Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Philologie et politique

Pour un lexique politique de la Renaissance : la situation linguistique italienne au début du XVIe siècle

Mario Pozzi
Traduction de Jean-Louis Fournel
p. 41-59

Résumés

Cet article voudrait mettre en évidence la situation difficile dans laquelle la langue nationale italienne encore fragile (et convenant uniquement à la poésie lyrique et à la prose d’art) se trouva lorsqu’il s’agit d’exprimer les réalités politiques nouvelles en Italie et en Europe dans le premier XVIesiècle. La situation italienne était beaucoup plus complexe que la situation européenne: dans les nombreux petits États qui la composaient émergeaient des concepts qui n’étaient pas encore clairs et d’ailleurs, même pour ceux qui tendaient à devenir clairs, la façon de les exprimer ne l’était pas. Ceux qui écrivaient en latin finissaient inévitablement par occulter la réalité politique moderne. Du fait d’une série de coïncidences (qui ne sont pas forcément dues au hasard), Florence, au tournant des XVe et XVIesiècles, fut amenée à discuter de problèmes politiques concrets, avec une participation large de ses citoyens, et à le faire à l’aide d’une langue vivace. Ce fut alors une sorte de laboratoire pour la langue de la politique, où non seulement on discutait des problèmes politiques et militaires courants mais où on cherchait également à trouver une meilleure structure pour l’État. D’autres États italiens pouvaient se prévaloir d’une production de textes politiques de grande qualité: ainsi Venise, dont la diplomatie était fameuse et constituait un modèle remarquable et vainement imité. Les relations que ses ambassadeurs rédigeaient au terme de leur mission étaient célèbres et fort recherchées par les contemporains. Mais Venise était profondément différente de Florence. Sur la lagune, on n’observait pas la naissance d’une nouvelle pensée politique, on ne discutait pas de la forme de l’État, mais on acceptait celle, fort compliquée, qui venait de la tradition. Ainsi commença l’élaboration d’une langue adaptée à la politique qui, en un premier temps, n’avait certes pas une structure dans laquelle « tout se tient» et qui d’ailleurs, pendant longtemps, présenta lacunes et incertitudes. Dans ces conditions, « ficher» les termes en les séparant de leur contexte est encore plus dangereux que de coutume. Pour comprendre leur valeur réelle, il faut les maintenir dans leur contexte et reconstruire leur champ de signification en tenant compte des champs sémantiques proches (et de l’histoire du concept).

Haut de page

Notes de la rédaction

Langue d’origine : italien

Texte intégral

  • 1 Les traducteurs en sont parfaitement conscients : ils doivent comprendre, puis rendre correctement (...)

1Entre le xve et le xvie siècle, l’Italie connut une série de crises qui bouleversèrent une bonne partie de ses institutions politiques. Pendant que le droit restait fidèle aux vieilles normes de la jurisprudence romaine (et que de grands lettrés, tel Alciat, continuaient même à libérer les textes juridiques des scories, des interprétations erronées et des malentendus qui inévitablement s’étaient accumulés au fil des siècles), de nouvelles constructions étatiques voyaient le jour dans la péninsule : pour la plupart, elles étaient arbitraires et fondées sur la violence (même si celle-ci pouvait être légitimée par des formes de reconnaissance impériale ou pontificale). Elles venaient s’ajouter à des constructions médiévales (voire les remplaçaient) qui, le plus souvent, n’étaient d’ailleurs pas moins arbitraires. Ces nouvelles formes d’État – comme celles qui les avaient précédées – étaient très variées et il s’avère impossible de les étudier avec les mêmes critères. En outre, l’enquête se complique encore quand on rappelle que, si les institutions et les « actions» de la politique pouvaient être fort différentes, les mots qui désignaient les unes et les autres n’étaient pas toujours différents. Les mots prirent souvent des sens très variés, dépendant de la réalité politique à laquelle ils s’appliquaient : ils conservèrent une valeur précise seulement quand ils furent utilisés pour des États « dont on n’a jamais vu ni su qu’ils existaient vraiment» (Le Prince, XV), à savoir pour des gouvernements imaginaires qui apparaissaient dans les pages des livres mais pas dans la pratique. Doge, pour ne donner qu’un exemple très banal, renvoyait à Venise à la magistrature suprême de la république élue à vie par le grand conseil; mais le doge était aussi la magistrature suprême de la république de Gênes, élue sans que soit déterminée la durée du mandat, puis, à partir de 1529, pour deux ans et avec des pouvoirs très réduits. Et le gonfalonier de la république de Florence était aussi appelé doge, sans même parler des chefs d’autres cités. Et ce n’est pas fini. Le « duc» de Florencefut aussi appelé Doge. Il s’agit là d’une situation qui rend complexe et souvent incertain le langage politique : la langue de la jurisprudence n’est pas encore capable d’exprimer les nouvelles réalités et aspirations ou encore, si l’on préfère, les idées ne sont pas suffisamment claires pour pouvoir être traduites en mots1.

  • 2 Voir, à ce propos, ma préface à l’édition bilingue des Asolani de Bembo (P. Bembo, Les Azolains, M. (...)

2Des changements se sont produits dans toute l’Europe. La situation de l’Italie, toutefois, était très particulière et beaucoup plus complexe : divisée en de nombreux petits États aux formes les plus variées, elle était à l’origine d’une multitude de concepts qui n’étaient pas encore tous très clairs; et même quand, à l’occasion, ils devenaient plus clairs, on ne savait pas trop comment les exprimer. C’étaient les années durant lesquelles le florentin – déjà hégémonique au xive siècle grâce à Dante, Pétrarque et Boccace – devint la langue de la littérature nationale italienne; et elle le devint non pas par droit de conquête mais parce que « d’autres» (qui n’étaient pas Florentins) décidèrent de l’accepter au nom du prestige que son passé lui conférait. Ce prestige était de nature exclusivement littéraire et se fondait surtout sur la leçon de Pétrarque. Dante ne fit pas école : sa matière était trop médiévale; le Décaméron était encore considéré comme un livre appartenant à la littérature d’évasion. Bembo mit au jour les grandes qualités artistiques du recueil, mais nombreux furent ceux qui n’étaient pas prêts à accepter un tel livre de nouvelles comme modèle; Bembo lui-même d’ailleurs, incapable d’accepter l’intégralité de la matière et de proposer la nouvelle comme genre principal de la prose en langue vulgaire, finit par faire de Boccace un modèle exclusivement grammatical et stylistique, tandis que les Rime sparse de Pétrarque faisaient figure de modèle à tout point de vue : style, métrique, contenu (l’aveu d’amour), etc. Il advint
ainsi que la nouvelle littérature se confronta au latin en se fondant au début presque uniquement sur la poésie amoureuse, dont Bembo montra l’importance dans les Asolani2, en révélant de nombreux thèmes qui pouvaient être utilisés par ceux qui écrivaient de la poésie en langue vulgaire.

