Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Alberto M. Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita

Torino, Einaudi, 2000, 214 p., 36.000 L / 18,59 €
Laura Fournier
p. 220-223
Bibliographical reference

Alberto M. Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita, Torino, Einaudi, 2000, 214 p., 36.000 L / 18,59 €

Full text

  • 1 A. M. Banti, Storia della borghesia italiana, L’età liberale, Rome, Donzelli, 1996 ; pour la discus (...)
  • 2 Ceux très souvent cités dans les bibliographies de B. Tobia, Una patria per gli italiani. Spazi, it (...)
  • 3 B. Anderson, Imagined Communities : Reflexions on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, 19 (...)

1Ce livre d’Alberto Banti, historien et auteur d’une synthèse importante sur la bourgeoisie de l’Italie postunitaire1, a été accueilli triomphalement par la majorité des historiens intéressés par le nouveau courant d’études sur le thème de la nation en Italie. En effet, par rapport aux ouvrages pionniers sur le sujet2, l’auteur déclare dans son introduction que l’originalité de son essai est de poser pour la première fois le problème de la genèse de la construction de l’identité nationale italienne avant la proclamation du nouvel Etat, dans une période qui s’étend de 1796 à 1861. Pour ce faire, il s’est constitué un corpus composé principalement d’œuvres de fiction, de mémoires patriotiques et d’essais politiques et a décidé de l’interroger armé des méthodes suggérées par V. Propp et M. Foucault, afin d’éclairer le lecteur non pas sur la réalité vécue par les contemporains, mais sur l’arsenal symbolique des intellectuels et des hommes politiques de l’époque, qui forge les représentations de « l’imaginaire communautaire » des Italiens, dans le fil des études de Benedict Anderson qui ont largement inspiré Banti3.

2Le premier chapitre éclaire le contexte à l’intérieur duquel se forme la littérature patriotique qui débouche sur la liste des ouvrages appartenant au « canon risorgimental ». C’est au cours de l’expérience du triennio jacobin que se produit une transformation des champs sémantiques de la nation : ce terme fait désormais partie intégrante du nouveau lexique révolutionnaire employé par les patrioti, notamment Filippo Buonarroti, et prend une place croissante dans le discours politique où s’affirme l’idée de la préexistence d’une nation italienne, idée qui justifie la revendication d’un État unitaire italien. Mais c’est surtout au début du XIXe siècle que le thème de la nation devient « un des lieux littéraires les plus à la page » (p. 27). Banti analyse un échantillon de 33 témoignages de jeunes « patriotes » (de Guglielmo Pepe à Grazia Pierantoni Mancini, en passant par Balbo, Pellico, D’Azeglio, Tommaseo, Mazzini, Garibaldi, Costa…), qui relatent le moment de leur découverte individuelle de la nation dans des textes d’inspiration « national-patriotique ». De par ses sources, on peut remarquer qu’il a ainsi tendance à minimiser le rôle des milieux littéraires (salons, cafés, milieux étudiants) ainsi que des structures associatives, politisées ou non, dans la diffusion et surtout dans l’interprétation des textes. Dans tous les cas, son étude montre à quel point les jeunes patriotes furent enthousiasmés par une série de textes à caractère principalement artistique et littéraire, publiés entre 1801 et 1849, formant un « canon » de la mythologie nationale, qui comprend aussi bien des poésies patriotiques de Giusti, Berchet et Foscolo, des tragédies de Niccolini et Manzoni, des romans comme l’Ortis, Platone in Italia ou Ettore Fieramosca, des essais historiques de Cuoco, Botta et Colletta, jusqu’aux mélodrames de Verdi…

