Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
L'épreuve de la nouveauté

Apprendre à « prendre la vie au sérieux » sur les bancs de l’école fasciste : Giovanni Gentile et l’éducation d’une « Nouvelle Italie »

Stéphanie Lanfranchi
p. 115-135

Abstracts

L’article tente de nuancer le jugement selon lequel l’œuvre et la pensée de Giovanni Gentile ne seraient inspirées que par un esprit profondément conservateur et réactionnaire. Pour ce faire, il analyse le traitement particulier que Gentile réserve à la question de la nouveauté et de la continuité historique, en l’appliquant à deux domaines distincts qui pourtant sont intimement corrélés. Le premier est celui de l’évaluation manichéenne que Gentile donne de l’histoire italienne, et notamment son jugement négatif de la Renaissance et de l’époque libérale de Giolitti, rangées sous l’étiquette de la « Vieille Italie ». Gentile l’oppose à la « Nouvelle Italie » du Risorgimento, qui inaugure quant à elle une tradition nationale positive, dans laquelle prétend s’inscrire le fascisme. Le second domaine est celui de l’école que Gentile entreprend de transformer en profondeur par le biais d’une réforme scolaire dont on a souvent mis en avant les aspects conservateurs et autoritaires, mais qui contient également des éléments extrêmement novateurs. Aussi l’enseignement réformé par Gentile est-il censé diffuser le nouvel esprit moral et patriotique de la « Nouvelle Italie », et se faire le digne héritier de la tradition du Risorgimento.

Top of page

Full text

1Tout au long du Ventennio, la propagande fasciste puise son répertoire liturgique d’images et de formules consacrées autant dans les clichés d’une société et d’un régime décrits comme irréductiblement modernes, que dans toute une imagerie populaire qui récupère les mythes du Risorgimento et de la Rome antique. Le discours fasciste oscille en effet entre la revendication d’une nouveauté radicale et la quête de légitimation historique par l’ancrage prétendu dans une tradition nationale ancienne, voire antique. Et cette oscillation n’est pas présentée comme contradictoire, mais plutôt comme l’envers et l’endroit d’une même médaille, comme une propriété originale du phénomène fasciste.

2Nous pouvons émettre l’hypothèse que le bipolarisme de cette rhéto-rique découle du caractère composite de l’idéologie fasciste et des intérêts divergents de ceux qu’elle rassembla sous la même bannière. Pour éviter toutefois d’affronter cette question complexe en termes réducteurs d’opposition nette entre fascistes innovateurs et fascistes passéistes, nous tenterons de nuancer le propos en analysant le cas emblématique – bien que tout à fait exceptionnel – de Giovanni Gentile et de la réforme scolaire ­réalisée en 1923, qui inaugure sa participation à la vie politique italienne et son adhésion au fascisme.

  • 1 Nous faisons référence ici au dixième chapitre, intitulé « L’ideologia del fascismo », p. 154de l’o (...)
  • 2 L’historiographie sur le fascisme s’intéresse à la question de la pluralité des âmes du fascisme de (...)
  • 3 Les termes exacts que Bobbio emploie en italien pour qualifier les deux courants antidémocratiques (...)

3Dans les pages de son Profilo ideologico del ‘900 qu’il consacre en 1969 à l’idéologie fasciste, Norberto Bobbio définit le fascisme comme un « bacino collettore »1 qui aurait rassemblé plusieurs tendances antidémocratiques du début du siècle, malgré les différences radicales qui les opposaient les unes aux autres. Bobbio confirme ainsi la lecture historiographique récente du fascisme comme réalité politique et idéologique qui, dès son origine, et tout au long du Ventennio, ne fut jamais un bloc monolithique2. Bobbio propose notamment une distinction qui lui permet de procéder à une première scission du bloc fasciste : d’une part il identifie les conservateurs et réactionnaires, héritiers nostalgiques de la politique de Crispi et de la Destra Storica, de l’autre les « subversifs », dans les rangs desquels se trouvent de nombreux hommes de lettres liés aux milieux et aux revues nationalistes et futuristes. La matrice intellectuelle commune à ces derniers est issue de l’irrationalisme et de l’esprit décadent de fin de siècle3.

  • 4 Ibid., p. 155.
  • 5 Ibid.,p. 154.

4Tout semble séparer ces deux courants, si ce n’est la foi nationaliste et le franc refus des principes de la démocratie tels qu’ils avaient été formulés par la Révolution Française et dangereusement mis en œuvre, selon eux, par l’Italie libérale de Giolitti. Le fascisme offrirait à ces deux tendances une voie en apparence convergente. Les tensions sous-jacentes ne s’estompent pourtant jamais entre le courant « subversif » et le courant conservateur, entre Marinetti ou D’Annunzio d’une part, et Rocco ou Gentile de l’autre. Bobbio constate en effet que « tra gli uni e gli altri i rapporti non furono mai amichevoli : questi accusavano quelli di essere opportunisti ; ma quelli accusavano questi di essere degli esaltati »4. Pour les « subversifs », que Bobbio qualifie aussi de « croyants » et de « fanatiques » du fascisme, en les opposant aux « réalistes du Régime »5, il n’y a bien entendu qu’une seule véritable âme du fascisme : l’âme mystique et révolutionnaire, qui s’exprime encore à la fin des années1930 dans les accents exaltés de la scuola di mistica fascista. Gentile n’est à leurs yeux qu’un opportuniste réactionnaire, souhaitant avant tout enrayer l’essor du socialisme et restaurer l’ordre établi : mais sa pensée politique aurait toujours été profondément étrangère au fascisme. La polémique à l’encontre de la pensée et de l’œuvre de Gentile s’articule donc dès les années1920 sur deux versants : l’extranéité originelle au « vrai » fascisme, en tant que nouveauté radicale et révolutionnaire ; et l’instrumentalisation du pouvoir fasciste à des fins de restauration et de réaction. On retrouve, en particulier, ces arguments dans le jugement émis par les adversaires de la réforme scolaire de 1923, autant dans le camp fasciste qu’antifasciste. Mais avant d’aborder cette question, et pour mieux l’appréhender, il est souhaitable d’éclaircir la vision particulière de l’histoire italienne qui vaut à Gentile, auprès des fascistes « subversifs », la réputation de penseur réactionnaire et de nostalgique d’un autre siècle.

Nouveauté et continuité historique dans la pensée de Gentile

5Après l’expérience traumatisante de la Première Guerre mondiale, nombreux sont les Italiens qui expriment le sentiment exceptionnel, assorti d’une véritable rhétorique de la nouveauté, que la rupture avec le passé est consommée et irrévocable. Il s’agit d’une lecture extrême du moment présent, qui contient une faiblesse conceptuelle évidente pour le philosophe idéaliste qu’est Gentile. Cette rhétorique de la nouveauté, selon lui, ne peut que s’articuler autour de la référence constante au passé, fût-elle négative, et c’est dans cette perspective qu’elle envisage l’actualité : en termes de répétition ou de négation, et donc, en dernière instance, toujours en termes de continuité historique.

  • 6 Comme le remarque Giuseppe Calandra dans un chapitre au titre évocateur de « L’innovazione come tra (...)

6Le discours futuriste et avant-gardiste revendique le caractère total et irrémédiable, voire incommensurable, de la fracture entre l’avant et l’après-guerre. De ce fait, il est marqué par une exaltation et une valorisation permanente de la nouveauté en tant que telle. La problématique de la discontinuité historique est au contraire traitée plus « raisonnablement » – c’est-à-dire dans une perspective à la fois plus modérée et plus rationnelle – par les idéalistes italiens. Dans leur philosophie, en effet, partant du principe de l’unité de l’esprit dans l’histoire, toute rupture au sein de la continuité historique est absolument inconcevable. C’est justement pourquoi le binôme nouveauté-tradition assume un rôle tout particulier dans la réflexion de Gentile, dans la mesure où toute innovation ne peut se concevoir que comme la réactualisation d’une tradition qui la précède6.

  • 7 Avant la Grande Guerre les deux philosophes ne portent pas le même jugement sur la Renaissance, que (...)

