Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2017

Jérémie Dubois, L’enseignement de l’italien en France 1880-1940. Une discipline au cœur des relations franco-italiennes

Pascale Budillon Puma
Référence(s) :

Jérémie Dubois, L’enseignement de l’italien en France 1880-1940. Une discipline au cœur des relations franco-italiennes, préface de Gilles Pécout, Grenoble, Ellug, 2015 ; 458 pages, 26 €

Texte intégral

1Le noyau de ce remarquable travail est constitué des biographies des 105 premiers agrégés d’italien, établies à partir de l’analyse et du traitement d’une masse considérable d’archives de tous ordres, administratives, pédagogiques – telles que les rapports des concours d’agrégation – diplomatiques, privées, ainsi qu’en témoignent les pages consacrées aux sources, l’Index et l’appareil des notes. Cette étude prosopographique constitue les deux parties centrales de l’ouvrage, encadrées par une première partie qui traite de la situation de l’italien en France à la fin du XIXe siècle, et des progrès de son implantation, tandis que la quatrième et dernière partie approfondit les implications politiques de cet enseignement dans le cadre des rapports franco-italiens, en particulier une fois le régime fasciste installé au pouvoir en Italie. L’auteur sait rendre chaque détail significatif dans une démonstration très articulée des rapports de force qui ont présidé à l’installation durable de l’italianisme en France.

2Plusieurs lectures sont possibles de cet ouvrage. Pour les italianistes, comme se définissent actuellement les enseignants de la langue, de la littérature et de la civilisation italiennes, qui ont adopté et officialisé ce probable italianisme – J. Dubois utilise le plus souvent italianisants – il constitue une base de données biographiques des grands ancêtres de la discipline, avec en tête les plus célèbres – Hauvette, Luchaire, Bédarida. J. Dubois excelle à analyser le poids des personnalités, les caractères qui s’affrontent, et à faire jouer les rapports de force entre les acteurs universitaires, entre ceux-ci et le monde politique. Par ailleurs, l’auteur traite avec autant d’attention les itinéraires personnels – formation puis carrière – des membres de sa cohorte, quelle qu’ait été leur trajectoire, allant jusqu’à émettre des hypothèses sur les stratégies de réussite à l’agrégation des premiers candidats : exemple de la subtilité d’analyse de cet historien qui creuse la psychologie et les rapports interpersonnels. L’examen des rapports du concours d’agrégation offre de succulentes pages sur les jugements du jury au sujet des candidates : le concours a été mixte très tôt – il ne l’est pas toujours resté dans le second après-guerre… Durant leur carrière, il arrive que des enseignants d’italien de la cohorte se mobilisent pour assurer le maintien institutionnel de leur discipline d’appartenance – ceci dès 1907-1908, et qu’ils se demandent comment garder les élèves d’italien, comment regrouper les services des professeurs partagés entre plusieurs établissements – questions qui présentent de forts échos dans la réalité actuelle des italianistes.