3Le processus d’unification linguistique et littéraire à ses débuts fut donc très limité. Avant le xvie siècle, en Italie, il y avait différentes langues : l’unité culturelle était garantie par une langue universelle, à savoir le latin, qui était orgueilleusement perçue par les humanistes comme un patrimoine italien, tout comme l’étaient la civilisation et la culture qui s’étaient exprimées dans cette langue. À partir des années 1520, au terme d’expérimentations qui avaient conduit dans des directions différentes, s’affirma une langue que l’on peut considérer comme nationale, même s’il ne s’agissait que d’une langue d’usage littéraire, et qui suivait les propositions de presque tous ceux qui intervinrent dans ce que l’on a appelé la « question de la langue» (questione della lingua), des propositions qui différaient dans les détails mais qui, en substance, coïncidaient. La solution courtisane d’une langue de la culture qui se formait dans la discussion et donc s’avérait vive et parlée s’effondra à la fin de la troisième décennie du xvie siècle. Par ailleurs, depuis bien longtemps, la position de Laurent le Magnifique (selon laquelle il était possible d’imposer la langue et la culture florentines à toute l’Italie, en les purgeant opportunément de leurs traits vulgaires et plébéiens) n’était plus d’actualité. C’est la solution de Bembo qui l’emporta car, plus que toute autre, elle tenait compte de la situation historique concrète – mais certainement pas parce qu’elle était la plus malléable et la plus conciliante. Tout au contraire, il s’agissait probablement de la solution la plus rigide et la plus dure dans la mesure où non seulement elle excluait toute hypothèse extrême mais restreignait aussi la nouvelle littérature à un espace limité et à un petit nombre de formes et de sujets. Il proposait le florentin des « auteurs» et il voulait que ce dernier fût bien distinct de l’usage parlé et vivant.

  • 3 Julien de Médicis, qui, peu de temps auparavant (I, XVII), avait défendu le florentin contemporain.
  • 4 P. Bembo, Prose della volgar lingua, I, xviii.

La lingua delle scritture, Giuliano3, non dee a quella del popolo accostarsi, se non in quanto, accostandovisi, non perde gravità, non perde grandezza ; che altramente ella discostare se ne dee e dilungare quanto le basta a mantenersi in vago e in gentile stato. Il che aviene per ciò che appunto non debbono gli scrittori por cura di piacere alle genti solamente che sono in vita quando essi scrivono, come voi dite, ma a quelle ancora, e per aventura molto più, che sono a vivere dopo loro […]. Non è la moltitudine, Giuliano, quella che alle composizioni d’alcun secolo dona grido e auttorità ; ma sono pochissimi uomini di ciascun secolo, al giudicio de’ quali, per ciò che sono essi più dotti degli altri riputati, danno poi le genti e la moltitudine fede, che per sé sola giudicare non sa dirittamente e a quella parte si piega con le sue voci a cui ella que’ pochi uomini, che io dico, sente piegare. E i dotti non giudicano che alcuno bene scriva, perché egli alla moltitudine e al popolo possa piacere del secolo nel quale esso scrive ; ma giudica a’ dotti di qualunque secolo tanto ciascuno dover piacere, quanto egli scrive bene ; ché del popolo non fanno caso.4

4Voilà ce que pensait Pietro Bembo, qui un peu plus haut dans le même texte (I, XVI) – toujours par la bouche de son frère Carlo – avait déclaré s’être forgé une opinion selon laquelle « l’essere a questi tempi nato fiorentino, a ben volere fiorentino scrivere, non sia di molto vantaggio». Cette « opinion», Girolamo Muzio allait la transformer en certitude : pour écrire bien en italien, proclamait-il, il valait mieux ne pas être né Florentin. Il est évident que Bembo – et beaucoup d’autres avec lui – tendait à une langue qui fût hors du temps, stable au fil des siècles, c’est-à-dire à cette langue comme « grammatica»dont avait parlé Dante dans le De vulgari eloquentia. Une langue – j’insiste – aux contenus très circonscrits, liés surtout à la phénoménologie de l’amour.

5La langue italienne devint ainsi, dans le même temps, une « langue vivante», mais une langue non parlée. Ce qui apparaît aujourd’hui comme une de ses limites – une limite très étrange et très grave – était, au contraire, pour Bembo, et pour tous ceux qui avaient comme lui une mentalité d’humaniste, une nécessité. La langue vulgaire devait être, comme le latin, la langue de l’élite, une élite d’intellectuels, une langue ne tolérant aucune contamination par les façons de parler de la « populace» (le volgo) ou par des sujets abordés qui seraient trop « bas» ou futiles. Elle devait accompagner le latin et, dans certains secteurs, se substituer à lui, à cette langue qui maintenait sa pureté (du moins en Italie) justement parce qu’elle était seulement une langue écrite. Carlo Dionisotti peut ainsi écrire que :

  • 5 C. Dionisotti, « Per una storia della lingua italiana», Geografia e storia della letteratura italia (...)

Senza rinunciare all’uso parlato dei propri dialetti, incomunicabili ieri come oggi da un capo all’altro d’Italia, gli Italiani gradualmente si accordarono sull’uso di una lingua scritta a tutti comune. In tanto poterono accordarsi in quanto questa lingua era per l’appunto scritta e non popolarmente parlata, era una lingua letteraria, relativamente stabile, che poteva essere appresa dai libri in ogni parte d’Italia, toscana nel suo fondo, ma cosa affatto diversa dalla lingua viva parlata in Toscana.5

6Ce ne furent donc pas les Florentins qui répandirent leur langue, mais les Italiens qui la choisirent librement et la considérèrent donc comme quelque chose qui leur était propre. La première grammaire italienne – le Regole grammaticali della volgar lingua du Frioulan Giovan Francesco Fortunio –fut publiée en 1516. Avant celle-ci, il y avait bien eu la Grammatichetta de Leon Battista Alberti, mais cet opuscule n’avait pas pour but d’enseigner la langue vulgaire : il entendait seulement montrer à quel point cette dernière était une vraie langue non dépourvue de structures grammaticales. Personne ne ressentait alors le besoin d’une vraie grammaire. L’intérêt pour l’apprentissage de la nouvelle langue était presque exclusivement le propre de ceux qui avaient l’intention d’écrire des vers ou des textes en prose dans cette langue-ci. La grammaire de Fortunio, de fait, était une sorte de note analytique sur les usages phonétiques et morphologiques de Dante, Pétrarque et Boccace, une note rédigée pour aider les aspirants poètes : ce n’est d’ailleurs pas un hasard si son auteur voulait y ajouter le traitement de la métrique. Pendant longtemps feront encore défaut les grammaires et les dictionnaires comme nous les entendons aujourd’hui : les dictionnaires qui existaient alors n’étaient que des recueils de mots tirés des grands auteurs et, tout comme les grammaires, ils ne s’adressaient qu’aux aspirants écrivains.

  • 6 Voir la réédition en fac-similé de l’ouvrage préparée par P. Trovato, qui plus est dotée de très ut (...)
  • 7 Ibid., p. xxxiii.
  • 8 Je retranscris en uniformisant la graphie sur l’usage contemporain.

7Prenons-en un exemple : le Vocabolario, grammatica e ortografia della lingua volgare d’Alberto Acarisio, l’un des meilleurs de ces « dictionnaires», publié à Cento en 15436. Il enregistre les mots de Dante, Pétrarque et Boccace. Paolo Trovato, en le comparant aux autres dictionnaires, y note un intérêt « certo non riconducibile ai canoni bembeschi, per la terminologia botanica (“voci” cocco, dattero, garofano, gengiovo, nocco, ecc.) e giuridica (“voci” marca, stile [lo – del palazzo], vassallo, ecc.)»7. Mais il s’agit de peu de chose comme le montrent les entrées citées8 :

Marca è voce provenzale ; significa contrada e abitazione ; i nostri legisti dicono essere paese posto presso il mare, in titulo quis dicatur Dux, Marchio, Comes in prin. ; ma Dante per lo mondo lo pose, capitolo 19 Purgatorio : « qual non si sente in quella mortal marca » e capitolo 26 : « beato te, che de le nostre marche per viver meglio esperienzia imbarche », cioè de’ nostri paesi.
Stile […] significa usanza e costume, come noi litigiosi diciamo lo stile del palazzo. Petrarca, canzone Nel dolce tempo, strofa 7 : « e se contra suo stile ella sostene d’esser molto pregata » […].
Vassallo vale servo ; è vocabolo legale ; Dante, capitolo 21, Inferno : « non altrimenti i cuochi a lor vassalli ».
Orciuolo e orciuoletto, urceus e urceolus come diffinisce Paolo nostro giureconsulto, è vaso col quale si mette de l’acqua in uno altro vaso […].

