Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Emanuella Scarano, La voce dello storico. A proposito di un genere letterario

Adriana Zangara
p. 250-252
Bibliographical reference

Emanuella Scarano, La voce dello storico. A proposito di un genere letterario, Naples, Liguori Editore, 2004, 212 pages, 16 euros.

Full text

1L’histoire, dit-on, raconte. Discours anonyme et assertorique, fait d’énoncés sans énonciation, le récit historique a longtemps gardé le privilège de dire, purement et simplement, le vrai. Étroitement associé, pendant des siècles, à l’impartialité ou à l’objectivité de l’historien, ce récit a pourtant fini par devenir – ironie de l’histoire – la principale pierre d’achoppement de la revendication d’une vérité que l’on croyait « laisser parler» d’elle-même. Ces dernières décennies, en effet, la forme narrative de l’histoire a sans cesse fait l’objet d’un questionnement destiné à marquer un indéniable tournant qui a été caractérisé par l’application de la critique littéraire, renouvelée par la linguistique et la narratologie, aux textes historiques. À tous les textes historiques : à l’histoire traditionnelle comme à la nouvelle histoire, à partir du présupposé que toute forme d’histoire, même celle qui affiche le plus de distance à l’égard de la narration, appartient au genre du récit. En substituant à la question traditionnelle de quoi parle-t-on? la question qui parle?, ce genre d’analyse a fait surgir une figure d’auteur dissimulée derrière des textes où le je est proscrit. Et fait tomber du même coup la distinction entre récit historique et récit de fiction qu’on croyait si bien ancrée dans la conscience commune. Car, si ce n’est pas l’histoire qui parle à travers l’historien mais l’historien à travers l’histoire, alors celle-ci se réduit à un propos d’auteur et ne peut plus jouir d’un régime de vérité supérieur aux autres genres littéraires : récit parmi d’autres récits, elle est foncièrement fiction.

2Face à ces thèses démystificatrices, la réaction des historiens de métier a été, dans un premier temps, de rejet. Incités à s’intéresser aux rapports entre histoire et fiction par le biais d’autres provocations, celles du révisionnisme et du négationnisme, ils se sont refusés au « fictionalisme» au même titre qu’au relativisme et au scepticisme et ils ont revendiqué la spécificité d’un travail de recherche qu’on ne saurait délégitimer sans risque. Pendant quelques années la polémique a fait rage. Puis une nouvelle approche a fini par se frayer un chemin : on peut traiter l’histoire comme un récit sans pour autant la réduire à un récit, sans oublier donc ce qui la singularise en tant qu’écriture : ces « marques d’historicité» qui lui donnent son aspect « feuilleté», selon l’expression de Michel de Certeau, au sens où elle inclut en elle-même la pratique investigatrice et les matériaux qui la fondent. L’ouvrage d’Emanuella Scarano nous invite justement à poursuivre ce chemin. Et cette invitation, adressée sans polémique non pas à des historiens mais à des spécialistes de la littérature, est d’autant plus intrigante qu’en s’attaquant à la figure de l’auteur historien, cet ouvrage prend exactement le contrepied des thèses « fictionalistes». Loin de démasquer des propos d’auteur cachés derrière la fiction du récit, Scarano nous propose plutôt d’écouter la voix de l’historien lorsqu’elle s’exprime à la première personne dans le texte pour en présenter l’auteur et parler de son travail. Entendre le sens de ce discours qui depuis toujours caractérise l’histoire non moins que le récit, c’est comprendre comment les historiens ont cherché à réduire la contradiction inscrite dans la « convention» du récit véridique. Car c’est bien pour rendre « imparfaite» la forme objective de la fiction narrative que la voix de l’historien intervient dans le texte, en adjoignant au récit la présentation d’une subjectivité engagée dans une recherche nécessairement relative et limitée.

3Telle est l’hypothèse centrale d’un ouvrage qui, en laissant élégamment derrière lui toute référence au débat des dernières décennies, se nourrit presque exclusivement d’une longue réflexion personnelle. Depuis ses études sur l’historiographie de la Renaissance, et notamment sur Guicciardini, Emanuella Scarano a en effet toujours poursuivi un travail de recherche qui, après Il romanzo della storia (1986) et La scrittura della storia (1990), aboutit à cet ouvrage. Fruit de vingt-cinq ans de réflexions, La voce dello storico puise son argumentation dans un corpus immense de textes qui s’étend de la tradition classique et humaniste jusqu’à la « nouvelle histoire», sans oublier l’historiographie des Lumières et l’historiographie romantique. Cette vaste connaissance de l’histoire de l’historiographie est mise au profit d’une analyse capable aussi bien de repérer, dans une perspective synchronique, les caractères spécifiques de l’histoire en tant que genre, que de prendre en compte, dans la diachronie, les effets des profondes ruptures qui caractérisent l’histoire du genre à partir de la fin du xviie siècle.