7Si la position de Gentile, en tant qu’idéaliste, diffère très nettement, à ce propos, de celle des « subversifs », et en particulier des futuristes, son interprétation de l’histoire récente se distingue également de celle de Croce, l’autre maître de l’idéalisme italien. Bien que leur conception théorique de l’histoire, et donc de la continuité historique, soit issue d’une matrice philosophique commune, elle connaît un sort tout à fait différent. Nous constatons en particulier que chez Gentile, plus que chez Croce, la quête d’un renouveau profond de l’Italie apparaît comme le leitmotiv de son œuvre et de sa pensée. Croce craint que la laborieuse évolution libérale de l’Italie n’ait été dramatiquement interrompue par la participation à une guerre qu’il n’avait jamais soutenue, contrairement à Gentile. Ce que Croce peut souhaiter de mieux à l’Italie en 1918, c’est un moindre changement, un retour à la normale : tout autre est le vœu de Gentile. Son interprétation de l’histoire italienne s’écarte déjà considérablement de celle de Croce en 19147, et la radicalité d’une telle divergence s’accentue avec l’enthousiasme et la ferveur patriotiques que Gentile manifeste à l’occasion de la Grande Guerre et que son ami est loin de partager.

  • 8 Cette interprétation, comme le remarque Gennario Sasso dans son ouvrage, n’est pas dépourvue de dif (...)

8Dans les centaines de textes que Gentile rédige à partir des années de guerre, nous retrouvons une constante dans la lecture de l’histoire de l’Italie, qu’il ne cesse de reformuler. Pour qualifier favorablement un événement historique, Gentile fait intervenir un double critère : d’abord sa nouveauté intrinsèque, qui n’est pas condition unique et suffisante, comme pour les futuristes, de positivité, mais qui n’en est pas moins connotée très positivement. Elle signifie en effet le changement et le rejet d’une situation actuelle – l’Italie libérale, individualiste et matérialiste de Giolitti – que Gentile considère comme décadente, et elle marque le début d’une nouvelle ère de l’histoire italienne. Le second critère favorable n’est qu’apparemment contradictoire avec le précédent et consiste dans l’ancrage de cette nouveauté dans une tradition précise et historiquement déterminée, le Risorgimento italien, dont il s’agit de recouvrer l’esprit original pour le faire enfin aboutir dans une forme politique, civique et morale plus achevée. Rupture par rapport au giolittismo et continuité par rapport au Risorgimento sont les deux articulations dialectiques de la rhétorique gentilienne qui permettent d’inscrire le jugement favorable à la nouveauté dans une vision idéaliste et positive de continuité historique8. À partir de ce schéma non seulement Gentile juge favorablement les effets de la participation italienne à la Grande Guerre, mais il élabore aussi une théorie qui lui est propre, bien qu’inspirée de la lecture de Gioberti et de De Sanctis : la théorie des « Deux Italie ». Il s’agit d’une lecture particulière de l’histoire italienne, qui dissocie la « vieille » et mauvaise Italie de la « nouvelle », et dont nous verrons qu’elle n’est point exempte de caricatures dans son parti pris dualiste, mais qu’elle sous-tend véritablement la conception et la réalisation de sa réforme scolaire, ainsi que son adhésion au fascisme.

9Ces considérations nous incitent à nuancer l’avis formulé par le courant « subversif » du fascisme ainsi que la distinction proposée par Bobbio, car tous deux tendent à ne présenter que le versant conservateur de Gentile. Comme on a pu le constater dans la théorie, et comme nous le verrons plus amplement dans la pratique, la nouveauté constitue une catégorie positive dans l’évaluation historique de Gentile. Si référence au siècle précédent il y a, celle-ci ne se fait que dans l’optique d’une transformation souhaitable et profonde qu’il s’agit de réaliser dans l’Italie actuelle. Et ce n’est certes pas en termes de réaction mais bien de changement radical qu’il envisage sa réforme scolaire, pourtant si contestée par les fascistes aux revendications plus révolutionnaires.

Une réforme réactionnaire « empruntée » accidentellement par le fascisme?

  • 9 L’historien Michel Ostenc n’hésite pas à qualifier ce soutien de geste habile et hypocrite dans « I (...)
  • 10 C’était indéniablement un bon calcul, car si Gentile démissionne le 1er juillet 1924 de ses fonctio (...)
  • 11 Un des reproches les plus fréquemment formulés à l’encontre de la réforme, c’est de pénaliser large (...)

10Malgré le caractère péremptoire de la célèbre formule de Mussolini, il n’était en effet évident pour personne – en 1923 et en 1924 – que la réforme de Gentile fût « la più fascista delle riforme ». On devine pourtant aisément les raisons opportunistes9 qui conduisent Mussolini à une telle affirmation. Il s’agit de mettre un terme aux oppositions nombreuses et variées que suscite la réforme au sein même du camp fasciste, en appuyant de son autorité et de son soutien l’action de Gentile. Sa carrure intellectuelle et son influence dans le monde académique et culturel sont déjà tout à fait considérables, et Mussolini espère ainsi en acquérir durablement une soumise fidélité10. Les oppositions à la réforme foisonnent dans le camp fasciste comme dans les milieux libéraux et socialistes. Parallèlement à des critiques d’ordre politique et social11, se développe toute une argumentation articulée autour du critère de la prétendue nouveauté ou au contraire du caractère profondément réactionnaire de cette réforme.

  • 12 Piero Gobetti, « Uomini e idee », Rivoluzione liberale du 26 février 1924.

11Rappelons à ce sujet l’avis sarcastique formulé par Piero Gobetti, selon qui la réforme de Gentile était sans aucun doute réactionnaire, et c’était là le principal reproche qu’il lui faisait12. Mais en aucun cas, continuait-il, cette réforme ne pouvait se dire fasciste. Si Mussolini avait en effet vraiment voulu une réforme scolaire conforme et fidèle à l’esprit du fascisme tel qu’en 1922 et en 1923 Gobetti conçoit l’idéologie fasciste – c’est-à-dire comme une idéologie qui revendique son caractère dynamique et révolutionnaire –, ce n’est pas à un conservateur de droite, nostalgique des gouvernements de la Destra Storica et de Crispi, qu’il eût fallu s’adresser, mais plutôt à un Marinetti. Les programmes scolaires auraient ainsi été, à l’instar du manifeste futuriste, porteurs d’une conception moderne de la vie, en rupture totale et violente avec le passé, bien plus proche des positions « véritablement » fascistes.

  • 13 Pour un jugement rapide et efficace de ce personnage très controversé, nous renvoyons à la lecture (...)
  • 14 Adriano Tilgher, Lo spaccio del bestione trionfante. Stroncatura di Giovanni Gentile,Turin, Piero G (...)

12Dans un pamphlet satirique de 1925 contre Gentile, Adriano Tilgher13 arrive à des conclusions comparables, bien que ce soit au terme d’un raisonnement et d’un parti pris tout à fait différents. Ce qu’il souligne ironiquement à son tour, c’est le caractère déplacé et suranné de cette réforme, qui se révèle totalement étrangère au fascisme. Aussi n’hésite-t-il pas à qualifier Gentile de « abile e scaltro profittatore del Fascismo »14, pour ajouter ensuite :

  • 15 Ibid.,p. 51.

Credi che l’autore sia divenuto ministro della pubblica istruzione perché Mussolini ne aveva letto i libri? Tutt’al più sarà vero il contrario : che, cioè, se Mussolini li avesse letti non l’avrebbe chiamato a fare il ministro!15

  • 16 Nous reprenons la notion d’« emprunt » en traduisant la formule de l’historien Giovanni Genovesi, q (...)
  • 17 La formule de « contre-réforme » a été consacrée par une partie de l’historiographie récente sur la (...)
  • 18 C’est là notamment l’opinion de Renzo De Felice, relayée par une partie importante de l’historiogra (...)

13La pointe acérée de ce texte –exploitant une fois de plus le double filon polémique d’opportunisme d’une part, et d’extranéité au fascisme de l’autre– dénonce le caractère totalement fortuit et accidentel de la réalisation par le premier gouvernement de Mussolini d’une réforme scolaire à l’esprit conservateur, et façonnée par la pédagogie idéaliste. Or, bien qu’elle ne reprenne pas le ton satirique et la verve virulente et parfois ouvertement grossière des propos de Tilgher, l’historiographie actuelle tend à cautionner partiellement l’idée d’une réforme réactionnaire, mais totalement étrangère au fascisme. De nombreux travaux récents étayent l’hypothèse d’une réforme scolaire « empruntée »16 par le fascisme en 1923, puis trahie par une série de retouches et une « contre-réforme »17, dans l’attente qu’une école véritablement conforme à l’idéologie fasciste ne soit réalisée par la « Carta della Scuola » de Giuseppe Bottai en 193918.

  • 19 Parmi les plus fidèles collaborateurs de Gentile dans le projet de pédagogie idéaliste, dès les ann (...)
  • 20 Nous reprenons le titre de l’ouvrage récent de l’historien Gabriele Turi, auquel nous renvoyons pou (...)

