Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Colloque

Francesco Guicciardini e lo studio dei carteggi

Compte rendu de la journée d’étude en l’honneur de Pierre Jodogne organisée par Paola Moreno, université de Liège, le 5 décembre 2006
Giovanni Palumbo
p. 217-225

Full text

1En 1986, Pierre Jodogne publiait pour l’Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea le premier tome de son édition des Lettres de Francesco Guicciardini. Vingt ans plus tard, les neuf premiers tomes ont paru et le dixième est actuellement sous presse : la moitié de cette gigantesque entreprise a donc été accomplie, justement l’année où M. Jodogne fête son soixante-dixième anniversaire.

2La coïncidence de ces dates, que le hasard s’est amusé à combiner, a fourni l’heureux prétexte de la journée d’étude organisée par Paola Moreno, avec la collaboration de Pietro Benzoni, au sein de l’institution universitaire où M. Jodogne a enseigné plusieurs années. Le titre choisi pour cette rencontre, « Francesco Guicciardini e lo studio dei carteggi», révèle d’emblée la double perspective de recherche adoptée par les amis qui se sont réunis autour du maître belge. Il s’agit, d’un côté, d’attirer l’attention sur la richesse littéraire de la production épistolaire de Guicciardini, qui reste encore largement à exploiter; de l’autre, de réfléchir sur l’histoire des éditions de ses lettres et, plus généralement, sur la méthodologie de la « philologie épistolaire».

3En ouverture, la communication (Les éditions des Lettres de Guichardin) de Paola Moreno, qui participera avec M. Jodogne à la publication des prochains volumes des Lettere, a récapitulé avec clarté et précision « l’histoire éditoriale de la correspondance guichardinienne», qui « est en grande partie parallèle à l’histoire de la fortune littéraire» de l’auteur. À travers ce long parcours, qui va de la publication de la première lettre, imprimée en 1514 dans la correspondance de Lucio Marineo, jusqu’aux éditions scientifiques modernes, on peut dégager trois étapes principales. La première phase de la fortune éditoriale de la correspondance guichardinienne – des premières décennies du Cinquecento jusqu’au début du Seicento – est marquée par « une sorte de double contrapasso» : seulement 35 des quelque 5 000 lettres écrites par Guicciardini ont été imprimées; la production épistolaire de l’historien florentin est prise en compte uniquement pour ses atouts stylistiques, dans le cadre des recueils de lettres exemplaires adressées aux princes ou bien dans les « anthologies conçues pour fournir aux secrétaires-courtisans des modèles de lettres fonctionnels à tout usage». Après le peu d’intérêt manifesté à son égard par le xviie siècle, Guicciardini revient sur le devant de la scène dans la seconde partie du xviiie siècle : on s’intéresse à lui tout d’abord en tant qu’illustre et vivace correspondant de Machiavel; après, progressivement, surtout au cours du xixe siècle, pour ses propres mérites. Le fruit le plus remarquable de cette période d’études est sans aucun doute l’édition pionnière de Giuseppe Canestrini des Opere inedite de Guicciardini, où la correspondance occupe sept volumes sur dix. À ce travail fait suite toute une série d’éditions « mineures» des lettres guichiardiniennes, publiées en fonction des fonds où elles sont conservées ou bien, plus souvent, des correspondants auxquels elles sont adressées. C’est toutefois l’exploration systématique des archives de la famille Guicciardini menée par Roberto Ridolfi en 1936 qui marque un tournant décisif dans les recherches. On s’aperçoit alors clairement de l’insuffisance du choix opéré par Canestrini et de la nécessité d’une publication à la fois intégrale et philologique de la correspondance de Guicciardini. De ce travail se charge, depuis sa fondation en 1934, l’Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, qui a mis en chantier une édition complète de la correspondance, confiée tout d’abord à Roberto Palmarocchi, ensuite à Pier Giorgio Ricci, enfin à Pierre Jodogne. Ainsi une nouvelle histoire commence.

