Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
III. De la difficulté de rester républicain

L’évolution de l’inspiration poétique républicaine de Mameli à Carducci : de l’antimonarchisme mazzinien et jacobin à la « démocratie dynastique »

L’evoluzione dell’ispirazione poetica repubblicana da Mameli a Carducci: dall’antimonarchismo mazziniano e giacobino alla “democrazia dinastica”
The evolution of the Republican poetic inspiration from Mameli to Carducci: from anti-monarchist Jacobin and Mazzinianism to “dynastic democracy”
Laura Fournier-Finocchiaro

Résumés

L’article s’interroge sur l’évolution de l’inspiration poétique républicaine dans la seconde moitié du xixe siècle. Alors qu’en 1848-1849, les compositions des principaux poètes républicains du Risorgimento (Goffredo Mameli, Francesco Dall’Ongaro, Alessandro Poerio, Luigi Mercantini…) sont largement influencées par les enseignements de Giuseppe Mazzini, en 1859-1860, l’inspiration républicaine évolue vers des positions garibaldiennes, célébrant l’unité nationale autour de la monarchie de Savoie, au nom du primat de la lutte pour l’indépendance. Après l’Unité, le flambeau de la poésie de la révolte antimonarchiste est repris par Giosue Carducci, porte-parole du Parti d’action dans le monde de la culture avec sa poésie « jacobine ». Mais la recherche de solutions conciliatrices entre l’engagement démocratique et le respect du « peuple » qui a choisi d’être représenté par la monarchie pousse le poète à se dépouiller de l’illusion républicaine et à célébrer la dynastie de Savoie comme meilleur garant possible pour défendre la valeur suprême de l’unité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Citée par A. A. Mola, Italia : un paese speciale. Storia del Risorgimento e dell’Unità, vol. I : 1 (...)
  • 2 L. Fournier-Finocchiaro, « Mazzini inspirateur des lettres italiennes », P.R.I.S.M.I., 11 : « Ippo (...)
  • 3 Deux idéologies particulières à l’Italie rivalisent pour prendre la tête du mouvement risorgimenta (...)
  • 4 F. De Sanctis, Mazzini [1874], Gênes, Fratelli Frilli, 2005, p. 74.

1Avant les expériences républicaines de 1848-1849, il existe très peu de traces d’un répertoire de chansons et hymnes républicains circulant parmi les patrioti italiens, exception faite de l’Antologia repubblicana, publiée à Bologne en 18311. À l’approche de la première guerre d’indépendance, les idées de Mazzini ont enfin réussi à pénétrer dans les cercles de culture. Le patriote exilé, qui exerce une véritable fascination sur ses contemporains2, devient la principale source d’inspiration républicaine des poètes. Francesco De Sanctis fait ainsi de Mazzini le chef de file de l’école littéraire democratica3 du Risorgimento, marquée par le goût de l’abstraction, des formules et des slogans et par sa langue « solenne, letteraria, e talvolta anche convenzionale, perché essi non mirano ad istruire, ma a scuotere e ad infiammare »4. Comme l’a montré Silvia Tatti dans ce même dossier, à Milan, Rome et Venise la poésie se fait engagée et plus précisément performative dans un sens democratico. Elle se charge d’une rhétorique militante qui exprime l’enthousiasme révolutionnaire, en relation à l’expérience des républiques de 1848-1849 et qui rompt avec la tradition littéraire. Nous examinerons ici des aspects plus thématiques de la poésie républicaine : en effet, la poésie patriotique du Risorgimento ne coïncide pas en tous points avec la poésie républicaine, ce qui nous pousse à nous demander dans un premier temps qui sont les principaux poètes du Risorgimento que l’on peut classer parmi les auteurs littéraires républicains. Quelles sont leurs références ? Quelle image de la République construisent-ils ? Après l’Unité, nous suivrons la trajectoire du « vate della Terza Italia » Giosue Carducci, qui pendant toute sa carrière de poète-professeur a été en contact étroit avec les principaux leaders républicains, notamment le journaliste Alberto Mario, l’ex-triumvir de la République romaine Aurelio Saffi, le démocrate sicilien Francesco Crispi. De la « poésie de la révolte » antimonarchiste à la célébration de la reine Marguerite et de la dynastie de Savoie, nous examinerons la parabole de l’inspiration républicaine de Carducci en l’inscrivant dans l’histoire de la Gauche democratica postunitaire.

Chansons et hymnes républicains du Risorgimento

  • 5 G. Mazzini, « Note autobiografiche » [1861], dans Scritti editi ed inediti, Imola, Galeati, vol. L (...)
  • 6 Voir J.-Y. Frétigné, Giuseppe Mazzini. Père de l’unité italienne, Paris, Fayard, 2006, notamment p (...)
  • 7 Voir Poeti minori dell’Ottocento, L. Baldacci éd., Milan-Naples, Ricciardi, 1958 et Poeti minori d (...)
  • 8 R. Leydi, Canti sociali italiani, vol. I, Canti giacobini, repubblicani antirisorgimentali, di pro (...)

2Dans ses articles et programmes qui prônent une littérature engagée, Mazzini a donné une mission, ainsi qu’un certain style, aux écrivains democratici, notamment aux jeunes volontaires qui participent aux batailles républicaines de 1848-1849. En effet l’art, pour Mazzini, doit avoir une utilité sociale et politique (« Missione speciale dell’arte è spronare gli uomini a tradurre il pensiero in azione »)5 ; il prône une littérature engagée, notamment dans un sens progressiste, patriotique et démocratique6. Les œuvres qui reflètent le mieux les préceptes et les conseils de « l’apôtre » de la République sont celles qui signent le lien entre expérience littéraire et expérience politique, des poètes et artistes d’orientation democratica (notamment Goffredo Mameli, Francesco Dall’Ongaro, Alessandro Poerio, Luigi Mercantini), influencés par les enseignements de Mazzini, qui projettent dans leurs vers leurs expériences humaines et politiques. Classés généralement dans les anthologies parmi les « mineurs »7, où ils sont placés aux côtés de poètes idéologiquement opposés comme Giovanni Prati et Aleardo Aleardi, dévoués à la maison royale de Savoie, ou Arnaldo Fusinato, aux accents réactionnaires, les poètes patriotes democratici marquent une saison importante de la littérature italienne du xixe siècle. Il faut ajouter à cette littérature le répertoire des chansons et hymnes républicains, qui, selon Roberto Leydi8, coïncide avec le répertoire patriotique. À côté des compositions d’auteurs qui appartiennent aujourd’hui au « canon historique » (Fratelli d’Italia de Goffredo Mameli, l’Inno di Garibaldi de Luigi Mercantini…), on trouve ainsi un grand nombre de chants populaires en italien et surtout en dialecte qui constituèrent la « bande son » des groupes et bataillons democratici.

  • 9 Sur Mameli et la tradition républicaine, voir S. Pivato, « Il Canto degli Italiani : l’Inno di Mam (...)
  • 10 Nos citations sont tirées du volume Scritti editi e inediti di Goffredo Mameli ordinati e pubblica (...)

3Le représentant le plus célèbre du vate républicain inspiré par l’idéologie mazzinienne est sans aucun doute le poète et soldat martyr Goffredo Mameli, mort en 1849 pendant la défense de la République de Rome9. Dès le milieu des années quarante, Mameli entre dans des groupes républicains et se spécialise dans les chants politiques truffés de motifs mazziniens. Par exemple, dans son hymne Dio e popolo, Mameli met en scène le Dieu mazzinien, véritable patriote du Risorgimento, se mettant à la tête du peuple italien pour détrôner les rois. Dans toutes ses compositions10, Mameli s’en remet au « Seigneur des libres » qui soutient la guerre des peuples contre les rois oppresseurs :

Inno al Signor dei liberi
Che i popoli a sé chiama, […]
Cogli oppressor non stringi
Infame patto in terra :
Gli inni che a lor fan guerra
Tornano belli a Te. (Gli apostoli, p. 146)

