Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Les Amazones : des phobies masculines aux rêves de femmes…

Frédérique Verrier
p. 151-171

Résumé

L’article illustre quelques-unes des manipulations et mystifications dont font l’objet les Amazones, exemple et précédent incontournable de femmes-guerrières, dans la trattatistique philogyne et dans la poésie épique du XVIe siècle. Cette revue non exhaustive est extraite d’une enquête plus systématique sur la confrontation entre les différents traitements rhétoriques de la femme-guerrière (biographique, trattatistique, historiographique, épique).

Haut de page

Texte intégral

1On examinera dans cet article la manière dont les Amazones, exemple et précédent incontournable de guerrières, sont utilisées à des fins très différentes dans la trattatistique philogyne et dans la poésie épique du XVIe siècle, au fil de quelques exemples qui ne prétendent pas à l’exhaustivité, mais suffiront à illustrer quelques-unes des manipulations et mystifications dont elles font l’objet.

  • 1 G. Conti Oderisio, Donne e società nel ‘600 : Lucrezia Marinelli e Arcangela Tarabotti, Roma, Bulzo (...)
  • 2 P. Samuel, Amazones, guerrières et gaillardes, Grenoble, 1975.

2Les Amazones viennent immédiatement à l’esprit, lorsqu’on évoque le thème des femmes guerrières, mais, loin d’être un appui ou un acquis, leur statut (réel/fictif) ; leur image ambivalente (positive/négative) ; leur insituable situation (géographique et historique) posent une infinité de problèmes qu’on évoquera plus facilement qu’on ne les résoudra. G. Conti Oderisio1 proposait de mettre l’accent moins sur la réalité historique des Amazones que sur les significations que leur mythe avait revêtues au cours du temps, mais cette tâche, à laquelle s’est essayé P. Samuel2, n’est pas moins ardue que la première.

3La parabole et l’hyperbole des Amazones se prête à toutes sortes d’interprétations et de méprises dans la littérature « philogyne » ou misogyne de l’époque : était-ce une utopie ou un précédent historique ; un modèle ou un contre-modèle ?

4On a le sentiment que dans les traités et écrits où les Amazones sont mentionnées, les partisans de l’un et l’autre sexe s’attachent à des aspects différents du mythe des Amazones ; les hommes au sort que celles-ci leur réservent ; les femmes aux potentialités féministes que véhicule le mythe.

5Pour les hommes, le mythe des Amazones représente le monde à l’envers ; pour certaines femmes, un monde possible, sinon un modèle. Si les hommes font une lecture caricaturale, extrémiste et alarmiste du mythe des Amazones, les femmes ou leurs partisans se bornent à l’invoquer de manière à relativiser une répartition sexiste des tâches qui les pénalisent. Les hommes sont avant tout sensibles à l’hostilité des Amazones à leur endroit. Le mythe des Amazones n’est jamais évoqué en termes de parité possible, mais d’une agressivité, d’une revanche possible des femmes contre les hommes. On privilégie la valeur antagoniste du mythe sur son potentiel égalitariste.

6De fait l’exemple des Amazones se prêtait à une lecture plus militante : le fait que celles-ci aient élaboré, outre une organisation militaire, un régime politique et une société, d’où les hommes étaient bannis posait la question d’un monde sans hommes ; question que les plus radicaux des textes philogynes comme Il merito delle donne de M. Fonte n’hésitent pas à poser.

Géographies amazoniennes

7Envisager un monde où les femmes combattraient et où les hommes fileraient, invoquer des auctoritates et exhumer des exempla, selon lesquels un tel monde aurait existé ou pourrait exister, revenait à mettre en cause un certain type de société et même de civilisation.

8Aussi la question d’une aptitude militaire féminine atteste-t-elle une prise de distance à l’égard de modèles culturels et d’habitudes mentales dominantes.

  • 3 Lodovico Domenichi, La nobiltà delle donne, In Vinetia, appresso Gabriel Giolito de’ Ferrarii, 1549 (...)

Scrive Giulio Solino essere fermissima usanza appresso alcuni popoli chiamati Triballi, che gli huomini si stanno a casa in ocio e in riposo, e le Donne vanno di fuora a negociare3

9écrivait Domenichi, ici plagiaire d’Agrippa.

10La femme armée, figure d’exception ou pierre de scandale dans nos contrées, pourrait être la norme et la règle sous d’autres latitudes. Et s’il n’était pas toujours aisé de trouver des exemples contemporains, l’Antiquité suffisait largement à mettre en garde ou en difficulté les partisans d’une inaptitude féminine (originelle ou universelle) à la guerre :

  • 4 Henricus Cornelius Agrippa, De la supériorité des femmes (1529), B. Dubourg [éd.], Théosophie chrét (...)

Les Anciens dignes de foi écrivent qu’en Gétulie, en Bactriane et en Galice, ce sont les femmes qui cultivent les champs, édifient les maisons, commercent, montent à cheval et combattent. Elles assument ainsi la plupart des tâches qu’occupent, chez nous, les hommes ; chez les Cantabres, ce sont les hommes qui offrent une dot aux femmes, les sœurs qui accordent leurs frères en mariage, et les filles qui sont désignées comme héritières. Chez les Scythes, les Thraces et les Galles… les femmes décident de la paix et de la guerre4.

11Ces exemples de relations différentes, voire inversées entre les sexes, même s’ils ne sont pas exclusivement militaires et précisément pour cela, ont le mérite d’élargir le débat, de désenclaver la question de l’aptitude militaire féminine. Celle-ci doit être rattachée à la condition féminine prise globalement. La dot, la transmission de l’héritage ou du nom, tout comme l’exclusion des femmes des tâches militaires n’étaient rien de plus que des us et coutumes.

  • 5 « Verum enim vero non ita passim in omni mundi parte mulieres hominibus subiacent. Nam Sauromatae m (...)

12Pompeo Colonna évoque à son tour des contrées et des peuples où les femmes non seulement combattaient, mais étaient plus prisées, plus écoutées que les hommes, rendaient des jugements et tranchaient en cas de contentieux dans toutes les affaires d’importance ; des sociétés matrilinéaires où c’étaient les femmes qui donnaient leur nom à leur descendance5.

  • 6 « … constituirono che nella lotta et ne gli altri essercitij elle insieme con gli huomini s’esserci (...)
  • 7 « Illi etiam veteres legumlatores, ac reipublicæ artifices, viri sapientia graves, scientia prudent (...)

13La question de l’aptitude guerrière de la femme induit par conséquent une double relativisation dans le temps et dans l’espace : l’actuelle inaptitude militaire de la femme était une donnée partielle, circonscrite et provisoire. Il suffisait d’un peu de recul ou de distance pour trouver des contre-exemples. Il n’était pas même besoin de s’aventurer très loin. La Grèce antique ne fournissait-elle pas, en la matière, des auctoritates du calibre de Lycurgue et Platon « antichi legislatori, et fondatori di repubblica, huomini prudentissimi et gravi »6qui avaient prévu un entraînement militaire pour les femmes. Que Platon et Lycurgue eussent effectivement prôné les idées que leur prêtait Domenichi importe jusqu’à un certain point, mais il importe que les Anciens donnent leur aval à la militarisation de la femme. D’ailleurs cette double référence provenait encore et toujours d’Agrippa7. L’inaptitude militaire des femmes n’était donc ni une fatalité physiologique ni même socioculturelle. Des précédents historiques et des exemples contemporains attestaient le contraire.

  • 8 « […] nel Darien, in S. Marta, in Cumana, in Paria ed in altri luoghi, il che ha dato cagione di fa (...)
  • 9 « […] la gente più guerriera, che habbia questo Prencipe, sono donne, che si governano a guisa dell (...)
  • 10 Ibid., p. 163.

14Botero, tout en laissant à d’autres le soin de décider « se convenga far parte delle guerre alle donne », signalait dans Della Ragion di stato que cette pratique était « aujourd’hui » fort répandue dans le Nouveau Monde : dans des contrées correspondant aux actuels Vénézuéla, Brésil, Colombie, Amazonie8. Dans les Relationi Universali, le même Botero mentionnait l’île de Monopotapa, « près du Nil », habitée par des femmes guerrières, vivant à la manière des Amazones de l’Antiquité9. Outre le fait de combattre, ce qui faisait d’elles des Amazones était la mise au ban des hommes et l’organisation « monosexuelle » de la société. Les Nubiens étaient également « gouvernés par des femmes. Leur Reine se nomme Gava »10.