4Ce sont les moments les plus significatifs de cette « nouvelle histoire» – les circonstances de sa rencontre avec Guicciardini, la fréquentation quotidienne de cet auteur, depuis trente ans, et les problèmes philologiques qu’elle a soulevés – qui ont fait l’objet de la lectio magistralis de Pierre Jodogne sur L’édition de la correspondance de Guichardin : philologie et humanité. Dans la première partie de son propos, M. Jodogne a évoqué avec la chaleureuse discrétion qu’on lui connaît sa « découverte» des séductions de la philologie : tout d’abord, au cours d’un séjour prolongé dans la Bologne des années 1950, à l’époque où la vie universitaire était animée par l’éloquence de Francesco Flora, mais aussi par l’enseignement austère et pénétrant de Raffaele Spongano; puis, au fil du temps, au cours des conversations avec Vittore Branca, Gianfranco Contini et surtout Albert Henry. Sa passion pour la profondeur des Ricordi et pour la « prose proustienne» de la Storia d’Italia, suscitée par les séminaires de Spongano, sera rallumée, quelques années plus tard, par la découverte d’une lettre inédite de Guicciardini, publiée dans la revue Studi e problemi di critica testuale. C’est justement l’époque où Armando Saitta essaie de refonder sur de nouvelles bases philologiques l’édition de la correspondance de Guicciardini.

5La deuxième partie de l’intervention a mis en évidence les problèmes posés par la « philologie épistolaire». Il ne faut pas oublier, en effet, que chaque lettre s’inscrit dans un échange avec un destinataire précis, dont on ne peut pas négliger la personnalité ; elle n’est donc pas autonome, mais fait partie d’un ensemble. À cet égard, la correspondance entre deux interlocuteurs se présente comme une œuvre unique, dialoguée et polyphonique, fragmentaire par définition : non seulement parce que le temps a englouti certaines répliques, mais aussi parce que les lettres ne sont que les moments d’un dialogue fait aussi de rencontres de visu et de conversations orales, à jamais perdues. La première difficulté posée par l’édition d’une correspondance consiste donc dans le rassemblement de tous les témoignages de ce dialogue qui nous sont parvenus. Si la plus grande partie des lettres de Guicciardini est conservée dans les lieux où il a exercé son action politique, le reste est dispersé dans des collections privées et dans différentes bibliothèques publiques. La consultation des catalogues et les enquêtes auprès des bibliothèques ne constituent que les premiers pas de la recherche, mais elles ne suffisent pas à achever la recensio. Le dépouillement direct et de première main des fonds, qui dans le cas de Guicciardini a engagé son éditeur à entreprendre un véritable « Iter Italicum d’un pèlerin solitaire», s’avère indispensable. En procédant de cette manière, Pierre Jodogne a pu retrouver environ mille lettres qui avaient échappé à ses prédécesseurs.

