Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Edmondo De Amicis, Le roman d’un maître d’école, traduction, introduction et notes de Mariella Colin

Caen, Presses Universitaires de Caen, 2015, 286 pages, 15 €
Laura Fournier-Finocchiaro
Bibliographical reference

Edmondo De Amicis, Le roman d’un maître d’école, traduction, introduction et notes de Mariella Colin, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2015, 286 pages, 15 €

Full text

1Ces deux dernières années se sont révélées particulièrement fécondes pour la publication en France d’ouvrages d’Edmondo De Amicis : après l’édition d’Alberto Brambilla et Aurélie Gendrat-Claudel du récit de voyage Souvenirs de Paris aux Éditions Rue d’Ulm en 2015, Mariella Colin nous présente en 2016 la première édition française du Roman d’un maître d’école d’Edmondo De Amicis, qui représente, comme l’affirme Roberto Sani, « la fresque la plus extraordinaire et la plus convaincante de la condition des maîtres et de la vie de l’école populaire italienne post-unitaire dont nous disposons ».

2Ce long récit publié en 1890 (quatre ans après Cuore mais écrit au même moment), retrace avec un réalisme qui emprunte des techniques naturalistes de Zola la biographie d’Emilio Ratti, un maître d’école qui se déplace pendant dix ans de village en village dans la province piémontaise, avant d’accéder enfin à un meilleur poste dans une école de Turin. La présentation de l’itinéraire de formation personnelle et professionnelle de Ratti et la maturation progressive de la conscience du personnage rapprochent le texte du genre du Bildungsroman, comme nous suggère Mariella Colin dans son introduction (p. XXVII-XXVIII). Mais en réalité le récit du parcours de Ratti sert avant tout de fil conducteur à De Amicis pour présenter des expériences et des rencontres qui constituent autant d’occasions pour décrire une foule de personnages appartenant au monde de l’école (maîtres, élèves, parents, autorités municipales civiles et religieuses, villageois piémontais), conférant au roman l’aspect d’un volumineux répertoire sociologique. Il permet également à l’auteur de brosser un portrait clair et précis du contexte historique et social de l’Italie post-unitaire, marqué d’un côté par la volonté de l’Etat italien de faire appliquer (selon les prescriptions de la loi Coppino de 1877) le caractère obligatoire de l’école et les sanctions prévues pour les familles récalcitrantes, et de l’autre par l’insuffisance des investissements face à l’inadéquation de nombreuses structures. En effet, le financement des écoles était délégué par l’Etat aux communes, qui se trouvaient très fréquemment en difficulté budgétaire et étaient parfois peu enclines aux dépenses éducatives. Par conséquent de nombreux locaux affectés aux écoles étaient dépourvus de mobilier approprié et de ressources didactiques. D’autre part, les familles paysannes qui devraient fournir la population scolaire considéraient souvent l’école comme une perte de temps par rapport au travail des champs auquel était appelé la majorité des enfants. Ces deux facteurs ont contribué largement à diminuer la qualité de l’enseignement mais aussi la qualité de vie des enseignants, victimes de la précarité sociale et économique.

3Dans le Roman d’un maître d’école, contrairement à ce que pourrait entendre le titre, la fiction semble passer au second plan, au profit d’un récit mêlant journalisme et littérature pour construire un véritable « roman-enquête » sur le monde de l’école italienne. Mariella Colin, spécialiste renommée de l’histoire de la littérature enfantine italienne et auteure de plusieurs monographies fondamentales sur le sujet (L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne. Des origines au fascisme, Caen, Presses universitaires de Caen, 2005 ; « Les enfants de Mussolini ». Littérature, livres, lectures d’enfance et de jeunesse sous le fascisme. De la Grande Guerre à la chute du régime, Caen, Presses universitaires de Caen, 2010 ; La littérature d’enfance et de jeunesse italienne en France au XIXe siècle : édition, traduction, lecture, Caen, Presses universitaires de Caen, 2011) s’attache dans son introduction à souligner l’importance historique et culturelle du Roman d’un maître d’école. Elle souligne aussi le caractère engagé de ce roman sociologique : l’œuvre de De Amicis décrit le rôle d’éducateur de la nation attribué au maître, investi par le discours officiel d’une véritable mission civilisatrice, mais elle dénonce aussi clairement ce qu’il y a d’insupportable dans les conditions des instituteurs et institutrices dans les villages et les petites communes du royaume d’Italie entre 1860 et 1890 : les salaires insuffisants, les ingérences des autorités municipales, civiles et religieuses, les mauvaises conditions matérielles des écoles et des logements des maîtres, les vexations et le harcèlement vis-à-vis des maîtresses, etc.

4Alors que dans le royaume d’Italie le gouvernement libéral voyait dans l’école le creuset du sentiment national et dans l’alphabétisation populaire le levier du progrès, De Amicis se sert de différentes sources, bien mises en lumière dans la dernière réédition italienne du texte original par Anna Ascenzi, Pino Boero et Roberto Siani (E. De Amicis, Il Romanzo d’un maestro, Gênes, De Ferrari, 2007), notamment les témoignages de maîtres et maîtresses d’école publiés dans la presse pédagogique et didactique de l’époque, pour démystifier, par son ton critique, le portrait idéalisé du monde de l’école mis en scène dans son best-seller pour l’enfance Cuore. De Amicis signe ainsi une œuvre militante de dénonciation : en prenant la défense des instituteurs et institutrices et en décrivant les injustices dont étaient victimes les « apôtres de l’alphabet » célébrés par la rhétorique officielle mais laissés à l’abandon par la classe dirigeante, De Amicis entreprend un combat qui le conduira quelques années plus tard à adhérer au Parti socialiste italien.

