Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
IV. Des républicains en résistance aux républicains aux portes du pouvoir

Fascisme et République

Fascismo e Repubblica
Fascism and Republic
Olivier Forlin

Abstracts

In the early years of the fascist movement, a lot of its activists were attached to the Republican ideals. But, with the aim to take legally the power, Mussolini compromised with monarchy. Then, in spite of the reduction of the King’s power, the monarchy and the Statuto remained in function until July 1943. It was only within the RSI, political regime without a real autonomy, that fascism was able to build a republican regime. However, from an ideological point of view, a part of fascist activists were acting in the legacy of Jacobinism and Republican and Revolutionary movements of the nineteen century. Invoking Mazzini’s thought, they inspired the totalitarian trend of fascism which finally meant the republican regime advent.

Top of page

Full text

1Les rapports entre fascisme et république peuvent être envisagés, à première vue, comme l’histoire d’une rencontre manquée. Si le fascisme des origines a affiché des idéaux républicains, Mussolini a, dans la perspective de l’accession au pouvoir, infléchi sa position initiale. Certes, des références à une conviction républicaine émaillaient encore ses discours à la veille de sa nomination à la tête du gouvernement, mais le compromis passé avec la monarchie s’imposa dans les faits. Au cours du Ventennio, le fascisme a établi son pouvoir et construit un État nouveau tout en maintenant le cadre général de l’institution monarchique et des prérogatives royales, même si celles-ci furent à plusieurs reprises érodées. Et ce fut en conformité avec le Statuto que Victor-Emmanuel III reçut la démission de Mussolini le 25 juillet 1943 et désigna son successeur.

2Avec la création de la République sociale italienne (RSI) en septembre 1943, la refondation de l’organisation partisane désormais baptisée Parti fasciste républicain (PFR), les déclarations faites lors du Congrès de Vérone en novembre 1943, le fascisme marquait ses institutions et son programme du sceau de l’identité républicaine, qui lui permettait de renouer avec ses origines sansepolcristes. Toutefois, les circonstances dramatiques dans lesquelles était établie la RSI, la très faible autonomie dont disposaient ses dirigeants vis-à-vis de l’Allemagne nazie, leur incapacité à traduire dans les faits les idéaux affichés, la durée de vie assez courte du régime, incitent, a priori, à donner peu de crédit à ce retour à l’idéal républicain.

3Au-delà de ces rapports entre fascisme et République rendus difficiles par les circonstances politiques, la référence républicaine doit être envisagée dans le cadre de l’idéologie fasciste. Des courants du fascisme, des cadres du mouvement et du régime, des intellectuels, étaient les héritiers d’une culture politique et d’une idéologie d’ascendance républicaine. Leur conception du fascisme les conduisait à envisager une régénération des individus et une transformation profonde de l’État dans une direction totalitaire qui s’accommodaient mal de la présence de l’institution monarchique. Dans quelle mesure la référence républicaine a-t-elle eu une influence sur l’action du pouvoir fasciste en matière institutionnelle entre 1922 et 1945 ? Après l’examen du poids des circonstances politiques sur la stratégie du fascisme à propos de la forme à donner au régime, l’analyse tentera d’évaluer le rôle du projet totalitaire sur l’action menée par le fascisme dans le domaine institutionnel. Elle cherchera enfin à montrer que l’idée républicaine, dont une partie des fascistes étaient les dépositaires, s’est inscrite dans un héritage idéologique ancien.

Le fascisme et la référence républicaine : un positionnement dicté par les circonstances politiques ?

  • 1 B. Mussolini, « Discorso per la fondazione dei Fasci di Combattimento », Milan, 23 mars 1919, dans (...)
  • 2 Fasci italiani di Combatimento. Orientamenti teorici. Postulati pratici, Milan, 1920, ibid., p. 25 (...)
  • 3 B. Mussolini, « Discorso pronunciato a Bologna il 3 aprile 1921 », Il Popolo d’Italia, 5-6 avril 1 (...)

4Au cours des trois premières années de l’existence du mouvement fasciste, plusieurs de ses responsables ont proclamé leur attachement à l’idée républicaine et à la forme républicaine de l’État. Dans son discours prononcé à l’occasion de la fondation des Faisceaux de combat à Milan le 23 mars 1919, Mussolini affirmait ainsi que les fascistes étaient « tendanciellement républicains » (il ajoutait aussitôt qu’ils réclamaient la République)1. La formule était répétée à plusieurs reprises dans les années 1920-1921 dans des textes programmatiques (ainsi en 1920 dans un document sur les « Orientations théoriques » et « postulats pratiques » des Faisceaux de combat)2 et lors de discours politiques (ainsi Mussolini à Bologne le 3 avril 1921)3. Les groupes et militants politiques de gauche ayant adhéré au premier fascisme étaient de filiation républicaine : le courant issu du syndicalisme révolutionnaire, les anciens socialistes maximalistes, des futuristes, des militants du parti républicain dont certains allaient rompre avec leur parti lorsque celui-ci interdit la double appartenance au fascisme et au Parti républicain italien (désormais : PRI).

  • 4 B. Mussolini, « Discorso pronunciato a Udine il 20 settembre 1922 », Il Popolo d’Italia, 21 septem (...)

5Pourtant, lorsque le fascisme s’engagea dans un processus d’institutionnalisation marqué par la création du PNF en novembre 1921, la référence républicaine se fit pour le moins discrète : la question de la nature du régime politique n’était pas abordée dans le programme du parti. À la veille de la Marche sur Rome, dans un discours prononcé à Udine le 20 septembre 1922, Mussolini, tout en réaffirmant l’ancrage républicain du fascisme, adopta une attitude à la fois souple et ambivalente à l’égard de l’institution monarchique. Il annonça que la « rénovation » et la « transformation profonde » du régime politique italien pouvaient s’accomplir sans toucher à la monarchie. Il poursuivait en confiant que celle-ci n’avait aucun intérêt à s’opposer à la « révolution fasciste », car si tel était le cas, le fascisme réagirait violemment en supprimant l’institution royale. Enfin, il lui conférait un statut important en estimant qu’elle représentait « la continuité historique de la nation »4. Mussolini maniait habilement, dans ce discours, menaces et propos rassurants. En réalité, sa stratégie d’accéder au pouvoir légalement lui imposait de passer un compromis avec la monarchie de Victor-Emmanuel III, comme il l’avait fait avec les autres forces politiques et sociales traditionnelles.

  • 5 En 1897, Sidney Sonino avait utilisé la formule « Torniamo al Statuto » pour dénoncer les dysfonct (...)