  • 11 Sperone Speroni, Oratione contro le cortigiane (1575), in Opere, Vecchiarelli editore, Roma, 1989, (...)

15A ceux qui prétendaient que les Amazones n’avaient jamais existé, Speroni rétorquait par un tour du monde. On trouvait des Amazones partout : au sud, au nord ; en Asie, en Europe, en Afrique « né pur la Gotia, ma la Norvegia e la Svezia, due altre parti di Scandinavia, produce tali e sì fatte femmine ». Le lien entre « machisme » et ethnocentrisme était établi et stigmatisé au détour d’une remarque sur les femmes celtes, grandes guerrières : « barbaro è bene, chi chiama barbari cotai costumi »11.

16Les voyages et les découvertes avaient alimenté une curiosité plus exotique qu’ethnographique pour l’autre. Chaque fois que la répartition des tâches selon les sexes divergeait de l’ordre occidental, on plaquait sur cette divergence l’étiquette à la fois fascinante et terrifiante, familière et mystérieuse d’amazone. La situation géographique des Amazones semble d’ailleurs évoluer avec les Découvertes. Elles avaient toujours habité aux confins du monde connu, voire du réel. Quand ces confins reculent ou avancent, les frontières des Amazones « suivent ». Marco Polo en avait vu en Asie, John Mandeville les avait décrites dans son voyage imaginaire aux Indes, Christophe Colomb mentionnait leur présence dans le nouveau monde.S’il ne les verra pas, contrairement aux Sirènes (laides et décevantes, au demeurant), elles font partie des mythes et des appréhensions que les Occidentaux emportent dans leurs bagages mentaux.

17Aussi les Amazones, dont parlent les textes des XVIe et XVIIe siècles, ne sévissent plus en Scythie, Thrace ou Cappadoce, mais en Afrique et en Amérique ; les deux continents les plus récemment découverts et qui recelaient le plus d’inconnues et inspiraient, telles les Amazones, autant de peur que d’attirance.

  • 12 Alvise da Mosto note par exemple dans son Récit de Voyage sur la côte occidentale d’Afrique (1463) (...)

18À travers les récits de voyage, les premiers manuels de géographie et répertoires ethnographiques, se dessine une géographie « féministe » avant la lettre, où l’Afrique12 et le Nouveau Monde mettent en question une répartition des rôles et des images sexuelles, dont on découvre qu’elle n’aurait rien d’universel ou d’intemporel. De ce point de vue, les descriptions des coutumes de différentes peuplades africaines et américaines, figurant dans l’ouvrage de Johann Boemus, traduit en italien en 1549 (mais aussi en latin, en français et en espagnol), recèlent des informations aussi édifiantes que surprenantes.

  • 13 Giovanni Boemo, Gli costumi, le leggi, et l’usanze di tutte le genti ; raccolte qui insieme da molt (...)
  • 14 Ibid., chap. 5, p. 15.

19En Éthiopie, rapportait-on, « vanno alle guerre ancho le donne »13 et les hommes et les femmes s’habillent de la même manière ; en Égypte les femmes avaient jadis coutume « di far l’hostarie, & ogni altra sorte di facende, e gli huomini si stavano a tessere dentro le case », en outre, « gli huomini urinavano sedendo, et accovati a guisa di femine, e le femine in piè erte come huomini »14. Dans le chapitre 6, Boemo décrivait une peuplade « gli Ansi » et une fête africaine :

  • 15 Ibid., p. 26.

le costoro vergini nella festa, che fanno ogn’anno in honore di Minerva, secondo il costume di quella patria, partite in due squadre, vengono malamente alle mani, armate di bastoni, e di sassi ; e quelle che moreno nella zuffa per le ferite, le chiamano false vergini ; ma quelle che vi si porta bene, viene adornata da tutte l’altre, et armatala alla foggia greca, e postala sopra un carro la portano trionfando intorno alla palude Tritoniche15.

  • 16 Ibid., p. 32.

20En Lybie les femmes « guidano le carette nella guerra » ce qui serait d’autant moins surprenant que les Amazones de l’Antiquité « si dice, che ne’tempi antichi furono nella Libia ». Boemo les situait plus précisément dans une île appelée Hespera, « nella palude Tritoniche », aux confins de l’Éthiopie. Et l’auteur de décrire la manière dont ces femmes « havevano la signoria del tutto, et il governo delle cose publiche in mano, e gli huomini obedivano alle femine, et havevano la cura delle cose di casa, come hora le nostre donne fanno ; ne s’impacciavano nel governo delle Repubbliche, o delle cose di guerra ». Quant aux hommes « perché fussero inhabili, e disutili alle cose di guerra, li rompeano il braccio dritto ; ò li ammazzavano, o li mandavano via longe da quel paese »16.

21La spécialisation sexuelle de la guerre n’est donc pas un fait de nature, mais de culture. Elle connaît des variables en fonction de la chronologie et de la géographie. Dans ces contrées reculées, la condition féminine ne semblait pas structurée par le mariage et la chasteté n’était pas prisée. On retrouve d’ailleurs le lien topique entre mœurs dissolues et aptitude militaire féminine, les femmes guerrières partageant avec les hommes l’infidélité sexuelle.

  • 17 Ibid., 12, p. 202.

22On distingue parmi ces exemples d’Amazones africaines ou américaines deux cas de figure : soit les femmes combattent avec les hommes, soit sans eux. Dans le premier cas, on a une sorte d’indifférenciation primitive, comme si dans ces société peu structurées ne s’était pas opérée une répartition des tâches entre les hommes et les femmes. Dans ces sociétés primitives comme d’ailleurs dans les sociétés animales – un autre argument topique dans la querelle des femmes mettant en cause la supériorité de la condition humaine sur la condition animale sub specie feminae – la différence sexuelle ne vaut pas, n’est pas pertinente : hommes et femmes chassent, guerroient ensemble, se vêtent de la même manière. Près de Cuba, « dans l’île de Carthagène », « la femme combattait aussi bien que l’homme » et tous deux mangeaient le corps des ennemis qu’ils avaient tués17.

  • 18 Ibid., 32, p. 211.
  • 19 Ibid., 35, p. 228.

23Dans le deuxième cas, il y a eu différenciation des rôles, mais au rebours des sociétés occidentales. Ce sont les femmes qui voyagent, combattent, règnent ; les hommes qui tissent, cuisinent, élèvent les enfants. La femme occupe une position prééminente, jouit d’un statut et de privilèges particuliers. Ainsi, dans la province du Nicaragua, les femmes combattent et commercent, tandis que les hommes sont les gardiens du foyer : « scopan la casa, accendono il fuoco, e fanno anco altri essercitii feminili ». À « Durca et Coboiris », ils filent la laine18. Dans la province de Quito, en Chine, les femmes vaquent aux travaux agricoles, tandis que les hommes « filano et tessono, e fanno vesti, et governano la casa ; et in ogni cosa fanno più tosto essercitio di donna che di huomo »19. Aux îles Canaries, « les femmes chaussent des bottes et sont très luxurieuses » : « Li lor mariti stanno a casa filando, tessendo, et ornandosi la faccia, et facendo altri uffici feminili ». Cette pluralité impressionnante d’exemples attesterait le caractère non exceptionnel de l’activité militaire féminine.

24Les Amazones n’étaient donc ni une invention, ni un hapax. Ces cas « exotiques » mais scientifiquement décrits, accréditaient le mythe amazonien, le vérifiaient a posteriori. Le phénomène amazonien est arraché à la sphère mythico-littéraire, pour être replacé dans le cours de l’histoire et dans l’espace géographique. Du reste, l’absence de tout commentaire, amusé ou condescendant, élogieux ou indigné de la part de l’auteur contribue à neutraliser le sujet. Les Amazones sont présentées comme une réalité historico-géographique, non un défi au bon sens ni un fantasme occidental.

