l’attention sur la position de Gramsci dans le paysage du socialisme européen, position originale en tant qu’y sont absentes aussi bien la théorie de l’impérialisme que la thèse de l’inévitabilité de la guerre. Dans l’analyse gramscienne du capitalisme entre la fin du xixe siècle et la Grande Guerre, à côté du Marx du Manifeste et du Capital, on trouve la pensée libérale à la Hobson et Norman Angell plutôt que le marxisme de Kautsky, Hilferding ou Jaurès. La formation accomplie d’une économie mondiale constituait pour lui l’infrastructure d’un monde global et interdépendant, dans lequel les socialistes avaient pour rôle de mettre le capitalisme au défi de remplir jusqu’au bout sa mission : plus s’étendraient les rapports de production capitalistes, plus vite mûriraient les conditions rendant possible l’avènement de l’Internationale. La guerre, donc, n’était pas la conséquence inévitable du capitalisme impérialiste, mais résultait – comme Gramsci le répétera dans les Cahiers – de la contradiction entre le cosmopolitisme de l’économie et le nationalisme de la politique28. Autrement dit, elle était la conséquence du protectionnisme économique et du nationalisme politique dérivant de la régression « économico-corporative » des classes dirigeantes européennes et de l’incapacité à conjuguer les « espaces » de la politique et ceux de l’économie.

  • 29  L. Rapone, Antonio Gramsci nella grande guerra, XLVIII, 1, 2007, p. 97-106.
  • 30  R. Gualtieri, « Le relazioni internazionali, Marx e la filosofia della praxis in Gramsci », Studi (...)
  • 31  A. Di Biagio, « Egemonia leninista, egemonia gramsciana » ; S. Pons, « Il gruppo dirigente del Pci (...)

7Nous ne pouvons pas rendre compte de tous les aspects innovateurs de la monographie de Rapone, mais nous voudrions signaler que le chapitre sur la guerre, précédemment publié dans la revue Studi storici29, a stimulé plusieurs contributions au colloque de 2007, Gramsci nel suo tempo, parmi lesquelles celle de Roberto Gualtieri qui, en adoptant le paradigme de l’histoire internationale, a mis en évidence l’incidence du Capital sur la pensée de Gramsci, depuis les « écrits de jeunesse » jusqu’aux Cahiers spéciaux, en proposant d’articuler sa biographie en trois périodes, dont seule la deuxième (1920-1926) permet de parler d’une adhésion aux canons interprétatifs et à la stratégie du Komintern30. Les interventions d’Anna Di Biagio et de Silvio Pons, quant à elles, furent consacrées à la position de Gramsci face au bolchévisme avant son arrestation31.

  • 32  Gramsci nel suo tempo, ouvr. cité, t. II, p. 553-580. Mais pour préciser la position de Gramsci en (...)
  • 33  Sur le lien entre la révolution russe et l’approfondissement de Marx, il faut cependant consulter (...)
  • 34  F. Izzo, I Marx di Gramsci, ouvr. cité, p. 568-576.
  • 35  D. Kanoussi, Una introducción a los Cuadernos de la cárcel de Antonio Gramsci, México, Plaza y Val (...)
  • 36  F. Izzo, Democrazia e cosmopolitismo in Antonio Gramsci, Rome, Carocci, 2009.

8La périodisation évoquée est confirmée par une enquête, la plus précise dont nous ayons disposé jusqu’à présent, sur la présence de Marx dans la pensée de Gramsci, I Marx di Gramsci de Francesca Izzo. Cette recherche, menée elle aussi à l’occasion du colloque de 200732, montre que jusqu’à la Révolution d’Octobre, Marx ne fut pas pour Gramsci un auteur fondamental. Au cours des trois années qui suivirent et durant les premières années de vie du PCI, il en approfondit l’étude pour des raisons essentiellement polémiques, dérivant de la nécessité de combattre le déterminisme économique propre à la fois au socialisme de tendance positiviste et à l’« abstentionnisme » de Bordiga. Un approfondissement non systématique, conditionné par les exigences de la lutte politique immédiate, qui néanmoins, il faut le souligner, impliqua la lecture en 1918 de La Sainte famille, texte fondamental pour l’élaboration de la « philosophie de la praxis » dans les Cahiers de prison33. Mais ce n’est que dans les pages consacrées au concept de « traductibilité des langages », élaboré dans les Cahiers à partir, justement, de La Sainte famille, que Gramsci parvint à affranchir la « philosophie de la praxis » non seulement du déterminisme économique, mais aussi du réductionnisme sociologique dont le « matérialisme historique » était alors prisonnier34. L’importance du concept de « traductibilité » dans le « système » des Cahiers avait été mise en lumière quelques années auparavant par Dora Kanoussi35, et Francesca Izzo en a approfondi l’incidence sur le déploiement de la « philosophie de la praxis ». Dans son ouvrage suivant, en effet, elle s’est concentrée sur les façons dont Gramsci s’est confronté à la crise du sujet moderne. Avec le développement de l’industrialisme au xxe siècle, les bases de la souveraineté territoriale s’érodaient ; l’exigence d’une réélaboration de l’internationalisme en vue d’un « nouveau cosmopolitisme » s’imposait donc. L’historicisation de la pensée politique de Gramsci était ainsi associée à la crise de l’État-nation et rattachée à la constellation des penseurs qui, au cours du premier xxe siècle, s’étaient interrogés sur la possibilité d’une souveraineté supra-nationale36.

