Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
La foule en Italie (XIXe-XXe siècles)

Introduction

Laura Fournier
p. 9-13

Full text

  • 1 Voir l’étude pionnière sur ce sujet de G. Rudé, La foule dans la révolution française, Paris, F. Ma (...)

1La foule est un sujet d’étude nouveau dans l’histoire européenne : c’est notamment après la Révolution française qu’elle fait ses premières apparitions dans les discours politiques1. Son apparition est liée à l’idée de menace des insurrections de rue, et c’est un phénomène avant tout urbain. L’image de la foule renvoie au mouvement, aux sentiments, à l’expérience collective, mais aussi à la sensation d’étouffement et d’anéantissement dans le nouvel espace de la ville. Ce phénomène collectif oriente les dirigeants et les intellectuels, à travers toute l’Europe, vers l’idée que les mouvements organisés doivent impliquer les masses, en relation aux nouveaux régimes bourgeois fondés sur des critères de participation et de représentation élargis par rapport au passé. Le Manifeste de Marx tente une première réponse aux besoins de cette foule sans visage et sans voix, où les classes parfois se fondent et se confondent, et en Italie le roman de Manzoni, I promessi sposi, offre une première vision « moderne » de la présence et du pouvoir des foules. Mais il est communément admis que c’est seulement vers la fin du XIXe siècle qu’un ensemble d’essais parfois sérieux, parfois simplement polémiques, ont fait naître puis imposé l’idée que la foule, c’est à dire un grand nombre de personnes rassemblées, constitue une entité originale, irréductible aux individus qui la composent, ayant ses propres règles de fonctionnement. La particularité de la foule est également celle d’être un phénomène fugitif, qui n’est pas nécessairement lié à l’idée d’un meneur, mais plutôt à celle d’un désordre. C’est pourquoi la foule a un autre impact, par rapport à la masse, sur l’imaginaire littéraire, mais également dans les pratiques sociales, notamment l’organisation de rituels liturgiques ou laïcs mettant en scène des foules religieuses, politiques, sportives et même tout simplement de visiteurs.

  • 2 Voir dans ce sens le recueil dirigé par G. Malandain, Foules. La foule modèle dynamique de l’imagin (...)

2L’étude des foules, lorsqu’elle naît à la fin du XIXe siècle, est immédiatement une aventure interdisciplinaire, qui traverse le domaine de l’histoire, se transforme dans le domaine littéraire, pour ensuite donner lieu à des analyses scientifiques. L’idée de foule a été modelée par de nombreuses mains et si, sur la scène littéraire, les romanciers français auteurs d’œuvres naturalistes y ont accordé une grande attention2, l’Italie a été un lieu d’élaboration particulièrement riche, un véritable « laboratoire » pour les historiens, hommes de lettres ou de sciences qui ont enregistré les transformations survenues au cours de la période.

3L’irruption de la foule sur la scène littéraire italienne possède une caractéristique significative car, en Italie plus qu’ailleurs, il semble que la foule, qui suscite la crainte des théoriciens et des hommes politiques, trouve son espace naturel en littérature, celle-ci étant chargée de la responsabilité de trouver un espace adapté à ce nouveau sujet. La littérature, ainsi que les arts figuratifs qui se sont mesurés à la représentation des foules, ont constitué un lieu de médiation où ont pu circuler et se diffuser un certain nombre d’idées ensuite récupérées par la sphère politique (on pense par exemple à la participation de Mussolini aux entreprises éditoriales de Paolo Valera, auteur du roman La folla et de la revue homonyme).

4L’étude de la perception des foules en Italie, qui n’a jamais fait l’objet de recherches spécifiques, bénéficie dans ce dossier d’une perspective pluriséculaire et pluridisciplinaire, nous permettant d’indiquer quelques pistes de recherches (loin d’être exhaustives bien sûr) sur un concept moderne et nouveau, inséparable des interrogations face à la « multitude », que nous avons commencé à soulever dans le premier numéro de Laboratoire italien.

  • 3 Voir G. Lefebvre, « Les foules révolutionnaires », in Id., Études sur la Révolution, Paris, PUF, 19 (...)
  • 4 Ce dernier étant l’auteur du roman Il trionfo della folla (1914).

