Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Philologie et politique

Présentation

Christian Del Vento and Jean-Louis Fournel
p. 7-15

Full text

  • 1 Voir par exemple les dossiers monographiques préparés par S. G. Nichols, dossiers ayant valeur de m (...)
  • 2 Les citations sont tirées de l’introduction à l’ouvrage collectif, par ailleurs très intéressant et (...)

1Il convient pour ouvrir ce numéro de Laboratoire italien d’écarter quelques malentendus possibles. Parler des relations de la philologie et de la politique ne signifie pas, pour nous, revenir à un débat académique sur la New Philology qui a pu faire rage chez les médiévistes, notamment américains, il y a quelques années1. Cela ne signifie pas non plus remettre en question l’intérêt, voire la nécessité, des travaux relevant de l’ecdotique, comme technique d’établissement des textes. Il s’agira seulement de rappeler une de ces évidences qu’il est parfois bon de garder présentes à l’esprit (comme toutes les évidences appartenant à une tradition de très longue durée) : la philologie ne saurait être réduite à une improbable recherche du texte achevé. Certes, on ne peut pas dire qu’il y ait vraiment aujourd’hui un débat animé opposant deux conceptions de la philologie : le double constat de l’état de l’édition savante – toujours plus inquiétant – et de la circulation toujours plus limitée des classiques rendrait la proposition un peu ridicule. Il n’en reste pas moins que, parmi les legs de la péninsule italienne à la culture occidentale en général et à la tradition académique en particulier, la philologie occupe une place de premier plan, au moins depuis que les juristes médiévaux entreprirent au xiiie siècle de relire et de commenter les sources doctrinales impériales, avant même que les humanistes du Quattrocento ne confèrent à la langue latine classique un rôle qui dépassait de loin une simple question « littéraire», au sens étroit de l’adjectif. Les uns et les autres nous rappelaient ce qui pourrait être considéré comme le socle du dossier de ce numéro de Laboratoire italien : la correction de la langue est indissociable de la légitimité de ses usages textuels, mais aussi de la pertinence de ses effets dans la cité car la langue est au cœur du pouvoir. Dans cette perspective, toute philologie est politique et se doit de l’être. Du même coup, la question de la naissance de la philologie peut être reposée différemment et il n’est pas sûr que « la véritable nouveauté humaniste réside dans l’invention de la philologie» ou que « ce qui distingue la philologie d’autres procédés d’explication textuelle est l’établissement d’une science critique de la transmission des textes», tout au moins si l’on ne restreint pas ce que l’on nomme humanisme à ce qui se déroule pendant le Quattrocento italien. La philologie du xve siècle n’a sans doute pas l’exclusivité et n’a pas inventé « le souci d’authenticité» et « l’approche généalogique»2 dans le rapport aux textes : l’attention aux lois et à la justice, celles de Dieu et celles des hommes, par l’intermédiaire de la théologie et du droit, est souvent passée par un examen – exégèse ou glose – des textes laissés en héritage en les inscrivant dans une généalogie et en rendant compte de leur degré de légitimité.

  • 3 A. Grafton, « J. Pic de la Mirandole : déboires et victoires d’un omnivore», Penser entre les ligne (...)