25On distingue par conséquent un double mouvement ; qui consiste, d’une part, à remonter dans le temps, de manière à relativiser la condition féminine hic et nunc, à prendre ses distances à l’égard d’un regard « borné » (européocentrique et actuel) sur la condition féminine ; de l’autre, à revenir sur la femme italienne contemporaine et s’essayer à démonter une logique d’exclusion et de sujétion. Annibale Magnocavalli soutenait ainsi à son adversaire, Ludovico Gonzaga duca di Nevers, dans le dialogue de S. Guazzo, que la raison pour laquelle une femme armée nous paraissait aujourd’hui chose malséante et répréhensible était purement et simplement une question d’habitude :

  • 20 Stefano Guazzo, Dell’Honor delle Donne,in Dialoghi piacevoli del signor Stefano Guazzo, gentil’huom (...)

et se bene a voi pare che si disdica loro il vestir l’arme come cosa poco conforme alla dignità donnesca, questo aviene perché non vi è l’uso, come si vuol parere di tutte l’altre cose inusitate ; ma quando si vedessero più d’una volta ridotte, sotto l’insegne militari, non vi parrebbe più cosa strana, ne disdicevole, il che ci vien dimostrato con la volgarissima favola dell’asino verde20.

L’Amazonida de Stagi

  • 21 Opera de Andrea Stagi, … intitolata Amazonida, la qual tracta le gran bataglie e triumphi che fece (...)
  • 22 Un autre hommage poétique sera rendu aux Amazones par Luigi Dardano –contribution intéressante du f (...)

26Le poème épique d’Andrea Stagi, intitulé Amazonida, publié en 150321, traitant des « gran bataglie e triumphi che fece queste donne amazone » constitue une contribution importante (et peu connue) à la représentation littéraire des Amazones, ne serait-ce parce qu’elles n’occupent pas la scène de façon marginale, le temps d’une digression (ou d’un hommage presque obligé)22.

  • 23 On peut certes s’interroger sur les motivations conscientes ou inconscientes d’une telle faveur. L’ (...)

27Stagi a bâti son poème de sept chants sur l’épopée des Amazones et plus précisément sur Penthésilée, la dernière et la plus « populaire »23 de ces reines.

28Penthésilée est belle et perdante ; c’est la dernière des Amazones : on comprend qu’elle plaise.

  • 24 « Panthesilea fe far noto a la gente... Che nulla donna piglia viril seme... Ma ad cio chel regno s (...)

29Il n’est du reste pas indifférent que Stagi ignore précisément ce final trouble et décadent. Les Amazones qu’il dépeint ne sont pas sur le déclin ; son poème se conclut par un triomphe ; expédient permettant de récapituler toutes les gestes guerrières auxquelles le lecteur a assisté. Stagi gomme, en outre, chez sa Penthésilée toute sensualité, toute indulgence, toute sympathie pour le sexe masculin. Les hommes sont soit des ennemis, soit de faux-amis qui vous « lâchent » au dernier moment et exercent les plus vils des chantages. On la voit d’ailleurs réformer les consignes données par les premières reines concernant la reproduction et continuité de l’espèce dans un sens malthusianiste et « sexophobe ». Après la déroute qui a exterminé près des 4/5èmes de son peuple (par suite d’une trahison masculine), Penthésilée, plutôt que de feindre l’amitié avec des hommes pour qu’ils les « inséminent », décide de faire appel à toutes les femmes libres et de bonne volonté, prônant une sorte de stérilisation volontaire et collective24 qui serait compensée par une immigration d’aspirantes-Amazones. S’il est un mot clé dans tout le poème, c’est celui de libertade. Or, il rime avec castitade ; deux valeurs clés qu’on retrouvera un siècle plus tard dans les allégories ornant la fontaine du jardin qui sert de cornice au dialogue du Merito delle donne.

  • 25 « Sol le lassive ristorno a filare / Chan per libiden castitade in sdegno / Cosi riempiecte i luoch (...)
  • 26 « Che quelle donne che a lhomo e subjecto / Non cercha honor ma a poltronia se affecta. », ibid. (I (...)

30Tout le poème est imprégné d’une double répugnance pour le mariage « pero chel matrimonio e servitu / Et non e altro che obligatione » et l’acte sexuel ; le premier, étant d’ailleurs perçu comme une légitimation hypocrite de la fornication25. Les femmes mariées, les épouses au foyer sont considérées comme lascives et paresseuses26. Les Amazones reprennent à leur compte les arguments misogames.

  • 27 On songe aux Amazones présentes dans les canzoni populaires de carnaval, comme par exemple, la Canz (...)

31Les Amazones de Stagi sont tout sauf dépravées et encore moins libérées, selon un topos carnavalesque27.

32Les plus chastes ne sont pas celles qu’on croit. Le mariage comme l’acte sexuel sont présentés comme un double assujettissement (juridique et physique) auquel des femmes libres ne sauraient consentir. La liberté est entendue de manière très moderne comme indépendance matérielle :

  • 28 A. Stagi, Amazonida, cit. (II, 6), p. 18.

Et se alcuno homo in epso non voglamo
Egli pero assai più suo avantaggio
Che si viver voglam noi ci sudiamo
Ne femenelle vil nel regno io haggio
lequal bisogna che lhom le notrica
Ma noi toglemo altrui questa fatica28.

33Sur le plan politique, on notera que le régime mis en place par les Amazones, d’abord républicain évolue en monarchie élective, puis héréditaire. La dyarchie (partage du pouvoir politique et militaire entre deux sœurs) débouche elle aussi à terme sur une monarchie. Toutes les composantes du système politique vénitien semblent présentes : républicanisme formel, oligarchie réelle et forte composante monarchique représentée par le doge. Cette évolution ne fait l’objet d’aucun commentaire. Stagi allègue que l’excellence de Penthésilée était telle qu’aucune autre n’aurait pu « lui être compagne ». Cependant il passe sur sa Reine un vernis d’humanisme ; on la voit au chant V bâtir des villes, édifier des palais couronnés d’allégories de la géométrie et de la rhétorique, faire l’éloge de la vertu et de l’exercice ; bref instituer un vrai miroir de prince.

  • 29 « Hor mecteteve in ponto a far ordegni ; / Ad cio potiamo la terra piglare / Chi gacti chi trabochi (...)

34Stagi cite à plusieurs reprises Solin qu’il dit suivre fidèlement, mais ne résiste pas au plaisir de contribuer à la légende des Amazones en « inventant » une bataille allégorique contre les Chypriotes. L’épisode présente l’intérêt d’opposer deux armées de femmes : d’un côté les vaillantes et loyales Amazones ; de l’autre, les « donne fraudolente et ladre » ; d’un côté, les chastes sectatrices de Diane ; de l’autre, les servantes de Venus « pien di lassivia putrida et fetente ». Leur style guerrier est sans commune mesure : les Chypriotes, magiciennes et sorcières mobilisent toutes sortes de monstres, géants et furies contre les Amazones, dont les armes et artifices sont strictement militaires. On assiste ainsi après les batailles navales et terrestres des chants précédents à un siège dressé par les Amazones dans les règles de l’art, avec des instruments et des techniques assez sophistiqués (machines de siège), voire anachroniquement modernes (mines, artillerie)29. Comme souvent cet affrontement s’avère une psychomachie : les Chypriotes adonnées à l’Éros, sont les Anti-Amazones, paladines de la chasteté. Les Amazones massacrent et exterminent cette maudite engeance, rasent au sol leur palais et par la même occasion détruisent les fresques où s’exhibaient d’impudiques Biblis, Pasiphae, Médée et Sémiramis.

  • 30 Du reste, l’auteur fait accueillir ses Amazones de retour de Chypre par un chœur de poètes (Dante, (...)

35L’Amazonida constitue, en outre, une tentative intéressante de concilier la complexion militaire classique avec l’idéal esthétique du temps. Cet effort de synthèse entre les canons néo-platoniciens et pétrarquisants de la beauté féminine30et l’idéal militaire végétien de robustesse et de nervosité transparaît tout particulièrement dans le lexique.

  • 31 Pierre Le Moyne, La Galerie des femmes fortes, Paris, A de Sommaville, 1647, p. 26.

36Les Amazones sont qualifiées de leggiadre, vaghe, belle, gentil, delicate. Ailleurs Stagi évoque « Langeliche donzelle valorose » ; Penthésilée « più presto celeste che humana » a un grand front, des joues vermeilles, un nez d’une longueur parfaite, des lèvres fines, une gorge blanche, mais aussi des bras « robustes et nerveux », un buste « schiecto et ben monstra gran posse ». Cet alliage entre la grâce et la force est encore assez maladroit, mais annonce la « grâce courageuse » idéalisée par P. Le Moyne dans sa Galerie des femmes fortes : « Elle a tout ce qui force, elle a tout ce qui plaist »31.