  • 37  Entre 1930 et 1934, Angelo Tasca aussi, partant des mêmes problèmes mais arrivant à des conclusion (...)
  • 38  G. Cospito, Il ritmo del pensiero. Per una lettura diacronica dei « Quaderni del carcere » di Gram (...)
  • 39  A. Gramsci, ouvr. cité, p. 455 et 1057 (Cahier 4, § 38 – non traduit dans l’édition française – et (...)
  • 40  G. Cospito, Il ritmo del pensiero, ouvr. cité, p. 218-225.
  • 41  Ibid., p. 127-182.
  • 42  Voir T. Maccabelli, « Gramsci lettore di Ugo Spirito : economia pura e corporativismo nei Quaderni (...)
  • 43  A. Gramsci, ouvr. cité, p. 1247-1248, 1276-1278, 1477-1478 (trad. fr. : Cahier 10, II, § 9, « Intr (...)
  • 44  F. Frosini, La religione dell’uomo moderno. Politica e verità nei « Quaderni del carcere » di Anto (...)

9L’étude systématique de Marx, commencée en 1930 dans la prison de Turi, répond à une pluralité de motifs d’ordre théorique et historico-politique. Trois ans et demi après son exclusion de la lutte politique, Gramsci se retrouvait à affronter des phénomènes historiques radicalement nouveaux tels que l’isolationnisme soviétique et la « territorialisation » du socialisme, la stérilisation du Komintern, la consolidation du fascisme et l’explosion de la crise de 1929 ; et, du point de vue théorique, la banqueroute du « marxisme officiel » et le manque d’interprétations plausibles de la « grande transformation ». La révision du marxisme à travers un « retour à Marx » qui, entre mai 1930 et mai 1932 (je me réfère aux trois séries des « Notes de philosophie » des Cahiers 4, 7 et 8), posa la base des Cahiers spéciaux, montre que la différenciation progressive de la « philosophie de la praxis » par rapport au « matérialisme historique » devient le fil conducteur du programme de recherche du prisonnier. Parmi les ex-« ordinovistes », Gramsci ne fut pas le seul à proposer, au cours de ces années, une révision du marxisme à travers un retour à Marx37, mais son style de pensée et la structure des Cahiers rendent indispensable leur lecture diachronique. En 2011, Giuseppe Cospito, qui s’y consacre assidûment depuis vingt-cinq ans, a rassemblé dans un ouvrage les résultats de ses recherches38 et, avant d’aborder les monographies plus récentes sur la « philosophie de la praxis », il convient de s’y arrêter. La voie la plus directe pour mettre en évidence l’originalité de la philosophie de la praxis est celle qui met en lumière les nouveautés du lexique gramscien et le glissement de ses catégories. Sous cet aspect, la contribution majeure de Cospito est la reconstitution de l’itinéraire qui conduit Gramsci à abandonner le couple « structure-superstructure » et à y substituer, en fin de compte, le concept de « rapports de force ». Pour résumer la portée de cette « découverte », il convient de souligner l’évolution des questions avec lesquelles Gramsci interroge la préface de 1859 à la Contribution à la critique de l’économie politique par laquelle il commence sa relecture de Marx. En octobre 1930, dans la « Première série » des « Notes de philosophie », Gramsci écrit que « le problème crucial du matérialisme historique » est la détermination des rapports entre structure et superstructure, tandis qu’en février 1932, dans la « Troisième série », il affirme que le problème posé par Marx dans sa préface était de « rechercher comment [...] se forment les volontés collectives permanentes »39. L’évolution du problème révèle la distance entre le début d’une révision du marxisme, qui considère encore le sujet comme déjà donné, et le point d’arrivée qui le considère, à l’inverse, comme une construction exigeant une théorie de sa constitution. Le fil conducteur de la recherche de Cospito est la reconstitution du processus au cours duquel la pensée gramscienne s’émancipe de tout déterminisme, jusqu’à abandonner la « métaphore architectonique » structure-superstructure. En ce qui concerne le concept de « bloc historique », son mérite est d’en avoir démontré la présence marginale et provisoire, et enfin l’abandon dès le milieu de l’année 193240, abandon qui, toutefois, ne concerne que son usage théorique, et laisse subsister la catégorie historiographique. Par exemple, les remarques et les Cahiers 9 et 19 consacrés au « Risorgimento italien » développent la thèse selon laquelle l’hégémonie des « modérés » qui l’ont mené entraîna la fusion entre un marché national, dualiste et asymétrique, et la forme d’État correspondante, fusion qui allait cristalliser les rapports de force entre les différents groupes sociaux, rendant ainsi l’hégémonie des vainqueurs stable et durable. Le concept de « bloc historique du Risorgimento », dans ce cas, s’impose incontestablement. Mais il convient de rappeler que depuis le printemps 1932, en approfondissant le concept marxien de « traductibilité des langages » (économique, politique, philosophique), Gramsci avait également élaboré comme alternative aux diverses applications de la « métaphore architectonique » le concept de « régulation ». Cospito y prend appui pour reconstruire sa critique de l’« économie planifiée », sur la dimension despotique de l’Union soviétique des années trente et le caractère primitif de sa culture41. Le concept de « régulation » a une portée très vaste et nous mène directement au cœur de la « philosophie de la praxis ». Comme on le sait, Gramsci fut incité à approfondir les concepts de l’économie politique classique par l’étude des corporations fascistes et des débats suscités par les théoriciens de la « corporation propriétaire »42. Une connaissance de seconde main des Principes de David Ricardo l’a induit à formuler l’hypothèse selon laquelle les concepts de « marché déterminé », de « loi de tendance » et d’« homo œconomicus », transformant en catégories les conditions historiques qui rendaient plausibles les postulats de l’« économie pure », avaient eu une influence décisive non seulement sur la critique de l’économie politique, mais aussi sur la philosophie de Marx. Partant de ces notes d’avril-mai 193243, où Gramsci conclut que la notion de « marché déterminé » implique une théorie générale de la connaissance fondée sur le concept d’« abstraction déterminée », Fabio Frosini inscrit au cœur de sa réflexion la traduction du concept marxien de « matérialisme » par le concept gramscien d’« immanence » et en fait le Leitmotiv de sa recherche44. Le livre de Frosini est l’œuvre la plus organique et achevée qui soit sur la « philosophie de la praxis » de Gramsci. L’expression se prête à des malentendus, tant par la difficulté de distinguer la « praxis » de Gramsci de celle, disons, de Labriola ou de Mondolfo, que parce que « praxis » peut vouloir dire aussi bien « action » qu’« acte » ou « expérience », et il est difficile, si l’on ne met pas en lumière sa spécificité dans le cadre de la pensée gramscienne, de résister aux tendances à la dissoudre dans la généalogie de ses sources, véritables ou présumées. À partir de la reconstitution de Frosini, on voit clairement que pour Gramsci, praxis équivaut à politique, mais au cours de la période historique qui suit la Grande Guerre et la Révolution d’Octobre, période où le sujet politique moderne – l’État – était entré dans une crise que ni les classes dirigeantes traditionnelles, ni le mouvement ouvrier n’étaient en mesure de résoudre, la fondation du nouveau sujet politique ne pouvait pas être confiée aux « sciences particulières » : c’était un problème éminemment philosophique. Frosini le pose en se confrontant à l’abondante littérature italienne et internationale parue depuis la publication de l’édition critique des Cahiers et nous offre une œuvre qui, sous de nombreux aspects, constitue le couronnement des recherches que nous avons évoquées jusqu’ici.