6Une fois réuni le corpus, on peut passer à la phase de la collatio, qui pose des problèmes inconnus de la philologie traditionnelle. La genèse et la circulation d’une lettre officielle, on le sait, suit un chemin complexe. En général, l’auteur écrit de sa main un « brouillon» (minuta), conservé dans les minutiers et recopié par le secrétaire, qui rédige ainsi la version officielle de la lettre (l’« original»), dont on tire ensuite d’autres copies (« duplicata»), qui seront envoyées au destinataire par des chemins différents, pour éviter que le courrier ne soit intercepté. Pour la même raison, certaines lettres, particulièrement confidentielles, sont chiffrées par l’auteur ou bien par son secrétaire. Enfin, la chancellerie du destinataire peut classer les lettres reçues dans ses archives. Or, toutes les phases de ce parcours textuel ne nous sont pas toujours connues : la tradition s’est souvent appauvrie par la perte de l’un ou l’autre des ces documents; heureusement, elle a pu aussi s’enrichir par la copie tardive d’une lettre. La collatio des différents témoins ne s’impose que dans le cas où la minute et l’original ont tous deux été perdus. Même quand la minute et l’original ont été conservés, il y a cependant une autre difficulté qui se présente au philologue : quelle version faut-il publier? Faut-il privilégier le « brouillon» rédigé par l’auteur, ou bien l’« original» transcrit par le secrétaire? Dans le cas de Guicciardini, l’hésitation, tout à fait légitime, est liée à la « double nature» de ses lettres, à la fois textes littéraires et documents historiques. Du point de vue littéraire et linguistique, le choix du « brouillon» autographe de l’auteur s’impose. Si, en revanche, l’on adopte la perspective des historiens l’« original» prévaut : c’est cette version, avec ses « fautes» et ses innovations, qui a vraiment circulé, a été lue par le destinataire et a suscité sa réponse. Il faut donc évaluer cas par cas, et décider en fonction de la nature de chaque lettre et de l’importance des variantes séparant la minute de l’original. Cette situation textuelle influence aussi l’emendatio et invite à adopter une pratique éditoriale très prudente et conservatrice. Si on publie le « brouillon», on rectifiera seulement les lapsus calami commis par l’auteur; si on décide de publier l’« original», on évitera de corriger les innovations introduites par le secrétaire. Dans tous les cas, une édition semi-diplomatique, respectueuse de la graphie originale et donc particulièrement conseillée pour les autographes d’auteurs, apparaît souhaitable.

7Publier une correspondance, c’est aussi reconstruire un édifice ébranlé et altéré par le temps. À la différence de ses prédécesseurs, M. Jodogne a courageusement pris le parti de réunir toutes les pièces de la correspondance – non seulement les lettres envoyées, mais aussi celles reçues par Guicciardini – et de les classer selon leur succession chronologique. Dans cette reconstruction, l’apport de la philologie matérielle s’avère particulièrement précieux : dans certains cas, seule l’étude du papier et du filigrane fournit les éléments indispensables pour remettre dans le bon ordre les lettres non datées. La description soignée du support ne doit donc pas être négligée. Le commentaire pose un problème particulier. Dans le cas de Guicciardini, le nombre considérable de lettres, l’abondance des données et des références qu’elles contiennent, la présence d’allusions devenues obscures, rendent cette tâche particulièrement lourde et laborieuse. La rédaction de notes ponctuelles visant à éclaircir tous les aspects du texte (historiques, matériels, littéraires, linguistiques, etc.) risquerait de ralentir outre mesure, et peut-être même de faire échouer, le travail philologique. En considérant judicieusement que « le mieux est ennemi du bien», M. Jodogne a donc renoncé à rédiger un commentaire analytique, mais il a pourvu son édition d’index analytiques, abondants et détaillés, qui manquaient dans l’édition Palmarocchi-Ricci. Ces instruments ouvrent aux chercheurs de multiples voies d’accès aux matériaux fournis; ils favorisent toutes sortes de consultations transversales et encouragent la mise en chantier d’études plus spécifiques, sans toutefois bloquer ni retarder le rythme de publication des lettres.

8La correspondance de Guicciardini permet de suivre, souvent jour après jour, son intense activité politique et militaire. Elle nous donne ainsi des renseignements précieux et détaillés sur la situation politique, mais aussi sur l’administration locale du gouvernement. Il serait erroné, toutefois, de croire que l’intérêt des lettres est simplement documentaire et historique. Quelques lettres nous informent sur les contacts de Guicciardini avec les intellectuels de son temps (Tolomei, Bembo, Aretino, Amaseo, etc.). D’autres présentent un caractère littéraire plus marqué. Par ailleurs, au fil de la publication, se dessine de manière de plus en plus distincte le profil de l’« autre» Guicciardini. Au premier plan, on distingue l’homme public, pris dans le feu de l’action. L’historien florentin apparaît comme un politicien intelligent et décidé; il sait se faire apprécier par ses interlocuteurs pour son « discernimento»; il manifeste son attachement à sa ville et au bien public; il agit en homme d’action qui déteste la « leggerezza», dans le sens de la superficialité, prisant la « destrezza», qualité dont on trouve simplement deux occurrences dans les Ricordi. Dans le fond, on aperçoit aussi la silhouette de l’homme privé. La sphère intime, certes, reste souvent voilée. Comme l’a aussi souligné Jean-Louis Fournel, le ton sérieux et engagé, distant et politique, caractérise également les lettres familiales; les allusions aux femmes et aux enfants sont rares et sont souvent confinées dans les post-scriptum. De temps en temps, on devine toutefois les inquiétudes de Guicciardini : pour son épouse, qu’il est obligé de laisser souvent seule à la maison, ou bien pour ses six filles à marier. L’étude de la correspondance, que Paola Moreno a suggéré de lire comme un « seul roman», sera donc indispensable pour écrire une nouvelle biographie de Guicciardini, le travail philologique permettant de connaître mieux à la fois l’homme et l’écrivain.

