Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
L'épreuve de la nouveauté

Présentation

Marie Gaille-Nikodimov, Pierre Girard and Olivier Remaud
p. 7-15

Full text

  • 1 P. Claudel, Le Soulier de satin, 3e journée, scène 2.

Don Fernand : – J’ai toujours entendu mon feu père me recommander de craindre les nouveautés. « Et d’abord, ajoutait-il aussitôt, il n’y a rien de nouveau, qu’est-ce qu’il peut y avoir de nouveau? » Je serais encore plus fort de cet avis si je n’y sentais je ne sais quoi de malpropre et qui ne s’ajuste pas.
[…]
Don Léopold Auguste : – » Mais quel nouveau? ajoute-t-il. Du nouveau, mais qui soit la suite légitime de notre passé. Du nouveau et non pas de l’étranger. Du nouveau qui soit le développement de notre site naturel. Du nouveau encore un coup, mais qui soit exactement semblable à l’ancien! »1

1Dans le champ des sciences humaines et sociales, le problème de la nouveauté se conjugue en divers « lieux » : ceux de son appréhension, de sa description et de son évaluation.

2Le caractère problématique de l’appréhension de la nouveauté n’apparaît pas immédiatement : après tout, certains phénomènes historiques, tels que les guerres ou les révolutions, qu’elles soient froides ou de velours, n’imposent-ils pas l’évidence qu’une cité, un peuple ou un État entrent dans une ère nouvelle de leur histoire ? Mais si certaines guerres ou révolutions peuvent être considérées comme des causes de rupture et de transformation de l’état donné d’une société ou d’une configuration de pouvoir, il s’agit là parfois d’une fausse évidence : les guerres (par exemple, les guerres en dentelle) et les révolutions (notamment celles qui sont plus proclamées que réelles) n’induisent pas toujours des évolutions qui s’avèrent déterminantes. D’autre part, un écart est susceptible de se former entre la perception de l’événement par les contemporains et celle qui se constitue a posteriori, dans la distance des générations. Tout ce qui est perçu comme nouveau par un témoin ne sera pas nécessairement vécu de la même manière quelques décennies plus tard par un autre acteur de la vie civile. Enfin, l’événement nouveau est rarement intelligible pour lui-même. Il faut régulièrement l’inscrire dans un cadre d’explication. La catégorie de « moderne », qui évoque un cadre temporel large, voire une époque, joue alors avec celle de « présent » qui renvoie plus spontanément à une conjoncture circonscrite. L’appréhension du nouveau respecte ces jeux d’échelles. Quelles sont donc les conditions d’appréhension de la nouveauté ?

  • 2 Sur ces questions, voir notamment J. G. A. Pocock, Le moment machiavélien, L. Borot trad., Paris, P (...)

3L’expérience de la nouveauté témoigne d’une tension active entre le cours toujours inédit de l’histoire et les conséquences de l’action politique. La nouveauté est de ce point de vue d’autant plus politique que l’histoire recèle toujours un potentiel de surprise. Deux options au moins se pré­sentent à qui veut se déterminer face à la nouveauté. D’un côté, on peut décider que l’histoire est une figure du destin et que rien de nouveau n’arrive sous le soleil, chaque événement désignant en creux l’ordre de la Fortune ou l’action calculée de la Providence. Mais en suggérant que les philosophes antiques ou médiévaux ne pensent pas véritablement le nouveau parce qu’ils sont pris dans les figures de la Fortune ou de la Providence, quelle conception de la nouveauté présupposera-t-on ? N’invitera-t-on pas à penser que seule la modernité connaît le sens historique ? De l’autre côté, on peut faire l’hypothèse que l’affaiblissement de l’organisation « cosmologique » de l’histoire rend à l’évidence incertaine l’ancienne écriture annalistique des événements présents, mais qu’il libère aussi la possibilité d’identifier les événements qui auront de l’influence, d’anticiper le nouveau et d’agir librement dans l’histoire2. Quelle que soit l’attitude adoptée, l’essentiel semble être de réussir à maîtriser l’imprévisible.