  • 9 Mais on précise que dans la prose on utilise aussi bien imperadore qu’imperatore.
  • 10 Il va de soi que presque tous les dictionnaires anciens, dans la mesure même où ils se fondent sur (...)
  • 11 La langue de la jurisprudence était particulièrement désagréable aux oreilles de maints lettrés ita (...)

8Les mots, on le voit, sont définis de façon très sommaire et tirent leur légitimité et leur auctoritas des exemples de Dante, Pétrarque et Boccace. Acarisio, comme les autres auteurs de dictionnaire, se préoccupe de distinguer les entrées poétiques de celles qui conviennent à la prose et surtout des mots ou des locutions à éviter. Imperadore et Imperadrice,de même que prince et prence,ne sont pas définis dans la simple mesure où ce sont des mots évidents9. Re intéresse l’auteur parce qu’on l’utilise « in amendue i numeri» et qu’en poésie on emploie aussi rege et regi; reina parce que c’est la forme de la prose, alors qu’en poésie on peut utiliser aussi regina. Reale diciamo colui che con ragione si regge,et l’on cite les trois auctores. Tous les dictionnaires ne sont pas comme celui-ci, mais cette norme leur est commune et ceux qui s’exposent davantage ne font que montrer en l’occurrence leurs faiblesses linguistiques et culturelles10. En outre, si on rappelle qu’Acarisio – Trovato a raison de le souligner – manifeste un rare intérêt pour le langage juridique, on peut imaginer l’attitude des autres…11

  • 12 Ces mots sont ceux de J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini dans l’annexe intitulée Sur quelques mots de (...)

9Les auteurs de dictionnaire ne faisaient que ce qui était opportun pour eux : ils ne rédigeaient pas des œuvres susceptibles de rendre plus aisé l’apprentissage de la langue vulgaire pour la très banale raison que cette langue n’était ni enseignée ni parlée. Peu à peu, le corps gracile de la littérature italienne commença à croître et à se renforcer avec la comédie, la tragédie, les poèmes épiques et chevaleresques, cessant de n’exister que par la poésie amoureuse. Puis vinrent les grandes œuvres historiques, politiques et géographiques, pourtant celles-ci restaient complètement étrangères à ceux qui étaient en train de dessiner les frontières de la littérature italienne. La production d’œuvres de réflexion politique augmenta, mais les problèmes restaient nombreux : l’un de ceux-ci était « d’arriver à exprimer le nouvel équilibre entre théorie et réalité historique» car « souvent les concepts employés sont “flottants”, mal déterminés et oscillent entre sens propre et sens figuré, entre ancienne et nouvelle signification»12.

10La langue vulgaire triompha et s’imposa dans les registres moyens; néanmoins le latin maintint encore, durant tout le xvie siècle et au-delà, une position de premier plan, voire, dans certains secteurs, une primauté absolue : il resta longtemps la langue des médecins, des professeurs universitaires, des avocats, des notaires, de maints scientifiques, philosophes ou juristes, de l’Église de Rome. Le fait est qu’il y avait bien peu d’instruments pour apprendre l’italien; et, d’ailleurs, il convient de le répéter, la nouvelle langue et sa littérature n’étaient pas ou peu enseignées. On célèbre à juste titre l’année 1588 comme celle où Ferdinand Ier de Médicis institua à Sienne un « lettore di toscana favella», créant ainsi le premier enseignement universitaire de langue italienne. L’événement est mémorable et les premiers enseignants recrutés, à commencer par Diomede Borghesi et Celso Cittadini, conférèrent un certain prestige à cet enseignement : toutefois, on ne doit pas oublier qu’il s’agissait d’un simple « lectorat» demandé par la « nation allemande» de l’université de Sienne pour apprendre justement cette langue italienne, et non d’une chaire universitaire véritable.

11La langue nationale italienne, donc, était fondée à partir des bons auteurs du xive siècle. Du même coup, le xve siècle était pour ainsi dire effacé. De ce fait, la langue italienne devint, pour l’essentiel, plus proche de la langue du xive siècle que de celle de Machiavel. Et c’est encore vrai aujourd’hui. Pour les mêmes raisons (et pour d’autres aussi), il advint qu’à Florence, au xvie siècle, les auteurs du xive siècle, tel Giovanni Villani, étaient considérés comme des auteurs contemporains. Utiliser une langue littéraire qui ne correspond pas à la langue maternelle semble aujourd’hui une absurdité (absurdité qui s’est maintenue d’ailleurs jusqu’à ma génération), mais on ne doit pas négliger le fait que le concept moderne de nation n’était pas à l’ordre du jour. Au Moyen Âge, il était normal de recourir à la langue qui se prêtait le mieux au genre d’écriture que l’on voulait pratiquer, ce qui explique non seulement l’usage du latin mais aussi celui de la langue d’oc dans la poésie amoureuse, de la langue d’oïl dans la prose et ainsi de suite jusqu’à des langues inventées ou propres seulement à un certain genre d’écriture.

12La langue nationale italienne, donc, ne répondait pas à l’idée actuelle que l’on a d’une langue : c’était une langue écrite et, sinon immobile, du moins tendanciellement statique, dont la connaissance était toujours précaire pour qui n’était ni Florentin ni Toscan. Rappelons-nous, à cet égard, de la remarque que Machiavel faisait aux Suppositi de l’Arioste :

  • 13 N. Machiavelli, Discorso intorno alla nostra lingua, P. Trovato éd., Padoue, Antenore, 1982, p. 62- (...)

io voglio che tu leggi una comedia fatta da uno delli Ariosti di Ferrara ; et vedrai una gentil compositione et uno stilo ornato et ordinato ; vedrai un nodo bene accommodato et meglio sciolto ; ma la vedrai priva di quei sali che ricerca una comedia ; tale non per altra cagione che per la detta : perché i motti ferraresi non li piacevano, et i fiorentini non sapeva, talmente che gli lasciò stare.13

13En effet, qui n’était pas Toscan éprouvait de grandes difficultés pour moduler son propre langage et surtout pour s’« abaisser» à un registre familier et réaliste. Vincenzio Borghini démontra de façon répétée que même Bembo, quand il voulait user d’un langage familier, devenait ridicule car il ne savait pas distinguer la tonalité des mots. Machiavel soutenait à juste titre que, quand

  • 14 Ibid., p. 62.

le cose sono trattate ridiculamente, conviene usare termini et motti che faccino questi effetti ; i quali termini, se non sono proprii et patrii, dove sieno soli intesi et noti, non muovono né possono muovere. Donde nasce che uno che non sia toscano non farà mai questa parte bene, perché se vorrà dire i motti della patria sua farà una veste rattoppata, facendo una compositione mezza toscana et mezza forestiera ; et qui si conoscerebbe che lingua egli havessi imparata, s’ella fussi comune o propria. Ma s’e’ non gli vorrà usare, non sappiendo quelli di Toscana, farà una cosa manca et che non harà la perfetione sua.14

14Les Toscans et les Florentins pouvaient même raisonner avec pertinence sur la nature des langues. Le Siennois Claudio Tolomei et le Florentin Vincenzio Borghini, par exemple, le firent : leurs langues étaient en effet des langues vraies, écrites et parlées, même si – au fil de l’affirmation de la langue littéraire nationale – elles étaient inévitablement vouées à devenir des dialectes. Connaître la nature des langues aurait été très important en un moment où la langue italienne était en train de se former et de se renforcer, même et surtout au travers des traductions du latin et des autres langues vulgaires européennes (y compris pour ce qui était de l’héritage propre de ces auteurs, notamment la distinction entre langue maternelle et langue littéraire). Borghini fut peut-être le seul à comprendre la difficulté de traduire, le fait que la série des mots et des concepts d’une langue ne correspond pas à celle d’une autre langue; d’où, si ce n’est l’impossibilité de traduire, tout au moins la nécessité d’user d’une grande prudence et de mobiliser toute sa culture et toute son intelligence dans l’entreprise de traduction.