4On ne trouve nulle part dans ses vers le lemme « république », mais son message est clair : le peuple doit haïr les rois qui l’ont toujours trahi et qui s’opposent aux projets unitaires des patriotes, comme dans Suonò l’ora : « Ci tradisce chi unirci non tenta, / Chi con noi libertà non sospira, / Chi non odia dei re la sementa, / Chi fra i popoli semina l’ira » (p. 163). Son chant à plus forte connotation républicaine est bien sûr le plus célèbre, Fratelli d’Italia. Cependant, à une première lecture de l’hymne, comme l’a remarqué Stefano Pivato, « l’impronta del repubblicanesimo, o forse sarebbe meglio dire del giacobinismo di Mameli, si coglie in una serie di riferimenti più storici che politici » (Pivato, p. 149). En effet le message emphatisé par Mameli est l’appel à l’unité des Italiens (« raccolgaci un’unica / bandiera, una speme », « uniamici, amiamoci », « uniti per Dio »…) sans que soit précisément évoquée la forme politique que devait prendre cette union. L’hymne reprend néanmoins les traits distinctifs du républicanisme italien au xixe siècle : la rhétorique mazzinienne de la « Troisième Rome » et les symboles de la culture républicaine française. L’histoire romaine est évoquée par Mameli sous les traits de « l’elmo di Scipio » et de la déesse de la Victoire : ces références historiques sont clairement identifiables par le public de l’époque comme des renvois à l’iconographie républicaine cultivée par les révolutionnaires français, qui cueillaient leurs symboles, leurs modèles et leurs formes mentales dans l’histoire grecque et romaine. Mameli choisit la figure de Scipion l’Africain, le héros de la République mis en scène par Cicéron dans son traité politique De Republica, devenu un symbole récurrent des républicains français (Pivato, p. 149). La citation de Scipion n’est pas le seul renvoi de Mameli à la culture républicaine française : on devine clairement dans l’appel « stringiamoci a coorte » l’évocation de la Marseillaise, « Formez vos bataillons… ». La cinquième strophe de l’hymne de Mameli condense ensuite les références à tous les lieux de mémoire républicains dans l’histoire italienne :

Dall’Alpe a Sicilia
Dovunque è Legnano
Ogn’uom di Ferruccio
Ha il cuore e la mano;
I bimbi d’Italia
si chiaman Balilla
Il suon d’ogni squilla
I Vespri suonò. (p. 156)

5Sont évoqués, dans le désordre, les Vêpres siciliennes mettant en scène le soulèvement du peuple contre la domination féodale angevine, la lutte des communes médiévales réunies dans la Ligue lombarde contre l’empereur Barberousse, le condottiere de la République de Florence Francesco Ferrucci, le jeune patriote de la République de Gênes Balilla. Mameli propose ici, avec des intentions politiques clairement exprimées, des héros populaires qui sont déjà le sujet de peintures, romans et mélodrames à succès ; mais dans son hymne, « acquistavano esplicitamente valore di un uso pubblico della storia a fini politici » (Pivato, p. 150). Par ses références historiques qui mettent l’accent sur les héros populaires précurseurs du Risorgimento, excluant toute référence à la maison de Savoie, l’hymne de Mameli s’inscrit pleinement dans la tradition républicaine. Les souverains du Royaume d’Italie l’ont bien compris, puisqu’il faudra attendre la victoire de la République en 1946 pour qu’il soit choisi (non sans difficultés et sans polémiques) comme hymne national, tandis que l’Italie de la monarchie de Savoie avait préféré adopter la Marcia reale.

  • 11 Réunies par A. Lanzerotti, La gloriosa epopea del’ 48 e del’ 49 nei canti politici dei poeti e del (...)

6Pour Pivato, Fratelli d’Italia est « l’unico “sopravvissuto” nel generale naufragio, nella memoria degli italiani, dell’innodia politica e sociale dell’Otto e del Novecento » (p. 152) ; mais de nombreuses poésies et chansons « républicaines » circulèrent pendant le Risorgimento et même après. Dans la production de Mameli, d’autres compositions célèbres comportent des allusions explicitement antimonarchistes, à commencer par son hymne militaire All’armi ! all’armi !, mis en musique par Giuseppe Verdi, qui appelle le peuple à renverser les tyrans en évoquant la nouvelle Rome. Son hymne Milano e Venezia, très explicite sur les trahisons des rois, finit quant à lui sur cette sentence : « Crediamo in Dio, nel Popolo, / Sono un sepolcro i re » (Scritti editi e inediti di Goffredo Mameli, p. 176). C’est surtout autour du biennio 1848-1849 que l’on trouve le plus grand nombre de compositions républicaines et antimonarchistes11. Ces chansons et hymnes républicains défendent explicitement l’idée que seul le peuple italien peut prendre en main son destin, tandis que les rois n’ont fait que réprimer les soulèvements patriotiques par crainte de perdre leur pouvoir. C’est notamment l’idée centrale de la chanson populaire Il popolo e i re, signée par Vincenzo Ghimassi, datée du 7 février 1849 :

O monarchi della terra,
Oggi il Popolo v’intuona
La canzone della guerra
Che nell’anima fremè ;
Via dal capo la corona
Oggi il Popolo sia Re. (Gloriosa epopea, p. 340)

  • 12 Ses ballades romantiques sont publiées dans Fantasie drammatiche e liriche, Florence, Le Monnier, (...)
  • 13 V. Spinazzola, « La poesia romantico-risorgimentale », dans Storia della letteratura italiana, E.  (...)

7C’est également le leitmotiv de l’œuvre du poète d’origine frioulane Francesco Dall’Ongaro. Engagé dans la défense de Venise en 1848, Dall’Ongaro est éloigné par Manin et se rapproche de Garibaldi et de Mazzini avec lesquels il s’engage dans la République romaine. Auteur de plusieurs recueils de vers (ballades, hymnes, odes de guerres et surtout stornelli)12, Dall’Ongaro mime l’expression de la culture et de la poésie populaire, en une opération qualifiée par Vittorio Spinazzola de « populismo romantico »13. Dès l’élection de Giovanni Mastai, Dall’Ongaro dénonce l’engouement des Italiens pour le Pape Pie IX, dans son stornello Pio IX (1848), où il délivre aussi son message antimonarchique : « […] non si muore per un vano suono, / Non si muor per un papa e per un trono ! » (Stornelli, p. 7). Le 21 février 1849, il signe l’Inno repubblicano, dont le refrain récite :

Sorgete o fratelli
Di Roma alla voce :
Si pianti una croce
Sul trono dei re. (Gloriosa epopea, p. 359)

8En 1851, il intitule une autre de ses compositions Repubblica, qui présente un exemple rare de présence de ce lemme en poésie (hormis dans le titre) :

Du’ anni son passati da quel giorno
Che a Roma la repubblica fu fatta.
Allora éramo dieci, o’n su quel torno ;
Repubblica, dicean, di gente matta.
Ora del papa e de’ suoi bravi a scorno
Sorge più grande dalla sua disfatta.
Sorge più grande come buon frumento,
Che d’un sol grano ne germoglia cento
Come ruscel, che com’ più va, più cresce,
E coll’ampia corente al mar si mesce. (Stornelli, p. 8)

  • 14 Voir J.-Y. Frétigné, « La culture politique d’Ippolito Nievo : l’aigle et l’escargot », P.R.I.S.M. (...)

9Mais au cours des années cinquante, Dall’Ongaro évolue vers des positions plus garibaldiennes, se rapprochant même de Cavour ; sa poésie, fortement influencée par la culture anticléricale, s’éloigne du thème politique de la république. Au moment de la deuxième guerre d’indépendance, le poète célèbrera la croix de Savoie (Stornelli, p. 10), avant d’accompagner par ses vers l’expédition des Mille de Garibaldi. Ce même parcours idéologique, du mazzinianisme au garibaldinisme, est également suivi par Ippolito Nievo14.

  • 15 A. Poerio, Poesie edite e postume, Florence, Le Monnier, 1852.

10On retrouve la veine populiste antimonarchique chez le poète democratico et martyr napolitain Alessandro Poerio, exilé entre 1821 et 1835, ami de Leopardi et de Tommaseo. En 1848, Poerio participe, aux côtés de Guglielmo Pepe, à la défense de Venise et meurt de ses blessures la même année. Ses vers, posthumes15, reflètent les différentes influences qui guidèrent son inspiration : Leopardi, Tommaseo, Berchet et surtout Mazzini, qui lui inspire son style aux accents mystiques et prophétiques. Ses vers reprennent les motifs républicains déjà identifiés chez Mameli, comme l’appel aux armes des « frères italiens » et le lien entre Dieu et peuple :

e, Italia, i tuoi figli
Correndo ad armarsi
Con libera man,
Nel forte abbracciarsi
Tra lieti perigli
Fratelli saran.
O sparsi fratelli,
O popolo mio,
Amore v’appelli.
Movete; nell’alto
Decreto di Dio
Fidenti – volenti,
Movete all’assalto. (Il Risorgimento, p. 82-83)

11Poerio célèbre les héros républicains dans ses poèmes consacrés à Francesco Ferrucci, défenseur de la « fiorentina libertà » (Il Ferruccio, p. 87), au restaurateur de la liberté génoise Andrea Doria (p. 119-122), ainsi qu’au doge vénitien Enrico Dandolo (p. 137-138). Parmi ses contemporains, il célèbre Giuseppe Montanelli (p. 177-178), Giuseppe Giusti (p. 187-189) et plus généralement les « martyrs de la cause italienne » (Ai martiri della causa italiana. Dicembre 1847, p. 201-202).