3Dans le deuxième chapitre, Banti analyse l’image de la nation qui ressort des textes du « canon » par l’étude de la « morphologie du discours national », et arrive à démontrer qu’ils expriment une sorte de « pensée unique de la nation » (p. 53), plus proche de la conception « naturaliste » de type germanique que de l’acception « volontariste » de la communauté nationale à la française, contre les affirmations de Federico Chabod. En effet, même si de nombreux textes du « canon » mettent en scène des pactes collectifs, c’est pour défendre une nation préexistante, qui possède ses caractères ontologiques naturels : sa race, sa terre et sa langue (comme il le relève dans Marzo 21 de Manzoni et dans les Fantasie de Berchet) ou qui procède de la volonté divine (dans les essais de Mazzini et Gioberti). Les représentations de la nation, où la « communauté naturelle » prime d’avantage que la « communauté culturelle » (p. 66-7), multiplient les images qui insistent sur les liens de parenté de chacun de ses membres, sur le caractère héréditaire de son patrimoine territorial, mais aussi sur sa mémoire commune : l’histoire des gloires de ses pères-héros qui constituent autant de figures (dans le sens, que lui donne E. Auerbach, d’anticipations) du rachat et du réveil de la nation. La répétition de scènes qui reproduisent la dynamique de l’oppression de la communauté nationale et des divisions intestines, suivie des efforts des héros pour se rebeller contre ses ennemis extérieurs et intérieurs, pour garantir l’honneur et pour organiser le réveil de la patrie, fournit une rhétorique efficace à usage des « patriotes » du Risorgimento, pour qu’ils réalisent leur mission toute tracée. Au travers des poésies et des romans, que Banti schématise en utilisant les grilles fournies dans la Morphologie des contes de fées de V. Propp, il relève un certain nombre de thèmes dominants, notamment l’obsession de la pureté du sang des fils des Italiennes et la haine contre les étrangers, mais il s’arrête à ce constat, laissant au lecteur la responsabilité de tirer ses propres conclusions.

4Le troisième chapitre expose plus en détail les ressources narratives et les mécanismes rhétoriques qui permettent d’expliquer le succès des textes du « canon » auprès du public. Empruntant cette fois-ci son vocabulaire à Foucault, Banti entreprend une « archéologie du discours national » qui met à jour la triade « parenté, sainteté et honneur » qui figure en sous-titre du livre. Citant Berchet, il pointe la stratégie « plutôt émotive que cognitive » de la rhétorique de la nation (p. 110), qui consiste à savoir jouer de « calques », de transpositions et de manipulations de matériaux préexistants pour susciter la participation et les sentiments du lecteur. Les affirmations et les scènes clés des poèmes et des romans du canon sont justifiées et prennent toute leur force car elles font appel à un savoir partagé par le public de ces textes. En premier lieu la rhétorique de la parenté s’appuie sur la redécouverte des théories de Vico et Cuoco, qui ont donné une grande vigueur à l’idée d’une communauté primitive et populaire pré-italique. D’autre part, Banti remarque que les textes patriotiques entretiennent une importante relation intertextuelle, même si marquée par l’ambivalence, avec la tradition religieuse, notamment les paraboles christiques ou les images de la Vierge, ce qui permet de rendre les figures de la narration nationale « profondément familières au grand nombre de ceux qui, dans ces années-là, pratiquaient massivement le culte de la Vierge et des saints martyrs » (p. 133). Enfin il constate la pratique courante consistant à transporter dans le discours de la nation les éléments éthiques propres au code de l’honneur (valeur militaire, concorde, pureté des femmes), qui interviennent notamment dans les récits de duels. A la fin de ce chapitre, armé de ces « découvertes archéologiques », Banti se révèle convaincant pour renverser « l’idée de l’invention des traditions et de la nation comme un produit manufacturé conceptuel » (p. 149), proposée par E. Gellner, B. Anderson et E. J. Hobsbawm. Sans remettre en cause la nature conceptuellement artificielle des « communautés imaginées », il peut contester la vision d’une tradition nationale inventée ex nihilo par les intellectuels et les hommes politiques. Mais cette conclusion n’était-elle pas d’emblée évidente étant donné le choix de l’auteur d’analyser des créations littéraires (ou picturales – les tableaux de Francesco Hayez) ? Qui contesterait le fait que rien n’est inventé ex nihilo en littérature ; chaque genre étant soumis à des contraintes structurelles, thématiques, et même linguistiques ? Les jeux d’analogies, de dérivations ou de « calques » appartiennent à toute pratique littéraire, et même plus généralement textuelle (voir aussi les textes politiques et idéologiques), avant d’être caractéristiques de la « rhétorique national-patriotique ». Il aurait fallu clarifier le discours sur la nature des sources étudiées et les implications du choix de ces sources.

