Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Essai historique sur la révolution de Naples. Vincenzo Cuoco

Traduction et notes par Alain Pons, avec une introduction de M. Vovelle. Paris, Les Belles Lettres, 2004, 330 pages, 37 euros.
Pierre Girard
p. 241-243
Référence(s) :

Essai historique sur la révolution de Naples. Vincenzo Cuoco. Traduction et notes par Alain Pons, avec une introduction de M. Vovelle. Paris, Les Belles Lettres, 2004, 330 pages, 37 euros.

Texte intégral

1Alain Pons, que l’on connaît pour ses études sur Giambattista Vico, et en particulier pour sa récente et très belle traduction de la version de 1744 de la Scienza nuova, propose une traduction inédite en langue française de la version de 1801 du Saggio storico sulla rivoluzione di Napoli de Vincenzo Cuoco. Comme dans ses nombreuses autres traductions des textes de la pensée politique italienne, Alain Pons accompagne son travail d’un apparat critique très important pour le lecteur français qui, souvent, ne connaît la révolution napolitaine de 1799 qu’à travers la version romancée qui en a été donnée par Alexandre Dumas dans La San Felice. Alain Pons propose en particulier une chronologie qui souligne les principales étapes de la vie de Vincenzo Cuoco, ainsi que les grands événements historiques à travers lesquels sa pensée politique se forme peu à peu. On trouve également une note très importante dans laquelle Alain Pons s’explique sur les critères qui ont présidé à sa traduction, perspective d’autant plus essentielle qu’il s’agit ici d’une édition bilingue. Cette traduction est complétée par une introduction de Michel Vovelle qui replace le texte de Cuoco dans la perspective des travaux consacrés à la Révolution française, ainsi que par une étude importante d’Alain Pons qui, en particulier à travers une analyse problématique de la notion de révolution chez Cuoco, permet d’accéder aux passages les plus importants du Saggio. Il faut également souligner ici que conformément aux meilleures éditions italiennes (notamment l’édition établie récemment par Pasquale Villani), ainsi que par fidélité aux éditions originales de 1801 et de 1806, Alain Pons inclut les Frammenti di lettere dirette a Vincenzio Russo, qui sont essentiels pour déterminer le niveau rhétorique du Saggio et en garantir une bonne compréhension. Cette traduction est publiée dans la collection des textes italiens des Belles Lettres. Elle complète la récente reproduction anastatique de la seconde version du Saggio (1806), traduite par le révolutionnaire français Bertrand Barère (1807), et publiée il y a quelques années sous la direction de Maïté Bouyssy et d’Anna Maria Rao (Naples, Vivarium, 2001).

2Si l’on voulait résumer, on pourrait discerner trois aspects qui caractérisent le travail d’Alain Pons, ainsi que ses choix éditoriaux. En premier lieu, il faut noter l’actualisation des sources utilisées par Alain Pons dans sa traduction. Ce dernier se fonde sur l’édition critique italienne du texte établie par Antonino De Francesco, qui a aussi participé généreusement à l’établissement du texte italien dans cette édition bilingue. De manière générale, les analyses, ainsi que les références, renvoient toujours aux études les plus récentes, parmi lesquelles on peut citer les ouvrages de Maurizio Martirano, Fulvio Tessitore ou Pasquale Villani. Le chercheur français est par ailleurs extrêmement attentif à la définition du statut rhétorique du texte de Cuoco, perspective qui se trouve au cœur de son étude introductive. Il insiste en particulier sur l’importance que revêt la distinction entre les deux versions du Saggio. Ces différences ne peuvent pas, selon Alain Pons, être réduites à de simples corrections philologiques, mais expriment une véritable évolution dans la pensée de Cuoco. La seconde version met par exemple en avant la figure de Napoléon et la substitue d’une certaine façon à celle de Masaniello dans la première version, qui offre de manière générale une analyse politique plus radicale et moins nuancée. Il ne s’agit ici que d’un simple exemple, mais qui nous semble caractéristique de la méthode d’Alain Pons qui, par une confrontation continue entre les deux textes, permet une véritable interprétation critique.

3Le second aspect qui nous paraît significatif renvoie à la perspective histo-rique adoptée par Alain Pons dans son essai introductif. D’une certaine manière, le traducteur est fidèle au texte qu’il traduit et évite un des dangers dénoncés par Cuoco, à savoir la tentation de l’abstraction, d’une raison privée de tout fondement historique. Cet aspect est d’autant plus important qu’il permet une approche didactique des Lumières italiennes et en particulier de Naples, souvent méconnues en France. Alain Pons a ainsi su faire sienne la conception de la révolution de Cuoco : grâce à l’introduction, le lecteur est à même d’entrer « activement » dans le texte, et ainsi d’être en mesure d’aborder des auteurs aussi importants que méconnus, comme Galiani, Tanucci, Genovesi, Filangieri ou Pagano. Il est en particulier très attentif dans ses analyses aux distinctions, soulignées par Cuoco lui-même, qui existent entre la Révolution française et celle de Naples. Cela lui permet en particulier de parler d’un « paradoxe de la révolution de Naples », qui renvoie à l’absence de soutien populaire d’une telle révolution, et donc à son caractère « passif ». La notion de peuple, permet notamment dans cette perspective, ainsi que dans la manière avec laquelle Cuoco l’utilise, de voir les différences qui existent avec la Révolution française. Ces analyses permettent de discerner chez Cuoco une approche de plus en plus nuancée de la Révolution française, ainsi que des distinctions temporelles, entre 1789 et 1793, entre Condorcet et Robespierre.

4Enfin, une telle perspective historique donne un fondement solide à une lecture philosophique du Saggio, notamment à travers les figures de Machiavel et de Vico. L’originalité de l’approche est qu’Alain Pons n’oppose jamais ces deux auteurs dans l’analyse des sources, des influences et des origines du Saggio. Vico offre à Cuoco un système historique, une structure délimitée par « l’histoire idéale éternelle », ce qui permet à la fois de penser et de faire un diagnostic du « cours » de l’histoire. Alain Pons montre en particulier l’importance des concepts vichiens d’imagination (fantasia) et de « sens commun », dans le Saggio, éléments que négligent malheureusement les jacobins napolitains en 1799 dans leur approche du peuple. De manière analogue, il montre que Machiavel offre à Cuoco des moyens et des analyses politiques permettant de penser une pratique politique effective. L’intérêt pour la singularité des événements historiques, pour la figure du riformatore, et donc pour une action politique efficace renvoie en ce sens à cette deuxième influence.

5Pour résumer, cette approche, qui se fonde en grande partie sur l’histoire des idées, offre au lecteur, en plus du texte de Cuoco, les éléments les plus récents qui caractérisent son histoire critique et sa réception. De manière plus générale, cette très belle traduction met à la disposition du lecteur français un des textes les plus originaux de la pensée politique italienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Girard, « Essai historique sur la révolution de Naples. Vincenzo Cuoco », Laboratoire italien [En ligne], 6 | 2006, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/243

Haut de page

Auteur

Pierre Girard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page