4La description de la nouveauté est une opération tout aussi complexe que son appréhension. La signification de ce qui est perçu comme nouveau ne réside pas a priori dans la langue ordinaire et disponible. Celui qui en fait l’expérience se voit souvent contraint d’inventer une autre langue, de forger des catégories analytiques, de créer des institutions et d’imaginer des modes de l’action afin de décrypter la situation et de caractériser l’urgence du moment. La description du nouveau est prise dans le langage que l’on choisit d’employer et le système de valeurs qui lui est propre.

  • 3 G. Tomasi di Lampedusa, Il Gattopardo, Milan, Feltrinelli, 1959, p. 42.

5En cherchant enfin à évaluer la nouveauté, on ne vise pas seulement le contenu des transformations, que celles-ci soient sociales, politiques ou intellectuelles, mais on s’efforce également de saisir la nature du rapport entre la force contraignante du passé et la capacité à assumer l’imprévisible. S’agit-il d’un rapport exclusivement idéologique, qui fait de la répétition de l’héritage un devoir imposé, ou bien d’un rapport plus largement temporel qui libère l’individu de l’exemplarité du passé à mesure que celui-ci reconnaît la nouvelle détermination du présent ? Si l’on dit par exemple que le nouveau ne l’est jamais vraiment, car il convoque toujours une forme particulière de rapport au passé, aura-t-on vraiment pensé l’expérience de la nouveauté ? Prévenir cet argument exige probablement d’envisager le paradoxe célèbre de Lampedusa : « Si nous voulons que tout continue, il faut d’abord que ça change. »3 Les positions intellectuelles conservatrices ou réactionnaires déduisent, dans le sillage de l’essai critique publié dès 1790 par Edmund Burke sur la Révolution française, l’inanité de tout changement de l’éternelle solidité du statu quo. La condamnation du nouveau appartient aussi à cette histoire des idées politiques qui se développe tout au long du xixe siècle.

  • 4 R. Villari, Elogio della dissimulazione. La lotta politica nel Seicento, Bari, Laterza, 1987, p. 9.
  • 5 Pour la critique que développe Vico à l’encontre du cartésianisme entendu comme posture de la nouve (...)

6Mais alors que signifie inversement condamner le nouveau avant la Révolution française et avant que l’idée de Progrès ne désigne un processus orienté et linéaire ? La remarque de Roberto Villari prend tout son sens ici, lorsqu’il observe que le langage politique du xviie siècle exprime une opposition très nette entre le nouveau et l’ordre, et précise à cet égard que le terme de novità désigne à l’époque « la négation des règles fondamentales du vivre-ensemble et de l’ordre naturel, la perturbation de ce qui a une vraie raison d’être par le simple fait d’appartenir à la tradition »4. L’évaluation du nouveau exige de dégager les critères en fonction desquels les variations de l’expérience collective sont jugées selon les contextes, soit positives, soit négatives, par les acteurs de la vie politique ou intellectuelle5.

  • 6 Dans le livre V des Politiques, Aristote tente ainsi de savoir « d’où vient que les constitutions c (...)

7Il est donc surprenant que les dictionnaires de philosophie ou de sciences politiques n’attribuent pas plus de place au traitement du problème de la nouveauté. Ce constat est d’autant plus étonnant que la nouveauté fait partie intégrante de la réflexion politique occidentale jusque dans ses sources premières, et notamment à travers l’analyse qu’elle propose des « mutations » dans les régimes politiques6. Laboratoire italien a décidé d’y consacrer un dossier, estimant que l’expérience de la nouveauté joue un rôle crucial dans la pensée politique italienne, de la philosophie à l’histoire en passant par le droit.

