Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

John Dickie, Cosa nostra. Storia della mafia siciliana

Laura Fournier-Finocchiaro
p. 238-240
Bibliographical reference

John Dickie, Cosa nostra. Storia della mafia siciliana, Rome-Bari, Laterza, 2005, XLIII-506 pages, ill., 20 euros.

Full text

1L’essai de John Dickie, voulu par la maison d’édition anglaise Hodder & Stoughton et pensé pour le public d’outre-manche, en est déjà à la quatrième réimpression dans sa traduction italienne. L’originalité de cette nouvelle histoire de la mafia tient sans aucun doute à la fluidité de la narration, qui s’apparente à celle d’un roman policier particulièrement captivant. L’auteur, qui a accumulé une masse d’informations bibliographiques impressionnante et des interviews particulièrement bien choisies, a en effet privilégié la légèreté dans son écriture. Le lecteur dévore ainsi les presque cinq cent pages de texte comme un thriller haletant, tout en bénéficiant des informations de premier plan sur la mafia, son origine et son organisation, découvertes ces toutes dernières années par les plus grands historiens italiens et étrangers (l’auteur ne cache pas ce qu’il doit particulièrement à Salvatore Lupo, Diego Gambetta, Umberto Santino, etc.). Contrairement aux essais « scientifiques» et souvent jargonnants, Dickie emploie un vocabulaire journalistique-romanesque, simple et direct, et nous fait entrer dans la peau de ses personnages (mafieux, victimes ou simples observateurs) mis en scène dans des histoires poignantes et toujours tragiques.

2Ses récits sont tous passionnants, aussi bien ceux qui concernent la mafia des origines et ses premières victimes que les épisodes les plus récents (« l’Affaire Andreotti», les interrogations concernant les relations entre le parti de Silvio Berlusconi et Cosa Nostra, le rôle de Bernardo Provenzano – que l’auteur avait parfaitement saisi avant même de pouvoir assister à son arrestation et en rendre compte…). À titre d’exemple, l’analyse de l’homicide du marquis Emanuele Notarbartolo (assassiné en 1893) constitue un petit bijou narratif digne d’un récit d’Agatha Christie. Tous les ingrédients y sont réunis : un cadavre mysté­rieusement retrouvé dans un train, un personnage étrange se livrant à des expériences fouriéristes dans la campagne sicilienne, un fils décidé à faire éclater la vérité coûte que coûte, un chef mafieux habile et bon acteur qui réussit à se faire passer pour une victime, plusieurs sentences contradictoires et finalement le maintien du statu quo pour la plus grande organisation implantée sur la terre sicilienne. Le fil directeur de tous les récits est accablant pour l’histoire de la lutte anti-mafia : en effet, Dickie insiste sur toutes les occasions perdues et les erreurs, de la part de la classe politique italienne, de la magistrature, mais aussi des intellectuels (notamment, à l’époque, l’ethnologue Giuseppe Pitré et, plus récemment, Leonardo Sciascia lui-même), qui par ignorance, négligence, mauvaise foi ou intérêt personnel ont sous-évalué le danger de la mafia et de son système d’intimidation, de corruption et avant tout de violence physique et psychologique. Malgré le sacrifice de tant d’hommes valeureux (auxquels Dickie rend hommage tout au fil du récit), il apparaît en filigrane du texte que si la mafia n’a jamais pu être éradiquée, c’est parce que l’État italien jusqu’à présent n’a jamais vraiment voulu s’en défaire. Dickie affirme en effet à plusieurs reprises, par le biais de ses reconstructions minutieuses jusque dans les moindres détails, que toutes les informations susceptibles d’éclairer les enquêteurs sur la nature de l’organisation, ses membres et ses agissements ont souvent été sous les yeux de la justice, des forces de l’ordre et des représentants de la classe politique Or, la réalité même de l’existence de la mafia a continué à être niée pendant des décennies et jusqu’à très récemment. Dickie revient à plusieurs reprises sur les arguments éculés de tous ceux qui, en évoquant la « sicilitude» et ses caractères, noient le concept de mafia comme « organisation criminelle» dans des considérations anthropologiques sur la « nature» des Siciliens (leur sens de l’honneur, de la famille, leur tempérament passionnel…). Sans rien laisser transparaître dans le ton qu’il emploie (toujours mesuré et « scientifique»), on perçoit son indignation entre les lignes face aux discours récurrents qui concluent que tout Sicilien est « naturellement» mafieux. Preuves à l’appui, il montre au contraire comment est née cette association de malfaiteurs (dans les zones les plus riches de la Sicile, les « jardins de citrons» de Palerme), sa nature sectaire et son mode opératoire (« l’industrie de la violence»).