6Dans les années suivant son accession au pouvoir, si Mussolini sembla converti aux valeurs de la monarchie, la question de l’institution monarchique et des pouvoirs du roi se posa à plusieurs reprises. Ceux-ci furent érodés par le fascisme et Victor-Emmanuel III, cherchant avant tout à préserver sa dynastie, fut réduit à un rôle symbolique de représentation. Toutefois, si le roi a fermé les yeux sur toutes les décisions du pouvoir fasciste ou les a avalisées, il y eut des moments de tension politique lorsque le régime s’attaqua au fondement même des prérogatives royales. Ces crises furent résolues moyennant des compromis passés entre le monarque et le régime fasciste qui tendaient à placer sur un pied d’égalité institutionnelle le Duce et Victor-Emmanuel III, en particulier en matière d’autorité sur l’armée. À la fin du Ventennio cependant, non seulement le roi demeurait en place en tant que chef de l’État, mais il pouvait à nouveau faire usage de ses pouvoirs lorsqu’il était appelé par le Grand Conseil du fascisme, le 25 juillet 1943, à accepter la démission de Mussolini et à lui désigner un successeur : un « retour au Statuto »5 venait d’être accompli.

  • 6 « Il Manifesto di Verona (14 novembre 1943) », Autobiografia del fascismo, p. 473.
  • 7 M. Franzinelli, « Le 8 septembre », dans L’Italie par elle-même. Lieux de mémoire italiens de 1848 (...)
  • 8 B. Mussolini, « Discorso pronunciato da Radio Monaco il 18 settembre 1943 », Autobiografia del fas (...)
  • 9 B. Spampanato, « Considerazioni sui fatti d’Italia (marzo-aprile 1944) », ibid., p. 488-506.

7Ce fut dans le contexte de la crise, dramatique pour l’Italie, consécutive au 8 septembre 1943 et avec l’établissement de la RSI, que Mussolini et les fascistes intransigeants renouèrent avec le fascisme des origines porteur d’un idéal républicain. Le nouveau Parti fasciste républicain, réuni en congrès à Vérone, adopta un programme sous forme de Manifeste (14 novembre 1943), dont le premier des dix-huit points prévoyait la convocation d’une Constituante chargée de « prononcer la déchéance de la monarchie, de condamner comme traître et fugitif le dernier roi, de proclamer la République sociale et d’en nommer le chef »6. Ce nouveau changement de cap sur la forme du régime est étroitement lié au contexte politique et international. Le fascisme a réagi avec force à ce qu’il a considéré comme une double trahison de la part de la Couronne : l’arrestation de Mussolini par Victor-Emmanuel III le 26 juillet 1943, au lendemain de sa destitution par le Grand Conseil du fascisme ; l’armistice du 8 septembre 1943 conclu par le gouvernement Badoglio avec les Alliés anglo-saxons, contraire, selon le fascisme, à l’alliance avec l’Allemagne et synonyme d’abandon des Italiens – des soldats, en particulier, mobilisés sur divers fronts extérieurs –, laissés sans consignes et livrés à eux-mêmes7. La trahison du monarque, celle d’une partie des hiérarques fascistes (le 25 juillet) et de l’état-major (le 8 septembre), furent des thèmes récurrents dans les discours et les textes des responsables de la RSI, ainsi que dans les écrits ou témoignages de ses militants. Ainsi, dans son discours prononcé à Radio Munich le 18 septembre 1943, dans lequel il annonçait le rétablissement d’un État fasciste en Italie et la reprise du combat aux côtés de l’Allemagne et du Japon, Mussolini insistait sur l’idée d’une trahison fomentée par le roi depuis l’entrée en guerre : « sa dynastie » a été « l’agent principal du défaitisme et de la propagande anti-allemande », affirmait-il ; il s’estimait « désormais plus que jamais convaincu que la maison de Savoie avait voulu préparer, organiser, jusque dans les moindres détails, le coup d’État, avec pour complice et exécuteur Badoglio, pour complices quelques généraux indignes et embusqués et quelques lâches éléments fascistes »8. Bruno Spampanato, dans les années trente jeune fasciste de tendance révolutionnaire et collaborateur de la revue Critica fascista dirigée par Giuseppe Bottai, reprenait des thèmes analogues9.

  • 10 C. Pavone, Une guerre civile. Essai historique sur l’éthique de la Résistance italienne (1991), Pa (...)

8Dans son ouvrage sur la guerre civile, Claudio Pavone cite plusieurs témoignages invoquant la trahison du roi et de l’état-major pour légitimer la RSI, également pour inciter les soldats à rejoindre le fascisme républicain dans la mesure où la trahison du monarque les libérait du serment de fidélité qu’ils lui avaient prêté10.

  • 11 Voir O. Forlin, Le fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels, Paris, La Découverte, 2013, p. 2 (...)
  • 12 M. Forno, La stampa del ventennio : strutture e trasformazioni nello Stato totalitario, Soveria Ma (...)
  • 13 A. Pedio, La cultura del totalitarismo imperfetto : il Dizionario di politica del Partito nazional (...)
  • 14 Voir, parmi les historiens, les travaux de R. Paxton, Le fascisme en action, Paris, Le Seuil, 2004 (...)

9Il est incontestable que le fascisme a adopté, à l’égard de la République, en tant qu’idée et institution, une attitude faite de pragmatisme et d’opportunisme politique. Ceci a des conséquences sur l’analyse de la nature du régime fasciste. C’est en effet l’argumentaire des historiens et politistes estimant que le fascisme ne fut pas un régime totalitaire, mais seulement un système autoritaire, qui est ici conforté11. Certains auteurs parlent d’« inachèvement » ou d’« échec » de la construction totalitaire12, d’autres de « totalitarisme imparfait »13. Si d’aucuns admettent que le fascisme eut un projet totalitaire, ils insistent sur son incapacité à concrétiser ses ambitions dans la pratique politique car il s’est heurté, sur la voie du totalitarisme, à de nombreux obstacles : parmi eux figurent, à côté de l’Église, de la bureaucratie et du poids des notables locaux, l’institution monarchique et la hiérarchie militaire restée fidèle au roi14.

Dynamique totalitaire et forme du régime fasciste

  • 15 R. De Felice, Intervista sul fascismo, M. A. Ledeen éd., Introduzione de G. Belardelli, Rome-Bari, (...)

10À l’évidence, le positionnement du fascisme vis-à-vis de l’idée et de l’institution républicaines fut la résultante des stratégies politiques du moment et d’une série d’adaptations aux circonstances intérieures et internationales en 1943-1945. Toutefois, d’autres éléments, lesquels militent en faveur d’une filiation de l’idéologie fasciste avec des courants républicains et révolutionnaires de la fin du xviiie siècle et du xixe siècle, doivent être envisagés pour analyser la question du rapport du fascisme à l’idée républicaine. Le fascisme ne s’exprima en effet pas d’une seule voix sur le sujet de la forme à donner au régime politique. Il convient de revenir à la distinction entre les deux grands courants constitutifs du fascisme opérée par Renzo De Felice au milieu des années soixante-dix. Celui du fascisme-mouvement, associant les groupes de tendance révolutionnaire du fascisme, dominant jusqu’en 1921, s’était prononcé à l’origine pour l’établissement d’un régime républicain. Celui du fascisme-régime, composé d’éléments conservateurs favorables au compromis avec les forces politiques et sociales traditionnelles issues de l’Italie libérale, n’était quant à lui pas opposé au maintien de la monarchie. Cette seconde mouvance imposa ses vues, en particulier à partir de 1921 et de la création du PNF, puis de manière continue pendant le Ventennio. Toutefois, s’il devint minoritaire après 1921, le fascisme-mouvement ne disparut pas et gagna à nouveau en influence lors du durcissement totalitaire entre 1936 et 194015. Il continua à faire vivre l’idéal républicain, un idéal renvoyant à deux éléments étroitement liés entre eux : le dessein d’établir un régime totalitaire chargé de faire surgir l’homme nouveau et de créer une nouvelle civilisation dont l’idéologie s’inscrirait dans l’héritage des républicains et révolutionnaires italiens du xixe et du début du xxe siècle, dans celui du jacobinisme français et de la pensée rousseauiste.

