Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Monica Galfré, Il regime degli editori. Libri scuola e fascismo

Stéphanie Lanfranchi
p. 245-249
Référence(s) :

Monica Galfré, Il regime degli editori. Libri scuola e fascismo, Rome-Bari, Laterza, 2005, 256 pages, 22 euros.

Texte intégral

1On identifie aisément le fil conducteur qui relie ce dernier ouvrage, publié dans la collection Quadrante de Laterza à l’automne 2005, aux précédents travaux de Monica Galfré. Spécialiste de l’histoire de l’école sous le fascisme, elle résume le « passage obligé» qui l’a menée à s’intéresser ici à l’édition scolaire en ces termes : «  Parafrasando una ormai famosa considerazione di Eugenio Garin, secondo cui non si fa storia della cultura se non si fa storia dell’editoria, si potrebbe aggiungere che non si fa storia della scuola se non si fa storia dell’editoria scolastica.  » Il y a donc une complémentarité évidente et nécessaire entre les terrains de recherche qu’elle aborde, mais aussi – nous semble-t-il – une continuité dans son parti pris méthodologique, basé sur l’élaboration patiente d’un corpus original.

2Dans ses recherches précédentes, qui ont abouti notamment à la publication en 2000 du livre Una riforma alla prova. La scuola media di Gentile e il fascismo (Milan, Franco Angeli), Monica Galfré s’est intéressée aux modalités de l’application, dans les écoles secondaires italiennes, de la réforme scolaire de Giovanni Gentile à partir de 1923. L’originalité de ce travail ne réside pas tant dans la question traitée – qui, dès son apparition, n’a jamais cessé de passionner historiens, philosophes et pédagogues italiens, avec un engouement particulier depuis la fin des années 1990 – que dans l’approche qui est la sienne. Cela tient notamment à la définition d’un corpus fait d’archives inexploitées, composé de rapports de jury, d’intitulés de devoirs et d’examens, d’annuaires scolaires, de cahiers de classe, etc. Monica Galfré n’a écarté aucun document de la pratique didactique susceptible d’illustrer l’application réelle sur les bancs de l’école des années 1920 d’une réforme à la fois si profonde et si difficile qu’elle s’avère souvent incomprise de la classe enseignante elle-même. Loin de toute considération apriorique et manichéenne sur le caractère fasciste – ou non – de cette réforme, et dépassant à bien des égards la perspective abstraite et conceptuelle de grand nombre d’études contemporaines qui n’envisagent que la conception de la réforme sans se soucier de sa réalisation effective, Monica Galfré a donc déjà eu le courage de se « salir» les mains en interrogeant ces témoins sans noblesse de la pratique scolaire quotidienne. Or, de ce point de vue y a-t-il témoin plus significatif que le manuel scolaire?

3C’est en effet dans le sillage de cette approche particulière de la question scolaire, que Monica Galfré nous offre cinq ans plus tard le résultat de ses dernières recherches, avec un nouvel ouvrage consacré à la politique éditoriale du secteur scolaire dans l’Italie fasciste. Il s’agit véritablement d’un premier défrichement, au sein d’une forêt presque vierge de documents et de fonds d’archives dont l’historiographie italienne semble commencer aujourd’hui la tardive découverte. À sa décharge on invoquera l’état du fonds du ministère de l’Éducation nationale – qui se trouve actuellement aux Archives centrales de l’État à Rome : il est en effet extrêmement lacunaire pour les années 1920 et 1930, et il offre aux chercheurs – notamment dans les séries relatives aux textes scolaires – plus de chemises vides que de pleines. Les historiens doivent donc faire preuve d’une certaine ingéniosité pour trouver des voies alternatives et originales et contourner ces lacunes. L’une des solutions proposées par Monica Galfré consiste à explorer les fonds encore existants de quelques grandes maisons d’édition italiennes, parsemés dans différentes bibliothèques du pays. Aussi est-ce par le biais d’un corpus hétérogène qu’elle parvient, dans son livre, à se frayer un chemin enfin praticable et même agréable, en y menant son lecteur tout au long de cinq chapitres qui parcourent chronologiquement l’histoire de l’édition scolaire, depuis la réforme de Gentile jusqu’aux premières années de l’après-guerre.

