Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Giovanna D’Amico, Quando l’eccezione diventa norma. La reintegrazione degli ebrei nell’Italia postfascista
Ilaria Pavan, Tra indifferenza e oblio. Le conseguenze economiche delle leggi razziali in Italia (1938-1970)

Paola Bertilotti
p. 287-292
Bibliographical reference

Giovanna D’Amico, Quando l’eccezione diventa norma. La reintegrazione degli ebrei nell’Italia postfascista, Turin, Bollati Boringhieri, 2006, 390 pages, 39 €.

Ilaria Pavan, Tra indifferenza e oblio. Le conseguenze economiche delle leggi razziali in Italia (1938-1970), Florence, Le Monnier, 2004, 293 pages, 16,60 €.

Full text

1Récemment, les recherches se sont multipliées en Italie sur le thème de l’abrogation de la législation raciale et de la réintégration matérielle et symbolique des anciens persécutés dans la société italienne après 1945. Autant de questions qui renseignent sur le rapport de l’Italie républicaine à son passé fasciste et sur la profondeur et l’ampleur de ce que Claudio Pavone a appelé la « continuité de l’État ». Nous nous arrêterons ici plus spécifiquement sur les ouvrages de deux jeunes chercheuses, Giovanna D’Amico et Ilaria Pavan, tous deux issus de thèses récemment soutenues et qui ont défriché un pan jusque-là à peu près ignoré de l’histoire italienne.

2Giovanna D’Amico s’est intéressée, dans le sillage des travaux pionniers de Mario Toscano, à l’abrogation de la législation raciale et à la législation réparatrice adoptée en Italie. Son étude s’ouvre avec la mise en place du règne d’Italie – qui s’était engagé par l’armistice signé à Malte le 29 septembre 1943 avec les Alliés à abroger « toutes les lois italiennes impliquant des discriminations pour des motifs de race, de couleur, de foi ou d’opinions politiques » – et s’achève en 1950. Giovanna D’Amico, qui dispose à la fois d’une formation d’historienne et de juriste, propose une reconstruction méticuleuse du travail législatif des années 1943 à 1950 et des enjeux politiques qui l’ont influencé, en comparant systématiquement les mesures promulguées en faveur des anciens persécutés « raciaux » à celles concernant les anciens persécutés politiques. Son étude est fondée sur un travail d’archives impressionnant – actes parlementaires, fonds issus des archives de l’État, du ministère des Affaires étrangères, de la Chambre des députés, de la Commission alliée et des Communautés juives, etc. Au total, un livre touffu, une véritable somme documentaire. On regrette toutefois, étant donné la complexité et la technicité des questions traitées, que l’historienne ait opté pour une présentation analytique, détaillant le processus de réintégration à l’œuvre mesure par mesure, sans prendre l’initiative de proposer, dans un chapitre synthétique, des pistes pour une interprétation d’ensemble.

3Le travail de Giovanna D’Amico a, en revanche, l’immense mérite de comparer systématiquement les mesures promulguées en faveur des anciens persécutés « raciaux » à celles concernant les anciens persécutés politiques. L’ouvrage est pionnier sur ce point. On aurait toutefois souhaité qu’à un moment donné la spécificité des situations des persécutés juifs et politiques soit explicitée, les spoliations, notamment, ne concernant que les premiers d’entre eux.

4On s’étonne également des bornes chronologiques que la chercheuse a choisi de donner à son étude en regrettant qu’elle n’ait pas jugé bon d’inclure une réflexion sur la promulgation, à l’occasion du dixième anniversaire de la libération, de la loi du 10 mars 1955, dite loi Terracini, portant « mesures en faveur des anciens persécutés politiques et raciaux et de leurs familles ».