5Les difficultés qui se présentent aux yeux des premières générations d’intellectuels marquées par l’irruption de « foules révolutionnaires »3 en politique sont explorées dans l’article d’Andrea Matucci qui ouvre le dossier. Notamment les auteurs italiens de romans historiques postérieurs à la Révolution française reflètent, et quelquefois anticipent, les interprétations des historiens et des sociologues. Directement confrontés à l’impossibilité de donner une vraie consistance humaine, réelle, à un ensemble d’individus, les romanciers doivent inventer un nouveau jeu de rapports entre leurs personnages, qu’ils soient ou non protagonistes, et le nouveau sujet collectif dont il faut tenir compte. Les choix des principaux romanciers italiens du XIXe siècle, de Manzoni et Nievo à Verga, jusqu’à D’Annunzio et Pirandello, et des auteurs mineurs aujourd’hui oubliés, comme Paolo Valera ou Francesco Frola4, posent les bases du mythe polymorphe des foules, qui peut être aussi bien la menace d’une terrible et incontrôlable explosion d’irrationalité quasi bestiale que l’addition d’infinies rationalités individuelles.

  • 5 On fait ici référence au paragraphe « Il teatro dannunziano, colloquio estetico con la folla » du c (...)

6À la fin du siècle, on voit apparaître des disciplines qui tentent de disséquer les problèmes sociaux dont les élites commencent à prendre conscience, et c’est plus particulièrement en Italie que les radicaux découvrent que la « foule » est la nouvelle protagoniste de la société contemporaine. L’article d’Olivier Bosc montre pourquoi l’Italie apparaît comme le laboratoire scientifique et politique de l’émergence des foules devenues objet de science à travers ses deux pionniers les plus connus, Scipio Sighele et Pasquale Rossi. Sighele, le plus important « théoricien » des foules après Taine, connaît la notoriété avec son essai La folla delinquente en 1891, dont Gustave Le Bon et Gabriel Tarde se sont fortement inspirés. Le criminaliste italien développe le fantasme de la foule capable d’engloutir toutes les catégories d’individus dans le gouffre du crime collectif. Parallèlement, Pasquale Rossi dément l’opinion courante qui veut faire de la psychologie des foules une manifestation idéologique de droite et une diatribe contre la démocratie en promouvant une psychologie collective socialiste dont le but est l’élévation morale des foules vers la culture. Ils annoncent les « colloques esthétiques avec la foule »5 du théâtre de D’Annunzio et les idéologies futuristes, ainsi que la politique des masses vulgarisée par Gustave Le Bon et Georges Sorel, dont on connaît l’influence sur les grands dictateurs du XXe siècle.

7Les articles suivants prennent en examen « l’attraction fatale » exercée par la foule sur la littérature bourgeoise fin de siècle, qui voudrait être le porte-parole de la classe populaire en pleine transformation sociale et politique.

8Enzo Laforgia propose une lecture des principaux représentants de la deprecatio temporum qui s’exprime aussi bien dans les compositions en vers et en prose de D’Annunzio, Butti et Corradini, et surtout dans les œuvres dramatiques de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Face aux foules qui s’organisent progressivement jusqu’à former les premiers partis politiques « de masse », se pose le problème du rôle de l’intellectuel-meneur et de sa nouvelle fonction sociale. C’est surtout par le biais du théâtre que la foule prend toute sa majesté, orchestrée par le maître de cérémonie, animateur et guide de cette nouvelle identité collective, le public moderne. Cette capacité des jeunes intellectuels militants à organiser et mobiliser les foules, dans des cérémonies célébrant une nouvelle religion civile, sont des prémisses non négligeables des formes prises par la politique dans les décennies à venir.

9En retraçant le parcours du romancier italien Edmondo De Amicis, principalement célèbre pour son best-seller Cuore, mais dont la production couvre presque un demi-siècle, Mariella Colin entend montrer la manière dont se répondent la vision idéologique et le traitement littéraire de la foule. Refusant à la foule toute conscience politique ou nationale dans ses premiers récits, La vita militare, De Amicis sert la politique de la Droite italienne qui s’appuie sur l’institution militaire pour mettre de l’ordre dans le pays. Après la parenthèse idyllique de Cuore, lorsque la question sociale éclate sous la forme de l’émigration massive ou des premières grèves générales, le romancier franchit le pas entre la dénonciation et l’engagement et rédige son « roman de la foule » Primo maggio, où il tente d’expliquer à ses lecteurs que les manifestations du désordre et les émeutes sont des expressions légitimes de l’exigence de justice sociale, qui fournit ses troupes au parti du prolétariat.