2Qu’entendrons-nous donc par philologie dans cette livraison de Laboratoire italien? Certes pas une technique qui serait une prérogative des érudits paléographes et des amoureux des manuscrits, détenteurs de compétences inaccessibles au commun des mortels, voire au commun des chercheurs. Pas davantage le socle nécessaire de tout travail sérieux sur quelque texte que ce soit. Encore moins une recherche volontairement circonscrite à l’établissement des textes, recherche qui se fait parfois quête infinie d’une sorte d’essence du texte, dans un croisement improbable du mythe indestructible des origines et d’une sorte de métaphysique de l’écriture. En effet, nous ne voulons pas oublier le sens tout simple de ce terme qui, avant de renvoyer à une technique, dit l’amour de la langue, c’est-à-dire l’attention à la vie des mots et des phrases que nous lisons, méditons ou étudions; des mots et des phrases qui, à l’occasion, peuvent aussi s’avérer des actes voulus par des hommes et des femmes plaçant là leurs envies de compréhension de ce qui advient ou leurs espoirs d’action possible sur et dans le monde. « Établir» ces mots-là, c’est ainsi, avant tout, leur donner une force, une stabilité, une solidité, c’est redonner voix à un dialogue de jadis que nous ne pouvons plus écouter (mais que nous pouvons reconstituer) et c’est, en même temps, donner vie à un nouveau dialogue de l’auteur avec les nouveaux lecteurs que nous sommes et qu’« ils» sont ou seront. La question de la philologie serait donc moins celle de la restitution archéologique d’un objet oublié de l’histoire des mots ou de la correction de la forme sous laquelle l’histoire nous l’a transmise que celle du questionnement sur la vie que ces mots peuvent encore avoir, c’est-à-dire de ce qu’ils peuvent produire encore dans la vie des hommes et des femmes qui les lisent. L’attention à la transmission des textes que promeut la philologie est d’abord une attention à la lecture de ces textes, c’est-à-dire à leur vie, à partir et au-delà de l’existence de leurs auteurs. Dès lors, restreindre la philologie à une pure technique ancillaire ou, symétriquement, choisir de lui conférer un statut de seule « science» du texte fiable, aboutit au même résultat : perdre cette fragilité nécessaire des conjectures où se niche la productivité des discours et qui est niée par la prétendue stabilité atemporelle d’un texte original ou définitif, selon les deux grands mythes du travail philologique traditionnel. Ainsi, la philologie ne tend pas, ne devrait pas tendre, à fonder une « autorité», mais à faire exister un discours. De la sorte, la philologie lance des ponts en direction de disciplines aussi différentes que la philosophie, le droit ou la psychanalyse (sans même parler évidemment de l’histoire ou de la littérature avec lesquelles son lien est structurel), parce qu’elle tente de mettre les efforts de l’interprétation au service d’une émancipation des contemporains. Elle ne fait pas du texte un fétiche, mais lui reconnaît une vie. Elle ne se replie pas vers le passé, mais le projette vers l’avenir et, surtout, vers un présent actif, à l’image de ce que dit Anthony Grafton de Pic de la Mirandole qui « fait œuvre de philologue en transformant les pratiques et les peurs de la société de son temps»3. Paolo Carta nous dit quelque chose de semblable quand, en étudiant les cours d’Antonio Pigliaru sur Gramsci dans ce numéro de Laboratoire italien, il nous parle de la relation entre philologie et politique que Gramsci espérait transférer à la réalité politique concrète.

  • 4 B. Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989.

3Il n’en reste pas moins que les techniques de la philologie se sont développées d’abord dans le domaine littéraire, surtout pour ce qui concerne les textes anciens et médiévaux, et qu’il nous faut repartir de là. Dans l’Antiquité, la philologie est d’abord née de l’édition alexandrine des poèmes homériques et, après la parenthèse médiévale, elle renaît à l’occasion des controverses sur les textes religieux. Par la suite, les philologues se sont opposés sur les moyens les meilleurs afin de reconstruire dans leur intégralité des originaux perdus en supprimant autant que possible les altérations introduites par des copistes ou des typographes peu soigneux. La controverse entre les défenseurs de la méthode de l’Allemand Lachmann et les tenants de la méthode du Français Bédier n’est que la querelle la plus célèbre opposant, selon la reconstitution qu’en fait Cerquiglini, « l’archéologie mécanique du lapsus» du philologue allemand au « doute» lié à une « pensée française strictement biologique» du médiéviste français4. La peur de la contamination et de la copie du premier fait face au scepticisme naturaliste du second. Dans ce numéro, l’article de Frédéric Duval intervient sur l’ensemble de ces questions.

  • 5 Comme l’a définie D. Isella, Le carte mescolate. Esperienze di filologia d’autore, Padoue, Liviana, (...)

