Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
III. De la difficulté de rester républicain

Guerre et « subversion patriotique » : les républicains italiens face au premier conflit mondial et à ses usages politiques

Guerra e “sovversivismo patriottico”: i repubblicani italiani di fronte alla Prima Guerra mondiale e ai suoi usi politici
War and “patriotic subversion”: Italian republicans facing Word War I and its political uses
Stéfanie Prezioso

Abstracts

For a long time, the First World War was seen as a positive step in the constitution of the new Italian state, its first successfully met national challenge, when Italy became a full member of the club of great powers. I suggest that the trajectory of the activists of the Italian Republican Party (PRI) offers the best angle from which to illuminate both the emergence of this myth of the Great War and its persistence after the Second World War. During the months of non-intervention, the Republicans’ support for intervention included an effort to “give the war meaning”. The young Republicans argued that joining the war was the necessary step for Italy’s entry into political modernity. They saw themselves as subversive patriots whose goal was a radical but necessary transformation of Italian society, one that would affect not only the country’s political, social, and economic foundations but also the very “character” of Italians. After a brief flirtation with the then emerging Fascist movement, it was precisely their interventionism that became the foundation of their radical anti-fascism.

Top of page

Full text

  • 2 M. Mondini, « L’historiographie italienne face à la Grande Guerre : saisons et ruptures », Histoir (...)

1En Italie, la première guerre mondiale semble avoir disparu largement des espaces publics et politiques nationaux ; à tel point que Marco Mondini s’interrogeait récemment encore sur le « débat inexistant » sur le premier conflit dans la Péninsule2. Et pourtant, ici, la première guerre mondiale a longtemps été considérée comme un élément positif de la constitution du nouvel État, la première épreuve victorieuse de la nation, l’entrée de l’Italie à plein titre dans le giron des grandes puissances. La légitimité revendiquée de celle que certains de ses protagonistes appellent « notre guerre » reposait sur l’idée que l’Italie avait parachevé son unité nationale en libérant les territoires encore sous le joug de l’Autriche-Hongrie. Le personnage symbolique de cette vision de la guerre, Cesare Battisti, socialiste de Trente, meurt pendu pour désertion. Le “sacrifice” se constitue ainsi comme élément clef de la participation nécessaire du peuple italien en armes à la création de la nation.

  • 3 R. Lunzer, « Dare un senso alla guerra : gli intellettuali », dans Dizionario storico della Prima (...)
  • 4 Sur cette notion, C. Levy, « “Sovversivismo” : The radical political culture of otherness in liber (...)
  • 5 A. Gramsci, « Volontarisme et masses sociales » (1932-1934), dans Id., Cahiers de Prison. Cahiers (...)

2Cette représentation du premier conflit mondial était sensiblement la même, après-guerre, dans le camp fasciste et dans l’aile interventionniste de l’antifascisme, en particulier républicain. La trajectoire des militants du Parti républicain italien (désormais, PRI) permet à mon sens mieux que tout autre d’éclairer à la fois la constitution de ce mythe de la Grande Guerre et sa persistance. En effet, durant les mois de non-intervention, cette frange particulière de l’interventionnisme cherche à donner « un sens à la guerre »3. Les jeunes militants républicains vont défendre l’idée que l’entrée dans le conflit de l’Italie est l’étape nécessaire pour faire entrer celle-ci dans la modernité politique ; la guerre devient synonyme de révolution politique et sociale pour la création d’un État républicain réellement démocratique. L’objectif, par et à travers le conflit, est ainsi de subvertir l’ordre social existant. Ces subversifs que l’on peut qualifier de patriotes proclament la nécessité d’une transformation radicale de la société italienne, devant s’attaquer aussi bien aux fondements politiques, économiques et sociaux de l’Italie unitaire qu’au “caractère” des Italiens. Dans l’immédiat après-guerre, néanmoins, ces républicains interventionnistes vont soutenir le mouvement fasciste naissant en en devenant sa première base politique. La notion gramscienne de « sovversivismo » peut peut-être nous permettre de saisir ce paradoxe apparent4. Partant de la tradition du volontariat du Risorgimento (aux sources même du mythe de la nation) et au « volontarisme spécifiquement italien » dont les mouvements garibaldiens et mazziniens constituent le prototype, Gramsci souligne que la société italienne composée de « bourgeois ruraux ou de type rural, moyens ou petits […] est à l’origine de la formation d’un grand nombre d’intellectuels instables, et donc facilement “volontaires” pour toute sorte d’initiative, même la plus bizarre, pourvu qu’elle soit vaguement subversive (de droite ou de gauche) »5.

3Le « sovversivismo » fonde en outre une militance “révolutionnaire” spécifique qui se tourne principalement vers la droite au moment décisif. Cette notion peut nous aider, à mon sens, à mieux comprendre le rapport qui se tisse, après-guerre, entre le mouvement fasciste naissant et le PRI ; un rapport de courte durée pour un certain nombre de militants républicains. Elle permet également d’éclairer la constitution d’une mémoire spécifique de la première guerre mondiale qui se situe au-delà de la mythification belliciste fasciste, fondant une mémoire antifasciste du conflit qui se poursuivra dans l’après-seconde guerre mondiale.

D’abord républicain, puis italien ?

  • 6 M. Tesoro, Democrazia in azione. Il progetto repubblicano da Ghisleri a Zuccarini, Milan, Franco A (...)
  • 7 G. Conti, « Per l’azione repubblicana. Che fare ? », La Ragione, 14 juin 1912.
  • 8 S. Levis Sullivan, Giuseppe Mazzini and the Origins of Fascism, New York, Palgrave MacMillan, 2015 (...)

4Dès août 1914, le PRI pose comme condition à l’entrée de l’Italie dans la modernité politique la participation à la guerre. Ce sont alors deux jeunes républicains, Oliviero Zuccarini et Giovanni Conti, qui dirigent le parti. Depuis l’année 1912, ils œuvrent au renouvellement radical d’un PRI qui refuse obstinément de se définir. Au cours des deux ans qui séparent leur victoire au Congrès d’Ancône du déclenchement du conflit, Conti et Zuccarini tentent de constituer le parti en entité nationale, de le doter d’un programme politique précis et de former une nouvelle avant-garde républicaine, jeune, volontaire et de talent. La modernisation souhaitée du PRI demeure néanmoins, dans cette phase, freinée par la régionalisation de son ancrage. Selon l’historienne Marina Tesoro6, le Parti républicain italien se présente encore en 1914 comme un « archipel » dont les « îles » les plus importantes se situent au nord et au centre de la Péninsule (les Marches, la Romagne, la Toscane, l’Ombrie et le Latium). Entre 1901 et 1914, l’organisation républicaine dans ces régions rassemble entre 85 % et 86 % des inscrits (p. 116). En 1914, les deux derniers objectifs semblent, en revanche, être atteints. L’opposition à la monarchie se couple alors à la volonté d’instituer une démocratie directe (p. 236). À ceux qui, parmi les républicains, en appellent vaguement au « changement d’étiquette » institutionnelle, le PRI n’offre d’autre choix que celui d’accepter la nouvelle caractérisation de la lutte républicaine ou de partir. Les expulsions des républicains hésitants sanctionnent définitivement cette nouvelle ligne politique. Quant au recrutement, il est alors essentiellement axé sur une conception élitiste de la lutte politique ; le parti devant miser, selon Conti, avant tout sur la qualité et non plus sur la quantité de militants7. L’appel aux jeunes universitaires, le renouvellement générationnel, devient un impératif politique. Et à cette date, le PRI répond en partie aux attentes d’une frange de cette jeunesse impatiente qui se rassemble derrière l’étendard générationnel. Les étudiants recrutés entendent œuvrer au changement social ; ils pensent être les seuls à pouvoir combattre la « vieille » et « immobile » Italie, incarnée par une classe dirigeante « corrompue ». Ils se sentent les héritiers légitimes des « révolutionnaires » qui les ont précédés8.

  • 9 Le texte de la délibération du PRI se trouve dans V. Parmentola, « Luigi Ghisleri. Diario della Le (...)

