Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Documents et interprétations

Affanni, trahison et justice à Venise au XVIe siècle

Lucien Faggion
p. 143-174

Abstract

Le procès instruit en 1578 à Venise par l’Avogaria di Comun, suprême magistrature d’appel de la République, permet de donner un éclairage particulier non seulement sur les réseaux de pouvoirs, les systèmes d’alliance et de solidarité existant à Venise, mais aussi sur l’intense activité des avocats de la Terre Ferme, présents dans la capitale et soucieux de favoriser la faction à laquelle ils appartiennent dans le dernier tiers du XVIe siècle. Le délit de falsità dont s’estime victime Appolonia Collomba, soutenue par son avocat Lucillo Cereda, rend perceptible les rapports qui existent entre les élites du Dominio, déchirées par des luttes intestines d’une très grande violence, et une partie du patriciat de Venise, seul détenteur des pouvoirs politiques et judiciaires de l’État.

Top of page

Full text

  • 1 Ce travail constitue un premier bilan d’une recherche personnelle de grande ampleur, conduite à Vic (...)

1Le procès de falsità instruit en 1578 à Venise, sur plainte d’Appolonia Collomba, met en scène des acteurs qui révèlent le fonctionnement de la machine judiciaire, leur rôle, ainsi que celui des témoins auditionnés qui constituent les protagonistes de ce psychodrame sans doute insolite, mais révélateur de la vie d’une société aux prises avec les rivalités politiques, les pouvoirs et l’honneur1. Une telle histoire peut paraître purement locale, limitée à l’espace vénitien qui est ponctué par ses propres rythmes. Or les protagonistes impliqués dans ce procès, comparable au demeurant à un simple fait divers, et les témoins entendus par les juges ne manquent pas de livrer un nombre élevé d’informations sur les jeux de pouvoirs, les réseaux de clientèles et de patronage existant à Venise, sur les tensions sociales et politiques au sein des élites du Dominio, ainsi que sur le milieu de la judicature (avocats, notaires) dans la capitale et la Terre Ferme dans la seconde moitié du XVIe siècle. Ce cas de tromperie et de fraude met à jour les réseaux vénitiens, les liens entre la capitale et son arrière-pays, les interférences des champs institutionnels, juridiques, sociaux et politiques ; le rôle des groupes émergents qui convoitent de faire carrière à Venise, celui des femmes qui vivent dans une société cosmopolite et attentive à ce qui se joue dans l’Europe de l’époque.

 « Falsità », honneur bafoué et recours judiciaire

  • 2 Voir, infra, les documents 1 et 2.
  • 3 Voir, infra, le document 3.

2Ouverte par la magistrature suprême d’appel de Venise, l’Avogaria di Comun, l’affaire semble insignifiante à ses débuts : Appolonia Collomba, une riche veuve vénitienne, est en litige avec une partie de la famille de son second défunt mari, Angelo Cesari, au sujet de l’héritage que celui-ci lui a légué. Aidée par un proche parent et dépourvue d’appuis, Appolonia fait la connaissance de l’influente Elena dall’Oro, une femme de pouvoir experte dans les affaires de Palais, en contact avec l’aristocratie de Venise et les élites de la Terre Ferme, dévouée à la cause des veuves abandonnées2. Mais Appolonia s’aperçoit qu’elle a été manipulée : elle épouse Leonardo da Porto, issu d’un prestigieux lignage de l’aristocratie de Vicence, écarté de l’héritage paternel, qui parvient à lui subtiliser la totalité de ses biens. Elena dall’Oro est impliquée dans cette affaire, au même titre que deux autres nobles, également originaires de Vicence : le fameux avocat Prasildo dalla Volpe et le prêtre Battista Bonagente, qui appartiennent au réseau de la famille da Porto et fréquentent le monde vénitien. Deux points de vue dominent cette singulière affaire : celui des juges qui veulent poursuivre et punir les auteurs d’une fraude et celui de la plaignante qui cherche à obtenir réparation et profite du soutien d’un noble vicentin, Lucillo Cereda, un avocat qui connaît le subtil fonctionnement de la justice vénitienne. C’est probablement en 1577, à la sortie de prison d’Appolonia – qui avait été accusée de vol par la famille Cesari – que Cereda entre en contact avec cette femme et lui apporte une aide juridique précieuse contre les personnes qui l’ont manipulée3. Les différents papiers qu’elle remet aux membres de l’Avogaria ont dû être ainsi rédigés sous le regard vigilant de cet homme de loi qui est un rival déclaré du clan da Porto.

  • 4 Le mot de plagio, délit abrogé en Italie en 1981 qui a soulevé les plus vives polémiques, est utili (...)
  • 5 Cf., infra, les documents 1 et 3.

3L’enquête, qui repose sur l’audition des principaux acteurs de cette affaire, les multiples témoignages et les papiers confiés par la victime à la justice, m’autorise à rechercher comment le cas est défini par les juges vénitiens : les auteurs de ce méfait ont-ils commis une fraude (truffa) ou ont-ils essayé d’établir un rapport de soumission aux dépens de la veuve ? En Italie, le terme de plagio4est utilisé lorsqu’une personne en soumet une autre à son propre pouvoir, de manière à la réduire à un état d’assujettissement total. C’est ce qui se passe dans la relation existant entre les différents protagonistes du procès qui implique la réelle dépendance psychologique de la veuve Appolonia Collomba à Leonardo da Porto et à ses complices5. Le procès répond à des exigences évidentes de justice, de réparation de l’honneur bafoué, de contrôle social. Il doit contribuer à l’établissement d’une paix sanctionnée par la République qui est la seule garante de l’équité et de la modération auprès de ses sujets grâce à l’arbitrium exercé par ses juges-patriciens à Venise comme en Terre Ferme.