4Le rapport plus intime des chercheurs italiens avec leur tradition médiévale nationale a-t-il eu des effets sur la place de la méthodologie lachmanienne dans la tradition philologique italienne? Il semble que malgré les noms célèbres de Michele Barbi ou de Pio Rajna, il ait fallu attendre les années 1960 pour que celle-ci s’impose dans la péninsule et se dégage de l’influence de Croce pour se fondre avec la filologia d’autore5, sous l’influence notamment de Gianfranco Contini. Quels sont les effets aujourd’hui de ce cheminement complexe? C’est une des questions qui mérite d’être posée, et ce d’autant que l’histoire spécifique de la langue italienne et de ses rapports avec la latinité, mais aussi la place de l’espace de l’accademia (en son double sens, restreint – l’académie – et métaphorique – l’université) dans la constitution d’une histoire littéraire comme socle de l’histoire nationale, confère à la philologie un statut particulier qui trouve ses origines bien avant les polémiques plus septentrionales évoquées plus haut. À des titres divers, les articles d’Emanuele Cutinelli-Rendina et de Mario Pozzi reviennent sur cet aspect de la question. L’horizon philologique est, en effet, constitutif de phénomènes aussi anciens et aussi structurants pour l’histoire de la péninsule italienne que la redécouverte, puis le commentaire des textes du droit romain, le mouvement de recherche acharnée d’un rétablissement de l’âge d’or du latin classique (moins pour restaurer des mots que pour retrouver des valeurs) ou la quête d’une langue vulgaire « commune» à la fois réglée et harmonieuse.

  • 6 Goethes Werke. Herausgegeben im Auftrage der Grossherzogin Sophie von Sachsen, Weimar, H. Böhlau, 1 (...)
  • 7 Œuvres complètes de Voltaire, [Kehl], de l’Imprimerie de la Société littéraire typographique, 1784- (...)
  • 8 Après l’étude plutôt faible de L. Morandi, « Unpregiudizio letterario intorno i “Promessi Sposi”», (...)

5Par ailleurs, l’extension aux textes modernes de techniques éditoriales jusque-là réservées aux grands auteurs anciens remonte à la place toute particulière occupée par un certain nombre d’auteurs symboles dans les nouvelles nations au xixe siècle. C’est le cas, avant tout, de l’édition Sophien-Ausgabe de 1887, qui consacrait Goethe auteur-symbole de la nouvelle nation allemande6. C’est donc un élan éthique et politique qui est à la base de cette première édition critique d’un auteur presque contemporain. Elle trouvait un précédent célèbre dans l’édition prérévolutionnaire de Voltaire, réalisée par Beaumarchais en 17897. En Italie, cet élan politique prit d’abord la forme de la philologie dantesque. Bientôt, néanmoins, le débat sur la langue du nouvel État unitaire poussa les spécialistes à s’inté­resser aux Promessi Sposi d’Alessandro Manzoni et au passage de la première à la deuxième édition8. La question manzonienne est reprise dans ce numéro de Laboratoire italien par l’article de Francesco Sberlati et celle des projets d’« éditions nationales» dans celui d’Emanuele Cutinelli-Rendina.

  • 9 A. Albalat, La formation du style par l’assimilation des auteurs, Paris, Armand Colin, 1901; id., L (...)
  • 10 Voir au moins les ouvrages de M. Barbi, La nuova filologia e l’edizione dei nostri scrittori da Dan (...)
  • 11 On se souviendra, en plus, des contributions recueillies dans Essais de critique génétique, Paris, (...)

