Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Francesco Guicciardini, Compendio della ‘Cronica’ di Froissart

Édition, introduction et commentaire de Paola Moreno, Bologna, Commissione per i testi di lingua (Collezione di opere inedite o rare 153), 1999, LXXXIX-166 p., 90.000 L / 46,48 € (distr. Editrice FARAP)
Lucie De Los Santos
p. 204-206
Bibliographical reference

Francesco Guicciardini, Compendio della ‘Cronica’ di Froissart, Édition, introduction et commentaire de Paola Moreno, Bologna, Commissione per i testi di lingua (Collezione di opere inedite o rare 153), 1999, LXXXIX-166 p., 90.000 L / 46,48 € (distr. Editrice FARAP)

Full text

1La publication intégrale de ce texte inédit de Francesco Guicciardini met à la disposition des chercheurs, par ses qualités philologiques et critiques, un nouvel instrument de travail et une nouvelle source de réflexion sur le parcours politique de Guicciardini, ainsi que sur l’évolution des pratiques historiographiques en Europe entre le Moyen Âge et la Renaissance. L’intérêt de cet ouvrage dépasse, à ce titre, le cercle des spécialistes de l’historien florentin.

  • 1 R. Ridolfi, L’Archivio della famiglia Guicciardini, Firenze, Olschki, 1931, p. 72.
  • 2 Studi e problemi di critica testuale, 51, 1995, p. 91-100.

2Le manuscrit contenant le Compendio della ‘Cronica’ di Froissart, répertorié par Roberto Ridolfi dès 1931 parmi les documents conservés dans les archives de la famille Guicciardini (Florence, Archivio Guicciardini, XVII C 2)1, avait déjà été décrit et étudié par Pierre Jodogne dans son article « Francesco Guicciardini, lettore di Froissart »2. Le texte se divise en deux parties. La première, copiée de la main du secrétaire de Guicciardini, Giovannino da Laterina, est un résumé des Chroniques de l’historien français Jean Froissart sur la première période de la guerre de Cent ans (1325-1400), ou du moins d’une partie de ce texte : le résumé de Guicciardini, dont le début a peut-être été perdu, couvre les événements entre le déplacement du conflit vers le territoire espagnol en 1366 et la mort du roi d’Angleterre Richard II en 1399. La seconde partie présente une série de notes, écrites par Guicciardini lui-même, retraçant la généalogie des dynasties qui, déjà opposées lors de la guerre de Cent ans, s’affrontèrent encore lors des guerres d’Italie.

3L’ensemble de ce texte ayant très vraisemblablement été entièrement conçu par Francesco Guicciardini, ainsi que le montre Paola Moreno, à l’automne 1525, il permet d’étudier, si on le considère comme un tout, la réflexion politique de l’historien florentin entre la victoire impériale de Pavie, quelques mois plus tôt, et la conclusion à Cognac en 1526 d’une ligue anti-impériale. Guicciardini a, on le sait, favorisé dès la libération du roi François Ier en janvier 1526 l’adhésion du pape Clément VII à la ligue de Cognac. On peut constater que déjà, lorsqu’il écrivait le Compendio, il cherchait à « considérer l’origine de l’extension des territoires de Charles Quint, qui constitu[ait] une lourde menace pour les autres puissances européennes et italiennes » (p. XIV).

4Comme toujours chez Guicciardini, réflexion politique et écriture de l’histoire sont intimement liées, et l’apparat critique et le commentaire établis par Paola Moreno donnent tous les éléments pour en juger. L’établissement du texte, qui limite autant que possible les interventions de l’éditrice, et le système de notes indiquant les corrections de l’auteur ou faisant des rapprochements textuels avec les Chroniques de Froissart, complétés par le tableau comparant le contenu des Chroniques et du Compendio (p. 97-134), permettent de mettre en évidence la démarche politique et historiographique de Guicciardini.

5Cet établissement critique du texte du Compendio, ainsi que le commentaire qu’il nourrit, constituent le plus grand apport de cette édition. Outre la rigueur des critères philologiques adoptés, le choix des éléments donnés sous forme de notes, de tableau ou de commentaire, permet au lecteur d’avoir une vision claire et précise du texte, et lui donne en même temps des outils pour l’étudier suivant différentes perspectives, essentiellement historiographique et linguistique.

6Grâce au parallèle entre les Chroniques de Froissard et le Compendio de Guicciardini, Paola Moreno montre comment le Florentin, tout en résumant une chronique, procède en réalité suivant une démarche historique très différente : il ne s’arrête que sur les épisodes marquant une évolution du conflit, écarte les faits ne rentrant pas dans le cadre général, rétablit les liens logiques entre les événements. Contrairement à Froissart, qui s’attarde sur certains faits isolés pour leur seule valeur exemplaire, qui fait l’apologie, dans une intention didactique, des valeurs chevaleresques, et qui considère la guerre de Cent ans comme un conflit dynastique, Guicciardini concentre son attention sur l’enjeu géopolitique de la guerre de Cent ans, et rétablit les liens de cause à effet au lieu de suivre linéairement l’exposition chronologique des événements, donnant ainsi au récit une nouvelle cohérence.