5Quando l’eccezione diventa norma s’ouvre sur un examen des premières mesures d’abrogation de la législation antisémite et de rétablissement des juifs dans leurs droits civils, politiques et patrimoniaux. Confirmant et approfondissant un constat déjà dressé par Mario Toscano et Ilaria Pavan (voir infra) dans leurs travaux, Giovanna D’Amico montre que le gouvernement Badoglio ne procéda au rétablissement des juifs dans leurs droits que sous la pression des Alliés. Si un premier décret portant « réintégration dans leurs droits civils et politiques des citoyens italiens et étrangers auparavant déclarés ou considérés de race juive » fut promulgué le 20 janvier 1944 (décret-loi n° 25), il fallut attendre le mois d’octobre 1944 pour l’entrée en vigueur des premières dispositions à caractère patrimonial (décret-loi n° 256, « publication et entrée en vigueur du décret royal du 20 janvier 1944, n° 26, portant dispositions pour la réintégration des citoyens auparavant déclarés ou considérés de race juive dans leurs droits patrimoniaux »). Contre toute attente, l’installation à Rome en juin 1944 du gouvernement Bonomi n’eut donc pas d’effet immédiat sur le sort réservé aux anciens persécutés, le gouvernement entendant, en effet, protéger également les intérêts des acquéreurs des biens juifs spoliés. L’épisode est significatif d’une hésitation que l’on retrouvera sur l’ensemble de la période : les gouvernements successifs balancèrent entre l’adoption de dispositions privilégiant les anciens persécutés (en termes d’emploi, de restitution des biens spoliés, etc.) et la volonté, dans un climat de concurrence des victimes, de crise économique et de passage difficile à la démocratie après plus de vingt ans de fascisme, de ne pas risquer par ces mesures de contrevenir aux intérêts d’autres parties concernées – autres catégories de persécutés, entreprises, nouveaux propriétaires des appartements spoliés, etc. La réintégration des anciens persécutés juifs ne se fit donc qu’au terme d’un processus lent et laborieux.  

6Giovanna D’Amico souligne, par ailleurs, et c’est l’un des principaux acquis de cette étude, la différence de traitement que l’Italie postfasciste réserva aux législations antisémites du fascisme monarchique, d’une part, et de la République sociale italienne, d’autre part.  L’historienne envisage chacun de ces deux aspects dans une partie de son ouvrage et détaille dans les deux cas les mesures réparatrices adoptées par l’Italie postfasciste en matière professionnelle et patrimoniale. Seules les dispositions antisémites émanant de la RSI furent considérées après 1945 comme nulles et non avenues (annulation des licenciements, des ventes de biens spoliés, etc.). Concernant les persécutions des années 1938 à 1943, la législation de l’après-guerre fut moins rigoureuse (refus de procéder à l’annulation des ventes à vil prix de biens juifs, refus de prendre en compte la persécution dans le calcul de l’ancienneté des salariés et dans le décompte des annuités à faire valoir pour la retraite, etc.) L’on assista en outre à une épuration paradoxale, les personnes licenciées au titre de la législation antisémite se voyant le plus souvent refuser leur réintégration quand elles avaient adhéré au fascisme avant 1938. Au total, les anciens déportés politiques ou juifs bénéficièrent d’un plus large arsenal de mesures de réinsertion que les persécutés du fascisme monarchique, notamment en matière d’emploi. Bref, si continuité de l’État il y eut, celle-ci résulta principalement de l’absence de remise en question radicale par l’Italie républicaine de l’héritage du fascisme monarchique.

7Reste toutefois que, même dans le cas des persécutions de la RSI, la législation réparatrice ne procéda pas à un rétablissement plein et entier des persécutés dans leurs droits. Par exemple, comme Giovanna D’Amico le fait elle-même remarquer sans peut-être y insister suffisamment, l’annulation des mesures de spoliation de la République de Salò fut restreinte par le refus du législateur italien de remettre en question le principe de protection de l’acquéreur de bonne foi.

8Certaines des conclusions de l’historienne mériteraient, de fait, d’être nuancées au regard des travaux menés par Ilaria Pavan sur la mise en application de la législation réparatrice (voir infra). Dans le cas des restitutions de biens notamment, cette dernière est parvenue à montrer, à partir d’une analyse de la jurisprudence italienne, que les propriétaires juifs ne purent le plus souvent récupérer leurs biens spoliés dans l’après-guerre, lorsque ceux-ci avaient été revendus à un tiers, parce qu’ils se trouvaient dans l’incapacité de prouver la mauvaise foi de l’acquéreur. Le refus du législateur de revenir sur des principes consacrés par le système juridique italien eut donc pour conséquence d’annuler, dans les faits, l’abrogation de pans entiers de la législation antisémite de Salò.