5En août 1914, c’est autour de cette direction et de ces jeunes recrutés que le PRI détermine sa position face au conflit. Le 3 août 1914, après une réunion secrète, le Comité central du parti décide de faire appel à sa « tradition » et « aux principes qu’il a sans cesse professés ». Il choisit donc « de s’opposer par tous les moyens possibles à une quelconque action belligène qui viendrait en aide aux empires d’Autriche et d’Allemagne dans leur action agressive préméditée contre les libertés nationales et le principe de nationalité. »9

6Le 11 août, le manifeste rédigé par le républicain Arcangelo Ghisleri, diffusé dans toute la Péninsule, indique clairement la position du PRI face à la guerre en cours :

Dans cette heure tragique et solennelle, […] la monarchie de Savoie se montre aussi incapable d’incarner et de représenter la véritable âme de l’Italie nouvelle, née des héroïsmes du Risorgimento, que par le passé. Mazzini et Garibaldi […] briseraient ce marais de lâcheté. […] Que le malheur s’abatte sur ceux qui gouvernent si, poursuivant leur politique rétrograde […], ils s’illusionnaient de traîner nos soldats au combat pour des entreprises de piraterie et non pour la cause de la liberté. Ou sur les champs de Bourgogne pour la sœur latine, ou à Trente et à Trieste […]. (Ibid.)

  • 10 B. Vigezzi, L’Italia di fronte alla Prima Guerra mondiale. L’Italia neutrale, vol. I, Naples, Ricc (...)

7Quoi qu’il en soit, le Comité central du PRI est cependant alors encore assez incertain sur les mesures à prendre. Certes, la possibilité de pouvoir achever le Risorgimento, complétant l’unification nationale en « libérant » Trente et Trieste, s’affiche comme l’une des raisons essentielles de la participation des républicains au conflit aux côtés de l’Entente. En outre, la solidarité professée à l’égard de la France républicaine les pousse à s’engager sur la voie de l’intervention. Néanmoins, la direction républicaine n’envisage pas encore les modalités d’une prise d’armes. La jeunesse du parti, quant à elle, s’agite. Il s’agit en majorité d’artisans, mais aussi d’universitaires du Nord et du Centre de l’Italie qui ont écouté les arguments de ceux qui, au tournant du siècle, en avaient appelé à la guerre régénératrice du sang et/ou de la valeur italienne10.Cette représentation de la guerre, débattue par les futuristes et lancée dans les écrits d’intellectuels comme Giovanni Papini ou Giuseppe Prezzolini, ou d’anarcho-syndicalistes comme Paolo Orano, avait fait mouche sur un large éventail du champ politique italien, et principalement sur les jeunes militants génériquement patriotes.

  • 11 V. Parmentola, « Luigi Ghisleri », art. cité, p. 21.
  • 12 Voir S. Prezioso, « Les Italiens en France au prisme de l’engagement volontaire : les raisons de l (...)
  • 13 « Analyse d’un télégramme chiffré reçu au Cabinet du Ministre le 13/12/14, Rome, le 13/12/14 », da (...)
  • 14 « Copie d’un télégramme chiffré reçu au Cabinet le 23 octobre. Communiqué par les Affaires étrangè (...)
  • 15 « Le Préfet de Florence au Ministre de l’Intérieur, Florence, le 27 octobre 1914 », dans Archivio (...)

8Dès le début du mois d’août 1914, de plus, Ricciotti et Giuseppe Garibaldi commencent à organiser en France les volontaires italiens. Cette initiative n’enthousiasme guère la direction républicaine ; les Garibaldi ont en effet mauvaise presse auprès du PRI depuis leur intervention, en 1912, dans la guerre gréco-turque, qui allait, de l’avis des républicains, à l’encontre du principe de nationalité. Néanmoins, le départ des jeunes républicains sous l’égide des Garibaldi semble être inéluctable. La direction du PRI ne peut qu’essayer d’endiguer les départs. Le 23 août 1914, elle demande instamment à ses membres de ne pas quitter le territoire national en vue d’une « action résolue » en Italie11. Poussé par l’enthousiasme de sa base, le PRI est en quelque sorte contraint de tenter à son tour quelque chose qui soit d’une empreinte spécifiquement républicaine. Eugenio Chiesa, Ubaldo Comandini, membres du Comité secret du parti élu à la suite de la réunion du 2 août 1914, et Carlo Bazzi prennent la tête de l’initiative. À partir du tout début du mois de septembre 1914, les volontaires républicains commencent à se grouper à Nice. Sur les 238 volontaires accourus à l’appel du PRI, 224 proviennent directement d’Italie et la majorité d’entre eux du Nord de la Péninsule, en particulier d’Émilie Romagne, de Lombardie et de Toscane12. En septembre 1914, redécouvrant les traditions des volontaires des guerres du Risorgimento, les jeunes républicains œuvrent ainsi pour constituer une légion italienne à Nice prête à combattre avec les Slaves pour libérer Trente et Trieste. La participation volontaire des républicains italiens à la première guerre mondiale devait de plus, de leur point de vue, provoquer un casus belli de l’Italie contre l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, qui, le moment venu, aurait incité le peuple italien à la révolution. Cette légion républicaine, baptisée par le républicain Giuseppe Chiostergi « Compagnie Mazzini », ne trouvera pas de soutien auprès du gouvernement français, comme nous l’apprend le journal de Luigi Ghisleri (11 octobre 1914), fourrier de la Compagnie Mazzini. Il n’est pas question pour les autorités françaises que des Italiens combattent sur son territoire sous bannière italienne, alors même qu’elles souhaitent faire pencher la balance de l’Italie, encore neutre, de leur côté13. De plus, et il faut bien l’avouer, le gouvernement français comprend peu les raisons de l’engagement particulier de ces républicains14. Il préfère apporter son appui logistique à la mise en place de la légion garibaldienne, menée par Ricciotti Garibaldi et incorporée à la légion étrangère. À Nice, la situation devient particulièrement difficile pour les volontaires républicains. Eugenio Chiesa, envoyé du PRI dans la ville française, est contraint de constater l’état d’extrême dénuement des Italiens engagés ; personne, ni le PRI, ni le gouvernement français, ne semble vouloir leur venir en aide15. Lorsque la direction républicaine annonce qu’aucun accord n’a pu être conclu avec le gouvernement français, il ne reste à la Compagnie Mazzini qu’une alternative possible : s’allier à Ricciotti Garibaldi et combattre sous bannière française dans la légion étrangère ou rentrer en Italie. Plus de la moitié des membres de la Compagnie Mazzini prennent alors le chemin de l’Italie au début du mois d’octobre 1914. Parmi les 178 qui opèrent ce dernier choix, sept s’engagent volontairement dès mai 1915 dans l’armée italienne. Seuls 60 d’entre eux s’enrôlent finalement dans la légion garibaldienne ; les plus « chanceux » termineront leur pérégrination sur les champs de bataille d’Argonne.

  • 16 Voir la lettre de démission de Pasquale Gallo envoyée à Oliviero Zuccarini ; elle est citée dans l (...)

9Le PRI ne sort pas indemne de cette “aventure” française. Accusations et contre-accusations s’enchaînent à la suite de l’échec de cette expédition16. Les apories de la position politique des républicains remontent alors à la surface. Tant que le Parti républicain s’en tenait à une participation individuelle et exemplaire à la guerre européenne en cours, il pouvait légitimement se faire le chantre d’un interventionnisme démocratique spécifiquement républicain à tendance révolutionnaire. Cependant, dès que cette possibilité s’évanouit, le Parti républicain se trouve dans une situation pour le moins contradictoire, dans le cadre de la campagne destinée à pousser l’Italie à entrer dans la guerre. Cette position est assez clairement perçue par Giuseppe Prezzolini en septembre 1914 :

  • 17 G. Prezzolini, « Partiti e gruppi italiani davanti alla guerra », La Voce, 17, 1914. L’article est (...)