  • 15 V. Borghini, « Dificultà del tradurre…», Discussioni linguistiche del Cinquecento, M. Pozzi éd., Tu (...)

E’ parrà cosa incredibile o molto nuova a molti se io dirò che certi concetti in lingue diverse rieschino fra loro molto diversi e quasi alieni e poco avvenenti in quell’altra e dificili a dirsi e spiegarsi sì che e’ sieno i medesimi. Non che i concetti nell’animo non possino essere e non sieno in diversissimi popoli i medesimi ; ché questo è certo che è, e chi ’l negasse sarebbe fuor della buona via ; ma che i modi dello esprimerli sono diversi talmente che quello che in una lingua è bello, facile, chiaro e ingegnoso, se si traportano i medesimi in un’altra, non corrispondono anzi riescono freddi, insipidi, inetti e, il più delle volte, poco intesi e non punto grati. E non parlo qui de’ poeti, i quali non solo tramutati d’una lingua in una altra, ma levatone nella istessa lingua il suono e la vaghezza del verso e ridotti in prosa, riescono tanto inetti e tanto scipiti che par miracolo che quel che ti parea poco fa sì bello, mutato solamente di luogo, ti si rappresenti sì svenevole e spiacente. […] Ma io, come diceva, non parlo de’ poeti ma pur delle prose, dove nasce il medesimo non tanto per gli epiteti che non vi usano così licenziosi e così nuovi, ché a’ versi come alle maschere certi abiti stravaganti si concedono, ma perché le translazioni che frequenti vi sono bene non si pigliono né dalle medesime cose né al medesimo modo né con le medesime proporzioni, e ancora perché le usanze, i costumi, le cose istesse non sono le medesime in quelle nazioni, onde non possono anche esser medesimi i modi del dire e di esprimerle.15

15Et Borghini d’écrire ailleurs que :

  • 16 VoirFlorence, Biblioteca nazionale centrale, ms. II.X.116, f. 47v-48.

Le lingue hanno tutte le loro proprietà, le quali in fatti non comunicono interamente con le altre. Ecco i Latini hanno imperator, la qual voce i Greci non esprimono, né manco possono esprimere, né con tutto il loro ingegno esprimeranno mai. E segno n’è che αυτοκράτορ, che loro usono, è il corrispondente di imperator e di dictator che fra loro sono diversissime e, se non diversissime, certo diverse. È ben vero che la voce imperator dopo un certo tempo, cioè da Tiberio in qua, importò potestà assoluta e quasi quel medesimo in effetto che dictator. Ma la voce imperator, e l’origine sua, è molto diversa e fu concessa per prenome a’ consoli per privilegio e significa cosa che i Greci non usorno e non ebbono mai, né conseguentemente potettono avere la voce non avendo la cosa.16

  • 17 VoirFlorence, Biblioteca nazionale centrale, Filza Rinuccini 21.
  • 18 VoirV. Borghini, « Voci formate di nuovo dal Giambullari», Discussioni linguistiche, op. cit.,p. 75 (...)
  • 19 E. Bonora, « Bernardo Davanzati dal volgarizzamento di Tacito allo Scisma d’Inghilterra», Retorica (...)

16Il en découle la nécessité de ne pas traduire les mots qui n’ont pas d’équivalent dans la langue d’arrivée parce que, dans celle-ci, il n’y a pas la « chose» correspondante. L’intraduisible dérive tant de la structure différente de la langue que de la différence des cultures dont les langues sont l’expression. L’acte de comprendre et donc celui de traduire, selon Borghini, présuppose la conquête d’une culture différente, à savoir, dans le cas des volgarizzamenti,un mouvement vers le passé, non un travestissement moderne de faits anciens. Les volgarizzatori du passé se trompèrent donc en traduisant flamini par vescovi, tout comme se trompa celui qui, rédigeant une histoire de Florence en latin, appela le gonfalonier dittatore : « e così venne mostrando o che e’ non sapeva quel che era dittatore a’ Romani o gonfaloniere a noi» (et ainsi il montra qu’il ne savait pas ce qu’était un dictateur pour les Romains et un gonfalonier pour nous)17. Borghini, qui porta un jugement négatif sur la traduction par des mots calqués sur les termes de la rhétorique effectuée par Pierfrancesco Giambullari dans sa grammaire florentine18, aurait été horrifié de voir la traduction de Tacite réalisée par Bernardo Davanzati, qui traduisit les noms des magistratures et des institutions politiques romaines « avec des termes appartenant à nos coutumes modernes voire à la vie municipale de Florence»19. Ettore Bonora rappelle, par exemple, que praefectus annonae est ainsi traduit par abbondanziere, comitia par squittini, census par estimo, praetexta par vestone, reguli par baroni, clientes par lance, clientelis par criati, speculatores par alabardieri, praetor par messere lo podestà,etc. Une telle identification (au moins linguistique) des institutions romaines avec des institutions récentes n’est pas seulement le propre de la prose de Davanzati, mais se rencontre chez de nombreux écrivains qui ne traduisent pas ; et il faudra, à chaque fois, comprendre s’il s’agit d’un anachronisme conscient.

  • 20 C’est ce qu’écrit Bonora (ibid., p. 238). Je renvoie à cet essai pour tout approfondissement sur ce (...)

17Davanzati est un exemple des aberrations auxquelles pouvaient conduire l’idée de l’excellence du florentin et la réévaluation des façons de parler du xive siècle : il « traduisait un classique avec la conviction de pouvoir le réduire à une forme de parfaite florentinité»20. Comme on peut le voir, il ne s’agit pas seulement d’un problème de traduction – qui, de toute façon, mettait en circulation des termes difficiles à faire coïncider pour identifier magistratures et faits politiques –, mais de la tendance de nombreux écrivains du xvie siècle à utiliser encore des termes latins pour désigner des faits politiques tout à fait modernes et sans relations directes avec l’Antiquité. La langue vulgaire, quand elle est employée pour traiter de faits politiques anciens, ou inscrits dans des États différents de celui dans lequel vit la personne qui écrit, finit par trahir la réalité et indiquer de façon approximative les magistratures et les actions politiques. Le latin, en revanche, rend souvent trop solennel et trop noble, en les transportant quasiment dans un autre monde, les faits du temps présent : il manque au latin les mots pour désigner les magistratures et les actions politiques des États modernes. Seul celui qui s’occupe de la politique dans sa ville natale – Machiavel, Guicciardini et les très nombreux Florentins qui traitent dans leurs écrits de l’État et de son histoire – peut disposer d’un lexique qui est cohérent (à la condition toutefois que les aspirations littéraires ne prennent pas le dessus dans la rédaction).