4Le délit de falsità apparaît comme una mutatione di verità, jouant sur les apparences, faisant paraître vrai ce qui ne l’est pas en réalité. Délit considéré comme très grave et poursuivi par la justice, la falsità s’étend sur un ensemble divers de cas : les faux témoignages, les faux en document, les fausses monnaies. Les considérations sur la validité des témoignages sont multiples et soulignent les difficultés que rencontre le juge pour découvrir la vérité : le chancelier vénitien Lorenzo Priori ne se prive pas de fixer des distinctions, complexes et variées, pour mettre en lumière ce qui a été fait. La menace de parjure pèse sur une déposition qui aurait changé et la torture est alors suggérée dans les dossiers criminels, même si elle n’est pas systématiquement appliquée, une enquête plus approfondie étant alors demandée dans la perspective de garantir les droits du prévenu.

  • 6 Cf., infra, le document 2.

5Le juge doit établir les faits et trouver les indispensables preuves pour prononcer une sentence qui soit juste : son jugement dépend naturellement de ce qui est avancé par les témoins, des confrontations entre les différentes dépositions, de la plainte de la victime et des arguments qu’elle soumet à la justice, ainsi que des interrogatoires des prévenus : le juge est ainsi conduit à évaluer le discours tenu en justice, à mesurer avec prudence et équité les faits allégués, en y souscrivant selon son arbitrium (arbitrio) et en y adjoignant éventuellement des indices, mêmes minces (adminicules), qui permettraient de mieux établir la culpabilité réelle ou supposée de tel ou tel individu. Il est évident que deux témoignages contradictoires soulèvent une attention redoublée de la part du juge qui voit sa tâche sans doute facilitée par la promulgation d’une loi importante le 26 septembre 1578 : à partir de cette date, le magistrat, après avoir prononcé la peine, doit enquêter sur ceux qui seraient soupçonnés de tromperie6. Dans le cas où l’affaire ne paraît pas avoir été instruite avec diligence, il est possible, après trois mois, de remettre le dossier aux membres de l’Avogaria di Comun qui ouvre un nouveau procès. La sanction pénale, dans le cas de la falsità, est le bannissement perpétuel, avec la confiscation des biens, dont font état aussi bien les statuts municipaux reconnus par Venise que les lois du Prince, promulguées par la classe dirigeante vénitienne et appliquées dans l’ensemble de la République. Au cas où une telle loi serait inexistante, le délinquant doit être puni en fonction des coutumes locales qui consistent, selon Priori, à l’application d’une peine extraordinaire décidée selon l’arbitrio. En matière criminelle, le simple soupçon de faux ne permet pas au juge de punir, mais d’instruire une affaire et les conjectures ne sont pas suffisantes pour statuer sur le cas.

  • 7 L. Priori, Prattica criminale secondo il rito delle leggi della Serenissima Republica di Venetia, V (...)

6Le rôle joué par les témoins est primordial, car ils participent au fonctionnement de la machine judiciaire, soulignent les rapports établis entre les sujets et la justice, ainsi que les appuis, souvent occultés, donnés par des hommes de loi aguerris aux techniques juridiques de la capitale. Le juge n’est pas dupe de la qualité des informations livrées par les personnes appelées à déposer la vérité : il doit en effet se montrer circonspect lorsqu’il écoute les témoins liés à la partie offensée ou ceux des accusés (père, mère, épouse, frères, fils) : ils sont examinés sans avoir l’obligation de prêter serment7. Le clerc, par exemple, ne peut pas être entendu pour une peine de sang ; la cause de l’ennemi « capital » doit être évaluée selon l’arbitrio de l’homme de loi ; la pauvreté et l’infamie de la prostituée, du pauvre et de l’infâme, sont aussi laissées à la discrète appréciation du juge, au même titre que les témoins tenus pour inaptes à déposer. Néanmoins, face à la menace que constitue la criminalité nobiliaire pour l’ordre public, le juge intervient et châtie les coupables grâce à l’arbitrium qui lui consent, malgré le rigide système des preuves légales, à obtenir une marge de manœuvres suffisantes à résoudre le litige, aussi épineux soit-il.

  • 8 G. Buganza, « Il teste e la testimonianza tra magistratura secolare e magistratura ecclesiastica », (...)
  • 9 J.-Ph. Lévy, La hiérarchie des preuves dans le droit savant du Moyen Âge, depuis la Renaissance du (...)

7Le témoignage apparaît comme une pièce essentielle dans le cadre de la hiérarchie du système des preuves légales, même face aux indices, pourtant très importants dans toute instruction8. Le juge peut ainsi, au gré des différentes dépositions, parvenir à fixer une peine qui puisse correspondre à un ensemble de normes élaboré dès le XIIIe siècle en Europe. Dans un tel régime, la volonté de connaître la véracité des faits se trouve confrontée au besoin d’obtenir la vérité, même de façon indirecte, dans le respect des règles formelles permettant l’instruction d’une affaire et sa résolution. Le témoignage figure comme une preuve pleine, qui repose sur le discours de deux témoins irréprochables, aux affirmations similaires, malgré le rôle décisif acquis, dès le XVIe siècle, par les indices qui sont en mesure d’apporter des preuves irréfutables9.

