Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
L'épreuve de la nouveauté

Nouveauté et politique dans la pensée de Vincenzo Cuoco

Pierre Girard
p. 79-94

Résumés

Le but de cette étude est de montrer dans quelle mesure la question de la nouveauté est au cœur de la pensée de Cuoco. Ce dernier, contemporain des événements napolitains de 1799 et de l’influence de la Révolution française, puis de Napoléon à Milan, est à la fois amené à vivre et à penser la nouveauté politique dans cette période particulière de l’histoire italienne. Cette situation privilégiée lui permet d’affronter la question de la nouveauté, sur le plan à la fois politique et historique. Si dans un premier temps, en particulier dans son Saggio, Cuoco semble condamner toute nouveauté politique qui rompt le cours harmonieux de l’histoire, nous essaierons de voir dans quelle mesure sa pensée est en réalité plus nuancée et que chez lui le cours de l’histoire n’a jamais la valeur d’une fatalité condamnant a priori toute tentative d’action politique. Tout l’intérêt de la pensée de Cuoco réside au contraire dans la tentative d’établir les conditions de possibilité d’une action politique qui puisse s’intégrer harmonieusement dans le cours de l’histoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur cette période de la vie de Cuoco, voir la remarquable biographie établie par Antonino De France (...)

1Aborder le problème de la « nouveauté » à partir de l’œuvre de Cuoco peut sembler à la fois évident et contradictoire. L’évidence naît de l’époque dans laquelle s’inscrit Cuoco, à l’articulation entre le xviiie siècle et les premières années du xixe. Du point de vue politique, l’histoire italienne est en pleine mutation, articulant l’héritage des Lumières et sa spécificité dans la Péninsule – particulièrement évidente à Naples et à Milan – avec la confrontation avec la Révolution française, à la fois modèle et contre-modèle à partir duquel le mouvement du Risorgimento prendra son essor. Vincenzo Cuoco, par sa proximité aussi bien autobiographique qu’intellectuelle avec les événements napolitains de 17991, de même qu’avec son engagement politique à Milan et plus généralement par son activité journalistique intense, est de plain-pied avec cette nouveauté politique et historique qu’il est amené aussi bien à vivre qu’à penser. Cela dit, cette évidence de la position de Cuoco face à la nouveauté politique et historique de l’Italie de son époque ne doit pas cacher l’ambiguïté de la manière avec laquelle il la reçoit. Il peut en effet sembler étrange d’aborder la pensée de Cuoco à partir de la notion de « nouveauté », alors que toute une tradition le présente plus comme un réformateur prudent mettant en avant les risques et les excès propres à toute forme de révolution et rejetant toute forme de « nouveauté » lorsque celle-ci rompt artificiellement et brutalement une continuité et une identité historico-politique. Il existe même des interprétations qui montrent que Cuoco n’a été que très peu touché par la Révolution française et que celle-ci n’a commencé à l’intéresser – négativement – qu’à partir du moment où elle a été exportée dans le royaume de Naples. Pour notre part, nous avons le sentiment que cette attitude complexe de Cuoco est en réalité la juste réaction face à l’ambiguïté que revêt la notion de « nouveauté » dans l’histoire. Pour Cuoco, la question n’est pas de savoir si dans l’histoire la « nouveauté » est bonne ou mauvaise – il s’agit là de qualificatifs abstraits qui orientent vers de faux problèmes –, mais de discerner les conditions politiques d’une réception efficace de la nouveauté. Par exemple, l’analyse politique que fait Cuoco de l’échec de la Révolution jacobine de 1799 ne le mène pas à conclure que toute révolution est mauvaise et que toute innovation en politique est vaine et dangereuse. L’échec de 1799 n’est pas le symbole du risque de toute forme de « nouveauté » dans l’histoire, mais l’expression de l’échec politique de la réception de cette même nouveauté. Nous voudrions, dans les lignes qui suivent, montrer dans quelle mesure Cuoco déplace la problématique classique de la nouveauté historique et dans quelle mesure il en donne une interprétation politique.

  • 2 Sur l’expérience républicaine à Naples en 1799, voir la synthèse de Mario Battaglini : La Repubblic (...)

2Pour Cuoco, un des exemples paradigmatiques de la « nouveauté » dans l’histoire renvoie aux événements de Naples de 17992. L’analyse qu’il donne de cette révolution ratée semble en apparence condamner toute forme de nouveauté dans l’histoire. La révolution jacobine est abstraite et s’insère dans une solution de continuité à la fois avec l’histoire du royaume de Naples et avec les particularités sociales de la nation. En d’autres termes, la volonté politique de changer le cours de l’histoire ne serait qu’une pure violence faite à la naturalité de ce même cours et donc vouée à l’échec. Pour Cuoco, le futur politique doit s’inscrire dans une continuité harmonieuse avec le passé historique. C’est parce que les Jacobins oublient cette règle que leur révolution sort de l’histoire, qui reprend rapidement ses droits. L’histoire serait ainsi vue comme une sorte d’ordre cosmique, parfaitement organisé, dans lequel rien de nouveau, c’est-à-dire d’extérieur à l’ordre, ne pourrait arriver. La nouveauté ne serait ainsi qu’un désordre passager et artificiel et par conséquent n’offrirait aucune possibilité constructive réelle dans le cours de l’histoire.

  • 3 Noté à partir de maintenant Saggio. Nous nous servirons principalement de la seconde version, celle (...)

3Cela dit, l’analyse de Cuoco ne saurait se réduire à une simple défense d’un ordre historique tout-puissant, à une forme de providence déterministe contre les assauts vains de la nouveauté politique. Cet aspect est important et permet de nuancer la manière dont Cuoco pense la notion de « nouveauté ». En effet, si Cuoco critique une « nouveauté » politique qui n’offre qu’une solution de continuité avec le cours de l’histoire, ce n’est cependant jamais pour se réfugier dans une vision providentielle de l’histoire. C’est moins la nouveauté politique qui est condamnée, que l’incapacité politique à intégrer cette nouveauté. Bref, la « nouveauté » est une notion neutre, ni bonne ni mauvaise en soi, mais qui le devient dans un rapport politique avec l’histoire. La notion de rapport est ici importante. Une chose n’est nouvelle que par rapport à un regard pour lequel elle apparaît comme telle. En ce sens, la nouveauté en histoire n’est pas une valeur absolue et Cuoco n’aura de cesse de montrer que la même nouveauté révolutionnaire peut être à la fois bonne pour la France et mauvaise pour Naples. On voit bien que si cette nouveauté fonctionne en France, c’est parce que le rapport, la synthèse, entre le passé historique et le futur politique peut être construit. À l’inverse, à Naples, un tel rapport n’existe pas et la population reste passive face à une révolution qui n’a aucun sens pour elle. Pour essayer d’approfondir cette position, il nous faut revenir en détail sur l’analyse que Cuoco donne des événements napolitains dans son Saggio storico sulla rivoluzione napoletana3.

