Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Gianluca Briguglia, Il corpo vivente dello Stato. Una metafora politica

Romain Descendre
p. 233-234
Bibliographical reference

Gianluca Briguglia, Il corpo vivente dello Stato. Una metafora politica, Milan, Bruno Mondadori, 2006, 181 pages, 13 euros.

Full text

1Gianluca Briguglia, spécialiste de la philosophie politique du Moyen Âge, présente dans cet ouvrage riche et stimulant une histoire des principaux usages politiques de la métaphore du corps depuis Jean de Salisbury jusqu’à Hobbes, en passant par le Rex Pacificus, Marsile de Padoue et Machiavel. Il montre comment cette tradition métaphorique constitue un véritable langage politique, décisif pour la conceptualisation de l’État. L’idée force du livre est qu’au-delà de sa fonction représentative la métaphore modifie le regard et contribue même, activement, à créer au cours de l’histoire de nouveaux problèmes pour la pensée politique. Composé de différents membres ayant chacun une fonction spécifique, le corps permet au Moyen Âge de dire la différenciation des tâches et des fonctions à l’intérieur de la communauté politique; mais le modèle n’est pas rigide, et laisse indéterminée la question centrale de la souveraineté qui, selon les auteurs, peut être confiée à la tête, au cœur ou encore à l’âme, solutions concurrentes qui impliquent des choix idéologiques ou politiques extrêmement divers, parfois même opposés. L’auteur montre, par exemple, très bien comment dans la Quaestio de potestate papae (traité aussi appelé Rex Pacificus), composée à l’occasion de la controverse opposant Philippe le Bel à Boniface VIII, le choix qui est fait d’accorder la fonction gouvernementale au cœur rend possible la contestation du pouvoir sacerdotal. Gianluca Briguglia met aussi très bien en valeur la nouveauté et la singularité de la métaphore organiciste chez Machiavel, que la question du choix de l’organe hégémonique n’intéresse aucunement, et qui est beaucoup plus attiré, à travers la théorie des humeurs, par « le processus intérieur, les raisons intimes, les plus invisibles du corps» (p. 111). Il semble toutefois étonnant que cette évolution et que le corps politique « acéphale» que propose l’auteur des Discours ne soient pas expliqués, au moins en partie, par la nature républicaine de l’État qu’il entend penser.

2Si l’idée du rôle idéologique de la métaphore est convaincante, celle de sa productivité problématique peut toutefois conduire à des interprétations risquées. Est-ce bien en raison de l’instabilité de ce modèle métaphorique au Moyen Âge, où la coopération de tous les organes vitaux est nécessaire et où le rôle dirigeant peut toujours être contesté à la tête, que le risque d’une souveraineté limitée est toujours présent (p. 35-36)? N’est-ce pas là confondre l’effet et la cause, s’il est vrai que c’est bien le propre de la pensée juridico-politique médiévale que de concevoir une souveraineté limitée? C’est en tout cas rapporter à un effet possible de la métaphore une problématique propre à la fois à la conceptualisation d’un pouvoir encore largement limité par les lois et par le principe de justice et à une réalité sociale encore féodale. Ce qui frappe alors, c’est la pertinence du modèle organiciste pour rendre compte d’une communauté­ politique où l’organisation des pouvoirs est en même temps hiérarchisée et dispersée. La métaphore aide à comprendre, elle présente une forme de jeu dont les auteurs savent se servir, à des fins rhétoriques, heuristiques ou idéologiques. Mais ce n’est pas parce que l’usage de la métaphore politique change que les conceptions du pouvoir évoluent. Si, à la lecture on est parfois amené à se demander si telle n’est pas l’idée de l’auteur, c’est peut-être aussi parce que la relation binaire entre métaphore et théorie, la « tension essentielle entre langage métaphorique et pensée politique», tend à occulter l’autre relation, incontournable, entre la réalité politique et le langage, à la fois théorique et métaphorique, amené à la représenter et agir sur elle. Un autre exemple : tout se passe comme si, de Marsile de Padoue à Hobbes, seule changeait la représentation de l’État. Le contenu du terme État, son référent, lui, semble ne pas être foncièrement différent, et l’auteur utilise indistinctement, pour différentes époques, la même articulation entre matière et forme de l’État, entre la communauté des hommes et la structure politique qui les organise; or, si la dichotomie forme/matière est sans aucun doute centrale et décisive dans la pensée de l’État au Moyen Âge, elle n’a sans doute plus la même évidence chez Machiavel ou Hobbes. Certes, une métaphore ne se contente pas de décrire. Mais pour rendre compte de l’évolution des usages, puis de l’abandon de la métaphore du corps, ne faut-il pas étudier aussi sa pertinence descriptive?

Top of page

References

Electronic reference

Romain Descendre, « Gianluca Briguglia, Il corpo vivente dello Stato. Una metafora politica », Laboratoire italien [Online], 7 | 2007, Online since 07 July 2011, connection on 25 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/152

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page