4Elle interroge en effet des sources aussi diverses que les catalogues de publication, les insertions publicitaires dans le Giornale della libreria, ou encore la correspondance privée et officielle entre les trois pôles majeurs de la politique éditoriale. Il s’agit d’un triptyque composé des auteurs de manuels, des représentants du ministère de l’Éducation nationale, et enfin des éditeurs qui jouent souvent le rôle de médiateur entre le projet initial des premiers, les pressions politiques des seconds, et leur propre souci de rentabilité économique. Le manuel scolaire apparaît dès lors comme le résultat du compromis entre ces trois instances contraintes de modifier considérablement leur dessein initial. En ce sens, il est un produit très instable, déterminé par la modification de leurs rapports de force et de pouvoir au cours du Ventennio. C’est cette dynamique éditoriale « à trois variables» que décrit Monica Galfré dans son ouvrage : elle n’y aborde pas le contenu des manuels, mais fournit à celui qui voudrait s’y atteler des pistes bibliographiques précieuses et des clefs de lecture essentielles. Elle invite à ne pas considérer le manuel comme la réalisation directe d’une volonté et d’un projet uniques, car il résulte généralement de douloureux compromis et des tractations longues et serrées, dont la correspondance entre les auteurs et les éditeurs se fait souvent l’écho.

5La lecture de l’ouvrage de Monica Galfré invite également à considérer distinctement l’histoire de l’édition scolaire selon le niveau de l’instruction auquel s’adresse le manuel. La situation des publications est, en effet, sensiblement différente pour le secteur primaire et pour le secondaire : ce ne sont pas les mêmes enjeux autant d’un point de vue économique que scientifique. Aussi le monde de l’édition destinée au secondaire est-il lié, par ses choix culturels et aussi par les personnalités qui gravitent autour de la création des manuels, à la sphère de la « haute culture» et à la production universitaire qui se présente en quelque sorte comme sa continuation naturelle. Le monde éditorial pour le primaire, en revanche, est davantage associé à l’édition populaire. En nombre de tirages aussi, la proportion est absolument incomparable : le primaire est un marché éditorial en pleine expansion, car il s’agit, en pratique, de la seule école obligatoire, et ses lecteurs se comptent par millions. Pour le secondaire, il s’agit d’un marché de 300 000 lecteurs potentiels au moment de la réforme de Gentile.

6Cette dissymétrie se reflète également dans l’attention bien plus vigilante que le régime fasciste réserve à l’instruction primaire, et qui n’a pas d’équivalent dans le secondaire. Elle se traduit par des formes plus fréquentes et plus pressantes d’ingérence de l’État, sous la forme de consignes ministérielles diverses concernant la rédaction et l’adoption des manuels destinés aux classes primaires. Le sort et l’histoire des manuels pour le primaire et pour le secondaire diffèrent donc considérablement au cours du Ventennio, du fait de ce statut autrement plus intéressant que les premiers revêtent aux yeux du régime.

7Monica Galfré mène de front l’histoire des deux secteurs de l’édition scolaire, car elle adopte le point de vue convergent et unitaire de la maison d’édition. Or, les succès ou les revers de la politique éditoriale d’une grande maison, telle que Mondadori ou Barbèra dans le secteur primaire, ont des répercussions évidentes dans la gestion du secteur secondaire, que ce soit par volonté de compensation ou d’expansion. Si le livre de Monica Galfré nous présente donc une histoire de l’édition scolaire, c’est qu’elle y est étudiée à partir du dénominateur commun de la maison d’édition, qui permet de réunir deux lignes pourtant distinctes.

8Le livre aborde l’histoire unique de l’édition scolaire sous le fascisme en articulant cet arc chronologique à partir des tournants majeurs dans le monde de l’édition, déterminés par une intervention directe de l’État. Il en découle une structure en cinq chapitres qui relatent successivement : les effets de la réforme de Gentile en 1923; la relative liberté des maisons d’édition dans les années 1920 et surtout la grande confusion qui y règne; le tournant majeur de 1929 avec l’adoption du livre de texte unique pour les classes primaires; les années 1930 et l’élargissement des modalités de contrôle de l’État sur les publications destinées à l’école; et enfin les tentatives d’épuration et de « defascistizzazione» des manuels après la chute du régime fasciste.