***

9Ilaria Pavan s’interroge, pour sa part, sur les « conséquences économiques des lois raciales en Italie ». L’historienne a pris part aux travaux de la Commission pour la reconstruction des épisodes ayant caractérisé les activités d’acquisition des biens juifs de la part d’organismes publics et privés (dite commission Anselmi) instituée par le gouvernement italien en 1998. Son ouvrage est remarquable non seulement par l’ampleur de ses sources (vaste bibliographie, fonds issus des archives centrales de l’État, d’archives locales, d’archives de différentes banques italiennes et des archives des communautés juives, sources judiciaires et examen de la jurisprudence) mais également par sa méthodologie. On ne peut, en effet, que relever l’originalité de sa démarche dans le panorama de l’historiographie italienne récente, puisque son étude choisit de se pencher non seulement sur les persécutions économiques dont les juifs furent l’objet en Italie entre 1938 et 1945 mais également sur l’abrogation de la législation antisémite et les politiques de restitution et de réparation mises en place dans l’Italie postfasciste. Ilaria Pavan s’élève ainsi contre une tendance longtemps dominante dans l’historiographie italienne, consistant à considérer que l’histoire des persécutions antisémites s’achève en 1945. Aux yeux de l’historienne, « si l’année 1945 marqua la conclusion de la période tragique de la “persécution des vies” des juifs, elle laissait en revanche en suspens une série de problèmes complexes et délicats qui se firent jour au lendemain du conflit : la restitution des biens confisqués, spoliés ou vendus à vil prix dans les années 1938 à 1945 aussi bien que la réintégration à leur poste de travail des personnes licenciées en application de la législation antisémite ». Bref, la persécution antisémite ne fut pas une simple parenthèse de l’histoire italienne. Sans nier la profondeur de la rupture survenue en 1945, Ilaria Pavan souligne, à juste titre, la nécessité d’une analyse « dans le temps moyen et le temps long » pour saisir l’impact véritable de la persécution. Son étude s’achève donc en 1970, date de la dissolution définitive de l’EGELI (« Organisme de gestion et de liquidation immobilière », en charge depuis 1939 de la gestion des biens juifs spoliés).

10Dans un premier chapitre intitulé « un “feudo immaginario” : la presenza ebraica nell’economia italiana alla vigilia delle leggi razziali », Ilaria Pavan brosse un tableau des caractéristiques socio-économiques des communautés juives italiennes avant le tournant antisémite de 1938. Cette description présente un double intérêt : elle constitue, d’une part, un point de comparaison indispensable pour saisir l’ampleur des conséquences qu’aura par la suite la persécution ; elle permet, d’autre part, de souligner le caractère purement fantasmatique du discours antisémite du fascisme qui s’emploiera à fustiger la prétendue emprise juive sur l’économie italienne. Si les juifs italiens appartiennent en majorité à la petite et moyenne bourgeoisie urbaine, l’historienne met en évidence la diversité des situations individuelles et locales, une toute petite élite économique côtoyant, notamment à Rome, un petit peuple nombreux de vendeurs ambulants et de commerçants pauvres.

11Le deuxième chapitre de l’ouvrage est consacré à l’histoire d’un « quinquennio dimenticato (1938-1943) ». Ilaria Pavan reconstruit l’émanation par le fascisme en 1938-1939 de dispositions antisémites à caractère professionnel et patrimonial (interdictions professionnelles, limitations de la propriété, création d’un institut chargé de la gestion des biens « excédentaires » – l’EGELI). L’historienne signale les initiatives et le zèle de l’administration en matière d’antisémitisme et pointe du doigt le comportement des profiteurs. Elle tente également de proposer une estimation chiffrée du résultat de la persécution à ce stade (liste des entreprises aryanisées, faillites, licenciements, etc.). Tandis que l’Union des communautés est plongée dans le désarroi le plus profond, les juifs italiens optent au niveau individuel pour les stratégies les plus diverses – émigration, envoi de lettres de supplication au pouvoir, vente de biens à vil prix, fausses cessions, recours à des prête-noms, etc.