  • 7 Jacob Burckhardt désigne Florence comme « la ville du mouvement » et qualifie inversement Venise de (...)

8Sans doute l’un des moments-phares de l’épreuve de la nouveauté pour la pensée politique italienne est-il celui du tournant du xvie siècle. Les guerres d’Italie, qui fragilisent les institutions civiles, obligent les acteurs et les penseurs politiques, les philosophes et les historiens, à observer leur présent afin de déterminer si les instruments du gouvernement des hommes et les catégories de pensée dont ils disposent sont adaptés à la situation. L’épreuve de la nouveauté s’avère alors indissolublement pratique et théorique. Nombreux sont ceux qui tentent d’y faire face en adoptant des attitudes différentes. À cet égard, l’opposition entre Florence et Venise est connue, tant sur le plan institutionnel que sur celui du projet politique. Tandis que Machiavel et Guichardin dissèquent les mutazioni de la vie florentine, on élabore à Venise un idéal de stabilité politique qui tente de répondre d’une autre manière à un contexte d’instabilité historique identique. Le parallèle entre Florence et Venise est fréquemment établi à cette époque. Il finit par offrir un véritable cadre de réflexion et devient rapidement un topos de la pensée politique7.

  • 8 F. Guichardin, Histoire d’Italie, J.-L. Fournel et J-C. Zancarini trad., Paris, Laffont, 1996, p. 4 (...)

9C’est à Florence qu’il faut chercher les premiers développements italiens d’une pensée de la nouveauté. Le terme renvoie à ce qui existe depuis peu et vient remplacer quelque chose ou lui succéder. Il désigne ce qui est inédit et ce qui possède des qualités originales. Dans les deux cas, soit sur un mode majeur, soit sur un mode mineur, ces deux significations courantes du terme de nouveauté impliquent une rupture avec le passé. En 1494, pour Machiavel et Guichardin et de manière différente pour Savonarole, le nouveau au sens de l’inédit ferait littéralement irruption dans l’histoire. L’Italie est alors traversée ventre à terre par Charles VIII et ses fourriers. L’armée de l’envahisseur est dotée d’un équipement, jusqu’alors inconnu, qui amplifie les moyens de la mort. Les princes et les gouvernements italiens ne peuvent plus considérer qu’ils jouent entre eux la domination du territoire : une « grande partie du monde » prend désormais part à leur jeu8. L’inédit, tant imprévu qu’imprévisible, devient un élément de la réflexion politique et de la pratique du gouvernement. Dans le chapitre XXIV du Prince, Machiavel dénonce l’imprévoyance des princes italiens, tandis qu’il compare dans le chapitre XXV la Fortune à un fleuve dévastateur et la vertu à l’entreprise d’édification de digues et d’abris. Désormais, l’action politique doit réagir dans l’instant à l’accélération des événements.

  • 9 Sur ce point, voir J. A. Maravall, Antíguos y modernos, la idea del progreso en el desarrollo inici (...)
  • 10 Voir la communication de J.-L. Fournel, « Les conflits de temporalité au temps des guerres d’Italie (...)

10Il faudrait néanmoins apporter quelques nuances à une telle perspective. D’une part, ce moment de l’histoire et de la pensée italiennes exige en réalité de ne pas surestimer l’idée de rupture pour s’intéresser aux modulations qui règlent le rapport entre passé et présent. Au début du xvie siècle, la combinaison, devenue paradoxale à nos yeux, entre un présent inédit et un passé que l’on réinvente constamment est un instrument d’analyse efficace9. Dans ce jeu de miroirs entre le présent et le passé, la langue sert à décrire la nouveauté. L’usage du latin se maintient, à la condition de le débarrasser de ses caractéristiques médiévales, et la langue vulgaire connaît, dans l’écriture comme dans l’administration politique, un essor sans précédent. La novità n’est pas tout à fait de l’ordre de la rupture. Au lieu de viser une originalité radicale, on cherche par exemple une imitation qui soit adéquate à la situation10. D’autre part, les penseurs et acteurs politiques de la Renaissance ne sont pas véritablement des pionniers lorsqu’il s’agit de définir une articulation entre passé et présent, en vue de penser la spécificité du présent. Il y a des précédents, qui ont pu constituer des sources pour eux, et notamment les historiens romains ou les juristes du xive siècle.

