Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2017

Salimbene de Adam de Parme, Chronique

Jean-Claude Zancarini
Référence(s) :

Salimbene de Adam de Parme, Chronique, traduction, introduction et notes sous la direction de Gisèle Besson et Michèle Brossard-Dandré d’après l’édition du texte latin de Giuseppe Scalia ; préface de Jean-Claude Schmitt, Paris, Honoré Champion, 2016, 2 volumes, 1324 pages, 95€ (Traduction des classiques du Moyen Âge)

Texte intégral

1On ne peut que se réjouir de voir publier la première traduction française intégrale de cette Chronique écrite en latin au XIIIe siècle, fruit du travail d’une « équipe pluridisciplinaire amicale, animée par Gisèle Besson et Michèle Brossard-Dandré et réunissant des médiévistes littéraires, linguistes (Marie-Claude de Crécy et Isabelle Weill) ou historiens (Claude Anglade et Jean-Louis Roch), avec la contribution de Jean-Patrick Guillaume, professeur d’arabe, et de plusieurs collègues et étudiants » (Quatrième de couv.) J’ai souligné « amicale » car il s’agit là d’une caractéristique importante : ce travail a commencé à la fin du siècle dernier, quand l’ENS de Lyon s’appelait encore ENS de Fontenay-Saint-Cloud, et les premières séances de traduction de ce groupe d’ami.e.s se tenaient dans une petite salle du vieux bâtiment de Fontenay-aux-Roses. Près de vingt ans plus tard, ce travail mené par amitié et intérêt intellectuel aboutit à cette magnifique publication à qui on souhaite succès et lecteurs-lectrices nombreux-nombreuses. Outre la traduction intégrale, on y trouve une préface de Jean-Claude Schmitt, une introduction et un appareil critique qui permet au lecteur non médiéviste de s’y retrouver facilement (des repères chronologiques sur Salimbene et sur la période historique que couvre sa Chronique, un glossaire, trois index des noms propres et des œuvres citées, une table exhaustive des titres des paragraphes qui permet de s’orienter dans ce texte touffu, une bibliographie essentielle).

2Je ne rappelle ici que quelques éléments de la biographie de Salimbene parce que la préface, l’introduction, les repères biographiques et la Chronique elle-même permettent au lecteur de la reconstituer. Ognibene de Adam naît en 1221 à Parme, dans une famille de la bourgeoisie apparentée au pape Innocent IV. Il rentre dans l’ordre des frères mineurs en 1238, contre l’avis de son père. L’année suivante, à Lucques, il rencontre « le dernier frère que le bienheureux François revêtit de l’habit et reçut dans l’Ordre. Apprenant que l’on m’appelait Ognibene, il resta bouche bée et me dit : Mon fils, il n’y a que Dieu qui soit bon. A l’avenir que ton nom soit frère Salimbene car tu as fait le bon saut en entrant dans le bon Ordre » (p. 116). À Sienne où il devient sous-diacre il rencontre Bernard de Quintavalle et Hugues de Digne qui lui parlent de l’abbé Joachim de Flore et de ses prophéties. En 1243 il est à Pise où il écoute frère Hugues de Pise et frère Rodolphe de Saxe, maximum Ioachista, « parler de la doctrine de l’abbé Joachim, l’enseigner, expliquer les mystères de la Sainte Écriture et prédire les événements futurs » (p. 458). Il reste persuadé de la justesse de la doctrine joachimite jusqu’à la mort de l’empereur Frédéric en 1250, alors que les joachimites croyaient, sur la foi de leurs interprétations des prophéties de Joachim, qu’il mourrait en 1260 ; il raconte son bouleversement lorsqu’il entendit le pape Innocent IV annoncer la mort de « l’ennemi de Dieu et de l’Église » : « je frissonnai en entendant cela et pus à peine le croire, car j’étais joachimite et je croyais, j’attendais, j’espérais que Frédéric causerait des maux encore plus grands que ceux qu’il avait commis, bien qu’il en ait fait beaucoup. » (p. 358) Pendant un an, de l’automne 1247 à l’automne1248, Salimbene est en France. Il regagne alors Gênes où il est ordonné prêtre en décembre 1248. Il va ensuite à Ferrare où il reste sept ans et écrit peut-être le début de sa chronique (c’est l’hypothèse que formule Raoul Manselli, dans l’entrée « Ognibene de Adam », rédigée pour le Dizionario biografico degli Italiani, Treccani, vol. 1, 1960) et d’autres œuvres qui ne nous sont pas parvenues. La Chronique est le seul ouvrage qui reste du franciscain (sous la forme d’un manuscrit incomplet, le Vat. lat. 7260) mais, au fil du texte, il cite des œuvres qu’il a composées et qui ne nous sont pas parvenues : les Duodecim scelera Friderici, le Tractatus de Heliseo, le Tractatus pape Gregorii decimi, le Liber tediorum composé sur le modèle des Noie de Gherardo Patecchio, et un petit traité sur la Trinité. La Chronique s’interrompt en 1287 ; pendant les années qui précèdent il vit entre le couvent de Montefalcone et Reggio ; on ne sait plus rien de lui après cette date.