9La table ronde, animée par Matteo Palumbo, a permis d’approfondir les principaux thèmes abordés durant la matinée.

10Luigi Lotti, directeur de l’Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, a reconstruit avec soin la dernière phase de l’« histoire externe» de l’édition du carteggio de Guicciardini (Le edizioni del carteggio guicciardiniano e l’Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea). Il s’agit là d’un chapitre important de l’histoire de la culture et de la philologie italienne du xxe siècle. À l’aide de documents inédits, M. Lotti a tout d’abord évoqué le travail de Roberto Palmarocchi et les raisons à la fois historiques, scientifiques et privés qui l’ont fait renoncer : le début de la Seconde Guerre mondiale, la mutation de Palmarocchi du Provveditorato d’Arezzo à celui de Teramo, loin des archives de Florence, ainsi que sa déception à la suite des mauvais résultats obtenus à un concours universitaire. Après la guerre, lorsque les activités de l’Istituto reprirent avec régularité, le travail fut confié à Pier Giorgio Ricci. Ce philologue expérimenté ne manqua pas de souligner et de corriger les défauts de l’édition en cours. Cependant, il ne put remédier à toutes les apories de fond, structurales, de l’entreprise comme par exemple le choix fâcheux de publier les lettres en fonction de leur fonds d’appartenance. Treize volumes plus tard, la mort prématurée de Ricci, au moment où la publication des fonds les plus importants avait été accomplie, conduit à nouveau le travail dans une impasse. Ce moment de pause, pourtant, s’avère propice et fructueux. La réflexion reprend. On remet en discussion les critères du travail. Faut-il poursuivre sur le même mode, en dépit des graves limites scientifiques de l’édition, désormais incontestables? Ou bien faut-il tout reprendre à zéro? Le choix n’était certes pas facile. Cependant, malgré la méfiance générale et contre tout intérêt économique, le directeur de l’Istituto storico n’hésita pas à abandonner les dix-sept volumes déjà publiés pour confier à un jeune savant étranger la tâche de refonder l’édition sur des bases philologiques complètement renouvelées. On ne peut que rendre hommage à l’honnêteté scientifique et au courage intellectuel d’Armando Saitta.