  • 16 Sur Mercantini, voir F. Brancaleoni, « Mercantini, Luigi », dans Dizionario Biografico degli Itali (...)
  • 17 Voir A. Quondam, Il Risorgimento a memoria. Le poesie degli italiani, Rome, Donzelli, 2011.

12En revanche, les chansons et hymnes plus directement garibaldiens, bien que partie intégrante des chants sociaux democratici, ne sont pas ouvertement antimonarchistes. C’est le cas du plus connu, l’Inno a Garibaldi, composé par le poète-combattant Luigi Mercantini16. Déjà auteur d’un Inno di guerra (1848) diffusé parmi les volontaires italiens lors de la défense de Milan et de Venise, Mercantini accompagne avec ses vers les épisodes du Risorgimento et donne à sa production une orientation patriotique qui fait de lui l’un des principaux représentants de la poésie-action. Il est notamment le créateur de la légende héroïque de Carlo Pisacane comme martyr mazzinien de la liberté, par son poème à l’immense succès La spigolatrice di Sapri (1857). Dans la première version de son Inno a Garibaldi : All’armi ! All’armi !, on retrouve les mêmes allusions à l’iconographie républicaine présentes dans l’Inno di Mameli : la bataille de Legnano et les « stirpi di Roma » qui ne sont pas faites pour vivre sous le joug des étrangers. Mais l’hymne évolue sur les champs de bataille garibaldiens17. Ainsi, en 1859, est ajoutée une strophe célébrant le bon roi Victor Emmanuel, allié de Garibaldi :

Già ratto sull’orma del fido guerriero
L’ardente destriero – Vittorio spronò.
Va fuora d’Italia, va fuora ch’è l’ora,
Va fuora d’Italia, va fuora, o stranier!
Per sempre è caduto degli empi l’orgoglio;
A dir – Viva Italia! – va il Re in Campidoglio;
La Senna e il Tamigi saluta ed onora
L’antica signora – che torna a regnar. (Quondam, p. 307)

13La poésie d’inspiration garibaldienne célèbre avant tout l’action militaire et la lutte anti-tyrannique, voire anticléricale ; l’idéal républicain est sacrifié sur l’autel de l’indépendance et de l’unité nationale autour de la monarchie de Savoie.

La renaissance de la poésie jacobine

  • 18 P. Alatri, Carducci giacobino, Palerme, Libreria Prima, 1953. En revanche, pour Luigi Russo, la ré (...)
  • 19 M. Biondi, « La “Repubblica delle lettere”. Carducci e la poesia civile », dans Almanacco della Re (...)
  • 20 G. Carducci, Tutte le poesie, P. Gibellini éd., Rome, Newton & Compton, 1998, p. 155.
  • 21 Voir L. Fournier-Finocchiaro, « Giosuè Carducci tra identità democratica e identità nazionale », N (...)

14Après l’Unité, le poète qui reprend le flambeau de la « poésie de la révolte » antimonarchiste est Giosue Carducci qui, entre 1862 et 1872, est animé d’une inspiration qualifiée par le critique Paolo Alatri de « jacobine »18 et, par Marino Biondi, de « révolutionnaire »19. Carducci, au cours des années soixante, est mû par un désir révolutionnaire, celui de la conquête démocratique, appuyant le recours momentané́ à la violence, dans le but d’asseoir dans la durée l’État républicain. En effet, après la proclamation du Royaume d’Italie, le poète qui a accompagné dans ses vers chaque victoire du roi Victor-Emmanuel, célébrant la « Bianca croce di Savoia »20, rejoint le camp des déçus de la monarchie qui a abandonné le projet de la libération de Rome et de Venise. Nommé professeur à l’université de Bologne en 1860, Carducci se rapproche alors des personnalités et des groupes qui ont placé leur idéal dans la forme républicaine de gouvernement21. Jusqu’à la moitié des années soixante-dix, le poète est le porte-parole, dans le monde de la culture, des projets et des critiques du parti d’action. Il chante par exemple dans ses vers de juillet 1862 le mot d’ordre de Garibaldi, Roma o morte, puis il dénonce violemment les rois, les empereurs et les papes liberticides dans son ode Dopo Aspromonte :

A terra i serti e l’infule !
In pezzi, o inique spade !
Sole nel mondo regnino
Giustizia e libertade ! (Tutte le poesie, p. 214)

15On remarque cependant que son ode ne condamne pas explicitement la monarchie de Savoie : ses flèches sont avant tout adressées contre Napoléon III et Pie IX. Carducci appelle à la révolte contre l’institution monarchique lorsqu’elle est assimilée à la tyrannie, et proclame l’inéluctabilité d’une ère nouvelle. Mais plus que de l’antimonarchisme, il s’agit surtout chez Carducci d’anticésarisme : le poète ne cesse de combattre et de dénoncer la volonté de puissance qui anime et qui a animé empereurs et rois à travers les siècles, imitant des précédents célèbres (Alfieri et Foscolo). C’est cette même soif de liberté contre l’autoritarisme césarien et l’obscurantisme clérical qui inspire son Inno a Satana (1865). L’apologie que fait Carducci de la révolte contre toutes les tyrannies eut la valeur d’un véritable manifeste parmi les democratici, même s’il ne contient pas explicitement de revendications politiques.

  • 22 F. Conti, « Alberto Mario e la crisi della sinistra italiana dopo Aspromonte : fra rivoluzione naz (...)

16Au cours des années soixante et soixante-dix, le républicanisme de Carducci est fortement influencé par son amitié avec le leader républicain Alberto Mario, qui est un des premiers au sein des groupes démocrates à contester le leadership mazzinien22. En 1863, Mario refonde la Società Democratica à Florence avec Giuseppe Mazzoni, qui défend les positions fédéralistes de Cattaneo et prend ouvertement position contre les courants philomonarchistes et le parti d’action, au nom d’une démocratie « pure ». Lorsque Carducci rencontre Mario en 1865, la confrontation entre le républicanisme du poète, en pleine création iambique, et celui du journaliste phare de l’hérésie fédéraliste laisse des traces profondes sur la sensibilité politique des deux hommes. D’un point de vue politique, Carducci et Mario partagent tous les deux l’idée d’une opposition éthique au régime monarchique et de la nécessité de forger une génération de républicains caractérisés par leur conscience morale, autour des idéaux de « justice et liberté » et d’éducation des consciences nationales. Ce binôme, qui revient souvent sous la plume de Mario, est également récurrent dans les vers de Carducci, qui célèbre de nouveau les « ultime dee superstiti giustizia e libertà » dans son épode Ripresa Avanti ! Avanti ! (1872). Mais la participation de Carducci comme simple militant à la cause républicaine au sein de partis ne va pas de soi, car le poète se défie de tout enfermement dans une étiquette. En août 1864, il écrit à son ami Luigi Prezzolini :

  • 23 G. Carducci, Lettere. Edizione Nazionale (LEN), vol. IV, p. 88.

Vo’ che sappi almen tu, che, s’io avessi la convinzione che la forma repubblicana convenisse all’Italia, a quest’ora avrei già obbedito alla mia coscienza e, chiesta la dimissione, mi sarei sciolto dalla fedeltà giurata al re.23

17Pour Carducci, être républicain c’est avant tout une question de caractère, d’esprit et de culture « classique ». Dans les souvenirs d’enfance qu’il évoque dans son article A proposito di alcuni giudizi su A. Manzoni (1873-1874), le poète se rappelle avoir développé un attrait précoce pour les pratiques républicaines par ses lectures :

  • 24 Id., Opere. Edizione Nazionale (OEN), vol. XX, p. 300.

Invasato così di ardore epico e di furore repubblicano e rivoluzionario, io sentivo il bisogno di traboccare il mio idealismo nell’azione ; e per ciò in brigata co’ miei fratelli e con altri ragazzi del vicinato organizzavo sempre delle repubbliche, e repubbliche sempre nuove, ora rette ad arconti ora a consoli ora a tribuni, pur che la rivoluzione fosse la condizion normale dell’essere, e cosa di tutti i giorni l’urto tra i partiti e la guerra civile. La nostra repubblica consisteva in adunanze tumultuose e in battaglie a colpi di sassi e di bastoni, con le quali intendevamo riprodurre i più bel fatti dei bei tempi di Roma e della Rivoluzione francese.24

  • 25 Voir A. Panzini, L’evoluzione di Giosuè Carducci, Milan, Galli, 1894, p. 66 : « a quel nome di re (...)
  • 26 Que nous avons analysés dans les articles « La bataille de Mentana (3 novembre 1867) », Cahiers de (...)