8Qu’elle soit prise à charge ou à décharge, la déposition d’un témoin permet au juge de mieux appréhender les circonstances du délit, l’acte lui-même, son auteur et de formuler une sanction. Les personnes appelées à témoigner traduisent certaines pratiques face à la justice, connaissent les règles qui entourent le procès et se gardent de se compromettre. Cet aspect technique ne peut pas être ignoré, car il est au cœur même des pratiques que les déposants ne manquent pas d’utiliser à leur profit, dans l’intérêt des enjeux sociaux et politiques que représente la machine-procès elle-même. Dans le système judiciaire vénitien, le témoignage permet de faire intervenir et jouer tous les acteurs, quel que soit leur rôle, en influençant le cours de la procédure et en déterminant l’évaluation des faits par le juge qui figure comme un arbitre. Personne n’est innocent dans une telle démarche, puisque les accusateurs et les témoins participent à une même forme de rituel qui se prétend réparatrice et source d’équité, fondée en grande partie sur le témoignage.

  • 10 Voir, infra, les documents 4 et 5.
  • 11 Voir, infra, le document 4. A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, procès Leonardo da Porto. Sur le sujet des v (...)
  • 12 L. Priori, Prattica criminale, op. cit., p. 215-223.

9Le procès de falsità apparaît ainsi comme un précieux outil juridique qui autorise des familles rivales à régler des comptes, à se laver d’un affront grave commis par des ennemis farouches et déterminés à ne pas céder face au clan adverse, quel que soit le prix à payer. Aussi bien Prasildo dalla Volpe que Lucillo Cereda, deux avocats antagonistes, nobles vicentins habiles et discrets, tenaces et soucieux de l’honneur de leur lignage, utilisent les voies légales pour assouvir, dans des circonstances différentes, une vengeance, un besoin de justice et dévoilent des traits de mentalité où prédominent l’amitié, le respect des liens de la parenté et de la clientèle, l’honneur et le prestige de la Maison, la puissance du patronage et des alliances10. Expert juridique, pragmatique, attentiste, Lucillo Cereda a su patienter et saisir l’occasion d’un procès pour intervenir et attaquer ses ennemis, responsables de l’assassinat d’un membre de sa famille. Le prétexte idéal qui permet à Cereda de réparer un tort subi quelques années auparavant dans la province de Vicence : une veuve vénitienne, Appolonia Collomba, manipulée par des adversaires sans scrupules, ruinée, qui se débat en vain pour obtenir réparation, l’incite à lui proposer ses services, l’autorisant ainsi à lutter contre la faction des da Porto, au profit des Capra11. Le recours à la justice, les liens entretenus par les noblesses de la Terre Ferme avec les groupes du patriciat vénitien entraînent un nombre élevé d’individus, de grande noblesse ou de statut moins prestigieux, à entrer dans la machine-procès, à parler, même avec réticence et mesure, des événements et des personnes, qui autorisent l’historien à mettre en lumière les dissensions très vives, parfois insolubles, perturbant et déchirant les sociétés de la Terre Ferme dans la seconde moitié du XVIe siècle. Cette affaire est ainsi récupérée par des hommes influents qui parviennent à se venger des actions de la faction ennemie : la promulgation de la loi du 26 septembre 1578 relative à la manipulation mentale, une aubaine inespérée pour Appolonia, s’inscrit dans ces tensions et révèle les puissants appuis dont certaines familles nobles du Dominio bénéficient au sein d’une partie de la classe dirigeante de la République12. Au terme de trois mois, tout peut être confié à l’Avogaria di Comun : le difficile dossier de falsità prend ainsi un cours nouveau, alors qu’il avait été auparavant entre les mains des Seigneurs de Nuit, une autre magistrature judiciaire de la capitale.

  • 13 Ibid., p. 1-9.

10À Venise, une affaire criminelle peut être instruite par voie ordinaire ou extraordinaire. Dans le premier cas, l’accusation, appelée également « querelle », est rendue possible lorsque le plaignant est présent et accepte de prouver la véracité de ses allégations13. Afin de parvenir à la vérité tant recherchée, il convient que l’accusateur ait préparé ses preuves, qui doivent être « pleines » et claires. Les querelles ne peuvent jamais être annulées et sont instruites par le juge, même si les accusations se sont avérées en définitive infondées. Son attention se porte d’abord sur la partie lésée, puis sur les témoins, enfin sur les prévenus. Il prend soin des indices qu’il a pu recueillir et qui lui permettent de se former une opinion, ensuite un jugement sur l’acte criminel. Du point de vue formel, la « querelle » doit être produite par écrit par la partie offensée, soit de sa propre main, soit de celle d’un notaire. Mais, peu à peu, il revient au juge de prendre l’initiative d’instruire une cause ex officio, qu’elle repose ou non sur une dénonciation, et de tout prendre en charge comme c’est le cas pour les délits publics, dans lesquels il procède de sa propre autorité, sans plainte (délits de lèse-majesté, adultère, homicide, vol de l’argent public, falsità, emploi de la force publique ou privée). En revanche, dans le cas des délits privés, seul un particulier peut demander l’ouverture d’une instruction, afin d’obtenir réparation (simple vol, injure). Mais la distinction entre le public et le privé reste parfois incertaine, comme c’est le cas pour l’adultère.

