Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Marie-Anne Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs

Paola Bertilotti
p. 283-286
Référence(s) :

Marie-Anne Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs, Paris, Perrin, 2007, 599 pages, 24,50 €.

Texte intégral

1Le livre de Marie-Anne Matard-Bonucci est le premier en France à faire la lumière sur l’antisémitisme d’État mis en place par le fascisme italien à partir de 1938.

2Longtemps, en effet, le souvenir de l’occupation italienne dans le sud-est de la France a contribué à faire écran à une analyse de cet antisémitisme à l’italienne. Si le régime a refusé jusqu’en 1943 de seconder son allié dans sa politique d’extermination, une législation antisémite était en vigueur en Italie depuis 1938 et la République sociale italienne a activement collaboré, après le 8 septembre 1943, à la mise en œuvre de la « solution finale ». L’Italie a pourtant largement bénéficié dans l’après-guerre, dans l’historiographie comme dans l’opinion, de l’image d’un pays favorable aux juifs. L’ouvrage de M.-A. Matard-Bonucci fera date en France puisqu’il remet en question ce mythe solidement installé. Cette étude, centrée sur la politique antisémite du fascisme monarchique (1938-1943), permettra notamment d’éclairer les spécificités de la persécution fasciste par rapport à l’antisémitisme exterminateur nazi.

3Mais l’ouvrage fera également date en Italie, en prenant position dans un débat historiographique vivace. En effet, l’intention de M.-A. Matard-Bonucci était ici « moins de retracer l’histoire, désormais bien étudiée, de la condition des juifs de la péninsule pendant ces années noires que de s’interroger sur la nature et la fonction de l’antisémitisme d’État dans le cadre d’un régime totalitaire ». Longtemps ignorée par les historiens – jusqu’à la fin des années 1980 la seule étude sérieuse sur le sujet était L’histoire des Juifs italiens sous le fascisme publiée par R. De Felice en 1961 – la question de l’antisémitisme fasciste a en effet récemment suscité de nombreux travaux. Prenant le contre-pied de représentations absolutoires largement répandues jusqu’à la fin des 1980, la recherche italienne actuelle a dans l’ensemble tendance à présenter, dans le sillage de M. Sarfatti, le tournant antisémite du fascisme comme « la conclusion logique » d’un processus discriminatoire à l’œuvre dès 1922.

4Fondé sur une bibliographie considérable, un vaste travail d’archives (dont l’exploration de certains fonds inédits), une étude de la presse nationale et un dépouillement systématique de la presse antisémite, l’ouvrage de M.-A. Matard-Bonucci s’inscrit en faux contre ce type d’interprétation. De fait, l’historienne affirme d’emblée vouloir mettre « l’accent sur la discontinuité majeure qui [a] caractéris[é] l’adoption des lois raciales ». Elle restitue, dans cette perspective, à l’année 1938 sa centralité et sa dimension de tournant. L’Italie fasciste et la persécution des juifs s’ouvre en effet sur une analyse du lancement de la campagne antisémite à l’été 1938. Toute la première partie de l’ouvrage reconstruit pas à pas l’adoption, entre juillet et novembre 1938, dans un climat qualifié d’« état d’urgence antijuif », des premières mesures de persécution : recensement, décision d’expulsion des juifs étrangers, exclusion des juifs italiens de tous les secteurs de la vie économique et sociale. Et l’historienne de conclure : « Le fascisme brûla […] les étapes, accomplissant en cinq mois ce que l’allié germanique avait opéré en cinq ans en s’appuyant sur un parti de masse antisémite. »

5La deuxième partie de l’ouvrage opère, en revanche, un retour en arrière pour retracer et interroger « la genèse de la décision ». C’est le fascisme lui-même, souligne M.-A. Matard-Bonucci, qui le premier, pour dissimuler ses changements de cap en matière d’antisémitisme, s’efforça de « nier l’évidence de la rupture ». L’historienne s’attache à démonter les efforts déployés par le gouvernement fasciste pour « inventer [au fascisme et à l’Italie] une tradition » antisémite : affirmation, à coup de citations décontextualisées ou biaisées, de l’existence d’antécédents antisémites ou racistes dans le discours du régime et de ses dirigeants, invocation d’un prétendu précédent antique, revendication d’une continuité par rapport à la tradition catholique.