  • 21 Voir M. Pozzi, art. cité, p. 202.

18Les Florentins employaient une langue vivante et donc pouvaient avoir une conception linguistique correcte. À ce moment-là, toutefois, il n’était pas besoin d’une langue véritable. La belle et généreuse conception que Borghini défendait à propos du toscan était tout à fait inactuelle en un pays politiquement fragmenté dans lequel la langue nationale s’apprenait non auprès des nourrices mais auprès des maîtres et des lettrés, dans les livres et non par la conversation21. La langue nationale italienne était beaucoup plus proche de la littérature que ne le sont d’ordinaire les langues, pour lesquelles c’est dans le peuple que se trouve en général le mètre de la langue. Y compris dans l’étude du lexique, il est du même coup indispensable de prendre en compte les très fortes influences littéraires, notamment rhétoriques, qui règlent la langue italienne. Cette langue n’était pas très différente du latin, elle était même plus pauvre que ce dernier à tout point de vue : la langue antique était beaucoup plus riche et plus expressive, surtout dans les domaines réalistes et populaires, difficiles à traiter dans la langue italienne. C’est d’ailleurs là que réside la fortune des dialectes qui étaient capables d’intégrer, dans la langue nationale, des registres d’expressions plus « bas».

19De ce fait, même si, peu à peu, la langue nationale s’améliora, tous ceux qui voulaient écrire quelque chose d’important devaient quand même choisir dans quelle langue ils allaient écrire. On n’était plus dans la situation du Quattrocentoet du début du xvie siècle où se présentait une multitude d’options; mais, encore durant tout le xvie siècle, il fallait bien choisir entre latin, dialecte et italien : la décision d’écrire dans la langue nationale impliquait un choix important en faveur d’une perspective italienne et la renonciation à une perspective européenne. Quiconque écrivait sur l’histoire et la politique devait auparavant résoudre les problèmes d’écriture qui étaient d’ailleurs des problèmes de communication, de public à privilégier, de type de discours préféré. Il pouvait se faire que Paolo Giovio (Paul Jove) préférât le large public européen qui connaissait le latin, que Guicciardini eût pour objectif une langue italienne – ou du moins non communale – et qu’au contraire Machiavel se contentât de sa langue maternelle et ne cherchât pas à l’anoblir si ce n’est par l’importance de ce qu’il disait et écrivait. Dans son cas seulement, on peut parler de langue maternelle car, même à Florence, ils furent nombreux – tel Guicciardini – à choisir la langue nationale. Bref, il me semble que pour lire, étudier, analyser le lexique politique nous devons apprendre à distinguer entre des attitudes différentes que les auteurs peuvent avoir par rapport à leur propre langue et tenir compte des milieux dans lesquels chacun d’entre eux s’est formé : ainsi, dans le cas de Guicciardini, il faut rappeler sa formation juridique et dans celui de Machiavel donner toute sa place à l’exercice quotidien d’écriture imposé par ses fonctions à la chancellerie. L’absence d’instruments de contrôle et d’une langue de référence obligeait chacun à adapter les mots existants au concept qu’il voulait exprimer ou à s’expliquer par métaphores.

20Je n’ai pas l’intention de me lancer dans des considérations théoriques, mais j’entends seulement me contenter de constatations sur la réelle situation linguistique de l’Italie – même si je sais bien que de la sorte je simplifie un peu les problèmes. Au Moyen Âge, s’étaient constitués de nombreux gouvernements communaux (le plus souvent, à la suite d’une rébellion contre l’autorité impériale) très différents les uns des autres, qui existaient aux côtés d’un État absolument atypique comme l’État de l’Église et d’autres États qui continuaient à dépendre d’une façon ou d’une autre de l’Empire ou de la papauté. Par la suite, à la fin du xiiie siècle, le gouvernement du comune connut une crise profonde : dans certaines villes – comme Venise et Florence –, la réponse fut une série de réformes institutionnelles plus ou moins adéquates; ailleurs, la crise politique conduisit par des voies variées soit à une tyrannie citadine – qui donna lieu ensuite à des seigneuries de différentes sortes – soit, en d’autres temps, à la perte de l’indé­pendance. C’est une histoire compliquée à laquelle je ne fais qu’allusion pour constater que, de fait, toutes les villes italiennes avaient une structure politique qui leur était propre et que presque toutes ne répondaient pas aux canons du code Justinien. Les magistratures avaient non seulement des noms différents mais recouvraient aussi des réalités différentes. Par ailleurs, même quand le nom est le même, souvent la chose qu’il désigne a changé. Initialement, les « statuts» étaient rédigés en latin, tout comme les histoires de la cité. Dans certaines villes, on continua longtemps à utiliser la langue de l’Antiquité qui demeurait ainsi « vivante» et qui, tant qu’elle le resta, réussit à rendre compte des nouvelles situations politiques. Mais, après la restauration des humanistes, le latin – en Italie du moins – devint une langue définitivement immobilisée dans les textes. La situation était d’autant plus complexe que ces textes dont on entendait, en outre, tirer des leçons pour le temps présent avaient été écrits pour illustrer une situation politique fort différente de celle qui caractérisait l’époque contemporaine. D’autres villes que Florence commencèrent dès lors rapidement à utiliser la langue vulgaire pour rédiger des statuts ou des histoires citadines. Et cette langue vulgaire, formée et développée au sein des luttes politiques et à travers l’évolution des us et coutumes, était parfaitement adaptée à la description de la réalité politique en question.

21Je pense surtout, en l’occurrence, à Venise et à Florence. Sur les bords de la lagune était en vigueur un système juridique qu’un chercheur peu au fait des affaires vénitiennes a du mal à comprendre, un système où se créaient de nouvelles magistratures avec un grand pragmatisme dès lors que le besoin s’en faisait sentir sans que l’on s’inquiétât – du moins en apparence – de la cohérence du « code». Toutes ces magistratures pouvaient être désignées en latin – dans le latin de Marcantonio Sabellico ou de Pietro Bembo, par exemple –, mais il est évident que l’écriture de Marin Sanudo, puis celle des ambassadeurs vénitiens, était beaucoup plus cohérente dans le tableau qu’elle proposait des différentes « actions» de la vie politique. À Florence, en revanche, le gouvernement se lança dans une forme d’action politique que nous qualifierions aujourd’hui de libérale. Le pouvoir revenait au peuple, la liberté était la valeur principale de l’État (stato) et, en son nom, Coluccio Salutati conduisit une polémique violente contre Antonio Loschi qui – au service de Gian Galeazzo Visconti – avait écrit une Invectiva in Florentinos exaltant la pax viscontea. Or, Coluccio, dans son Invectiva in Antonium Luschum Vicentinum,avec une grande efficacité, opposa à la paix, qui était censée être un des effets de la politique expansionniste des Visconti, la liberté qui, pour tous les Florentins, était le bien suprême. Cependant, libertas et pax signifiaient des choses différentes dans une seigneurie et dans un comune. De même, le mot peuple renvoyait alors seulement à cette partie des citoyens qui jouissaient de droits politiques. La bataille entre deux humanistes aux positions antagonistes illustre ainsi comment l’on pouvait à ce moment-là recourir aux mêmes mots et se référer à la même histoire romaine en lui attribuant des sens contradictoires.

  • 22 Je rappelle ici que je me réfère exclusivement au cas italien, marqué par sa situation politique et (...)
  • 23 Jusqu’au début du xxe siècle, un non-Toscan qui n’aurait pas étudié très longtemps les textes tosca (...)