6En France, au début du xxe siècle, une préoccupation pédagogique semblable avait poussé Antoine Albalat à rédiger des manuels importants où l’étude des « corrections», ou des « variantes», se traduisait dans une série d’exemples pratiques de bon usage de la langue9. Néanmoins, toute perspective historique ou critique était absente de ces travaux. Plus récemment, la « philologie d’auteur», la « critique des brouillons», comme l’appela avec mépris Benedetto Croce, a trouvé un large développement en Italie (grâce à des spécialistes tels que Michele Barbi, Giorgio Pasquali, Gianfranco Contini ou Dante Isella)10 et en France (où elle a pris la forme de la « critique génétique», dans laquelle l’intérêt pour les problèmes philologiques et littéraires va souvent de pair avec l’ardente obligation d’une approche théorique de la création littéraire)11. De fait, depuis une cinquantaine d’années, la vieille question de la philologie a pu être ainsi repensée avec le grand mouvement de « retour au texte» (dont la vague structuraliste ne fut qu’une des expressions), qui a alimenté le développement de la critique génétique ou de la « critique des variantes».

7Dans le même temps, l’approche des textes de la pensée politique ou juridique a aussi évolué vers une prise en compte plus rigoureuse de la spécificité de chaque texte étudié (souvent laissée de côté par le passé au profit de son insertion dans les vastes fresques des mouvements, des écoles, des tournants et des phases de transition – bref, de logiques interprétatives globales et non singulières). En France ou en Italie, il en est allé de même avec les traductions de ces mêmes textes – et plus généralement des textes considérés comme des « classiques» – qui ont été le plus souvent établies avec le souci explicite de respecter la lettre du texte de départ et de tenter de penser, comme une pratique herméneutique, le passage d’une langue dans une autre (d’où à la fois l’articulation d’une logique centripète – celle du respect du texte de départ – et d’une logique centrifuge – celle qui, notamment grâce à l’insistance sur la polysémie du discours, rejette l’enfermement du propos dans une analyse univoque). Jean-Claude Zancarini présente ainsi dans sa contribution un exemple des conséquences méthodologiques et une illustration de l’extension du domaine de la philologie à la question de la traduction.

8Ces différentes évolutions rendent possible une réflexion différente sur la philologie, à condition d’entendre celle-ci dans une acception plus large que celle que lui confèrent les adeptes de l’ecdotique qui ont parfois pour seul horizon l’établissement des textes avec leurs stemma et laissent ainsi trop souvent de côté les effets interprétatifs nouveaux que peut (ou non) comporter ce travail nécessaire (selon la reprise implicite du vieux dicton « recensere sine interpretatione et possumus et debemus»). C’est, on l’aura compris, le parti pris de ce numéro de Laboratoire italien,qui entend donner à la philologie toute sa charge de vie et de sens, vie des mots et sens de la pensée qu’ils expriment, en considérant qu’il y a là une des conditions pour refaire entendre les textes du passé ou pour faire entendre différemment les textes du présent en leur redonnant toute leur place dans la cité : « philologie» et « politique» donc, pas seulement parce que seule nous intéresserait la philologie du texte politique, mais parce que la question philologique a des effets, des implications, des présupposés de nature politique, parce que la philologie ne saurait avoir pour seul horizon les mirages scientistes, ou académiques, de qui entendrait livrer là une vérité ultime et stable du texte. Il nous a semblé qu’une bonne illustration de cet état des choses pouvait être offerte par l’analyse du complexe processus qui a conduit à l’édition des cours de Michel Foucault, d’où notre choix de placer dans la rubrique Débats un entretien croisé avec Mauro Bertani, Alessandro Fontana, Michel Senellart sur ces « pistes» du philosophe qu’ils ont entrepris d’éditer.