6Puis M.-A. Matard-Bonucci passe en revue, pour les disqualifier, les causes généralement assignées par l’historiographie au tournant de 1938. L’historienne exclut que la politique antisémite du régime ait pu constituer une réponse à l’existence d’un antisémitisme politique, celui-ci n’étant, jusqu’en 1938 et au sein même du Parti national fasciste, que le fait d’une minorité de fanatiques. Elle indique également que, si le Vatican n’opposa pas de vives protestations au virage antisémite du régime, il n’eut en revanche aucun rôle dans la genèse de cette décision. Puis elle s’attache à montrer que l’occupation italienne en Éthiopie n’a pas pu servir de laboratoire à la politique antisémite du régime : le racisme anti-africain et l’antisémitisme, qui appartenaient à des traditions idéologiques différentes, ne fusionnèrent pas après 1938 dans un discours unique. M.-A. Matard-Bonucci réfute, par ailleurs, l’idée que le milieu scientifique ait pu constituer un lobby antisémite actif et efficace : si les scientifiques italiens partageaient les préjugés racistes de leurs contemporains, ils furent sollicités par le régime pour cautionner l’adoption de mesures antisémites plus qu’ils ne firent preuve d’initiative en la matière. Enfin, si l’existence chez le duce de préjugés antisémites ne fait guère de doute, l’historienne souligne que l’antisémitisme n’avait pas chez lui la virulence et centralité qu’il avait chez Hitler.

7Et, de fait, M.-A. Matard-Bonucci analyse, dans le sillage des travaux d’E. Gentile, le tournant de 1938 en fonction de l’état de mobilisation permanente que le fascisme entendait imprimer à la société italienne. À ses yeux, toutefois, le totalitarisme fasciste traversait, après la guerre d’Éthiopie, une phase de stase. Cherchant alors à « relancer la machine », Mussolini vit dans la campagne antisémite l’occasion de vérifier l’obéissance de la population italienne à ses directives, mais également de renforcer la cohésion nationale autour d’un nouveau combat et d’accélérer l’avènement d’un homme nouveau italien « dur », « volontaire » et « guerrier ». Toujours plus fasciné par le nazisme et sa capacité à mobiliser les foules, Mussolini en décidant le tournant antisémite de 1938 ne cédait toutefois pas à des pression allemandes. M.-A. Matard-Bonucci reprend sur ce point des thèses déjà défendues par R. De Felice. Elle souligne néanmoins que « l’installation du nazisme en Allemagne [avait depuis 1933 contribué] à donner un caractère d’évidence et de nécessité au lien entre fascisme et antisémitisme » : « Dans l’Europe non démocratique la norme [était] l’adoption de politiques antijuives. »

8Une politique purement cynique et instrumentale, donc. L’interprétation s’avère extrêmement convaincante et permet de rendre compte des changements de cap successifs du régime en matière d’antisémitisme. Reste toutefois que, si l’on admet sans peine l’impossibilité de faire appel à l’héritage de l’antijudaïsme catholique et subsidiairement au terreau eugéniste et raciste pour rendre compte du tournant de 1938, on peut s’interroger sur le rôle de cette culture du mépris dans le cynisme et l’indifférence avec lesquels une grande partie de population italienne accueillit la promulgation de la législation « raciale ».

9La troisième partie de l’ouvrage est consacrée à l’analyse du fonctionnement de cet « antisémitisme d’État » en place à partir de l’été 1938. M.-A. Matard-Bonucci décrit « la machine à persécuter » et la mise au pas totalitaire de la société italienne autour de la question de l’antisémitisme. « Rapidement il n’[y eut] plus aucun domaine de la vie quotidienne et personnelle des juifs à l’abri ». Administrations locales et ministères appliquèrent avec zèle les mesures antijuives dans « un climat d’intransigeance ». Le Parti fasciste procéda à l’exclusion des persécutés et sanctionna le « piétisme » des rares récalcitrants. Dans ce contexte, la monarchie ne prit pas le risque d’un affrontement avec Mussolini et les désaccords entre un Pie XI vieillissant et son entourage ne permirent pas au pape de manifester son opposition à la politique antisémite fasciste. Les juifs devinrent ainsi en quelques mois des parias, dans un climat de déchaînement propagandiste, dont M.-A. Matard-Bonucci analyse très précisément l’iconographie. « Empruntant au départ les mots et les idées du partenaire de l’Axe, le fascisme n’en réalisa pas moins une forme de “transfert culturel”, s’efforçant de “nationaliser” la question antisémite. »