37Le poème épique de Stagi offre une relecture unilatéralement positive du mythe des Amazones. Dédié aux généreuses et magnifiques comtesses, Lisa et Alexandra Schiantesche, l’avertissement initial et le congé du poème s’adressent de manière explicite à des femmes, qu’on invite d’abord à écouter attentivement, puis à imiter les gestes des Amazones :

Ognun se specchia in questa alta regina
Chi cerca in mortal fama haver tra stelle
Sequita suo vestigie et disciplina.

38Il n’y avait donc rien de bizarre ou d’inconvenant dans le modèle amazonien ?

L’impasse Amazonienne

39Mais Stagi est une exception ; toute la poésie épique du XVIe siècle et du premier tiers du XVIIe siècle n’aura de cesse de normaliser et féminiser les Amazones.

40L’île ariostesque des femmes homicides constitue l’un des remakes les plus célèbres de l’exemplum amazonien :

E quindi van per mezzo la cittade,
e vi ritruovan le donzelle altiere,
succinte cavalcar per le contrade,
ed in piazza armeggiar come guerriere ;
Né calciar quivi spron, ne cinger spade,
né cosa d’arme puoi gli uomini avere,
se non dieci alla volta, per rispetto
de l’antiqua costume ch’io v’ho detto (XIX,71).

41Les femmes sont armées et court-vêtues. Les hommes sont réduits en esclavage, condamnés aux travaux agricoles ou domestiques, représentés avec les attributs féminins classiques : le fil et l’aiguille :

Tutti gli altri alla spola, all’aco, al fuso,
al pettine ed all’aspo sono intenti,
con vesti femminil che vanno giuso
insin al piè, che gli fa molli e lenti.
Si tengono in catena alcuni ad uso
d’arar la terra o di guardar gli armenti.
Son pochi i maschi, e non son ben, per mille
femine, cento, fra cittadi e ville (XIX, 72).

42Les positions sexuelles sont elles aussi inversées : ce sont les hommes, qui, vêtus lascivement, excitent désormais l’appétit sexuel des femmes. La relation sexuelle exclut tout sentiment ; elle n’a d’autres fins que le plaisir ou la reproduction. L’inversion des rôles se situe à la fois sur le plan public et privé. La liaison entre passivité sexuelle et sujétion sociale est établie très clairement.

  • 32 « […] tanta ferocità et galiardia che non solo le vicine città, ma la Scythia et parte di Europa oc (...)
  • 33 L’Arioste fait durer le royaume des femmes homicides deux mille ans, le royaume des Amazones s’éten (...)

43Dans le contexte polémique de la querelle des femmes au XVIe siècle, le mythe des femelles homicides, variante exaspérée, dégénérée ou caricature du mythe des Amazones constitue bien un miroir inversé de la société contemporaine, où les femmes font subir aux hommes (dans et par la fiction) ce qu’ils leur infligeraient dans la réalité. C’est ce qui fait sa faiblesse. Ce n’est pas un modèle nouveau, original, exemplaire des relations entre hommes et femmes. Les femmes homicides se contentent de rendre aux hommes la pareille. Le traitement qu’elles leur infligent est de l’ordre du contrapasso ou des représailles. D’une certaine manière, il obéit au topos de la femme vindicative et obstinée. Les Amazones poursuivaient au contraire des objectifs positifs (même si leur choix initial s’enracinait comme celui des Lemniennes dans une trahison masculine et/ou déception féminine). Le moteur de l’action amazonienne est politique, non privé, comme dans l’île des femmes homicides, où des femmes qui ont été humiliées, humilient à leur tour. On peut opposer l’île où elles vivent recluses, sorte de chausse-trappe où viennent se prendre les hommes, au territoire insituable, mouvant et périphérique où sévissent les Amazones. Ces dernières menaient de véritables guerres de conquête32 ; elles pouvaient prendre l’initiative d’une agression dans le but d’agrandir les limites de leur empire. Les gestes des Amazones étaient collectives et s’inscrivaient dans le long terme33.

  • 34 Cf. M.-F. Piéjus, Le pays des femmes homicides : utopie et monde à l’envers, Espaces réels et espac (...)

44Aussi n’est-il pas indifférent que l’Arioste confie à Marfisa la destruction de ce royaume de femmes. Un certain modèle de valeur féminine est opposé à un contre-modèle. Les femmes homicides ont érigé au cœur de leur royaume un autel à la vengeance. Elles sont pleines de ressentiment à l’égard des hommes qui les ont trahies et qu’elles avaient suivis, abandonnant pour eux maris et enfants. Ces femmes sont lascives et revanchardes ; Marfisa est au contraire chaste et audacieuse. Les combats que ces femelles acariâtres imposent aux paladins qu’elles capturent sont avilissants ; leurs lois sont iniques. Ce royaume ne plaît guère à Marfisa qui ne pèche pourtant pas par indulgence envers les hommes. Marfisa ne cherche cependant pas à humilier les hommes, mais à se mesurer avec eux.34

45Le scénario proposé par Luigi Contarino dans le chapitre de son Vago e dilettevole giardino, intitulé « L’origine et le imprese delle Amazone » pour expliquer le déclin et la disparition des Amazones est si prosaïque qu’il en est désacralisateur. Dans son récit librement « inspiré d’Hérodote », les Amazones sont représentées voisinant pacifiquement avec les Scythes, lesquels entretiennent volontiers des relations sexuelles (occasionnelles) avec elles « per desiderio di haver figliuoli di sì franche, e gagliarde femine ».

46En dehors de ces objectifs eugénistes, le rapprochement des Scythes et des Amazones est mis en scène par l’auteur dans un cadre plutôt sordide :

  • 35 Luigi Contarino, Il vago e dilettevole giardino ove si leggono (...) i varii, e mirabili esempi di (...)

Havevano in costume l’Amazzone circa il mezzo giorno di andare due insieme, overo sole alcuna fiata, a scaricar il ventre, et il simile facevano ancora i Sciti : Avenne che un giorno, essendo una di quelle sola, e solo un giovanetto guardandosi non si parlavano, imperoche l’uno non intendeva l’altro, pur la Donna con cenni li fece noto, che nel seguente giorno venisse compagnato, et insieme si congiunsero, et medesimamente alla giornata fecero gli altri : et così ciascuna delle Amazzone prese il suo giovane, così domesticati insieme cercarono i giovani, di ritornar con le Donne alli loro Padri, e viver nella compagnia de gli altri huomini come erano solite35.

47Les sauvages Amazones se laissent apprivoiser et nouent des relations si durables avec les Scythes que ceux-ci veulent les ramener chez eux. Mais si les Amazones deviennent pacifiques et « sentimentales » au cours de ces rencontres aux fosses d’aisance, elles ne vont pas jusqu’à accepter inconditionnellement ces propositions d’embourgeoisement :

« Al che risposero elle esser impossibile, che esse potessero habitar con le lor femine per le gran varietà de lor costumi, perché noi non sapemo se non sagittar, lanciar il dardo, cacciar, cavalcar, e guerreggiar, ma le vostre sedono ne i carri, tessono le tele, fanno vestimenti, et simili essercitij tutti contrarii alla profession nostra. »

  • 36 Ibid., p. 359.
  • 37 Altrove. Viaggi di donne dall’antichità al Novecento, Dinora Corsi [éd.], Rome, Viella, 1999, p. 9.

48Aussi adressent-elles aux Scythes l’ultimatum affectif suivant : « Però se l’esser di noi vi diletta pigliate da vostri la facultà che vi perviene, e ritornate a noi, et così con amore potremo viver insieme »36. Les Amazones de L. Contarino acceptent la vie commune à condition de conserver leur mode de vie et leur liberté. Ce sont les hommes qui doivent suivre les femmes et se rendre sur leur territoire avec armes et bagages, de même que ce sont les hommes qui sont honorés par le fait de s’apparenter avec des Amazones. Le point précédent n’est pas indifférent si l’on songe que de toute antiquité le mariage avait/a signifié pour la femme un déplacement : c’est elle qui quittait sa maison, son pays, s’expatriant pour aller vivre dans la demeure de l’époux37. Tout accommodantes qu’elles soient, les Amazones de Contarino fixent les conditions du rapprochement, les hommes n’ayant d’autre alternative que refuser. On appréciera l’invitation pragmatique à emporter avec eux tous les biens qui leur reviennent. Si la solitude commençait à peser aux dernières Amazones, il ne saurait être question de retourner à la cuisine ou reprendre l’aiguille. Au fond, ces dernières Amazones auraient des aspirations très modernes, désireuses de concilier indépendance et vie de couple…

La mort ou le mariage

49Les treize Chants du Floridoro (1581), poème épique de Moderata Fonte, peuvent être lus comme une tentative pour illustrer sur le mode épique des questions comme l’aptitude militaire féminine et la non-éducation impartie aux femmes qui seront traitées dans le plus célèbre Del merito delle donne (1600). Certes, Floridoro n’est pas une femme, mais on trouve parmi les protagonistes du poème deux jumelles intéressantes. Toutes deux sont également belles et filles de roi, mais non point identiques.

