Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Nunc alia tempora, alii mores. Storici e storia in età postridentina

Manuela Bragagnolo
Translated by Laura Fournier-Finocchiaro
p. 227-232
Bibliographical reference

Nunc alia tempora, alii mores. Storici e storia in età postridentina, Actes du colloque international (Turin, 24-27 septembre 2003), sous la direction de Massimo Firpo, Florence, Olschki, 2005, 587 pages, 56 euros.

Editor's notes

Langue d’origine : italien

Full text

1Ce volume, fruit d’un regain d’intérêt vis-à-vis de l’historiographie de l’époque post-tridentine, offre une contribution importante à la compréhension des profonds changements intervenus dans la connaissance historique entre la première et la seconde moitié du xvie siècle. Le moment de la Contre-Réforme marque, en effet, comme l’écrivait Carlo Sigonio, « alia tempora» et « alios mores» et les essais recueillis ici sondent les objectifs, les méthodes, les usages et les finalités de l’historiographie lors de ces quelques décennies. Après les essais dédiés aux particularités de l’histoire de l’Église (première partie) suivent les contributions consacrées à l’historiographie des nouveaux ordres religieux (deuxième partie) et aux contraintes, censures et auto-censures, imposées par le concile de Trente à la façon de faire de l’histoire (troisième partie). L’horizon d’étude ne se limite pas à l’univers religieux et ecclésiastique, mais s’étend aussi « à l’histoire civile et politique, aux nouvelles exigences des États et des dynasties en terme de propagande, à l’histoire des villes et des familles» (Massimo Firpo, p. vi) (quatrième partie), examinant également les implications dans le cadre européen (cinquième partie). Le tableau hétérogène qui se dessine laisse apparaître un enchevêtrement profond entre les instances religieuses et politiques, qui referont surface au cours de ce que l’on apelle le « Long Tridentine Century» (1563-1742 env.) (Simon Ditchfield, p. 5). Loin de l’analyse historique et politique attentive de l’historiographie du xvie siècle italien, vouée à la recherche de la pure « rerumveritas», l’histoire de l’époque post-tridentine revêt, en effet, de façon consciente et souvent occulte, les traits de l’apologie, se révélant un puissant moyen pour orienter et mobiliser la mémoire collective. C’est dans cette perspective que se développe l’historiographie de l’Église romaine, laquelle, comme le met en évidence Simon Ditchfield, « organisa – et mobilisa – sa mémoire collective en utilisant le culte des saints» (p. 5), en traçant une voie historiographique qui se poursuit jusqu’au pontificat de Prospero Lambertini, pape en 1740. Il s’agit d’une politique historiographique vouée à célébrer le prestige de l’Église et du pontife, en passant souvent sous silence les aspects susceptibles d’être critiqués par les adversaires de la papauté. Le conclave, par exemple, lieu de l’« imbroglio» et de la « machination politique par excellence» (Alain Tallon, p. 26), était décrit par les historiens pontificaux en dissimulant les conflits qui marquaient l’élection du pape, pour souligner les aspects plus folkloriques du couronnement. L’histoire, donc, devenait « instrument de prédication, non plus de connaissance» (Elena Valeri, p. 323), comme on le déduit des pages de l’Italia Travagliata de l’inquisiteur Umberto Locati, où la figure du souverain pontife émergeait clairement, tuteur en même temps de l’unité religieuse de l’Italie ainsi que de sa défense du point de vue temporel. Une activité éditoriale complexe offrait en outre ses suffrages à la politique de consolidation des principes tridentins. On en a un exemple dans le Martyrologium romanum, une œuvre que l’on voulut valoriser en la plaçant de plus en plus sous l’autorité de Cesare Baronio et dont le destin éditorial est analysé point par point par Giuseppe Antonio Guazzelli.