  • 45  Comme on le sait, les pages exemplaires en la matière sont celles des paragraphes 24 et 26 du Cahi (...)

10L’identification de la praxis avec la politique n’en fait pas l’objet d’une philosophie ; elle postule plutôt l’équation entre politique et philosophie. Équation, cependant, ne veut pas dire identification, mais traductibilité, à une époque et dans un environnement historiquement déterminés : ceux de la modernité capitaliste. Dans la philosophie de la praxis, le principe de vérité est donc l’efficacité politique de ses postulats. Mais cela ne veut pas dire que la philosophie de la praxis soit une philosophie de l’action : pour Gramsci, le rapport entre théorie et pratique n’est pas un problème philosophique, mais historique. Il s’agit, dit-il, du problème de la création d’un type déterminé d’intellectuels qui garantisse la cohérence entre un programme économique, un projet politique et un système de valeurs. Évidemment, cette thèse a pour présupposés les critères élaborés dans le Cahier 12 pour son étude historique des groupes intellectuels. Ces critères résultent du principe fondamental de la philosophie de Marx que Gramsci appelle le principe de la réalité des idéologies, qu’il tire de la préface de 1859 à la Contribution à la critique de l’économie politique. Selon Gramsci, ce concept contient, en germe, la théorie de la politique comme lutte pour l’hégémonie. En effet, l’exercice de l’hégémonie ne serait pas possible sans la création de catégories intellectuelles (entrepreneurs, philosophes, juristes, économistes, théoriciens de l’organisation, « fonctionnaires des superstructures » en général) qui en élaborent techniquement les contenus. L’unité de la théorie et de la pratique n’a donc rien de commun avec l’identité de la pensée et de l’action, et ne se réduit pas non plus à une « philosophie pour l’action » ; elle pose en revanche le problème de l’élaboration d’un mode de pensée dans lequel les catégories analytiques sont aussi des catégories stratégiques. Par exemple, le concept d’hégémonie contient autant une théorie de l’histoire qu’une stratégie politique45.

  • 46  Sur la question, les pages fondamentales des Cahiers sont celles que Gramsci consacre à la critiqu (...)