  • 11 R. Koselleck, « Historia magistra vitae. De la dissolution du topos dans l’histoire moderne en mouv (...)

11Par ailleurs, est-il vrai que le topos de l’historia magistra vitae disparaît progressivement du domaine de la réflexion historique et philosophique dans la seconde moitié du xviiie siècle11 ? Si tel est le cas, que devient la comparaison entre les Anciens et les Modernes ? La « philosophie de l’histoire », qui se substitue volontiers, durant le xixe siècle, à cette comparaison, ne convoque-t-elle pas contre toute attente et à nouveaux frais le thème cicéronien ? Comment se pense alors l’expérience de la nouveauté dans ce mélange d’arguments qui ont été perçus à un moment comme contradictoires ? Si le nouveau est ce qui rend vers le milieu du xviiie siècle la formulation de l’expérience incertaine, en raison de l’ouverture de l’avenir, et qui ne se confond pas avec les acquis du passé, quel genre de rapport à l’avenir est mobilisé avant que le Progrès comme processus ne devienne un objet de croyance ? En posant la question de cette manière, on évite d’entrer dans le flou qui caractérise nombre de discussions autour de la modernité désenchantée ou sécularisée. Et l’on tente de répondre à une interrogation moins vague : quelle serait l’expérience de la nouveauté propre aux temps des histoires, et non plus seulement à ceux de l’Histoire ?

12Laboratoire italien n’entend pas présenter de manière exhaustive la riche contribution de l’expérience italienne à une réflexion sur l’épreuve de la nouveauté. Le dossier a tout d’abord privilégié, au détriment des éléments les plus connus de cette expérience et pour lesquels il existe déjà une bibliographie abondante, une perspective historique et culturelle de longue durée, qui permette d’inscrire ces éléments dans un cadre réflexif plus large que de coutume.

13« L’ambiguità del nuovo : res novae e cultura romana » (Elisa Romano) et « Novitates pariunt discordias. A proposito della nozione di novum nella tradizione giuridica fra medio evo ed età moderna » (Christian Zendri) posent ainsi des jalons essentiels pour une exégèse informée des textes politiques, philosophiques ou historiographiques de la Renaissance. L’analyse sémantique du syntagme res novae révèle un usage avant tout socio-politique de l’expression chez les historiens et les penseurs politiques romains. Elle indique en outre les connotations négatives auxquelles les res novae sont associées, en opposition frontale avec l’attachement à la tradition qui est prégnant dans la culture romaine. Mais elle montre, malgré tout, que cette vision négative n’interdit pas, à certaines époques, des évaluations plus ambiguës des res novae : aux yeux de certains penseurs et historiens romains, la politique augustéenne apparaît comme l’exemple parfait de l’équilibre délicat qu’il convient de tenir entre la continuité et le changement.

14Le regard sémantique se poursuit à travers l’étude du corpus théologique (comme de son exégèse) et du corpus juridique tant romain que médiéval. Un tel prolongement s’avère précieux non seulement pour lui-même, mais aussi parce qu’il permet de comprendre la manière dont, à l’époque moderne, chez Bodin notamment, la question de la nouveauté s’est posée. Les auteurs mentionnés soulignent tous l’ambiguïté des termes qui désignent le nouveau (novum, novitas) : s’agit-il de l’inédit, de ce qui donne une signification nouvelle à une chose qui préexiste, ou bien de l’inhabituel, voire du récent ? Ces corpus et les pensées qui s’en sont nourries à l’époque moderne témoignent d’une certaine méfiance à l’égard de la nouveauté. Ils attestent la difficulté d’assigner une signification précise aux termes censés traduire les expériences du nouveau.