  • 16 E. Gentile, Le origini dell’ideologia fascista, 1918-1925, Rome-Bari, Laterza, 1975 ; Id., Storia (...)

11L’objectif totalitaire du fascisme-mouvement, présent, selon Emilio Gentile, dans l’horizon idéologique des Faisceaux de combat dès leur création, a mis en jeu la forme du régime puisqu’il supposait une fascisation complète d’un État plaçant à sa tête un seul chef, celui du fascisme16. La monarchie et sa légitimité devaient disparaître. Or, on l’a dit, pour parvenir au pouvoir légalement, Mussolini a dû composer avec l’institution monarchique et le régime a pris la forme, sur le plan institutionnel, d’une “dyarchie” – déséquilibrée –, d’une “cohabitation” entre le chef de l’État et le chef du gouvernement.

12Certes, le roi est resté au sommet de la pyramide institutionnelle ; il a conservé une légitimité indépendante du nouveau régime ainsi que le pouvoir de nommer le chef du gouvernement. Inversement, celui-ci tenait à l’origine sa légitimité du roi qui l’a nommé à cette fonction en octobre 1922. Par ailleurs, le fascisme a contribué à rehausser le prestige du monarque en lui conférant les titres d’Empereur d’Éthiopie en mai 1936 et de roi d’Albanie en avril 1939.

  • 17 P. Foro, L’Italie fasciste, Paris, Armand Colin, 2006, p. 44-55 ; P. Colombo, « Monarchia » et « V (...)

13Mais le fascisme a introduit une série d’innovations institutionnelles tendant à éroder les prérogatives royales et à modifier ou contourner les principes établis par le Statuto. L’évolution s’est faite au profit des principaux organes du pouvoir fasciste et surtout de Mussolini dont la fonction fut qualifiée, par la loi du 24 décembre 1925, de « chef du gouvernement » en remplacement de la dénomination de « président du Conseil » ; la même loi modifia le Statuto en affirmant que « le pouvoir exécutif est exercé par le roi au travers de son gouvernement ». En 1928, plusieurs mesures concernant le Grand Conseil du fascisme contribuèrent à entamer les prérogatives royales. En place depuis 1923, il était élevé, fin 1928, au rang d’organe de l’État tandis que lui était attribué un rôle consultatif sur toutes les questions à caractère constitutionnel, dont celles concernant « la succession au Trône, les attributions et les prérogatives de la Couronne ». Enfin, il obtint le pouvoir de tenir à jour une liste de noms en cas de vacances à la tête du gouvernement ; le roi aurait ainsi eu à choisir parmi les noms proposés, entravant sa capacité à désigner librement le chef du gouvernement17.

  • 18 Voir les travaux de D. Musiedlak, Lo stato fascista e la sua classe politica, 1922-1943, Bologne, (...)

14Le Sénat, dont les membres étaient nommés par le monarque et pour cela considéré comme une chasse gardée de la Couronne, fut l’objet d’un processus de fascisation : si son mode de recrutement ne fut pas modifié, le régime créa en son sein une Union nationale fasciste chargée de regrouper les partisans du régime et de marginaliser les récalcitrants : en 1941, l’Union comptait 447 sénateurs contre seulement 39 restés en dehors de son giron18.

  • 19 Voir E. Gentile, Qu’est-ce que le fascisme ? Histoire et interprétation (2002), Paris, Gallimard ( (...)

15Au cours de la phase du durcissement totalitaire entre 1937 et 1940, la présence de l’institution monarchique paraissait de plus en plus anachronique aux yeux des représentants du fascisme-mouvement qui retrouvèrent alors une influence plus significative qu’au cours des années précédentes. La dynamique totalitaire conduisit à deux conflits entre le régime et Victor-Emmanuel III. En 1938, lorsque Mussolini voulut s’attribuer le titre nouveau de Premier maréchal d’Empire qui l’aurait placé hiérarchiquement au-dessus des maréchaux d’Italie (ils étaient quatre) et remettait en cause la prérogative du roi d’être le commandant suprême en matière militaire. Le monarque réagit vivement en menaçant d’abdiquer. Un compromis fut trouvé et le nouveau titre fut conféré conjointement à Mussolini et au roi, ce qui établissait une sorte d’équivalence entre les deux hommes à la tête de l’armée. L’entrée en guerre de l’Italie en juin 1940 fournit l’occasion d’un nouveau heurt, Mussolini voulant prendre seul le commandement suprême des forces armées. Victor-Emmanuel s’y opposa et un nouveau compromis fut établi, aux termes duquel le Duce recevait le commandement des troupes militaires en opération. Les deux hommes étaient à nouveau placés à un niveau institutionnel équivalent. Le processus d’érosion des prérogatives du monarque était, par ailleurs, favorisé par le renforcement du pouvoir symbolique de Mussolini dans les domaines militaire et diplomatique, et en ce qui concernait l’identification aux valeurs de la nation. Le Duce confortait sa figure de chef de guerre, de décideur sur la scène internationale et de bâtisseur de l’unité nationale19.

  • 20 R. De Felice, Mussolini, il Duce, vol. II : Lo Stato totalitario (1936-1940), Turin, Einaudi, 1981 (...)
  • 21 G. Bottai, Diario (1935-1944), G. B. Guerri éd., Milan, Rizzoli, 2001, p. 124.

16La dynamique de construction du régime totalitaire supposait à terme la suppression de l’institution monarchique, perspective sérieusement envisagée par une partie des responsables fascistes, en particulier chez les partisans du fascisme-mouvement. La décision d’engager le régime sur la voie du raidissement totalitaire après 1936 était en partie due aux inquiétudes de Mussolini concernant sa succession, l’absence de formation d’une nouvelle classe dirigeante et l’insuffisante fascisation des esprits20. Il craignait, au cas où il vint à disparaître, une remise en selle de l’ancienne classe dirigeante et un retour à l’État libéral que permettaient d’envisager, même amoindries, les prérogatives royales. Aussi Mussolini et plusieurs responsables fascistes, à l’instar de Giuseppe Bottai21, imaginaient se débarrasser de la monarchie à l’occasion de la succession de Victor-Emmanuel III (il était né en 1869). Hitler, cumulant les fonctions de chancelier et de président du Reich après la mort de Hindenburg en août 1934, pouvait constituer un précédent.

  • 22 G. Belardelli, Il Ventennio degli intellettuali. Cultura, politica, ideologia nell’Italia fascista(...)

