Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Omero italico. Favole antiche e identità nazionale tra Vico e Cuoco. Annalisa Andreoni

Rome, Jouvence, 2003, 272 pages, 20 euros.
Pierre Girard
p. 244-246
Bibliographical reference

Omero italico. Favole antiche e identità nazionale tra Vico e Cuoco. Annalisa Andreoni. Rome, Jouvence, 2003, 272 pages, 20 euros.

Full text

1L’essai d’Annalisa Andreoni se propose d’éclairer un épisode peu connu de l’histoire des idées à la fin du xviiie siècle en Italie, qui se situe principalement à Naples et à Milan, mais qui en réalité a une dimension européenne. Cet épisode est lié aux recherches philologiques sur la figure d’Homère et à son « italianisation ». Tout l’intérêt d’un tel travail est de montrer les mécanismes de déplacement, de superpositions, les emprunts au domaine philologique, à savoir l’approche d’Homère, la datation de l’Iliade et de l’Odyssée, et d’un autre côté, des perspectives politiques liées à la progression de l’idée de conscience nationale. L’enjeu du travail d’Annalisa Andreoni est donc de montrer que derrière les problématiques philologiques classiques, la question est avant tout politique. Créer un nouveau mythe, celui de l’italicità d’Homère, revient moins à donner une appréciation théorique ou littéraire sur un auteur qu’à se donner une fondation prestigieuse dans le processus de constitution d’une conscience nationale. Réécrire l’histoire d’Homère, affirmer son italianité revient ainsi du même coup à écrire l’histoire de l’Italie, à lui donner une origine propre justifiant du même coup la primauté de la nation italienne et ce qui deviendra le Risorgimento.

2L’approche d’Annalisa Andreoni se situe explicitement dans la méthode de l’histoire des idées. Elle complète en particulier les travaux de Paolo Casini (L’antica sapienza italica. Cronistoria della storia antica, Bologne, Il Mulino, 1998). Le but de cet essai est de mettre au jour les mécanismes, les décalages, les glissements qui apparaissent dans les querelles et les controverses philologiques. Ainsi, on voit peu à peu comment les querelles, en particulier avec d’autres philologues européens, français et allemands en particulier, permettent aux Italiens, notamment Melchiorre Cesarotti, Ciro Saverio Minervini, Mario Pagano et Vincenzo Cuoco, de construire peu à peu un nouveau mythe, et dans quelle mesure cela les amène à poser la question nationale. L’enjeu philologique n’est qu’apparent. Dans cette perspective, le texte le plus significatif est le Platone in Italia de Vincenzo Cuoco, qui essaie de concilier le modèle napoléonien exporté en Italie et le primat de la culture italienne. L’italianisation de la figure d’Homère est ainsi parfaitement analogue au travail d’Alessandro Manzoni qui affirmera quelques années plus tard vouloir « rincer » ses Promessi sposi dans les eaux de l’Arno afin d’ancrer son roman dans l’italianité la plus pure.

3Le travail d’Annalisa Andreoni prend comme point de départ la figure de Melchiorre Cesarotti et sa lecture d’Homère, en particulier de l’Iliade, qui marque le début d’analyses multiples dont on trouve des échos en particulier chez Monti et Foscolo. L’approche de Cesarotti constitue une des premières étapes du glissement que nous avons évoqué entre philologie et politique. L’axe principal de son analyse est de nier toute sagesse profonde dans la pensée d’Homère. Une telle position l’éloigne en particulier des lectures de Bacon (De sapientia veterum) ou même du jeune Giambattista Vico dans son De antiquissima italorum sapientia. Sans entrer dans le détail de ces lectures, l’idée principale est que les mythes sont des allégories mettant en scène des vérités philosophiques et religieuses profondes et sont liés à une sagesse secrète et obscure pour le vulgaire (« sapienza riposta »). Un des enjeux d’une telle position est de réussir à lier les vérités cachées dans la mythologie à la religion chrétienne. Ainsi les fables dériveraient des récits que l’on trouve dans l’Ancien Testament. John Selden, Samuel Bochart, Daniel Huet montrent notamment que les fables sont en réalité des histoires sacrées qui ont été corrompues par les païens. Une telle approche peut du reste être renversée : en effet, si l’on admet que les païens étaient dotés d’une sagesse philosophique profonde, alors rien n’empêche plus de considérer par exemple la sagesse égyptienne comme étant antérieure à celle des Hébreux, thèse que soutiennent John Marsham ou John Spencer. Mais une des cibles de Cesarotti est Antoine Court de Gébelin qui soutient l’existence d’une sagesse philosophique chez Homère. L’idée générale est la suivante : les premiers hommes, incapables d’exprimer leurs pensées dans un langage encore primitif et inapte à traduire des concepts rationnels, se seraient alors tournés vers la métaphore et l’allégorie. Sans entrer dans le détail des analyses d’Annalisa Andreoni, qui rappelle la complexité du débat, les nombreux acteurs (Johann Bernhard Merian, Friedrich August Wolf), ce travail montre bien comment la dimension européenne du débat consacré à Homère dépasse peu à peu des considérations purement philologiques et prend une tournure plus nationale.