18La « république » du jeune Carducci renvoie aux pratiques romaines de l’Antiquité (la res publica du populus romanus) et aux mythes révolutionnaires français. Il se sent républicain parce qu’il a lié ce terme à une certaine manière de voir les choses et d’envisager le monde25 et parce que son réseau d’amitiés, au cours des deux premières décennies postunitaires, identifie la democrazia avec la république. L’épisode de Mentana détache définitivement Carducci du rêve de l’unité par la monarchie et intensifie son « jacobinisme », comme il l’explique dans son discours Per la poesia e per la libertà, prononcé devant les électeurs de Lugo en novembre 1876 : « Il sessanta mi lasciò democratico monarchico, il sessantasette mi trovò repubblicano » (OEN, XXV, p. 12-13). Toutefois, dans ses vers qui suivent l’annonce de la défaite des Garibaldiens, et à chaque fois qu’il a l’occasion de revenir sur le massacre de Mentana26, Carducci pointe les responsabilités de Napoléon III et du pape Pie IX bien plus que celles de la monarchie italienne.

  • 27 Sur le mythe de la nation armée révolutionnaire chez Carducci, voir L. Fournier-Finocchiaro, « La (...)

19Son soutien aux républicains se traduit par sa participation à des manifestations mazziniennes en novembre 1867 qui lui vaudront de risquer le confinamento à Naples, puis par un discours enflammé et une lettre ouverte lors du banquet en souvenir de la République romaine en février 1868, qui entraînent sa suspension d’enseignement et de salaire pendant quatre mois. Le poète attaque ensuite violemment le livre de Camillo De Meis, Il Sovrano (1868), qui soutenait que le souverain, symbole de l’unité, point d’équilibre du mécanisme institutionnel et image de l’autorité médiatrice, était nécessaire en Italie comme trait de liaison entre la classe intellectuelle et les classes non encore éduquées politiquement. Carducci défend au contraire le rôle du peuple dans l’histoire de la nation, ses vertus lors des batailles et des insurrections et sa capacité de sacrifice pour la patrie, comme dans son ode Nel vigesimo anniversario dell’8 agosto 1848 (1868), où il célèbre « la plebe vile » bolonaise qui crie « Moriamo » face aux Autrichiens. Sa référence constante est la nation en armes qu’a su mettre en forme la République française de 1792, qu’il célèbre dans les ïambes « révolutionnaires » Per il LXXVIII anniversario dalla proclamazione della Repubblica francese (1870) et Versaglia (1871), avant ses sonnets ça ira (1883)27.

  • 28 Notamment dans Nostri santi e nostri morti (1869), In morte di Giovanni Cairoli (1869), Per Vincen (...)

20En 1870, le poète est déçu par la conquête royale (et non républicaine) de Rome et multiplie les critiques vis-à-vis de la confiscation des gloires risorgimentales par le roi aux dépens du souvenir des massacres de républicains28. C’est bien après, avec du recul, que Carducci réalise que le 20 septembre marque pour l’Italie un tournant historique, qu’il identifie avec son changement de cap politique, comme il l’explique dans sa préface aux Giambi ed epodi (1882) : « Con la rivendicazione di Roma all’Italia, comunque andasse, il supremo ideale della mia politica nazionale fu raggiunto, e finì la bella età leggendaria della democrazia italiana » (OEN, XXIV, p. 170). En septembre 1872, le poète continue à s’affirmer républicain dans sa correspondance avec sa nouvelle égérie, Lina Cristofori Piva – « Io son repubblicano fino agli ultimi estremi anche in letteratura » (LEN, VII, p. 323) –, et c’est dans cet esprit qu’il publie son recueil Levia Gravia, de nouveau sous le pseudonyme d’Enotrio Romano sous lequel il avait publié l’Inno a Satana. En 1874, il dénonce les conditions d’incarcération des républicains arrêtés à Villa Ruffi, près de Rimini, où Aurelio Saffi avait organisé un meeting ; il héberge pendant plusieurs mois un républicain recherché, Adolfo Borgognoni puis, surtout, il est convaincu par ses amis Alberto Mario et Aurelio Saffi de se présenter aux élections de 1876 dans le collège de Lugo. Face aux électeurs, il défend explicitement la supériorité du gouvernement « di tutti per tutti » ainsi que le sens historique et éthique de sa foi républicaine :

Mi accusano repubblicano. Sì, io sono repubblicano. [...] La mia gioventù fu tutta negli studi ; e nella solitudine degli studi nacque, crebbe, si afforzò in me la idea repubblicana [...] La repubblica mia non è la repubblica per sorpresa [...] né meno è la repubblica oligarchica d’un partito [...] e tanto meno la repubblica dittatoria d’una fazione. Non per questo io credo che quella della repubblica sia solamente questione di forma : la repubblica, per me, è l’esplicazione storica e necessaria e l’assestamento morale della democrazia ne’ suoi termini razionali : la repubblica, per me, è il portato logico dell’umanesimo che pervade oramai tutte le istituzioni sociali. Tale essendo per me la repubblica, è naturale che essa, questo governo di tutti per tutti, deve uscire dalle persuasioni della maggioranza ; e dai voti della maggioranza io l’aspetto. (OEN, XXV, p. 12-13)

  • 29 La loi électorale ne prévoyait que treize sièges de professeurs à la Chambre. Après l’exclusion de (...)
  • 30 Ce que le critique Alberto Asor Rosa définit par deprecatio temporum. Voir A. Asor Rosa, « La cult (...)

21Cette profession de foi politique ne contient pas seulement une aspiration, mais aussi un avertissement sévère : la république ne peut être donnée ni imposée ; elle peut uniquement être conquise par l’élévation morale, graduelle et consciente, du peuple. Carducci ne cache pas son rejet du « fanatisme jacobin » mis en place dans la France révolutionnaire de 1793-1794, prêt à utiliser la brutalité pour remodeler la société sans tenir compte de ses conditions réelles. Malgré sa victoire, Carducci ne peut pas siéger car il fait partie des professeurs tirés au sort29 ; rapidement, et bien avant l’épisode de la visite des souverains d’Italie à Bologne en novembre 1878, qui est généralement identifié comme le déclencheur de son « revirement » politique, le poète exprime son dégoût de la « nouvelle » politique de la gauche30. Dans son poème controversé Canto dell’amore (1877), inspiré par sa visite à Assise et par ses réflexions sur la figure de saint François, Carducci se met à rêver d’une pacification de la vie publique et même d’une conciliation entre les ennemis d’autrefois :

– Salute, o genti umane affaticate !
Nulla trapassa e nulla può morir.
Noi troppo odiammo e sofferimmo. Amate.
Il mondo è bello e santo è l’avvenir. –
[…]
Che m’importa di preti e di tiranni ?
Ei son più vecchi de’ lor vecchi dei.
Io maledissi al papa or son dieci anni,
Oggi col papa mi concilierei. (Tutte le poesie, p. 308)

22Mais c’est surtout la publication de l’ode de Carducci Alla Regina d’Italia, publiée le 17 novembre 1878 à la suite de la visite de Marguerite et Humbert Ier de Savoie à Bologne, qui est perçue par une partie de l’opinion publique de l’époque comme l’expression d’un revirement soudain et inattendu du poète, du camp des républicains à celui des monarchistes.

La fin de l’inspiration républicaine ?

  • 31 Ce que Carducci réitère dans sa préface aux Juvenilia (1880) : « oggi infine tengo legittima insti (...)

23Peut-on en conclure que l’année 1878 marque la fin de l’inspiration républicaine chez le premier poète de la « Troisième Italie » ? Il est vrai qu’après la publication de cet hommage, Carducci est définitivement compromis auprès d’une partie de l’opinion républicaine intransigeante, mais il faut aussi signaler qu’il continue son activité dans les associations démocratiques et républicaines progressistes. Le poète et son ode sont défendus notamment par Alberto Mario, qui en profite pour rappeler à ses compagnons la légitimité acquise par la monarchie en Italie31, ainsi que par l’irréprochable Aurelio Saffi. Carducci continue quant à lui à se définir comme républicain et à soutenir les projets de ses amis. Il participe notamment à l’inauguration de la Lega della Democrazia en avril 1879 à Rome, et à un meeting sur le suffrage universel en août 1880. Hostile à la majorité trasformista de la « Sinistra storica », qu’il épingle dans son élégie Roma (1881), il se réjouit en 1882, lors des élections pour la XVe Législature, organisées au suffrage élargi et au scrutin de liste, de l’avancée des radicaux.