9L’équilibre entre respect du critère d’intentionnalité de l’auteur, sur lequel la philologie du xixe siècle a fondé sa propre légitimité et lisibilité du texte et, plus généralement, la place de la philologie se posent avec force à l’âge des technologies numériques. La remise en question du critère de la dernière volonté de l’auteur encouragée par le déconstructionnisme a déclenché un processus de multiplications textuelles que la diffusion des plates-formes numériques favorise aujourd’hui. Propre à la civilisation du livre imprimé, le critère du texte stable était inconnu de celle du manuscrit et risque de disparaître avec celle de l’hypertexte. La « révolution informatique», qui a progressivement marginalisé la lecture séquentielle, a également des conséquences sur le statut particulier que la philologie a acquis dans la tradition universitaire italienne après la Seconde Guerre mondiale et l’affaiblissement de l’hégémonie culturelle de Croce. Grâce aux enseignements de Michele Barbi et de Giorgio Pasquali qui indiquèrent la voie pour échapper à une application « grossière» de la méthode de Lachamnn réduisant les textes à de simples porteurs de leçons et de variantes, la philologie s’émancipa progressivement du rôle subalterne tenu jusque-là pour devenir histoire de la tradition et, de ce fait, histoire de la culture. Ayant acquis, à juste titre, autorité et influence au sein des études littéraires depuis vingt ans, elle a toutefois fini par occuper le terrain laissé vide par la crise de la critique littéraire classique. Le risque est donc qu’elle se substitue à la critique littéraire en transformant les études littéraires en une discipline pour spécialistes. Se borner à une philologie « ultra-conservatrice» ne risque-t-il pas de créer une littérature pour spécialistes et d’approfondir ainsi le hiatus entre les spécialistes et la société? L’enjeu est de taille et ses conséquences sont désormais « politiques». Si la philologie ne s’interroge pas sur sa capacité à offrir aux lecteurs des textes accessibles et donc sur sa capacité à intégrer l’interprétation en tant que moment essentiel dans l’étude de la littérature, elle risque d’encourager davantage les lecteurs dans une approche synchronique et visuelle du texte et, par conséquent, de les éloigner définitivement de la tradition littéraire et de ce qui en fait une véritable expérience sur le plan de la connaissance et de la méthode. Ce dernier point n’est d’ailleurs pas sans rapport avec la crise de la littérature en tant que discipline scolaire et, à la fin, du sentiment de sa capacité à produire une conscience critique, civique et morale et à constituer un moment fondamental dans la formation intellectuelle de l’individu. Enrico Mattioda revient sur cet aspect et ouvre un débat sur le statut de la philologie à l’âge des technologies numériques.

10Le dossier de ce numéro rassemble donc des contributions où le « philologue» – que le terme soit employé dans son acception technique, classique, ou dans celle, plus large, que nous souhaitons lui conférer – s’interroge sur le sens de son métier et sur les destinataires de son travail. Nous nous proposons de fait d’évaluer les conditions de possibilité d’une extension explicite de la philologie à une forme de critique qui, loin de s’arrêter à l’établissement des textes, peut même s’édifier à partir d’un autre socle (la traduction d’un texte par exemple) : il s’agira dans ce cadre de laisser toute sa place, à côté des enjeux esthétiques et rhétoriques, aux enjeux philosophiques, sociaux et politiques de la lettre de l’œuvre (tout en restant conscient, bien entendu, que l’approche du philologue n’est jamais neutre et qu’elle influence la lecture du texte). Par ce postulat, on pourra alors questionner les modalités selon lesquelles, on l’a dit plus haut, la critique philologique peut, hélas!, conduire à dissocier (implicitement ou explicitement) l’établissement des textes de toute pratique interprétative, mais aussi tenter de voir comment la philologie peut et doit (possumus et debemus!) être appliquée non seulement à des textes dits littéraires, mais aussi, entre autres, à l’étude des textes politiques ou juridiques (sachant que, là comme ailleurs, aucune étude sur les auteurs et leur pensée n’est en effet vraiment plausible sans une édition correcte et un examen de l’histoire du texte et de ses usages). Il s’agit encore une fois de supprimer certaines frontières disciplinaires artificielles (ce que tente constamment de faire notre revue au fil de ses livraisons) et de faire en sorte que le dialogue que ces textes ouvrent avec nous se perpétue en refusant d’en faire des monuments, en renonçant à embaumer les phrases. S’il est vrai que la lettre oblige et nous oblige, c’est aussi parce qu’elle est le produit d’un auteur et d’un double temps, temps des hommes et temps des mots, avec ses nécessaires tremblements, ses confusions, ses contradictions, ses incertitudes, ses porosités, que la plus savante et la plus rigoureuse des méthodes ne peut épuiser. Machiavel, dans le prologue au Discours, ne se moquait-il pas des réflexes d’antiquaires de ses contemporains tout occupés à rassembler et à conserver jalousement des morceaux épars de statues antiques en oubliant de lire et de méditer ce que pouvaient leur apprendre les textes de ses chers Romains pour les « ordres» de la cité?