17À l’appui de ce dessein antimonarchique, certains fascistes invoquaient le passé romain. Si le fascisme se réclamait prioritairement de la Rome impériale, en particulier à partir du milieu des années trente dans une perspective d’expansion extérieure, les références à la Rome républicaine ne furent pas absentes des discours. Elles fournissaient, outre un exemple de rigueur morale des citoyens, un modèle d’identification de l’individu à la vie de l’État comme préfiguration de la communauté totalitaire22.

  • 23 Il est difficile de l’inscrire dans l’un des deux grands courants du fascisme, sa conception du fa (...)
  • 24 Mussolini a repris cette idée dans son discours d’Udine en septembre 1922.
  • 25 G. Belardelli, Il Ventennio degli intellettuali, ouvr. cité, p. 101-102.
  • 26 Ibid., p. 133-137. Volpe avait publié en 1939 un portait de Victor-Emmanuel III aux éditions de l’ (...)

18Si la question du maintien ou non de la monarchie était ainsi posée, notamment après 1936, des responsables et des intellectuels fascistes, particulièrement parmi les représentants du fascisme-régime, demeuraient partisans de la Couronne. Gioacchino Volpe23, auteur d’une histoire du mouvement fasciste, un des théoriciens du fascisme (il rédigea la partie historique de l’article « Fascisme » (1932) de L’Encyclopédie italienne), défendait cette position. Dès 1921, il avait mis en garde Mussolini à propos de ses choix républicains susceptibles d’éloigner du fascisme ceux qui, parmi les proches du mouvement et même parmi ses militants, ne voulaient pas remettre en cause les institutions existantes. Volpe considérait la monarchie comme un élément essentiel de la cohésion nationale24 et un allié majeur du fascisme dans la perspective de l’accession au pouvoir25. Peu favorable au lent mais continu processus d’érosion des prérogatives royales mis en œuvre par le régime fasciste, il continua à concevoir le fascisme comme « révolution dans le cadre de la monarchie » à la fin des années trente. Après la chute de Mussolini en juillet 1943, il se sentit lié au roi plus qu’au Duce, voyant dans la monarchie l’élément de continuité et d’unité de la nation26.

L’héritage républicain et révolutionnaire de l’idéologie fasciste

  • 27 Sur la matrice de gauche de l’idéologie fasciste, voir les travaux de Z. Sternhell, M. Sznajder et (...)

19Une partie des groupes ayant adhéré au premier fascisme en 1919 étaient issus de divers mouvements de gauche de tendance révolutionnaire et porteurs d’un idéal républicain. Parmi eux figuraient les socialistes intransigeants emmenés par Mussolini, les syndicalistes révolutionnaires devenus nationalistes au cours de la guerre de Libye et lors de la Grande Guerre27, des représentants de l’avant-garde culturelle, notamment des futuristes, et des membres du parti républicain. Tous furent marqués par l’engagement interventionniste en 1914-1915, rejoignirent les Faisceaux de combat en 1919, puis adhérèrent au PNF. Ils conservèrent au sein du fascisme leur orientation de gauche révolutionnaire, constituant le fascisme-mouvement, dans la mesure où son objectif majeur était de construire un État totalitaire chargé de régénérer l’homme et la société. Il prétendait apporter une réponse à la crise de la civilisation démocratique et libérale marquée, depuis les dernières décennies du xixe siècle, par l’atomisation des sociétés européennes, le développement de l’individualisme, le matérialisme, les dysfonctionnements de la démocratie parlementaire incapable de résoudre le problème de la mauvaise intégration des masses dans l’État. Il estimait que le fascisme incarnait une « vraie démocratie » ou « démocratie totalitaire », seule en mesure d’intégrer le peuple à l’État en assurant sa participation à travers le système des corporations, les manifestations publiques (cérémonies, rituels collectifs), les organisations fascistes chargées d’encadrer la population (organisations de jeunesse, de loisirs, etc.).

  • 28 G. Belardelli, Il Ventennio degli intellettuali, ouvr. cité, p. 245-252. Voir aussi O. Forlin, Le (...)
  • 29 J.-L. Talmon, Les origines de la démocratie totalitaire (1952), trad. fr. Paris, Calmann-Lévy, 196 (...)
  • 30 R. De Felice, Intervista sul fascismo, ouvr. cité, p. 53-55 et 105-106.
  • 31 G. L. Mosse, « Fascism and the French Revolution », Journal of Contemporary History, 24, n° 1, jan (...)

20Les diverses composantes de cette gauche fasciste étaient les héritières de la tradition démocratique et républicaine radicale du xixe siècle et, au-delà, du courant jacobin de la Révolution française et de la pensée rousseauiste (la réflexion sur la Volonté générale), comme l’ont montré Renzo De Felice et George Mosse28. Les deux historiens s’inscrivent dans le filon interprétatif élaboré par Jacob Talmon, qui a défini les traits d’une démocratie totalitaire dont les origines remontent à Rousseau et au jacobinisme et a perduré au xxe siècle dans le communisme29. Ce cadre conceptuel a été repris par De Felice et Mosse pour être appliqué au fascisme envisagé comme une forme de totalitarisme de gauche30. George Mosse a montré que le fascisme s’inscrivait en partie dans l’héritage de la Révolution française qu’il a identifié à l’expérience jacobine31. Certes, le fascisme a vivement critiqué certains fondements de 1789 (la loi du nombre, celle de la majorité, le principe représentatif), reconnaissant toutefois une partie des acquis (en particulier l’égalité juridique), et il s’est inscrit dans la modernité ouverte par la Révolution pour tenter de la dépasser.

  • 32 G. L. Mosse, The Nationalization of the Masses. Political Symbolism and Mass Movements in Germany (...)

21George Mosse a mis en relief le « style politique » inventé par le jacobinisme, repris au xixe siècle par les courants nationalistes démocratiques et adopté par fascisme32. Il consiste à mobiliser les masses et à les intégrer au moyen de cérémonies et de rites, concrétisant le principe de Volonté générale cher à Rousseau. Les mythes, les symboles et rites dessinent les contours d’une religion civile permettant la participation et l’intégration des masses, leur faisant éprouver le sentiment d’appartenance à une communauté organique, à une entité collective indivisible. Les jacobins, comme les démocrates du premier xixe siècle, cherchaient à faire coïncider liberté individuelle et suprématie de la communauté organique. Ils étaient méfiants envers le système représentatif au regard des restrictions apportées au droit de vote par les libéraux et, lorsque le suffrage universel masculin fut établi, en raison des votes conservateurs d’une majorité de citoyens (ainsi lors des élections à l’Assemblée nationale constituante puis législative en 1848 et 1849 en France). Afin de supprimer ce hiatus et de mettre en adéquation choix individuels et objectifs de la communauté homogène, les jacobins et leurs héritiers imposaient le principe de régénération des individus par une pédagogie politique. Le processus conduisait à légitimer le pouvoir d’une minorité éclairée.

  • 33 E. Gentile, La religion fasciste. La sacralisation de la politique dans l’Italie fasciste (1993), (...)