14Il ne faut toutefois pas négliger un aspect essentiel de la rencontre du Gentile pédagogue avec le gouvernement fasciste qui en 1922 l’appelle au ministère de l’Instruction publique. Il y a en effet une convergence réelle, et non seulement opportuniste, entre la mission dont se sentent fortement investis après la guerre Gentile et ses collaborateurs19, soucieux de mener à bien un vaste projet de pédagogie nationale, et la volonté totalitaire fasciste de mettre en place les structures et les institutions nationales destinées à forger le nouvel Italien : cet uomo nuovo que Achille Starace dotera même à partir de 1931 d’un « style fasciste ». Dès les années1920, c’est donc dans l’élaboration des axes portants d’un « État éducateur »20 qu’advient réellement la rencontre entre la pensée pédagogique de Gentile et les desseins du fascisme. Cette convergence avait déjà été annoncée, ou tout au moins facilitée, par une certaine similarité dans l’attitude adoptée face à la Grande Guerre et dans l’interprétation de ces événements traumatisants. Gentile et la plupart de ses collaborateurs avaient en effet, tout comme Mussolini, soutenu avec une fougue et une conviction croissantes la cause de l’interventionnisme en 1914. Gentile considérait que la nation italienne, toute jeune encore, aurait avec la guerre son baptême de sang, et cimenterait dans les tranchées et les cimetières cette unité nationale des consciences que le processus historique du Risorgimento n’avait pas encore accomplie. Gentile souhaite pour l’Italie une expérience collective, dont la gravité parviendrait à achever la révolution morale et patriotique que les meilleurs esprits de l’Ottocento avaient amorcée sans la mener à terme.

La « Teoria delle Due Italie » appliquée au problème de l’école

15Pour comprendre cette position de Gentile, c’est encore une fois à son analyse de l’histoire italienne qu’il faut remonter. Dans nombre de ses écrits philosophiques et littéraires, en effet, il soutient que la « tare » séculaire des Italiens, retranchés dans leurs divisions municipales et individualistes, avait été dépassée à l’aube du xixesiècle. C’est alors que finalement des hommes de lettres et d’action tels que Alfieri, Manzoni, Gioberti et Mazzini auraient abandonné le modèle incarné – selon le célèbre, et rapide, jugement de De Sanctis – par Guicciardini, ne se souciant que de son particulare, pour le sacrifier enfin sur l’autel des grands idéaux de la foi patriotique. Ce moment de force spirituelle et idéale marquait ainsi la naissance d’une Italie glorieuse non seulement dans sa production artistique, mais aussi sur le plan politique et militaire. « Risorgimento » signifie donc, dans cette acception particulière, la régénérescence morale et civique de la nation, et l’avènement de la « Nouvelle Italie », opposée à la « Vieille Italie » de la Renaissance et de ses poètes courtisans. L’Italie et la nature des Italiens semblaient donc promises à un nouvel avenir, imprégné de foi en la patrie, nourri d’une moralité nouvelle, prenant la vie et ses combats « au sérieux ».

  • 21 Pour une analyse de cette vision manichéenne de l’identité italienne, historiquement et idéologique (...)

16Mais c’était sans compter l’autre versant de l’identité italienne21, incarné dans les figures honnies de l’académicien et du lettré courtisan, tournant tout engagement et toute foi patriotique en dérision, regardant le monde, ses guerres et ses révolutions « du haut de sa fenêtre », perché qu’il est sur sa tour d’ivoire. Le spectre de la « Vieille Italie » subsiste en effet et tend à réapparaître dans l’histoire de l’Italie unifiée. Gentile guette et dénonce les formes de survivance de cet esprit issu de la Renaissance, et les reconnaît notamment dans certaines dérives idéologiques et politiques de l’individualisme exacerbé. Aussi condamne-t-il le matérialisme, le marxisme, l’agnosticisme et le manque de foi en un idéal religieux ou patriotique, mais aussi Giolitti, les différents gouvernements de la gauche et les intellectuels refusant l’intervention en guerre et se calfeutrant dans l’illusion de la pureté de l’art pour l’art, et enfin l’école italienne dont l’enseignement est laïque et positiviste.

17C’est à partir du schéma que nous venons d’esquisser que l’on peut comprendre l’affirmation provocatrice et aphoristique d’Ernesto Codignola, l’un des plus proches collaborateurs de Gentile, qui suscita un grand émoi public. Lors d’un congrès des enseignants en 1919 il soutint en effet qu’une réforme scolaire était indispensable, car l’une des principales causes de la cuisante défaite de Caporetto résidait justement dans l’école agnostique de l’époque de Giolitti. Cette école n’aurait pas été capable d’éveiller dans les cœurs des jeunes générations italiennes l’amour de la patrie et l’idéal du sacrifice, et aurait échoué dans son œuvre de pédagogie nationale et de discipline morale et civique : « Non è vero che la guerra si sia vinta per merito della scuola. La scuola ha condotto piuttosto a Caporetto che a Vittorio Veneto. »

18La position de Codignola ne fait pas figure d’exception chez les idéa­listes, car elle ne fait que réitérer l’opinion exprimée par Gentile dès le mois de novembre 1918, alors qu’il se félicitait du projet d’un emprunt national pour l’école, conformément à sa conviction profonde que la réforme scolaire devait être la première des priorités pour l’Italie désormais :

  • 22 Gentile, « Per la scuola della nuova Italia »,paru dans le Messaggero della domenica du 3 novembre  (...)

L’Italia ha vinto; ma la vittoria non sarebbe fruttifera se la nostra volontà, dopo il lungo sforzo fatto, s’accasciasse e cascasse nei difetti d’una volta, incapace di persistere nella vittoriosa energia di disciplina di sé, d’organizzazione e di potenziamento morale. La fibra del carattere che sul Piave ha ridato la vita al popolo italiano e compiuto in un anno solo il prodigio di trasformare un esercito disfatto in un esercito capace di vincere con una sola battaglia una guerra delle più ardue, questa fibra è la condizione della nuova Italia. Soltanto, all’educazione della guerra, sostituiremo quella della pace : la scuola. Alla quale spetta che non vadano dispersi, anzi ci serbino i semi fecondi d’un grande avvenire.22

19Il y a donc un lien indissoluble entre la réflexion théorique de Gentile sur la question de l’identité nationale italienne, et le combat qu’il mène depuis plusieurs décennies pour transformer l’école, c’est-à-dire en dernière instance pour transformer l’esprit des Italiens, en leur donnant une formation qui, idéalement, les pousse à « prendre la vie au sérieux ». Tout aussi indissoluble est le lien qui unit cette interprétation moraliste et manichéenne de l’histoire et de l’identité italiennes à l’adhésion successive de Gentile au fascisme. La nouveauté du fascisme réalise à ses yeux la véritable tradition du Risorgimento, trahie par l’Italie post-unitaire. Le pouvoir fasciste, par le biais de la réforme scolaire et d’autres institutions qu’il met en place, permettrait enfin la réalisation d’un vaste projet éducatif, destiné à achever le dessein avorté des hommes de l’Ottocento de « faire les Italiens » après avoir fait l’Italie.

  • 23 Gentile, Discorso agli Italiani,prononcé à Rome le 24 juin 1943 à présent dans vol. Politica e Cult (...)

20Pour Gentile, l’innovation que représente la réforme est donc une véritable mission morale et historique, héritée de la tradition, et ressentie depuis son plus jeune âge. Nous décelons aisément un véritable fil conducteur dans l’œuvre de sa vie, dans ses tout premiers comme dans ses derniers écrits, où il exprime la conviction constante que l’engagement civique et politique de l’intellectuel est un gage de qualité morale et d’humanité. En 1893 déjà, dans ses compositions de littérature italienne pour le baccalauréat et, quelques mois plus tard, pour le concours d’entrée à l’École normale de Pise, le tout jeune Gentile exaltait l’engagement de Foscolo et des hommes du Risorgimento. L’expérience de la Grande Guerre, bien que vécue loin des tranchées, ne fait qu’exacerber chez Gentile ce sens du devoir accompli envers la patrie et l’État, qui seul donne valeur et liberté à l’individu. Et dans les heures tragiques de 1943, le discours qu’il adresse aux Italiens vibre encore des mêmes accents passionnés de mission morale et patriotique23.

  • 24 Comme le remarque Andrea Scazzola dans un récent ouvrage, le jugement porté par Gentile sur la pens (...)
  • 25 G. Sasso, Le due Italie…, op. cit.,p. 75.
  • 26 Nous renvoyons, pour une critique extrêmement intéressante du discours anti-pétrarquiste et du para (...)