  • 32 Sur ce thème, voir F. Mazzonis, La Monarchia e il Risorgimento, Bologne, Il Mulino, 2003 et C. Bri (...)

24La même année pourtant, dans ses trois textes majeurs, Carducci affiche des positions explicitement monarchistes. Le 1er janvier 1882, le poète publie l’essai Eterno femminino regale dans la revue Cronaca bizantina, où il livre quelques-unes de ses réflexions personnelles sur l’institution monarchique. Au centre de sa réflexion figure la question de la « volonté populaire » : Carducci déclare avoir été frappé par l’enthousiasme populaire lors de la visite des souverains à Bologne. Il reconnaît que le peuple apprécie et célèbre avec une certaine effusion les monarques, qui ont acquis le statut de symbole national32 : « La monarchia fu ed è un gran fatto storico, e rimane per molta gente una idealità realizzata : e il popolo acclama in que’ due giovani a punto un’idealità realizzata » (OEN, XXIV, p. 331). Quelques mois plus tard, dans sa Prefazione ai Giambi ed epodi, le poète critique avec force les républicains « cristallisés ». Carducci, tout en se déclarant toujours « républicain », préfère accompagner graduellement le peuple italien vers la forme de gouvernement la plus adaptée à ses conditions :

Ora come ora, io non vorrei in Italia la repubblica per solo amore della repubblica : perché un tale mutamento nelle condizioni dell’assetto del paese e de’ suoi bisogni e con le forze rispettive dei diversi partiti non potrebbe non produrre un indebolimento almeno temporaneo al di dentro e l’isolamento al di fuori […]. Dico anche di più : dubito forte che ora come ora la repubblica possa riuscire o attecchire in Italia. (OEN, XXV, p. 443)

25Enfin, dans son discours prononcé le 4 juin 1882 à l’occasion de la mort de Garibaldi, il constate la disparition de la « vision idéale des années viriles » de la patrie : « La rivelazione di gloria che apparì alla nostra fanciullezza, la epopea della nostra gioventù, la visione ideale degli anni virili, sono disparite e chiuse per sempre » (OEN, VII, p. 444). L’époque de la « poésie jacobine » est close ; Carducci ne veut plus se mêler aux « tumultueux » républicains, comme il l’écrit à la direction du Don Chisciotte pour justifier sa démission de la Société démocratique :

Le moltitudini hanno il diritto del suffragio universale, possono anche pigliarsi lo spasso di coniare socialisticamente medaglie d’oro, possono anche usurpare la facoltà di impiccare me ed altri. Ma non avranno mai la facoltà di imporre agli uomini veramente liberi la credenza nelle eventuali e tumultuarie loro giudicazioni. (OEN, XXV, p. 176)

26On voit dans cet extrait la façon dont Carducci distingue, d’un côté, le « peuple » qui a choisi d’être représenté par la monarchie, et de l’autre, les masses (moltitudini) qui n’ont pas la capacité de juger et ne savent s’exprimer que par des « tumultes ». Pour agir concrètement dans le sens du progrès, mais aussi pour atteindre les objectifs irrédentistes, les démocrates doivent se dépouiller de l’illusion républicaine. Il l’explique dans son article « Un anno dopo (18 dicembre 1883) », qui commémore le « sacrifice » de Guglielmo Oberdan à Trieste pour défendre les territoires encore sous le joug autrichien :

Prepariamoci ad essere forti. Intanto occorre che il popolo, e massime la gioventù, non si avvezzi a credere di aver fatto il debito suo quando ha pronunziato o udito pronunziare dei discorsi e gittato delle grida. Sono venticinque anni da che io odo declamare di repubblica. Dove è la repubblica ? Dove sono i repubblicani ? Qui si tratta di far guerra all’Austria. Dove sono i generali ? Dove è l’esercito che ci dia sicurezza di vittoria ? Dunque non parliamo troppo. (OEN, XXV, p. 204)

27Le poète offrira désormais son appui aux groupes « radicaux » qui ont juré fidélité à la monarchie italienne, seule garante de l’unité et de l’ordre démocratique dans la péninsule, comme il l’explique Agli elettori del collegio di Pisa, lorsqu’il se représente aux élections législatives de 1886 :

Io sono, se vogliamo dirlo con denominazione inglese, un radicale ; ma radicale sono proprio nel senso inglese, cioè non un dilettante di rivoluzioni per amore delle rivoluzioni. […] Io voglio lo svolgimento di tutte le riforme democratiche richieste dalla necessità storica dei tempi, ma con tutte le guarantigie dell’ordine politico e sociale e secondo la tradizione italiana. (OEN, XXV, p. 26)

  • 33 « La bandiera mia è quella che innalzai, sbarcando con Garibaldi a Marsala : Italia una con Vitto (...)
  • 34 Selon Umberto Carpi, Carducci a toujours été fidèle au « garibaldinisme » : U. Carpi, Carducci. Po (...)
  • 35 A. A. Mola, Giosue Carducci scrittore, politico, massone, Milan, Bompiani, 2006.

28Carducci accueille avec espoir le gouvernement Crispi en 1887, qui met en pratique la formule « La monarchie nous unit, la république nous diviserait » avec laquelle l’homme d’État sicilien avait pris ses distances des méthodes insurrectionnelles de Mazzini en 186433. Crispi réussit à mettre en valeur cette conviction partagée par la majorité du parti d’action de l’époque, qui avait décidé de se placer aux côtés de Garibaldi dans la lutte pour la construction du nouvel État. Il réactive l’héritage de la gauche, dans lequel la monarchie trouve la justification de sa position d’instance suprême, car elle représente l’unité nationale. Carducci est fidèle à cette gauche qui défend constamment la légitimité des institutions unitaires et représentatives et qui, lorsque la nation est attaquée, se replie sur la monarchie, seule capable de fournir un symbole unificateur pour les populations34. Le poète, introduit dans la Loge Propaganda massonica de Rome en avril 188635, défend par ailleurs le programme national-unitaire mis en œuvre par le Grand-Maître Adriano Lemmi, qui concilie Charles-Albert et les hommes du Risorgimento avec les idées mazziniennes et Garibaldi, en convergeant dans la monarchie unitaire. Dans son sonnet Ora e sempre (1886), Carducci imagine la réconciliation finale, dans la mort, des protagonistes du Risorgimento (Mazzini, Garibaldi et Victor-Emmanuel II) par la représentation des tombeaux qui s’appellent et se répondent. Cette idée domine les festivités nationales pour le centenaire de l’Université de Bologne en 1888, où le poète dessine un trait d’union entre « un repubblicano monarchico, un monarca rivoluzionario, un dittatore ubbidiente : Vittorio Emanuele conspirante ad un fine con Giuseppe Mazzini e con Giuseppe Garibaldi » (OEN, VII, p. 201).

  • 36 S. Levis Sullam, « “L’Italia forte con la libertà” : itinerari di Carducci politico », dans Le “tr (...)
  • 37 L. Fournier-Finocchiaro, « La reine Marguerite, mères des Italiens », dans Cahiers de la MRSH, 45  (...)

29Carducci défend l’instauration d’un système politique capable de concilier la révolution et la tradition, la démocratie et la monarchie, ainsi que « la force et la liberté »36. Désormais, donc, l’idéal républicain n’est plus l’inspirateur du poète qui, à partir des années quatre-vingt, parallèlement à Crispi qui promeut à tous les niveaux le culte de la monarchie, répond au besoin de « nationaliser » la monarchie par le biais de ses discours, de ses articles et surtout de ses vers. Carducci plaide sa vision démocratique de la dynastie de Savoie en insistant sur l’idée du « roi populaire » et évite toute critique ouverte du souverain. Le poète participe à l’inauguration du monument bolonais à Victor-Emmanuel en juin 1888, puis s’arrête sur la figure du « roi de ses vertes années », Charles-Albert, dans son ode Piemonte (1890), chant héroïque qui dessine la grande épopée nationale sous forme lyrique. Carducci est également le premier promoteur de l’image de la reine Marguerite comme « mère de la patrie italienne »37.

  • 38 J.-Y. Frétigné, Biographie intellectuelle d’un protagoniste de l’Italie libérale : Napoleone Colaj (...)