  • 14 Voir, infra, les documents 1 et 3.
  • 15 Voir, infra, le document 5.

11Fondée sur le rite accusatoire, la « querelle » permet à la partie lésée de faire entendre ses griefs, de demander justice et réparation pour les torts subis et d’établir une liste détaillée des faits survenus et des personnes que le juge doit examiner14. Cependant, cette forme de procès donne la possibilité aux inculpés de soumettre également à la justice le nom de ceux qu’il convient d’interroger15. Le juge se situe ainsi au-dessus des parties, saisit toutes les informations utiles au déroulement de l’instruction, interroge avec diligence les témoins cités par l’accusation ou la défense, identifie les véritables transgresseurs et fixe, enfin, une sanction. Les conjectures doivent être suffisantes : dans un procès civil, un simple soupçon suffit pour que la machine judiciaire se mette en marche. En revanche, s’il s’agit d’un crime, les preuves légitimes sont indispensables pour prononcer une peine.

  • 16 L. Priori, Prattica criminale, op. cit., p. 82-85.
  • 17 Dans le cas où l’inculpé prétend avoir des alibis, le juge doit se montrer circonspect, car les tém (...)

12Dans la Prattica criminale16, le chancelier vénitien Lorenzo Priori indique que le prévenu reçoit une copie du procès de la partie adverse, l’autorisant à se défendre et à présenter ses propres chapitres17. Les témoins appelés par la justice doivent se rendre auprès du recteur (Terre Ferme) ou du juge (Venise), sans chercher à esquiver la convocation. Lorsque le procès est publié et la copie donnée aux parties en litige, il n’est plus permis de prendre en considération de nouvelles informations, car le danger de subornation, des faux témoignages, de la falsità, reste toujours très grand selon les membres de l’Avogaria di Comun. Néanmoins, dans les cas jugés graves et atroces, là où le juge intervient ex officio, celui-ci peut, même après la publication de toutes les pièces du dossier, auditionner de nouveaux témoins, à condition qu’il n’y ait aucun cas de subornation. Le droit lui est reconnu d’accepter des deux parties une cédule qui contienne le nom des témoins, afin de les entendre ex officio, tout comme il est autorisé à accepter de la partie lésée la remise des questions qu’il convient de poser aux personnes citées à comparaître. Ne servant qu’à l’instruction, la cédule, ainsi que les interrogatoires, ne peuvent cependant être insérés dans le procès. Enfin, si la déposition est obscure, le juge peut, malgré les règles en usage, faire répéter le témoin uniquement sur les points restés douteux lors de sa première déposition. C’est ainsi que le magistrat ne revient pas sur les éléments prouvés, au risque de menacer la formation du procès lui-même et de compromettre à jamais le jugement du délit. Le procès publié, le juge doit contrôler si les informations figurant dans le dossier contre les accusés ont été levées. Le prévenu est retenu coupable du délit par les témoignages, les indices indubitables et la confession : tels sont les indispensables éléments du système des preuves légales permettant aux juges de décider de l’issue finale du procès.

  • 18 L. Priori, Prattica criminale, op. cit., p. 96-97. Voir, infra, le document 5.

13Même partiellement, le témoignage peut être contesté par le prévenu, auquel les pièces du dossier ont été communiquées, afin qu’il puisse se défendre18. À Venise, l’inculpé peut se laver des accusations qui lui sont portées, en mentionnant d’abord que le témoin est parjure et infâme ; ensuite, qu’il n’a pas été cité de façon légitime ou examiné sans la préalable prestation du serment obligatoire ; enfin, que les dépositions sont contradictoires et, donc, d’aucune valeur. Selon la pratique juridique vénitienne, si une personne dépose une information en dehors de l’affaire et dit le contraire lors de l’audition, le magistrat doit croire ce qui a été divulgué lors de la déposition, car celle-ci a été prêtée sous serment et par écrit. Mais si elle a fait un serment dans les deux types de dépositions, elle est alors punie de faux. Le juge ne doit jamais faire répéter un individu sur instance de la partie contre laquelle il a déposé, car on craint des cas de subornation et de tromperie. Les témoins de la défense doivent, en outre, être examinés en présence du juge, qui redoute toujours une subornation. Le témoignage reste ainsi une des clés de voûte du système des preuves légales, car il peut sauver l’inculpé. De même, la confession, réalisée sous des conditions codifiées destinées au respect de la procédure et à la garantie des droits de l’accusé, est en mesure de diminuer la peine encourue : en cas de légitime défense prouvée par des témoins, l’inculpé se voit libéré des lourdes charges qui l’accablent.

  • 19 Lire M. Meccarelli, Arbitrium. Un aspetto sistematico degli ordinamenti giuridici in età di diritto (...)