  • 4 « Ma il mio disegno non è stato mai quello di scriver la storia della rivoluzione di Napoli […]. Si (...)
  • 5 « Io imprendo a scriver la storia di una rivoluzione che dovea formare la felicità di una nazione, (...)
  • 6 Lettre au comte Giovio, 7 mars 1804, Scritti vari, II, N. Cortese et F. Nicolini éd., Bari, Laterza (...)

4Si l’on essaie de discerner parmi les niveaux rhétoriques qui s’entrecroisent dans le Saggio, deux grandes perspectives apparaissent. D’une part, et bien que Cuoco s’en défende explicitement4, le Saggio est avant tout un livre d’histoire. Les épisodes de la révolution manquée sont racontés dans le détail et Cuoco suit le schéma classique causes-déroulement-conséquences. La seconde perspective est celle d’un texte politique. Cuoco prend position dès le début du texte5 et considère que le Saggio prend origine dans l’espoir en un ordre meilleur (« speranza di un ordine migliore ») et que c’est dans cette perspective qu’il doit être lu6. En d’autres termes, et même si l’analyse de Cuoco diffère de celle d’autres exilés quant à la signification à donner à l’échec de la Révolution de 1799 (et plus généralement sur le jacobinisme), il les rejoint dans la volonté politique de condamner le régime de Ferdinand. Le Saggio manifeste en ce sens un réel engagement patriotique, qui se traduit dans le texte par de nombreux conseils et maximes politiques, que nous aurons l’occasion d’analyser par la suite.

  • 7 Saggio, « Prefazione alla seconda edizione », p. 51.
  • 8 Statistica della Repubblica italiana, dans Scritti vari, I, p. 275.
  • 9 Scienza nuova (1725), L. IV (§ 391).
  • 10 Saggio, I, p. 59-60.

5L’entrelacement des niveaux rhétoriques donne ainsi une forme particulière au texte de Cuoco, qui doit être abordé moins « comme une histoire » (« come una storia ») que « comme un recueil d’observations sur l’histoire » (« come una raccolta di osservazioni sulla storia »7). En apparence, la distinction peut sembler verbale. Mais cette impression cesse si l’on accorde un sens fort au terme « osservazioni ». L’observation ne doit en effet jamais être comprise chez Cuoco comme une simple instance d’enregistrement passive d’événements historiques providentiels qui s’imposeraient au regard et à l’expérience de l’historien ou du simple témoin. Elle doit au contraire être comprise comme un véritable « art » (« arte di osservar »), comme Cuoco a du reste l’occasion de l’écrire8, et qui pourrait être rapproché de « l’art diagnostique » dont parle Vico dans la première version de la Scienza nuova9, qui est ici très proche de Cuoco. Le but de l’observation n’est donc pas de contempler à distance, sans action possible, des événements passés, c’est-à-dire se limiter à une lecture rétrospective et passive, mais de tirer les leçons politiques du passé et de ne pas retomber dans les mêmes erreurs10.

  • 11 Sur ce point, voir en particulier la présentation d’Alain Pons : « Révolution active et révolution (...)
  • 12 Nous ne pouvons ici ni analyser le détail de ces critiques, ni même les distinguer entre elles. On (...)

6La perspective rétrospective s’accompagne donc dans le Saggio d’une lecture plus politique et prospective. La différence entre la « storia » et les « osservazioni sulla storia » ne se réduit pas à une distinction de méthode ou de simple niveau épistémologique, mais pose plus précisément la question du sens politique du Saggio. Il nous faut approfondir cette distinction dans la mesure où elle constitue le moteur du Saggio. Dans un premier temps, le ton du texte est celui du simple constat. La Révolution napolitaine de 1799 échoue selon Cuoco en raison de son abstraction et plus précisément de son incapacité à s’ancrer dans le « peuple ». Il s’agit là de la distinction bien connue entre « révolution active » et « révolution passive »11. Une telle distinction n’en reste pas moins assez banale pour l’époque. En effet, si l’on regarde la littérature contre-révolutionnaire ou plus simplement critique, on constate une continuité des arguments que l’on oppose à la Révolution; qu’il s’agisse de Burke, de Bentham, de Maistre ou même de Constant, la critique est toujours la même : la révolution est abstraite et s’affranchit en apparence illégitimement d’une continuité historique la vouant irrémédiablement à l’échec12.

  • 13 Saggio, XVI, p. 162.
  • 14 « I governi debbon essere conformi alla natura degli uomini governati », Scienza nuova (1744), L. I (...)
  • 15 Le Prince, chap. IX, XIX, par exemple.

7De manière générale, Cuoco ne semble que reprendre des lieux communs de la pensée politique classique. La distinction entre les « deux peuples »13 pourrait aisément se retrouver dans la pensée politique platonicienne ou aristotélicienne. De la même façon, l’idée d’une correspondance nécessaire entre les gouvernants et les gouvernés se trouve facilement chez Aristote ou même chez Vico dont elle constitue un des axiomes centraux de la Scienza nuova (1744)14. Enfin, la nécessité de prendre appui sur le peuple pour consolider toute action politique n’est en rien originale et pourrait trouver des correspondances explicites chez Machiavel par exemple15.

8Face à un tel constat, il est difficile de discerner quelle est l’originalité de la position de Cuoco et plus précisément le sens du Saggio. En effet, si on essaie de donner un sens abstrait aux concepts mis en place par Cuoco dans son texte, on prend alors un double risque, aussi bien sur la forme que sur le fond. Formellement, on risque de donner une valeur trop forte aux concepts mis en place par Cuoco, et on tombe dans le danger dénoncé constamment dans le Saggio, à savoir celui d’une abstraction illégitime. Ainsi l’usage du terme popolo par exemple n’a pas le même sens dans le cas précis de Naples en 1799 qu’en France à la même époque. C’est du reste pour cette même raison que les principes abstraits de la Révolution française ne le sont que si on les exporte ailleurs qu’en France. Sur le fond, le risque est tout simplement de diluer la force du Saggio en montrant que la plupart des outils méthodologiques utilisés par Cuoco sont déjà présents dans la pensée politique italienne de l’époque.

  • 16 Sur cette idée, voir les remarques de Nino Cortese dans son introduction à son recueil de textes de (...)
  • 17 Scienza nuova (1744), L. I, degnità X (§ 138-140).
  • 18 Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes. Sur le rapport Rousseau-C (...)
  • 19 Saggio, « Prefazione alla seconda edizione », p. 48.