21De ce point de vue ce sont donc l’homme d’action comme Mazzini ou l’homme « entier » –pour lequel Gentile cite Manzoni et Dante en ­exemple, prétextant la présence d’une dimension religieuse et civique dans leur art qui dépasserait ainsi le « moment » purement esthétique– qui deviennent le pôle positif du jugement gentilien. Or cette position frôle parfois l’anti-intellectualisme, dans la mesure où elle tend en revanche à présenter l’homme de lettres comme un contre-exemple, comme l’emblème caractéristique d’un esprit coupable d’avoir contribué par son désintérêt à la misère politique de l’Italie, occupé qu’il était par les querelles d’érudits et les soucis de sa création artistique. C’est à la lumière de ces considérations que nous comprenons le portrait critique que Gentile dresse de la Renaissance et de letterati tels que Pétrarque et Guicciardini ; un portrait qui au fil des années devient toujours plus caricatural et dépourvu des nuances initiales24. Nous pouvons aussi percevoir toute la profondeur de la boutade de Gennaro Sasso, lorsqu’il écrit : « Se Gentile diventò fascista, c’est la faute, si potrebbe dire scherzando, à Petrarca. »25 C’est bien en effet dans l’optique d’empêcher le retour du spectre de l’homme de ­lettres et de la « Vieille Italie » que Gentile élabore sa réforme scolaire et qu’il embrasse l’idéologie et le régime fascistes26.

Convergence des projets éducatifs fascistes et gentiliens

22Le 31 mai 1923 Gentile adhère officiellement au fascisme et il aime présenter son adhésion comme l’aboutissement spontané et logique de sa philosophie et de son engagement civique et politique. Nous devons bien garder à l’esprit, néanmoins, qu’il n’adhère en fait qu’à ce qu’il considère comme sa propre définition du fascisme. Il voit en effet dans ce régime la possibilité de concrétiser les principes théoriques de sa doctrine de l’État éthique, dont l’école conçue par sa réforme serait une des articulations cohérentes. Mais il a tout à fait conscience de la pluralité des âmes du fascisme : il sait que les raisons qui l’incitèrent à adhérer au parti fasciste ne sont pas partagées par tous les membres et sympathisants du parti, et que sa réforme est loin de jouir d’un consensus unanime. Aussi reconnaît-il sans ambages lors du congrès des intellectuels fascistes de 1925 :

  • 27 Gentile, Che cosa è il fascismo,à présent dans le volume XLV des œuvres complètes de Gentile, Polit (...)

Badate, il fascismo di cui io parlo è il mio fascismo. L’essere infatti un movimento così largo, che stringe insieme intorno a una stessa bandiera e in una fede comune centinaia di migliaia d’italiani, ed essere per tutti un solo movimento, e quindi una stessa via, uno stesso ideale, non toglie che ognuno che vi aderisce non lo veda co’ suoi occhi, non l’intenda con la sua intelligenza, non lo senta col suo animo. L’unità risulta da questa molteplicità, da questa infinità di temperamenti e psicologie e sistemi di cultura e concezioni della vita.27

  • 28 Adriano Tilgher, Ricognizioni,Rome, Libreria di Scienze e Lettere, 1924, p. 41.

23S’il est impossible d’envisager le fascisme comme un mouvement monolithique, quand il s’agit d’en qualifier les traits idéologiques et culturels saillants, il est en revanche tout à fait possible d’identifier l’orientation dominante que Mussolini et les personnalités de plus grande envergure du camp fasciste ont voulu imprimer à la culture et à l’idéologie fasciste, même si cette orientation varie d’une période à l’autre. De ce point de vue il est clair qu’à partir de la marche sur Rome de 1922, sur le plan culturel et artistique, le futurisme et le dannunzianesimo ne cristallisent plus la totalité des interprétations du fascisme autour des thèmes de la modernité ou du « surhomme ». En 1924 Tilgher définissait le fascisme comme un « romanticismo garibaldino, arroventato al fuoco del superumanismo attivistico e dinamico di cui è pregna tutta la civiltà contemporanea »28. Une telle définition, à bien y regarder, ne convient que partiellement aux exigences que rencontre désormais le fascisme, confronté à la pratique du pouvoir, et désireux d’asseoir sa légitimité politique, mais aussi historique. Or cette légitimité, le fascisme cherche à l’obtenir par le truchement d’une tradition nationale dans laquelle il prétend s’inscrire : si bien que pour reprendre la formule précédente de Tilgher, nous pourrions dire que « romanticismo garibaldino » est encore une définition tout à fait recevable, dans la mesure où cela évoque un passé national glorieux – autant sur le plan littéraire que militaire et politique –, auquel le fascisme veut désormais rattacher son image. En revanche, l’allusion au « superumanismo attivistico e dinamico » est sûrement jugée beaucoup plus incongrue, susceptible d’effrayer les classes moyennes et les tempéraments modérés.

24On isole donc sans difficulté une série de thèmes et de sujets sur lesquels le discours de propagande fasciste insiste et qu’il cherche à s’approprier : la Première Guerre mondiale et ses moments d’héroïsme, certes, mais aussi et encore le Risorgimento et ses principaux personnages, que les Italiens chérissent déjà en 1920, nourris par tout un imaginaire collectif qui s’est formé à la lecture de Cuore d’Edmondo De Amicis et de Le mie prigioni de Silvio Pellico.

25Or imaginons – d’après la suggestion initiale de Gobetti – que Marinetti ou D’Annunzio aient été appelés au ministère de l’Instruction publique à la place de Gentile : même en supposant leur accord, quelle place auraient-ils consacrée l’un et l’autre à cette littérature patriotique, moraliste et édifiante de l’Ottocento ? auraient-ils parlé d’une littérature antérieure à la leur ? Marinetti n’était pas homme à rassurer les classes moyennes qui envoyaient leurs rejetons à l’école du quartier ou du village : leur aurait-il appris à lire sur des « parole in libertà » ?

  • 29 Dans les travaux de pédagogie qu’il publie avant la guerre ainsi que dans les textes de la réforme, (...)
  • 30 C’est la réforme de Gentile qui réintroduit en effet l’enseignement du catéchisme dans toutes les é (...)

26De ce point de vue il ne fait aucun doute que Gentile était la personnalité autoritaire et austère qui seyait à la situation, pour rassurer les timorés et pour remettre de l’ordre, de la discipline29, du sérieux – et au passage un peu de catéchisme30 – dans les rangs d’une école traumatisée par la guerre, hantée par le risque de l’anarchie et du socialisme des enseignants. Gentile témoigne d’un respect sans faille pour la tradition du Risorgimento, pour cet Ottocento italien dont il s’évertue à montrer le caractère absolument indigène, l’originalité unique et la force spirituelle sans précédent, et dont l’œuvre de Manzoni reste l’expression littéraire préférée. C’est pourquoi les élèves ont continué à lire les aventures de Renzo et Lucia aussi bien avant qu’après la Marche sur Rome, aussi bien avant qu’après la réforme scolaire de 1923, tout comme ils ont continué à pleurer sur les pages de Cuore et de Le mie prigioni.

Une réforme réactionnaire qui révolutionna l’enseignement de la littérature italienne?

27Il serait cependant réducteur de ne voir que l’aspect rassurant et conservateur de la réforme de Gentile, car, à sa manière, elle fut sans aucun doute subversive. Les défauts de la réforme de 1923 ne sont que trop connus : son caractère élitiste et autoritaire, son mépris pour les disciplines scientifiques et technologiques ne sont que les principaux griefs qu’on ne tarde pas à lui formuler. Ils ne vont pas dans le sens d’une conception moderne et novatrice de l’éducation. Il est vrai aussi que cette réforme se rattache à la tradition du Risorgimento, et qu’elle s’inscrit, au niveau des institutions scolaires, dans la lignée de la réforme Casati de 1859, acte de naissance de l’école nationale pour l’Italie unifiée.

28Il ne fait pourtant aucun doute qu’elle renverse également un certain ordre établi dans la pratique scolaire, et cherche à lui insuffler un esprit nouveau. La réforme veut sonner le glas de l’école de Giolitti et de ­l’esprit positiviste, accusé de concevoir l’enseignement comme la transmission passive d’un savoir objectif et encyclopédique. Or c’est peut-être dans un domaine où l’empreinte de la culture positiviste est particulièrement ­présente que la volonté de transformation radicale de la réforme est plus évidente. C’est pourquoi il convient de s’arrêter plus précisément sur l’enseignement de la littérature italienne, véritable bastion de l’académicien et du philologue érudit, rangés par Gentile sous l’étiquette péjorative de l’homo unius libri, et en particulier sur les mesures et les revendications ­concrètes qu’il propose dans le cadre de sa réforme scolaire.