10La quatrième et dernière partie de l’ouvrage étudie « la persécution dans ses états successifs ». Se penchant tout d’abord sur l’avant-guerre, l’historienne évoque les réactions contrastées d’une opinion italienne aux contours insaisissables parce que bridée par le régime. Prenant le contre-pied de thèses soutenues notamment par W. Feinstein, elle remarque que « la mise en œuvre des lois raciales ne s’explique […] pas par une conversion généralisée à l’antisémitisme » : « La persécution des juifs d’Italie fut une composante de la logique totalitaire. » Puis M.-A. Matard-Bonucci, en accord avec G. Miccoli, insiste sur les « silences du Vatican » – contredits par les protestations de certains membres du clergé. Elle décrit enfin l’attitude des juifs italiens à l’annonce du tournant antisémite – entre incrédulité, soumission ou révolte – tandis que l’Union des communautés « organis[ait] la survie » (assistance, ouverture d’écoles juives, etc.). Poussant certains à l’exil et d’autres à la conversion, la persécution suscita également des passages à un antifascisme actif. Plus que M. Sarfatti, l’historienne insiste sur le sentiment de trahison ressenti par bon nombre de juifs italiens, majoritairement fascistes et assimilés avant le tournant de 1938. Parmi les découvertes archivistiques de M.-A. Matard-Bonucci, la correspondance adressée par les persécutés au duce et au roi, où les manifestations de colère côtoient les professions de foi de fascisme.

11Enfin, les quatre derniers chapitres de l’ouvrage envisagent les différents stades de la politique antisémite du fascisme après l’entrée en guerre de l’Italie aux côtés de l’Allemagne en juin 1940. M.-A. Matard-Bonucci insiste, dans le sillage des travaux de D. Rodogno, sur la dimension stratégique de l’opposition initiale du fascisme aux exigences nazies dans ses zones d’occupation – l’Italie tenant à soigner son image auprès des pays occupés et à ne pas apparaître comme une puissance faible, aux ordres de l’Allemagne nazie. L’historienne refuse cependant d’exclure que « les sentiments humanitaires […] aient joué un rôle. Non parce que le “tempérament national” prédisposait les Italiens à agir de la sorte mais parce que l’anomalie se situait bien dans le projet exterminateur » nazi. On regrette de ce fait que l’ouvrage ne consacre qu’un chapitre aux années de la RSI et de l’occupation allemande. L’historienne évoque le raidissement idéologique, les spoliations, la collaboration active de Salò aux déportations et les violences. Elle souligne néanmoins la persistance de réflexes solidaires dans la population et le rôle d’institutions religieuses dans le sauvetage des juifs, concluant à un « demi-échec de la révolution anthropologique » voulue par le fascisme. Si M.-A. Matard-Bonucci emporte ici aussi la conviction du lecteur, peut-être aurait-on également souhaité qu’à côté des actes de solidarité, la fréquence des délations soit signalée – un phénomène récemment mis en lumière par M. Franzinelli. Et que soient évoquées les difficultés particulières des persécutés les plus faibles (les plus pauvres, les plus âgés, etc.) à trouver du secours. Les manifestations de solidarité peuvent-elles, à elles seules, expliquer le sauvetage des trois-quarts de la population juive italienne ? Ou bien, doit-on également invoquer la forte assimilation du judaïsme italien, les stratégies individuelles des persécutés ainsi que la durée et les modalités de l’occupation allemande ?

12Au total, l’ouvrage de M.-A. Matard-Bonucci contribuera non seulement à l’exploration d’une dimension longtemps ignorée du fascisme italien, mais encore à l’étude du totalitarisme fasciste et de son fonctionnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paola Bertilotti, « Marie-Anne Matard-Bonucci, L’Italie fasciste et la persécution des juifs », Laboratoire italien [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/111

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page