15De telles analyses sémantiques composent une perspective historique et culturelle de longue durée qui permet d’appréhender l’expérience et la pensée italienne ultérieure, plus familière, dans un cadre de compréhension élargi. À ce premier élément de présentation, le dossier joint une approche indirecte de certaines références majeures de la réflexion italienne sur l’épreuve de la nouveauté, ceci afin d’apporter des éclairages inédits sur leurs enjeux politiques et épistémologiques. Cette approche s’est traduite par une interrogation sur les conditions du transfert (vers et hors de l’Italie) de l’expérience et de la pensée de la nouveauté : comment l’expérience italienne a-t-elle été perçue, reprise et utilisée dans d’autres contextes géographiques et politiques ? Comment, à l’inverse, est-il possible de concevoir la greffe italienne d’une nouveauté survenue au-delà des frontières ?

16« Un humaniste peut-il inventer ? L’idée d’un progrès de l’art politique chez Louis Le Roy » (Marie Gaille-Nikodimov) analyse ainsi les usages par Louis Le Roy de la réflexion historique et politique développée à la Renaissance autour du couple antithétique de Florence et Venise. La référence à Machiavel et à Contarini intervient à double titre : dans la méthode forgée pour rendre compte des guerres civiles de religion qui déchirent le royaume de France et dans la formulation des moyens politiques néces-saires à la restauration de la paix civile.

17De son côté, « Nouveauté et politique dans la pensée de Vincenzo Cuoco » (Pierre Girard) rend compte de la critique de la Révolution française qui est proposée par l’auteur du Saggio storico sulla rivoluzione napoletana. Le legs de Machiavel transparaît dans l’analyse des obstacles qui s’opposent à l’apparition d’une révolution similaire à Naples. De même on devine la présence de Vico lorsque Cuoco s’attache à forger un art de l’observation qui consiste à tirer les leçons politiques du passé et à inventer une écriture qui annule les frontières entre histoire et philosophie politique.

18Si chaque contribution du dossier caractérise le lien étroit qui se tisse entre la réflexion sur la nouveauté et l’étude de la langue, « Leopardi et le diagnostic d’époque » (Olivier Remaud) lui accorde une place privilégiée. Selon Leopardi, l’époque moderne se caractérise par une hypertrophie de l’art de penser et un affaiblissement conséquent de l’art du style. Elle paraît s’épuiser dans les productions ternes d’un intellect qui a vraisemblablement oublié les vertus colorées de l’imagination. Mais un tel diagnostic, qui engage simultanément une critique sévère de la notion abstraite de progrès, n’empêche pas Leopardi d’identifier les grandes séquences de changements historiques comme les petites variations qualitatives du temps collectif. En s’appuyant sur la distinction entre les deux notions d’« époque » et de « période », il envisage alors les conditions de réforme de son temps. Et il suggère que la régénération du présent impose aux Italiens de définir l’usage moderne de leur langue qui est antique dans sa définition.

19Cette articulation est également au cœur d’une interrogation qui a accompagné l’histoire de Venise de l’émergence de la nation italienne à l’époque fasciste. « La “troisième Venise” : un mythe italien de l’entre-deux-guerres » (Xavier Tabet) aborde l’élément qui, au sein de l’histoire et de la pensée italienne de la nouveauté, incarne pendant des siècles le point de résistance au changement et montre l’impossibilité d’y réduire l’histoire de la cité. Dès que la nation italienne émerge, un débat se forme autour d’une série de questions qui mettent en jeu le statut de Venise dans la jeune nation italienne et son avenir : comment va-t-elle s’intégrer à l’Italie et devenir une ville italienne sans perdre son identité propre ? La construction du port industriel de Marghera constitue la réponse historique, politique et économique à cette question. Elle nourrit le thème vitaliste, moderniste, industriel de la nouvelle Venise, notamment à l’époque fasciste. Ce thème n’exclut pas le souci de conserver l’identité vénitienne. Notamment autour du rêve impérialiste, Venise fournit les éléments de son mythe national. Elle devient en outre une entité double, où coexistent la nouvelle et l’ancienne Venise.