22Le latin finissait donc inévitablement par occulter la réalité politique moderne22. L’italien, en revanche, en plein xvie siècle, convenait encore parfaitement comme langue de culture, mais manquait de ductilité et de capacité d’adaptation aux différents registres qu’une langue doit aborder23. Qu’il suffise sur ce point d’évoquer les raisons qui font que le lexique de la politique n’est pas partie intégrante de la langue familière, même si nous savons bien que nombreux sont les Florentins qui interviennent dans le champ politique pour la plupart sans le moindre objectif littéraire et sans chercher à anoblir leur langue vulgaire. La langue de ces derniers n’était pas, en effet, à proprement parler une langue familière : elle apparaissait pourtant comme telle alors et – me semble-t-il – continue à apparaître ainsi aujourd’hui. Bref, nous ne devons pas confondre les différents registres, car ce n’est qu’en apparence que les mots qui ont la même étymologie signifient la même chose en latin, dans la langue littéraire et en florentin.

23Le choix de la langue dépendait aussi des choses que l’on voulait dire car l’on ne pouvait pas tout exprimer dans la langue nationale. De fortes différences demeuraient d’un centre culturel à l’autre. À Florence, on parlait de politique en langue vulgaire depuis des siècles. Là, la passion politique était presque naturelle chez tout homme cultivé et riche. Hors de la Toscane, il n’était souvent pas possible de parler de politique parce que la structure de l’État ne le permettait pas ou ne l’autorisait que pour un nombre très limité de familles. Sperone Speroni, par exemple, tout en proclamant la supériorité de la vie active sur la vie contemplative, dans son Dialogo della retorica, présente l’Arétin – un homme sans État – et le discours épidictique (ou démonstratif) comme les modèles d’orateur et de discours oratoire convenant au monde moderne. Il développe au passage l’opinion étonnante selon laquelle la langue est le signe non de la perfection mais de l’imperfection de l’être humain : mieux vaudrait que l’homme pût communiquer directement sa propre pensée, qu’il fût pure intelligence. Selon Speroni, puisque les citoyens n’avaient plus le droit d’exercer l’éloquence publique, l’habileté en l’art oratoire pouvait se manifester – comme le montrait le cas de l’Arétin – seulement dans les discours d’éloge ou de blâme :

  • 24 S. Speroni, « Dialogo della retorica», Trattatisti del Cinquecento, vol. 1, M. Pozzi éd., Milan-Nap (...)

Sia al mondo un buono uomo pien d’eloquenzia e d’ingegno, il quale, uscito della sua patria, solo e nudo (quasi un altro Biante) venga a starsi in Bologna, che farà egli dell’arte sua ? Se egli accusa o difende, ecco un vile avvocato che vende al vulgo le sue parole ; se delibera, non sendo parte della republica, i suoi consigli non sono uditi. Tacerà egli e fia sua vita ociosa ? Non veramente, ma di continuo con la sua penna nella causa demostrativa, biasimando e lodando, la sua eloquenzia essercitarà ; la qual cosa non per odio o per premio ma per ver dire facendo, in poco tempo non solamente da’ pari suoi ma da’ signori e da’ regi sarà temuto e stimato.24

  • 25 J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, dans la postface à leur édition française du Prince (« Sur la lan (...)
  • 26 Ibid., p. 547-548. Sur le cas Machiavel, voir aussi J.-L. Fournel, « Frontiere e ambiguità nella li (...)

24Par une série de coïncidences (qui n’étaient peut-être pas dues au seul hasard), Florence se trouva entre le xve et le xvie siècle en situation de discuter de problèmes politiques concrets avec une participation importante des citoyens en ayant pour ce faire une langue vivante à sa disposition. C’est là une des raisons pour lesquelles la langue de Machiavel et celle de Guicciardini semblent si nouvelles et si surprenantes. Florence fut une sorte de laboratoire pour la langue de la politique, un laboratoire unique même si on le considère indépendamment des grands auteurs qui y participèrent, un laboratoire dans lequel non seulement on discutait des problèmes politiques et militaires courants, mais dans lequel on cherchait à donner une meilleure structure à l’État. Et, d’ordinaire, on le faisait en évitant les néologismes ou les latinismes et en usant de mots connus mais chargés d’acceptions nouvelles. Si, en outre, on était doté d’une bonne formation juridique, on tentait, comme le fit Guicciardini, d’utiliser un lexique précis qui préférât au mystère de la parole l’exactitude de la définition. Très importante fut à cet égard la création du grand conseil voulu par Savonarole, une institution qui s’avéra d’une nouveauté absolue. La conscience des menaces qui pesaient sur Florence « impose en outre une langue immédiate, efficace, compréhensible du plus grand nombre, sans cérémonies ni artifices». « Parler en vulgaire» pour le Bernardo del Nero du Dialogue sur la façon de régir Florence, c’est donc moins refuser de parler un latin cicéronien que « parler comme tout le monde»25. Mais il n’en reste pas moins que « cette langue est aussi partiellement nouvelle parce qu’elle n’a jamais été autant utilisée pour dire la politique – les auteurs des traités et les historiographes du Quattrocentopréféraient utiliser le latin – et parce qu’elle n’a pas encore subi de réglementation formelle»26. Cette langue-ci reste vivante, matérielle, mais sa présence est d’autant plus forte et nécessaire que

les deux paradigmes dominants dans la réflexion politique des siècles précédents – le paradigme local de la tradition communale et le paradigme universel de la romanitas – semblent insuffisants avec leurs mots et leurs phrases d’antan ou de naguère pour répondre aux questions des « temps contraires» – tempi avversi – de la guerre permanente, ces « temps étranges» dont parlera Guicciardini. L’inadéquation des anciennes lois et des anciens « ordres» (ordini) du comune – question qui met la réforme des institutions au cœur de la réflexion de tous les lettrés et hommes politiques florentins de 1494 à 1530 – a donc son pendant dans l’inadéquation relative de la langue qui est appelée à décrire cette crise. Les mots sont à la fois usés jusqu’à la corde et perçus confusément comme trop nouveaux pour que l’on soit sûr de leur signification.

25Les mots de la nouvelle politique ne peuvent donc être trouvés dans les dictionnaires contemporains (ou dans ceux qui furent publiés quelques décennies plus tard) car ils étaient encore en formation : il faut aller les chercher dans les écrits de ceux qui ont participé à ce laboratoire de la politique et aussi chez ceux qui ont subi peu ou prou leur influence.

26Ceci ne signifie naturellement pas que la langue de la politique se soit formée exclusivement à Florence. D’autres États peuvent se prévaloir d’une production d’écrits de grande qualité sur la cité et son gouvernement. Qui plus est, si l’on prend en compte l’importance des faits ou des textes, avec leur inscription dans la longue durée, Venise était indiscutablement supérieure à toute autre formation étatique en Italie. Sa diplomatie était célèbre et allait le rester pendant les deux siècles suivants, comme un modèle souvent imité et peu souvent approché. Les « relations» que les ambassadeurs rédigeaient à la fin de leurs missions étaient très connues et recherchées par les contemporains : elles exposaient de façon très sommaire les motifs pour lesquels ils avaient été envoyés en mission dans tel ou tel pays, mais, en revanche, examinaient de façon structurée, soignée, et presque toujours pénétrante les caractéristiques de l’État visité et de sa population : organisation de l’État, affaires de politique intérieure, armée, recettes et dépenses, caractère du prince, de ses proches, et de ses hauts fonctionnaires. Venise avait un réseau de rapports commerciaux et politiques avec toute l’Europe; ses citoyens recevaient une formation précise à la vie politique, aux charges qu’ils devaient occuper et auxquelles aucun membre de l’aristocratie ne pouvait échapper. Le lexique de la politique ne se forma pas seulement dans les chancelleries florentines mais aussi à Venise et ailleurs (songeons ainsi à la diplomatie vaticane, tout aussi vaste et ramifiée). Mais Venise était profondément différente de Florence. Sur la lagune ne naissait pas une nouvelle pensée politique : on n’y discutait pas la forme de l’État et on acceptait celle – très compliquée! – qui avait été transmise par la tradition. Si l’on comprenait les questions institutionnelles, on les discutait et on les résolvait sans éclat et sans conflits ouverts : on gérait l’État, on ne visait pas à le transformer. Venise devint aussi, grâce entre autres et d’abord aux Florentins, un mythe politique. Il peut être utile d’étudier l’une ou l’autre des deux républiques, il l’est sans doute moins d’étudier les deux ensemble, si l’on ne veut pas élargir démesurément le périmètre de la recherche; toutefois, il peut aussi être utile de confronter ces deux langages, l’important est de se rappeler qu’il s’agit de situations très différentes.