22Au cours de la seconde moitié du xixe siècle, la démocratie représentative, qui évacuait le peuple comme entité indivisible, est née de la synthèse entre le système libéral représentatif et le suffrage universel. Elle fut rejetée par le courant de la démocratie radicale, qui reçut alors le renfort de représentants de l’anarchisme (partisans de la démocratie directe, du mandat impératif, etc.). Le fascisme, hostile à la démocratie représentative et parlementaire qu’il opposait à la « vraie démocratie », totalitaire, a intégré cette tradition démocratique radicale. Sa filiation avec le jacobinisme était tangible, outre les thèmes évoqués précédemment, dans les conceptions de la sacralisation de la nation, du rôle de l’État, de la violence en politique, etc., qui, avec l’usage de mythes, rites et symboles, ont déterminé la religion politique fasciste33.

  • 34 S. Levis Sullam, L’apostolo a brandelli. L’eredità di Mazzini tra Risorgimento e fascismo, Rome-Ba (...)
  • 35 M. Di Napoli, « Mazzini e il fascismo », Mazzini e il Novecento, A. Bocchi et D. Menozzi éd., Pise (...)
  • 36 M. Tesoro, « L’interventismo democratico e la tradizione repubblicana », Mazzini e il Novecento, p (...)
  • 37 Sur le personnage et la pensée de Mazzini, voir G. Belardelli, Mazzini, Bologne, Il Mulino, 2011. (...)
  • 38 P. Benedetti, « Mazzini in “camicia nera” », Annali della fondazione Ugo La Malfa, XXII, 2007, p.  (...)
  • 39 Entre autres dans le Manifeste des intellectuels italiens fascistes de 1925 et dans l’article « Fa (...)
  • 40 G. Bottai, « Regime rappresentativo », Gerarchia, avril 1933, Il Ventennio degli intellettuali, ou (...)
  • 41 Voir F. Attal, Histoire des intellectuels italiens au xxe siècle. Prophètes, philosophes et expert (...)
  • 42 P. Buchignani, « Il mito del Risorgimento tradito nella cultura post-unitaria novecentesca », Qual (...)
  • 43 B. Spampanato, Democrazia fascista (1933), dans Autobiografia del fascismo, ouvr. cité, p. 308-311
  • 44 Voir sa conférence prononcée à Rome en mars 1924 : « Il fascismo come rivoluzione intellettuale », (...)
  • 45 D. Grandi, Le origini e la missione del fascismo (1922), dans Autobiografia del fascismo, ouvr. ci (...)
  • 46 P. Benedetti, art. cité, p. 159-184.
  • 47 M. Di Napoli, « Mazzini e il fascismo », art. cité, p. 179-180.

23L’intermédiaire entre le fascisme et le courant démocratique-républicain radical est représenté par la tradition mazzinienne. Cette lecture est contestée par plusieurs historiens, à l’instar de Simon Levis Sullam qui refuse de relier Mazzini au filon de la « démocratie totalitaire » mis au jour par Jacob Talmon, comme il refuse d’invoquer une filiation avec le jacobinisme pour expliquer le glissement des socialistes maximalistes, derrière Mussolini, vers des positions qui conduiront aux origines du fascisme34. Mario Di Napoli insiste sur l’instrumentalisation de plusieurs des thèses mazziniennes par le fascisme35. Marina Tesoro souligne, quant à elle, l’importance de la référence mazzinienne dans les courants de l’antifascisme non marxiste (républicains, giellistes)36. Néanmoins, afin de mettre en évidence une captation à caractère instrumental, on ne peut ignorer que la figure et la pensée de Mazzini ont été fréquemment évoquées dans le discours fasciste37. Celui dont la maison a été déclarée monument national en 1925 par le régime a été érigé au statut de « précurseur » du fascisme : celui-ci pouvait ainsi s’inscrire dans la continuité du “vrai” Risorgimento, se présenter comme le régime qui allait achever le processus unitaire – interrompu par la bourgeoisie libérale qui l’avait confisqué à son profit – dans sa dimension populaire incarnée par Mazzini38. Cette thématique, abondamment développée dans ses réflexions sur le fascisme par Giovanni Gentile39, était aussi reprise par Giuseppe Bottai40, dont pourtant les positions étaient en partie éloignées de celles de Gentile. Elle légitimait l’idée de la révolution fasciste comme révolution nationale et populaire tendue vers l’objectif de l’intégration des masses41. Dans cette perspective de l’intégration, outre les organisations du régime et les manifestations publiques, le corporatisme avait un rôle central, permettant au fascisme de prétendre réaliser une « vraie démocratie ». Ces idées étaient répercutées par Sergio Pannunzio, venu du syndicalisme42, Bruno Spampanato dans Democrazia fascista43, Giuseppe Bottai44, Dino Grandi, issu de la mouvance républicaine45, Giovanni Gentile et Mussolini, par exemple dans son discours de l’Ascension en 192746. Pour souligner sa filiation avec Mazzini sur ce point précis, le discours fasciste se référait aux thèmes de l’association, de la solidarité nationale, de la collaboration entre classes. Ce faisant, la réflexion mazzinienne, qui n’entendait pas faire « disparaître » l’individu dans la vie sociale, était manifestement déformée47.

  • 48 P. Benedetti, art. cité, p. 179-189 ; S. Levis Sullam, L’apostolo a brandelli, ouvr. cité, p. 75-8 (...)
  • 49 Voir J.-Y. Frétigné, Les conceptions éducatives de Giovanni Gentile. Entre élitisme et fascisme, P (...)
  • 50 P. Benedetti, art. cité, p. 189-206.
  • 51 G. Belardelli, Il Ventennio degli intellettuali, ouvr. cité, p. 256.

24Le fascisme s’inscrivait dans la tradition mazzinienne également par sa conception totalitaire de la politique (le peuple ou communauté comme entité indivisible), son caractère de religion politique rappelant la réflexion de Mazzini sur la dimension religieuse de la politique, sur l’action politique conçue comme mission, sur la religion de la patrie, la sacralisation de la nation. Très présentes dans les réflexions de Giovanni Gentile, les références à Mazzini sur ces questions permettaient au philosophe de mettre en relief le caractère totalitaire de la doctrine fasciste48. Le fascisme partageait enfin avec le mazzinianisme deux autres idées : celle d’une régénération de l’homme par l’éducation et la pédagogie politique, thème récurrent à nouveau chez Gentile49, présent également, entre autres, chez Bottai ou Balbo50 ; et la volonté commune comme fondement de l’idée nationale (même si l’idée de nation fasciste s’appuyait également sur des éléments naturalistes)51.

  • 52 G. Parlato, La sinistra fascista. Storia di un progetto mancato, Bologne, Il Mulino, 2000.
  • 53 M. Tesoro, « L’interventismo democratico e la tradizione repubblicana », art. cité, p. 143.
  • 54 S. Prezioso, « Expérience de guerre et militantisme républicain en Italie (1914-1926) », European (...)
  • 55 S. Fedele, I repubblicani di fronte al fascismo (1919-1926), Florence, Le Monnier, 1983, p. 124.
  • 56 Ibid., p. 223-225. Voir aussi P. Benedetti, art. cité, p. 163-170.
  • 57 Ibid., p. 174. Voir aussi G. Belardelli, Il Ventennio degli intellettuali, ouvr. cité, p. 141-151  (...)