Les républicains continuent à creuser leur propre tombe […]. En voulant l’agression de l’Autriche, ils sont cohérents, et il n’y a aucun doute là-dessus, avec leur ligne de pensée, car c’est toujours d’eux qu’est parti l’irrédentisme. Mais ne voient-ils donc pas qu’une guerre victorieuse contre l’Autriche signifierait la consolidation de la monarchie ? Je ne m’en plains pas, mais je me demande s’ils sont devenus aveugles ou, au contraire, s’ils sont si patriotes qu’ils préfèrent la grandeur du pays avec le roi, que sa petitesse sans le roi.17

  • 18 O. Zuccarini, « Anche per la rivoluzione », L’Iniziativa, 12 septembre 1914.

10Pour Zuccarini, par exemple, un parti républicain interventionniste, montrant la voie à suivre à la monarchie, se profilait comme le parti politique de l’avenir18. En effet, durant les mois de non-intervention, le PRI finit par se lier pratiquement sans réserve aux divers mouvements interventionnistes qui se rassemblent, en novembre 1914, dans les faisceaux d’action révolutionnaire. La direction demeure néanmoins sur ses gardes et rappelle constamment à l’ordre les républicains qui participent aux débordements, souvent violents, des faisceaux d’action révolutionnaire contre les manifestations pacifistes du mouvement ouvrier italien. Concentrés autour du journal catalyseur de l’interventionnisme extrême, le Popolo d’Italia de Benito Mussolini, ces faisceaux en appellent à une trêve avec la monarchie tout en diffusant des slogans tels que « guerre et révolution », « guerre ou révolution », « guerre ou république », « guerre et république », qui rendent une image vague et indéfinie des motivations internes de l’intervention.

11Certains républicains demeuraient en revanche sceptiques sur les alliances à court et à long terme que le PRI était prêt à tisser pour atteindre ses objectifs belligènes. Ainsi en est-il par exemple de Fernando Schiavetti, militant républicain de 22 ans, étudiant à l’École normale de Pise. Se disant « d’abord républicain puis Italien », il craignait que l’intervention de la monarchie dans le conflit ne la renforce. Or la guerre lui apparaît précisément comme le meilleur moyen d’instaurer la République. Lorsque l’entrée en guerre de l’Italie devient inévitable, c’est pour la même raison qu’il s’engage comme volontaire dans les chasseurs alpins. La guerre est indissociable d’un processus révolutionnaire, écrit-il en octobre 1914 dans l’organe de presse du Parti républicain italien L’Iniziativa :

  • 19 F. Schiavetti, « Che cosa dobbiamo fare ? », L’Iniziativa, 21 novembre 1914. Voir S. Prezioso, Iti (...)

Prêchons la guerre au peuple, mais relions dans une seule nécessité historique la guerre et la révolution […] ; si par un hasard imprévu et imprévisible la monarchie faisait la guerre, nous républicains, nous ne serions pas à ses côtés. Insistons sur cette tragique indissolubilité d’une guerre et d’une révolution précédente et concomitante.19

12Les dernières semaines qui le séparent de son engagement volontaire, il se laissera néanmoins transporter par la ferveur interventionniste, tenant de nombreux meetings pour inciter à l’intervention ce « peuple italien » qu’il n’aura de cesse d’accabler de tous les maux : lâcheté, égoïsme et paresse. Il cède alors, comme d’autres républicains avant lui, aux appels teintés de nationalisme de l’interventionnisme extrême.

Expérience de guerre et militantisme républicain

  • 20 M. Isnenghi, Il mito della Grande Guerra, Bologne, Il Mulino, 1989, p. 23.
  • 21 « F. Schiavetti à G. Bondanini, 10 juin 1915 », dans Institut historique de la résistance en Tosca (...)
  • 22 « Rapport du lieutenant-colonel attaché militaire à Rome, François. Notes sur la situation italien (...)
  • 23 A. Gibelli, La Grande Guerra degli Italiani (1915-1918), Milan, Sansoni, 1998, p. 101.
  • 24 P. Melograni, Storia politica della Grande Guerra, vol. I, Bari, Laterza, 1977, p. 37.

13Les débats qui enflamment la scène politique italienne, d’août 1914 à mai 1915, ont une certaine importance lorsque l’on envisage le problème de l’expérience de guerre des militants républicains. En effet, cette « idéologie de l’intervention », pour reprendre l’expression heureuse de Mario Isnenghi, aura un effet d’entropie dans le cadre de la guerre faite et vécue20. Dans le camp interventionniste, il était clair que l’entrée en guerre de l’Italie allait bouleverser le sort du conflit. En d’autres termes, les interventionnistes croyaient encore à une guerre courte, alors même que partout ailleurs en Europe, cette vision avait été balayée par le premier hiver de tranchées. Le jeune volontaire républicain Fernando Schiavetti, par exemple, arrivé au front en juin 1915, soutenait qu’il n’avait besoin que d’un fusil pour résoudre le sort de la guerre21. Les instances militaires italiennes elles-mêmes n’étaient guère prêtes à l’offensive, malgré les dix mois qui séparent le déclenchement du conflit de l’intervention italienne. Les Français, qui avaient misé sur la constitution d’un nouveau front en Italie, seront particulièrement frappés par cette impréparation22. Enfin, les dix mois de non-intervention avait emphatisé une représentation de la première guerre mondiale comme dernière guerre du Risorgimento, c’est-à-dire une guerre menée par quelques volontaires héroïques, limitée dans le temps et dans l’espace23. À tel point que, selon l’historien italien Piero Melograni, les premiers combats entre Italiens et Austro-Hongrois sont le fait de combattants anachroniques : « Presque tous les soldats, en vérité, imaginaient la guerre comme ils l’avaient vue représentée dans les tableaux historiques et dans les iconographies populaires, en pensant qu’ils seraient allés à l’assaut avec accompagnement de drapeaux et de fanfares. »24

  • 25 A. Gibelli, L’officina della guerra. La Grande Guerra e la trasformazione del mondo mentale, Turin (...)

14Ces représentations avaient profondément marqué l’imaginaire de ceux qui avaient choisi la guerre. Pour ces derniers, le contact avec la réalité du front sera particulièrement traumatique. L’image d’une bataille de courte durée menée par quelques héros se brise. La guerre réelle détruit les images, et donc en partie la signification auxquelles le combat était jusqu’alors associé. Elle en cristallise cependant d’autres qui permettent de donner sens à une épreuve traumatisante et profondément dissociative. Si, comme le souligne l’historien italien Antonio Gibelli, la guerre transforme profondément tous les combattants – du paysan à l’intellectuel, du militant au sans-parti25 –, l’expérience de guerre désoriente probablement plus les militants qui s’engagent dans le conflit volontairement ou en anticipant l’appel. En effet, ces volontaires partent avec une conscience claire des objectifs politiques à défendre. En d’autres termes, leur engagement spécifique est la résultante d’une mission politique qu’ils se sont fixée. De même attribuent-ils dès leur départ une fonction sociale et politique au volontariat ; ils proclament, de fait, l’infime minorité qu’ils incarnent, seule représentante légitime de l’Italie en armes.

  • 26 Loc. cit. dans P. Melograni, Storia politica, ouvr. cité, vol. I, p. 25. En français dans le texte
  • 27 A. Gibelli, L’officina, ouvr. cité, p. 189 et G. Stuparich, Guerra del ’15, Turin, Einaudi, 1980.

15Cependant, au front, ils se trouvent en butte à la méfiance des autorités militaires qui voient d’un mauvais œil cette composante potentiellement subversive. Les craintes se focalisent en particulier sur ceux qui, en 1914, avaient pris le chemin de la France et avaient combattu en Argonne. Aucune aide par ailleurs n’était fournie aux familles des volontaires. Ils avaient mauvaise réputation. Le journal de Mussolini, Il Popolo d’Italia, les définira en février 1917 comme les « réprouvés de l’armée »26. La préoccupation principale du gouvernement était en effet d’éviter que l’interventionnisme ne s’approprie la guerre en cours. La composante interventionniste est d’ailleurs exclue du gouvernement jusqu’à la démission de Salandra en juin 1916. Lui succède un gouvernement présidé par Paolo Boselli – homme sans grande envergure – dans lequel, pour la première fois depuis le début de la guerre, les interventionnistes sont représentés. Entrent alors au gouvernement le républicain Ubaldo Comandini et le socialiste réformiste Leonida Bissolati, qui deviennent tous deux ministres sans portefeuille. Quant aux espoirs, aux projets politiques et aux attentes militantes des volontaires, ils s’enrayent dans la lente guerre de tranchées. La conscience même de leur individualité se dilue dans la matière. Comme le souligne Antonio Gibelli en analysant le journal du volontaire triestin Giani Stuparich, « […] c’est dans une telle expérience que se consume le passage d’un univers ordonné d’idéaux à un univers désordonné de matières »27. Ces hommes, au cours du conflit, vont donc devoir faire les comptes avec leur manière d’envisager le politique, leur rôle dans la société, la société elle-même. La réalité du carnage ne bouleverse pas seulement leur individualité propre, mais également leur positionnement dans l’espace public.