20La volonté de conciliation entre l’ancien et le nouveau n’est pas le propre, à l’époque fasciste, de l’identité vénitienne. D’une manière générale, le discours fasciste semble hésiter entre la revendication d’une nouveauté radicale et la quête d’une légitimation historique. Or cette bipolarité est moins l’expression d’une opposition entre les fascistes innovateurs et les fascistes passéistes que le signe d’une tension interne au discours politique fasciste. « Apprendre à “prendre la vie au sérieux” sur les bancs de l’école fasciste : Giovanni Gentile et l’éducation d’une “Nouvelle Italie” » (Stéphanie Lanfranchi) montre en ce sens comment la priorité conférée à l’innovation par Gentile, en vue d’une réforme morale des Italiens, s’ancre dans une reprise de la tradition du Risorgimento. Dans l’apprentissage de l’idiome national et dans les logiques de familiarisation avec la littérature du xixe siècle, on joue un passé contre un autre, celui du Risorgimento contre celui de la « vieille Italie ».

Top of page

Notes

1 P. Claudel, Le Soulier de satin, 3e journée, scène 2.

2 Sur ces questions, voir notamment J. G. A. Pocock, Le moment machiavélien, L. Borot trad., Paris, PUF, 1997, p. 35 et suiv.; O. Remaud, « Tempo e passioni in Machiavelli », Pensiero moderno ed identità politica europea, B. Consarelli éd., Padoue, CEDAM, 2003, p. 27-40. Sur la Providence comme ordre de développement propre à chaque nation et la liberté comme moteur de l’histoire chez Vico, voir P. Girard, Le vocabulaire de Vico, Paris, Ellipses, 2001, p. 47.

3 G. Tomasi di Lampedusa, Il Gattopardo, Milan, Feltrinelli, 1959, p. 42.

4 R. Villari, Elogio della dissimulazione. La lotta politica nel Seicento, Bari, Laterza, 1987, p. 9.

5 Pour la critique que développe Vico à l’encontre du cartésianisme entendu comme posture de la nouveauté et de l’« esprit de mode » qui affecte selon lui la République des Lettres, voir O. Remaud, Les archives de l’humanité. Essai sur la philosophie de Vico, Paris, Le Seuil, 2004, p. 139-157.

6 Dans le livre V des Politiques, Aristote tente ainsi de savoir « d’où vient que les constitutions changent, de combien de manières et comment, quelles sont les voies de la ruine pour chaque constitution et de quelles formes vers quelles formes les transformations s’opèrent(‑elles) », V, 1, 1301 a, P. Pellegrin trad., Paris, GF Flammarion, 1993, p. 341.

7 Jacob Burckhardt désigne Florence comme « la ville du mouvement » et qualifie inversement Venise de « ville de l’immobilité apparente et du silence politique », dans Civilisation de la Renaissance en Italie, traduction d’H. Schmitt, revue et corrigée par R. Klein, Paris, Le Livre de Poche, 1958, vol. I, p. 95-97. On lira à cet égard l’article d’A. Fontana et J.-L. Fournel, « Le “meilleur gouvernement” : de la constitution d’un mythe à la “terreur de l’avenir” », Venise, 1297-1797. La république des castors,Fontenay/Saint-Cloud, ENS Éditions, 1997, p. 13-35; M. Gaille-Nikodimov, Liberté et conflit civil. La politique machiavélienne entre histoire et médecine, Paris, Champion, 2004, chap. 4 et 5, et Id., « L’idéal de la constitution mixte entre Venise et Florence. Un aristotélisme politique à double face », Le gouvernement mixte, de l’idéal politique au monstre constitutionnel en Europe (xiiie-xviie siècle), M. Gaille-Nikodimov dir., Presses universitaires de Saint-Étienne, 2005, p. 39-56 (version italienne dans Filosofia politica, avril 2005, p. 63-76).