14Dans l’affaire de falsità examinée par l’Avogaria entre 1578 et 1580, il est difficile, malgré les distinctions effectuées entre les différents types de transgressions, de découvrir, du moins dans l’immédiat, la tromperie et la fraude : ce n’est que sur la base des conjectures qu’un tel délit peut être élucidé et les coupables identifiés. Le juge a la tâche peu aisée de considérer ce qui lui paraît le plus vraisemblable et de s’y conformer, selon sa conscience et son arbitraire, terme qui ne prend une connotation péjorative qu’au XVIIIe siècle. Dans un procès de falsità, les parties doivent produire avec ordre les arguments qui les poussent à accuser et à défendre, afin que la justice parvienne à la vérité des faits. La conduite du magistrat est dictée par une série de normes contraignantes, imposées par une longue réflexion sur le délit et la peine depuis le XIIIe siècle. Pourtant, à l’intérieur de ce carcan, finement élaboré, destiné à l’origine à limiter l’arbitrium iudicis, le juge peut agir avec une marge de manœuvre plus ample, mais respectueuse des règles en vigueur19.

  • 20 Le nombre de témoins différents auditionnés, aussi bien dans le cadre de l’accusation que dans celu (...)

15L’interrogatoire des prévenus se fait presque dans le même temps que celui des témoins appelés à comparaître à l’Avogaria : une influence, du reste, se fait parfois sentir sur le déroulement du procès lui-même et scande en définitive la procédure, qui ne saurait être considérée comme résolument favorable à la plaignante, car les prévenus savent user de leur droit de défense. Il existe un lien étroit entre accusatrice, accusés et témoins20. Tous se connaissent et font ressortir des amitiés et des inimitiés réelles, profondes, que le procès ne cesse de rendre plus fortes et prononcées. Les témoins sont ainsi écoutés sur la base des capitoli donnés par la plaignante Appolonia Collomba et vivent dans son entourage. Se met en place progressivement un réseau dense et important de relations, dans lequel se déploient les voisins qui ont été amenés, parfois à leur insu, à devenir de véritables témoins n’ayant aucun lien avec la victime et avec les personnes dont elle se plaint. Le cercle des personnes examinées peut donner l’impression d’un éclatement, mais les faits rapportés et les liens déclarés envers l’une ou l’autre partie concernée reconstituent une microsociété dynamique, dans laquelle chaque individu a un rôle à jouer, qui dépasse, de loin, la réalité d’une veuve dépouillée perfidement de tous ses biens et réduite à filer de l’or, de jour comme de nuit, pour subvenir à ses besoins. Ce procès vénitien trouve un prolongement à Vicence, d’où sont originaires la plupart des accusés, ainsi que plusieurs témoins.

Voisinage et clientèle

  • 21 L. Faggion, « ‘De la fausseté du monde’« , art. cit., p. 273-274.
  • 22 Voir, infra, le document 1.
  • 23 Sur 54 personnes écoutées, cinq sont convoquées une seconde fois à l’Avogaria.

16Appolonia Collomba, veuve du riche marchand Angelo Cesari, porte plainte, car elle dit avoir été trompée21 : l’affaire dont elle a été victime fait ainsi état de fraude, de manipulation mentale, de vols (argent, bijoux, mandats), de sacrilège (mariage fictif dans une église) et d’homicides (deux religieux empoisonnés)22. Sous la protection bienveillante de son avocat Lucillo Cereda et en la présence nécessaire d’un notaire qui rédige les textes, la veuve soumet aux juges une longue supplique, suivie de 47 chapitres (capitoli), dont l’importance ne saurait être négligée par la justice. Dans ce papier, elle cite les circonstances du délit, avec force détails, et un nombre élevé de personnes qu’il convient d’interroger : lors de la première phase de l’instruction, qui correspond à celle de l’accusation, les juges écoutent 54 témoins différents, interrogés sur les faits allégués dans le premier « module » présenté par la veuve vénitienne23.

  • 24 Voir, infra, les documents 1 et 3.
  • 25 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, fol. 21v.
  • 26 Voir, infra, le document 3.

17Entre le 26 et le 28 août 1578, quatre témoins déposent sur les points présentés dans les chapitres, lesquels sont choisis avec soin par les juges lors des différentes comparutions24. Une autre déposition a lieu le 2 septembre 1578 : puis, tout semble s’arrêter et ne reprendre qu’au mois de mai 1579, lorsque la machine-procès fait comparaître à un rythme soutenu d’innombrables témoins, suite au deuxième « module » présenté le 28 avril (cinq capitoli) qui invoque contre certains la publica voce et fama nella citta di Venetia et in Vicenza25. Ce déroulement est scrupuleusement suivi par Appolonia qui n’hésite pas, par la suite, à soumettre à l’Avogaria quatre autres documents, afin de faire examiner ceux qui sont susceptibles d’apporter un éclairage particulier et saisissant sur les faits dont elle se dit victime. S’étant aperçue que ceux qu’elle incriminait de fraude et de manipulation mentale ne voulaient pas lui parler en public, Appolonia décide de solliciter des connaissances, ou encore des employés ou des collègues qu’elles avaient jadis connus ou vus dans les ateliers de son défunt époux, et de les cacher derrière une cheminée « à la française », les murs recouverts de tapisseries, afin qu’ils puissent tout écouter, retenir ce qui a été dit et, enfin, livrer à la justice, sous serment, les entretiens saisis. Dans le troisième papier, elle souhaite que quatre personnes soient entendues ; dans le quatrième et le cinquième, présentés le 26 juin 157926, elle revient sur le sujet de l’argent et des mandats dérobés, sur les difficultés rencontrées avec la famille Cesari pour l’héritage de son défunt mari, sur le testament qu’elle a dû faire rédiger contre son gré par un notaire sur la vive insistance de l’avocat Prasildo dalla Volpe ; dans le dernier (9 janvier 1580), elle cite quelques amis de la partie adverse.