  • 28 M. Isnenghi, Il mito, ouvr. cité, p. 281.
  • 29 « M. Nesi à F. Schiavetti, 12 novembre 1915 », Fonds Schiavetti, B. 2, fasc. 3.
  • 30 Voir les lettres de Frediano Francesconi à Fernando Schiavetti des 16 octobre et 9 novembre 1916, (...)
  • 31 « F. Francesconi à F. Schiavetti, s.d. [1916-1917] », Fonds Schiavetti, B. 2, fasc. 2.

16Devenus, pour la plupart d’entre eux, officiers de réserve, ces interventionnistes, de plus, loin de pouvoir agir, se trouvent dans la situation d’ « être agis »28. À la désorientation psychologique s’adjoint donc une déstructuration politique. Et précisément au cours des premiers mois d’engagement, la correspondance échangée entre de jeunes militants interventionnistes et/ou républicains révèle les failles de leur militantisme précédent, tout en dessinant la relecture de leur engagement par rapport à l’expérience qu’ils vivent et qu’ils n’auraient jamais pensé subir. Ainsi, Mario Nesi écrit en novembre 1915 « ce “moi volontaire” à la pensée de ce que l’on vit aujourd’hui, et de ma famille trop loin de moi vacille fortement »29. Le « moi volontaire », c’est-à-dire, comme il l’explique plus loin, l’idéal politique qui l’anime, chancelle déjà après quelques mois de front. L’engagement politique ne prend alors son véritable sens qu’en fonction de l’expérience que vivent ces volontaires. Frediano Francesconi, par exemple, étudiant en médecine, républicain et interventionniste de la première heure, ne commence pas une seule de ces lettres sans la liste macabre des morts républicains et termine systématiquement par ces quelques mots : « Notre petite troupe se réduit chaque jour »30. Le Parti républicain, cependant, se montre de moins en moins digne, selon lui, du « tribut » de sang payé par ses militants31. Le référent principal de l’action politique de ces volontaires, c’est-à-dire l’organisation républicaine en « Italie », n’a plus de signification. La seule troupe sur laquelle ils veulent désormais compter est celle du front.

17Au contact avec l’arrière, la guerre devient même l’aune à laquelle évaluer le monde. Si, pour ces républicains, le conflit avant leur engagement ne pouvait être que le déclencheur d’un processus révolutionnaire qui devait naître au cœur de la société civile, au cours du conflit, le terreau révolutionnaire doit se restreindre aux soldats du front. Ainsi le républicain Schiavetti envisage-t-il à nouveau son rapport à la troupe. Les changements sont nettement perceptibles dans la terminologie qu’il utilise pour la définir : les (« ses ») soldats – écrit-il à sa fiancée en avril 1916 – deviennent ses « compagnons » et ses « frères » de lutte, terminologies qu’il réservait, jusqu’alors, aux militants :

  • 32 « F. Schiavetti à G. Bondanini, 20 avril 1916 », Fonds Schiavetti, B. 15.

Les rapports avec les soldats sont presque fraternels, le nombre restreint de membres de notre petite famille (nous sommes un peu plus d’une trentaine) et la coexistence continuelle avec le danger, nous fait devenir des compagnons ; compagnons dans le très beau sens latin du terme : des hommes qui mangent le pain quotidien ensemble et qui partagent les même joies et les mêmes douleurs.32

  • 33 « F. Francesconi à F. Schiavetti, 16 octobre 1916 », Fonds Schiavetti, B. 2, fasc.  2.

18Les rapports de proximité avec la troupe deviennent inversement proportionnels à ceux qui lient les combattants à la société civile italienne. Ces jeunes militants se sentent membres d’une nouvelle communauté nationale ; une communauté qui a ses propres codes, ses propres règles, son propre langage. Ce sentiment d’appartenance exclut petit à petit tout référent à la société civile. En d’autres termes, ces volontaires se convainquent progressivement de l’existence de deux Italies : l’une au front et l’autre à l’arrière. Cette dernière est disqualifiée car composée selon eux essentiellement de profiteurs, d’embusqués et de défaitistes. Et le jugement est sans appel : « Je ressens un profond dégoût – écrit par exemple Francesconi en octobre 1916 – pour trop de choses et trop de gens »33. Au cours de la guerre, la confrontation avec l’expérience vécue aura un impact important sur l’imaginaire politique des interventionnistes « intervenus », allant même pour certains d’entre eux jusqu’à déboucher sur un abandon temporaire de leurs convictions politiques. La fracture entre l’expérience de guerre et l’expérience de la vie civile renforcera par ailleurs le sentiment d’appartenance à une communauté, celle du front, considérée comme seule apte à porter le changement social revendiqué lors de la bataille pour l’intervention. En 1917, Caporetto exacerbera d’autant ce sentiment que la « débandade » sera attribuée aux « défaitistes » de l’arrière, socialistes en tête.

  • 34 G. Gentile, Guerra e fede, Napoli, Ricciardi, 1919, p. 67-68.
  • 35 L. Salvatorelli, « Sovversivismo conservatore », Tempo, 19 avril 1919.
  • 36 Sur les officiers P, voir G. L. Gatti, Dopo Caporetto. Gli ufficiali P nella Grande Guerra: propag (...)

19Une nouvelle communauté nationale semble s’être édifiée au front, une « nouvelle Italie » dont l’objectif est de « vaincre la vieille »34. Sur le front intérieur, la débandade, l’occupation de la Vénétie et les grèves au Nord de l’Italie raniment les groupes interventionnistes. Ils créent des comités de défense interne ; ils se liguent dans un Faisceau parlementaire de défense nationale et focalisent leurs critiques sur le défaitisme incarné, selon eux, par les neutralistes essentiellement socialistes. Les interventionnistes organisent ainsi ce que Luigi Salvatorelli appellera, quelques années plus tard, « un État dans l’État »35. Après Caporetto et la consécutive présence de l’ennemi sur le territoire italien, de plus, les interventionnistes vont acquérir une importance stratégique au sein du tout nouvel appareil de propagande de l’armée, avec la création des « officiers P » (propagande, contrôle, assistance)36. Jusque-là, le gouvernement italien, au contraire de la plupart des nations engagées dans le conflit, n’avait guère accordé d’importance à cette ressource. Le Commandement suprême préférait la « répression » à la persuasion. Avec le remplacement du général Cadorna par Diaz, le 6 novembre 1917, le Commandement militaire adopte une politique plus nuancée. L’incitation à la propagande de guerre s’allie à des décrets gouvernementaux répressifs. Pensons au décret Sacchi du 4 octobre 1917 qui condamnait toute personne ou toute activité tendant à décourager ou à déprimer l’esprit public. Cependant, cet effort de persuasion s’ajoute également à une amélioration générale des conditions de vie des combattants italiens (augmentation de la ration alimentaire ; promulgation d’assurances gratuites ; création d’un nouveau ministère pour l’Assistance militaire et les pensions de guerre dirigé par Bissolati, etc.). La propagande de guerre s’inscrit donc dans le cadre complexe d’une politique visant à la fois le moral des troupes et, par rétroaction, la société civile italienne, appelée à endurer ce qui est défini, dorénavant, comme la « dernière année de guerre », l’« ultime effort ».

  • 37 M. Isnenghi, Il mito, ouvr. cité, p. 294.