2Les études portant sur l’historiographie des ordres religieux, qui mettent en lumière une déclinaison ultérieure de l’histoire entre le xvie et le xviie siècle, se révèlent également d’un grand intérêt. L’activisme historiographique des ordres était, en effet, souvent dicté par la nécessité de trouver dans l’histoire une légitimation et une identité partagée, face aux circonstances obscures qui souvent accompagnent la naissance des ordres. Il en va ainsi pour l’ordre des Théatins, qui « employa des ressources intellectuelles notables […] à la recherche d’une légitimation basée sur l’histoire» (Eleonora Belligni, p. 142-143), comme pour les barnabites, qui durent se confronter avec la personnalité complexe du fondateur de l’ordre, Baptiste de Crème, un dominicain condamné par l’Inquisition. De la même manière, l’ordre des Servites dans la « construction de leur identité propre et de leur propre passé […] [dut] régler ses comptes avec la personnalité explosive de Paolo Sarpi» (Antonella Barzazi, p. 233); les « débuts de la réforme des capucins», par la suite, « furent accompagnées d’une série d’actes de désobéissance toujours plus radicaux face à l’autorité pontificale» (Miguel Gotor, p. 216), qui culminèrent avec l’apostasie du vicaire général de l’ordre, Bernardin d’Ochino. Cela se produisait dans un climat culturel où « la lutte contre l’hérésie, bien qu’à l’apogée de l’urgence contre les protestants, s’étendait aux nouvelles congrégations de clercs réguliers pour empêcher que ces expériences religieuses et leurs aspirations de réforme se développent de façon autonome, hors du contrôle des hiérarchies inquisitoriales» (Eleonora Bonora, p. 116). Certaines congrégations disparurent, comme l’ancienne tradition des jésuates, vaillamment défendue par Paolo Morigia dans l’Historia dell’origine di tutte le religioni, étudiée par Isabella Gagliardi. Au même moment, toutefois, se développent, au sein des ordres, des formes méditées d’autocensure, qui permirent leur survie et qui contribuèrent à la formation de nombreuses propositions culturelles de l’Église post-tridentine. Comme le met en évidence l’étude de Guido Mongini, dans le cas des jésuites, appartenant à un ordre religieux « qui se présentait comme un bastion de l’orthodoxie romaine et un miroir infrangible de la fidélité au pontife» (p. 188), l’autocensure déboucha en un véritable « nicodémisme historiographique». En effet, la naissance et la diffusion d’une obscure réputation d’hérésie, suivie par l’accusation de « déviations à caractère théologique du corpus de la tradition patristique et scolastique» (Franco Motta, p. 190) donna naissance à un « modo de hablar» précis, prudent et dissimulateur, enseigné et observé à l’intérieur de l’ordre, avec l’intention déclarée de ne pas attirer de soupçons. « Résultat conscient d’une opération d’autocensure programmée» (Guido Mongini, p. 179), l’historiographie jésuite atteint son sommet avec la rédaction de la Vita Ignatii Loyolae de Pedro de Ribadeneira, l’œuvre officielle qui devait fixer le profil institutionnel parfaitement orthodoxe du fondateur et des origines de l’ordre, par le biais d’une complexe opération d’élimination des témoignages précédents.

3La troisième section réunit les études qui approfondissent le rôle de la censure ecclésiastique en relation avec l’activité historiographique. À l’époque post-tridentine, l’histoire devient un terrain de rencontre et d’affrontement entre Réforme et Contre-Réforme; l’opposition qui concerne surtout la méthode « est à la source de toute opposition de la Réforme et de la Contre-Réforme» (Jesús Martínez de Bujanda, p. 267). Dans la censure des ouvrages historiques venant du monde réformé, qui dénoncent ouvertement la corruption de l’Église et de la papauté, il est possible de mesurer la résistance de l’Église à une méthode philologique et critique qui plonge ses racines dans la méthodologie humaniste inaugurée par Lorenzo Valla et appliquée par Flavius Blondus, Machiavel et Guicciardini à l’histoire politique et religieuse. Stefan Bauer, qui s’occupe des censures aux Vies des papes de Platina, montre comment l’activité de censure de l’Église romaine réussit à toucher aussi l’histoire officielle des pontifes, rédigée au cours du xve siècle par le premier bibliothécaire de la Bibliothèque vaticane. La contribution de Paolo Prodi souligne que les censures romaines eurent comme objectif de passer également sous silence les voix, internes au monde catholique, qui sur les bases de la nouvelle méthode critique et philologique proposaient une interprétation alternative au tridentin. C’est le cas de Carlo Sigonio, dans l’activité duquel il est possible « d’apercevoir une opération culturelle et religieuse de grande ampleur, dont l’échec, l’incubation souterraine dans le cadre européen, ainsi que la reprise au xviiie siècle peuvent influencer notre interprétation de l’histoire civile et religieuse du début de l’époque moderne» (p. 294). Sigonio fut, en effet, l’héritier de cette méthode critique, appliquée par lui également à l’histoire de l’Église, fruit de « l’osmose de la vision juridique à l’intérieur de l’histoire, vue non plus comme la narration d’événements et de personnages, mais surtout comme évolution des institutions et des coutumes sociales» (p. 295), où les premiers ne constituaient plus seulement des exempla de comportements individuels, mais des indices pour découvrir les mouvements plus profonds des structures, des coutumes et des institutions, civiles et religieuses. Porteur, à l’intérieur du monde catholique, d’une « ecclésiastologie» et d’une culture alternative, Sigonio fut officieusement entravé dans la publication de son œuvre par les institutions ecclésiastiques qui, à sa mort, mirent sous clé ses manuscrits. Mais sa pensée, comme il apparaît dans les pages de Prodi, n’a pas disparu définitivement, et l’édition du xviiie siècle de l’œuvre complète de Sigonio, avec la participation passionnée de Muratori, est un témoignage de la conscience, de la part des éditeurs, que « certaines racines de la modernité plongeaient dans le monde catholique même si elles avaient été cachées» (p. 309).