5Paradoxalement, le Roman d’un maître d’école, rédigé au même moment que Cuore, semble s’opposer point par point à l’image de l’école véhiculée dans le chef-d’œuvre de littérature de jeunesse. Destiné quant à lui à des lecteurs adultes, il donne à voir parfois très crument des situations et des personnages qui mettent en péril la construction de la nouvelle nation italienne magnifiée et célébrée dans Cuore. Tandis que l’école de Cuore est un lieu chaleureux où les enfants sont excellemment instruits et éduqués, les écoles du Roman, dépourvues de l’équipement nécessaire, ressemblent à des lieux de peine où les maîtres se heurtent à d’innombrables difficultés éducatives. Alors que dans Cuore le maître d’école est profondément respecté et religieusement écouté par des élèves pleins de bonne volonté et conscients des efforts à fournir (sauf Franti qui sera justement exclu), dans le Roman les maîtres et maîtresses sont accueillis avec hostilité aussi bien par des enfants sales, indisciplinés et insolents que par leurs parents qui refusent de coopérer avec l’institution scolaire et se montrent agressifs avec ses représentants. Enfin tandis que dans Cuore tous les instituteurs mis en scène sont des éducateurs exemplaires, préoccupés par le bonheur de leurs élèves et prêts à tous les sacrifices pour mener à bien leur mission, le Roman offre une galerie de portraits peu flatteurs des maîtres et maîtresses : on y rencontre des incompétents, des arrivistes, des ivrognes et des caractériels qui côtoient les quelques instituteurs et institutrices modèles.

6La caractéristique du roman est en effet sa polyphonie : autour du maître Ratti gravitent de nombreux seconds rôle dont les histoires parallèles s’ajoutent à celle du personnage principal. Les diversions répétées qui en découlent contribuent cependant à fragmenter l’intrigue et à affaiblir la tension narrative, si bien que Mariella Colin a choisi de réduire la longueur du texte par la suppression d’une quarantaine de chapitres et de proposer dans son édition une sélection de type anthologique, en écartant les vicissitudes des personnages secondaires. Le prolixe roman deamicisien, qui dans l’édition originale comprenait deux volumes, respectivement de 252 et 263 pages, est ainsi expurgé de ses épisodes marginaux. En revanche la traductrice a traduit fidèlement les chapitres sélectionnés, conservant la division du volume en deux parties (Misères et amour et Aventures et batailles), sans procéder à des réductions, simplifications et autres remaniements qui avaient été opérés lors de la précédente traduction abrégée d’Henri Durand publiée en Suisse en 1894.

7La traduction de Mariella Colin du Roman d’un maître d’école permet ainsi une lecture fluide de la prose de l’auteur et allège le récit tout en conservant le déroulement narratif construit autour de la vie du protagoniste. Il faut préciser qu’il ne s’agit pas de choix arbitraires fondés sur le goût personnel de la traductrice, mais d’une sélection des chapitres effectuée dans un but précis, celui de privilégier l’exactitude documentaire des passages relatifs à la vie scolaire et à la condition des instituteurs et institutrices. On peut seulement regretter que l’effacement des aventures et des voix des autres maîtres et maîtresses qui peuplent le roman pléthorique de De Amicis gomme l’aspect choral du récit, car au fur et à mesure de son itinéraire le maître Ratti sort de l’isolement de ses préoccupations personnelles et découvre qu’il fait partie d’une vaste constellation d’éducateurs qui représentent une véritable conscience collective aux nombreuses voix, en particulier féminines. Cette structure déstabilisante explique en grande partie le manque de succès du roman sur la longue durée ainsi que le jugement sévère des critiques, outre le choix de tous les traducteurs de procéder à un allègement du texte. Cependant plusieurs histoires parallèles contenues dans le Romanzo d’un maestro trouveront un prolongement et un débouché narratif plus heureux dans d’autres textes deamicisiens sur le milieu scolaire, notamment les récits insérés dans le volume Fra scuola e casa (publié chez Treves en 1892), où se trouvent des textes remarquables comme Amore e ginnastica, La maestrina degli operai, Un dramma nella scuola… Or à ce jour, seul le récit Amore e ginnastica a déjà été traduit (Amour et gymnastique, Paris, Picquier, 1988, trad. par E. Genevois). On attend donc avec impatience la traduction française de l’ensemble des récits scolaires, qui permettront sans aucun doute de parfaire la connaissance de la condition des maîtres et maîtresses d’école dans l’Italie libérale tout comme de l’œuvre littéraire romanesque et engagée de De Amicis en France.

Top of page

References

Electronic reference

Laura Fournier-Finocchiaro, « Edmondo De Amicis, Le roman d’un maître d’école, traduction, introduction et notes de Mariella Colin », Laboratoire italien [Online], Lectures | 2016, Online since 16 December 2016, connection on 29 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/1234

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page