30De plus en plus convaincu que les Italiens ont besoin de symboles de concorde, et non d’être poussés à la révolte, Carducci poursuit impassiblement sa mission d’éducation des consciences à l’histoire nationale : en août 1891, il se rend à Mondovì, où il déjeune avec le roi Humbert pour l’inauguration d’un monument à Charles-Emmanuel Ier. Il rédige la même année l’ode La guerra, qui entraîne de vives réactions des républicains contre « Carducci poète césarien », d’après les mots du député républicain-socialiste Napoleone Colajanni. Ce dernier juge plus grave la “conversion” de Carducci en faveur de la monarchie que celle opérée par Crispi, car il la considère comme une faute morale que commet le poète, là où l’homme politique sicilien ne commet qu’une erreur politique38. Carducci lui répond dans l’article « Napoleone Colaianni », publié dans le Resto del Carlino en mai 1893 ; il retrace son parcours intellectuel qui l’a amené progressivement à apporter son soutien à la monarchie, au nom de l’unité et de la force de l’Italie et, tout en se défendant de chercher à aduler de quelconque manière le premier homme de l’État, il reconnaît les qualités personnelles d’Humbert Ier :

Io, di educazione e di costume repubblicano (all’antica), per un continuo svolgimento di comparazione storica e politica, mi sentii riattratto e convertito ingenuamente e sinceramente alla monarchia, con sola la quale credo oramai fermamente possa l’Italia mantenersi unita e forte : oltre di che mi professo affezionatamente devoto alla grande civiltà e umanità di Umberto I. (OEN, XXV, p. 342)

  • 39 G. Spadolini, « Carducci nella storia d’Italia », dans Carducci : discorsi nel cinquantenario dell (...)

31Puisque les derniers républicains ont embrassé la cause fédéraliste (« Il signor Colaianni è o non è un buon repubblicano federalista ? e come tale vuol egli, o no, fare, per esempio, della sua bellissima isola una repubblica indipendente ? »), sa conviction unitaire lui confère une place parmi les monarchistes : « In vece io, che voglio l’unità, sto per la monarchia. Che ci ha egli da ridire il signor Napoleone federalista ? » (p. 344). Il serait vain toutefois de parler pour Carducci d’inspiration poétique « royaliste » : si les temps nécessitent une alliance entre la monarchie de Savoie et les poètes désireux de servir de guides à la nation italienne, le poète ne considère pas la monarchie et la république comme des catégories figées et opposées. Dans le contexte italien, la monarchie de Savoie incarne « le principe laïque et mondain du pouvoir » souhaité par les républicains postunitaires39 ; Carducci oppose plutôt la monarchie d’origine plébiscitaire et révolutionnaire, du type rex latinus (qui dirige), et le principat de type germanique (fondé sur la force). Contre les disciples des dernières conspirations républicaines et les adeptes des nouvelles idéologies internationalistes qui attentent à la sécurité et minent de l’intérieur la logique de l’État unitaire, il revient aux poètes de défendre les conquêtes du Risorgimento, en termes de liberté (l’indépendance de l’Italie vis-à-vis des puissances extérieures, les libertés fondamentales pour ses citoyens) et de justice (la défense des droits des individus ainsi que la juste définition de leurs devoirs, le redressement du sort des plèbes). La forme du gouvernement est un faux problème, ce que Carducci exprime sous forme de boutade : « Né anche la Maestà del re Umberto non è un vero e proprio monarchico » (OEN, XXIV, p. 173).

  • 40 M. Sterpos, « La civiltà comunale italiana nella poesia di Carducci », dans Carducci, la storia e (...)
  • 41 M. Biondi, « La “Repubblica delle lettere” », art. cité, p. 111.
  • 42 Voir le chapitre consacré à « L’histoire des origines » dans L. Fournier-Finocchiaro, Giosuè Cardu (...)

32Parallèlement, Carducci, dans ses vers, chante l’Italie des comuni républicains du Moyen Âge qui se sont libérés du joug féodal et de la tutelle impériale germanique. Par exemple, dans ses compositions historico-mythiques La canzone di Legnano (1879), Il comune rustico (1885) et Faida di comune (1875-1887), il présente l’âge mythique des républiques médiévales comme un exemple jamais égalé d’indépendance et de liberté, ainsi que de splendeur des villes communales, apportant une contribution importante à la construction de la légende épique du Moyen Âge italien40. Si l’époque des comuni est le moment où Carducci situe la naissance du risorgimento italien, qui se rapproche de son idéal de gouvernement, il nous semble impossible de considérer, comme l’a fait Marino Biondi, cette « repubblica mobile, frammentata sul territorio, che vive la politica come una rischiosa e gioiosa avventura, ribalda e temeraria », comme son idéal politique et poétique41. Carducci est en effet le premier à pointer les risques de guerres civiles fratricides dans une république fragmentée. Ses représentations épiques de l’histoire des républiques italiennes s’insèrent dans sa vision globale de l’histoire comme évolution des hommes vers des formes de vie meilleures : il ne regarde en arrière que pour comprendre le présent à la lumière du chemin déjà parcouru, ainsi que pour apprendre à se tourner plus ardemment vers l’avenir42.

33Toutefois, la visite du poète en 1894 dans l’État de San Marino, glorieuse république indépendante, lui ouvre les yeux sur les tristes conditions de l’Italie, qui a dû renoncer à ses rêves de gouvernement républicain, comme il l’écrit avec humour à son amie Cesira Siciliani : « Non ho più voglia di tornare in monarchia, dove c’è tanta retorica e tanti ladri. Viva la repubblica ! » (LEN, XIX, p. 30). Mais Carducci reste convaincu que le souverain italien, chef des armées et décidé à mener une politique extérieure de prestige sur conseil de Crispi, nécessite d’être soutenu par toutes les forces de la nation. En 1896, il envoie un exemplaire de ses Letture del Risorgimento au prince de Naples, le futur Victor-Emmanuel III, avec une dédicace où il se montre rassurant sur l’avenir de la monarchie et de la dynastie de Savoie : « Oggimai io son fermo a credere che unità non possa stare in Italia senza monarchia : né altra monarchia vuole, o potrebbe tollerare, l’Italia, che quella della Casa Vostra. » (OEN, XIX, p. 388)

34Face à la multiplication en Europe des attentats anarchistes, le poète est pris de pitié pour le destin tragique des rois, qu’il dépeint dans son élégie Alle Valchirie (1898), inspirée par l’assassinat d’Élisabeth, femme de François-Joseph et impératrice d’Autriche, par l’anarchiste Luigi Luccheni. Le poète soutient toutes les initiatives visant à renforcer la « religion civile » de l’unité, notamment la commémoration des cinquante ans de la promulgation du Statuto albertino en 1898. À l’annonce de la mort de Felice Cavallotti en duel, il prononce un discours devant ses étudiants, où il revient implicitement sur le statut albertin, symbole unificateur sans équivalent, grâce auquel la monarchie sert de rempart efficace à la fois contre le pouvoir de l’Église et contre les éventuelles revendications chauvinistes. Il se déclare encore plus convaincu que la république peut attendre, face à la nécessité de combattre en premier lieu les forces centrifuges qui risquent de faire exploser la nation :

Fate la rivoluzione, se sapete ; abbattete la monarchia, se potete. Sarà come quando un turbine di primavera butta giù nei granai o ne’ soffitti la stuoia ove i bachi da seta svegliati vanno al bosco. Tutti giù per terra quei poveri bachi. E dimenano il capolino e contorcono le membroline ciascuno dietro a una piccola foglia staccata e dispersa. Così le popolazioni italiane in cerca de’ lor vecchi statuzzi. (OEN, XIX, p. 360-361)

35Cette image de l’Italie, comparée à un élevage de vers à soie renversé par un tourbillon, sert à Carducci pour signaler l’esprit régionaliste qui perdure dans la péninsule et qui risque de miner la cohésion nationale. Le poète souhaite avant toute chose que l’Italie maintienne et cultive son unité, en renonçant provisoirement au rêve républicain. En effet, étant donné les conditions actuelles de l’Italie, pour Carducci la république ne serait pas capable de fédérer les différentes régions, mais serait la cause d’un nouveau morcellement de la péninsule, d’un retour en arrière vers l’Italie pré-risorgimentale : « Repubblica ? Repubblica in Italia vuol dir le repubbliche. E le repubbliche voglion dire debolezza interna e guerra civile, prepotenza esterna e egemonia. » (p. 361)

  • 43  Tel que Carducci s’était défini dans son ode Per Eduardo Corazzini en 1868.