25Partagée par de nombreux fascistes, la référence mazzinienne était toutefois diversement interprétée. Chacun insistait sur des thèmes différents de la pensée de Mazzini. Ainsi, si parmi les mouvements constituant les premières troupes du fascisme, la référence à Mazzini était très prégnante, le filon syndicaliste, actif dans l’élaboration du projet corporatif52, insistait en priorité sur les thèmes sociaux et l’intégration des masses par le système des corporations, conférant au fascisme les traits d’une vraie démocratie. La tradition mazzinienne était plus implicite chez les représentants du socialisme intransigeant venus au fascisme avec Mussolini. Ils lui devaient un style politique plus que des références à des thèmes précis. Elle était en revanche essentielle chez les militants du parti républicain, dont l’organisation était le dépositaire direct de la réflexion de Mazzini. Certains d’entre eux, marqués par l’interventionnisme et s’appuyant sur une interprétation singulière des thèses mazziniennes53, rejoignirent les Faisceaux de combat en 1919-192054. Le PRI autorisa la double appartenance jusqu’à ce que Fernando Schiavetti, élu secrétaire national du parti en avril 1920, l’interdise, dans une circulaire de mai 1920 et définisse une ligne antifasciste55. À ce moment, des républicains firent le choix de rester fidèles au fascisme et de rompre avec le PRI ; le basculement fut sensible en particulier dans les provinces de Romagne et des Marches où le PRI était bien implanté. Ils créèrent ensuite des organisations républicaines profascistes : aux Faisceaux républicains italiens créés à Gênes dès 1919 s’ajoutèrent l’Union mazzinienne nationale – lancée en octobre 1922 par l’ancien secrétaire général (1916-1920) du PRI, Armando Casalini – et le Parti républicain nationaliste56. D’autres fascistes étaient pareillement issus de la mouvance républicaine ou issus d’un milieu familial influencé par le mazzinianisme, tels Bottai, Grandi, Balbo ou encore l’historien Delio Cantimori qui, jeune intellectuel de l’aile gauche du fascisme dans les années vingt, considérait le fascisme « comme l’artisan de la révolution républicaine, syndicale, nationale de Corridoni et de Mazzini »57.

  • 58 B. Mussolini, « Discorso pronunciato da Radio Monaco il 18 settembre 1943 », Autobiografia del fas (...)
  • 59 B. Spampanato, « Considerazioni sui fatti d’Italia (marzo-aprile 1944) », ibid., p. 488-506.
  • 60 C. Pavone, Une guerre civile, ouvr. cité, p. 225-226, 282.

26Enfin sous la RSI, les références à la tradition mazzinienne furent à nouveau multipliées. Dans son discours du 18 septembre 1943, Mussolini donnait le ton en affirmant qu’en matière de traditions, l’Italie en comptait « plus de républicaines que de monarchiques » et que « plus que par les monarchistes, la liberté et l’indépendance furent voulues par le courant républicain et par son plus pur et son grand apôtre Giuseppe Mazzini »58. Au printemps 1944, Bruno Spampanato invoquait la référence républicaine et mazzinienne pour fustiger l’ensemble du compromis passé par le fascisme avec la monarchie tout au long du Ventennio, estimant qu’il avait entravé la dynamique de la « révolution fasciste ». En lui opposant de nombreux obstacles (Statuto, forces fidèles à la monarchie, etc.), le compromis fut « nocif au fascisme car il aboutit à constitutionaliser, et donc à limiter, l’initiative révolutionnaire du Duce ». Dans le cadre de la RSI, la révolution fasciste, « socialiste et nationale » allait pouvoir, affirmait-il, s’accomplir et renouer ainsi avec le fascisme de 191959. Aussi n’est-il pas surprenant que le régime imprimât des timbres à l’effigie de Mazzini60.

  • 61 R. De Felice, Mussolini, l’alleato, II : La guerra civile (1943-1945), ouvr. cité, en particulier (...)

27Toutefois, dans son dernier volume de la biographie de Mussolini paru en 1997 et resté inachevé, Renzo De Felice estimait que pour Mussolini, l’établissement de la RSI ne signifiait pas un retour au fascisme des origines. Étudiant le discours du 18 septembre 1943, il observa que si les références républicaines étaient bien présentes et que si le Duce insistait sur la trahison du roi, la déchéance de la monarchie n’était pas formellement prononcée. Cette analyse rejoint l’interprétation défélicéenne selon laquelle Mussolini accepta de rétablir un régime fasciste de manière à éviter à l’Italie une occupation allemande directe dont l’avait menacé Hitler. Aussi, le Duce aurait agi par patriotisme, par esprit de sacrifice, cherchant à protéger ses compatriotes et à assurer la continuité de la nation italienne61. Cette fonction, que Mussolini avait reconnue à la monarchie en septembre 1922 dans le discours d’Udine, n’étant plus assurée par la dynastie de Savoie, elle incombait désormais à la RSI. Dans ces conditions, les références à Mazzini dans les discours de dirigeants de la RSI renvoyaient davantage à l’idée de Nation qu’à celle de République. Or, au même moment, la figure de Mazzini était brandie par les partisans qui cherchaient à faire de la Résistance un nouveau Risorgimento. Ainsi, de manière paradoxale, Mazzini, apôtre de l’Unité italienne, devenait une référence affichée dans le cadre de la guerre civile.

28L’attitude du fascisme à l’égard de l’idée et de l’institution républicaines fut la résultante de l’adaptation des dirigeants fascistes aux nécessités politiques du moment. Néanmoins, l’idée républicaine, à travers la tradition mazzinienne, fut également une thématique de l’idéologie fasciste qui reliait celle-ci au filon démocratique radical du xixe siècle, à la pensée de Mazzini et, au-delà, au jacobinisme et au rousseauisme. La référence républicaine conduisit une partie des courants – ceux issus de la gauche – ayant rejoint le fascisme à revendiquer ouvertement l’instauration d’un régime républicain entre 1919 et 1922. Par la suite, eu égard au compromis passé avec la monarchie, l’idée républicaine fut reléguée à l’arrière-plan. Elle demeurait néanmoins présente parmi les fascistes qui avaient pour horizon la construction de l’État totalitaire et cherchaient à éroder les prérogatives royales, voire éliminer l’institution monarchique. À l’automne 1943, elle fut au fondement du nouveau régime fasciste dont il semble cependant que les décisions politiques furent davantage dictées par les circonstances intérieures et internationales, et par le souci de Mussolini d’assurer la continuité de la nation qu’il identifiait à la RSI, que par une volonté de renouer avec le fascisme républicain de 1919.

Top of page

Notes

1 B. Mussolini, « Discorso per la fondazione dei Fasci di Combattimento », Milan, 23 mars 1919, dans R. De Felice, Autobiografia del fascismo. Antologia di testi fascisti, 1919-1945, Turin, Einaudi, 2004, p. 16.