9En réalité, l’originalité de Cuoco ne se trouve dans aucune de ces deux perspectives, mais au contraire dans sa volonté de les lier entre elles. La force du Saggio tient donc dans sa complexité rhétorique même. Il s’agit à la fois d’un livre d’histoire, d’un livre de philosophie politique se proposant de penser la nouveauté révolutionnaire et d’un texte historiographique16. Selon nous, tout l’intérêt du texte de Cuoco est qu’il maintient fermement cet « à la fois », reliant ainsi des perspectives en apparence hétérogènes. On pourrait du reste rapprocher cette tentative de celle de Vico, qui cherche, tout au long de l’élaboration des différentes versions de la Scienza nuova, à établir les conditions de possibilité d’un lien entre la « philologie », c’est-à-dire dans son vocabulaire tout ce qui dépend du libre arbitre, à savoir les langues, les mœurs, les lois, les institutions, etc., et d’autre part la « philosophie ». Pour Vico, séparer la philosophie de la philologie ne peut mener qu’à la stérilité. Ainsi, la seule philologie conduit à une érudition stérile et sans intérêt. Inversement, la seule philosophie mène à des principes creux, abstraits et sans application concrète17. D’une certaine façon, on peut affirmer que Cuoco applique dans le cadre précis de l’analyse de la Révolution de 1799 ce programme vichien, qui est aussi bien un réquisit méthodologique nécessaire pour la nouvelle science. Ainsi le Saggio est un livre d’histoire, philologiquement fondé, mais qui ne se réduit pas à une seule perspective rétrospective limitée à la question napolitaine et qui ouvre une dimension politique possible. De la même manière, il ne s’agit pas simplement d’un traité politique abstrait qui, selon la formule célèbre de Rousseau, « [écarterait] les faits »18 pour établir son propre discours. Le Saggio est ainsi ce texte complexe, dans lequel toute proposition philosophique ou politique n’a de sens qu’ancrée dans un fondement philologique et dans lequel toute description historique ne tire sa valeur que dans sa capacité à fonder un discours politique prospectif. La meilleure illustration de ce programme réside dans l’affirmation de Cuoco de ne pas se contenter de faire une histoire et de s’occuper moins des personnes que « des choses et des idées » (« delle cose e delle idee »19), c’est-à-dire précisément de ce rapport philologie-philosophie.

  • 20 « Il carattere della filosofia di Genovesi si può definire colle stesse parole quali egli stesso de (...)
  • 21 Quaderni del carcere, Quaderno IV (XIII), § 56, 1930-1932, V. Gerratana éd., Turin, Einaudi, 1975, (...)
  • 22 Pour une autre analyse, voir les belles remarques de Fulvio Tessitore, Da cuoco a De Sanctis. Studi (...)
  • 23 M. Bouyssy, « Vincenzo Cuoco et Bertrand Barère. Regards croisés pour révolutions perdues », Histoi (...)

10Le retour aux faits, aux « choses » (cose) de la nation napolitaine, inscrit pleinement Cuoco dans l’Illuminisme napolitain et le relie à ses plus grands représentants. En ce sens, Cuoco ne fait que suivre la perspective lancée par Vico et développée par Antonio Genovesi ou Giuseppe Maria Galanti par exemple20. Mais il convient ici d’analyser dans le détail ce que Cuoco entend dans ce retour « aux faits » (ai fatti). L’erreur serait de croire que ce retour constitue une finalité et qu’il s’agit de s’y limiter. Certes, Cuoco souligne l’importance d’une attention aux faits, d’une connaissance détaillée des cose, mais justement dans la perspective d’une action politique possible. L’attention aux cose de la nation napolitaine n’enferme pas le lecteur dans une vision providentielle de l’histoire dans laquelle aucune nouveauté ne serait possible. Il ne s’agit à aucun moment de s’enfermer dans une perspective philologique, pour reprendre ce terme vichien, mais au contraire d’y trouver de quoi en sortir. L’analyse de la Révolution de Naples n’a donc pas pour fonction d’enfermer le propos de Cuoco dans un « petit coin mort de l’histoire » (« angoletto morto della storia »), pour reprendre l’expression de Gramsci21 lui servant à qualifier la Naples de l’époque de Vico, mais au contraire de trouver dans une particularité historique une expérience concrète lui permettant de fonder un discours politique efficace. Le retour ai fatti n’est donc jamais synonyme d’un enfermement dans ces mêmes faits. Le but est de déterminer quelle marge de manœuvre laisse à l’action politique une situation historique précise22, et cela en vertu – et pour reprendre ici la belle expression de Maïté Bouyssy – d’une « conscience optimiste de la plasticité des sociétés »23. En d’autres termes, l’analyse historique de Cuoco se propose de déterminer en creux les conditions de possibilité d’une nouveauté politique efficace.

  • 24 Saggio, XII-XIII.
  • 25 Sur le rôle du « peuple » dans la pensée de V. Cuoco, nous nous permettons de renvoyer à notre étud (...)
  • 26 « Ci vedemmo inondati da una folla di stranieri, i quali occuparono tutte le cariche, assorbirono t (...)
  • 27 Plus généralement sur cette question de la langue, voir les belles analyses d’A. Pennisi : La lingu (...)
  • 28 « Parliamo della costituzione da darsi agli oziosi lazzaroni di Napoli, ai feroci calabresi, ai leg (...)
  • 29 Ce registre de l’erreur est essentiel dans la mesure où il montre qu’il n’y a aucune fatalité à l’é (...)

11Le retour aux faits, le souci philologique de Cuoco, n’est donc pas une fin en soi, mais un simple moyen en vue d’un but politique. C’est du reste pour cette raison que Cuoco se refuse à écrire une histoire. En réalité, il refuse peut-être plus précisément un texte qui se limiterait à une simple histoire. En définissant son point de vue comme celui de « l’observation », il se laisse la possibilité d’une distance critique permettant l’ouverture d’une autre perspective. Aussi, le retour aux faits a toujours la valeur d’un passage méthodologique et non d’une simple soumission à des événements tout-puissants. Il est par exemple intéressant de voir que Cuoco, bien qu’il prenne clairement parti pour un changement de régime à Naples, applique les mêmes méthodes d’analyse à des événements en apparence très différents entre eux. Il est ainsi frappant de voir que la situation désastreuse du régime des Bourbons à Naples, en particulier son incapacité à trouver un appui populaire lui permettant de résister réellement à l’avance des révolutionnaires24, est analogue à celle des Jacobins et à leur incapacité à maintenir la Révolution et à l’ancrer dans le peuple25. Ainsi, bien qu’historiquement opposés, les Royalistes et les Jacobins trouvent un point d’accord dans leurs erreurs politiques. Ici le point commun est l’absence de connaissance des « cose » napolitaines, qu’il s’agisse du roi de Naples et de sa cour inféodés à des intérêts étrangers, britanniques en l’occurrence26, ou des Jacobins eux-mêmes aveuglés par leur admiration pour les principes abstraits de la Révolution française. De même, l’analyse du succès de la réaction sanfédiste du cardinal Ruffo trouve un point d’accord avec celle que fera plus tard Cuoco des succès de Bonaparte. On a ainsi le sentiment que Cuoco utilise la même grille d’analyse politique, et cela en faisant abstraction de l’événement auquel elle s’applique. Cuoco suit la méthode de Machiavel : une situation politique doit être analysée indépendamment de sa finalité morale, en tant que simple jeu entre des mécanismes politiques. En ce sens, il faut remarquer que si Cuoco condamne l’abstraction de la Révolution française, son incapacité à trouver un écho, ne serait-ce que linguistique, dans le peuple napolitain27, il ne tombe pas pour autant dans la description de particularismes locaux déterministes qui rendraient a priori toute idée de révolution et donc de nouveauté politique impossible. Il est en effet étonnant de constater qu’au moment même où Cuoco démontre l’impossibilité de greffer les principes révolutionnaires français à Naples, il reste néanmoins très vague sur la particularité de la situation napolitaine. Certes, Cuoco parle des « lazzaroni oisifs » (« oziosi lazzaroni ») de Naples, des « féroces calabrais » (« feroci calabresi »28), comme d’une réalité sociale irréductible et à laquelle il faut nécessairement se conformer pour établir une Constitution, mais force est de constater qu’il y a dans l’ensemble très peu de détails sur Naples. Une telle contradiction s’explique par le fait que le but de Cuoco est moins de mettre en avant une situation historique toute-puissante et à laquelle il conviendrait de se conformer, que d’analyser les mécanismes d’un échec. En d’autres termes, le but de Cuoco est moins de montrer que la réalité sociale de Naples la rend historiquement rétive à toute forme de révolution que de comprendre les mécanismes politiques qui ont conduit à l’échec des Jacobins. On voit immédiatement la conséquence d’une telle nuance. Elle implique la possibilité d’une révolution, de la nouveauté, et cela une fois que l’on aura compris pourquoi a échoué une première tentative. La perspective de Cuoco n’est donc pas de mettre en avant un sens sous-jacent de l’histoire, mais de discerner des erreurs politiques29, et cela pour les éviter.