20Très fortement engagés dans l’effort de propagande, les interventionnistes au front vont donc être en mesure d’investir l’ensemble des représentations élaborées lors de l’expérience de guerre. Ils vont se lancer sur le terrain de la « médiation sociale »37. À travers la propagande, le jeune républicain Schiavetti, par exemple, entend diffuser auprès des combattants les valeurs associées à la patrie ; première étape d’un processus qui devrait porter à une « révolution politique alternative ». La propagande devient, dans cette optique, le meilleur terrain pour tenter de modifier profondément, par le bas, la structure politique du pays. Les républicains associent à la polémique interventionniste, contre les socialistes et le défaitisme, la nécessité d’un changement révolutionnaire issu de l’expérience du front. Ils promettent la terre à ceux qui la cultivent, et la constitution d’une république démocratique. Il est désormais temps de récupérer les raisons de leur engagement interventionniste : pousser l’Italie sur la voie de la modernité politique et faire « entrer les Italiens » dans la nation. Les derniers mois de front seront consacrés à atteindre ces objectifs. Le jeune républicain Schiavetti se fixe comme priorité de resserrer les liens entre le peuple et la nation, ou mieux, de donner au « peuple la conscience d’appartenir à la nation ».

Interventionnisme et tentation fasciste

  • 38 G. Santomassimo, « Memoria pubblica », art. cité, p. 148 ; voir également du même auteur, « La tri (...)
  • 39 A. Tasca, (Nascita ed avvento del fascismo, vol. I, Bari, Laterza, 1982 [1938], p. 159) écrit à ce (...)
  • 40 « Armando à F. Schiavetti, 18 décembre 1918 », Fonds Schiavetti, B. 2, fasc. 4.

21L’interventionnisme a représenté un véritable « nœud interne à la culture antifasciste »38. Ce phénomène a été envisagé par une frange de l’antifascisme laïc et non communiste comme le « ciment » nécessaire à la constitution d’une véritable conscience nationale démocratique et antifasciste. Et pourtant, comment ne pas dénoncer sa filiation avec le fascisme totalitaire ? La bataille interventionniste, l’expérience de guerre et l’exaltation patriotique qui suit Caporetto situent en effet les républicains, au sortir du conflit, dans la configuration sociale et politique du fascisme naissant. À la fin de la guerre, ces jeunes républicains revenus du front se trouvent dans la situation de nombre de soldats. À la désorientation psychologique, au sentiment d’être « déclassés » et « hors du monde », s’ajoute une situation économique et sociale qui n’est guère réjouissante. Le chômage attend la plupart d’entre eux. De plus, dans une Italie qui conspue les officiers et les agresse certaines fois, les interventionnistes sont les premiers à être mis en demeure de justifier trois années de guerre et de souffrance39. Un volontaire le livre ainsi avec grande affliction : « Pour beaucoup, le grand crime consiste à être – comme nous – des volontaires et à avoir donné et vouloir donner notre sang pour notre idéal »40.

22La sensation d’une forte injustice subie les pousse dans leurs derniers retranchements. Le repli sur les positions de l’interventionnisme de 1915 se situe donc, en partie, en amont d’une réelle conscience politique des enjeux liés à l’interventionnisme dans l’après-guerre. Partis en guerre avant le pays, ces interventionnistes conçoivent leur engagement comme un signe qui les distingue irrémédiablement du reste de la société. L’interventionnisme devient, par antithèse radicale, une véritable lettre de noblesse militante. Le mérite de la victoire, dans cette optique, doit revenir à ceux qui, interventionnistes en 1915, ont milité pour l’entrée en guerre de l’Italie. Ils ont « gagné » le droit de s’autoproclamer vexillaires de cette « nation » italienne et éducateurs du « peuple ». Déclarer les interventionnistes comme seule avant-garde révolutionnaire possible suppose la disqualification des organisations traditionnelles. En effet, issus de familles politiques différentes, ces interventionnistes s’inventent un groupement apte à répondre à leur expérience de guerre. Ils se considèrent comme les porte-parole de la jeune génération combattante et ils discréditent l’ensemble du champ politique italien, targué de « vieux » ; celui-ci comprend, bien entendu, la classe dirigeante traditionnelle, considérée comme corrompue et gangrenée depuis le tournant du siècle. Mais également et, en particulier, les organisations politiques qui ont contesté l’entrée du pays dans le conflit et avant tout le Parti socialiste.

  • 41 G. Arfé, Storia dell’Avanti! (1896-1926), Milan-Rome, Avanti !, 1956, p. 158.
  • 42 A. Tasca, Nascita ed avvento, ouvr. cité, p. 25.
  • 43 Selon N. Tranfaglia (La Prima guerra mondiale e il fascismo, Turin, Utet, 1995, p. 183), en 1919, (...)
  • 44 E. Santarelli, Pietro Nenni, Turin, Utet, 1988, p. 53.
  • 45 J. Horne, « Introduction », Démobilisations culturelles après la Grande Guerre, dans 14-18 aujourd (...)
  • 46 B. Mussolini, « 23 marzo », Il Popolo d’Italia, 18 mars 1919 ; loc. cit. également dans R. De Feli (...)

23La direction du Parti socialiste se fixe alors comme objectif la « république socialiste » et la « dictature du prolétariat » sans s’en donner les moyens et tout en avançant une série de propositions réformistes : la démobilisation rapide, le retour aux libertés fondamentales, l’amnistie pour tous les délits politiques et militaires. Mais, « entre la dictature du prolétariat et les revendications réformistes, il y a le vide »41. Ainsi Angelo Tasca peut-il affirmer qu’en 1919, la classe ouvrière reste sans programme politique et sans chefs42. Situation d’autant plus délicate que, au cours de cette année précisément, l’euphorie de la victoire laisse place au mécontentement populaire : l’inflation galopante, le renchérissement du coût de la vie et le chômage croissant pèsent dans les passifs gouvernementaux. À partir de juin, les révoltes, les grèves à répétition et l’occupation des terres scandent le paysage politique italien43. Le gouvernement se révèle incapable de gérer la crise. La guerre, loin d’avoir facilité la constitution d’un « bloc de pouvoir stable », a de fait « disloqué » la classe dirigeante libérale. La brèche ouverte au moment du “coup d’État interventionniste” semble ne pas vouloir se refermer. La structure politique d’origine des républicains ne peut, quant à elle, rassembler ses anciens militants et faire face au chaos. Selon Enzo Santarelli, le PRI manque cruellement de chefs potentiels et d’idées : « […] s’étant lié, presque sans aucune réserve, à l’intervention et à la guerre […], il a été enjambé un peu par tout le monde »44. Les anciens combattants républicains refusent ainsi, au cours de la première année d’après-guerre, la « démobilisation culturelle »45. Les enjeux de ce rejet peuvent se résumer ainsi : il est question, tout d’abord, de reconnaître à la première guerre mondiale le rôle de césure dans l’histoire italienne; ensuite, de relever les mérites de l’interventionnisme aux fins d’une guerre victorieuse ; enfin, de proclamer la nécessité d’une transformation radicale de la société italienne. Propositions qui recoupent celles de Mussolini qui, lors de la réunion de San Sepolcro, soutient : « Nous revendiquons le droit et proclamons le devoir de transformer la vie italienne… par des mesures révolutionnaires, si nécessaire. »46

  • 47 E. Gentile, Le origini dell’ideologia fascista, ouvr. cité, p. 72.
  • 48 A. Lyttelton, The Seizure of Power. Fascism in Italy 1919-1929, Londres, Routledge (édition révisé (...)