3Une autre lecture est évidemment celle qui privilégie la « constitution du champ » italianiste par la dynamique à l’œuvre en France pendant le demi-siècle concerné. L’étude cite les travaux d’italianistes – G. Saro, M. David, L. Fournier-Finocchiaro, J.-C. Vegliante – et d’historiens s’étant occupés de milieux universitaires franco-italiens : C. Charle, A.-M. Matard-Bonucci, I. Renard, mais elle représente sans aucun doute la première synthèse de cette précision et de cette ampleur sur ce sujet spécifique. À l’origine de l’institutionnalisation de l’italien, on trouve Charles Dejob, agrégé de lettres passionné d’Italie. Avec la création en 1894 de sa Société des études italiennes, il amorce une stratégie victorieuse d’introduction desdites études dans l’enseignement officiel. Sa détermination et son entregent atteignent l’objectif symbolique de la création de l’agrégation d’italien, effective en 1900. Dejob a fait agir tout un réseau de relations, en particulier celles qu’il avait nouées à l’École normale supérieure et à l’École française de Rome, et qui ont bien répondu à son appel, en adhérant à sa Société et en participant à ses activités. Jérémie Dubois suit pas à pas les progrès de l’implantation – administrative et géographique, d’abord au Sud puis plus au Nord de l’Hexagone, avec la dialectique entre Grenoble et Paris – et l’autonomisation de l’italien par rapport aux autres disciplines littéraires, en particulier par rapport à l’espagnol, auquel son sort a été initialement lié. La constitution en France d’un regard légitime sur la culture italienne entraîne aussi celle d’une sélection d’auteurs et d’œuvres, que Jérémie Dubois analyse avec acuité, dans les revues italianisantes, les programmes de concours, et les sujets de recherche ; au-delà des rivalités institutionnelles et personnelles, un amarrage de la culture italienne à la culture française caractérise de nombreuses recherches françaises sur l’Italie. Le regard français évolue au cours de la période considérée vers une plus grande part faite aux productions de l’Italie moderne et contemporaine. À ce propos, une remarque : pourquoi réduire le tableau des Diplômes d’études supérieures (DES) – l’ancêtre du DEA et aujourd’hui du Master 2 – d’études italiennes soutenus dans les années 1935-1938 à « quelques exemples » – dix-sept sur la soixantaine de sujets traités au total ? Ledit tableau est censé appuyer l’affirmation de la « prédominance manifeste » des sujets plus récents : ainsi tronqué, il perd de sa valeur démonstrative. Péché véniel, certes, dans un livre par ailleurs constamment rigoureux et clair dans son exposition.

4Le regard approfondi et l’ampleur de vues de l’historien donnent leur pleine mesure dans l’analyse des rapports politiques qui ont entouré la naissance et les développements de l’italien en France, avec l’alternance d’italophilie et d’italophobie. Abordés déjà dans la première partie, ces aspects prennent une autre dimension dans la dernière partie du livre, où l’accent est mis sur l’action de l’Italie en France, et particulièrement celle du régime fasciste. Dès l’abord, la démarche du pionnier Dejob s’inscrit dans un projet de rapprochement entre les deux pays après le massacre d’Aigues-Mortes en 1893, suivi de l’assassinat du président Carnot par Caserio en 1894. L’Italie s’était heurtée parfois, dans ses efforts de diffusion de sa propre langue par la Société Dante Alighieri avant 1914, à des réticences des autorités françaises, agitant le spectre du séparatisme niçois. Les efforts pour détourner l’Italie des puissances centrales, ses alliées, iront crescendo après l’éclatement de la guerre en 1914 ; c’est ainsi que Luchaire, fondateur de l’Institut français de Florence (1907-1908) et actif également dans les journaux français, obtient en juillet 1914 des crédits supplémentaires et crée une succursale provisoire de l’Institut français à Milan. Il mène depuis Florence une campagne de propagande en faveur de l’entrée en guerre de l’Italie et organise de 1915 à 1918 en Italie des tournées de conférences de propagande ; c’est Henri Bédarida qui assure, avec l’aval du ministère de la Guerre italien, celles destinées à l’armée italienne.

5L’enseignement de l’italien reçoit une vigueur nouvelle du renforcement des liens franco-italiens dans le contexte de la Première Guerre mondiale – où la connaissance de la langue italienne prend une valeur militaire, car elle sert les besoins en traducteurs de l’armée. Paris voit en 1916 la création par Hauvette de l’Union intellectuelle franco-italienne et la conférence inaugurale du comité local de la Société Dante Alighieri. La sortie de guerre est vécue comme revanche de l’italianisme français, et voit se multiplier bourses d’études, échanges de conférenciers, accords bilatéraux. Cependant, la politique italienne de subventions culturelles aux émigrés mais aussi aux italianisants français qui a eu cours pendant les vingt premières années du XXe siècle, va s’interrompre.