10L’article de Laura Malvano est consacré à la représentation de la foule dans les arts figuratifs. En effet, dans les années-charnières entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe, la foule est également un objet privilégié du langage iconique. Porteuse de messages de ralliement et de mobilisation, elle s’impose comme image-symbole chez des artistes comme Emilio Longoni et Giuseppe Pellizza qui célèbrent l’utopie de la puissance du mouvement ouvrier. Devenue icône de « l’art social », la foule est sublimée dans l’esthétique fasciste, où elle devient métaphore de l’unanimité des Italiens et de leur duce.

  • 6 Voir D. Riesman, La foule solitaire : anatomie de la société moderne, avec la collaboration de R. D (...)

11Mais si les régimes totalitaires recherchent le consensus des foules, la société moderne est marquée principalement par la solitude individuelle et la solitude collective6. Orsetta Innocenti place au centre de son article la représentation des nouvelles métropoles, redessinées en fonction des rapports de force et des dangers suscités par le potentiel des foules. Les guerres mondiales mettent notamment en crise la relation entre foules et villes : l’anonymat, la confusion et la peur qui caractérisent les lieux habités par la guerre influencent l’écriture des écrivains Calvino, Fenoglio et Primo Levi qui dessinent les traits d’une nouvelle foule spectrale, tentant désespérément de survivre au milieu de la mort. La mise en parallèle de l’œuvre de ces trois romanciers permet à Osetta Innocenti de tracer un parcours progressif vers la représentation de la foule déshumanisée, qui anticipe l’image des métropoles modernes, carrefours de cultures hétérogènes et juxtapositions d’individus solitaires et anéantis.

  • 7 E. Gentile, Il culto del littorio, Bari-Roma, Laterza, 1993.

12Les articles qui composent le dossier présenté dans ce numéro de Laboratoire italien, dans leur dessein d’ensemble, forment un parcours relativement linéaire des résonances politiques et esthétiques de la question de la foule aux cours des deux derniers siècles. Les recherches sur ce sujet sont loin d’être closes, d’autant plus que la représentation des foules n’est pas limitée aux périodes ici envisagées. La période fasciste mérite notamment d’être étudiée plus en profondeur, à partir des pistes de recherches ouvertes en Italie par Emilio Gentile7. En somme, avec ce dossier, loin de vouloir constituer un point d’arrivée des recherches sur le sujet des foules, nous souhaitons au contraire poser le point de départ d’autres projets et réflexions sur ce thème très vaste, qui constitue un pendant important à la question des masses et du pouvoir.

Top of page

Notes

1 Voir l’étude pionnière sur ce sujet de G. Rudé, La foule dans la révolution française, Paris, F. Maspero, 1982.

2 Voir dans ce sens le recueil dirigé par G. Malandain, Foules. La foule modèle dynamique de l’imagination romanesque au XIXe siècle, Tours, Groupe de recherche interuniversitaire littérature et nation, 1990.

3 Voir G. Lefebvre, « Les foules révolutionnaires », in Id., Études sur la Révolution, Paris, PUF, 1954 et l’essai spéculaire de A. M. Rao (dir.), Folle controrivoluzionarie : le insorgenze popolari nell’Italia giacobina e napoleonica, Roma, Carocci, 2001.

4 Ce dernier étant l’auteur du roman Il trionfo della folla (1914).

5 On fait ici référence au paragraphe « Il teatro dannunziano, colloquio estetico con la folla » du chapitre « Il teatro dannunziano e la politica », in L. Russo, Il tramonto del letterato, Bari, Laterza, 1960.

6 Voir D. Riesman, La foule solitaire : anatomie de la société moderne, avec la collaboration de R. Denney et N. Glazer, Paris, Arthaud, 1967.

7 E. Gentile, Il culto del littorio, Bari-Roma, Laterza, 1993.

Top of page

References

Electronic reference

Laura Fournier, « Introduction », Laboratoire italien [Online], 4 | 2003, Online since 07 July 2011, connection on 19 February 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/315 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.315

Top of page

About the author

Laura Fournier

Laura Fournier est A.T.E.R. à l’Université de Caen-Basse Normandie, agrégée d’italien et ancienne élève de l’ENS Fontenay/Saint-Cloud. Ses recherches portent sur l’expression du sentiment national italien aux XIXe et XXe siècles. Elle prépare une thèse de doctorat sur Giosuè Carducci et la construction de la nation italienne.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page