24Au sortir du conflit, c’est essentiellement sur la base de l’expérience de guerre, de la valorisation des combattants et de l’exaltation du rôle des interventionnistes que les républicains se rapprocheront du mouvement fasciste naissant. Ils participent de fait de l’état d’esprit des anciens combattants volontaires qui se caractérise par un activisme démesuré en fonction de leur expérience spécifique. La participation à ce « grand événement » fonde leur identité de groupe et acquiert dans ce contexte un rôle d’agrégation politique et sociale. L’historien italien Emilio Gentile parle à ce propos de « combattentismo »47 ; c’est-à-dire un état d’esprit de réaction et de révolte contre les institutions politiques italiennes traditionnelles résultant de la valorisation de la guerre et de la jeunesse combattante. Le groupe hétérogène d’hommes constitué lors de la bataille pour l’intervention et stimulé par Caporetto redevient donc, au sortir de la guerre, le point de convergence des « révolutionnaires » de 191548. En fait, dès mars 1919, les faisceaux peuvent apparaître comme la première expression politique d’un néo-interventionnisme conforme à la situation d’après-guerre. Reléguant les instruments classiques de la lutte politique, ces néo-interventionnistes fixent les principes de leur révolution. Ceux-ci peuvent se résumer par la formule de « révolution nationale ». La nation, entendue dans le sens d’« unité nationale », est donc au centre de leur programme performatif. Ou, pour le dire avec Emilio Gentile : « L’engagement politique des jeunes combattants – nombre d’entre eux ont fourni les premiers noyaux du fascisme – naissait de leur sentiment spontané de se sentir nation, pour avoir combattu en son nom. » (Le origini dell’ideologia, p. 63)

  • 49 E. Gentile, Storia del Partito fascista, 1919-1922 : movimento e milizia, Bari, Laterza, 1989, p.  (...)
  • 50 « Fascio di combattimento a Todi », L’Epoca di Roma, 19 juin 1919.
  • 51 A. Lyttelton, The Seizure of Power, ouvr. cité Voir également Id., « The “crisis of bourgeois soci (...)

25L’hétérogénéité du mouvement fasciste semble être de plus une garantie de « vivacité » et d’« agilité » organisationnelle, nécessaire à répondre politiquement à une réalité en rapide mutation49. Les faisceaux attirent en effet républicains, futuristes, syndicalistes révolutionnaires, nationalistes. Cette alliance circonstancielle permet d’envisager des ajustements flexibles au répertoire traditionnel d’action collective des partis ou mouvements d’où proviennent les militants fascistes. La réunion de San Sepolcro marque la naissance d’un mouvement et non d’un parti ; il peut donc être envisagé comme une formation politique ouverte. La militance fasciste n’implique pas, à ce moment-là, l’abandon de la militance antérieure. C’est avant tout un « sentiment d’appartenance » qui les unit. Schiavetti, par exemple, dès le mois de juin 1919, promeut la formation d’un faisceau de combat à Todi sans se démettre pour autant de fait du PRI50. La tentation fasciste n’est pour quelques républicains que de courte durée, comme c’est le cas pour Pietro Nenni, pour Mario et Guido Bergamo ou pour Fernando Schiavetti. Si le champ d’expérience commun pouvait avoir favorisé une contiguïté temporaire avec le fascisme, l’horizon d’attente, en revanche, divergeait profondément. Comme le souligne Adrian Lyttelton, les hommes que Mussolini gagne à son mouvement de cette manière ne restent pas longtemps dans les faisceaux51. Cependant, l’expérience de ces jeunes républicains au sein du mouvement fasciste n’en demeure pas moins significative d’une nouvelle manière de concevoir le politique.

Genèse de l’antifascisme républicain

  • 52 O. Zuccarini, « Vecchio e nuovo repubblicanesimo », La Critica politica, juillet 1923.
  • 53 F. Schiavetti, « Repubblica e fascismo (commento alla lettera di B. Mussolini) », L’Iniziativa, 20 (...)

26En 1920, le PRI revient aux origines profondément démocratiques de son programme politique : l’instauration d’une république à démocratie directe. Le chemin du retour s’avère néanmoins difficile. Le Parti républicain était redevenu celui du « bon vieux temps », comme le soutient Zuccarini dans un article de 192352. Tous les efforts accomplis au cours des deux années qui avaient précédé le conflit étaient réduits à néant. Il fallait « recommencer », dans une « situation encore plus difficile », recréer pratiquement de toutes pièces un parti politique, reconstituer sa base sociale, déterminer la ligne politique à suivre et établir un nouveau répertoire d’action collective répondant à la crise organisationnelle et politique du PRI. La reprise en main du parti par Conti, Zuccarini et Schiavetti, en avril 1920, s’impose alors d’autant plus que Mussolini et son mouvement réactivent constamment le « sentiment d’appartenance » des républicains au fascisme53. En 1923, Piero Gobetti rendra compte ainsi de cette spécificité républicaine :

  • 54 P. Gobetti, « I repubblicani », La Rivoluzione Liberale, 10, 17 avril 1923.

Le fascisme s’est attaché à cette partie caduque et donquichottesque de notre Risorgimento ; il a intégré ce faisant les revendications romantiques, les prédications, le patriotisme exalté, le sentimentalisme social qui, après la fin du Parti d’action, a été le seul patrimoine de la culture mazzinienne.54

  • 55 Sur le parti républicain dans cette phase, S. Fedele, I repubblicani di fronte al fascismo (1919-1 (...)
  • 56 [F. Schiavetti], « I fasci di combattimento », L’Iniziativa, 28 mai 1920.

27Seul parti de l’opposition antifasciste à s’être engagé corps et âme dans la bataille pour l’intervention, le PRI va s’appliquer à détruire tous les liens qui le relient au mouvement fasciste55. Le premier acte politique du tout nouveau secrétaire du parti, Fernando Schiavetti, en mai 1920, consiste d’ailleurs à interdire la double appartenance au PRI et aux faisceaux56. Pour la nouvelle direction, il s’agit en bref de briser un tissu social formé avant la première guerre mondiale et consolidé par celle-ci. Sans renier la bataille menée dans l’immédiat après-guerre, le Parti républicain va donc tenter de « remobiliser » politiquement sa base.

  • 57 G. Albanese, La marcia su Roma, Bari, Laterza, 2006 ; E. Gentile, E fu subito regime. Il fascismo (...)

28Il propose avant tout d’en finir avec l’interventionnisme, source de rapprochements qui allaient à l’encontre du programme politique républicain, mais également source de division au sein même de l’opposition antifasciste. Ensuite, le PRI s’attelle à la constitution de nouvelles alliances politiques, en particulier avec le Parti socialiste. Il devient en effet véritablement urgent de renouer les liens avec les socialistes qui, dans l’imaginaire des interventionnistes républicains, étaient encore associés aux défaitistes. Cette réorientation s’avère d’autant plus impérieuse que le mouvement fasciste entame dans la deuxième moitié des années vingt sa « contre-révolution préventive ». Les violences fascistes se répandent dans toute la Péninsule, laissant des dizaines de morts sur les pavés des villes et des campagnes italiennes57. Dès l’été 1921, les sections du PRI se trouvent également en butte aux agressions répétées des escouades fascistes. Néanmoins, l’exode d’une partie des membres du parti vers le mouvement de Mussolini ne semble pas s’arrêter pour autant. Entre 1920 et 1922, les faisceaux ont prise sur des organisations républicaines sises dans les régions d’ancrage traditionnel républicain. En Émilie-Romagne, notamment, Ubaldo Comandini et Carlo Bazzi créent des organisations républicaines clairement philo-fascistes.

  • 58 « Parole che si ripetono », La Voce repubblicana (VR), 27 mars 1923.
  • 59 A. Natoli, « La stampa democratica francese ricorda ai fascisti che essi hanno lottato contro la t (...)

29À partir de 1920, le principe politique qui guide l’organisation républicaine est cependant l’antifascisme. C’est sans conteste l’un des premiers partis à considérer que cette bataille est la plus importante à mener, à un moment où les autres organisations se situent encore dans le cadre d’une compétition politique classique. Et c’est peut-être précisément sur la mémoire de la guerre que se fonde ce premier antifascisme. Le PRI est le seul parti de l’opposition antifasciste qui a fait de la bataille pour l’intervention une lettre de noblesse militante. Il devient nécessaire alors de briser toute filiation possible avec le mouvement de Mussolini. Les républicains sont donc contraints, en quelque sorte, de revenir sur les raisons qui les ont poussés à l’intervention et sur l’expérience de guerre pour proposer une mémoire alternative de cette expérience. Cette nécessité ressentie ne prendra par ailleurs pas fin avec l’arrivée au pouvoir de Mussolini. De 1923 à 1926, le nouvel organe de presse républicain, La Voce repubblicana, lutte contre l’« usage public » fasciste du passé immédiat, tout en réitérant les mérites de l’interventionnisme. Ou, pour le dire différemment, les républicains tentent d’isoler la « pathologie » fasciste du corps « sain » de l’interventionnisme58. Certes, soutiennent les républicains, le fascisme naissant exprimait la rupture politique, institutionnelle et générationnelle qu’ils appelaient de leurs vœux lors de la bataille pour l’intervention ; il s’inscrivait donc dans le cadre générique des mouvements « révolutionnaires » issus du conflit59.