29La polémique de Gentile à l’égard de cet enseignement de la littérature – de type encyclopédique et érudit –, auquel l’école italienne faisait la part belle avant 1923, ne doit pas être élargie et confondue avec l’enseignement de la littérature tout court. L’intention de Gentile est de le réformer en profondeur, et non d’en réduire l’importance, et encore moins de le supprimer.

  • 31 Dans la réforme de 1923 la seule véritable voie d’excellence est celle du lycée classique, prévu po (...)

30L’enseignement de la littérature jouit en effet dans le projet pédagogique de Gentile d’une position relativement privilégiée, surtout si on le compare – en nombre d’heures d’enseignement à tous les niveaux de la scolarité par exemple – à celui des disciplines scientifiques, ou des langues étrangères, fortement pénalisées par les textes de la réforme de 1923. Les vertus de la formation classique revendiquées par les idéalistes et la volonté d’en généraliser l’enseignement, même dans les écoles « de seconde catégorie » qui ne sont pas destinées uniquement à former la classe dirigeante31, profitent aux disciplines littéraires dans leur ensemble, bien que la place d’honneur soit réservée à la philosophie. Ce faisant, Gentile veut affirmer une continuité avec le principe d’une culture classique et humaniste propre à l’école de Casati, qui délivrait un enseignement de nature essentiellement littéraire. Gentile se rattache à cette tradition scolaire plus ancienne, et chevauche ainsi l’expérience de l’école « utilitaire et pragmatique » de Giolitti, davantage tournée vers les sciences modernes et techniques.

31La littérature fait partie intégrante de son projet éducatif et culturel, mais l’esprit dans lequel il veut qu’elle soit désormais enseignée n’est en rien conforme à celui des letterati, philologues et grammairiens. Gentile les accuse d’étudier et d’enseigner la littérature sans chercher à montrer son lien avec la vie, le monde, et plus simplement avec les autres disciplines, mais comme autant de parcelles éclatées de savoir, ou pire encore comme simple exercice de forme et de rhétorique. Dans un discours prononcé à l’inauguration de la nouvelle session du Conseil supérieur le 15novembre1923, intitulé Il rinnovamento della scuola, Gentile résume en quelques mots le triste état de l’enseignement de la littérature avant sa réforme :

  • 32 Le discours dont est extrait ce passage se trouve à présent dans Gentile, Opere, vol. XLI, La rifor (...)

Questa scuola così materialistica, dominata da uno spirito così grettamente utilitario, si chiudeva intanto a ogni soffio di entusiasmo e di sentimento del bello, del grande, del vero, di tutto ciò che trae in alto l’uomo e gli fa sentire il valore della vita che merita d’esser vissuta. La letteratura si convertiva in agglomerato di notizie e dati ed esposizioni astratte e commenti storici, estrinseci, esanimi, privi d’ogni efficacia educativa. I migliori classici antichi, questi grandi maestri di pensare netto e preciso e di nobilmente sentire e aspirare all’ideale, si mutavano in materia di analisi e analisi, in pretesti di teorie grammaticali e di osservazioni lessicali e retoriche, tutte esterne e indifferenti all’arte e all’umanità degli scrittori.32

32Il faut donc, pour saper les bases de l’esprit nocif de la « Vieille Italie », réformer de toute urgence l’enseignement de la littérature, en redéfinissant ses fonctions au sein de la formation scolaire. En premierlieu, la lecture directe des textes littéraires doit former l’esprit à l’appréciation de la beauté, de la clarté et de la profondeur non seulement des formes, mais aussi et surtout des idées exprimées par la plume des grands auteurs :

  • 33 Ibid., p. 83.

Né le lettere faranno il letterato; ma, in primo luogo, renderanno allo spirito familiari i pensieri più eletti che siano stati pensati dagli uomini; e in secondo luogo, affineranno il gusto, abituandolo all’analisi della forma che si ammira nei capolavori[…].33

33Le second bienfait de l’enseignement littéraire, qui est manifestement le plus important aux yeux de Gentile, résiderait ensuite dans son caractère didactique, notamment du point de vue moral :

  • 34 Gentile, Per la scuola elementare di stato (1907), dans Opere, vol. XXXIX, Educazione e scuola laic (...)

L’alfabeto è il vestibolo di questo mondo della cultura, che accomuna gli uomini attraverso tempi e luoghi distanti, facendo partecipare lo spirito individuale alla vita, ricca di tutte le esperienze dell’umanità. È una operazione di cateratte, che conferisce la vista di questo più ampio mondo morale.34

34Conformément à cette nouvelle conception moralisée de la nature et de la finalité de l’enseignement de la littérature, Gentile élabore des mesures spécifiques et concrètes vouées à en transformer l’esprit et la pratique dans l’école italienne.

Quelques mesures concrètes

35Pour réformer de l’intérieur et en profondeur l’esprit de l’enseignement littéraire, il faut donc procéder à la destruction des instruments de la vieille école – en particulier les grammaires prescriptives, les fiches de lexique, les manuels de littérature et les cours de rhétorique – et les remplacer par des méthodes plus conformes à la pédagogie idéaliste ainsi qu’à la mission morale qui incombe désormais à l’école. Trois terrains se dégagent ainsi, où la réforme livre bataille à la vieille formation : l’enseignement de la langue italienne dans les petites classes, l’enseignement de la littérature au collège et au lycée, et enfin le choix des auteurs à étudier, ainsi que la manière de les lire.

  • 35 Le spécialiste italien des questions de linguistique, Tullio De Mauro, indique à ce titre que la ré (...)

36Le premier terrain de bataille de la réforme concerne l’enseignement de la langue italienne dès les classes primaires, et provoque une petite révolution chez les instituteurs dont certains ne cachent pas leur désarroi à la rentrée de l’année académique 1923-1924, mais aussi bien souvent leur enthousiasme. Désormais l’idiome national ne doit plus s’apprendre par le biais d’une grammaire normative et de fiches de lexique, car cela entretiendrait l’écart profond entre l’élève et la langue italienne, qui n’est pas – dans la plupart des cas – sa langue maternelle. Pour que l’enfant s’approprie véritablement la langue de Dante, pour qu’il la fasse sienne et s’en serve pour exprimer sa réalité intime, il faut dans un premier temps passer par la médiation du dialecte et des réalités locales. C’est là une conception valorisante du dialecte qui fait figure d’exception et d’innovation totale dans l’histoire de l’école italienne35.

  • 36 La question des torts ou des bienfaits de la composition rhétorique a fait couler beaucoup d’encre, (...)

37La réforme de 1923 apporte de remarquables changements dans les classes supérieures également, notamment dans les cours de littérature italienne du collège et du lycée. L’intention première de Gentile est d’éviter à tout prix que l’élève ne s’habitue à manier les mots et les rouages de rhétorique, sans que ces derniers expriment un contenu idéal et une pensée propre. C’est pourquoi il abolit les cours de rhétorique et l’exercice de composition, qu’il accuse de porter à son paroxysme la tendance à la malhonnêteté intellectuelle, latente dans la culture du letterato et dans l’enseignement littéraire positiviste36. La composition rhétorique exige en effet de l’élève qu’il argumente et développe, faisant appel aux procédés rhétoriques les plus artificiels, une thèse qui ne l’intéresse et ne le concerne nullement. Voilà un héritage de la Vieille Italie, remontant jusqu’à la traditionnelle disputatio scolastique, qu’il s’agit à tout prix pour Gentile de supplanter. Aussi déclare-t-il aux instituteurs de Trieste en 1919 :

  • 37 Gentile, La riforma della scuola media, dans Opere, vol. XL, La nuova scuola media, Florence, Le Le (...)

Pesa sulle nostre spalle la grave tradizione classica degli esercizi rettorici ; ma nel periodo della riscossa morale e politica della nostra nazione non si è mancato di proclamare energicamente la necessità anche di questa ­liberazione : della liberazione dalla retorica, peste della letteratura e dell’anima italiana. Teniamoci stretti agli antichi, che sono i nostri genitori spirituali, ma rifuggiamo dalla degenerazione della classicità, dell’alessandrinismo e dal bizantinismo. Leggiamo sempre Cicerone; ma correggiamone la ridondanza con i nervi di Tacito.37

  • 38 Pour les cours d’esthétique, c’est dans un premier temps le Breviario di estetica de Croce qui est (...)
  • 39 Pour de plus amples recherches sur les sujets d’examen et de concours et sur l’application en génér (...)