2 Fasci italiani di Combatimento. Orientamenti teorici. Postulati pratici, Milan, 1920, ibid., p. 25-31.

3 B. Mussolini, « Discorso pronunciato a Bologna il 3 aprile 1921 », Il Popolo d’Italia, 5-6 avril 1921, ibid., p. 60-61.

4 B. Mussolini, « Discorso pronunciato a Udine il 20 settembre 1922 », Il Popolo d’Italia, 21 septembre 1922, ibid., p. 122-123. Sur la politique de la monarchie pour tenter de nationaliser les Italiens dans la seconde moitié du xixe siècle, se reporter à C. Brice, Monarchie et identité nationale en Italie (1861-1900), Paris, EHESS, 2010.

5 En 1897, Sidney Sonino avait utilisé la formule « Torniamo al Statuto » pour dénoncer les dysfonctionnements du système parlementaire et exprimer sa volonté de voir le gouvernement n’être responsable que devant le roi. Sur la souplesse du Statuto susceptible d’être interprété dans un sens libéral comme dans un sens autoritaire, voir C. Brice, « Monarchie, État et nation en Italie durant le Risorgimento (1831-1870) », Revue d’histoire du xixe siècle, 44, 2012/1, p. 85-100.

6 « Il Manifesto di Verona (14 novembre 1943) », Autobiografia del fascismo, p. 473.

7 M. Franzinelli, « Le 8 septembre », dans L’Italie par elle-même. Lieux de mémoire italiens de 1848 à nos jours, M. Isnenghi éd., Paris, Rue d’Ulm, 2006, p. 351-382. Voir aussi R. De Felice, Mussolini, l’alleato, II : La guerra civile (1943-1945), Turin, Einaudi, 1997, p. 72-101 ; Id., Les Rouges et les Noirs. Mussolini, la République de Salò et la Résistance, 1943-1945 (Entretien avec Pasquale Chessa) (1995), trad. fr., Genève, Georg, 1999, p. 53-63.

8 B. Mussolini, « Discorso pronunciato da Radio Monaco il 18 settembre 1943 », Autobiografia del fascismo, p. 465.

9 B. Spampanato, « Considerazioni sui fatti d’Italia (marzo-aprile 1944) », ibid., p. 488-506.

10 C. Pavone, Une guerre civile. Essai historique sur l’éthique de la Résistance italienne (1991), Paris, Le Seuil, 2005, p. 69-72, 80, 146-151.

11 Voir O. Forlin, Le fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels, Paris, La Découverte, 2013, p. 258-266.

12 M. Forno, La stampa del ventennio : strutture e trasformazioni nello Stato totalitario, Soveria Mannelli, Rubettino, 2005.

13 A. Pedio, La cultura del totalitarismo imperfetto : il Dizionario di politica del Partito nazionale fascista, Milan, Unicopoli, 2000.

14 Voir, parmi les historiens, les travaux de R. Paxton, Le fascisme en action, Paris, Le Seuil, 2004 ; M. Tarchi, Fascismo. Teorie, interpretazioni e modelli, Rome-Bari, Laterza, 2003 ; D. Breschi, « Recent italian historiography on italian fascism », Telos, 133, 2005, p. 15-44 ; A. De Bernardi, Una dittatura moderna. Il fascismo come problema storico, Milan, Mondadori, 2001. Voir aussi les travaux du juriste S. Cassese, Lo Stato fascista, Bologne, Il Mulino, 2010 (L’Italie, le fascisme et l’État. Continuités et paradoxes, trad. et préface d’E. Vial, Paris, Rue d’Ulm, 2014), dont il a été rendu compte dans Laboratoire italien (http://laboratoireitalien.revues.org/882).

15 R. De Felice, Intervista sul fascismo, M. A. Ledeen éd., Introduzione de G. Belardelli, Rome-Bari, Laterza, 1997 (1re édition : 1975), particulièrement p. 27-46.

16 E. Gentile, Le origini dell’ideologia fascista, 1918-1925, Rome-Bari, Laterza, 1975 ; Id., Storia del partito fascista, 1919-1922. Movimento e milizia, Rome-Bari, Laterza, 1989 ; Id., La voie italienne au totalitarisme. Le parti et l’État sous le régime fasciste (1995), trad. fr., Monaco, Le Rocher, 2004.

17 P. Foro, L’Italie fasciste, Paris, Armand Colin, 2006, p. 44-55 ; P. Colombo, « Monarchia » et « Vittorio Emanuele III di Savoia », Dizionario del fascismo, V. De Grazia et S. Luzzatto éd., vol. II, Turin, Einaudi, 2002-2003, p. 149-153 et p. 796-798.

18 Voir les travaux de D. Musiedlak, Lo stato fascista e la sua classe politica, 1922-1943, Bologne, Il Mulino, 2003 ; Id., Parlementaires en chemise noire, Italie, 1922-1943, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007.

19 Voir E. Gentile, Qu’est-ce que le fascisme ? Histoire et interprétation (2002), Paris, Gallimard (Folio), 2004, chap. 6, p. 177-227.

20 R. De Felice, Mussolini, il Duce, vol. II : Lo Stato totalitario (1936-1940), Turin, Einaudi, 1981; Id., Le fascisme, un totalitarisme à l’italienne ?, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1988.

21 G. Bottai, Diario (1935-1944), G. B. Guerri éd., Milan, Rizzoli, 2001, p. 124.

22 G. Belardelli, Il Ventennio degli intellettuali. Cultura, politica, ideologia nell’Italia fascista, Rome-Bari, Laterza, 2003, p. 219.

23 Il est difficile de l’inscrire dans l’un des deux grands courants du fascisme, sa conception du fascisme, pourtant de « matrice nationale-libérale », le situant dans une posture intermédiaire. Voir le chapitre que lui consacre G. Belardelli, Il Ventennio degli intellettuali, ouvr. cité, p. 97-140 (p. 117 pour la citation).

24 Mussolini a repris cette idée dans son discours d’Udine en septembre 1922.

25 G. Belardelli, Il Ventennio degli intellettuali, ouvr. cité, p. 101-102.

26 Ibid., p. 133-137. Volpe avait publié en 1939 un portait de Victor-Emmanuel III aux éditions de l’Istituto di Studi per la Politica internazionale (ISPI) de Milan, dont il était le directeur.

27 Sur la matrice de gauche de l’idéologie fasciste, voir les travaux de Z. Sternhell, M. Sznajder et M. Ashéri, Naissance de l’idéologie fasciste (1989), Paris, Gallimard (Folio), 1994.

28 G. Belardelli, Il Ventennio degli intellettuali, ouvr. cité, p. 245-252. Voir aussi O. Forlin, Le fascisme, ouvr. cité, p. 132-134.

29 J.-L. Talmon, Les origines de la démocratie totalitaire (1952), trad. fr. Paris, Calmann-Lévy, 1966. Sur cette question des origines démocratiques du totalitarisme, voir les travaux de B. Bruneteau, « Une logique “démocratique” pour le totalitarisme ? Retour sur le paradigme de Jakob L. Talmon », Les logiques totalitaires en Europe, S. Courtois éd., Monaco, Le Rocher, 2006, p. 57-82 ; Id., Les totalitarismes (1999), Paris, Armand Colin, 2014 ; Id., « La Révolution française aux origines du totalitarisme ? Retour sur un débat récurrent », Histoire & liberté, 58, octobre 2015, p. 73-85.

