Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Sites internet

c18 Bibliographies On-Line
http://www.c18.rutgers.edu/biblio/
WebChron : The WebChronology Project
http://campus.northpark.edu/history/WebChron/index.html
The Digital Scriptorium
http://sunsite.berkeley.edu/Scriptorium/
Christian Zendri
Translated by Laura Fournier-Finocchiaro
p. 262-264
Bibliographical reference

c18 Bibliographies On-Line
http://www.c18.rutgers.edu/biblio/

WebChron : The WebChronology Project
http://campus.northpark.edu/history/WebChron/index.html

The Digital Scriptorium
http://sunsite.berkeley.edu/Scriptorium/

Editor's notes

Traduit de l’italien par Laura Fournier-Finocchiaro

Full text

1Les sites mettant à la disposition des historiens des instruments bibliographiques sont certainement les plus utiles. On peut ici signaler le site c18 Bibliographies On-Line, dirigé par Jack Lynch, de la Rutgers University, consacré exclusivement au xviiie siècle américain et européen.

2La page d’accueil, simple et bien organisée, est surmontée d’une barre de navigation qui permet de choisir, de façon préliminaire, de consulter la section européenne ou américaine, ou bien d’utiliser une fenêtre de recherche active aussi bien à l’intérieur du site que plus généralement sur le web, par le biais du moteur de recherche Whatuseek. En outre, il est possible de parcourir et de consulter une vaste liste de liens vers d’autres sites (certains, particulièrement utiles, offrant des sources en version digitale), de prendre connaissance et d’utiliser les résultats de projets destinés à mettre en ligne d’amples bibliographies et des recherches consacrées, entre autres auteurs, à Voltaire, Morellet, Helvétius, Linné, d’être informés des colloques et des manifestations, et de contacter l’auteur du site et ses collaborateurs. Mais surtout, ce site offre d’intéressantes ressources bibliographiques, qui concernent une large liste d’auteurs, d’Edmund Burke à Edward Gibbon, de David Hume à Thomas Jefferson ou Jonathan Swift.

3Chaque bibliographie commence par indiquer d’autres bibliographies scientifiques, qui font référence aussi bien aux œuvres de l’auteur qu’aux ouvrages critiques, puis mentionne les éditions, complètes ou partielles, la correspondance, les anthologies, les biographies et les essais. Sans avoir la prétention d’être exhaustif, ces instruments sont utiles, mais on pourrait peut-être leur reprocher d’être tournés presque exclusivement vers le domaine anglo-américain, et, de façon plus limitée, vers le domaine français. Le travail de Lynch constitue néanmoins une ressource qui mérite d’être connue et utilisée.

4Parmi les instruments consultables en ligneet utiles pour le travail de l’historien, nous signalons aussi le WebChronology Project, réalisé par David W. Koeller et par la North Park University de Chicago. Il s’agit, en substance, d’un recueil de chronologies, mises à disposition sur le réseau avec une grande flexibilité.

5La page d’accueil est claire et bien organisée : à droite se trouve la liste des chronologies disponibles, chacune d’entre elles étant construite selon un critère précis. Nous avons ainsi une chronologie universelle, suivie par diverses chronologies : africaines, centre et sud-américaines, bouddhiste, de la Chine et de l’Asie orientale, chrétienne, de l’inde et de l’Asie méridionale, islamique et juive, du bassin méditerranéen, du Moyen-Orient et de l’Asie occidentale, de l’Amérique du Nord, de la Russie et de l’Europe orientale, de la technologie, des États-Unis d’Amérique, de l’histoire de l’art occidental, de la culture occidentale, de l’Europe centrale et occidentale, de la littérature, de la musique et de la philosophie occidentales.

6Au centre, il est possible de visualiser des informations sur le projet, sur le site, ainsi qu’un glossaire. La barre de navigation de la page d’accueil offre par ailleurs la possibilité de se connecter à des liens extérieurs, en particulier à la North Park University de Chicago et au département d’histoire de cette même université.

7La consultation de chaque chronologie permet également d’accéder à des sources et à quelques exemples (mais très généraux) de littérature secondaire, soit rédigés par les auteurs du site, soit présents dans d’autres sites rattachés.

8Dans l’ensemble, il s’agit d’une ressource utile, surtout pour la facilité et la rapidité d’accès, en particulier comme instrument didactique.

9Si les manuscrits constituent une source fondamentale pour l’historien, les instruments qui permettent leur consultation ne sont pas moins importants pour les chercheurs. Même si la vision directe des originaux reste indispensable pour une lecture correcte et précise, l’usage de copies peut cependant se révéler d’une extraordinaire utilité. Ces dernières années, aux côtés des instruments plus traditionnels de reproduction, sur pellicule photo, sous forme demicrofilms et microfiches, on a eu de plus en plus recours aux nouveaux moyens informatiques et à la digitalisation, très avantageux surtout pour la plus grande facilité de consultation. Parallèlement, un nombre toujours croissant d’institutions de conservation, de bibliothèques et d’archives, continuent à rendre disponibles leurs fonds, imprimés et manuscrits, sous cette forme. Les textes ainsi reproduits sont souvent rendus accessibles sur le réseau, avec des avantages incomparables du point de vue de la circulation.

10Parmi les sites qui offrent ce service, nous signalons Digital Scriptorium, dirigé par Consuelo W. Dutchke, de la Columbia University, auquel collaborent de nombreuses universités et institutions américaines prestigieuses : Berkeley, la Columbia University à New York, Philadelphie et San Francisco.

11La page d’accueil est extrêmement bien organisée et présente de façon claire et synthétique le projet qui a donné naissance au site, tandis qu’à droite il est possible d’accéder aux sections internes qui concernent les données techniques, les détails du projet, la question des droits d’auteur et surtout la recherche de manuscrits publiés en ligne.

12C’est cette dernière partie, bien entendu, qui est la plus intéressante dans Digital Scriptorium. Elle contient de nombreuses possibilités de recherche, par institution de conservation, par cote, reliure, provenance, jusqu’au titre, à l’auteur, aux parties du texte, dates, et ainsi de suite. Les manuscrits sont décrits de façon complète. Dans le cas où plusieurs manuscrits sont réunis dans un seul volume, chacun est décrit aussi de façon séparée. Enfin, pour chaque manuscrit, on peut obtenir des informations sur le texte et demander une reproduction photographique digitalisée, disponible en petit, en moyen et en grand format, pour permettre une lecture facile. À côté de chaque photographie se trouve aussi une échelle de référence pour les mesures, en centimètres et en pouces. Nous signalons seulement l’absence de photographie de la reliure, qui est néanmoins systématiquement décrite.

13Pour conclure, Digital Scriptorium se révèle un instrument utile et bien fait, selon les meilleurs critères scientifiques, capable de faciliter grandement le travail du chercheur, en rendant facilement disponibles des sources importantes et pas toujours facilement consultables.

Top of page

References

Electronic reference

Christian Zendri, « Sites internet », Laboratoire italien [Online], 6 | 2006, Online since 07 July 2011, connection on 27 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/256 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.256

Top of page

About the author

Christian Zendri

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page