  • 30 Il serait ici intéressant – et le cadre de notre étude nous l’interdit – de montrer en particulier (...)
  • 31 À noter cependant que certains textes de Cuoco semblent parfois adopter une perspective différente. (...)
  • 32 Saggio, II, p. 61.
  • 33 « Gli avvenimenti posteriori han dimostrato che io ho osservato con imparzialità e non senza qualch (...)
  • 34 La comparaison (et ses limites) est explicite par exemple dans un article paru dans le Giornale ita (...)
  • 35 Sur le rapport Cuoco-Machiavel, voir l’étude classique de Luigi Russo, Machiavelli, Rome-Bari, Late (...)
  • 36 Saggio, VII, p. 95.
  • 37 Saggio, XIV, p. 149.
  • 38 Saggio, XIX, p. 181.
  • 39 Saggio, XIX, p. 183.
  • 40 Sur le rôle de la liberté, et pour une autre perspective, voir la belle étude de R. Laporta : La li (...)

12En ce sens, la perspective de Cuoco est moins historique ou « historiciste » que mécanique et épistémologique. Le but n’est pas de montrer pourquoi l’échec était historiquement inévitable en raison de la particularité du peuple napolitain, mais de discerner les erreurs qui se sont introduites dans les mécanismes politiques. Cuoco ne découvre donc aucune forme de déterminisme historique30, aucune vision providentialiste de l’histoire31, mais des mécanismes politiques neutres qui peuvent s’appliquer à toutes les situations. Il est d’ailleurs intéressant de voir que le vocabulaire employé dans le Saggio renforce cette idée. Ainsi, selon Cuoco, le but du Saggio est de permettre au lecteur de « mieux connaître ses causes [celles de la guerre] et de juger plus sainement ses effets » (« meglio conoscere le sue cause e giudicar più sanamente de’ suoi effetti »32). Le Saggio semble ainsi l’interprétation d’une expérience qui a échoué et dont il s’agit de tirer un enseignement. L’échec de 1799 est une sorte de laboratoire politique permettant de tirer des règles générales valables pour le futur33. Cette comparaison entre une révolution et une expérience scientifique, que l’on retrouve dans d’autres textes de Cuoco34, est ici cruciale dans la mesure où elle permet de discerner le sens du Saggio. Cuoco nous semble en effet très proche de Machiavel35 dans cette perspective. Il s’agit pour lui de mettre en avant des mécanismes politiques et de montrer leur mode de fonctionnement. Il en ressort de multiples formules souvent proches, dans leur efficacité rhétorique, de celles que l’on peut trouver dans Le Prince : « Seul vainc une révolution celui qui la craint le moins » (« Vince una rivoluzione colui che meno la teme »36); « Le peuple se crut abandonné par tous et il fit tout par lui-même » (« Il popolo si credette abbandonato da tutti e fece tutto da sé »37); « On peut tout faire; la difficulté ne réside que dans la manière » (« Tutto si può fare; la difficoltà è solo nel modo »38); « Le grand talent du réformateur consiste à mener le peuple de manière à ce qu’il fasse de lui-même ce que lui voudrait en faire » (« Il gran talento del riformatore è quello di menare il popolo in modo che faccia da sé quello che vorresti far tu »39). Le résultat d’une telle approche est de remettre la liberté au centre de l’action politique. En limitant l’analyse de la Révolution de 1799 à la mise au jour de simples mécanismes politiques et non à la découverte d’un sens de l’histoire qui mettrait le royaume de Naples irrémédiablement à l’écart de toute forme de révolution, Cuoco met la liberté politique au centre du Saggio40.

  • 41 Saggio, XXX, p. 232.
  • 42 Saggio, XXXV, p. 251.
  • 43 Saggio, XL (note), p. 264.
  • 44 Saggio, XV, p. 156.

13On peut illustrer l’importance de la liberté et plus généralement celle de l’action politique en approfondissant la notion de « nouveauté » (novità) qui semble centrale dans l’économie du Saggio. De prime abord, toute novità semble qualifiée négativement par Cuoco, comme s’il s’agissait précisément d’éviter toute intervention dans un ordre qui par définition finirait par exclure la novità comme un élément étranger. On pourrait multiplier les mises en garde de Cuoco dans le Saggio contre toute forme de novità en politique : « Le meilleur parti aurait été d’y faire le moins de nouveautés possibles » (« Il miglior partito sarebbe stato di farvi le minori novità possibili »41); « […] les suspicions que tout peuple a pour les nouveautés » (« […] i sospetti che ogni popolo ha per le novità »42); « s’efforcer de faire le moins de nouveautés possibles » (« far quanto meno si potesse di novità »43). Une lecture rapide du texte peut donc laisser croire que toute forme d’intervention politique est vouée à l’échec, et que seule une adaptation au sens de l’histoire, aux particularités des nations peut avoir un sens. Mais si on analyse le détail du texte, on voit que ce sont moins les novità qui sont à rejeter, par exemple l’adoption de nouveaux principes politiques, que « l’aspect de nouveauté » (« l’aspetto di novità »44) susceptible d’« alarmer » le peuple. L’évaluation de la novità se limite donc au terrain politique et n’est en rien tributaire d’un particularisme historique tout-puissant. La novità n’est pas mauvaise en soi, mais dans son incapacité à créer une synthèse possible avec le cours de l’histoire. Il y a donc une action politique possible qui consiste à entreprendre un double mouvement : d’une part introduire des novità, d’autre part tenter de leur faire perdre leur « aspetto di novità ».