11Quand Gramsci écrit que, pour renforcer l’autonomie philosophique du marxisme, il faut refaire avec Croce l’« opération » que Marx a faite avec Hegel, il voit dans la « philosophie des distincts » la cristallisation idéologique la plus résistante de la fracture entre sujet et objet, intellectuels et peuple-nation. Sous cet aspect, l’interprétation d’un Gramsci « théoricien de la société civile », avancée par Bobbio, apparaît comme un nouveau projet de « révolution passive ». Si le projet de Croce se fondait sur une réduction du marxisme à un simple canon empirique de recherche historique, réduire Gramsci au rôle de « théoricien de la société civile » a l’effet analogue de porter atteinte à la formulation la plus évoluée de l’unité entre théorie et pratique. Par rapport à la philosophie de la praxis gramscienne, le « projet » de Bobbio se fonde sur la neutralisation de l’unité dialectique entre « société politique » et « société civile »46. Cette interprétation a dominé de façon incontestée les études gramscienne jusqu’à ce que la lecture diachronique des Cahiers mette en évidence que le concept d’hégémonie a pour arrière-plan la crise de l’État-nation et pour projet la fondation de nouvelles formes de souveraineté. Il ne peut donc être limité au « territoire national », mais se fonde sur la compétition entre différentes combinaisons de politique interne et de politique internationale. La politique comme lutte pour l’hégémonie acquiert ainsi le caractère d’un processus ouvert, puisque l’issue de la lutte n’est pas prédestinée et est de toute façon réversible. Frosini distingue là le trait distinctif de la « traduction » gramscienne de la théorie de la « révolution permanente » de Marx : le cœur d’une vision « constituantiste » de la politique qui incorpore et en même temps transcende la dimension procédurale et institutionnelle de la démocratie.

  • 47  F. Lo Piparo, Lingua, intellettuali, egemonia in Gramsci, Rome-Bari, Laterza, 1979.
  • 48  Voir par exemple le colloque de Cagliari en 1967, Gramsci e la cultura contemporanea, au sujet duq (...)
  • 49  Ce n’est pas un hasard si Lo Piparo évoluait lui aussi dans le cadre de la lecture de Gramsci prop (...)
  • 50  G. Schirru, « I Quaderni del carcere e il dibattito su lingua e nazionalità nel socialismo interna (...)
  • 51  Voir G. Vacca, Gramsci a Roma, Togliatti a Mosca, ouvr. cité, p. 90-108.
  • 52  G. Vacca, Gramsci et Togliatti, ouvr. cité p. 5-114.
  • 53  A. Gramsci, Epistolario, 1, gennaio 1906-dicembre 1922, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana (...)

