Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Critica del repubblicanesimo. Luca Baccelli

Rome-Bari, Laterza (Percorsi), 2003, 176 pages, 24 euros.
Marie Gaille-Nikodimov
p. 256-257
Bibliographical reference

Critica del repubblicanesimo. Luca Baccelli. Rome-Bari, Laterza (Percorsi), 2003, 176 pages, 24 euros.

Full text

1L’ouvrage de Luca Baccelli sur la pensée politique républicaine s’inscrit dans une réflexion sur l’état politique contemporain à l’échelle du monde. Celui-ci se caractérise avant tout selon l’auteur par la conviction que la démocratie est le seul régime légitime, par une crise de la politique au sens large du terme, par le mouvement de la globalisation, et enfin par les effets de plus en plus prégnants de la loi du marché.

2Dans ce contexte, la pensée politique républicaine est-elle à même de fournir des instruments conceptuels pour définir et comprendre les autres mondes possibles ? Non, selon Luca Baccelli, si l’on s’en tient à la vision « standardisée » du républicanisme, largement diffusée depuis trente ans : l’appel à la participation civique et à la vertu, mâtinée d’une forme quelconque de « religion civile », ne trouvera aucun écho dans le contexte de crise politique qu’est le nôtre. Oui, si l’on entreprend de déconstruire cette vision commune du républicanisme.

3Le premier pas dans cette voie consiste à accepter que le républicanisme soit un ensemble de visions et de concepts très différents et non pas un discours unifié. Corrélativement, il s’agit de conférer à la pensée de Machiavel une place prééminente dans le dispositif républicain, sans pour autant reprendre l’interprétation aristotélisante que John G. A. Pocock en a donnée dans Le Moment machiavélien (1975). Il faut plutôt donner tout son poids à la théorie machiavélienne du conflit civil comme condition d’accès du peuple à la politique, du développement de la liberté civile et d’augmentation de la puissance du corps politique. Un tel détour par Machiavel permet de mettre en évidence les tensions au sein du courant de pensée républicain.

4Luca Baccelli utilise donc Machiavel comme un « catalyseur » pour discuter à nouveaux frais certains principes du républicanisme. Trois idées sont au centre de son argumentation. Tout d’abord, celle du sentiment d’appartenance à la communauté politique. Il défend la perspective selon laquelle ce sentiment doit être analysé plutôt comme le produit artificiel du conflit civil que comme une adhésion spontanée du citoyen à la cité ou comme un héritage reçu passivement. Cela exige de percevoir le conflit civil comme un processus intégratif. En outre, Luca Baccelli aborde la critique républicaine du langage juridique et des droits subjectifs pour affirmer qu’elle n’est que partiellement convaincante. Le droit a aussi son efficacité dans le champ politique et il faut moins chercher à s’en débarrasser qu’à articuler l’idée des droits subjectifs à une vision conflictuelle du politique. Enfin, il s’agit de comprendre que le principe d’un gouvernement par le droit (la rule of law) n’est pas incompatible avec une analyse de l’action politique qui accorde une place centrale aux revendications et aux luttes pour les droits.

5Cet ensemble de thèses est défendu avec modestie : Luca Baccelli ne prétend pas élaborer une nouvelle « théorie » du républicanisme. Il entend tirer profit de sa lecture de Machiavel pour mettre en lumière des connexions invisibles au républicanisme « standardisé », au libéralisme et au communautarisme. On retrouve dans cette intention une autre inspiration machiavélienne : l’auteur des Discours et du Prince n’avait pas non plus cherché à élaborer de théorie au sens strict du terme. Cependant, l’ouvrage de Luca Baccelli témoigne d’une véritable ambition : celle de concevoir « un réalisme républicain » du point de vue à la fois conceptuel et pratique, c’est-à-dire une pensée politique en prise avec les questions contemporaines et dotée d’un réel pouvoir d’éclaircissement en vue de l’action.

6Cette ambition a un triple mérite. Le premier est d’offrir une présentation très informée des pensées politiques libérale, républicaine et communautarienne. Le second est de donner à voir, à partir d’une exégèse sérieuse, un autre Machiavel que celui de deux interprétations les plus connues aujourd’hui : celle de John G. A. Pocock, déjà citée, résolument civique et morale, et celle d’Antonio Negri (Le pouvoir constituant, essai sur les alternatives de la modernité, É. Balibar et F. Matheron trad., PUF / Pratiques théoriques, 1997), avant tout fondée sur le rôle que doit jouer « la multitude ». Le troisième est de relever le défi d’une articulation entre la perspective du conflit civil et celle, indissociable de la démocratie contemporaine, du droit et des droits subjectifs.

Top of page

References

Electronic reference

Marie Gaille-Nikodimov, « Critica del repubblicanesimo. Luca Baccelli », Laboratoire italien [Online], 6 | 2006, Online since 07 July 2011, connection on 20 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/252

Top of page

About the author

Marie Gaille-Nikodimov

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page