Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Racconti della Resistenza

Édition de Gabriele Pedullà, Turin, Einaudi, 2005, 339 pages, 18,50 euros.
Jean-Louis Fournel
p. 247-249
Bibliographical reference

Racconti della Resistenza.Édition de Gabriele Pedullà, Turin, Einaudi, 2005, 339 pages, 18,50 euros.

Full text

1On est fondé à éprouver de la suspicion face aux anthologies. Souvent le choix de publier des fragments d’œuvres, en les agrégeant à d’autres fragments d’autres auteurs conduit à rabattre schématiquement le livre sur un « genre » littéraire présumé, un « thème », une « période » (dont la cohérence relève parfois de césures mécaniques, voire du simple comput séculaire). Dans le cas présent, en première analyse, c’est d’ailleurs le genre de la nouvelle (i racconti) qui est croisé avec une époque (la Resistenza). Mais, en l’occurrence, il s’agit d’une véritable epokhê, d’un point sur lequel il convient de s’arrêter, d’un moment historique qui est lourd d’une radicalité et d’enjeux d’importance. Et c’est bien ce qui change beaucoup de choses : intuitivement, j’ai presque envie de dire viscéralement, le titre de l’ouvrage apparaît comme un heureux pavé dans la mare quelque peu fangeuse des remises en cause d’une bonne partie des racines historiques de la République italienne. Restait à écarter les usages extensifs indus de la notion de guerre civile : le fait que la valeur historique et heuristique de la notion soit indubitable depuis le grand livre de Claudio Pavone – dont on saluera en passant la tardive traduction française publiée récemment aux Éditions du Seuil – n’empêche pas en effet qu’elle ait pu être, à l’occasion, le prétexte de manipulations favorisant un relativisme des valeurs et une équivalence des camps en présence. Restait aussi, symétriquement, à éviter de revenir à ce qui avait été le lot de beaucoup des textes « de la Résistance », à savoir une rhétorique désuète mise au service d’une célébration convenue qui ne servait pas nécessairement la cause qu’elle prétendait illustrer. Disons d’emblée que, dans ce recueil, ce double pari est largement gagné. D’abord parce que ces textes brefs (quelques pages) ou plus longs (jusqu’à une trentaine de pages) de quinze auteurs très différents – de Bilenchi à Zanzotto par ordre alphabétique – ne sont pas – pour la plupart – les plus attendus (si l’on excepte les nouvelles de Calvino, Fenoglio ou Rigoni Stern). Certains permettent même des redécouvertes, voire des découvertes, qu’ils aient été publiés dans des revues ou des éditions introuvables aujourd’hui (l’étonnante série de six textes magnifiques de Giorgio Caproni, le court récit édifiant d’Ada Gobetti ou l’amer morceau autobiographique de Franco Fortini) ou qu’ils soient perdus dans de monumentales œuvres complètes où l’on ne va pas les dénicher (les courtes nouvelles « uniques » de Primo Levi, de Moravia, de Vittorini ou de Zanzotto). La gageure de cette édition est de nous proposer la lecture de chacun de ces textes comme la lecture d’un texte unique mais aussi, en même temps, comme la lecture d’un fragment d’un texte aussi commun qu’involontaire à plusieurs voix (le terme n’est pas ici choisi au hasard puisque l’oralité originelle d’une partie de ces textes est à bon droit relevé par Gabriele Pedullà). Chacun d’eux prend sens de son rapprochement avec d’autres récits d’auteurs de la même « génération » (un paradigme qui a son importance ici) comme pour justifier a posteriori le mot de Calvino, judicieusement placé en quatrième de couverture de cette édition, selon lequel « il libro letterario più rappresentativo della Resistenza non potrebbe essere altro che un’antologia ». D’un côté, chaque auteur est préservé dans l’identité unique de son écriture, et le projet même de l’édition tend à revendiquer à juste titre cette spécificité grâce aux introductions à chaque auteur – des introductions précises, brèves et denses d’où sont bannis les lieux communs, les pures informations encyclopédiques et le bavardage entendu. De l’autre, les textes dialoguent entre eux, sans le vouloir, comme dans une polyphonie spontanée, où les échos naissent moins de la similitude des thèmes ou des formulations que d’un « air de famille », de questionnements semblables, d’apories partagées. Du même coup, est largement remis en cause le lieu commun critique et esthétique qui rabat toute la littérature de la Résistance sur une poétique hégémonique et volontariste – le néo-réalisme et son cortège pas toujours convaincant de néo-lukácsisme et de théorie du reflet – au profit d’une articulation toujours problématique entre des instances contradictoires (le micro-espace et la patrie, le sujet collectif anonyme et l’acteur individuel, la famille et la personne, etc.). Le choix d’une présentation « géographique » des nouvelles, par région, est un des indices de cette complexité assumée, puisque l’une des rares taxinomies matérielles et objectives possibles relève de l’appartenance d’un auteur ou d’un espace de la narration à une région déterminée. Au fil des nouvelles se construit ainsi une image très humaine de la résistance qui n’a rien de convenu, tout à la fois profondément collective et radicalement singulière, suite de micro-romans de formation et de cartographies d’une communauté de valeurs, où l’héroïsme est moins fréquent que la conjugaison paradoxale, dans la quotidienneté, de la détermination et de l’inquiétude face au choix radical de l’engagement ou face à la menace de la mort (que l’on reçoit et que l’on donne). Comme le relève Gabriele Pedullà dans sa longue introduction générale au volume, se mêlent sans cesse dans ces textes (parfois dans le même texte) des focalisations différentes : la participation de l’autobiographie le dispute à la distance de l’observateur omniscient et à la revendication d’un point de vue commun. Du même coup, les frontières entre l’auteur, le narrateur et le lecteur convoqué se brouillent, comme pour mieux rendre compte de ce balancement et de ces questionnements; comme dans une tentative (désespérée?) pour échapper à ce qui est en définitive la solitude commune à celui qui choisit le combat (quitte à sombrer, nouveaux Fabrice d’improbables Waterloo, dans la déception ou les illusions d’une confrontation toujours avortée ou retardée) et à celui qui se le remémore. Plus qu’une fuite, on a d’ailleurs là plutôt une transfiguration de la souffrance de la mémoire et de l’angoisse devant la mort : ces pages donnent ainsi naissance à d’authentiques objets littéraires, si tant est que la « vraie poésie intériorise l’histoire » parce que « la responsabilité du poète est plutôt de conférer à l’événement historique la qualité d’événement intérieur », selon le Starobinski de l’Introduction à la poésie de l’événement (janvier 1943), qui a inspiré une partie de l’introduction de ce volume. Par là même, on n’est jamais dans la célébration officielle de martyrs devenant les instruments d’une politique de la mémoire, mais face à une reconstitution d’une mémoire vivante aux multiples facettes, qui peut être accessible à tous et être comprise par tous parce qu’elle ne sert personne en particulier, sinon peut-être les camarades morts qu’elle entend rappeler plus qu’honorer. La justification d’une anthologie, comme forme qui agrège, et la nécessité d’une anthologie, comme forme qui laisse à chacun sa place et qui met chacun à sa place, rend compte, et explique, de façon non formelle, le pluriel mis au mot de racconti dans le titre, en ouvrant la possibilité de revenir à l’unité d’un « grand récit » qui n’est jamais au service d’une idéologie ou d’une esthétique univoques.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Louis Fournel, « Racconti della Resistenza », Laboratoire italien [Online], 6 | 2006, Online since 07 July 2011, connection on 20 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/247

Top of page

About the author

Jean-Louis Fournel

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page