  • 45 Il est ici particulièrement intéressant de citer ce passage dans son intégralité : « Io forse non f (...)
  • 46 Saggio, XVI, p. 164.
  • 47 Saggio, XVI, p. 165.
  • 48 Saggio, XXV, p. 214.
  • 49 Sur l’activité journalistique de Vincenzo Cuoco, voir la belle étude de Maurizio Martirano : « Poli (...)

14La novità en politique n’est donc pas mauvaise en soi, mais seulement dans son incapacité à pouvoir se relier synthétiquement avec une situation particulière. L’échec de la Révolution de 1799 n’est donc en rien une fatalité. Ce n’est pas l’aveuglement historique des Jacobins que déplore Cuoco, mais plus précisément leurs maladresses politiques. D’où l’idée continuellement rappelée dans le Saggio, qu’il aurait été possible de faire autrement, qu’il n’y avait aucune fatalité mécanique et que seules les « erreurs des hommes » (« errori degli uomini ») sont en cause. Et Cuoco de multiplier les expressions et les tournures indiquant une telle possibilité. On le constate notamment à l’emploi constant du conditionnel et de la forme hypothétique : « Mais si la république avait été fondée par nous-mêmes… » (« Ma se mai la repubblica si fosse fondata da noi medesimi… »45); « Il fallait […] retrouver un intérêt commun » (« Conveniva […] ritrovare un interesse comune »46); « Toutes ces forces, mises ensemble, auraient pu constituer une force imposante, si on avait su en tirer profit » (« Tutte queste forze riunite insieme avrebbero potuto formare una forza imponente, se si avesse saputo trarne profitto »47); « Pourquoi donc, quand la république voulut tenter ces réformes, furent-elles objet de haine? Parce que nos républicains, suivant toujours des idées trop exagérées, voulaient faire deux pas dans le temps où ils ne devaient n’en faire qu’un seul : le second pas aurait dû venir tout seul, et il serait venu » (« Perché dunque, quando queste riforme si vollero tentare dalla repubblica, furono odiate ? Perché i nostri repubblicani, seguendo sempre idee troppo esagerate, voleano far due passi nel tempo in cui ne doveano far uno : l’altro avrebbe dovuto venir da sé, e sarebbe venuto »48). Bien naturellement, il ne s’agit pas pour nous, dans le cadre limité de cette étude, de donner un recensement exhaustif de ces formules, ni même d’en détailler les perspectives, mais de nous contenter de remarquer qu’elles indiquent chaque fois une alternative politique possible. « L’observation » cuochienne n’aboutit jamais au statu quo, mais ouvre en creux des solutions politiques. En montrant l’inanité des principes abstraits de la Révolution française dans le cas précis de Naples, Cuoco ne conclut pas à l’impossibilité de l’action politique. Il ne s’agit pas de renoncer à ces principes, mais au contraire de leur faire perdre leur « aspetto di novità ». Il ne s’agit donc pas historiquement de renoncer à la novità – et du reste toute l’activité journalistique de Cuoco en est un démenti vivant49 –, mais politiquement de lui faire perdre un aspect dangereux car trop brusque. On peut donc en conclure que l’objectif premier du Saggio – et précisément parce qu’il s’agit non pas simplement d’une « storia », mais de « osservazioni sulla storia » – est de créer les conditions d’une action politique, ainsi que sa nécessité.

  • 50 Saggio, VI, p. 80.
  • 51 Sur cette opposition, voir l’ouvrage de Domenico Scafoglio : Lazzari e giacobini. Cultura popolare (...)
  • 52 Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio, G. Inglese éd., Milan, Rizzoli, 1984, p. 502-503. De ma (...)
  • 53 Saggio, VII, p. 93.
  • 54 Saggio, XIX, p. 183.
  • 55 Saggio, IV, p. 72 : « La Corte di Napoli era la Corte delle irresoluzioni. »
  • 56 Discorsi, III, chap. XIII, p. 506.
  • 57 Saggio, XII, p. 133.
  • 58 Saggio, XV, p. 153.

15Si l’action politique est possible, le but de Cuoco est de savoir comment introduire la novità tout en lui en faisant perdre son aspect. Il ne s’agit donc pas de se limiter à un simple constat diagnostique : « Le peuple ne comprendra et ne suivra jamais les philosophes » (« Il popolo non intenderà, non seguirà mai i filosofi »50), mais plus dynamiquement de trouver les moyens politiques permettant aux philosophes de se faire comprendre du peuple et donc de s’en faire un soutien dans l’action politique51. Bien évidemment un telle situation rapproche à nouveau fortement Cuoco de Machiavel, qui nous semble ici aussi proche de lui que ne l’est Vico. Il serait intéressant d’étudier dans le détail le rapport entre ces deux auteurs, notamment quant à leur vision du temps dans la constitution d’une action politique. Nous ne pouvons dans le cadre de cette étude nous y attarder. Mais il est possible cependant d’en donner un exemple particulièrement significatif en comparant la figure machiavélienne du « buono capitano » développée dans les Discorsi et celle cuochienne du « riformatore ». On se rappelle en effet que Machiavel définit dans ce texte le « bon capitaine » comme celui qui « doit mettre ses soldats dans la nécessité de se battre et l’ôter à ceux de ses ennemis » (« debbe imporre ogni necessità di combattere a’ suoi soldati, e a quegli degli inimici tòrla »), comme celui qui « doit […] s’efforcer de mettre une telle nécessité dans le cœur des combattants » (« debbe […] ingegnarsi di mettere, ne’ petti di chi ha a combattere, tale necessità »52). Le bon capitaine est donc celui qui sait non pas se soumettre à un sens tout-puissant de l’histoire, mais celui qui sait créer politiquement ce sens, celui qui sait rendre nécessaire l’action aux yeux de ses soldats, alors qu’il n’y a aucune nécessité intrinsèque à cette action. Or Cuoco ne dit pas autre chose que Machiavel et le reprend presque terme à terme lorsqu’il montre que le bon « réformateur » est celui qui sait « bouger un peuple » (« muovere un popolo »53), celui qui sait « mener le peuple » (« menare il popolo »54). Comme pour Machiavel, le bon politique est donc celui qui sait donner forme à ce qui est informe, bref celui qui est capable, par sa volonté politique, sa liberté, de construire une action politique. C’est en ce sens par exemple que Cuoco condamne l’immobilisme de la cour des Bourbons, « Cour des irrésolutions » (« Corte delle irresoluzioni »55) selon lui. De manière analogue, c’est pour les mêmes raisons qu’il condamne la faiblesse politique et militaire du général Mack, « faible capitaine » (« capitano debole ») pour reprendre une expression de Machiavel56, dans la mesure où il n’est pas parvenu à « insuffler du courage à une nouvelle troupe » (« ispirar coraggio ad una truppa nuova »57). Bien agir politiquement consiste aussi bien à ne pas se laisser aller à l’irrésolution, c’est-à-dire abandonner le peuple « à la merci des flots » (« in balia delle onde »58), qu’à trouver les bons rapports permettant d’éviter toute forme de « aspetto di novità ». Les Bourbons ont politiquement échoué faute de réelle résolution, les Jacobins ont échoué faute d’avoir su enraciner leur révolution dans le peuple. Deux niveaux sont donc requis pour mener à son terme une action politique nouvelle : la volonté et la capacité à l’intégrer dans une situation historique déterminée. Les Bourbons ont échoué faute de volonté (à la différence du cardinal Ruffo par exemple), les Jacobins, faute d’avoir su rendre leur volonté populaire.