11L’importance de la correspondance de Guicciardini pour les historiens de la littérature et de la pensée politique a été soulignée de manière exemplaire par les interventions de Jean-Louis Fournel (Non essere un’ombra : il carteggio di Guicciardini durante l’ambasciata in Spagna) et de Jean-Claude Zancarini (Il commissario generale Guicciardini e la guerra in Lombardia. Luglio-dicembre 1521). J.-C. Zancarini a croisé avec profit les lettres et la Storia d’Italia, les Ricordi et la Relazione della difesa di Parma pour s’interroger sur l’art de la guerre et sur les liens entre politique et militaire chez un « governatore, non uomo di guerra », tel que se présente Guicciardini. Cette étude prolonge ainsi la réflexion engagée à l’occasion du colloque Les Guerres d’Italie. Histoire, pratiques, représentations (D. Boillet et M.-E. Piejus éd., Paris, 2002, p. 89-100). L’étude de J.-L. Fournel, en revanche, a exploré la première expérience épistolaire, à plusieurs égards exemplaire, produite par Guiccardini lors de son ambassade en Espagne. Le jeune homme politique fait ses premières armes, découvrant les difficultés du métier d’ambassadeur : ses lettres constituent ainsi une sorte de « laboratoire» d’écriture politique. Dans son apprentissage, Guicciardini s’adresse à deux « interlocuteurs collectifs» : le gouvernement de Florence et sa famille. Les lettres « publiques» et « privées» sont rédigées presque en même temps et sont souvent envoyées par le même courrier. Le ton et le style peuvent certes varier selon l’occasion et selon l’interlocuteur, mais la matière traitée reste grosso modo la même. Lorsque la réponse des Dix se fait attendre ou qu’elle est trop sèche, laissant l’ambassadeur « in sospeso» ou « asciutto», Guicciardini écrit aux membres de sa famille pour demander conseil sur la ligne de conduite à suivre, pour avoir un avis éclairé sur la situation politique, ou encore, pour obtenir des informations supplémentaires. Dans cette correspondance, les dimensions publique et privée apparaissent ainsi nécessairement articulées : ces deux registres sont moins parallèles que complémentaires. L’analyse formelle des lettres permet aussi de dégager la formation d’un langage politique et gnoséologique. Ce n’est pas un hasard, par exemple, si le mot « ritrarre» revient à plusieurs reprises. En tant qu’ambassadeur, Guicciardini se doit de rencontrer le roi, de l’étudier et de l’interroger implicitement, de décrypter ses discours; bref, il lui faut « ritrarre» son interlocuteur pour formuler « un avviso». Le théoricien et politicien qui explorera en profondeur la nature humaine dans ses Ricordi se révèle ainsi en pleine formation. Les Dix ne tarderont pas à apprécier les qualités de leur envoyé; ils lui demanderont bientôt non seulement de les renseigner sur le « successo», sur ce qui est arrivé, comme tous les ambassadeurs doivent le faire, mais aussi d’échafauder des hypothèses sur ce qui pourrait arriver, prérogative accordée seulement à un « uomo prudentissimo» et longtemps refusée à Machiavel. Jean-Louis Fournel montre ainsi, avec une grande précision, comment Guicciardini élabore une méthode d’analyse et de connaissance, à la fois de la réalité et des hommes, qui s’adapte à l’esprit des temps nouveaux.