12La publication des Cahiers de traductions a montré de façon évidente combien était superficielle la conviction longtemps professée selon laquelle Gramsci n’aurait consacré une part significative de son énergie à des exercices de traduction que pour tromper le temps, approfondir ses connaissances linguistiques et « se faire la main ». Pourtant, il aurait suffi de réfléchir sur les écrits de Marx traduits par lui pour se rendre compte de la corrélation entre les textes choisis et les points cardinaux de la « philosophie de la praxis » qu’il était en train d’élaborer. Toutefois, si les recherches sur lesquelles je me suis arrêté partagent l’idée que la « traductibilité des langages » est le concept fondamental pour comprendre la philosophie de la praxis (« le rythme de la pensée en développement » dans les Cahiers), on le doit aussi à la compréhension de l’influence sur la formation de Gramsci de ses intérêts linguistiques originaires. On doit, comme on le sait, la première monographie sur le sujet à Franco Lo Piparo. Publiée avec l’approbation autorisée de Tullio De Mauro en 197947, elle s’inscrivait toutefois dans une temporalité culturelle dominée par la conviction de devoir dissocier complètement la biographie intellectuelle et la biographie politique de Gramsci pour « libérer » sa pensée48, ce qui ne lui réussit guère. La qualité de la recherche de Lo Piparo est affectée par le caractère préconçu de sa thèse et l’arbitraire de sa méthodologie : le concept gramscien d’hégémonie, selon lui, avait une origine linguistique et non politique puisque, si l’on ne pouvait nier que Gramsci en avait emprunté le terme au langage des bolchéviques, on pouvait toutefois démontrer que ses contenus (« suprématie », « prestige » et assimilés) avaient été élaborés par la néo-linguistique européenne de la fin du xixe et du premier xxe siècle, qui avait façonné son esprit49. J’ai mentionné le livre de Lo Piparo non seulement parce qu’en dépit de ses défauts, il a su attirer l’attention sur le sujet en exerçant une influence durable sur les études gramsciennes, mais aussi parce que le livre d’Alessandro Carlucci, sur lequel je compte revenir en conclusion, est le point d’arrivée d’une ligne de recherche antithétique à celle de Lo Piparo, développée au fur et à mesure que se forgeaient les instruments herméneutiques adéquats pour la compréhension de Gramsci. Sur cette ligne, je voudrais évoquer plusieurs essais pionniers de Giancarlo Schirru qui, tirant parti d’une connaissance approfondie de la pensée de Gramsci, de la linguistique contemporaine et de l’histoire du communisme, a rectifié les termes du problème du rapport entre pensée politique et formation linguistique de Gramsci50. Schirru a démontré, en particulier, comment l’intérêt du jeune Gramsci pour la linguistique avait un caractère nettement politique puisque les discussions linguistiques entre fin xixe et premier xxe siècle en Europe, auxquelles participait aussi son maître Bartoli, étaient intimement liées aux problèmes de la nationalité, qui engagèrent autant le libéralisme que la social-démocratie au lendemain de la Grande Guerre. En outre, Schirru a démontré la participation de Gramsci, durant son séjour à Moscou, à la réforme linguistique qui a accompagné la naissance de l’Union des républiques socialistes soviétiques. Le livre de Carlucci constitue sous de nombreux aspects une confirmation et un développement de ses recherches. Que le problème de la « traductibilité des langages » se soit imposé à Gramsci durant son séjour à Moscou (mai 1922 – novembre 1923) était clair depuis un certain temps. Le problème avait été posé par la « tactique du front unique » et avait été formulé par Lénine lors de la conclusion des travaux du IVe congrès de l’Internationale. Gramsci se l’appropria explicitement en juin 1923, quand il se donna pour mission de « traduire en langage historique national » le mot d’ordre du « gouvernement ouvrier et paysan » lancé par le Komintern lors du troisième Comité exécutif élargi51. D’autre part, la « traductibilité des langages » se conjuguait conceptuellement avec le paradigme de l’analyse différenciée décliné, depuis 1921, pour justifier tant l’« expérimentation russe » que la tactique du Komintern. Si l’on fait abstraction de ce contexte, il est impossible de comprendre la façon dont Gramsci reçoit le concept d’hégémonie du langage de l’Internationale, ni son élaboration ultérieure et le rôle qu’il joua dans le cadre de la « philosophie de la praxis »52. Mais parmi les traits distinctifs de la monographie de Carlucci, il y a surtout l’amplification des connaissances directes et indirectes que Gramsci avait du débat sur la politique linguistique du gouvernement soviétique en 1922-1923, suscité par les problèmes des nationalités dans la construction de l’Union fédérale. Sa reconstruction a été favorisée par la publication des premiers tomes de sa Correspondance qui nous permettent d’en savoir beaucoup plus qu’auparavant au sujet du séjour de Gramsci à Moscou53.

13La recherche de Carlucci repose sur deux piliers : la sensibilité linguistique et la pensée politique de Gramsci. Deux aspects qui interagissent continuellement dans sa biographie, de ses années d’université jusqu’aux Cahiers de prison. Cette interaction démontre que sa pensée linguistique, pour ainsi dire, est incontournable pour comprendre sa pensée politique : en particulier l’origine « linguistique » de la dialectique entre multiplicité et unification que Carlucci propose de façon convaincante comme clé de lecture du concept d’hégémonie. Le mérite propre de sa monographie est donc la manière qu’il a de reposer trois questions centrales pour la biographie politique, intellectuelle et humaine de Gramsci : l’importance de ses origines sardes, l’influence de la linguistique italienne et européenne dans sa formation, la découverte de la pensée de Lénine et du bolchévisme. Ce sont non seulement trois périodes, mais aussi trois aspects de la biographie de Gramsci, qui caractérisent tout son parcours.

Top of page

Notes

1  A. Carlucci, Gramsci and Languages. Unification, Diversity, Hegemony, Leiden-Boston, Brill, 2013, p. xii.

2  A. Gramsci, Quaderni del carcere, 1, Quaderni di traduzioni (1929-1932), G. Cospito et G. Francioni éd., Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 2007.

3  Ils ont donné naissance tant à des œuvres individuelles importantes – comme l’ouvrage de F. Frosini, Gramsci e la filosofia. Saggio sui « Quaderni del carcere », Rome, Carocci, 2003, et celui de R. Finelli, Tra moderno e postmoderno. Saggi di filosofia sociale e di etica del riconoscimento, Lecce, Pensa Multimedia, 2005 – qu’à une première œuvre collective comme le Dizionario gramsciano 1926-1937, G. Liguori et P. Voza éd., Rome, Carocci, 2009.

4  G. Liguori, Gramsci conteso. Interpretazioni, dibattiti e polemiche, 1922-2012, Rome, Editori Riuniti University Press, 2012.

5  Pour l’approfondissment de ce ce thème, je me permets de renvoyer à mon Vita e pensieri di Antonio Gramsci. 1926-1937, Turin, Einaudi, 2012.

6  P. Togliatti, « Il leninismo nel pensiero e nell’azione di A. Gramsci (appunti) », dans Id., La politica nel pensiero e nell’azione. Scritti e discorsi 1917-1964, M. Ciliberto et G. Vacca éd., Milan, Bompiani, 2014, p. 1121.