4On ne trouve pas seulement de nouvelles méthodes et de nouvelles perspectives pour la connaissance historique dans le milieu ecclésiastique : elles caractérisent aussi l’histoire civile. Les oraisons funèbres en l’honneur de Cosme Ier de Médicis, étudiées par Carmen Menchini, témoignent de l’existence d’une activité de propagande promue par les Médicis, fonctionnelle quant à la légitimation de la famille et du trône. Dans ces textes, comme l’observe l’auteur, il est possible de retracer les chemins suivis par la propagande médicéenne. L’intention qui transparaît est de tracer la figure d’un souverain idéal, dans lequel se fond le modèle du prince héroïque avec celui du bon prince, doté de toutes les qualités typiques des traités seiziémistes et dix-septiémistes. De nouvelles finalités semblent donc s’ajouter à la tradition, dans un dialogue complexe avec les sources. À ce propos, dans ses Notes, Cesare Vasoli propose une réflexion sur les Opuscules, des écrits mineurs de Scipione Ammirato, qui permettent de remarquer comment « un historien et un théoricien politique “orthodoxe” de l’époque de la Contre-Réforme […] devait toujours se confronter à l’ombre du Secrétaire Florentin, même lorsqu’il tentait d’élaborer une nouvelle éducation pour le prince» (p. 391). L’étude de Paolo Cozzo montre un développement ultérieur de l’idée d’histoire, « qui laisse entrevoir, dans toute sa gravité, la crise imminente de la conscience européenne» (p. 414). Dans l’Historia Ecclesiastica de Guglielmo Baldessano, en effet, le militantisme anti-hérésie pour la défense de l’orthodoxie catholique finit par se confondre avec le soutien idéologique au pouvoir politique. Roberto Bizzocchi souligne que l’historiographie généalogique mûrissait, dans la période considérée, des caractéristiques toutes particulières, et se révélait comme un instrument précieux dans les controverses politiques, comme dans les religieuses. Le genre biographique lui aussi endosse des traits spécifiques. Comme il apparaît clairement dans l’étude de Giampiero Brunelli sur la Vita dell’illustrissimo signor Camillo Orsino, la biographie était utilisée dans le but de réhabiliter le souvenir d’importants personnages qui avaient expérimenté des formes de spiritualité autonomes, sans pour autant avoir suscité des fractures avec l’Église romaine.