  • 59 On pourrait aussi citer des textes comme les Lettere sull’antica agricoltura italiana ou les Osserv (...)
  • 60 On peut notamment penser à Muratori et à ses Antiquitates italicae medii aevi (1738-1742). Sur la v (...)
  • 61 Sur cette « italianisation » de la figure d’Homère, voir d’Annalisa Andreoni, Omero italico, Rome, (...)
  • 62 Giornale italiano, « Programma. A Francesco Melzi d’Eril vicepresidente della Repubblica italiana » (...)

16Cette règle, Cuoco l’applique plus généralement à sa propre action politique, en particulier à son activité journalistique. On a parfois fait remarquer la discontinuité rhétorique des œuvres de Cuoco. De fait, des textes aussi divers que le Saggio, le Platone in Italia ou la Statistica della Repubblica italiana semblent avoir peu de rapport entre eux. De manière générale, il semble y avoir une opposition entre des textes prospectifs, tournés vers l’avenir, la construction politique de la nation italienne, et d’un autre côté des textes tournés vers le passé, vers les origines d’une antique et mythique sagesse italienne, comme c’est le cas dans le Platone in Italia59. En réalité, une telle opposition n’est qu’apparente et reprend la problématique que nous avons discernée dans le Saggio. La recherche dans le Platone in Italia d’une antique sagesse italique, de mythes propres à l’Italie n’a pas pour fonction chez Cuoco de mettre à jour une « prisca philosophia », une origine historique qui déterminerait le cours de l’histoire. À nouveau, il n’y a jamais chez Cuoco de tentation de revenir à une valeur providentielle de l’histoire. Le Platone in Italia est un texte politique visant à donner un fondement prestigieux à la nation italienne, suivant en cela un conseil politique de Machiavel, et plus généralement un mouvement qui naît dès le Settecento60. En ce sens, Cuoco ne fait ici que s’insérer dans un mouvement politique national de construction d’un passé historique. Un bon exemple de cette pensée renvoie aux multiples tentatives pour italianiser la figure d’Homère et donc revendiquer pour l’Italie une origine historique aussi prestigieuse que celle de la Grèce61. Les recherches de Cuoco ne sont donc qu’en partie historiques. Leur but est prospectif. L’histoire n’est plus ce passé qui déterminerait une nation de manière toute-puissante, mais le champ dans lequel une action politique peut se développer. On voit ainsi en quel sens les recherches historiques de Cuoco sont complémentaires avec ses études politiques plus directement tournées vers le futur. Créer un passé, une histoire à l’Italie, c’est lui permettre de faire face à la nouveauté politique, de la reconnaître comme sienne, de voir en elle des liens avec le passé, celui de la nation, même si celui-ci n’est qu’un mythe. La nouveauté n’est mauvaise que si on la laisse persévérer dans son étrangeté. À l’inverse, une action politique efficace peut l’intégrer dans le sentiment d’une continuité historique. Le nouveau perd ainsi son inquiétante étrangeté, et peut être synthétiquement reconnu et intégré. Une action politique efficace doit donc permettre à la fois d’amener la nouveauté et de la faire reconnaître comme propre, c’est-à-dire en rapport avec celui pour qui elle est nouveauté. Cette fonction de lien est du reste explicitement soulignée par Cuoco : « È nella natura della nostra mente di non ammettere un’idea, se non sia preparata dalle sue necessarie e quasi fatali antecedenti ; è nella natura del nostro cuore di ostinarci contro coloro i quali ci voglion persuadere verità a cui non siamo preparati. »62 Faute d’avoir reconnu ce principe de la nature humaine, faute d’avoir su créer les conditions politiques permettant de donner une sentiment de continuité historique, les Jacobins ont condamné leur propre révolution à l’échec. La passivité du peuple napolitain face à une révolution qui lui est étrangère a donc comme exacte contrepartie la passivité politique des Jacobins qui n’ont pas su rendre leur révolution active.

  • 63 Rappelons ici les nombreux textes de Cuoco, le plus souvent très détaillés, visant à réformer l’édu (...)
  • 64 Ainsi, selon Cuoco, le Giornale italiano est « un giornale destinato a formar lo spirito pubblico d (...)
  • 65 Giornale italiano, « Programma. A Francesco Melzi d’Eril vicepresidente della Repubblica italiana » (...)

17Toute l’action politique de Cuoco, qu’elle soit journalistique ou éducative63, a au contraire pour but de créer un « spirito pubblico »64. La perspective de Cuoco n’est donc jamais réaction, repli sur une identité originaire toute-puissante. L’esprit public n’est pas à déterrer historiquement en amont, mais à créer politiquement en aval : « Fra noi non si tratta di conservar lo spirito pubblico, ma di crearlo. »65 Dans cette perspective, le rappel d’une histoire prestigieuse, même si elle est un simple mythe, est politiquement valable et efficace. Seul un tel sentiment de continuité permettra à la nation italienne de se construire historiquement, d’affronter et d’intégrer la nouveauté politique.

Haut de page

Notes

1 Sur cette période de la vie de Cuoco, voir la remarquable biographie établie par Antonino De Francesco : Vincenzo Cuoco. Una vita politica, Bari, Laterza, 1997. Plus généralement, sur la pensée politique de Cuoco et sur sa relation avec la Révolution de 1799, voir le recueil d’articles établi par Luigi Biscardi et A. De Francesco : Vincenzo Cuoco nella cultura di due secoli, Bari, Laterza, 2002.

2 Sur l’expérience républicaine à Naples en 1799, voir la synthèse de Mario Battaglini : La Repubblica napoletana. Origini, nascita, struttura, Rome, Bonacci editore, 1992.

3 Noté à partir de maintenant Saggio. Nous nous servirons principalement de la seconde version, celle de 1806. Nous citons le texte dans l’édition établie par Anna Bravo pour les Éditions UTET (Turin, 1975). Cette édition comprend les principales variantes de la version de 1801. Nous faisons également référence à la belle édition de Pasquale Villani, Milan, Rizzoli, 1999. À noter qu’il existe une réédition de la traduction en français par Bertrand Barère : Histoire de la Révolution de Naples, ristampa anastatica della traduzione di B. Barère (1807), A. M. Rao et M. Bouyssy éd., Naples, Vivarium, 2001. On trouve enfin une traduction récente par Alain Pons de la première version du Saggio, Paris, Les Belles Lettres, 2004.

4 « Ma il mio disegno non è stato mai quello di scriver la storia della rivoluzione di Napoli […]. Si dirà che il mio libro non merita il nome di storia ; ed io risponderò che non mi sono giammai proposto di scriverne », Saggio, « Prefazione alla seconda edizione », p. 47-48.