Top of page

Notes

1 Voir par exemple les dossiers monographiques préparés par S. G. Nichols, dossiers ayant valeur de manifestes, pour Romanic Review en 1988 (ce dossier, intitulé « The Legitimacy of the Middle Ages», a été réédité partiellement en 1991 sous le titre The New Medievalism, M. S. Brownlee, K. Brownlee et S. G. Nichols éd., Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1991) et en 1990 dans Speculum, LXV, 1990. Du côté de la critique, plus ou moins violente, de cette New Philology américaine, voir les recueils d’études Towards a synthesis? Essays on the New Philology, K. Busby éd., Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 1993; The future of the Middle Ages : medieval literature in the 1990s, W. D. Paden éd., Gainesville, University Press of Florida, 1994; Alte und neue Philologie, M. D. Glessgen et F. Lesbanft éd., Tübingen, M. Niemeyer, 1997. Une synthèse intéressante de ce débat se trouve dans l’article de Paolo Cherchi, tiré d’une conférence à l’UCLA et intitulé « Filologie del 2000», Rivista Europea di Letteratura, XVII, 2001, p. 135-153.

2 Les citations sont tirées de l’introduction à l’ouvrage collectif, par ailleurs très intéressant et fort utile pour notre réflexion, publié par F. Mariani-Zini et intitulé Penser entre les lignes. Philologie et philosophie au Quattrocento, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2001, p. 11.

3 A. Grafton, « J. Pic de la Mirandole : déboires et victoires d’un omnivore», Penser entre les lignes, op. cit.,p. 117-118 (pour la citation). Cet article de Grafton est, en fait, une traduction française du troisième chapitre de son ouvrage Commerce with the classics : ancient books and Renaissance readers, Ann Arbor (Mich.), University of Michigan Press, 1997.

4 B. Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Seuil, 1989.

5 Comme l’a définie D. Isella, Le carte mescolate. Esperienze di filologia d’autore, Padoue, Liviana, 1987, p. 79.

6 Goethes Werke. Herausgegeben im Auftrage der Grossherzogin Sophie von Sachsen, Weimar, H. Böhlau, 1887-1912, 143 vol. 

7 Œuvres complètes de Voltaire, [Kehl], de l’Imprimerie de la Société littéraire typographique, 1784-1789, 70 volumes.

8 Après l’étude plutôt faible de L. Morandi, « Unpregiudizio letterario intorno i “Promessi Sposi”», Rivista europea, IV, 1873, p. 217-235 et 476-511 (puis réimprimée sous le titre Le correzioni ai Promessi Sposi e l’unità della lingua, Milan, Richiedei, 1874), voir au moins les éditions comparatives de R. Folli (I Promessi Sposi di Alessandro Manzoni nelle due edizioni del 1840 e del 1825 raffrontate tra loro dal prof. R. Folli, Milan, Briola e Bocconi, 1877-1879, 2 volumes) et de P. Petròcchi (I Promessi Sposi di Alessandro Manzoni raffrontati nelle due edizioni del 1825 e 1840. Con un commento storico, estetico e filologico di P. Petròcchi [1893-1902], G. Nencioni éd., Florence, Le Lettere, 1992).

9 A. Albalat, La formation du style par l’assimilation des auteurs, Paris, Armand Colin, 1901; id., Le travail du style enseigné par les corrections manuscrites des grandes écrivains, Paris, Armand Colin, 1903 ; et id., Comment on devient écrivain, Paris, Plon, 1925.