12Le troisième chapitre traite du « biennio 1943-1945 : sequestri, confische e saccheggi ». L’historienne évoque les conditions de survie des juifs italiens contraints après le 8 septembre 1943 de passer à la clandestinité et les récompenses financières promises par la République de Salò et l’occupant nazi aux délateurs. Courant novembre 1943, la RSI décida de procéder non seulement à l’arrestation et à la déportation de tous les juifs présents sur le territoire italien, mais également au séquestre immédiat de tous leurs biens. Une étape supplémentaire fut franchie en janvier 1944, lorsque le régime décida la confiscation pure et simple des biens saisis. Furent ainsi publiés des décrets de confiscation qui dressaient la liste exhaustive des biens concernés, y compris des objets les plus intimes (vêtements, bibelots, etc.). Ilaria Pavan fournit notamment en appendice à son ouvrage la liste des entreprises visées par des mesures de séquestre et de confiscation en 1944-1945. Des actes de pillages vinrent par ailleurs s’ajouter à cette spoliation « légale ». Dans les zones directement administrées par l’Allemagne (Alpenvorland et Adriastiches Küstenland), l’occupant nazi pilla et confisqua les biens des persécutés hors du cadre législatif fixé par la RSI. Au total, si l’on dispose d’estimations concernant les biens spoliés par la RSI, l’on ne possède aucune indication précise concernant les opérations relevant de la seule responsabilité nazie.

13Le quatrième et dernier chapitre de l’ouvrage est consacré aux années de l’après-guerre (« Il difficile dopoguerra. 1945-1970 »). Ilaria Pavan retrace les étapes de l’abrogation de la législation antisémite à caractère professionnel et patrimonial et interroge la mise en application de ces mesures. Ayant pris acte de la lenteur du processus, l’historienne signale tout d’abord les difficultés rencontrées tant par l’État que par les anciens persécutés dans l’immédiat après-guerre pour retrouver la trace des biens pillés et spoliés. Puis, elle souligne le peu de sensibilité dont fit preuve un personnel politique et administratif pour lequel les juifs, peu nombreux dans l’Italie d’après 1945, ne constituaient pas une question prioritaire. L’administration, marquée par une forte continuité du personnel en place, se montra réticente à procéder aux restitutions : celles-ci ne furent jamais spontanées et les biens juifs non réclamés suite au décès ou à l’immigration de leurs propriétaires furent vendus. L’historienne s’intéresse aux effets qu’eurent les défaillances de la législation réparatrice dans le déroulement des procédures de restitution – elle insiste notamment sur les difficultés qu’engendra le respect par la législation réparatrice du principe de protection de l’acquéreur de bonne foi (voir nos remarques précédentes). Contrairement à ce qui se passa en France ou en Suisse dans l’après-guerre, ce fut, en effet, aux anciens persécutés de prouver la « mauvaise foi » des acquéreurs de leurs biens spoliés. De là, la nécessité d’engager des procédures longues et coûteuses, que les anciens persécutés perdirent dans près de 48 % des cas. Ilaria Pavan conclut d’ailleurs son analyse sur un constat d’appauvrissement général des communautés suite à la persécution. Elle tente en outre de faire la part des choses entre ce qui, dans le résultat des procédures intentées dans l’après-guerre, découle de défaillances législatives et ce qui relève, en revanche, de la responsabilité des juges, versant ainsi sa contribution au débat ouvert par Claudio Pavone sur la continuité de l’État.

14Au total, l’ouvrage d’Ilaria Pavan permet tout à la fois d’interroger l’histoire du fascisme et celle de l’Italie républicaine, l’histoire de la minorité juive et celle du fonctionnement de l’appareil d’état sur la longue durée.

Top of page

References

Electronic reference

Paola Bertilotti, « Giovanna D’Amico, Quando l’eccezione diventa norma. La reintegrazione degli ebrei nell’Italia postfascista
Ilaria Pavan, Tra indifferenza e oblio. Le conseguenze economiche delle leggi razziali in Italia (1938-1970) », Laboratoire italien [Online], 8 | 2008, Online since 07 July 2011, connection on 17 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/114

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page