38Les cours de rhétorique sont alors remplacés par l’enseignement de quelques notions d’esthétique38, et l’on propose désormais aux élèves des sujets différents, faisant appel à leurs expériences personnelles et à leur sensibilité. Les élèves planchent alors sur des sujets intimistes tels que « Il mio compagno di banco » ou « Ci sono sere in cui si pensa alla casa lontana ed allora incomincia a venire la malinconia », mais ayant aussi parfois trait au programme de littérature, comme « Che nobile vita fu quella di Padre Cristoforo », ou encore : « Quale personaggio preferite nell’Odissea ? »39

39L’abolition de l’exercice de composition reçoit l’approbation de la majorité des enseignants et élèves, bien qu’elle soit suivie d’une certaine perplexité et de résultats parfois décevants. Lors des premières sessions d’examens qui suivent l’application des nouveaux programmes, de nombreux membres de jury enthousiastes, gagnés à la cause de l’idéalisme, avouent ensuite leur déception face à l’émergence d’une sorte de nouvelle rhétorique, qui fait place à l’ancienne. Désormais c’est la rhétorique patriotique, puis résolument mussolinienne, qui apparaît dans les travaux scolaires. Cette tendance ne sera que renforcée dans les années1930, lorsque se multiplient les sujets invitant à des élans lyriques de patriotisme et à l’exaltation de l’Italie fasciste.

  • 40 Cette mesure rencontre néanmoins de grosses difficultés d’application, dues notamment aux programme (...)

40Le dernier terrain de bataille de la réforme de l’enseignement de la littérature en 1923 se joue enfin dans la sélection des auteurs italiens et leurs modalités de lecture. Gentile souhaite en effet transformer l’approche des auteurs par le biais d’une mesure-phare de sa réforme : à partir de 1923, même les plus « petits » parmi les élèves lisent les « grands » classiques de la littérature directement dans le texte, sans que cela advienne par la médiation du manuel de littérature et de l’anthologie scolaires40. Ces derniers représentent en effet pour Gentile l’emblème et la tare de l’école positiviste, et sont comme la miniature de cette culture érudite et stérile, qu’il veut écarter de l’école.

41Sont alors indiqués dans les programmes d’examen une pléthore d’œuvres, dont la lecture consoliderait l’esprit et le caractère moral des jeunes lecteurs. La littérature édifiante pour la jeunesse y tient une place importante, mais de grandes œuvres littéraires complexes apparaissent au programme dès le collège. On y étudie d’abord les poèmes épiques d’Homère et de Virgile, pour passer ensuite à la production italienne sans solution de continuité, mais en utilisant des auteurs tels que Parini et Alfieri comme anneau idéal reliant le monde de l’Antiquité à la littérature de la Nuova Italia. Enfin au lycée, si les « monuments » de la littérature italienne restent inchangés, en revanche un sort plus malheureux attend les auteurs dits « mineurs ». Ils disparaissent en effet des programmes d’examen, le plus souvent au profit de philosophes, scientifiques et hommes d’action italiens, qui ne sont pas reconnus pour la qualité littéraire de leurs écrits, mais dont l’œuvre est retenue plus originale et plus déterminante dans l’évolution de la pensée italienne.

42Parmi tous ces auteurs il n’est pas étonnant de rencontrer un nombre proportionnellement très important d’écrivains du Risorgimento ; pas plus que de constater que dans les années1930, lorsque l’ascendant de Gentile sur le monde culturel et scolaire diminue au profit des autres tendances du fascisme, on consacre désormais une place prépondérante dans les nouveaux programmes et manuels scolaires aux auteurs du Novecento, aux dépens des « vieilleries » de l’Ottocento.

43Gentile n’a rien d’un avant-gardiste, et le traitement que réserve sa réforme à la littérature italienne en est une ultérieure démonstration. Moralisé, nationalisé, conceptualisé, l’enseignement littéraire revêt en effet une physionomie bien particulière dans l’école de Gentile. La légèreté de la littérature comme forme raffinée et gratuite de divertissement propre à une certaine école de la Renaissance, l’idée esthétisante et décadente de la pureté de l’art qui nourrit les courants littéraires de la deuxième moitié du xixesiècle, la littérature comme objet de recherches philologiques extrêmement érudites dans l’école positiviste sont autant de conceptions de la littérature que Gentile occulte. Il attribue au contraire à cet enseignement, comme à l’école en général, une mission grave, qui lui confère un caractère toujours plus austère, moralisateur et idéologique : celle d’apprendre aux Italiens à « prendre la vie au sérieux ».

44Mais si Gentile n’a rien d’un avant-gardiste, ni même d’un « subversif », pour reprendre le terme de Bobbio, son attachement à la tradition du Risorgimento ne fait pas de lui simplement un conservateur. Son adhésion au fascisme et la conception de sa réforme scolaire ne peuvent se satisfaire d’un jugement hâtif qui taxerait Gentile de réactionnaire et d’opportuniste, sans autre forme de procès. C’est pourquoi il nous a semblé opportun de nous interroger d’abord théoriquement, puis dans des aspects plus concrets de sa réforme scolaire, sur le traitement que Gentile réserve à la problématique de la nouveauté et de la continuité historique.

45Nous avons ainsi pu constater que sa réforme introduit dans la pratique scolaire d’importantes innovations, et qu’elle redéfinit les finalités et les modalités de l’enseignement, créant espoirs, enthousiasme et désarroi dans la classe enseignante ; or, toute novatrice qu’elle est, cette réforme en appelle toujours au modèle moral et spirituel du Risorgimento. Entre nouveauté et continuité historique, entre refus de la « Vieille Italie » et récupération de la tradition du Risorgimento, nous retrouvons donc les deux axes de l’évaluation historique de Gentile, qui le conduisent autant à désirer et à concevoir une réforme scolaire qu’à porter, à partir de 1924, un jugement exalté de patriotisme sur la mission historique et morale du fascisme dans l’histoire nationale.

  • 41 On distingue notamment le parti pris des historiens qui, dans la lignée de Michel Ostenc, dissocien (...)
  • 42 Parmi ses plus proches collaborateurs dans l’élaboration de la pédagogie idéaliste, Gentile a été p (...)

46Gentile n’a de cesse dans ses écrits de présenter son œuvre et son engagement dans le domaine pédagogique et dans la politique comme l’émanation d’une unique exigence morale et civique. Or cette position continue de hanter le débat historiographique et philosophique contemporain, en lui posant de graves problèmes d’interprétation41. Ce n’est en effet que dans un second temps, postérieur à la conception des principes de la réforme et à la rédaction des textes officiels, qu’advient véritablement la rencontre d’une partie de ses auteurs42 – et notamment de Gentile – avec le fascisme. D’un point de vue méthodologique, donc, ces convergences et ces affinités idéologiques plus tardives rendent problématique toute interprétation a posteriori de la réforme de 1923, qui ne tiendrait compte que de sa réalisation effective par le régime fasciste, et omettrait de considérer au préalable les postulats de la pédagogie idéaliste qui la précède de plusieurs décennies. Elles sont néanmoins d’un intérêt considérable, dans la mesure où elles révèlent des aspects latents et des dérives possibles de la réforme dans sa conception originale.

  • 43 Parmi les travaux récents sur le sujet, rares sont ceux qui étudient véritablement les documents su (...)

47La cohabitation advenue, et transformée de facto en mariage heureux, entre la réforme scolaire conçue par les idéalistes et l’école fasciste constitue pour l’historiographie récente un terrain de recherches et de débats très riche. Les études – encore assez rares en ce domaine précis43 – qui ont été menées jusqu’à présent sur l’application réelle de la réforme dans les classes révèlent en effet que les contenus « libéraux » des programmes de Gentile et de ses collaborateurs étaient en général bien traduits dans la pratique quotidienne de l’enseignement et de l’école fasciste. Leur projet d’éducation nationale épousait parfaitement celui du fascisme, notamment par le truchement d’auteurs étudiés tels que Dante, Vico, Cuoco, Alfieri, Foscolo, Gioberti et Mazzini qui faisait la part belle à une tradition séculaire de l’italianité, dont le fascisme se présentait comme la continuité et l’aboutissement.

  • 44 Il s’agit du texte qui constitue l’article « Origini e dottrina del fascismo » dans la première édi (...)