9Dès 1923, la réforme de Gentile, avec la transformation radicale des programmes et de l’esprit de l’enseignement qu’elle engendre, bouleverse totalement les habitudes bien ancrées de l’édition scolaire et oblige les principales maisons d’édition à revoir entièrement leur catalogue et leur stratégie de publication. La période étudiée par Monica Galfré commence donc par un choc éditorial, et ouvre sur une longue période de flottement, où se succèdent les commissions spéciales pour la sélection des manuels. Le texte de Gentile prônait en réalité le principe de la libre sélection des manuels par le collège d’enseignants de chaque établissement réuni à cet effet au début de l’année scolaire. Les premières commissions présidées par Giuseppe Lombardo-Radice ne devaient être en théorie que des mesures ponctuelles et extraordinaires pour offrir aux instituteurs des outils de travail idoines au nouvel esprit de la réforme. En pratique, cela se traduit par une forme d’ingérence du ministère de l’Éducation dans la sélection et l’élaboration des manuels, qui aboutit à partir de 1929 à l’adoption d’un texte unique pour le primaire. Dans le secteur secondaire, les années 1930 sont le théâtre d’une tendance accrue à l’homogénéisation des manuels scolaires, autour de modèles conformes aux directives ministérielles explicites et aux préférences supposées du régime. Malgré cette tendance à l’uniformisation, et malgré quelques tentatives avortées d’élargir le principe du texte unique au secondaire, jamais celui-ci n’a eu besoin d’être imposé. Monica Galfré nous présente le mécanisme redoutable de l’autocensure préventive régissant les politiques éditoriales sous le fascisme, et qui apparaît notamment dans les correspondances, où éditeurs et auteurs rivalisent parfois de zèle pour composer un manuel qui réponde aux attentes de pédagogie mais aussi de propagande fasciste. En ce qui concerne le secondaire donc, la pluralité des textes et la liberté de choix ne seront jamais abolies dans leur principe, autant pour l’édition privée que pour l’enseignant. Au milieu des années 1930, le ministère procède néanmoins à des mesures de rationalisation et de nationalisation des manuels du secondaire, conformément à un dessein plus vaste de centralisation nationale propre au régime fasciste : il souhaite ainsi agir contre le phénomène de morcellement de la production éditoriale, lié à des choix qui sont souvent le fait d’un particularisme, voire d’un clientélisme local et individuel.

10La coupure entre les années 1920 et 1930 dans le domaine de l’édition scolaire est donc plus nette et précoce en ce qui concerne le secteur primaire, mais finit par toucher également le secondaire. Les deux domaines sont sujets à la même politique de « bonifica imperiale». Cette formule, qui donne le titre au quatrième chapitre de cet ouvrage, est manifestement calquée sur le livre de Cesare Maria De Vecchi Di Val Cismon (ministre de l’Éducation nationale en 1936) intitulé Bonifica fascista della cultura, où il proposait sa vision d’une véritable éducation fasciste, axée sur la discipline militaire et la fierté patriotique. Les mesures, qui sont prises à partir de 1938 en conformité avec les lois raciales antisémites pour que les maisons d’édition procèdent à l’exclusion de leur catalogue scolaire de tout auteur juif, ne sont qu’une énième forme d’ingérence de l’État – autrement plus détestable pourtant dans sa portée humaine et idéologique – à l’intérieur d’un marché éditorial qui désormais y est accoutumé.

11En conclusion, nous dirons que le principal mérite de la perspective chronologique choisie par Monica Galfré pour étudier l’édition scolaire – certes moins originale que l’élaboration de son corpus, mais pas moins efficace pour autant – est de dégager à la fois un mouvement d’ensemble et ses coupures internes, à la fois un dessein général et ses limites. On retient, en effet, de cette lecture l’idée d’une césure assez nette entre les années 1920 et 1930, mais aussi celle d’une tendance générale à l’ingérence toujours croissante de l’État au cours du Ventennio; tendance qui correspond d’ailleurs à la mise en place de son plus vaste projet d’État totalitaire. C’est enfin une perspective qui invite à repenser de façon critique les bornes chronologiques généralement admises pour l’histoire du fascisme. La délimitation initiale ne pose aucun problème : elle correspond au bouleversement provoqué par la réforme de 1923 et au renouvellement des manuels qui s’ensuivit. Mais l’analyse de ce « ventennio» d’éditions scolaires s’achève sur le constat d’un échec relatif de la « defascistizzazione» des manuels à partir de 1944. La borne qui devait clôturer cette période est donc beaucoup plus incertaine, dans la mesure où les catalogues de manuels scolaires proposés par les maisons d’édition après 1945 ne subissent généralement qu’un dépoussiérage grossier et superficiel. C’est aussi pourquoi il faut savoir gré à Monica Galfré d’avoir affronté les « temps longs» de l’école, avec ses répercussions et ses retards d’application dans l’édition scolaire, avec ce parti pris méthodologique qui allie simplicité, originalité et efficacité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Lanfranchi, « Monica Galfré, Il regime degli editori. Libri scuola e fascismo », Laboratoire italien [En ligne], 7 | 2007, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/160

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page