4L’approche synchronique, opératoire surtout dans les deux premières parties de l’ouvrage consacrées à la figure de l’auteur historien et à ses rapports avec la tradition, tire toute sa légitimité des aspects profondément conservateurs de l’écriture de l’histoire. L’examen de la persistance de thèmes comme la notabilité de la matière racontée ou la crédibilité de l’historien dans des textes aussi éloignés dans le temps que les préfaces d’Hérodote ou de Braudel montre, en effet, qu’en dépit des grands changements vécus par la science historique à partir de l’âge moderne, il existe bel et bien une « topique» de la préface. De même qu’il existe une « typologie» des jugements formulés par l’auteur au sujet de la tradition – crédible, douteuse, non crédible – ainsi que des différentes manières dont il exprime et argumente son jugement : citation, omission, renvoi, etc. La raison de la permanence des thèmes et des stratégies par lesquels l’historien définit sa figure d’auteur découle, selon Scarano, de la « convention institutionnelle de véridicité» qui caractérise l’histoire en tant que genre littéraire : depuis toujours l’auteur historien, contrairement à l’auteur de fiction, est obligé de rendre compte au lecteur des choix qu’il opère dans la sélection et l’interprétation des faits. Depuis toujours, il ne peut se définir que par la confrontation avec les voix d’autrui et ouvrir son texte à une multiplicité de formes discursives qui, contrairement à ce qui se passe dans le roman, n’ont pas la fonction de représenter directement des faits, mais la figure de l’auteur lui-même, la longue traversée des paroles d’autrui qu’il a dû accomplir pour parvenir à établir la vérité des faits, ainsi que sa conscience du caractère toujours provisoire et incomplet de cette vérité même.

5L’analyse de tout ce que la révolution de l’histoire en tant que science n’a pas effacé dans l’histoire en tant que littérature cède progressivement le pas, dans la troisième et quatrième partie de l’ouvrage, à une approche diachronique qui conduit Emanuella Scarano à examiner le problème crucial du rapport entre histoire et fiction en historicisant les termes mêmes de la question : à envisager la présence de la fiction dans l’histoire comme un trait propre au modèle historiographique classique et humaniste et la présence de l’histoire dans la fiction, en revanche, comme un phénomène essentiellement moderne. En effet, des deux formes de fiction employées par l’histoire, conjecturale et narrative, seule la première, qui d’ailleurs est moins proche de la fiction que de la science, est envisagée comme une caractéristique propre à l’historiographie des derniers siècles. Car la fiction narrative, employée par les historiens classiques et humanistes dans le cadre des « oraisons fictives» ou de l’analyse psychologique des personnages, sera destinée, en revanche, à disparaitre progressivement avec l’essor, à la fin du xviie siècle, de l’histoire érudite et plus tard, à l’époque des Lumières, de l’essai historique. Mais la place laissée par la disparition d’une tradition bimillénaire capable de docere, movere et delectare, ne sera pas destinée, quant à elle, a demeurer vide pendant longtemps. Car, pendant que l’historiographie, au cours du xixe siècle, s’interrogeait sur les effets de la crise de l’histoire traditionnelle, deux nouveaux genres littéraires voyaient le jour : le roman historique et le récit fantastique, l’un fondé sur la contamination du vrai par le vraisemblable, l’autre sur celle du vraisemblable par l’invraisemblable.

6L’analyse très pertinente de la manière dont la fiction a fini par conserver et réemployer tout cet art d’écriture que l’historien moderne avait vainement cherché à effacer au nom de la science, aboutit, dans les dernières lignes de l’ouvrage à une invitation, adressée aux historiens, afin que l’histoire reste, malgré tout, un genre littéraire et qu’elle ne cesse de poursuivre son triple objectif originaire : docere, movere, delectare.

Top of page

References

Electronic reference

Adriana Zangara, « Emanuella Scarano, La voce dello storico. A proposito di un genere letterario », Laboratoire italien [Online], 7 | 2007, Online since 07 July 2011, connection on 25 May 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/162

Top of page

About the author

Adriana Zangara

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page