48La boucle est, pour ainsi dire, bouclée : Gentile, confiant dans la réalisation de son vaste projet de pédagogie nationale, n’a plus qu’à déclarer, dans son célèbre texte de 1929 qui définit la doctrine fasciste et porte la signature de Mussolini dans la première édition de l’Enciclopedia italiana,que les fascistes « sono novatori che si richiamano alla tradizione »44. Ils sont donc, pour Gentile, les dignes héritiers de cette « Nouvelle Italie » qui fut, tout au long de sa vie, son idée fixe, son véritable idéal régulateur :

  • 45 Ibid.,p. 11.

49Da Alfieri a Foscolo, da Leopardi a Manzoni, da Mazzini a Gioberti si vengono tessendo le fila d’una trama nuova : che è un nuovo pensiero, una nuova anima, una nuova Italia. La quale differisce dalla vecchia per una cosa semplicissima e pure di enorme importanza : giacché essa piglia la vita sul serio, e quella no.45

Top of page

Notes

1 Nous faisons référence ici au dixième chapitre, intitulé « L’ideologia del fascismo », p. 154de l’ouvrage de Norberto Bobbio, Profilo ideologico del ‘900 (1969), Milan, Garzanti, 1990.

2 L’historiographie sur le fascisme s’intéresse à la question de la pluralité des âmes du fascisme depuis de nombreuses années. Citons ici les deux textes classiques de Renzo De Felice, Le interpretazioni del fascismo,Rome-Bari, Laterza, 1969, et d’Emilio Gentile, Origini dell’ideologia fascista,Bologne, Il Mulino, 1996.

3 Les termes exacts que Bobbio emploie en italien pour qualifier les deux courants antidémocratiques du fascisme sont « conservatori-restauratori » d’une part, et « eversivi » d’autre part (Profilo ideologico…, op. cit.,p. 152).

4 Ibid., p. 155.

5 Ibid.,p. 154.

6 Comme le remarque Giuseppe Calandra dans un chapitre au titre évocateur de « L’innovazione come tradizione ritrovata » (G. Calandra, Giovanni Gentile e il fascismo,Rome-Bari, Laterza, 1987, p. 18-32), pour Gentile chaque moment historique n’a pas de valeur en soi, car ce n’est que dans une vision beaucoup plus étendue, dans une optique téléologique, qu’il acquiert une signification. La conséquence de ce raisonnement, est que la tradition ne fait que donner une matière à laquelle il s’agit de donner, dans l’étape successive et supérieure, sa « vraie » forme. Et Calandra de conclure : « L’innovazione sarà sempre e soltanto “recupero” (inveramento) della tradizione. »

7 Avant la Grande Guerre les deux philosophes ne portent pas le même jugement sur la Renaissance, que Gentile – reprenant les propos de Gioberti et de De Sanctis – accuse d’être une période de grandeur artistique et de misère politique et militaire. Or Croce dénonce le rapport de causalité qui voudrait que le premier élément implique nécessairement le second. L’autre pierre d’achoppement à partir de 1925 concerne le Risorgimento, que Gentile voit comme un mouvement qui entame un processus de régénérescence morale et civile du pays mais qui, toutefois, aurait été trahi par la politique de l’Italie libérale de Giolitti, et serait réellement achevé par le fascisme, hypothèse à laquelle Croce est opposé, comme il l’expose en 1928 dans son récit de l’histoire de l’Italie de 1871 à 1915. Pour de plus amples analyses de cette question, nous renvoyons au premier chapitre intitulé « Storia d’Italia e fascismo » du livre de Gennaro Sasso, Le due Italie di Giovanni Gentile,Bologne, Il Mulino, 1998, p. 588, ainsi qu’au texte de Gennaro Maria Barbuto, Giovanni Gentile e le identità italiane : Rinascimento e Risorgmento, in Nord e Sud,XLV, décembre 1998, p. 40-66.

8 Cette interprétation, comme le remarque Gennario Sasso dans son ouvrage, n’est pas dépourvue de difficultés, voire de contradictions conceptuelles : autant Croce que Gentile peinent à justifier théoriquement et philosophiquement la présence – qu’ils ne peuvent que constater historiquement – de moments de décadence dans l’histoire de l’Italie, c’est-à-dire de moments négatifs dans l’évolution de l’esprit dans l’histoire, alors que celle-ci devrait être nécessairement positive, stricte positivité. Comment pourrait-elle couver en son sein, bien que ce soit pour le dépasser, un moment de négativité? (G. Sasso, Le due Italie…, op. cit., p. 45 et passim.)

9 L’historien Michel Ostenc n’hésite pas à qualifier ce soutien de geste habile et hypocrite dans « Il fascismo e la riforma Gentile. Opposizioni e convergenze (1922-1923) », Opposizioni alla riforma Gentile,Quaderni del Centro studi « C. Trabucco » dirigés par F. Traniello, vol. VII, Turin, Fanton, 1985, p. 9-34.

10 C’était indéniablement un bon calcul, car si Gentile démissionne le 1er juillet 1924 de ses fonctions de ministre de l’Instruction publique, ce n’est point pour marquer un désaccord avec la politique du gouvernement de Mussolini, mais au contraire – explique-t-il dans une intervention de 1925 au Sénat – dans l’optique la plus déférente et servile possible, pour ne pas lui porter ombrage avec sa réforme si controversée. Gentile avait déjà à cette date officiellement adhéré au fascisme, qu’il considérait dans sa lettre d’adhésion comme le véritable libéralisme. Mais il prouve sa fidélité au fascisme et à Mussolini tout au long du Ventennio, et, dans des conditions plus dramatiques, en acceptant de faire partie de la République sociale de Salò.

11 Un des reproches les plus fréquemment formulés à l’encontre de la réforme, c’est de pénaliser largement les classes moyennes, dont les enfants commençaient à accéder massivement à l’instruction secondaire et qui se voient rejetés dans des écoles de seconde catégorie par le critère élitiste et extrêmement sélectif qui est mis en place en 1923. Or la petite bourgeoisie constitue sans aucun doute l’appui politique majeur du fascisme.

12 Piero Gobetti, « Uomini e idee », Rivoluzione liberale du 26 février 1924.

13 Pour un jugement rapide et efficace de ce personnage très controversé, nous renvoyons à la lecture des considérations d’Eugenio Garin dans Cronache di filosofia italiana 1900-1943, Rome-Bari, Laterza, 1975,en particulier aux pages 287-290. On peut aussi lire une synthèse de son interprétation du fascisme avant l’assassinat de Matteotti dans le livre de Renzo De Felice, Le interpretazioni del fascismo,Rome-Bari, Laterza, 1998, p. 179-180.

14 Adriano Tilgher, Lo spaccio del bestione trionfante. Stroncatura di Giovanni Gentile,Turin, Piero Gobetti editore, 1925, p. 40.

15 Ibid.,p. 51.

16 Nous reprenons la notion d’« emprunt » en traduisant la formule de l’historien Giovanni Genovesi, qui parle de « riforma d’accatto », que le fascisme aurait récupérée faute de meilleure solution (G. Genovesi, Storia della Scuola in Italia dal Settecento a oggi,Rome-Bari, Laterza, p. 123 et passim).

17 La formule de « contre-réforme » a été consacrée par une partie de l’historiographie récente sur la réforme scolaire de 1923, et en particulier par l’historien Michel Ostenc, pour qualifier la série de retouches qu’apportent dès 1925 les ministres qui succèdent à Gentile à l’Instruction publique. Malgré le caractère secondaire et ponctuel de ces retouches, celles‑ci entament l’esprit comme la lettre de la réforme, et en rendent au final peu reconnaissable le projet original.

18 C’est là notamment l’opinion de Renzo De Felice, relayée par une partie importante de l’historiographie plus récente sur la réforme de 1923 : seule la « Carta della Scuola » aurait été l’expression de la véritable politique scolaire du fascisme.

19 Parmi les plus fidèles collaborateurs de Gentile dans le projet de pédagogie idéaliste, dès les années 1900, nous citerons Ernesto Codignola, qui adhéra au fascisme avant Gentile et facilita la rencontre de celui-ci avec Mussolini, et Giuseppe Lombardo-Radice, qui fonda en 1907 la revue pédagogique Nuovi Doveri avec Gentile, et fut appelé au moment de la rédaction du texte officiel de la réforme scolaire de 1923 à rédiger intégralement la partie relative à l’enseignement primaire. Giuseppe Lombardo-Radice était de foi socialiste et finit par prendre les distances de Gentile (auquel il était lié depuis les années de l’École normale de Pise par un sentiment de profonde amitié et d’admiration), mais pas de l’enseignement, où il continua d’exercer ses activités professionnelles.