7  Idem, p. 1188-1189.

8  A. Asor Rosa, La cultura, second tome du IVe volume de la Storia d’Italia, Turin, Einaudi, 1975, p. 1556-1557.

9  Sa lecture de Gramsci calquait l’essai de Mario Tronti, « Tra materialismo dialettico e filosofia della prassi : Gramsci e Labriola », une bonne charnière entre la critique, inspirée de Della Volpe du « crocio-gramscisme », et l’élaboration des fondements philosophiques de l’ouvriérisme. Avec l’essai d’Emilio Agazzi, « Filosofia della prassi e filosofia dello spirito », celui de Tronti apportait une contribution plus nettement philosophique à l’ouvrage collectif La città futura. Saggi sulla figura e il pensiero di Antonio Gramsci, édité par A. Caracciolo et G. Scalia chez Feltrinelli en 1959, avec pour ambition de constituer une alternative à l’orientation indiquée par Palmiro Togliatti au cours du premier Colloque d’Études gramsciennes, en janvier 1958.

10  Dans un essai pionnier de 1972, « Una chiave di lettura in “Americanismo e Fordismo” », dans Rinascita. Il Contemporaneo, 4, 1972, p. 33-35, qui a révolutionné la perception du programme de recherche des Cahiers.

11  Francioni a également tiré profit du livre de C. Buci-Glucksmann, Gramsci et l’État : pour une théorie matérialiste de la philosophie qui, bien que paru peu avant l’édition critique des Cahiers (Paris, Fayard, 1975), avait pu y recourir, et il démontra l’absence de fondements tant de l’interprétation de la conception gramscienne de la « société civile » soutenue par Norberto Bobbio (N. Bobbio, « Gramsci e la concezione della società civile », intervention au colloque international des études gramsciennes qui s’est déroulé à Cagliari en avril 1967 ; voir Gramsci e la cultura contemporanea, vol. I, P. Rossi éd., Rome, Editori Riuniti, 1969, p. 75-100), que de la conception gramscienne de l’hégémonie avancée par Perry Anderson (The Antinomies of Antonio Gramsci, Londres, New Left Books, 1977). Voir G. Francioni, « Egemonia, società civile, Stato. Note per una lettura della teoria politica di Gramsci », écrit en 1979 et republié dans l’ouvrage qui exposait les résultats de ses recherches philologiques, L’officina gramsciana. Ipotesi sulla struttura dei « Quaderni del carcere », Naples, Bibliopolis, 1984.

12  Pour citer seulement quelques essais de la période, je voudrais mentionner F. De Felice, « Rivoluzione passiva, fascismo, americanismo in Gramsci » et L. Mangoni, « Il problema del fascismo nei “Quaderni del carcere” », tous deux dans Politica e storia in Gramsci, F. Ferri éd., Rome, Editori Riuniti, 1977 ; quant à l’essai de Maria Rosaria Romagnuolo, « Questioni di nomenclatura. Materialismo storico e filosofia della praxis nei Quaderni gramsciani » (Studi filosofici, XXI, 1987-1988, p. 123-166), il mettait fin au caractère interchangeable des deux expressions en démontrant qu’avec la formule « philosophie de la praxis », Gramsci, à partir du milieu de l’année 1932, avait entendu mettre en valeur l’originalité de sa propre pensée.

13  Des années quatre-vingt, je me contente d’évoquer aussi l’essai de Michele Ciliberto, « La fabbrica dei Quaderni. Gramsci e Vico », qui confrontait les différentes rédactions des notes consacrées au thème (paru en 1980, il fut à nouveau publié dans Filosofia e politica nel Novecento italiano. Da Labriola a « Società », Bari, De Donato, 1982) ; mon Il marxismo e gli intellettuali. Dalla crisi di fine secolo ai « Quaderni del carcere » (Rome, Editori Riuniti, 1985), qui approfondissait la catégorie d’« Histoire mondiale » dans les Cahiers en faisant du lien national-international le paradigme de la théorie de l’hégémonie ; l’intervention de Luisa Mangoni au colloque d’études gramsciennes de 1987, « La genesi delle categorie storico-politiche nei Quaderni del carcere » (Studi storici, XXVIII, 3, 1987, p. 565-579), qui mettait en lumière l’importance de la « question catholique » à la suite des concordats en Allemagne et en Italie, tant dans les développements de l’interprétation gramscienne du fascisme que dans l’élaboration de la théorie de l’hégémonie.

14  Rome, Editori Riuniti, 1990.

15  27 avril 1937, dans P. Sraffa, Lettere a Tania per Gramsci, éd. et intr. V. Gerratana, Rome, Editori Riuniti, 1991.

16  T. Schucht, Lettere ai familiari, préface de G. Gramsci, éd. et intr. M. Paulesu Quercioli, Rome, Editori Riuniti, 1991.

17  Voir note 15.

18  A. Gramsci-T. Schucht, Lettere 1926-1935, C. Daniele et A. Natoli éd., Turin, Einaudi, 1997.

19  Togliatti editore di Gramsci, C. Daniele éd., Introduction de G. Vacca, Annales de la Fondation Institut Gramsci XIII, Rome, Carocci, 2005.