50L’une est bonne, l’autre méchante ; l’une est robuste et se destine au métier des armes ; l’autre est délicate, mais ambitieuse :

  • 38 Modesta Pozzo de’ Zorzi [Moderata Fonte], Tredici canti del Floridoro di Mad. Moderata Fonte, Alli (...)

Pari in tutto fra lor, come al Ciel piacque,
Eccetto ch’una è molle, e delicata,
E l’altra va come guerriero armato38

51Après une enfance et adolescence obscures, Risamante apprend à l’âge de dix-sept ans qu’elle est fille du roi d’Arménie et qu’elle a par conséquent droit à la moitié du royaume de sa sœur jumelle : Biondaura. Mais cette dernière n’est guère partageuse et prétend que l’héritage lui revient à elle seule.

52Risamante complète l’éducation militaire qu’elle a reçue, grâce à l’ouverture d’esprit de son père adoptif, (un magicien qui avait vu, en consultant les astres, que ceux-ci « la inclinavano ad opre alte, e leggiadre ») par des aventures dans la pure tradition de la chevalerie errante. Elle porte secours aux veuves, aux orphelins et aux jeunes filles en difficulté, se constituant ainsi un réseau d’amies et d’obligées, comme Celsidea, fille d’un roi grec convoitée par un géant lubrique. La « gentilissima donzella » réussit là où avaient échoué sept paladins et c’est à peine si la reconnaissante Celsidea ne s’éprend pas de sa « sauveuse » :

Già Celsidea così l’ama et apprezza,
Che quella notte vol passar con ella ; (II, 10).

53Mais Risamante poursuit un objectif précis : la récupération du demi-royaume usurpé par sa jumelle. Si elle a participé à cette joute, c’est que le géant est un allié de sa méchante sœur.

54La sympathie de M. Fonte va à Risamante, la virago, et non à Biondaura, l’ambitieuse. L’armée de Biondaura sera d’abord battue par celle de Risamante, puis son champion, le roi Cloridabello, par la même Risamante en un combat singulier. La double défaite de Biondaura se solde par la perte du royaume que Risamante acquiert par son seul mérite. Au cours du duel final et décisif, Risamante fait preuve de pitié envers son adversaire :

La guerriera, c’ha ‘l cor molle, et humano
Vistosi il meglio haver di quella briga,
Gli corre sopra, e con pietosa mano
De l’elmo sanguinoso il capo sbriga (XVIII, 13).

55Risamante parvient ainsi à concilier la force et la douceur, la magnanimité et l’humanité ; la virilité et la féminité :

…come donna havea tanta bellezza,
quanto valor come guerrier in sella (II, 10).

56Au reste la vaillante guerrière se mariera et engendrera une progéniture dont les lointains descendants n’étaient autres que les dédicataires du poème, Francesco de’ Medici et Bianca Cappello. Risamante n’est ni farouche, ni sauvage, tantôt elle s’habille en femme, tantôt en homme ; le port de l’armure est pour elle une question de commodité, non un problème d’identité.

57En somme, le poème de Moderata Fonte ajoute une pierre à l’édifice d’humanisation et de normalisation de la virago. Risamante n’a pas les hommes en abomination et si l’on peut remarquer qu’elle vient toujours en aide aux femmes, c’est contre une femme, sa sœur qu’elle mène son combat majeur. Le mariage et la métamorphose de la virago en reine traduit la fragilité intrinsèque de la figure amazonienne. Et sur le plan individuel et sur le plan collectif, les Amazones sont condamnées à mourir ou à se réconcilier avec l’autre sexe. Au fond, la poésie épique du XVIe siècle, à l’exception de Stagi, semble décliner l’échec de cette tentative communautaire et l’illusion d’une autarcie féminine. Si l’expérience s’avère positive, dans le cas de Risamante, c’est qu’elle est ponctuelle et d’une certaine manière, raisonnable. Risamante ne prononce pas de vœu de chasteté et ne déteste pas les hommes ; elle combat, par tempérament et pour recouvrer son demi-règne.

  • 39 « Ben confess’io, c’honor mi fai sovrano, / E ch’a me sol, come a tua figlia lice ; / Pur io meglio (...)

58La mort ou le mariage, telle est l’alternative bourgeoise ou tragique que semble proposer la poésie épique aux Amazones. C’est du moins le sort que réserve Margherita Sarrochi aux deux viragos de son épopée, La Scanderbeide (1606) : Rosmonda « l’armigera del Trace inclita figlia » et Silveria, la sauvageonne farouche. Et pourtant, la première a tout d’une nouvelle Marfisa ; elle ne porte que du blanc, voulant « dinotar, che il verginal candore / Serba con castità candida e pura » (III, 77). Fille unique d’un roi âgé, elle est appelée fort jeune à assurer la défense militaire du royaume paternel, réalisant en sa personne le double oxymoron du puer senex et de la puella virilis ; son physique allie la « magnanimità » à la « leggiadria » ; son jugement et sa valeur sont « supérieurs à son sexe et son âge », mais c’est à contre-cœur qu’elle envisage son futur de reine, car elle préfère les armes à la politique39.

59Elle a d’ailleurs de qui tenir, puisque, lorsque son père, dont elle est le chef d’état-major, lui demande de lever une armée composée de la « fine fleur des forces ottomanes », il lui suggère de confier l’intérim du gouvernement à sa belliqueuse mère : « E in vece sua la bellicosa madre / Lasci nel Trono a governar l’Impero ».

60Silveria est l’alter ego de Rosmonda, version « sauvageonne » :

Nudo ha’l petto, e’l ginocchio, e sol coturno
Veste di lincea pelle il piede eburneo
E di leoparda maculata pelle
Copre le membra ancor grandi, e formati ;
Sopra ogn’uso viril disciolte, e snelle, rilucenti, e belle,
Di maschio ardir ripiene, e venustate ;
Bruno ha ‘l color, ma par dal solar raggio
In un candido volto un dolce oltraggio (XIII, 15).

  • 40 « Di cornio ha mal tagliato, e ruvid’arco / Al tender duro, a l’allentar gagliardo ; / Ha di roza f (...)

61Vêtue de peaux de bêtes, elle vit seule dans les bois, armée d’un arc rudimentaire et d’un grossier carquois,40 dont elle use avec une adresse remarquable pour chasser les bêtes féroces et dissuader, au besoin, ceux qui veulent attenter à sa pudeur. De fait, c’est à la demande d’une mère, dont les deux fils avaient été châtiés par la « cruda arciera » que Rosmonda se rend dans les bois. En « justicier » et défenseur des veuves et des orphelins, Rosmonda vient demander des comptes à qui a enfreint les lois du royaume.

62La rencontre entre ces deux femmes d’exception qui pouvaient presque se mirer l’une dans l’autre est l’un des morceaux d’anthologie du poème. Certes, la bonne grâce et la civilité avec laquelle s’exprime la femme des bois ne sont pas des plus vraisemblables. Quoi qu’il en soit, la sympathie entre la « Vergine Selvaggia », nouvelle Arpalice et la « Gran Tracia Imperatrice », « Pallade Novella » est immédiate. Silveria n’a aucune peine à convaincre Rosmonda que les deux frères qu’elle a abattus poursuivaient des fins malhonnêtes. Quant à Rosmonda, fascinée par cette jumelle rustique, elle repère en Silveria la trempe d’une guerrière et n’a de cesse qu’elle la suive à la ville :

Meco armata sarai più che sorella ;
Solo in guerra acquistar puote l’huomo forte
Gloriose vittorie, o illustre morte (XIII, 41).

63C’est te déshonorer, lui dit-elle à peu près, que de rester

in loco solitario, e pien d’horrore
Da le viste de gl’huomini lontano (XIII, 39).