6Avec l’arrivée au pouvoir du fascisme, se pose aux italianistes français la question de « Promouvoir la langue et la culture d’un pays fasciste », titre du dernier chapitre du livre. Il y a effectivement des signes d’intérêt nouveau pour l’apprentissage de la langue, lié au contexte politique. Le régime de Mussolini, au nom de la défense de « l’italianité », ne négligera pas la diffusion de la langue et de la culture italiennes à l’étranger, en France en particulier : symbolique est, à cet égard, l’adhésion (cotisation comprise) de Mussolini à l’Union intellectuelle franco-italienne, peu après son arrivée au pouvoir. Les initiatives du nouveau régime vont se multiplier et investir tous les secteurs : amplification, réorganisation, fascisation des écoles italiennes en France, extension à l’enseignement secondaire, organisation de cours du soir dans les écoles françaises, fascisation des comités de la Société Dante Alighieri, et surtout nominations de lecteurs italiens dans les universités françaises. C’est d’ailleurs le lecteur financé par l’Italie qui instaure l’enseignement d’italien dans certaines universités, comme à Nancy ; le recrutement desdits lecteurs est de fait assez hétérogène, cependant certains sont de véritables propagandistes du régime, dûment chapitrés par le ministère italien lors d’une réunion en 1934 pour qu’ils fassent financer l’enseignement de l’italien par le pays d’accueil… Leur mission s’étend bien au-delà de l’université, elle est de pénétrer le monde intellectuel et politique et d’y devenir des agents d’influence du régime.

7L’offensive politico-culturelle de l’Italie fasciste en direction de la France rencontre certes quelques résistances de la part d’italianistes français – J. Dubois cite par exemple le refus de la part de Gabriel Maugain à l’université de Strasbourg de la proposition de création de diplômes d’italien où s’immiscerait le gouvernement italien ; il y a des antifascistes déclarés, comme Paul Arrighi, mais la majorité de l’italianisme français subit fortement l’influence de son chef de file Henri Hauvette, professeur à la Sorbonne et inspecteur général jusqu’à sa mort en 1935. Or Hauvette est favorable au fascisme dès le début des années vingt, le fait savoir et le régime fasciste ne lui ménage pas son appui ; le philo-fascisme français n’est d’ailleurs pas cantonné à la sphère italianisante.

8Les pages les plus troublantes de ce livre abordent les coïncidences entre thèmes de l’enseignement et de la recherche italianistes et glissements idéologiques progressifs liés aux péripéties politiques. C’est probablement la constatation de ce glissement qui a conduit J. Dubois à développer dans la dernière partie la dimension politique du rapport franco-italien. L’usage idéologique des œuvres de la culture n’est pas en soi une nouveauté : J. Dubois analyse le primat et les usages de la littérature médiévale, en particulier le credo chrétien à l’œuvre avant la Première Guerre Mondiale dans son traitement, mêlant valeurs morales et légitimité universitaire. Sa place diminue nettement dans l’entre-deux-guerres, au profit des époques moderne et contemporaine – et sous l’influence d’Henri Bédarida – mais des célébrations comme celles de Dante ou de Pétrarque peuvent présenter une forte connotation politique, dans le registre de la sororité latine. Après la Première Guerre Mondiale, on a assisté aussi à l’entrée de la « civilisation » dans les études italiennes, témoignant d’un intérêt français pour la modernité italienne et même de la contemporanéité pas seulement littéraire ; est-ce que cela a frayé le passage vers la louange du régime fasciste chez des Français italophiles ? L’étude de J. Dubois ouvre ces perspectives sans jamais d’ailleurs risquer d’affirmations tranchantes, mais en fournissant un abondant matériau à la réflexion sur les pistes qu’il suggère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Budillon Puma, « Jérémie Dubois, L’enseignement de l’italien en France 1880-1940. Une discipline au cœur des relations franco-italiennes », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 03 mai 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/1517

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page