36À l’opposé de ceux qui voudraient placer Carducci parmi les adversaires de la démocratie et les promoteurs de la fermeture oligarchique du pouvoir, il nous semble que l’on peut mesurer au contraire dans cette déclaration la permanence des mots d’ordre « révolutionnaires » dans l’esprit du poète : la revendication de l’unité et de l’indivisibilité de la nation, qui entraîne la haine de toutes les tentations du fédéralisme, sans toutefois renoncer à l’exercice direct de la souveraineté populaire, guidée par des hommes éclairés. Carducci a défendu pendant toute sa vie ces idéaux démocratiques. Ses réflexions sur la forme de gouvernement, république ou monarchie, la plus adaptée au « peuple » italien selon le contexte historique, sont emblématiques des discussions qui agitent la gauche post-risorgimentale ; elles sont nourries par les débats et les élaborations théoriques de ses contemporains, que Carducci répercute et amplifie par son style sonore. Dans les deux dernières décennies du siècle, le « Vate de l’avvenire »43, réceptif aux « voix du monde », a ressenti que l’attraction était beaucoup plus forte du côté de la monarchie que du côté de la république, mettant fin à l’inspiration républicaine, sans renoncer aux idéaux démocratiques.

Conclusion

  • 44 Lettre à Camillo Antona-Traversi (13 septembre 1897), LEN, XX, p. 74.

37L’âge d’or des poètes de la république se situe autour de la première guerre d’indépendance italienne, lorsque les vers des democratici, qui reflètent les préceptes mazziniens, sont chargés de motifs révolutionnaires et antimonarchistes. L’inspiration républicaine s’efface en revanche lors de la seconde guerre d’indépendance face à la nouvelle inspiration garibaldienne qui promeut la loyauté vis-à-vis de la monarchie de Savoie. Elle reprend cependant de plus belle après 1861 sous la plume de Carducci-Enotrio Romano, nouveau vate anti-césarien et républicain, mais plus garibaldien que mazzinien. La ligne idéologique et l’identité poétique de Carducci reflète la variété de la gauche italienne, ainsi que certains de ses principes fondamentaux (populisme, irrédentisme, défense de l’unité nationale). L’évolution des prises de position de Carducci, du désir d’assoir un État républicain à l’acceptation de la monarchie de Savoie comme institution non seulement légitime mais nécessaire à l’Italie, s’inscrit dans la parabole de cette « gauche historique », remplacée progressivement à gauche par les nouveaux mouvements plus radicaux, socialistes et anarchistes, selon le mouvement historique du « sinistrisme » défini par Albert Thibaudet dans Les idées politiques de la France (1932). L’heure pour les poètes n’est plus d’accompagner par leurs vers la future conquête républicaine, mais de défendre l’unité comme la valeur suprême. Cette unité doit être entendue évidemment comme unité de l’Italie, réalisée au cours du Risorgimento, mais aussi comme unité sociale, « union sacrée » des individus (le « peuple » qui représente la « nation » italienne) contre de présumées forces séparatistes (socialistes et républicains fédéralistes) qui risquent de faire exploser l’édifice unitaire. Dans ce nouveau contexte, c’est la monarchie qui constitue la meilleure forme de gouvernement possible. Carducci choisit donc de chanter la gloire de la dynastie de Savoie et du couple Humbert-Marguerite comme un acte réfléchi de patriotisme prolongeant l’expérience du consensus risorgimental, convaincu que « la piccola fazione repubblicana, mal d’accordo, senza più ingegno, menava a rovinare, guastava, come rovinerebbe e guasterebbe, volentieri, aiutandosi pur dei socialisti che la odiano e disprezzano, la unità, che fu ed è l’amore, la fede, la religione della mia vita »44.

Haut de page

Notes

1 Citée par A. A. Mola, Italia : un paese speciale. Storia del Risorgimento e dell’Unità, vol. I : 1800-1858 : le radici, Turin, Capricorno, 2011, p. 99.

2 L. Fournier-Finocchiaro, « Mazzini inspirateur des lettres italiennes », P.R.I.S.M.I., 11 : « Ippolito Nievo et le Risorgimento émancipateur », E. Chaarani-Lesourd éd., Paris, Chemins de tr@verse, 2013, p. 333-348. Sur la fortune critique et les lectures politiques de Mazzini, voir S. Levis Sullam, L’apostolo a brandelli. L’eredità di Mazzini tra Risorgimento e fascismo, Rome-Bari, Laterza, 2010 et Mazzini e il Novecento, A. Bochi et D. Menozzi éd., Pise, Edizioni della Normale, 2010.

3 Deux idéologies particulières à l’Italie rivalisent pour prendre la tête du mouvement risorgimental : le « libéralisme » et la « démocratie ». Dans le camp liberale-moderato, inspiré par l’action politique de Camillo Benso di Cavour, se trouvent les monarchistes. Le camp democratico est partagé entre plusieurs courants : le courant républicain guidé par Giuseppe Mazzini, le courant républicain fédéraliste de Carlo Cattaneo et une petite minorité de democratici d’inspiration « socialiste », comme Giuseppe Ferrari et Carlo Pisacane.

4 F. De Sanctis, Mazzini [1874], Gênes, Fratelli Frilli, 2005, p. 74.

5 G. Mazzini, « Note autobiografiche » [1861], dans Scritti editi ed inediti, Imola, Galeati, vol. LXXVII, 1906-1943, p. 89.

6 Voir J.-Y. Frétigné, Giuseppe Mazzini. Père de l’unité italienne, Paris, Fayard, 2006, notamment p. 55-63 ; L. Fournier-Finocchiaro, Giuseppe Mazzini. Un intellettuale europeo, Naples, Liguori, 2013.

7 Voir Poeti minori dell’Ottocento, L. Baldacci éd., Milan-Naples, Ricciardi, 1958 et Poeti minori dell’Ottocento, G. Petronio éd., Turin, Utet, 1959.

8 R. Leydi, Canti sociali italiani, vol. I, Canti giacobini, repubblicani antirisorgimentali, di protesta postunitaria, contro la guerra e il servizio militare, Milan, Avanti!, 1963. Voir aussi C. Bermani, Camicia rossa. Antologia della canzone giacobina e garibaldina, Milan, Bella Ciao, 1980 ; Id., Pane, rose e libertà. Le canzoni che hanno fatto l’Italia : 150 anni di musica popolare, sociale e di protesta, Milan, Rizzoli, 2010 et O mia patria : storia musicale del Risorgimento tra inni, eroi e melodrammi, G. Gavazzeni, A. Torno, C. Vitali éd., Milan, Dalai, 2011.

9 Sur Mameli et la tradition républicaine, voir S. Pivato, « Il Canto degli Italiani : l’Inno di Mameli, gli inni politici e la canzone popolare », dans Almanacco della Repubblica. Storia d’Italia attraverso le tradizioni, le istituzioni e le simbologie repubblicane, M. Ridolfi éd., Milan, Mondadori, 2003, p. 145-158.

10 Nos citations sont tirées du volume Scritti editi e inediti di Goffredo Mameli ordinati e pubblicati con proemio e appendici, A. G. Barrili éd., Gênes, Società ligure di Storia patria, 1902.

11 Réunies par A. Lanzerotti, La gloriosa epopea del’ 48 e del’ 49 nei canti politici dei poeti e del popolo d’Italia, Venezia, Ferrari, 1886.

12 Ses ballades romantiques sont publiées dans Fantasie drammatiche e liriche, Florence, Le Monnier, 1866, et le reste de son œuvre dans le recueil Stornelli, poemetti e poesie, Trévise, Zoppelli, 1912.

13 V. Spinazzola, « La poesia romantico-risorgimentale », dans Storia della letteratura italiana, E. Cecchi et N. Sapegno éd., vol. VII : L’Ottocento, Milan, Garzanti, 1969, p. 1034-1036.

14 Voir J.-Y. Frétigné, « La culture politique d’Ippolito Nievo : l’aigle et l’escargot », P.R.I.S.M.I., 11, 2013, p. 221-240.

15 A. Poerio, Poesie edite e postume, Florence, Le Monnier, 1852.

16 Sur Mercantini, voir F. Brancaleoni, « Mercantini, Luigi », dans Dizionario Biografico degli Italiani, vol. LXXIII, 2009 (en ligne).

17 Voir A. Quondam, Il Risorgimento a memoria. Le poesie degli italiani, Rome, Donzelli, 2011.

18 P. Alatri, Carducci giacobino, Palerme, Libreria Prima, 1953. En revanche, pour Luigi Russo, la république évoquée par Carducci n’a pas de bases idéologiques et serait entièrement littéraire (L. Russo, Carducci senza retorica, Bari, Laterza, 1957).