  • 27 Le relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimosesto, E. Alberi éd., Flor (...)

27Quiconque parcourt les relations des ambassadeurs vénitiens pourrait bien être conduit à formuler de fortes réserves sur ce que j’ai dit jusqu’à­ présent quant aux conditions d’une langue nationale italienne car il semble que ces textes officiels soient rédigés d’emblée dans un italien standardisé. Mais ce n’est là qu’une illusion. Eugenio Albèri27, comme le rappelle Angelo Ventura,

  • 28 Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato,reprint de l’édition d’A. Segarizzi, A.Ventura éd., R (...)

dei testi pubblicati aveva fatto scempio, tagliando, riassumendo e manipolando sistematicamente in modo arbitrario, per lo più senza avvertire il lettore, nell’ingenuo proposito di eliminare le parti che giudicava prive d’interesse e di ridurre a miglior forma l’originale, mascherandolo “con impropria veste toscana”.28

28L’édition d’Arnaldo Segarizzi fut meilleure, mais il ne nous en procura pas pour autant une véritable édition critique :

  • 29 Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato, A. Segarizzi éd., Bari, Laterza, 1912-16, 4 volumes.

Se egli procede infatti ad un inventario dei codici e delle stampe reperibili di ciascuna relazione, – c’est toujours Ventura qui relève ce point – non si cura però di farne la collazione e neppure di descriverli. In mancanza dell’autografo o della copia “ufficiale” conservata nell’archivio della cancelleria, si limita a scegliere “la miglior”, come egli stesso dichiara, tra le copie a lui “accessibili”, “pure non trascurando in casi dubbi le altre”. Un metodo dunque assai approssimativo, la cui insufficienza si rivela ogni qual volta, posto di fronte a complessi problemi testuali, il Segarizzi preferisce eluderli con disinvoltura, giungendo in qualche caso fino a manipolare il testo.29

29Certainement, Venise ouvrit rapidement les portes à la perspective linguistique italienne, mais, comme cela était d’ailleurs inévitable, ce n’est que peu à peu que les Vénitiens parvinrent à maîtriser parfaitement cette langue littéraire.

  • 30 La nécessité de la contextualisation existe, de toute façon, même dans le droit romain. Dans le pre (...)

30Le renforcement d’une langue vulgaire non parlée, mais seulement écrite et valable pour certains usages, correspond bien à la crise qui, au tournant des xve et xvie siècles, déboucha sur la perte d’un savoir européen unitaire, naguère porté entre autres par un instrument linguistique commun. La langue vulgaire est fortement inadaptée pour dominer le discours politique traditionnel (né avec et pour le latin), mais pleinement adaptée à l’expression des problèmes politiques de la crise. Les États dans lesquels – sous quelque forme que ce soit – on discute de politique utilisent obligatoirement la langue vulgaire; et le hasard fait que ce type de discussion advienne presque uniquement en Toscane. C’est ainsi que commence l’élaboration d’une langue adéquate à la politique : dans un premier temps, elle ne peut certes pas avoir une structure dans laquelle tout se tient, elle présente même longtemps de graves lacunes et des incertitudes. De toute façon, il n’existe pas un seul langage italien de la politique : ce langage est fortement différent selon le régime en vigueur, dans la mesure où chacune de ces formes de gouvernement est radicalement différente des autres. Ce n’est que dans les cités de Toscane qu’un nombre important de citoyens participait à la délibération et à l’activité politiques, d’où leur nécessaire usage du vulgaire. Partout, toutefois, j’insiste là-dessus, la même chose dite en latin ou en langue vulgaire changeait considérablement de valeur et de sens, d’où des problèmes de communication qui risquent de nous échapper aujourd’hui. Il pouvait vraiment se faire alors que manquassent les mots nécessaires pour exprimer un concept qui était en train de mûrir dans les esprits. Souvent, on se demande en quelle langue pensait l’écrivain qui nous intéresse; certains pensaient en latin mais écrivaient en langue vulgaire et, plus fréquemment, d’autres écrivaient en latin mais pensaient en langue vulgaire. Dans ces conditions, faire des fiches sur des termes particuliers, en les séparant de leur contexte d’écriture, est encore plus dangereux que d’habitude : pour comprendre la réelle valeur des mots, il faut les maintenir dans leur contexte reconstruire l’aire de signification, en tenant compte des champs sémantiques proches (et de l’histoire du concept)30. Ce n’est là après tout rien d’autre que prendre en compte la vie des mots.

Haut de page

Notes

1 Les traducteurs en sont parfaitement conscients : ils doivent comprendre, puis rendre correctement dans la langue d’arrivée les sens que prennent, dans des situations différentes, des mots comme ambizione, autorità, cittadino, discrezione, fortuna, governo, libertà, onore, ordine, potenza, prudenza, regola, ruinare, spegnere, stato, suddito, tiranno, virtù, etc. Et, en effet, souvent les traducteurs ne peuvent se passer d’ajouter des notes et des glossaires à leurs traductions afin d’en discuter un certain nombre de termes.

2 Voir, à ce propos, ma préface à l’édition bilingue des Asolani de Bembo (P. Bembo, Les Azolains, M.-F. Piéjus trad., C. Dionisotti éd., Paris, Belles Lettres, 2006, p. xviii-xxx).

3 Julien de Médicis, qui, peu de temps auparavant (I, XVII), avait défendu le florentin contemporain.

4 P. Bembo, Prose della volgar lingua, I, xviii.

5 C. Dionisotti, « Per una storia della lingua italiana», Geografia e storia della letteratura italiana, Turin, Einaudi, 1967, p. 94-95.

6 Voir la réédition en fac-similé de l’ouvrage préparée par P. Trovato, qui plus est dotée de très utiles index de Silvia Madricardo, Tatiana Munaro et Antonella Santini (A. Acarisio, Vocabolario, grammatica e ortografia della lingua volgare,P. Trovato éd., Ferrare, Istituto di studi rinascimentali – Sala Bolognese, Forni, 1988).

7 Ibid., p. xxxiii.

8 Je retranscris en uniformisant la graphie sur l’usage contemporain.

9 Mais on précise que dans la prose on utilise aussi bien imperadore qu’imperatore.

10 Il va de soi que presque tous les dictionnaires anciens, dans la mesure même où ils se fondent sur les pratiques linguistiques d’une partie limitée des usagers potentiels, peuvent être considérés comme des sources tendancieuses. Du reste, tout dictionnaire lorsqu’il isole un mot de son contexte confère au lexique une excessive rigidité. Seuls les grands dictionnaires modernes – qui présentent pour chaque mot les multiples acceptions que les rédacteurs ont pu retrouver et qui les illustrent par d’amples citations – représentent des sources fiables.