18Le boulanger Marco Angolo, son épouse Cipriana, la sœur de cette dernière, Appolonia, ainsi que la veuve Francesca, sont les premiers à être entendus par les juges. Ils vivent dans le voisinage de la veuve et déposent en sa faveur : il est vrai que Cipriana, Appolonia et Francesca ont travaillé dans sa maison, puisqu’elles ont été ses domestiques, ses massare. À cette activité de servantes s’ajoute celle de fileuses de laine. Cipriana est, depuis six ans, au service d’Appolonia, qui l’a mariée au boulanger Marco Angolo, lequel attend toujours de recevoir la dot de son épouse. La veuve Francesca, originaire de Padoue, a d’abord servi les da Porto, qui l’ont ensuite placée chez Appolonia. La servante Francesca accable Elena dall’Oro, fait état des manœuvres pour dérober les mandats et les objets de valeur contenus dans l’écrin que détenait Appolonia, mais préfère rester sur ses gardes, soulignant qu’elle n’a aucun lien avec la veuve, en dépit de son service auprès d’elle, ni même avec les da Porto. Pourtant, elle ne manque pas d’ajouter qu’elle a, depuis, quitté Appolonia Collomba et n’a pas encore reçu le salaire qui lui était dû.

19Les personnes interrogées sur la demande d’Appolonia Collomba habitent à Venise, dans les différents quartiers (sestieri) de la ville. Ils travaillent tous dans le monde du négoce, du secteur textile et des épices : ce sont des marchands de laine, de soie et de cuir, des cordonniers, des boulangers, des sculpteurs, des tailleurs, des apothicaires, des tisserands, des médecins, mais aussi, dans le cercle restreint d’Appolonia, des domestiques, des serviteurs, des religieux, ainsi que les indispensables hommes de loi et notaires. Certains mènent la plupart du temps une activité professionnelle qui les rapproche des deux époux successifs d’Appolonia Collomba, Francesco de Boni et Angelo Cesari. Les activités menées par ces deux marchands, la richesse qu’ils ont accumulée, leurs multiples confrères, employés et clients expliquent le nombre élevé de témoins qui sont actifs dans certains secteurs de la vie économique vénitienne dans la seconde moitié du XVIe siècle. Le statut élevé d’Appolonia lui a permis d’avoir plusieurs domestiques dans sa maison, avec lesquelles elle travaillait, filait l’or, du moins dans les moments les plus difficiles de son existence, quand son immense fortune vint à manquer : elle était active, de jour et de nuit, rapporte un témoin qui vivait à San Nicolò.

  • 27 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, déposition du 7 mai 1579, fol. 26r-27r.
  • 28 Ibid., déposition du 25 septembre 1579, fol. 92v-93r.
  • 29 Ibid, déposition du 26 septembre 1579, fol. 93r-93v.
  • 30 Ibid, déposition du 2 janvier 1580, fol. 127r.
  • 31 Ibid, déposition du 19 décembre 1579, fol. 125r.

20Certains ont travaillé dans l’atelier d’Angelo Cesari, tel Filippo Barberi, de Crémone, pendant une douzaine d’années27. Cristoforo de Goris permet de rendre perceptible l’ascension de la famille de Boni28 : Francesco était, au début, un cordonnier disposant de sa propre boutique et travaillant le cuir. Puis il acheta un office au fontego des cordonniers, renonça ensuite à cette activité et se mit à acheter des balles de cuir, afin de les revendre sans doute à des prix plus avantageux pour lui. Un autre témoin, Prospero Buro, épicier, raconte que le père de Francesco tenait également un atelier de cordonnerie29. Au décès de son père, Francesco se maria, se fit marchand, abandonnant boutique et paroisse. Homme considéré comme très riche, commodo et ben vestido, il était devenu le chef du fontego des cordonniers, commerçait avec les Juifs et les Levantins, comptait deux domestiques à son service, comme n’importe quel Signore, et son épouse, Appolonia, se déplaçait honoratamente, avec des perles et d’autres bijoux de valeur. On estime qu’elle a reçu un héritage d’un montant de 10 à 20 000 ducats. Elle a ensuite convolé en secondes noces avec un riche marchand, Angelo Cesari, qui possédait une fortune évaluée à près de 60 000 ducats, une somme colossale qui explique les tensions survenues à la mort d’Angelo entre les Cesari et Appolonia Collomba. Les liens sont parfois très forts au sein de la communauté urbaine, comme c’est le cas avec Nicola Brunelli, marchand de draps de laine, rapportant que son parrain avait été Angelo Cesari30. Il en est de même pour Margarita Valentino, qui déclare qu’Angelo Cesari avait été son santolo (parrain), ajoutant qu’Appolonia maniait des sommes d’argent importantes et faisait le commerce de l’or31.

  • 32 Ibid, déposition du 19 décembre 1579, fol. 125r-126r.
  • 33 Ibid, déposition du 7 mai 1579, fol. 27v-28v ; déposition de Filippo Barberi du 7 mai 1579, fol. 27(...)