  • 41 « Dunque non sosterrai de l’arme il peso / Tu sopra queli, che il sesso debil usa ; / Replica quell (...)

64Et comme Silveria résiste craignant que sa chasteté soit mise à rude épreuve « fra l’arme » et dans les « città populose », Rosmonda fait mine de se fâcher : Tu n’as donc aucune ambition, te contenteras-tu toute ta vie de gestes obscures ?41 C’est ainsi que Silveria met au service de la « real donzella » ses talents de chasseresse. On les verra combattre toutes deux en première ligne, l’une à pied, l’autre à cheval. Mais, aussi vaillantes que soient ces guerrières, elles n’en sont pas moins dans le camp des perdants. La « belle archère » mourra, vidée de son sang, la tête contre son carquois en guise d’oreiller. Quant à Rosmonda, elle tombera amoureuse de son adversaire chrétien, qu’elle épousera en justes noces, se ralliant in extremis à la bonne cause, à la vraie religion et aux impératifs dynastiques. Ce final conformiste laisse quelque peu songeur. Il importe toutefois de souligner un point important : ces Amazones perdantes sont séduisantes. Le poème de M. Sarrochi participe de cette tendance à l’humanisation et à la féminisation de la virago. L’on n’eût su dire, selon l’auteur, « qual habbia in lor più parte / Mista insieme la forza, o la bellezza » (XIII, 16).

65Dans son Tancredi (1632), Ascanio Grandi mettra en scène une Amazone sadique et dégénérée, Roberta, qu’on voit mutiler rageusement son adversaire féminin, Tigrina. L’opération truculente mérite une citation :

  • 42 Dans le poème de Pucciarini, Pandea « la chef » des Amazones, met le siège devant Paris, mais devra (...)

L’Amazone gridò : deh alquanto resta,
Resta tu alquanto in vita, a veder s’io
Con la mia spada a te dura, e funesta,
Il tuo seno far eguale al petto mio
Et intanto l’usbergo, e l’aurea vesta
Svelse con man rabbiose, e’l man scoprio :
Poi ver la destra poppa al sol guatando, Girò di taglio il dispietato brando42.

66La description se conclut par un zoom sur « la morbida palla alabastrina » gisant sur le sol ensanglanté. La mutilation du sein librement consentie par les premières Amazones est ici imposée par la violence à une autre femme, comme si Roberta voulait se venger sur une autre de sa propre frustration.

67Le scénario qui oppose deux guerrières en duel se répandra dans la poésie épique de la fin du XVIe siècle et se banalisera au XVIIe siècle. S’il témoigne de l’appropriation par les femmes d’un rituel chevaleresque et machiste, dont la femme n’était jamais que la spectatrice ou l’enjeu, on ne peut que déplorer que les femmes retournent contre leur propre sexe ces armes laborieusement acquises.

Rêves de femmes

68Au début de la deuxième journée du Merito delle donne, Leonora relate un songe trahissant un désir évident d’affrontement physique avec l’autre sexe :

  • 43 Moderata Fonte, Il merito delle donne (1600), A. Chemello [éd.], Venezia, Eidos, 1988, p. 73.

Deh, che se foste venute – rispose Leonora – che mi avereste interrotto uno strano insogno che facevo questa mattina, così in ver l’alba ; che mi pareva (forse, perché iersera ne ragionammo) d’esser alle mani con questi uominacci e che facesse una gran ruina e fatto d’arme, tagliandone molti a pezzi e uccidendoli, di maniera che gli metteva tutti in fuga e in tal rumore, che con grande affanno svegliatami, essendo già il giorno chiaro trovai che tutta questa rimanotta era occorsa tra la mia gattesina ed alcuni valenti soriconi, o topi, come vogliamo dire, delli quelli aveva ella fatto tal macello che tutta la mia camera era di sangue e morti ripiena ; e così il mio insogno è rimaso ispianato43.

69Malgré le sentiment de culpabilité de Leonora qui aurait souhaité que ses amies fussent arrivées plus tôt pour interrompre ce « rêve étrange », ce désir d’affrontement est assez tenace pour reparaître non plus sous une forme onirico-fantasmatique, mais nostalgico-archaïque, mettant inévitablement en jeu les Amazones :

  • 44 Ibid., p. 163.

Vorrei che fusse quel tempo – disse Leonora – che vorrei che noi donne tutte si armassimo come quelle antiche Amazzone ed andassimo a combattere contra questi uomini44.

70Ce souhait voué à l’inactualité ne peut se dire qu’au conditionnel, mais cette fiction enchante suffisamment nos devisantes pour les amener à choisir armes et devises en vue d’une croisade poético-hypothétique contre les hommes. La compagnie du Merito n’en offre pas moins la seule application possible en cette fin de siècle du modèle amazonien, fût-elle provisoire et fictive. L’amazonisme des sept femmes du Merito delle donne ne saurait être qu’intellectuel (penser par elles-mêmes) et/ou discursif (prendre la parole) en inversant non seulement les rôles entre les sujets (les femmes) et les objets (les hommes) du discours, mais en organisant une société dont les hommes sont rigoureusement exclus et comme interlocuteurs et comme auditeurs.

Haut de page

Notes

1 G. Conti Oderisio, Donne e società nel ‘600 : Lucrezia Marinelli e Arcangela Tarabotti, Roma, Bulzoni, 1979.

2 P. Samuel, Amazones, guerrières et gaillardes, Grenoble, 1975.

3 Lodovico Domenichi, La nobiltà delle donne, In Vinetia, appresso Gabriel Giolito de’ Ferrarii, 15491, p. 32.

4 Henricus Cornelius Agrippa, De la supériorité des femmes (1529), B. Dubourg [éd.], Théosophie chrétienne, Paris, Dervy-livres, 1986, p. 78.

5 « Verum enim vero non ita passim in omni mundi parte mulieres hominibus subiacent. Nam Sauromatae mulieribus perinde atque propriis dominis obsequuntur ; Amazones maritis ut servis utuntur ; apud Baleares mulieres adeo in pretio sunt, ut una quaeque a praedonibus capta tribus aut quatuor viris redimatur ; Celtae quum seditiones civiles mulierum opera atque industria sedatae sunt, in concilium pacis ac belli illas admittunt, et si qua interdum controversia inter socios atque finitimos oriatur, ex mulierum sententia componunt...Lycii non a patribus, sed a matribus tanquam a nobilioribus cognominantur. », Pompeo Colonna, Apologiae mulierum libri II, in Studi e ricerche sull’Umanesimo italiano (testi inediti del XV e XVI secolo), G. Zappacosta [éd.], Bergamo, Minerva Italica, 1973, p. 211.

6 « … constituirono che nella lotta et ne gli altri essercitij elle insieme con gli huomini s’essercitassero,

et nell’arte della guerra anchora, nell’adoprar l’arco, nel maneggiar la fromba, nel tirar sassi, nel combatter con armi a piedi et a cavallo, nello accamparsi, nel disporre uno assedio, nel ordinar le schiere, nel guidare l’essercito, et brevemente che tutte le arti che gli huomini essercitavano, fossero parimente essercitate dalle Donne », L. Domenichi, La nobiltà delle donne, cit., p. 114.

7 « Illi etiam veteres legumlatores, ac reipublicæ artifices, viri sapientia graves, scientia prudentissimi, Lycurgus inquam et Plato, cum scirent ex philosophiæ penetralibus mulieres nec animi excellentia, nec corporis robore, nec dignitate naturæ viris inferiores, sed ad omnia aeque habiles, statuerunt mulieres cum viris in Iuctationibus et gymnasticis exerceri, etiam in omnibus quæ ad bellicam pertinent disciplinam, in arcu, in funda, iactu lapidum, in sagittando, in armorum dimicatione tam equestri quam pedestri, in castrorum positione, ac in acierum ordinatione, in ducendo exercitu, et (ut breviter dicam) omnia e eadem mulieribus quae viris exercita communia tribuerunt », Henri Corneille Agrippa, De nobilitate et praecellentia foeminei sexus, éd. critique d’après le texte d’Anvers 1529, dir. et préf. par R. Antonioli, établissement du texte par Ch. Béné, trad. par O. Sauvage, Genève, Droz, 1990, p. 86.

