Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Bella ciao. Canto e politica nella storia d’Italia. Stefano Pivato

Rome-Bari, Laterza, 2005, xii-361 pages, 18 euros.
Laura Fournier-Finocchiaro
p. 254-255
Bibliographical reference

Bella ciao. Canto e politica nella storia d’Italia.Stefano Pivato. Rome-Bari, Laterza, 2005, xii-361 pages, 18 euros.

Full text

1Certains historiens italiens, pour étudier les comportements collectifs à l’ère des masses, sont aujourd’hui à l’affût de nouvelles sources, aussi bien sonores, visuelles que multimédia (iconographie, photographie, cinéma, télévision, internet). On pense notamment à la collection « Nuovi orchi »dirigée par Giovanni De Luna pour la maison d’édition La Nuova Italia, qui fait référence à la célèbre phrase de Marc Bloch : « Le bon historien […] ressemble à l’ogre de la légende. Là où il flaire la chair humaine, il sait que là est son gibier » : les chercheurs y sont invités à interpréter les faits historiques grâce à des « sources » non traditionnelles, car c’est ainsi que sont présentés les documents littéraires, artistiques et multimédia.

2Stefano Pivato, professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Urbino, est déjà un habitué des approches innovantes de l’histoire de l’Italie : parmi ses livres, on peut citer Il nome e la storia (Bologne, Il Mulino, 1999), qui analyse l’onomastique en relation avec les prises de parti politiques, et La storia leggera (Bologne, Il Mulino, 2002), un essai consacré à l’utilisation publique de l’histoire dans la chanson italienne. C’est de nouveau sur ce thème que porte son nouvel essai Bella ciao, un volume écrit en collaboration avec Amoreno Martellini et publié par Laterza.

3Pour l’auteur, la chanson populaire a formé un sens historique commun aux Italiens, parallèlement aux livres d’histoire, aux journaux, à la télévision. Elle a raconté l’histoire, l’a divulguée et parfois même l’a créée. La chanson a ainsi une fonction sociale forte : elle témoigne de l’adhésion à un idéal, elle est l’expression d’une foi politique et elle confirme et exalte le sens d’appartenance et de communion à un groupe.

4Pivato s’interroge ici sur la façon dont la chanson sociale accompagne la vie politique, en souligne les principaux événements, suit son évolution. Il propose notamment une vaste anthologie de textes, qui va de la Révolution française et du Risorgimento jusqu’à nos jours (l’album Il fischio del vapore interprété par Francesco De Gregori en 2002), et il nous raconte la naissance et le succès de certaines chansons, celles des partigiari de la Seconde Guerre mondiale (Bella ciao, qui donne son titre au volume, et qui aujourd’hui est indubitablement, dans la mémoire collective des Italiens, une identification de la Résistance), mais aussi les grandes chansons du mouvement ouvrier du début du siècle, du fascisme, ainsi que celles des années de la contestation, jusqu’au chapitre intitulé « De Lenin à Lennon (Forza Italia) », où il constate le déclin de la chanson politique. Les titres des différents chapitres construisent la bande originale de l’histoire de l’Italie contemporaine, qui débute quasiment par l’hymne national Fratelli d’Italia, puis passe des Compagni dai campi e dalle officine à La leggenda del Piave, de Giovinezza Giovinezza à Bella ciao et Scurdammece ’o passato,pour arriver aux auteurs-compositeurs de I tempi stanno cambiando et Contessa.

5Le thème traité est néanmoins trop vaste, hétérogène et complexe pour que l’auteur puisse analyser et exploiter dignement les documents qu’il présente, et le contenu de son essai est très inégal. Jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale et de l’époque des « religions politiques », l’auteur montre bien que les chansons et les hymnes ont été fondamentaux pour l’organisation du consensus national, tout en caractérisant fortement les positions partisanes. En effet, si la révolution nationale et l’esprit risorgimental ont comme fond sonore les très populaires chants garibaldiens (« Si scopron le tombe, si levano i morti… »), parallèlement l’imaginaire du xixe siècle reflète aussi la protestation des réactionnaires méridionaux chantant « Viva viva Ferdinando, nostro padre e nostro re… ». De même, à côté des hymnes de la classe populaire (des travailleurs, des conscrits, des émigrants, des déshérités…), au cours de la Belle Époque on commence à entendre aux premiers refrains nationalistes (« Tripoli bel suol d’amore… ») qui aboutissent lors de la Grande Guerre dans les chants héroïques qui célèbrent la patrie. Puis, tandis que sur le versant fasciste résonnent « Santo manganello » et « Africanina », la gauche est fertile en chansons de la Résistance : Fischia il vento, La badogliele, Bella ciao…

6À partir de la seconde moitié du xxe siècle, la musique et la chanson se transforment profondément, parallèlement à l’intensification des conflits générationnels : avec la séparation entre le monde des adultes et des jeunes, la musique devient l’un des langages qui interprètent le mieux la distance entre la génération endoctrinée par le fascisme et marquée par la guerre et les enfants du baby-boom. Pivato passe en revue les grands thèmes sociaux de l’après-guerre : le mythe et l’anti-mythe américain, le communisme, soixante-huit, le beat, le rock, le déclin des années 1980, les groupes rap des années 1990, jusqu’à la récupération musicale de la mémoire de la droite avec les chansons qui rappellent l’imaginaire fasciste et la mythologie médiévale du nord de l’Europe, parallèlement à la récupération par la gauche de chants partisans pour en faire une « musique globale ».

7En somme, même si on peut déplorer dans le vaste choix de chansons et d’auteurs quelques oublis regrettables (par exemple, l’auteur-compositeur Daniele Silvestri, très attentif à l’histoire, est passé totalement sous silence), ce livre constitue une première étude qui considère avec sérieux les textes et les mélodies qui ont forgé le caractère national des Italiens. Ces textes mériteraient sans aucun doute d’être analysés conjointement avec les outils de la critique littéraire, afin que cette « bande originale » de l’histoire de l’Italie prenne la place qui lui est due dans l’histoire de la culture italienne contemporaine.

Top of page

References

Electronic reference

Laura Fournier-Finocchiaro, « Bella ciao. Canto e politica nella storia d’Italia. Stefano Pivato », Laboratoire italien [Online], 6 | 2006, Online since 07 July 2011, connection on 25 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/250

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page