3L’introduction présente la Chronique en ces termes : « Une œuvre impossible à ‘classer’, dans laquelle nombre de genres sont présents : annales, entrecoupées de ‘monographies’ (la généalogie ou plutôt l’histoire de sa famille, écrite pour sa nièce clarisse, le ‘livre du prélat’ ou l’histoire de Gérard Segalelli et de sa ‘secte’) ; entrecoupées aussi de débats, de disputationes, le tout truffé de longues citations, de prédictions, de poésies de Goliards, d’exemples édifiants, qui sont surtout de belles histoires, d’anecdotes dramatiques, d’histoires truculentes. On ne sait jamais quelle surprise réserve la page ouverte. » (p. 14-15)

4J’ajouterai que ce texte, qui se lit avec plaisir, nous permet d’entrer dans la tête et la vie d’un homme instruit du XIIIe siècle, un litteratus « très savant sur la Bible » (p. 1077) et de voir comment il pense, comment il argumente, mais aussi ce qu’il mange, ce qu’il boit, les gens qu’il fréquente, qu’il estime ou pas et pour quelles raisons. Ce n’est pas peu de faire un tel voyage dans le temps. En voici un seul exemple (mais ils sont innombrables) qui met en évidence à quel point ce saut dans le passé est une surprenante expérience où se mêlent proximité et altérité. Salimbene raconte une ‘blague’ (c’est ainsi qu’est traduit le mot latin truffa), un bon mot (enfin, ‘bon’, c’est pour dire !) d’un frère mineur, Dieutesauve, qui glisse et tombe par terre à Florence ; on lui demande « s’il ne préfèrerait pas avoir mieux sous lui ; le frère répondit que si : la femme de celui qui lui posait la question ». Les présents s’esclaffent « il est des nôtres ! » Jusque là rien d’étonnant, tout est normal et on peut craindre que rien ne soit différent entre le XIIIe et le XXIe siècle. Mais Salimbene se demande « si le frère a bien répondu ou non » et va donner huit raisons prouvant « qu’il faut éviter de tenir des propos inconvenants » puis trois raisons qui excusent le frère qui a fait cette plaisanterie. Suit une longue série de textes bibliques qui démontrent que le frère Dieutesauve n’aurait pas dû faire sa blague car il est écrit « ne répondez point au sot selon sa sottise…», que le bavardage est interdit (surtout aux femmes !) et que la règle des frères mineurs énonce que « leurs paroles doivent être chastes et pesées avec soin pour le bénéfice et l’éducation du peuple », etc. On peut cependant l’excuser car « tel pêche de la langue qui ne pêche point de cœur, comme dit l’Ecclésiastique, 19, 16 » (p. 185-191).

5C’est aussi une source de première main sur les débuts de l’ordre franciscain, ses débats internes parfois violents, sa rivalité avec les autres ordres et en particulier avec les prêcheurs dominicains, rivalité sans concession ni exclusion de coups métaphoriques ou pas mais qui n’empêche pas qu’ils doivent affronter ensemble la haine des clercs (p. 771-777). On trouve au fil des pages une galerie de portraits de personnages que les médiévistes connaissent bien et qui sont saisis ici dans leur ‘intimité’, car Salimbene les a connu en personne ou a côtoyé des gens qui les ont fréquenté directement : frère Elie qui, pour éviter d’être démis lors d’un chapitre général « convoqua de toute l’Italie tous les frères laïcs robustes [car] il espérait qu’ils le défendraient à coups de bâton » (p. 337) ; frère Jean de Parme, ministre général qui « avait en lui tant de savoir, de sainteté, de perfection dans sa vie qu’il aurait pu réformer la Curie romaine [mais qui] ajoutait foi aux prophéties d’hommes illuminés » (p. 580) ; frère Jean de Plan Carpin qui alla chez les Tartares, Hugues de Digne, Gérard Segalelli et ses disciples « des ribauds qui se disent des apôtres et n’en sont pas mais sont la synagogue de Satan » (p. 501)… et des dizaines d’autres !

6On a donc, avec cette édition française de la Chronique de Salimbene, un texte qui est fait pour que le lecteur non-spécialiste puisse profiter d’une entrée inédite dans le XIIIe siècle. Il n’est en effet pas nécessaire d’être médiéviste pour aborder ce texte. Ce n’est pas au premier chef pour un public de spécialistes que cette traduction est faite (même si les spécialistes y trouveront leur compte !) car on peut facilement trouver en bibliothèque le texte latin dont l’édition critique a été établie par Giuseppe Scalia, Bari, Laterza, 1966. Cette traduction, dont les critères sont explicités clairement dans l’introduction (p. 31-36), permet une lecture aisée et agréable pour tous ceux et celles qui veulent, par le plaisir de la lecture, entrer dans le monde lointain et proche à la fois, du franciscain Salimbene. Que « l’équipe amicale » qui a fait ce travail en soit ici remerciée !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Zancarini, « Salimbene de Adam de Parme, Chronique », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 06 février 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/1239

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Zancarini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page