30 R. De Felice, Intervista sul fascismo, ouvr. cité, p. 53-55 et 105-106.

31 G. L. Mosse, « Fascism and the French Revolution », Journal of Contemporary History, 24, n° 1, janvier 1989, p. 5-23. Voir aussi A. Tarquini, Storia della cultura fascista, Bologne, Il Mulino, 2011, p. 141-145.

32 G. L. Mosse, The Nationalization of the Masses. Political Symbolism and Mass Movements in Germany from the Napoleonic Wars through the Third Reich, New York, Howard Fertig, 1975.

33 E. Gentile, La religion fasciste. La sacralisation de la politique dans l’Italie fasciste (1993), trad. fr., Paris, Perrin, 2002.

34 S. Levis Sullam, L’apostolo a brandelli. L’eredità di Mazzini tra Risorgimento e fascismo, Rome-Bari, Laterza, 2010, p. 103-104.

35 M. Di Napoli, « Mazzini e il fascismo », Mazzini e il Novecento, A. Bocchi et D. Menozzi éd., Pise, ETS, 2010, p. 169-182.

36 M. Tesoro, « L’interventismo democratico e la tradizione repubblicana », Mazzini e il Novecento, p. 139-168.

37 Sur le personnage et la pensée de Mazzini, voir G. Belardelli, Mazzini, Bologne, Il Mulino, 2011. En français, J.-Y. Frétigné, Giuseppe Mazzini, Père de l’Unité italienne, Paris, Fayard, 2006.

38 P. Benedetti, « Mazzini in “camicia nera” », Annali della fondazione Ugo La Malfa, XXII, 2007, p. 171-179.

39 Entre autres dans le Manifeste des intellectuels italiens fascistes de 1925 et dans l’article « Fascisme » paru dans L’Encyclopédie italienne en 1932. Par ailleurs, dans son volume I profeti del Risorgimento italiano (1e édition : 1923, Vallecchi), Gentile consacre deux des sept chapitres, parmi les plus longs, à Mazzini.

40 G. Bottai, « Regime rappresentativo », Gerarchia, avril 1933, Il Ventennio degli intellettuali, ouvr. cité, p. 244.

41 Voir F. Attal, Histoire des intellectuels italiens au xxe siècle. Prophètes, philosophes et experts, Paris, Les Belles Lettres, 2013, p. 132-135.

42 P. Buchignani, « Il mito del Risorgimento tradito nella cultura post-unitaria novecentesca », Quale Risorgimento ? Interpretazioni a confonto tra fascismo, Resistenza e nascita della Repubblica, C. Calabro et M. Lenci éd., Pise, ETS, 2013, p. 41-61.

43 B. Spampanato, Democrazia fascista (1933), dans Autobiografia del fascismo, ouvr. cité, p. 308-311.

44 Voir sa conférence prononcée à Rome en mars 1924 : « Il fascismo come rivoluzione intellettuale », ibid., p. 136-146. Voir F. Attal, Histoire des intellectuels italiens, ouvr. cité, p. 137-138.

45 D. Grandi, Le origini e la missione del fascismo (1922), dans Autobiografia del fascismo, ouvr. cité, p. 102-109.

46 P. Benedetti, art. cité, p. 159-184.

47 M. Di Napoli, « Mazzini e il fascismo », art. cité, p. 179-180.

48 P. Benedetti, art. cité, p. 179-189 ; S. Levis Sullam, L’apostolo a brandelli, ouvr. cité, p. 75-81 ; Id., « “Pensiero e azione” : Giovanni Gentile e il fascismo tra Mazzini, Vico (e Sorel) », Annali delle Fondazione L. Einaudi, XXXV, 2001, p. 193-217.

49 Voir J.-Y. Frétigné, Les conceptions éducatives de Giovanni Gentile. Entre élitisme et fascisme, Paris, L’Harmattan, 2006.

50 P. Benedetti, art. cité, p. 189-206.

51 G. Belardelli, Il Ventennio degli intellettuali, ouvr. cité, p. 256.

52 G. Parlato, La sinistra fascista. Storia di un progetto mancato, Bologne, Il Mulino, 2000.

53 M. Tesoro, « L’interventismo democratico e la tradizione repubblicana », art. cité, p. 143.

54 S. Prezioso, « Expérience de guerre et militantisme républicain en Italie (1914-1926) », European Review of History - Revue européenne d’histoire, 13, 1, mars 2006, p. 141-161, et dans ce numéro de Laboratoire italien : Id., « Guerre et “subversion patriotique” : les républicains italiens face au premier conflit mondial et à ses usages politiques ».

55 S. Fedele, I repubblicani di fronte al fascismo (1919-1926), Florence, Le Monnier, 1983, p. 124.

56 Ibid., p. 223-225. Voir aussi P. Benedetti, art. cité, p. 163-170.

57 Ibid., p. 174. Voir aussi G. Belardelli, Il Ventennio degli intellettuali, ouvr. cité, p. 141-151 ; F. Attal, Histoire des intellectuels italiens, ouvr. cité, p. 149.

58 B. Mussolini, « Discorso pronunciato da Radio Monaco il 18 settembre 1943 », Autobiografia del fascismo, ouvr. cité, p. 467.

59 B. Spampanato, « Considerazioni sui fatti d’Italia (marzo-aprile 1944) », ibid., p. 488-506.

60 C. Pavone, Une guerre civile, ouvr. cité, p. 225-226, 282.

61 R. De Felice, Mussolini, l’alleato, II : La guerra civile (1943-1945), ouvr. cité, en particulier p. 343-349 ; Id., Les Rouges et les Noirs, ouvr. cité, p. 119-120.

Top of page

References

Electronic reference

Olivier Forlin, « Fascisme et République », Laboratoire italien [Online], 19 | 2017, Online since 06 March 2017, connection on 29 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/1293 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.1293

Top of page

About the author

Olivier Forlin

Olivier Forlin est agrégé d’histoire et maître de conférences en histoire contemporaine à Université Grenoble-Alpes, dans le Laboratoire universitaire, histoire, culture, Italie, Europe (LUHCIE). Ses domaines de recherche sont l’histoire des relations culturelles et politiques franco-italiennes aux XXe et XXIe siècles, l’historiographie et la mémoire du fascisme en France et en Italie, l’histoire des intellectuels en France aux XXe et XXIe siècles. Parmi ses dernières publications : Les intellectuels français et l’Italie (1945-1955). Médiation culturelle, engagements et représentations, Paris, L’Harmattan, 2006 ; L’idée nationale en Italie : du processus d’unification aux déchirements de la guerre civile (fin XVIIIe-début XXIe siècle) (O. Forlin éd.), Paris, L’Harmattan, 2010 ; Le Fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels, Paris, La Découverte, 2013.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page