4Or cet aspect est d’autant plus intéressant dans le cas particulier de l’Italie qu’il se situe à un moment où la nation se construit et prend peu à peu conscience d’elle-même, en tout cas chez certains intellectuels. Dans cette perspective, une des figures les plus intéressantes est Ciro Saverio Minervini qui nie l’existence de la personne même d’Homère et montre que l’Iliade et l’Odyssée sont en réalité des productions italiennes. Et Minervini d’entrer dans des considérations philologiques très détaillées visant à prouver le caractère « italique » des poèmes d’Homère. L’argument utilisé est toujours le même : les poèmes expriment une sagesse impossible en Grèce à l’époque de leur écriture, et que seule l’Italie possédait et manifestait. L’origine serait donc italienne et ce ne serait que dans un second moment que les poèmes auraient été transférés et connus en Grèce. Bref, c’est l’identité entre les traits culturels des poèmes et ceux de l’Italie méridionale qui permet à Minervini de conclure à l’italicità de la tradition homérique. Le texte grec que nous possédons ne serait donc, dans la lecture qu’en donne Minervini, qu’une traduction du texte italique, d’une tradition orale plus antique. Qu’une telle approche puisse être discutable – Ferdinando Galiani se chargera même de la ridiculiser – importe finalement peu. L’essentiel est que, derrière ces problèmes philologiques (par exemple déterminer si les poèmes étaient au début écrits ou issus d’une tradition orale), la perspective est avant tout de ramener les poèmes à la culture italienne. Il est par exemple intéressant de noter que ce débat a comme support le Giornale italiano, qui mélange précisément des thèmes culturels et politiques et qui a eu une grande importance dans le mouvement de la Giovine Italia.

5Un des éléments permettant d’affirmer ce primat des antichità italiane face à celles issues de la Grèce renvoie à l’histoire naturelle. Il se développe en effet ces années-là en Italie tout un courant de pensée qui a pour but de montrer que la primauté historique de la civilisation italienne se fonde sur une formation géographique physique plus ancienne que celle existant en Grèce. On retrouve cette idée chez des penseurs napolitains, en particulier Mario Pagano et Vincenzo Cuoco. Homère serait avant tout un géographe, et on trouverait à travers une interprétation géographique des poèmes une lecture de l’histoire civile des premiers Italiens.

6Dans cette perspective, l’essai d’Annalisa Andreoni s’arrête longuement sur la figure de Vincenzo Cuoco et de son Platone in Italia. La lecture de cet ouvrage, ainsi que la détermination de son statut, aussi bien rhétorique que philosophique, est très difficile. Mais ce qu’il importe de souligner, c’est la volonté de Cuoco de reprendre certaines des intuitions d’un premier Vico, l’idée d’une prisca philosophia antérieure et donc supérieure à toutes les autres sagesses nationales. Chez Cuoco, comme chez Minervini, les recherches philologiques se lient à la politique. Derrière le Platone in Italia, c’est avant tout la tension qui existe en Italie entre le modèle napoléonien et les exigences d’une origine purement nationale de la future unité italienne qui transparaît.

7En définitive, l’ouvrage d’Annalisa Andreoni réussit parfaitement à retranscrire un épisode souvent embrouillé – en particulier parce qu’il mélange plusieurs niveaux – de l’histoire des idées. L’ensemble est très clair et propose de nombreux extraits de textes souvent difficiles à trouver, ce qui offre une documentation précieuse pour celui qui s’intéresse à cette période et plus généralement aux origines philosophiques et politiques du Risorgimento.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Girard, « Omero italico. Favole antiche e identità nazionale tra Vico e Cuoco. Annalisa Andreoni », Laboratoire italien [Online], 6 | 2006, Online since 07 July 2011, connection on 20 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/245

Top of page

About the author

Pierre Girard

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page