8 « […] nel Darien, in S. Marta, in Cumana, in Paria ed in altri luoghi, il che ha dato cagione di far nominare l’Amazzone ; e gli antichi Germani menavano seco alla guerra le donne, le quali rimettevano alle volte le battaglie quasi perdute, con le preghiere, col farsi innanzi e col mostrare ai mariti la loro cattività imminente », Giovanni Botero, Della ragion di stato libri dieci, con lo libro delle cause della grandezza e magnificenza delle città di Giovanni Botero..., in Venetia, appresso i Gioliti, 1589, XI, 3, p. 277.

9 « […] la gente più guerriera, che habbia questo Prencipe, sono donne, che si governano a guisa dell’antiche Amazone. Vagliono assai con l’arco in mano ; mandano i figliuoli maschi a i padri fuor della provintia, et tengono per se le femine : habitano verso Occidente, non lungi dal Nilo », G. Botero, Le relationi universali di Giovanni Botero benese divise in quattro parti..., in Venetia, 1599, Parte 1, II, p. 172.

10 Ibid., p. 163.

11 Sperone Speroni, Oratione contro le cortigiane (1575), in Opere, Vecchiarelli editore, Roma, 1989, vol. III, p. 197.

12 Alvise da Mosto note par exemple dans son Récit de Voyage sur la côte occidentale d’Afrique (1463) que les hommes vaquent à des tâches féminines, comme filer le coton ou faire la lessive, mais il est trop pragmatique ou pas assez « lettré » pour en faire des Amazones. Alvise Ca’ da Mosto, Voyages en Afrique Noire d’Alvise Ca’da Mosto (1455 et 1456). Relations traduites, présentées et annotées par F. Verrier, Paris, Éditions Chandeigne, 1994.

13 Giovanni Boemo, Gli costumi, le leggi, et l’usanze di tutte le genti ; raccolte qui insieme da molti illustri scrittori per Giovanni Boemo Ambano Alemano ; E tradotti per Lucio Fauno in questa nostra lingua volgare. Aggiuntovi di nuovo gli costumi et l’usanze dell’Indie occidentali, overo Mondo Nuovo, da P. Gironimo Giglio, in Venetia, App. P. Gironimo Giglio, e compagni, 1558, chap. 4, p. 14.

14 Ibid., chap. 5, p. 15.

15 Ibid., p. 26.

16 Ibid., p. 32.

17 Ibid., 12, p. 202.

18 Ibid., 32, p. 211.

19 Ibid., 35, p. 228.

20 Stefano Guazzo, Dell’Honor delle Donne,in Dialoghi piacevoli del signor Stefano Guazzo, gentil’huomo di Casale di Monferrato…, in Venetia, presso G. A. Bertano, 1586, X, p. 131.

21 Opera de Andrea Stagi, … intitolata Amazonida, la qual tracta le gran bataglie e triumphi che fece queste donne amazone…, Venetia, Pagano, 1503.

22 Un autre hommage poétique sera rendu aux Amazones par Luigi Dardano –contribution intéressante du fait de la profession de l’auteur qui était soldat de la Sérénissime– qui enchasse dans sa Bella e dotta Difesa delle donne une pièce en vers évoquant les « compagnes d’armes » de Penthésilée, illustrant la variété de leurs exploits à pied et à cheval ; de leurs armes (flèche, épée, lance, fronde) ; de leur style de combat, tantôt fondé sur la rapidité, tantôt sur l’astuce ; l’une était une nageuse émérite, l’autre avait une voix de stentor. Dans cette revue poétique des exploits accomplis par les Amazones, les affrontements avec les bêtes sauvages (ours, lions, serpents, dauphins) occupent une place importante, alors que les combats avec les hommes sont presque gommés. Les Amazones, vêtues des peaux de bête qu’elles avaient tuées, apparaissent comme des êtres sauvages, primitifs, hybrides entre l’homme et la bête : « Hor di Panthasilea forte et gentile, / Ch’a la Troiana gente aiuto diede. / Mille donne havea seco al loco hostile. / Instrutte in larte bellica di Marte / Solo a mirarle ognun veniva vile. / Non usavano in guerra tutte un’arte. / Leggiadre erano in sella, et a piedi. / De le Duchesse instrutto voglio farte. / Aldronessa ’l carcasso haveva al fianco, / E l’arco in man, pugnal’, e spada alato. / Non era al tragger mai suo braccio stanco. / A Danibea il primo assalto è dato / Con grossa lancia, e con spada arrotata. / Nissun di lei s’approssima al costato, / Pidonipha con la pelle levato / Di Lion forte con sua arte occiso / D’intorno volta ogn’hor facea tagliata. / Lepina ch’al serpe ha l’ossa diviso, / E fattone di quello un duro scudo / Dal ferigno baston guarda ‘l tuo viso. / Alphimera in aguati non ha rudo / L’ingegno : astuta, e presta come un vento / Molti condusse a morte il giuoco crudo / Erphilia, ch’un gigante se scontento / Con un sol colpo con la spada greve, / Ciascun, che giunger po, di vita la spacho. / Cleoda poi le Pechie occide, o pave, / Gli huomini absorda con tonante grido / Fende le squadre come onde in mar nave. / Sidamia ben membruta gli orsi al nido vince, e poi squarta per forza di braccia. / Hercole seco affronte non affido. / Lepida carca d’arme oltra si caccia. / Natando al fondo del più alto mare / Prende i Delphini, e in terra poi li spaccia. / Hertolope, ch’un dardo a traher pare / Si vide alcun si giusto, ne più forte. / Corazza e scudo nel vuol’aspettare. / Iponida de le diece consorte / Correndo tratta la saetta, è gita / Inanzi al segno per benigne sorte. / Argida a traher la pietra s’aita / Con la leggiadra fromba forte, e giusta. / Da lei non parte alcun senza ferita. / Tal compagnia fortissima, e robusta / Havea Pantasilea di gran potere / Di cui la fama anchor si gode, et gusta. », Luigi Dardano, La Bella e dotta Difesa delle donne in verso e prosa di Messer Luigi Dardano, gran Cancelliero dell’Illustrissimo Senato Vinitiano, contra gli accusatori del sesso loro, Con un breve trattato di ammaestrare li figliuoli, In Vinegia, per Bartholomeo detto l’Imperatore, 1554, LI, chap. 5, p. 21.

23 On peut certes s’interroger sur les motivations conscientes ou inconscientes d’une telle faveur. L’aide « chevaleresque » que Penthésilée aurait prêtée, de sa propre initiative, à Hector –version figurant entre autres dans la « Pentesilea » du De mulieribus claris boccacien– ne rentrait guère dans la misandrie consubstantielle aux Amazones ni d’ailleurs dans leurs pratiques guerrières (on combat pour défendre ou conquérir un territoire, non pour aider chevaleresquement un héros) ; l’amour qu’elle inspira à Achille qui la blessera mortellement n’avait plus rien à voir avec la répugnance des premières Amazones pour les hommes.

24 « Panthesilea fe far noto a la gente... Che nulla donna piglia viril seme... Ma ad cio chel regno se moltiplicasse / Mando pel mondo messaggier de corte / Che a tucte il se notificasse / Come al regno amazon possente et forte son segurate et hanno libertade / tucte le donne che aman castitade », A. Stagi, Amazonida, cit. (IV, 3), p. 49.

25 « Sol le lassive ristorno a filare / Chan per libiden castitade in sdegno / Cosi riempiecte i luochi de le morte / Et feci el regno piu possente et forte... Molte donne fuggiando i suo mariti / Chi con figluole et chi con gran texoro / Con nave armata andavano a lor liti », ibid. (IV, 5), p. 49.

26 « Che quelle donne che a lhomo e subjecto / Non cercha honor ma a poltronia se affecta. », ibid. (III, 3), p. 39.