20 Nous reprenons le titre de l’ouvrage récent de l’historien Gabriele Turi, auquel nous renvoyons pour de plus amples analyses de la question : G. Turi, Lo Stato educatore. Politica e intellettuali nell’Italia fascista,Rome-Bari, Laterza, 2002.

21 Pour une analyse de cette vision manichéenne de l’identité italienne, historiquement et idéologiquement, qui se profile dans la pensée de Gentile, voir le texte déjà cité de G. M. Barbuto, Giovanni Gentile e le identità italiane.

22 Gentile, « Per la scuola della nuova Italia »,paru dans le Messaggero della domenica du 3 novembre 1918, à présent dans le volume XLIV des œuvres complètes de Gentile, Dopo la Vittoria,Florence, Le Lettere, 1989, p. 25.

23 Gentile, Discorso agli Italiani,prononcé à Rome le 24 juin 1943 à présent dans vol. Politica e Cultura, T. 2, vol. XLVI, p. 190-208.

24 Comme le remarque Andrea Scazzola dans un récent ouvrage, le jugement porté par Gentile sur la pensée et la création artistique des hommes de la Renaissance et en particulier sur Pétrarque évolue de façon négative au cours des années. Dans un premier temps, dans les années 1890 et 1900, Gentile s’écarte de la thèse de De Sanctis pour montrer les éléments positifs de progrès et de modernité de cette pensée, mais à partir des années 1920 et surtout 1930, les nuances s’estompent et laissent la place à un discours schématisé et rendu manichéen par les exigences simplificatrices de la propagande (voir le texte d’Andrea Scazzola, Giovanni Gentile e il Rinascismento,Naples, Vivarium, 2002, p. 291).

25 G. Sasso, Le due Italie…, op. cit.,p. 75.

26 Nous renvoyons, pour une critique extrêmement intéressante du discours anti-pétrarquiste et du paradigme des Deux Italie, initiés par De Sanctis et repris par une partie importante de la critique italienne du xxe siècle, aux ouvrages récents d’Amedeo Quondam et en particulier à Petrarca, l’italiano dimenticato,Milan, Rizzoli, 2004.

27 Gentile, Che cosa è il fascismo,à présent dans le volume XLV des œuvres complètes de Gentile, Politica e Cultura, Florence, Le Lettere, 1990, p. 8.

28 Adriano Tilgher, Ricognizioni,Rome, Libreria di Scienze e Lettere, 1924, p. 41.

29 Dans les travaux de pédagogie qu’il publie avant la guerre ainsi que dans les textes de la réforme, Gentile attache une grande importance à la discipline dans les classes et à l’autorité sans failles dont doit jouir l’enseignant auprès de ses élèves. L’ordre et la discipline sont la condition sine qua non pour qu’ait lieu cette véritable communion des esprits qu’est l’enseignement idéaliste pour Gentile. De belles paroles qui justifièrent une école sans aucun doute très autoritaire.

30 C’est la réforme de Gentile qui réintroduit en effet l’enseignement du catéchisme dans toutes les écoles primaires. Il est également prévu, conformément au principe de la religion comme philosophia minor,que l’enseignement religieux soit supplanté dans les classes supérieures par celui de la philosophie.

31 Dans la réforme de 1923 la seule véritable voie d’excellence est celle du lycée classique, prévu pour la scolarité et la formation des classes dirigeantes italiennes; le lycée scientifique, création de la réforme de Gentile, remplace le lycée moderne créé par Luigi Credaro et ne constitue plus une alternative aussi prestigieuse; les lycées techniques, les lycées féminins et les magistrali pour la formation des instituteurs sont des établissements du secondaire de « seconde catégorie » bien que le latin y soit enseigné; enfin les scuole complementari ou corsi integrativi, qui achèvent le cursus scolaire de l’école primaire en trois ans, sont conçus comme les écoles des plus humbles, à vocation professionnelle plus précoce.

32 Le discours dont est extrait ce passage se trouve à présent dans Gentile, Opere, vol. XLI, La riforma della scuola in Italia,Florence, Le Lettere, 1989, p. 157.

33 Ibid., p. 83.

34 Gentile, Per la scuola elementare di stato (1907), dans Opere, vol. XXXIX, Educazione e scuola laica, Florence, Le Lettere, 1988, p. 147.

35 Le spécialiste italien des questions de linguistique, Tullio De Mauro, indique à ce titre que la réforme de Gentile marque une brève et heureuse parenthèse dans le traitement traditionnellement répressif du dialecte pour apprendre aux jeunes Italiens à lire et à écrire. Elle s’avère très brève pourtant, car le fascisme, dans sa volonté de centralisme national, voit d’un très mauvais œil la présence du dialecte et l’abolit très vite par une série de circulaires et de retouches (T. De Mauro, Storia linguistica dell’Italia Unita, vol. II, Bari, Laterza [Universale Laterza], 1979).

36 La question des torts ou des bienfaits de la composition rhétorique a fait couler beaucoup d’encre, surtout avant la Première Guerre mondiale, et il serait hors de propos d’en rendre compte intégralement. Pour situer néanmoins la position de Gentile dans ce débat, nous renvoyons au long article publié dans La Critica, n° 1, 1903, intitulé « L’insegnamento della storia dell’arte e i componimenti », où Gentile retrace avec exactitude les tenants et les aboutissants de la question, et récapitule les divers arguments de ses interlocuteurs.

37 Gentile, La riforma della scuola media, dans Opere, vol. XL, La nuova scuola media, Florence, Le Lettere, 1988, p. 92.

38 Pour les cours d’esthétique, c’est dans un premier temps le Breviario di estetica de Croce qui est indiqué aux professeurs; ensuite le désaccord définitif entre les deux philosophes incite Gentile à proposer plutôt son propre texte de 1931, La filosofia dell’arte.

39 Pour de plus amples recherches sur les sujets d’examen et de concours et sur l’application en général de la réforme de Gentile dans les écoles italiennes de 1923 à 1925, nous renvoyons à l’ouvrage de Monica Galfré, Una riforma alla prova. La scuola media di Gentile e il fascismo,Milan, FrancoAngeli, 2002.

40 Cette mesure rencontre néanmoins de grosses difficultés d’application, dues notamment aux programmes par ailleurs fort ambitieux de Gentile. De fait peu à peu les manuels scolaires seront réintroduits dans la vie de l’école.

41 On distingue notamment le parti pris des historiens qui, dans la lignée de Michel Ostenc, dissocient la réforme de Gentile du régime fasciste, qui ne l’aurait réalisée que par accident et pour en trahir l’esprit et la lettre, de ceux qui contestent le bien-fondé de cette dissociation, comme Katia Colombo dans son récent ouvrage La pedagogia filosofica di Giovanni Gentile,Milan, Franco Angeli, 2004.

42 Parmi ses plus proches collaborateurs dans l’élaboration de la pédagogie idéaliste, Gentile a été précédé, dans son adhésion au fascisme, par Ernesto Codignola. Giuseppe Lombardo-Radice et Manara Valgimigli, en revanche, malgré le rôle important qu’ils jouent dans la réalisation de la réforme, restent fidèles à leurs idéaux antifascistes.

43 Parmi les travaux récents sur le sujet, rares sont ceux qui étudient véritablement les documents susceptibles de nous renseigner sur l’application réelle et la pratique didactique quotidienne de la réforme : rapports de jury, manuels scolaires, annuaires de lycées et collèges, etc. Signalons l’exception que constituent à cet égard les travaux de Monica Galfré : « Cuoco, Gentile e la scuola fascista », Contemporanea. Rivista di storia dell’800 e del ‘900, IV, n° 3, juillet 2001, p. 475-495; ainsi que Una riforma alla prova. La scuola media di Gentile e il fascismo, Milan, Franco Angeli, 2002.

44 Il s’agit du texte qui constitue l’article « Origini e dottrina del fascismo » dans la première édition de l’Enciclopedia italiana Treccani, Rome, 1929,p. 24.

45 Ibid.,p. 11.

Top of page

References

Electronic reference

Stéphanie Lanfranchi, « Apprendre à « prendre la vie au sérieux » sur les bancs de l’école fasciste : Giovanni Gentile et l’éducation d’une « Nouvelle Italie » », Laboratoire italien [Online], 6 | 2006, Online since 07 July 2011, connection on 22 May 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/198 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.198

Top of page

About the author

Stéphanie Lanfranchi

Stéphanie Lanfranchi est ancienne élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Elle est allocataire de recherche à l’Université de Paris VIII, où elle prépare actuellement une thèse de doctorat sur la réception de certains classiques de la littérature italienne dans l’Italie fasciste.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page