11 La langue de la jurisprudence était particulièrement désagréable aux oreilles de maints lettrés italiens : même s’ils avaient souvent achevé des études in utroque iure, ils avaient par la suite répudié la profession juridique et son langage.

12 Ces mots sont ceux de J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini dans l’annexe intitulée Sur quelques mots de Guichardin et leur traduction (Guichardin, Avertissements politiques, Paris, Cerf, 1988, p. 167).

13 N. Machiavelli, Discorso intorno alla nostra lingua, P. Trovato éd., Padoue, Antenore, 1982, p. 62-63.

14 Ibid., p. 62.

15 V. Borghini, « Dificultà del tradurre…», Discussioni linguistiche del Cinquecento, M. Pozzi éd., Turin, UTET, 1988, p. 785-786. Il insiste surtout sur les expressions métaphoriques ou dérivées des usages particuliers d’une communauté linguistique, lesquelles s’avèrent de fait intraduisibles dans une autre langue.

16 VoirFlorence, Biblioteca nazionale centrale, ms. II.X.116, f. 47v-48.

17 VoirFlorence, Biblioteca nazionale centrale, Filza Rinuccini 21.

18 VoirV. Borghini, « Voci formate di nuovo dal Giambullari», Discussioni linguistiche, op. cit.,p. 751-756; M. Pozzi, « Borghini e la lingua volgare», Fra lo “Spedale” e il Principe. V. Borghini. Filologia e invenzione nella Firenze di Cosimo I,G. Bertoli et R. Drusi éd., Padoue, Il Poligrafo, 2005, p. 177-202.

19 E. Bonora, « Bernardo Davanzati dal volgarizzamento di Tacito allo Scisma d’Inghilterra», Retorica e invenzione, Milan, Rizzoli, 1970, p. 230.

20 C’est ce qu’écrit Bonora (ibid., p. 238). Je renvoie à cet essai pour tout approfondissement sur cette question.

21 Voir M. Pozzi, art. cité, p. 202.

22 Je rappelle ici que je me réfère exclusivement au cas italien, marqué par sa situation politique et culturelle très particulière. Le latin représenta, en revanche, un superbe instrument pour les discussions européennes qui portèrent à la définition de la notion moderne d’État.

23 Jusqu’au début du xxe siècle, un non-Toscan qui n’aurait pas étudié très longtemps les textes toscans demeurait bien souvent incertain sur le ton de son discours et sur la correction de ce qu’il pouvait écrire. Il suffit de penser à ce propos aux efforts de Manzoni pour trouver un italien compatible avec les usages linguistiques des personnes dénuées de culture classique (artisans, ouvriers, petite bourgeoisie, etc.) et qui soit compréhensible par tout le monde, toute chose fondamentale pour obtenir vraiment une langue nationale. Manzoni n’était sûr que de la correction de sa langue natale, le milanais.

24 S. Speroni, « Dialogo della retorica», Trattatisti del Cinquecento, vol. 1, M. Pozzi éd., Milan-Naples, Ricciardi, 1978, p. 658-659. Le propos que l’auteur prête à Antonio Brocardo pousse Marcantonio Soranzo à affirmer : « Or questo vostro eloquente (se non m’inganna la simiglianza) è il ritratto dell’Aretino.»

25 J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, dans la postface à leur édition française du Prince (« Sur la langue du Prince : des mots pour comprendre et agir», Machiavel, Le Prince, J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini éd., Paris, Presses universitaires de France, 2000, p. 545-610, la citation figure p. 547), insistent sur ce point et poursuivent en observant que, dans leur recherche d’une nouvelle langue de la politique, Machiavel et ses contemporains se fondaient ainsi sur un double héritage : « le vocabulaire quotidien et technique des marchands et la terminologie, latine ou vulgaire, des offices et charges politiques».

26 Ibid., p. 547-548. Sur le cas Machiavel, voir aussi J.-L. Fournel, « Frontiere e ambiguità nella lingua del Principe : condensamenti e diffusione del significato», La lingua e le lingue di Machiavelli. Actes du colloque international d’études (Turin, 2-4 décembre 1999), Florence, Olschki, 2001, p. 71-85.

27 Le relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimosesto, E. Alberi éd., Florence, Società editrice fiorentina, 1839-63, 15 volumes.

28 Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato,reprint de l’édition d’A. Segarizzi, A.Ventura éd., Rome-Bari, Laterza, 1976, vol. 1, p. lxxxi-lxxxii.

29 Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato, A. Segarizzi éd., Bari, Laterza, 1912-16, 4 volumes.

30 La nécessité de la contextualisation existe, de toute façon, même dans le droit romain. Dans le premier numéro de Laboratoire italien justement, Aurora Savelli rappelait la précieuse indication de méthode que nous donnait l’Enciclopedia del diritto à l’entrée Popolo, eu égard au droit romain, dans lequel on souligne tant la nécessité d’une analyse sémantique attentive que celle d’un travail de contextualisation car « una dilatazione di campo semantico e una pluralità di valori […] connotano il lemma popolo nella tradizione romana». Voir A. Savelli, « Sul concetto di popolo : percorsi semantici e note storiografiche», Le peuple. Formation d’un sujet politique, dossier monographique paru dans Laboratoire italien. Politique et société, n° 1, 2001, p. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mario Pozzi, « Pour un lexique politique de la Renaissance : la situation linguistique italienne au début du XVIe siècle », Laboratoire italien [En ligne], 7 | 2007, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/130 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.130

Haut de page

Auteur

Mario Pozzi

Mario Pozzi est professeur de littérature italienne et de littérature artistique à l’université de Turin. Il collabore assidûment au Giornale storico della letteratura italiana, dont il est l’un des directeurs. Il a publié des éditions annotées et commentées des principales œuvres de Bembo, Speroni et Gelli (Trattatisti del Cinquecento, t.1, Milan-Naples, Ricciardi, 1978) et des principaux écrits sur la langue vulgaire au XVIesiècle (Discussioni linguistiche del Cinquecento, Turin, UTET, 1988). Il a, en outre, édité les écrits de Vespucci (Il mondo nuovo di A.Vespucci, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1993), la relation d’Antonio Pigafetta (Il primo viaggio intorno al mondo, Vicence, N.Pozza, 1994, comprenant la reproduction fac-similé du ms. AmbrosianoL. 103Sup.), la traduction du Cortigiano par Boscán (B.Castiglione, El cortesano, Madrid, Cátedra, 1994). En collaboration avec Maria Rosa Loi, il a publié les Lettere familiari de Sperone Speroni (Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1993-1994). En collaboration avec Enrico Mattioda, il a publié Giorgio Vasari storico e critico (Florence, Olschki, 2006). Il a publié plusieurs recueils d’articles: Lingua e cultura del Cinquecento (Padoue, Liviana, 1975), Lingua, cultura, società (Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1989), et Ai confini della letteratura, Alessandria, Edizione dell’Orso, 1999-2000. Il s’intéresse surtout à la littérature de la Renaissance, qu’il a étudiée avec des méthodes et des approches différentes, mais en portant toujours une grande attention aux rapports complexes entre langue, culture et société. Il porte aussi un grand intérêt à l’histoire de l’italianisme. Il a, en particulier, porté son attention sur les moments de crise culturelle ou formelle, et sur les espaces frontaliers entre, d’un côté, la littérature, et, de l’autre, l’art, l’histoire, la géographie, les traités, l’histoire de la langue.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page