  • 60 « Vive inquietudini nel campo fascista, per il riavvicinamento dei liberali all’on. Mussolini », V (...)
  • 61 Par exemple, « La storia dello stato d’assedio. Non scoprire la corona », VR, 30 octobre 1923 ; «  (...)
  • 62 F. Schiavetti, « Fascismo e massoneria : un altro passo a destra », VR, 17 février 1923.
  • 63 L. Rapone, « L’antifascismo italiano tra guerra passata e guerra ventura », dans Guerra e pace nel (...)

30Les républicains ne renient donc pas leur « tentation » initiale pour le mouvement fasciste et le « souvenir de leur bataille commune »60. Ils s’appliquent plutôt à déterminer les étapes de l’involution du mouvement. Ils érigent alors l’analyse de la « déviation » fasciste sur la compréhension de la période qui suit immédiatement la première guerre, l’« année zéro » de cette nouvelle ère politique. Foulant aux pieds ses potentialités révolutionnaires, le mouvement fasciste serait passé, selon eux, du patriotisme de la guerre au nationalisme d’après-guerre. La « révolution fasciste », magnifiée dans les discours publics, soulignent-ils, n’est donc rien d’autre qu’un simple coup d’État appuyé par la monarchie61. Or, c’est précisément sur la caractérisation révolutionnaire de l’interventionnisme que les républicains ont fondé leur participation au mouvement fasciste. La distinction s’impose alors entre le fascisme « réactionnaire et nationaliste » et l’interventionnisme « démocratique et révolutionnaire », ce même interventionnisme « qui témoigna de sa foi dans les tranchées »62. Tout en valorisant l’expérience de guerre et en considérant la guerre comme un événement indissociable de toute réflexion politique sur le devenir de la société italienne, les tenants et porteurs de cette mémoire républicaine vont défendre une position antifasciste radicale fondée sur la compréhension des bouleversements politiques, sociaux et culturels issus du premier conflit mondial. Une mémoire alternative à l’usage public et politique de l’interventionnisme par le régime fascisme ; une mémoire enjeu de lutte durant l’entre-deux-guerres, alors même que la guerre civile espagnole, puis la résistance, remettront sur le devant de la scène la question de l’interventionnisme comme espace potentiellement émancipateur63.

Top of page

Notes

2 M. Mondini, « L’historiographie italienne face à la Grande Guerre : saisons et ruptures », Histoire@Politique. Politique, culture, société, no 22, 2014 ; disponible en ligne <http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=22&rub=dossier&item=208#haut_page> (consulté le 14 mars 2017). Toutes les citations ont été traduites de l’italien en français par mes soins.

3 R. Lunzer, « Dare un senso alla guerra : gli intellettuali », dans Dizionario storico della Prima Guerra mondiale, N. Labanca éd., Turin, Utet, 2014, p. 360 et suiv.

4 Sur cette notion, C. Levy, « “Sovversivismo” : The radical political culture of otherness in liberal Italy », Journal of Political Ideologies, 2, 2007, p. 147-161.

5 A. Gramsci, « Volontarisme et masses sociales » (1932-1934), dans Id., Cahiers de Prison. Cahiers 10, 11, 12 et 13, Paris, Gallimard, 1978, p. 419.

6 M. Tesoro, Democrazia in azione. Il progetto repubblicano da Ghisleri a Zuccarini, Milan, Franco Angeli, 1996.

7 G. Conti, « Per l’azione repubblicana. Che fare ? », La Ragione, 14 juin 1912.

8 S. Levis Sullivan, Giuseppe Mazzini and the Origins of Fascism, New York, Palgrave MacMillan, 2015, p. 70 et suiv.

9 Le texte de la délibération du PRI se trouve dans V. Parmentola, « Luigi Ghisleri. Diario della Legione repubblicana. La compagnia Mazzini (Nizza 1914) », Archivio Trimestrale, 1-2, mai-juin 1978, p. 45.

10 B. Vigezzi, L’Italia di fronte alla Prima Guerra mondiale. L’Italia neutrale, vol. I, Naples, Riccardo Riccardi, 1961, p. 830 ; E. Garin, Cronache di filosofia italiana 1900-1960, Bari, Laterza, 1997 ; A. Ventrone, La seduzione totalitaria. Guerra, modernità, violenza politica (1914-1918), Rome, Donzelli, 2003.

11 V. Parmentola, « Luigi Ghisleri », art. cité, p. 21.

12 Voir S. Prezioso, « Les Italiens en France au prisme de l’engagement volontaire : les raisons de l’enrôlement dans la Grande Guerre (1914-1915) », Cahiers de la Méditerranée, 81, 2010, p. 147-163.

13 « Analyse d’un télégramme chiffré reçu au Cabinet du Ministre le 13/12/14, Rome, le 13/12/14 », dans Service historique de la défense à Vincennes (SHD), Paris, 6N 31, dossier 1.

14 « Copie d’un télégramme chiffré reçu au Cabinet le 23 octobre. Communiqué par les Affaires étrangères, Rome, le 22 octobre 1914 », dans SHD, 6N 31, dossier 1. Ainsi que « Département des Alpes-Maritimes, Commissariat de police de Villefranche-sur-Mer. Le Commissaire de Police à Monsieur le Préfet des Alpes-Maritimes, Villefranche-sur-Mer, le 1er octobre 1914, objet : Débarquement de volontaires italiens », dans Archives départementales des Alpes-Maritimes, Nice, 1M 912.

15 « Le Préfet de Florence au Ministre de l’Intérieur, Florence, le 27 octobre 1914 », dans Archivio centrale dello Stato (ACS) (Rome), Pubblica Sicurezza (PS), A5G Prima Guerra mondiale, B. 14 Fasc. 20 ; « Gouverneur militaire à Ministère de la Guerre, télégramme, Lyon, 26 septembre 1914 », dans SHD, 6N 21. Sur la situation des Italiens à Nice, voir H. Heyriès, Les Garibaldiens de 14. Splendeurs et misères des Chemises rouges en France de la Grande Guerre à la Seconde Guerre mondiale, Nice, Serre, 2005 ; P.-L. Buzzi, « Les immigrés italiens à Nice en août 1914 », dans Nice 1915 : l’Italie entre en guerre, catalogue de l’exposition éponyme tenue aux archives municipales de Nice (20 avril – 18 décembre 2015), Nice, 2015, p. 30-35.

16 Voir la lettre de démission de Pasquale Gallo envoyée à Oliviero Zuccarini ; elle est citée dans la lettre de Terenzio Gandi à Zuccarini (16 novembre 1914), dans « Spedizione in Francia, Onoranze a Conti », Domus Mazziniana, Pise, Fonds Zuccarini, FIf 13/1.

17 G. Prezzolini, « Partiti e gruppi italiani davanti alla guerra », La Voce, 17, 1914. L’article est reproduit dans A. Romano, La cultura italiana del’ 900 attraverso le riviste. La Voce (1908-1914), vol. III, Turin, Einaudi, 1960, p. 707-711.

18 O. Zuccarini, « Anche per la rivoluzione », L’Iniziativa, 12 septembre 1914.

19 F. Schiavetti, « Che cosa dobbiamo fare ? », L’Iniziativa, 21 novembre 1914. Voir S. Prezioso, Itinerario di un “ figlio del 1914 ”. Fernando Schiavetti,dalla trincea all’antifascismo, Bari, Lacaita, 2004.

20 M. Isnenghi, Il mito della Grande Guerra, Bologne, Il Mulino, 1989, p. 23.

21 « F. Schiavetti à G. Bondanini, 10 juin 1915 », dans Institut historique de la résistance en Toscane (ISRT), Florence, Fonds Schiavetti, B. 14.