20  Les éclaircissements fondamentaux concernent les désaccords avec le Komintern, les ruptures avec le PCI et les suspicions de Gramsci quant à sa libération manquée ; à ce sujet, je renvoie à Gramsci a Roma, Togliatti a Mosca. Il carteggio del 1926, C. Daniele éd., Essai introductif de G. Vacca, Turin, Einaudi, 1999 ; A. Rossi et G. Vacca, Gramsci tra Mussolini e Stalin, Rome, Fazi, 2007 ; G. Vacca, Vita e pensieri di Antonio Gramsci, ouvr. cité ; Id., Togliatti e Gramsci. Raffronti, Pise, Edizioni della Normale, 2014.

21  Gramsci tra filologia e storiografia. Scritti per Gianni Francioni, G. Cospito éd., Naples, Bibliopolis, 2010 ; « L’edizione nazionale e gli studi gramsciani », G. Vacca éd., numéro monographique de la revue Studi storici, LII, 4, 2011.

22  Gramsci nel suo tempo, F. Giasi éd., Annales de la Fondation Institut Gramsci, XVI, 2 tomes, Rome, Carocci, 2008.

23  P. Togliatti, La politica nel pensiero e nell’azione, ouvr. cité, p. 1122.

24  On me permettra d’évoquer, à côté de la littérature déjà citée, mon Gramsci e Togliatti, Rome, Editori Riuniti, 1991.

25  Rome, Carocci, 2012.

26  L. Paggi, Antonio Gramsci e il moderno Principe. Nella crisi del socialismo italiano, Rome, Editori Riuniti, 1970.

27  Au livre de Paggi déjà cité, on peut ajouter F. De Felice, Serrati, Bordiga, Gramsci e il problema della rivoluzione in Italia 1919-1920, Bari, De Donato, 1972 ; M. L. Salvadori, Gramsci e il problema storico della democrazia, Turin, Einaudi, 1973 ; et, plus récemment, D. Losurdo, Antonio Gramsci dal liberalismo al « comunismo critico », Rome, Gamberetti, 1997.

28  A. Gramsci, Quaderni del carcere, Turin, Einaudi, 1975, p. 1755-1759 (trad. fr. Cahiers de prison, R. Paris éd., Paris, Gallimard, 5 vol., 1978-1996, Cahier 15, § 5, p. 111-115).

29  L. Rapone, Antonio Gramsci nella grande guerra, XLVIII, 1, 2007, p. 97-106.

30  R. Gualtieri, « Le relazioni internazionali, Marx e la filosofia della praxis in Gramsci », Studi storici, XLVIII, 4, 2007, p. 109-158.

31  A. Di Biagio, « Egemonia leninista, egemonia gramsciana » ; S. Pons, « Il gruppo dirigente del Pci e la “questione russa” », dans Gramsci nel suo tempo, ouvr. cité, p. 379-430.

32  Gramsci nel suo tempo, ouvr. cité, t. II, p. 553-580. Mais pour préciser la position de Gramsci en 1926, il convient d’évoquer aussi l’essai de F. Giasi, « I comunisti torinesi e l’“egemonia del proletariato” nella rivoluzione italiana. Appunti sulle fonti di alcuni temi della questione meridionale di Gramsci », dans Egemonie, A. d’Orsi éd., Naples, Dante & Descartes, 2008, p. 147-186.

33  Sur le lien entre la révolution russe et l’approfondissement de Marx, il faut cependant consulter les pages 267-280 de l’ouvrage de L. Rapone, Antonio Gramsci nella grande guerra (ouvr. cité).

34  F. Izzo, I Marx di Gramsci, ouvr. cité, p. 568-576.

35  D. Kanoussi, Una introducción a los Cuadernos de la cárcel de Antonio Gramsci, México, Plaza y Valdés, 2000.

36  F. Izzo, Democrazia e cosmopolitismo in Antonio Gramsci, Rome, Carocci, 2009.

37  Entre 1930 et 1934, Angelo Tasca aussi, partant des mêmes problèmes mais arrivant à des conclusions très différentes, s’engagea dans une relecture des œuvres de Marx et Engels. Voir A. Tasca, Problemi del movimento operaio, Annali Feltrinelli, Anno X, G. Berti éd., Milan, 1968 ; Id., De la démocratie au socialisme, La Chaux-de-Fonds, Imprimerie des coopératives réunies, 1934 ; D. Bidussa, « Alla ricerca di Marx. Angelo Tasca e la riflessione sul marxismo negli anni del fuoriuscitismo (1930-1934) », Quaderni della Fondazione Micheletti, 1987, p. 81-119.

38  G. Cospito, Il ritmo del pensiero. Per una lettura diacronica dei « Quaderni del carcere » di Gramsci, Naples, Bibliopolis, 2011.

39  A. Gramsci, ouvr. cité, p. 455 et 1057 (Cahier 4, § 38 – non traduit dans l’édition française – et Cahier 8, § 195, trad. fr. p. 367).