5Dans le dernier chapitre, centré sur la réception du discours national, l’auteur constate l’immense succès des images représentées dans les textes du « canon » : celle de la « famille italienne », développée dans les essais politiques de Mancini et Mamiani, et de l’ancrage territorial de la nation, qui permet l’établissement des droits de citoyenneté ; celle de la sanctification des héros nationaux, à l’origine du culte des combattants du Risorgimento dans l’Italie postunitaire ; celle enfin du code de l’honneur, à l’origine de la pratique des duels contre les étrangers, « devenue une sorte de programme d’action patriotique surtout dans la Lombardie des années 1850 » (p. 183), et surtout fournie en justification des guerres d’indépendance de la nation. L’impact de ces images auprès des intellectuels, des hommes politiques et notamment des groupes de volontaires garibaldiens est incontestable, si bien que l’on peut parler de véritable « nationalisation des élites » par le biais de la rhétorique de la nation, même si Banti modère ce propos en pointant les problèmes surgis après la réalisation de l’Unité italienne, qui limitent la réalisation d’un consensus généralisé. Il exclut également de ses analyses la question de la diffusion de ces images dans les masses, qui nécessiterait d’autres types de recherches. En tous cas, Banti nous offre les bases nécessaires pour toute investigation future sur les vecteurs de l’intégration nationale qui utilisent les images de la nation dans les périodes successives à l’Unité, et qui mériteraient de faire l’objet d’une autre recherche et d’un autre volume.

6La grande vertu de l’ouvrage de Banti est d’apporter la démonstration convaincante du caractère non fondé, au moins au XIXe siècle, des multiples analyses qui, s’interrogeant sur l’identité et le caractère des Italiens, répètent les clichés des « fragilités nationales » et des carences endémiques de la nation italienne, causes du faible sentiment d’appartenance nationale des Italiens d’aujourd’hui. On aurait simplement souhaité un peu plus de rigueur dans l’étude et l’analyse des sources littéraires : une plus grande attention aux dates de rédaction et de publication des textes, une prise en compte des différences de genre (qui impliquent des différences d’impact et de public), une mise en perspective de ces textes dans le cadre du romantisme européen, des remarques sur leur intertextualité avec d’autres textes littéraires et politiques. Cet essai est dans tous les cas très prometteur pour ouvrir la voie à un dialogue et à une collaboration fructueuse entre spécialistes de littérature et historiens du XIXe siècle.

Top of page

Notes

1 A. M. Banti, Storia della borghesia italiana, L’età liberale, Rome, Donzelli, 1996 ; pour la discussion voir J. Canal, H. Siegrist, J. Morris, C. Charle, A. M. Banti, « Storia della borghesia italiana », Società e Storia, n. 79, a. XXI, janvier-mars 1998.

2 Ceux très souvent cités dans les bibliographies de B. Tobia, Una patria per gli italiani. Spazi, itinerari, monumenti nell’Italia unita (1870-1900), Roma-Bari, Laterza, 1991 ; U. Levra, Fare gli Italiani. Memoria e celebrazione del Risorgimento, Comitato di Torino dell’Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano, Torino, 1992 ; E. Gentile, Il culto del littorio, Roma-Bari, Laterza, 1993 ; S. Soldani, G. Turi, Fare gli Italiani. Scuola e cultura nell’Italia contemporanea, I. La nascita dello Stato nazionale, Bologna, Il Mulino, 1992 ; M. Baioni, La “religione della patria”. Musei e istituti del culto risorgimentale (1884-1918), Treviso, Pagus, 1994 ; I. Porciani, La festa della nazione. Rappresentazione dello Stato e spazi sociali nell’Italia unita, Bologna, Il Mulino, 1997.

3 B. Anderson, Imagined Communities : Reflexions on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, 1991 ; traduction française de P-E. Dauzat, L’imaginaire national, Paris, La Découverte, 1996.

Top of page

References

Electronic reference

Laura Fournier, « Alberto M. Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita », Laboratoire italien [Online], 2 | 2001, Online since 07 July 2011, connection on 22 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/305

Top of page

About the author

Laura Fournier

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page