8 F. Guichardin, Histoire d’Italie, J.-L. Fournel et J-C. Zancarini trad., Paris, Laffont, 1996, p. 40.

9 Sur ce point, voir J. A. Maravall, Antíguos y modernos, la idea del progreso en el desarrollo inicial de una sociedad, Madrid, Sociedad de estudios y publicaciones, 1966.

10 Voir la communication de J.-L. Fournel, « Les conflits de temporalité au temps des guerres d’Italie : apologie du présent », communication au colloque « Discontinuités et Histoire » (Paris, BNF, juin 2004).

11 R. Koselleck, « Historia magistra vitae. De la dissolution du topos dans l’histoire moderne en mouvement », Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, J. Hoock et M.-C. Hoock trad., Paris, Éditions de la MSH, 1990, p. 37-62.

Top of page

References

Electronic reference

Marie Gaille-Nikodimov, Pierre Girard and Olivier Remaud, « Présentation », Laboratoire italien [Online], 6 | 2006, Online since 07 July 2011, connection on 25 March 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/188

Top of page

About the authors

Marie Gaille-Nikodimov

Marie Gaille est chargée de recherche au CNRS au sein du CERSES (Centre de recherche Sens, éthique et société). Elle travaille d’une part sur la pensée politique de la Renaissance. Elle a publié : une traduction du Prince de Machiavel, Paris, Le Livre de Poche, 2000 ; Liberté et conflit civil. La politique machiavélienne entre histoire et médecine, Paris, Champion, 2004 ; et un ouvrage collectif, Le gouvernement mixte, de l’idéal politique au monstre constitutionnel en Europe (xiiie-xviie siècle), Presses universitaires de Saint-Étienne, 2005. Elle travaille d’autre part en philosophie politique et morale contemporaine sur les pratiques thérapeutiques et les choix en matière de vie et de santé. À ce titre, elle a publié : À qui appartient le corps humain? Médecine, droit et politique, coécrit avec Claire Crignon-De Oliveira, Paris, Les Belles Lettres (Médecine et Sciences humaines), 2004.

By this author

Pierre Girard

Pierre Girard est maître de conférences en italien à l’Université Lyon III et poursuit ses recherches dans le cadre du CERPHI (UMR 5037). Son travail porte sur la philosophie politique italienne (Vico, Pagano, illuminisme), sur la tradition matérialiste (Labriola, Gramsci), ainsi que sur les mouvements de lutte armée en Italie (Brigate rosse).

By this author

Olivier Remaud

Olivier Remaud est maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales et chercheur associé au Centre Marc-Bloch de Berlin. Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé et docteur en philosophie, il a été boursier de l’École française de Rome (1997), Research Fellow de l’Alexander von Humboldt-Stiftung (2002), Visiting Scholar au Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte de Berlin (2003), et collaborateur scientifique du programme de recherche européen Kontingenz und Moderne (CRIA-EHESS/Paris, Max-Weber-Kolleg/Erfurt, Istituto universitario europeo/Florence, Volkswagen-Stiftung, 2004-2005). En 2006, il sera Visiting Professor à la Freie Universität de Berlin (Institut für romanische Philologie) et à l’Université de Bergen en Norvège (Filosofisk Institutt). Il est l’auteur notamment de : Michelet. La magistrature de l’histoire, Paris, Michalon, 1998 ; Les archives de l’humanité. Essai sur la philosophie de Vico, Paris, Le Seuil, 2004 (prix F.Furet 2005).

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page