40  G. Cospito, Il ritmo del pensiero, ouvr. cité, p. 218-225.

41  Ibid., p. 127-182.

42  Voir T. Maccabelli, « Gramsci lettore di Ugo Spirito : economia pura e corporativismo nei Quaderni del carcere », Il pensiero economico italiano, 2, 1998 ; Id., « La “grande trasformazione” : i rapporti tra Stato ed economia nei Quaderni del carcere », dans Gramsci nel suo tempo, ouvr. cité, t. II, p. 609-630 ; A. Gagliardi, « Il problema del corporativismo nel dibattito europeo e nei Quaderni », ibid., p. 631-656.

43  A. Gramsci, ouvr. cité, p. 1247-1248, 1276-1278, 1477-1478 (trad. fr. : Cahier 10, II, § 9, « Introduction à l’étude de la philosophie. Immanence spéculative et immanence historiciste et réaliste », p. 52-54; § 32, « Points de méditation pour l’étude de l’économie. À propos des Principii di Economia Pura de Pantaleoni », p. 79-81 ; Cahier 11, § 52, « Régularité et nécessité », p. 273-277, automne 1932. Voir aussi la lettre à Tania du 30 mai 1932, dans A. Gramsci et T. Schucht, Lettere 1926-1935, ouvr. cité, p. 1015-1016.

44  F. Frosini, La religione dell’uomo moderno. Politica e verità nei « Quaderni del carcere » di Antonio Gramsci, Rome, Carocci, 2010.

45  Comme on le sait, les pages exemplaires en la matière sont celles des paragraphes 24 et 26 du Cahier 19, consacré au Risorgimento italien. A. Gramsci, ouvr. cité, p. 2010-2034 et 2035-2046 (trad. fr. p. 58-79 et p. 80-89).

46  Sur la question, les pages fondamentales des Cahiers sont celles que Gramsci consacre à la critique de l’« économisme ». Ouvr. cité, p. 1589-1597 (trad. fr. Cahier 13, § 18, p. 386-394).

47  F. Lo Piparo, Lingua, intellettuali, egemonia in Gramsci, Rome-Bari, Laterza, 1979.

48  Voir par exemple le colloque de Cagliari en 1967, Gramsci e la cultura contemporanea, au sujet duquel voir F. Izzo, « Tre convegni gramsciani », dans Ead., Democrazia e cosmopolitismo in Gramsci, ouvr. cité, p. 192-194.

49  Ce n’est pas un hasard si Lo Piparo évoluait lui aussi dans le cadre de la lecture de Gramsci proposée par Bobbio dix ans auparavant. F. Lo Piparo, ouvr. cité, p. 118-126.

50  G. Schirru, « I Quaderni del carcere e il dibattito su lingua e nazionalità nel socialismo internazionale », dans Gramsci e il Novecento, Annali 1997 IX della Fondazione Istituto Gramsci, t. II, p. 53-61, Rome, Carocci, 1999 ; Id., « La categoria di egemonia e il pensiero linguistico di Antonio Gramsci », dans Egemonie, ouvr. cité, p. 397-444 ; Id., « Filosofia del linguaggio e filosofia della prassi », dans Gramsci nel suo tempo, ouvr. cité, t. II, p. 767-792 ; Id., « Antonio Gramsci studente di linguistica », Studi storici, LII, 4, 2011, p. 925-973. Il faut ajouter aux recherches de Schirru celles de Derek Boothman, rassemblées dans Traducibilità e processi traduttivi. Un caso : A. Gramsci linguista, Pérouse, Guerra Edizioni, 2004.

51  Voir G. Vacca, Gramsci a Roma, Togliatti a Mosca, ouvr. cité, p. 90-108.

52  G. Vacca, Gramsci et Togliatti, ouvr. cité p. 5-114.

53  A. Gramsci, Epistolario, 1, gennaio 1906-dicembre 1922, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 2009 ; Id., Epistolario, 2, gennaio-novembre 1923, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 2011.

Top of page

References

Electronic reference

Giuseppe Vacca, « Les études récentes sur Gramsci en Italie », Laboratoire italien [Online], 18 | 2016, Online since 28 November 2016, connection on 26 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/1068 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.1068

Top of page

About the author

Giuseppe Vacca

Président de la Fondazione Istituto Gramsci à Rome, il fait partie du conseil d’administration de l’Istituto della Enciclopedia Italiana et est le président de la commission scientifique de l’Edizione Nazionale degli Scritti di Antonio Gramsci. Il a été député du Parti communiste d'Italie, membre du conseil d’administration de la RAI et il a œuvré à un vaste travail de promotion, organisation et diffusion des recherches sur l’histoire du mouvement ouvrier et communiste italien et international. Il a consacré de nombreux volumes à l’histoire de l’idéalisme italien, à l’histoire du marxisme italien et international et à différents moments cruciaux de l’histoire de la culture politique des intellectuels italiens. Il a en outre publié plusieurs contributions d’analyse critique du monde contemporain. Vita e pensieri di Antonio Gramsci, Turin, Einaudi, 2012 et Togliatti e Gramsci. Raffronti, Pise, Edizioni della Normale, 2014, figurent parmi ses livres les plus récents.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page