7Paola Moreno explicite aussi la fonction du Compendio pour son auteur, et sa place par rapport à ses autres œuvres historiques. Ici encore l’apparat critique est déterminant. Il permet d’abord de justifier la datation et l’attribution du texte, mais aussi d’en étudier la nature. Il apparaît que le Compendio est, pour Guicciardini, « un instrument de travail et d’analyse, à destination exclusivement personnelle » (p. XXXV). Paola Moreno, en décrivant le manuscrit, en indiquant les corrections de l’auteur, et en liant ces éléments aux choix historiographiques qu’il applique, nous fait entrer dans le processus de fabrication du texte et nous montre concrètement comment et dans quelle optique il a été conçu. Ici encore, c’est avant tout l’étude du traitement appliqué à la source française qui dénote, chez Guicciardini, « une volonté de passer d’un type de récit fait de juxtapositions d’événements à une narration structurée, dont le critère d’organisation serait le principe de causalité » (p.XXXVII).

  • 3 Machiavelli nella storiografia fiorentina, Firenze, Olschki (Quaderni di Rinascimento, XIV), 1991, (...)

8Le Compendio serait, dans cette optique, un « exercice », une « expérimentation » de Guicciardini sur la manière d’utiliser une source historique en en choisissant et réorganisant les éléments. « Expérimentation » d’autant plus intéressante qu’elle est un essai, sur une source bien définie et délimitée, de ce qu’il tentera de faire peu après, sur une période plus longue et à partir d’un grand nombre de documents, dans les Cose fiorentine. La fonction d’instrument de travail du Compendio permet de mettre en évidence l’évolution des choix historiographiques de Guicciardini, tant par le parallèle avec Froissart que par la mise en relation du résumé proprement dit des Chroniques avec les notes généalogiques qui le suivent : reprenant la terminologie d’Andrea Matucci3, Paola Moreno montre que « la généalogie raisonnée des puissances en conflit dans le premier quart du XVIe s. en Italie représente le ‘discours’ que Guicciardini applique à la ‘narration’ de Froissart, qu’elle est le lieu où s’exprime la faculté omnisciente de l’historien » (p. XL). Guicciardini expérimente donc déjà, dans le Compendio, une nouvelle manière d’écrire l’histoire, fondée sur l’étude de sources littéraires (pour le résumé proprement dit) mais aussi documentaires (pour les généalogies), qui tend à établir entre les faits des liens logiques de causalité. Le choix des événements racontés et leur agencement suivant un récit cohérent y est le résultat d’une analyse politique et constitue en soi une interprétation des faits.

  • 4 F. Guicciardini, Ricordi, a cura di R. Spongano, Firenze, Sansoni, 1951, p. LXXVI-CXLI ; P. Trovato (...)

9Paola Moreno propose aussi une étude linguistique précise du texte, établie en référence avec les études de Raffaele Spongano et de Paolo Trovato sur la langue de Guicciardini4. Sans refaire une étude systématique, elle centre sa réflexion sur les aspects spécifiques du Compendio. Elle cherche ainsi à montrer la différence des pratiques linguistiques de Guicciardini et de son secrétaire, l’éventuelle influence des Prose della volgar lingua de Bembo sur l’historien florentin, et l’influence du texte français des Chroniques sur la forme du résumé italien. Par le commentaire, les notes et le glossaire, Paola Moreno offre une description claire, précise et pertinente des phénomènes graphiques, phonologiques, morphologiques, syntaxiques et sémantiques observés. On regrette cependant qu’elle n’ait donné que peu d’éléments d’interprétation de ces phénomènes et ne propose pas une synthèse sur le parallèle entre les pratiques de Guicciardini et celles de son secrétaire, ainsi que sur l’évolution des choix linguistiques de l’historien florentin. En outre, on note dans le glossaire plusieurs erreurs d’interprétation (sur commendare, al continuo, con partiti scarsi, privatione) qui s’expliquent par la tentative d’expliciter ces termes dans leur environnement immédiat, sans tenir compte d’éléments précédemment donnés dans le texte. Notons cependant que l’étude particulière de l’influence linguistique des Chroniques sur le Compendio, ainsi que des phénomènes d’intertextualité, sont les éléments les plus aboutis, dans la description comme dans l’interprétation, du volet linguistique de l’édition. Les remarques sur les particularités syntaxiques dues à la nature même du texte sont, elles aussi, précieuses.

10On peut souhaiter que l’interprétation des aspects linguistiques soit approfondie, mais il faut surtout rappeler les grandes qualités de ce travail d’édition, qui remplit toutes ses fonctions. Paola Moreno met à notre disposition, avec une grande rigueur philologique, un texte important pour l’étude de la naissance de l’historiographie moderne, elle en explicite et interprète les enjeux, et donne au lecteur, grâce à l’apparat critique, tous les éléments qui permettent de reconstruire l’élaboration du texte, ainsi que les données nécessaires à tout chercheur voulant étudier le Compendio della ‘Cronica’ di Froissart.

Top of page

Notes

1 R. Ridolfi, L’Archivio della famiglia Guicciardini, Firenze, Olschki, 1931, p. 72.

2 Studi e problemi di critica testuale, 51, 1995, p. 91-100.

3 Machiavelli nella storiografia fiorentina, Firenze, Olschki (Quaderni di Rinascimento, XIV), 1991, p. IX-X.

4 F. Guicciardini, Ricordi, a cura di R. Spongano, Firenze, Sansoni, 1951, p. LXXVI-CXLI ; P. Trovato, « Gli appunti grammaticali di Francesco Guicciardini », Storia della lingua italiana. Il primo Cinquecento, Bologna, il Mulino, 1994.

Top of page

References

Electronic reference

Lucie De Los Santos, « Francesco Guicciardini, Compendio della ‘Cronica’ di Froissart », Laboratoire italien [Online], 2 | 2001, Online since 07 July 2011, connection on 29 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/289

Top of page

About the author

Lucie De Los Santos

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page