19 M. Biondi, « La “Repubblica delle lettere”. Carducci e la poesia civile », dans Almanacco della Repubblica, ouvr. cité, p. 109 : « La rivoluzione fu un punto fermo del suo atlante ideologico-politico ».

20 G. Carducci, Tutte le poesie, P. Gibellini éd., Rome, Newton & Compton, 1998, p. 155.

21 Voir L. Fournier-Finocchiaro, « Giosuè Carducci tra identità democratica e identità nazionale », Nuova Rivista di Letteratura Italiana, X, 1-2, 2007, p. 169-182.

22 F. Conti, « Alberto Mario e la crisi della sinistra italiana dopo Aspromonte : fra rivoluzione nazionale e rivoluzione democratica », dans Alberto Mario e la cultura democratica italiana dell’Ottocento, R. Balzani et F. Conti éd., Bologne, Massimiliano Boni, 1985, p. 55-74.

23 G. Carducci, Lettere. Edizione Nazionale (LEN), vol. IV, p. 88.

24 Id., Opere. Edizione Nazionale (OEN), vol. XX, p. 300.

25 Voir A. Panzini, L’evoluzione di Giosuè Carducci, Milan, Galli, 1894, p. 66 : « a quel nome di repubblica congiunse tutto ciò che la sua mente concepì come bene e come alto dovere, e lo spinse come un’arma contro il partito moderato monarchico ».

26 Que nous avons analysés dans les articles « La bataille de Mentana (3 novembre 1867) », Cahiers de la MRSH, 31 : « Histoires de batailles, batailles de mémoire », M. Niqueux éd., Caen, Maison de la recherche en sciences humaines, 2002, p. 83-104 et « Il mito democratico delle sconfitte garibaldine nella poesia italiana, francese e inglese (Carducci, Hugo e Swinburne) », dans La vittoria macchiata. Memoria e racconto della sconfitta militare nel Risorgimento, D. Tongiorgi éd., Rome, Edizioni di Storia e di Letteratura, 2012, p. 167-182.

27 Sur le mythe de la nation armée révolutionnaire chez Carducci, voir L. Fournier-Finocchiaro, « La rappresentazione della guerra e della “nazione armata” nella poesia di Carducci », dans Carducci, la storia e gli storici, E. Torchio éd., Modène, Mucchi, 2012, p. 5-36.

28 Notamment dans Nostri santi e nostri morti (1869), In morte di Giovanni Cairoli (1869), Per Vincenzo Caldesi (1871), Feste e oblii (1871).

29 La loi électorale ne prévoyait que treize sièges de professeurs à la Chambre. Après l’exclusion de Carducci, les électeurs du collège de Lugo sont reconvoqués aux urnes le 8 avril 1877 ; le poète ne se représente pas, laissant la victoire au candidat du parti monarchique-libéral Eugenio Bonvicini.

30 Ce que le critique Alberto Asor Rosa définit par deprecatio temporum. Voir A. Asor Rosa, « La cultura », dans Storia d’Italia, R. Romano et C. Vivanti éd., vol. IV, t. II, Turin, Einaudi, 1975, p. 822-1664.

31 Ce que Carducci réitère dans sa préface aux Juvenilia (1880) : « oggi infine tengo legittima instituzione dello stato la monarchia perché fatta dai suffragi di tutto il popolo italiano » (OEN, XXIV, p. 68-69).

32 Sur ce thème, voir F. Mazzonis, La Monarchia e il Risorgimento, Bologne, Il Mulino, 2003 et C. Brice, Monarchie et identité nationale en Italie (1861-1900), Paris, Éd. de l’EHESS, 2010.

33 « La bandiera mia è quella che innalzai, sbarcando con Garibaldi a Marsala : Italia una con Vittorio Emanuele. Coloro che vogliono un’altra bandiera non desiderano l’unità d’Italia. L’ho detto più volte […] che la monarchia ci unisce e la repubblica ci dividerebbe. Noi unitari innanzi tutto siamo monarchici, e sosterremo la monarchia meglio dei monarchici antichi », Atti parlamentari, Camera dei deputati, Discussioni, 18 novembre 1864.

34 Selon Umberto Carpi, Carducci a toujours été fidèle au « garibaldinisme » : U. Carpi, Carducci. Politica e poesia, Pisa, Edizioni della Normale, 2010, en particulier le chapitre « Ragioni del Carducci monarchico », p. 241-337.

35 A. A. Mola, Giosue Carducci scrittore, politico, massone, Milan, Bompiani, 2006.

36 S. Levis Sullam, « “L’Italia forte con la libertà” : itinerari di Carducci politico », dans Le “tre Italie” : dalla presa di Roma alla Settimana Rossa (1870-1914), M. Isnenghi et S. Levis Sullam éd.,Turin, Utet, 2009, p. 246-255.

37 L. Fournier-Finocchiaro, « La reine Marguerite, mères des Italiens », dans Cahiers de la MRSH, 45 : « Les Mères de la Patrie. Représentations et constructions d’une figure nationale », L. Fournier-Finocchiaro éd., Caen, Maison de la recherche en sciences humaines, 2006, p. 189-202.

38 J.-Y. Frétigné, Biographie intellectuelle d’un protagoniste de l’Italie libérale : Napoleone Colajanni (1847-1921). Essai sur la culture politique d’un sociologue et député sicilien à l’âge du positivisme (1860-1903), Rome, École française de Rome, 2002, p. 258-261.

39 G. Spadolini, « Carducci nella storia d’Italia », dans Carducci : discorsi nel cinquantenario della morte, Bologne, Zanichelli, 1959, p. 352. Sur le parti républicain, son histoire et son idéologie, voir M. Ridolfi, Il partito della Repubblica. La Consociazione repubblicana romagnola e le origini del PRI nell’Italia liberale (1872-1895), Milan, Angeli, 1989.

40 M. Sterpos, « La civiltà comunale italiana nella poesia di Carducci », dans Carducci, la storia e gli storici, ouvr. cité, p. 37-87. Pour une approche plus générale du sujet, voir I. Porciani, « Il medioevo nella costruzione dell’Italia unita : la proposta di un mito », dans Il medioevo nell’800 in Italia e in Germania, R. Elze et P. Schiera éd., Bologne-Berlin, Il Mulino - Duncker & Humbolt, 1988, p. 163-191.

41 M. Biondi, « La “Repubblica delle lettere” », art. cité, p. 111.

42 Voir le chapitre consacré à « L’histoire des origines » dans L. Fournier-Finocchiaro, Giosuè Carducci et la construction de la nation italienne, Caen, PUC, 2006, p. 87-113.

43  Tel que Carducci s’était défini dans son ode Per Eduardo Corazzini en 1868.

44 Lettre à Camillo Antona-Traversi (13 septembre 1897), LEN, XX, p. 74.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Fournier-Finocchiaro, « L’évolution de l’inspiration poétique républicaine de Mameli à Carducci : de l’antimonarchisme mazzinien et jacobin à la « démocratie dynastique » », Laboratoire italien [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 06 mars 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/1287 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.1287

Haut de page

Auteur

Laura Fournier-Finocchiaro

Laura Fournier-Finocchiaro est Maître de conférences, Habilitée à diriger des recherches, au département d’italien de l’Université Paris 8. Ses recherches se sont focalisées sur la question de la construction de l’identité nationale italienne et sur l’exploration des mythes et des représentations de la nation dans la littérature, dans les pratiques sociales et dans la pensée politique italienne et européenne. Elle est l’auteur de nombreuses études consacrées à Giosue Carducci, sur lequel elle a publié en particulier Giosuè Carducci et la construction de la nation italienne (Presses universitaires de Caen, 2006) et « Carducci e Pascoli. Perspectives de recherche » (Transalpina : études italiennes, 2007, no 10). Elle a dirigé plusieurs volumes collectifs sur les représentations de la nation en Italie et en Europe, parmi lesquels Gallomanie et gallophobie : le mythe français en Europe au XIXe siècle (Presses universitaires de Rennes, 2012) et avec J.-Y. Frétigné, L’Unité italienne racontée (Presses universitaires de Caen, 2012-2013, 2 vol.). Ses dernières recherches portent sur la figure intellectuelle de Giuseppe Mazzini (Giuseppe Mazzini. Un intellettuale europeo, Naples, Liguori, 2013) ainsi que sur la production littéraire des exilés politiques italiens du Risorgimento.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page