27 On songe aux Amazones présentes dans les canzoni populaires de carnaval, comme par exemple, la Canzona delle Amazzoni, (XI) et la Canzona delle donne schermidore (XLII). Les Amazones ne sont pas que l’apanage d’une littérature érudite ou militante ; elles occupent une place singulière dans le folklore citadin. En temps de carnaval, la figure de l’Amazone évoque surtout une liberté érotique, où tout ce qui était sexuellement réprimé ou interdit et en particulier certaines pratiques sexuelles (la sodomie à Florence) devient licite. L’Amazone est représentée comme une femme insatiable et audacieuse, prenant les initiatives, à l’encontre de la traditionnelle passivité féminine : « Donne sìano, use in battaglia, / che vestìan di piastra e maglia. / Sìan l’amazzone chiamate, / gran maestre d’ogni guerra, / di più regni incoronate, / vincìan sempre in mar e’n terra ; / tristo l’uom che l’arme affera / per voler con no’ far pruova : ognun po’ vinto si truova, / contra noi non è chi vaglia. / Quante volte abbìan la pancia / Fatta lor del sangue rossa ! / Nostro scudo a ogni lancia / regge forte ogni percossa ; / reston gli uomin vinti e stanchi : / in noi par che si rinfranchi, / con furor che gli sbaraglia. / Non ci piace il fuso o l’ago, / Ma d’aver il caval sotto, / che, se fussi com’un drago, / lo faccìan latin di botto : / galoppare e ir di trotto, / saltar e correre e ir piano, / drieto e’nnanzi a ogni mano ; pur è me’quando si scaglia », Trionfi e canti carnascialeschi toscani del Rinascimento, Riccardo Bruscagli [éd.], Roma, Salerno editore, 1986, p. 240. On sait que ces chansons étaient chantées par des hommes déguisés en femmes, ce qui n’est guère surprenant, car on ne saurait trouver de chansons plus « machistes ». L’Amazone incarne dans le folklore carnavalesque un fantasme sexuel masculin ; celui de la femme libérée et sexuellement experte. La Canzone delle donne schermidore est une version « vulgaire » de l’assimilation chevaleresque entre armes et amours. La chanson est bâtie sur une métaphore filée à double sens, de sorte que l’apparente leçon d’escrime est en réalité une leçon d’éducation sexuelle, dont on décrit minutieusement les différentes étapes sous forme de passes d’armes. Les partenaires sont armés l’un d’une lance, l’autre d’un bouclier (métaphores des sexes masculin et féminin) ; des conseils « techniques » sont donnés, de manière à éviter telle ou telle déconvenue. Le traitement des Amazones dans la littérature carnavalesque est paradoxal, pour ne pas dire décevant : la charge libertaire et agressive des guerrières est réduite à ses seules connotations sexuelles tout en exploitant l’équivalence topique dépréciatrice : femme armée = femme dépravée.

28 A. Stagi, Amazonida, cit. (II, 6), p. 18.

29 « Hor mecteteve in ponto a far ordegni ; / Ad cio potiamo la terra piglare / Chi gacti chi trabochi chi altri ingeni / Chi scale faccia per poter montar / Et chi ne selve vada a taglar legni / per li edifictii poter fabricare / Chi per far cave pigla i seramenti », ibid.., cit. (VI, 6), p. 96.

30 Du reste, l’auteur fait accueillir ses Amazones de retour de Chypre par un chœur de poètes (Dante, Pétrarque, Politien...) et surtout de poétesses contemporaines (Alexandra la Toscha, Cassandra Fedel).

31 Pierre Le Moyne, La Galerie des femmes fortes, Paris, A de Sommaville, 1647, p. 26.

32 « […] tanta ferocità et galiardia che non solo le vicine città, ma la Scythia et parte di Europa occuparono, et di più anchora, parte dell’Asia, et sempre che visserno le dette due sorelle, una di loro andava alla guerra, et l’altra restava al reggimento et governo del loro imperio », Domenico Bruni, Opera di M. Domenico Bruni da Pistoia Intitolata Difese delle Donne, Nella quale si contengano le difese loro, dalle calumnie dategli per gli Scrittori, et insieme le lodi di quelle..., in Firenze, appresso i Giunti, 1552, p. 33.

33 L’Arioste fait durer le royaume des femmes homicides deux mille ans, le royaume des Amazones s’étendit également sur plusieurs générations. Ce qui ressort habituellement d’une expérience ponctuelle et limitée était tenté collectivement et à long terme ; les gestes militaires présupposaient une organisation sociale, économique et politique. Comme les Femelles homicides, les Amazones limitent au minimum vital leurs relations avec les hommes, de manière à assurer la continuité de l’expérience. L’homme est réduit à sa fonction sexuelle, la seule qu’elles ne puissent pallier. La présence masculine

est quantitativement mineure et qualitativement inférieure : il est reproducteur ou esclave ; relégué aux activités les plus mécaniques et les moins honorables. Les hommes s’acquittent des tâches réservées au peuple et aux femmes (reproduction, agriculture, artisanat) dans les sociétés occidentales du XVIe siècle, tandis que les femmes s’arrogent les fonctions plus prestigieuses (militaires et politiques) ailleurs monopolisées par les hommes. On voit les Reines Amazones se partager les tâches politiques et militaires.

34 Cf. M.-F. Piéjus, Le pays des femmes homicides : utopie et monde à l’envers, Espaces réels et espaces imaginaires dans le Roland furieux, Centre interuniversitaire de recherche sur la renaissance italienne, 1991, p. 87–127.

35 Luigi Contarino, Il vago e dilettevole giardino ove si leggono (...) i varii, e mirabili esempi di virtù e vitii de gli huomini... l’origine, e l’imprese delle Amazzone, i meravigliosi essempi delle donne…, Vicenza, Gli heredi di Perin libraio, 1589.

36 Ibid., p. 359.

37 Altrove. Viaggi di donne dall’antichità al Novecento, Dinora Corsi [éd.], Rome, Viella, 1999, p. 9.

38 Modesta Pozzo de’ Zorzi [Moderata Fonte], Tredici canti del Floridoro di Mad. Moderata Fonte, Alli Sereniss. Gran Duca, et Gran Duchessa di Thoscana, In Venetia, Eredi di F. Rampazzetto, 1581 (I, 2), rééd. Tredici canti del Floridoro, a cura di V. Finucci, Modena, Mucchi editore, 1995.

39 « Ben confess’io, c’honor mi fai sovrano, / E ch’a me sol, come a tua figlia lice ; / Pur io meglio amerei, che questa mano / Fosse dell’ira tua vendicatrice, / Che più fra l’armi, e fra le morti in guerra / L’esser pregio io, che’l dominar la terra » (III, 100), Margherita Sarrocchi, La Scanderbeide, in Roma, per Andrea Fei, 1623, p. 31.

40 « Di cornio ha mal tagliato, e ruvid’arco / Al tender duro, a l’allentar gagliardo ; / Ha di roza faratra il tergo carco : / Nudo ha’l petto, e ‘l ginocchio, e sol coturno », ibid. (XII, 14).

41 « Dunque non sosterrai de l’arme il peso / Tu sopra queli, che il sesso debil usa ; / Replica quella, e fia di tua bell’alma / Di fere, e caccie sol bassa e vil palma ? », ibid. (XIII, 42).

42 Dans le poème de Pucciarini, Pandea « la chef » des Amazones, met le siège devant Paris, mais devra se rendre à Brandigi ; Clemente Pucciarini, Brandigi del capitan Clemente Pucciarini,…nuovamente dato in luce…, Venetia, G. A. Ramparetto, 1596. Dragoncino avait consacré un poème épique aux amours de Marfisa, une Marfisa, sinon folle comme Roland, « bizarre » : méconnaissable : « A molti parerà mirabil cosa / udir Marfisa innamorata, e calda / ch’inanzi fu si altera, e orgogliosa... ». L’amour

désarme et banalise par la même occasion l’héroïne. Marfisa désormais en proie aux affres et aux incertitudes de la jalousie est inquiète ; elle n’a plus cure de « tinger in costor più la sua spada / ch’ad altro havea il cor troppo desioso » (V, 1), Giovanni Battista Dragoncino, Marfisa bizarra, Vinegia, 1532. Tous ces textes sont répertoriés et commentés dans l’ouvrage de M. Tomalin : The fortunes of the Warrior Heroine in Italian Literature, Ravenna, Longo editore, 1982, p. 189.

43 Moderata Fonte, Il merito delle donne (1600), A. Chemello [éd.], Venezia, Eidos, 1988, p. 73.

44 Ibid., p. 163.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Verrier, « Les Amazones : des phobies masculines aux rêves de femmes… », Laboratoire italien [En ligne], 2 | 2001, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/287 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.287

Haut de page

Auteur

Frédérique Verrier

Frédérique Verrier est maître de conférences à l’Université de Paris IV-Sorbonne. Elle a publié sa thèse de doctorat – Les armes de Minerve. L’humanisme militaire dans l’Italie du XVIe siècle, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1997 – et prépare une édition-traduction de Il merito delle donne de Moderata Fonte pour les Presses de l’ENS et un dossier d’habilitation intitulé : De rebus militaribus et machiavellichis.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page