21Cependant, les dépositions ne sont pas forcément favorables à Appolonia Collomba. Ainsi en est-il, par exemple, de Cattaruzza, veuve de Pietro di Francesco, qui avait été au service d’Appolonia, sur demande des Cesari, désireux de la faire surveiller, car ils redoutaient que l’héritage soit dilapidé par la veuve32. Appolonia se méfiait de cette domestique-gardienne en qui elle ne voyait qu’une espionne à l’affût de ses moindres faits et gestes. Même ceux qu’elle avait sollicités pour écouter, cachés derrière une cheminée ou des tapisseries, ses adversaires, n’hésitent pas à se plaindre d’une telle manœuvre, malgré le service qu’ils ont voulu lui rendre : Alessandro Tessari, qui regrette d’avoir perdu des journées de travail, et Filippo Barberi, devenu un témoin providentiel et obligé de comparaître, contre son gré, devant les juges de l’Avogaria.33 L’éventualité de représailles fait naître chez les déposants des craintes qui ne sont pas injustifiées.

  • 34 F. Ambrosini, Storie di patrizi e di eresia nella Venezia del ’500, Milano, F. Angeli, 1999 ; A.S.V (...)
  • 35 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, interrogatoire de Prasildo dalla Volpe, 6 février 1580, fol. 2v ; déposi (...)
  • 36 F. Ambrosini, Storie di patrizi e di eresia, op. cit, p. 32, 49-51, 148.

22La veuve Appolonia a également reçu les services d’un médecin qui a cherché à l’apaiser dans ses tourments : Girolamo Donzellina, connu à Venise pour ses idées religieuses non-conformistes34 et récusé par l’avocat dalla Volpe, « che a questo non se li po prestar fede alcuna per esser heretico»35. Originaire d’Orzinuovi, suspecté très tôt d’hérésie, il se trouve à Venise dès les années 1550, suivi par son frère Cornelio, lequel avait quitté l’ordre dominicain et tenu à Capodistria, durant l’été 1548, une école de grammaire sur demande de l’évêque Pier Paolo Vergerio. Girolamo était estimé et fréquenté par des membres de la classe dirigeante vénitienne, en rupture plus ou moins marquée avec les idées religieuses traditionnelles36. En septembre 1578, le patricien Gabriel da Canal, lié au groupe des dissidents religieux de Venise, avait offert une caution de 1 000 ducats au Saint Office, afin que Girolamo demeure chez lui, au lieu de rester en prison. Ce médecin avait déjà été emprisonné quatre fois pour soupçon d’hérésie et avait abjuré à deux reprises. Lors du procès instruit par l’Inquisition de Venise, il avait indiqué comme témoins de sa défense les patriciens Lunardo Mocenigo et Paolo Tiepolo, qui avaient été ambassadeurs dans le Saint Empire. En janvier 1578, Girolamo Donzellina est à nouveau en prison, en compagnie d’Alvise Mocenigo, tous deux soupçonnés d’hérésie, mais se promenant néanmoins librement dans les cours de la prison, ce qui incite Alvise à quitter la capitale et à se rendre en France, grâce au soutien occulte de puissants patriciens et de l’ambassadeur français, Arnaud du Ferrier.

  • 37 Voir, infra, les documents 1 et 3.

23Au-delà des accusations et des défenses qui ponctuent le procès, il convient de recomposer ce puzzle de voix éparses, de témoignages, ayant trait à des points précis dictés par les « modules » soumis aux juges par Appolonia Collomba37. Le discours tenu par les déposants révèle l’existence de puissantes alliances, du jeu des clientèles, du sens du devoir et du service à rendre à autrui, de l’appartenance d’un individu à un lignage, à une Casa puissante, à un corps professionnel, exprimant ainsi des valeurs que tous partagent. Même si, d’une façon sans doute singulière, les prévenus dénoncent les liens et les affinités existant entre les témoins et l’accusatrice, il n’en demeure pas moins que les personnes appelées à comparaître à l’Avogaria en faveur des inculpés rendent perceptible une attitude identique : le témoignage prend une importance d’autant plus grande dans le système des preuves légales qu’il figure comme l’une des pièces centrales du dossier permettant au juge de décider de l’issue de l’affaire, aussi tortueuse soit-elle.

Solidarités, alliances et familles

  • 38 Voir par exemple, infra, les documents 4 et 5.
  • 39 L. Faggion, Les Seigneurs du droit dans la République de Venise. Collège des Juges et société à Vic (...)
  • 40 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, dépositions effectuées en faveur de Prasildo dalla Volpe, Battista Bonag (...)

24Le cercle des amis et des connaissances se forme sur la base de la parenté, du voisinage, du statut social et de la profession38. Les témoins appelés à décharge par Prasildo dalla Volpe sont souvent issus du monde de la judicature vicentine et vénitienne : à Vicence, la plupart sont des membres du Collège des Juges, puissante magistrature juridico-administrative39, ou des hommes de loi exerçant hors de ce corps de métier (sollicitatore, procuratore, avocat), qui gravitent dans les cercles de décisions politiques locaux ou de la capitale40. Le discours de ces experts juridiques ne peut pas laisser de place à de quelconques maladresses susceptibles d’être ensuite retenues contre eux et les inculpés. Ils s’en tiennent donc aux règles prescrites par le droit, attitude que l’on retrouve également auprès de ceux privés de connaissances juridiques, mais aidés parfois par des amis qui savent comment fonctionne la justice vénitienne. Les témoins ne sont pas naïfs, ils redoutent aussi bien les complications d’ordre juridique que les mesures de représailles des personnes qu’ils peuvent citer dans leurs dépositions. La prudence, la mesure, le refus même de se rappeler certains événements et détails prouvent que des règlements de compte peuvent surgir, un jour, surtout de la part de la famille redoutée des da Porto, qui bénéficie, même à Venise, de solides appuis.