5 « Io imprendo a scriver la storia di una rivoluzione che dovea formare la felicità di una nazione, e che intanto ha prodotta la sua ruina », Saggio, I, p. 58.

6 Lettre au comte Giovio, 7 mars 1804, Scritti vari, II, N. Cortese et F. Nicolini éd., Bari, Laterza, 1924, p. 313.

7 Saggio, « Prefazione alla seconda edizione », p. 51.

8 Statistica della Repubblica italiana, dans Scritti vari, I, p. 275.

9 Scienza nuova (1725), L. IV (§ 391).

10 Saggio, I, p. 59-60.

11 Sur ce point, voir en particulier la présentation d’Alain Pons : « Révolution active et révolution passive d’après L’Essai sur la révolution napolitaine de 1799 de Vincenzo Cuoco », La philosophie et la Révolution française, actes publiés sous la direction de B. Bourgeois et J. d’Hondt, Paris, Vrin, 1993, p. 229-235.

12 Nous ne pouvons ici ni analyser le détail de ces critiques, ni même les distinguer entre elles. On peut toutefois se référer à la synthèse utile de Bertrand Binoche, Critique des droits de l’homme, Paris, PUF, 1989.

13 Saggio, XVI, p. 162.

14 « I governi debbon essere conformi alla natura degli uomini governati », Scienza nuova (1744), L. I, degnità LXIX (§ 246).

15 Le Prince, chap. IX, XIX, par exemple.

16 Sur cette idée, voir les remarques de Nino Cortese dans son introduction à son recueil de textes de Cuoco : » Il Saggio segna il sorgere della nuova storiografia d’ispirazione filosofica e di contenuto politico », Vincenzo Cuoco, Il pensiero educativo epolitico, Florence, La Nuova Italia, 1928, p. xix.

17 Scienza nuova (1744), L. I, degnità X (§ 138-140).

18 Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes. Sur le rapport Rousseau-Cuoco, voir les analyses toujours pertinentes de Paul Hazard, La Révolution française et les Lettres italiennes, 1789-1815 (1910), Genève, reprint Slatkine, 1977, p. 229.

19 Saggio, « Prefazione alla seconda edizione », p. 48.

20 « Il carattere della filosofia di Genovesi si può definire colle stesse parole quali egli stesso definí la filosofia di Senofonte : “filosofia tutta di cose”. Egli volea richiamar la filosofia dalle astrazioni teologiche-metafisiche-legali alla casa […]. “Conosciamo la casa che abitiamo” : ecco il primo precetto », Scritti vari, II, p. 232.

21 Quaderni del carcere, Quaderno IV (XIII), § 56, 1930-1932, V. Gerratana éd., Turin, Einaudi, 1975, p. 504.

22 Pour une autre analyse, voir les belles remarques de Fulvio Tessitore, Da cuoco a De Sanctis. Studi sulla filosofia napoletana nel primo ottocento, Naples, ESI, 1988, p. 183 et suiv. Les analyses de F. Tessitore sont développées de manière plus ample dans son dernier essai : Filosofia, storia e politica in Vincenzo Cuoco, Lungro di Cosenza, Marco Editore, 2002.

23 M. Bouyssy, « Vincenzo Cuoco et Bertrand Barère. Regards croisés pour révolutions perdues », Histoire de la Révolution de Naples, op. cit., p. 61.

24 Saggio, XII-XIII.

25 Sur le rôle du « peuple » dans la pensée de V. Cuoco, nous nous permettons de renvoyer à notre étude : « Peuple et politique dans la pensée de Vincenzo Cuoco », Laboratoire italien, n° 1, 2001, p. 53-63. L’objectif général de cette étude est de montrer que le peuple n’est pas en amont, mais en aval de l’action politique. En d’autres termes, la Révolution de 1799 échoue, dans l’analyse de Cuoco, non pas parce qu’on s’est trompé de peuple, mais plus profondément parce qu’on a cru que ce peuple existait déjà en tant que tel, c’est-à-dire en tant qu’unité organique, que ce soit celle des Jacobins ou celle des lazzaroni. L’échec est donc peut-être moins dû à une méconnaissance des particularités napolitaines, qu’à un mouvement révolutionnaire qui croit se fonder sur une unité qui n’existe pas et qu’il lui faut précisément fonder par son action politique.

26 « Ci vedemmo inondati da una folla di stranieri, i quali occuparono tutte le cariche, assorbirono tutte le rendite senz’avere verun talento e verun costume, insultarono coloro ai quali rapivano la sussistenza. Il merito nazionale fu obbligato, fu depresso, e poté credersi felice quando non fu perseguitato », Saggio, V, p. 76.

27 Plus généralement sur cette question de la langue, voir les belles analyses d’A. Pennisi : La linguistica dei mercatanti. Filosofia linguistica e filosofia civile da Vico a Cuoco, Naples, Guida, 1987.

28 « Parliamo della costituzione da darsi agli oziosi lazzaroni di Napoli, ai feroci calabresi, ai leggieri leccesi, ai spurei sanniti ed a tale altra genia », Frammenti di lettere dirette a Vincenzio Russo, dans Saggio storico, éd. P. Villani, op. cit., p. 322.

29 Ce registre de l’erreur est essentiel dans la mesure où il montre qu’il n’y a aucune fatalité à l’échec d’une révolution et qu’il est donc possible, une fois l’erreur comprise, de créer les conditions permettant de l’éviter. C’est en ce sens qu’il faut par exemple comprendre le point de vue de Cuoco lorsqu’il fait allusion aux « errori degli uomini » ayant conduit à l’échec de la tentative révolutionnaire, Saggio, I, p. 58.

30 Il serait ici intéressant – et le cadre de notre étude nous l’interdit – de montrer en particulier le statut du modèle de Rome dans la pensée politique de Cuoco. Bien évidemment, Cuoco s’inscrit ici dans une tradition politique forte, qui passe par Dante, Machiavel et Vico, mais son approche n’en reste pas moins originale. On pourrait d’ailleurs relier Cuoco aussi bien à Machiavel qu’à Vico. Comme Machiavel (et Vico du reste dans une certaine mesure), Cuoco reconnaît le rôle central du conflit dans le développement harmonieux de l’histoire romaine, cette dernière ayant suivi un « giusto passo », pour reprendre une expression de la dernière version de la Scienza nuova de Vico (Scienza nuova, 1744, L. I, degnità XXI, § 158). Mais il est intéressant de voir que la force du modèle romain est de constituer précisément un « modèle » que l’on peut imiter. Rome est donc remarquable non pas en raison d’un destin historique transcendant, mais par l’exemplarité de sa politique et donc par sa capacité à maintenir librement la régularité de son cours. Sur ce point, voir des passages du Platone in Italia, parfois sensiblement distincts entre eux : Platone in Italia, F. Nicolini éd., Bari, Laterza, 1924, chap. LXIV, p. 134; chap. LXVI, p. 167.

31 À noter cependant que certains textes de Cuoco semblent parfois adopter une perspective différente. Voir notamment l’article sur la « providenzialità della storia », paru le 27 janvier 1806 dans le Giornale italiano, Scritti vari, I, p. 217-221.