5En déplaçant le regard de l’Italie vers l’Europe, les études de la dernière section révèlent que, dans les autres pays du vieux continent également, l’histoire développait de nouveaux caractères pendant ces décennies. Toutefois, c’étaient des voix discordantes par rapport aux orientations prises en Italie, des voix qui semblaient prendre appui sur les tentatives qui avaient été placées immédiatement sous silence dans la péninsule. Comme le met en évidence l’étude de Stefania Pastore, la limite qui séparait l’orthodoxie de l’hérésie était extrêmement mouvante même dans le temple de Philippe II et de la Contre-Réforme espagnole. Au travers de l’histoire complexe de Benito Arias Montano, bibliothécaire du roi d’Espagne, et de la prétendue diffusion de doctrines iréniques et spiritualistes de matrice flamande à l’Escurial, l’auteur fait remarquer que, même en Espagne, on peut retrouver des personnages qui décidèrent de « faire rentrer des propositions hérétiques dans des cadres orthodoxes» (p. 464). Il s’agit de propositions et d’instances profondément enracinées dans le xve siècle espagnol, enfouies sous des décennies de conformisme et que seulement ceux qui appartenaient au milieu culturel particulier de Montano pouvaient redécouvrir. Distant des tendances historiographiques voisines, et en particulier de la contemporaine « littérature aplatie sur l’encomiastique politique de matrice philo-hispanique», l’œuvre historiographique de Ieronimo de’ Franchi Conestaggio est également d’un grand intérêt. Étudiée par Stefano Andretta, l’œuvre de Conestaggio apparaît comme un intéressant témoignage italien projeté vers l’Europe. Dans l’Unione del regno di Portogallo alla corona di Castiglia, Conestaggio décrit magistralement le règne portugais, rapidement désagrégé sous les coups de la puissance espagnole, en adressant toutefois indirectement et de manière voilée à l’Italie, et en particulier à sa ville de Gênes, ses réflexions sur un pays dont il partageait les craintes et les inquiétudes. Épigone et héritier de « la lucidité historique et politique sans pitié de la grande historiographie civile du xvie siècle italien», Conestaggio devient le porte-parole d’un sentiment qui rapproche de nombreux princes de la péninsule qui « estimaient de ne pas devoir renoncer aux fondements juridiques et historiques de leur propre souveraineté» (p. 479). La contribution de Luigi Alberto Sanchi déplace l’attention sur la France de la fin du xvie siècle et sur le rôle déterminant de Guillaume Budé « en tant que fondateur, ou fortifiant, du groupe socio-culturel qui – deux générations plus tard – a su non seulement s’opposer à la publication des décisions prises lors du concile de Trente, mais aussi arrêter l’érosion d’autonomie et de souveraineté que le changement de climat international semblait imposer aussi à la France» (p. 503). L’émergence du groupe social des robins, qui se prévalait de compétences juridiques et politiques spécifiques, a été perçue comme une « révolution culturelle» qui s’est développée dans deux directions : d’un côté, par la réflexion sur les fondements juridiques des institutions françaises, de l’autre, sur le versant de l’enquête historique, par la naissance d’une nouvelle méthodologie fondée sur l’étude philologique des sources. Dans le développement de cette pensée historiographique sur une base philologique et juridique, l’activité humaniste de Budé apparaît décisive, au sein « du renouveau juridique, humaniste, politique et culturel de la France du xvie siècle» (p. 505). Comme on le comprend dans l’étude de Sanchi, le véritable objectif des recherches de Budé sur la jurisprudence classique était, en effet, le renouveau des institutions du royaume par le biais de l’étude historique de la monarchie française. Dans la rencontre entre idéaux politiques et sensibilité religieuse, Budé posait, ainsi, les bases de l’élaboration d’un idéal national, par le bais de la confrontation permanente avec le modèle juridique impérial. Les études conclusives sont consacrées à la littérature du Saint-Empire romain germanique, marqué par la domination des instances protestantes. Markus Völkel et Ronnie Po-Chia Hsia analysent la réception complexe dans l’aire germanique des Annales deCesare Baronio, qui se révèlent être le seul texte en mesure de faire face à l’historiographie protestante très répandue.

6Ce volume apparaît donc comme particulièrement important pour l’historien de la pensée politique. En sondant en profondeur les connotations spécifiques qui caractérisaient les connaissances historiques à l’époque post-tridentine, il permet de saisir la « complexité, les […] alternatives encore ouvertes et vitales, les […] lignes intérieures de tension et de conflictualité» (Massimo Firpo, p. v) propres à une saison où convergeaient dans la réflexion historiographique de nouvelles instances, tant religieuses que politiques.

Top of page

References

Electronic reference

Manuela Bragagnolo, « Nunc alia tempora, alii mores. Storici e storia in età postridentina », Laboratoire italien [Online], 7 | 2007, Online since 07 July 2011, connection on 26 May 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/150

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page