22 « Rapport du lieutenant-colonel attaché militaire à Rome, François. Notes sur la situation italienne, Paris, 19 septembre 1915 », SHD, 6N31, dossier 3.

23 A. Gibelli, La Grande Guerra degli Italiani (1915-1918), Milan, Sansoni, 1998, p. 101.

24 P. Melograni, Storia politica della Grande Guerra, vol. I, Bari, Laterza, 1977, p. 37.

25 A. Gibelli, L’officina della guerra. La Grande Guerra e la trasformazione del mondo mentale, Turin, Bollati Boringhieri, 1991, p. xii.

26 Loc. cit. dans P. Melograni, Storia politica, ouvr. cité, vol. I, p. 25. En français dans le texte.

27 A. Gibelli, L’officina, ouvr. cité, p. 189 et G. Stuparich, Guerra del ’15, Turin, Einaudi, 1980.

28 M. Isnenghi, Il mito, ouvr. cité, p. 281.

29 « M. Nesi à F. Schiavetti, 12 novembre 1915 », Fonds Schiavetti, B. 2, fasc. 3.

30 Voir les lettres de Frediano Francesconi à Fernando Schiavetti des 16 octobre et 9 novembre 1916, et des 21 février, 30 mars et 16 septembre 1917, Fonds Schiavetti, B. 1, fasc. 1.

31 « F. Francesconi à F. Schiavetti, s.d. [1916-1917] », Fonds Schiavetti, B. 2, fasc. 2.

32 « F. Schiavetti à G. Bondanini, 20 avril 1916 », Fonds Schiavetti, B. 15.

33 « F. Francesconi à F. Schiavetti, 16 octobre 1916 », Fonds Schiavetti, B. 2, fasc.  2.

34 G. Gentile, Guerra e fede, Napoli, Ricciardi, 1919, p. 67-68.

35 L. Salvatorelli, « Sovversivismo conservatore », Tempo, 19 avril 1919.

36 Sur les officiers P, voir G. L. Gatti, Dopo Caporetto. Gli ufficiali P nella Grande Guerra: propaganda, assistenza, vigilenza, Gorizia, Libreria editrice goriziana, 2000. Sur la situation sur le front interne après Caporetto, D. Ceschin, Gli esuli di Caporetto. I profughi italiani durante la Grande Guerra, Bari, Laterza, 2006.

37 M. Isnenghi, Il mito, ouvr. cité, p. 294.

38 G. Santomassimo, « Memoria pubblica », art. cité, p. 148 ; voir également du même auteur, « La trincea del totalitarismo », Il Manifesto, 3 octobre 2004.

39 A. Tasca, (Nascita ed avvento del fascismo, vol. I, Bari, Laterza, 1982 [1938], p. 159) écrit à ce propos : « Quand un officier est injurié et frappé, tous les autres se sentent humiliés et blessés à travers lui, dans leur esprit et dans leur corps. »

40 « Armando à F. Schiavetti, 18 décembre 1918 », Fonds Schiavetti, B. 2, fasc. 4.

41 G. Arfé, Storia dell’Avanti! (1896-1926), Milan-Rome, Avanti !, 1956, p. 158.

42 A. Tasca, Nascita ed avvento, ouvr. cité, p. 25.

43 Selon N. Tranfaglia (La Prima guerra mondiale e il fascismo, Turin, Utet, 1995, p. 183), en 1919, le pays est ébranlé par 1 663 grèves dans l’industrie et 208 dans l’agriculture.

44 E. Santarelli, Pietro Nenni, Turin, Utet, 1988, p. 53.

45 J. Horne, « Introduction », Démobilisations culturelles après la Grande Guerre, dans 14-18 aujourd’hui, Paris, Noesis, 2002, p. 45-46.

46 B. Mussolini, « 23 marzo », Il Popolo d’Italia, 18 mars 1919 ; loc. cit. également dans R. De Felice, Mussolini il rivoluzionario (1883-1920), Turin, Einaudi, 1995, p. 502.

47 E. Gentile, Le origini dell’ideologia fascista, ouvr. cité, p. 72.

48 A. Lyttelton, The Seizure of Power. Fascism in Italy 1919-1929, Londres, Routledge (édition révisée), 2009.

49 E. Gentile, Storia del Partito fascista, 1919-1922 : movimento e milizia, Bari, Laterza, 1989, p. 14.

50 « Fascio di combattimento a Todi », L’Epoca di Roma, 19 juin 1919.

51 A. Lyttelton, The Seizure of Power, ouvr. cité Voir également Id., « The “crisis of bourgeois society” and the origins of Fascism », dans Fascist Italy and Nazy Germany. Comparisons and Contrasts, R. Bessel éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 12-22.

52 O. Zuccarini, « Vecchio e nuovo repubblicanesimo », La Critica politica, juillet 1923.

53 F. Schiavetti, « Repubblica e fascismo (commento alla lettera di B. Mussolini) », L’Iniziativa, 20 novembre 1920.

54 P. Gobetti, « I repubblicani », La Rivoluzione Liberale, 10, 17 avril 1923.

55 Sur le parti républicain dans cette phase, S. Fedele, I repubblicani di fronte al fascismo (1919-1926), Florence, Le Monnier 1988.

56 [F. Schiavetti], « I fasci di combattimento », L’Iniziativa, 28 mai 1920.

57 G. Albanese, La marcia su Roma, Bari, Laterza, 2006 ; E. Gentile, E fu subito regime. Il fascismo e la marcia su Roma, Bari, Laterza, 2012 ; ainsi que E. Lussu, Marcia su Roma e dintorni, Milano, Mondadori, 1968 [1933], p. 64.

58 « Parole che si ripetono », La Voce repubblicana (VR), 27 mars 1923.

59 A. Natoli, « La stampa democratica francese ricorda ai fascisti che essi hanno lottato contro la tirannide », VR, 29 juillet 1923.

60 « Vive inquietudini nel campo fascista, per il riavvicinamento dei liberali all’on. Mussolini », VR, 11 mai 1923.

61 Par exemple, « La storia dello stato d’assedio. Non scoprire la corona », VR, 30 octobre 1923 ; « Fatti e commenti. La “vera rivoluzione” », VR, 8 octobre 1925.

62 F. Schiavetti, « Fascismo e massoneria : un altro passo a destra », VR, 17 février 1923.

63 L. Rapone, « L’antifascismo italiano tra guerra passata e guerra ventura », dans Guerra e pace nell’Italia del Novecento. Politica estera, cultura politica e correnti dell’opinione pubblica, L. Goglia, R. Moro et L. Nuti éd., Bologne, Il Mulino, 2006, p. 195-223.

Top of page

References

Electronic reference

Stéfanie Prezioso, « Guerre et « subversion patriotique » : les républicains italiens face au premier conflit mondial et à ses usages politiques », Laboratoire italien [Online], 19 | 2017, Online since 14 March 2017, connection on 29 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/1289 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.1289

Top of page

About the author

Stéfanie Prezioso

Stéfanie Prezioso est Docteure ès Lettres, professeure d’histoire contemporaine à la Faculté des Sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne. Ses travaux portent sur la Première Guerre mondiale, la guerre civile espagnole, les résistances européennes, l’antifascisme et les problèmes historiographiques relatifs à l’appropriation de la mémoire historique. Elle est membre du Centre de recherches et de débats sur la première guerre mondiale (CRID 14-18) et du conseil scientifique de la Mission du Centenaire. Parmi ses travaux récents : Les Résistances mondiales à la guerre (1914-1918), Paris, La Dispute, 2017 (à paraître) ; « “Fighting Fascism with its own Weapons” : A Common Dark Side? », Political Violence and Democracy in Western Europe, 1918-1940, K. Passmore et C. Millington éd., Londres, Palgrave-Macmillan, 2015, p. 31-47 ; « El socialismo y el movimiento obrero en Francia e Italia ante el primer conflicto mundial : ¿Qué hacer cuando estalla la guerra? », Sociología Histórica, 2014, no 4, p. 139-176

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page