32 Saggio, II, p. 61.

33 « Gli avvenimenti posteriori han dimostrato che io ho osservato con imparzialità e non senza qualche acume. Gran parte delle cose che io avea previste si sono avverate ; l’esperimento delle cose posteriori ha confermati i giudizi che avea pronunziati sulle antecedenti », Saggio, « Prefazione alla seconda edizione », p. 51.

34 La comparaison (et ses limites) est explicite par exemple dans un article paru dans le Giornale italiano les 20-22 février 1804 : « Le rivoluzioni politiche tengono nella scienza della legislazione lo stesso luogo che hanno le esperienze nelle scienze fisiche. Prima di esse, le nostre menti procedono sempre per sistemi e si lascian trasportare oltre quella linea nella quale si ritrova il vero : l’esperienza fa cadere molte opinioni che già erano in onore, e molte altre ne fa rinascere che già erano state obliate. Ma, a differenza delle esperienze fisiche, le rivoluzioni politiche non lasciano mai tranquilli gli animi né serene le menti degli osservatori, i quali, costretti una volta a retrocedere, non si contentano di rimaner in quella linea che non doveano oltrepassare, ma corrono indietro, finché giungano all’estremo opposto », Scritti vari, I, p. 71.

35 Sur le rapport Cuoco-Machiavel, voir l’étude classique de Luigi Russo, Machiavelli, Rome-Bari, Laterza, 1988 (1945).

36 Saggio, VII, p. 95.

37 Saggio, XIV, p. 149.

38 Saggio, XIX, p. 181.

39 Saggio, XIX, p. 183.

40 Sur le rôle de la liberté, et pour une autre perspective, voir la belle étude de R. Laporta : La libertà nel pensiero di Vincenzo Cuoco, Florence, La Nuova Italia, 1957. On trouve également des analyses intéressantes dans l’étude, à présent ancienne, de Giovanni Gentile : Vincenzo Cuoco. Studi e appunti, Venise, La Nuova Italia, 1927.

41 Saggio, XXX, p. 232.

42 Saggio, XXXV, p. 251.

43 Saggio, XL (note), p. 264.

44 Saggio, XV, p. 156.

45 Il est ici particulièrement intéressant de citer ce passage dans son intégralité : « Io forse non faccio che pascermi di dolci illusioni. Ma se mai la repubblica si fosse fondata da noi medesimi ; se la costituzione, diretta dalle idee eterne della giustizia, si fosse fondata sui bisogni e sugli usi del popolo ; se un’autorità, che il popolo credeva legittima e nazionale, invece di parlargli un astruso linguaggio che esso non intendeva, gli avesse procurato de’ beni reali, e liberato lo avesse da que’ mali che soffriva ; forse allora il popolo, non allarmato all’aspetto di novità contro delle quali avea inteso dir tanto male, vedendo difese le sue idee ed i suoi costumi, senza soffrire il disagio della guerra e delle dilapidazioni che seco porta la guerra; forse… chi sa ?… noi non piangeremmo ora sui miseri avanzi di una patria desolata, e degna di una sorte migliore », Saggio, XV, p. 155-156. Le « chi sa ?… » manifeste clairement une alternative politique possible.

46 Saggio, XVI, p. 164.

47 Saggio, XVI, p. 165.

48 Saggio, XXV, p. 214.

49 Sur l’activité journalistique de Vincenzo Cuoco, voir la belle étude de Maurizio Martirano : « Politica e cultura negli scritti giornalistici di Vincenzo Cuoco (1801-1806) », dans Vincenzo Cuoco, Scritti giornalistici(1801-1815) I, M. Martirano et D. Conte éd., Naples, Fridericiana Editrice Universitaria, 1999, p. xxiii-lxvii.

50 Saggio, VI, p. 80.

51 Sur cette opposition, voir l’ouvrage de Domenico Scafoglio : Lazzari e giacobini. Cultura popolare e rivoluzione a Napoli nel 1799, Naples, L’Ancora, 1999.

52 Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio, G. Inglese éd., Milan, Rizzoli, 1984, p. 502-503. De manière plus générale, voir l’ensemble des chapitres XII-XIII du Livre III.

53 Saggio, VII, p. 93.

54 Saggio, XIX, p. 183.

55 Saggio, IV, p. 72 : « La Corte di Napoli era la Corte delle irresoluzioni. »

56 Discorsi, III, chap. XIII, p. 506.

57 Saggio, XII, p. 133.

58 Saggio, XV, p. 153.

59 On pourrait aussi citer des textes comme les Lettere sull’antica agricoltura italiana ou les Osservazioni sulla storia d’Italia anteriore al quinto secolo di Roma.

60 On peut notamment penser à Muratori et à ses Antiquitates italicae medii aevi (1738-1742). Sur la valeur d’une « antique sagesse italienne », voir l’étude de P. Casini : L’antica sapienza italica. Cronistoria di un mito, Bologne,Il Mulino, 1998. Voir aussi le bel article de Roberto Mazzola : « Vico e l’antica sapienza italica », Bollettino del Centro di studi vichiani, Anno XXX, 2000, p. 199-211.

61 Sur cette « italianisation » de la figure d’Homère, voir d’Annalisa Andreoni, Omero italico, Rome, Jouvence, 2003.

62 Giornale italiano, « Programma. A Francesco Melzi d’Eril vicepresidente della Repubblica italiana », Scritti vari, I, p. 4.

63 Rappelons ici les nombreux textes de Cuoco, le plus souvent très détaillés, visant à réformer l’éducation et à lui donner une fonction politique pour qu’elle crée un « esprit public », en particulier le Rapporto al Re Gioacchino Murat e progetto di decreto per l’organizzazione della pubblica istruzione.

64 Ainsi, selon Cuoco, le Giornale italiano est « un giornale destinato a formar lo spirito pubblico di una nazione », Scritti vari, I, p. 3. Plus généralement, sur cet aspect de la pensée de Cuoco dans le Saggio, voir le mémoire de DEA de Caty Merli Gelly, Vincenzo Cuoco, Il Saggio storico sulla rivoluzione napoletana del 1799 : Du peuple à la nation. La création de la conscience nationale, soutenu en 2004 à l’Université Nancy 2 sous la direction de B. Toppan.

65 Giornale italiano, « Programma. A Francesco Melzi d’Eril vicepresidente della Repubblica italiana », Scritti vari, I, p. 4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Girard, « Nouveauté et politique dans la pensée de Vincenzo Cuoco », Laboratoire italien [En ligne], 6 | 2006, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/195 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.195

Haut de page

Auteur

Pierre Girard

Pierre Girard est maître de conférences en italien à l’Université Lyon III et poursuit ses recherches dans le cadre du CERPHI (UMR 5037). Son travail porte sur la philosophie politique italienne (Vico, Pagano, illuminisme), sur la tradition matérialiste (Labriola, Gramsci), ainsi que sur les mouvements de lutte armée en Italie (Brigate rosse).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page