3Des passages intéressants concernent les différences entre la mafia sicilienne « traditionnelle» et ses dérivés, notamment américains. Dickie raconte une scène particulièrement cinématographique et hautement symbolique où un mafieux sicilien, convié à une réunion outre-Atlantique, assiste avec horreur à un banquet décontracté, où chacun décline naturellement son identité et expose ses connaissances et ses agissements sans arrière-pensées. De nombreux éléments portent en effet à penser que la branche sicilienne de la mafia, Cosa Nostra, a conservé pendant toute son histoire ses particularités sectaires (rites d’initiation, culte du secret et du silence, respect des traditions, choix attentif de ses membres suivant des critères rigides et quasiment immuables…), qui, loin de constituer une faiblesse, lui ont assuré un prestige certain et une longévité extraordinaire.

4Dans la seconde moitié du volume, qui couvre la période de l’après-guerre à nos jours, l’histoire de la mafia est intimement mêlée à l’expérience des repentis et notamment aux confessions de Tommaso Buscetta et Giovanni Brusca (chargé d’appuyer sur le détonateur de la bombe de Capaci qui tua le juge Falcone en 1992). Dickie analyse avec une grande finesse critique les informations recueillies par la justice, qui donnent lieu à plusieurs niveaux de lecture. En effet, il montre bien que les mafieux repentis ont souvent une vision partielle et très personnelle des événements, et que, malgré l’aide fondamentale qu’ils ont apportée à la reconstruction de l’histoire de Cosa Nostra, leurs paroles sont toujours sujettes à caution et nécessitent d’être exploitées avec toutes les précautions préalables. C’est pourquoi le lecteur se sent de plus en plus mal à l’aise en découvrant les traitements de faveurs accordés régulièrement aux « collaborateurs de justice», les permissions-récompenses distribuées aux meurtriers d’enfants et aux vengeurs sanguinaires ainsi que toutes les sortes de ménagements dont bénéficient les « monstres» qui se livrent à la justice simplement pour essayer d’éviter la mort atroce qu’ils ont eux-mêmes infligée à toutes leurs victimes. Le cas de Giovanni Brusca, surnommé « lo scannacristiani» (le massacreur) est particulièrement révoltant : véritable machine à tuer, qui ne s’est pas embarrassé d’éliminer le petit Giuseppe Di Matteo en dissolvant son corps dans l’acide ni de faire exploser Giovanni Falcone et toute son escorte, il a pu bénéficier de la meilleure des protections et d’avantages aberrants dans sa situation (sorties, égards).

5En somme, le point de vue d’un étranger sur les atermoiements, les absurdités et les ratées de la justice italienne face au phénomène mafieux sicilien éclaire mieux que tout autre le nœud du problème italien : la mafia, née en même temps que le nouvel État italien et au sein de son système, comme l’une de ses composantes intrinsèques, n’arrive pas à être combattue de l’intérieur du système, tout comme le cancer n’arrive pas à être rejeté par les cellules malades qu’il a infectées. Dickie, loin d’essayer de suggérer des solutions au problème ou des remèdes efficaces à la maladie qui touche la Sicile et l’Italie, termine sur les déclarations pessimistes de Buscetta lui-même, convaincu que la mafia ne sera jamais vaincue, et il semble résigné à attendre une nouvelle phase de son histoire cruelle. Sa condamnation est en effet sans appel : « Jamais l’État italien en tant que tel n’a donné l’assaut à Cosa Nostra. Le tournant n’eut jamais lieu. Pour combattre la bataille contre la mafia, il n’y eut qu’une minorité héroïque de magistrats et de policiers, appuyés par une minorité d’hommes politiques, d’administrateurs et de citoyens ordinaires.» (p. 408)

Top of page

References

Electronic reference

Laura Fournier-Finocchiaro, « John Dickie, Cosa nostra. Storia della mafia siciliana », Laboratoire italien [Online], 7 | 2007, Online since 07 July 2011, connection on 25 May 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/156

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page