12L’intervention de Jean-Jacques Marchand (L’edizione di carteggi amministrativi e diplomatici : il caso Machiavelli) ramène l’attention sur les problèmes de la philologie épistolaire, présentés cette fois-ci selon la perspective de l’éditeur de Machiavel. La comparaison entre les expériences de travail sur la production des deux historiens florentins est instructive. À la différence de Guicciardini, les correspondances publique et privée sont, chez Machiavel, distinctes, tant du point vue éditorial que du point de vue de la tradition; ce qui pose le problème des lettres privées écrites au cours de l’exercice des fonctions officielles. En plus, l’édition des Scritti di governo, des Legazioni et des Commisarie constitue un cas d’espèce et pose d’épineux problèmes d’« attribution» et de paternité. En effet, Machiavel, avec plusieurs collaborateurs, avait la charge de vérifier et de sélectionner toute la correspondance adressée aux Dix, ainsi que de rendre compte de leurs décisions. Il recevait des instructions assez précises sur ce qu’il devait écrire, mais jouissait d’une certaine liberté dans la manière, c’est-à-dire dans l’argumentation logique et formelle. Les missives étaient rédigées directement dans les minutiers; elles étaient ensuite copiées par un scribe qui signait au nom des Dix, et enfin contresignées par le secrétaire. En ce qui concerne les legazioni et les commissarie, en revanche, la mission commençait formellement avec une lettre d’instructions précisant tout ce que le commissaire ou l’ambassadeur devait faire. La personne envoyée recevait aussi une lettre de créance l’autorisant à parler au nom de l’autorité qu’il représentait. Dans le cas de missions peu importantes, Machiavel écrivait parfois les instructions de sa propre main; si la mission était plus délicate, il emportait même avec lui des documents. En l’occurrence, l’envoyé devait aussi se munir du code nécessaire pour déchiffrer certaines missives. La forme et la structure des lettres écrites par le délégué étaient assez libres. En général, on trouve tout d’abord la liste des dépêches envoyées et reçues durant la mission, avec la précision des dates; puis, un compte rendu des rencontres qui ont eu lieu; enfin, les formules de congé. Or, la recensio de tous ces écrits a permis de retrouver plus de 6 000 pièces : nous avons des relations purement techniques, ou des comptes rendus résumant en quelques lignes le résultat d’une mission; mais aussi des lettres plus longues, qui racontent en détail la rencontre avec un souverain ou qui analysent la situation politique, économique ou administrative d’un État. Au moment de publier cette vaste production au sein de l’édition nationale des œuvres de Machiavel, une sélection s’est donc imposée. Sur le plan général, on a décidé de publier les lettres écrites par et à Machiavel : cette liste comprend les lettres autographes écrites par lui, même si elles sont signées par quelqu’un d’autre; mais aussi les lettres écrites par quelqu’un d’autre et signées par Machiavel. Dans les cas de lettres rédigées à plusieurs mains, on tient compte de l’autographie, même partielle. Parmi les documents officiels produits pour une mission, les lettres informatives et les lettres de créance sont incluses dans l’édition moderne. Le corpus ainsi délimité a nécessité une sélection ultérieure. On a privilégié les lettres et les documents témoignant du rôle joué par Machiavel dans la vie politique de Florence; les textes qui annoncent les intérêts du Machiavel historien (la problématique de l’art de la guerre, etc.); les lettres qui permettent d’étudier, à travers leurs variantes rédactionnelles, l’élaboration d’un style et d’une réflexion; enfin, celles qui se signalent par leur intérêt linguistique. Des lettres moins importantes ont aussi été choisies pour assurer la continuité chronologique; elles sont précieuses pour montrer la gestion quotidienne des affaires publiques dans des périodes d’activité normale. Or, comment publier ces textes? Le pari consiste à satisfaire les plus hautes exigences philologiques et révèle le besoin de s’adresser à un public large. Cette double exigence a poussé les éditeurs à adopter des solutions différentes par rapport à l’édition publiée chez Laterza, dans la collection des Scrittori d’Italia. Pour l’édition nationale, on a pris le parti de moderniser prudemment l’orthographe; de mettre en apparat les variantes rédactionnelles; d’introduire des notes pour expliquer la signification des mots difficiles, glosés à chaque occurrence. Un appendice au XXe volume fournira l’édition diplomatique des autographes des écrits « littéraires».

13Concentrer l’attention sur la publication des correspondances, mais aussi sur la personnalité de leurs auteurs et de leurs éditeurs; réfléchir sur l’histoire des textes, sans toutefois la séparer de l’histoire des hommes qui les ont écrits et des hommes qui les ont étudiés et publiés; bref, réunir philologie et humanité : voilà l’enjeu principal de la rencontre liégeoise. D’ailleurs, il ne serait peut-être pas abusif de faire de ce binôme – dont chaque terme est à prendre dans son acception la plus profonde – l’emblème du haut magistère de Pierre Jodogne. Un maître qui, comme l’écrivait Armando Saitta en 1986, «  ha magnifica tempra di scavatore e costruttore e nel suo temperamento nordico cela sufficiente calore mediterraneo, per renderci certi della riuscita della nuova impresa  ».

Top of page

References

Electronic reference

Giovanni Palumbo, « Francesco Guicciardini e lo studio dei carteggi », Laboratoire italien [Online], 7 | 2007, Online since 07 July 2011, connection on 25 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/148

Top of page

About the author

Giovanni Palumbo

Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix, Namur

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page