Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Le temps moderne. Variations sur les Anciens et les contemporains. Levent Yilmaz

Paris, Gallimard (NRF essais), 2004, 288 pages, 19,50 euros.
Marie Gaille-Nikodimov
p. 240
Bibliographical reference

Le temps moderne. Variations sur les Anciens et les contemporains. Levent Yilmaz. Paris, Gallimard (NRF essais), 2004, 288 pages, 19,50 euros.

Full text

1Selon une perspective qui privilégie la sémantique et les formes que prennent les concepts dans des contextes historiques définis, Levent Yilmaz propose de rendre compte de l’émergence du « temps moderne » en Europe, c’est-à-dire d’un rapport nouveau à l’existence et à l’occupation du monde, ou encore, d’un nouveau « régime d’historicité », selon l’expression empruntée à Claude Lévi-Strauss. Ce rapport rompt avec la conviction d’une supériorité du passé et de la tradition : le modernus ne sera plus la perpétuation d’un héritage, mais le contemporain, voire le futur, et pourra à son tour être rejeté comme ancien.

2L’auteur ne se penche pas seulement sur la fameuse querelle des Anciens et des Modernes. Affirmant qu’elle est un événement fait de glissements continus, point d’aboutissement et non de départ, il s’intéresse à un processus qui commence selon lui avec Dante et Pétrarque. Il élabore une thèse proche de celle avancée par Hans Baron en 1959, selon qui la querelle des Anciens et des Modernes était une inflexion du problème historiographique de la Renaissance.

3De là un parcours choisi qui commence par Dante (La Monarchie) et se poursuit avec Pétrarque, Coluccio Salutati, Leonardo Bruni, Politien, Bembo, Pic de la Mirandole, Alberti, Machiavel (Le Prince) : une littérature avant tout politique ou historiographique où la question de l’historia magistra vitae et de l’imitation des Anciens, reprise par Jean Bodin et ses contemporains, occupe une place centrale ; une littérature où les prises de position de chacun s’éclairent à la lumière de la posture initiale proposée par Pétrarque, « faire revenir les Anciens parmi les Modernes pour que la virtus ancienne recommence à circuler », quitte à s’en écarter radicalement.

4L’un des intérêts de l’ouvrage de Levent Yilmaz est de se pencher, même si ce n’est pas sur un mode systématique, sur les lieux de réception des débats italiens, par exemple les Académies, ou sur les nombreux « passeurs » de la culture italienne en France : l’une des conditions de possibilité de la Querelle apparaît clairement être le réseau de communication sans frontières de la république des lettres. Un autre est de mettre en évidence la relation entre ces débats à forte connotation politique et historiographique avec l’évolution de la critique textuelle et la réflexion sur la traduction.

5Dans cet ouvrage, les questions qui ont nourri la réflexion italienne à la Renaissance sont réinscrites dans l’histoire européenne : leur apport spécifique à cette histoire en acquiert d’autant plus de relief.

Top of page

References

Electronic reference

Marie Gaille-Nikodimov, « Le temps moderne. Variations sur les Anciens et les contemporains. Levent Yilmaz », Laboratoire italien [Online], 6 | 2006, Online since 07 July 2011, connection on 26 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/241

Top of page

About the author

Marie Gaille-Nikodimov

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page