10 Voir au moins les ouvrages de M. Barbi, La nuova filologia e l’edizione dei nostri scrittori da Dante a Manzoni (1938), S. A. Barbi éd., Florence, Le Lettere, 1994; de G. Pasquali, Scritti filologici, Florence, Olschki, 1986, 2 volumes; de G. Contini, « Come lavorava l’Ariosto» (1938), Esercizî di lettura, Turin, Einaudi, 1974; et de D. Isella, op. cit., 1987.

11 On se souviendra, en plus, des contributions recueillies dans Essais de critique génétique, Paris, Flammarion, 1979 et de Leçons d’écriture. Ce qui disent les manuscrits. Hommage à Louis Hay, Paris, Minard, 1985; de A. Grésillon, Éléments de critique génétique. Lire les manuscrits, Paris, PUF, 1994; de P.-M. De Biasi, « La critique génétique», Introduction aux méthodes critiques pour l’analyse littéraire, Paris, Bordas, 1990, p. 5-40; et de L. Hay, « L’écrit et l’imprimé », De la lettre au livre. Sémantique des manuscrits littéraires, Paris, CNRS, 1989, p. 7-34.

Top of page

References

Electronic reference

Christian Del Vento and Jean-Louis Fournel, « Présentation », Laboratoire italien [Online], 7 | 2007, Online since 07 July 2011, connection on 25 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/126

Top of page

About the authors

Christian Del Vento

Christian Del Vento est maître de conférences à l’université de Caen, où il enseigne la langue et la littérature italiennes. Ses recherches portent sur la littérature, l’histoire et la pensée politique italiennes des XVIIIe et XIXesiècles, mais aussi sur l’histoire de la critique littéraire et l’historiographie aux XIXe et XXesiècles. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages, parmi lesquels le volume « Un allievo della Rivoluzione». Ugo Foscolo tra « apprendistato» letterario et « nuovo classicismo» (1795-1806). Avec P.Carta et X.Tabet, il a publié Scritti sul Principe di Niccolò Machiavelli di Angelo Ridolfi e Ugo Foscolo (2004). À l’occasion du bicentenaire de la mort de Vittorio Alfieri, en 2003, il a publié le catalogue de l’exposition Quand Alfieri écrivait en français. Vittorio Alfieri et la culture française, en collaboration avec G. Santato. Plus récemment, il a écrit avec X.Tabet Venise au XIXesiècle. La construction d’un mythe européen: problèmes historiographiques et représentations littéraires (2006). Il prépare actuellement un volume consacré à la bibliothèque de Vittorio Alfieri, en cours de publication dans l’édition nationale des Œuvres de Vittorio Alfieri.

By this author

Jean-Louis Fournel

Jean-Louis Fournel est professeur à l’université Paris8, où il enseigne l’histoire et la culture de la Renaissance italienne. Il appartient par ailleurs à l’UMR5206 Triangle du CNRS (ENS LSH, Lyon). Ses recherches portent sur la pensée politique italienne ainsi que sur l’histoire de la langue vulgaire et de la rhétorique à la Renaissance. Il a traduit et commenté avec Jean-Claude Zancarini Le Prince de Machiavel, Paris, PUF, 2000; les Écrits politiques de Savonarole, Paris, Seuil, 1993 et, de Guicciardini, L’Histoire d’Italie, Paris, Laffont, 1996, les Écrits politiques, Paris, PUF, 1997 et les Avertissements politiques, Paris, Cerf, 1988. Toujours avec Jean-Claude Zancarini, il a publié La politique de l’expérience. Savonarole, Guicciardini et le républicanisme florentin, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2002 ainsi que Les guerres d’Italie. Des batailles pour l’Europe, Paris, Gallimard (Découvertes), 2003. Il dirige actuellement le projet ANR « Naissance et développement d’une pensée de la guerre des guerres d’Italie aux traités de Westphalie (1494-1648)».

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page