  • 41 Les témoins de la défense, désignés par Prasildo dalla Volpe, Battista Bonagente et Elena dall’Oro, (...)
  • 42 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, déposition du 13 février 1580, fol. 24v.
  • 43 L. Faggion, Les Seigneurs du droit dans la République de Venise, op. cit., p. 206.

25Un esprit de solidarité caractérise les témoins de la défense41 : il y est fréquemment question d’amitié, de liens profonds et anciens, indéfectibles, qui justifient un discours élogieux et respectueux à l’encontre des trois détenus, l’avocat dalla Volpe, le prêtre Battista Bonagente et Elena dall’Oro. L’existence des réseaux reconstitués grâce aux différentes dépositions repose sur l’affection, le service rendu et à rendre, le patronage implicite, mais réel et puissant, qui assure à tous aide et sécurité. Les témoins qui plaident en faveur des prévenus proviennent aussi bien de Vicence que de Venise : des membres de l’aristocratie traditionnelle, ainsi que de la noblesse récente, des hommes de loi, des médecins, des notaires, des hommes d’Église, des marchands et des serviteurs interviennent dans le procès. Résidant dans la paroisse de Sant’Angelo Raffaele, une fileuse, Vincenza Piovana indique, par exemple, que l’avocat Prasildo dalla Volpe a été son parrain et qu’il l’a été, également, pour deux de ses enfants42. Les hommes de loi Pompilio Viola et Giovan Antonio Ceffio, le célèbre notaire vénitien Marcantonio Figolino sont unis à Prasildo par des liens d’amitiés et de parrainage. L’avocat côtoie en effet Pompilio Viola, qui est juriste et appartient à une famille de noblesse récente, ayant reçu par privilège le statut de citoyen vicentin en 154043. Prasildo a été, en outre, le parrain de Marcantonio, ainsi que de Camillo Cattaneo, un ami de longue date des da Porto et du médecin Girolamo Donzellina, lequel suscite toutefois la méfiance déclarée de l’avocat. Tous savent, en effet, que Girolamo Donzellina a témoigné en faveur d’Appolonia Collomba, lors de la première phase du procès.

  • 44 A. Olivieri, « Alessandro Trissino e il movimento calvinista vicentino del Cinquecento », Rivista d (...)
  • 45 Achille Olivieri mentionne, dans son article publié en 1967, un certain « messer Gelino », ainsi qu (...)

26L’avocat Prasildo dalla Volpe, issu de la noblesse vicentine, fréquente la haute société vénitienne et les membres de l’aristocratie de Vicence, qui séjournent et travaillent dans la capitale. Prasildo dalla Volpe sait qu’il peut compter sur ses amis et ses patroni, nombreux et influents. Dans les années 1558-1562, plusieurs personnalités du monde vénitien se réunissent dans la demeure du patricien Vincenzo Grimani ou chez les Falier, parmi lesquels se distinguent des membres du groupe dirigeant de la République44 : notamment Vittore Pisani, Girolamo et Zaccaria Dolfin, Felice Bon, Vittore Correr, Giovanni Paolo Contarini, Marino da Pesaro. Alessandro Trissino, d’un prestigieux lignage de l’aristocratie de Vicence, versé dans les nouvelles idées religieuses et tenu de se présenter au Saint Office en 1563, est présent à ces réunions, auxquelles participent également d’autres nobles vicentins, tels que Francesco Squarzo, Giulio et Tiberio Piovene, Ghellino Ghellini et Fabio dalla Scroffa45.

  • 46 Voir, infra, le document 4.

27Les amitiés rendent inévitablement perceptibles les rivalités et les tensions qui existent à Vicence dans la seconde moitié du XVIe siècle. Homme de loi aguerri aux techniques les plus raffinées du droit, Prasildo dalla Volpe n’a jamais pu ignorer les dissensions qui enveniment la ville de Vicence, partagée entre la faction des Capra et celle des da Porto, à laquelle il se rattache pourtant, malgré une discrétion évidente. C’est le noble Battista Bonagente, prêtre, qui n’hésite pas à parler de ces différends, parfois meurtriers, qui déchirent la ville au désespoir des recteurs vénitiens46. À plusieurs reprises il évoque, lors des interrogatoires auxquels il est soumis, les haines et l’esprit de vengeance qui caractérisent les Capra, sentiments qui expliquent, selon lui, le procès qui lui est intenté. À la consternation du vicaire, présent lors du procès, il déclare qu’il était de son devoir d’apporter soutien et secours à la Magnifique Maison da Porto, en dépit de son statut d’homme d’Église qui aurait dû l’appeler à des tâches plus spirituelles.

  • 47 Biblioteca Civica Bertoliana, Vicence, ms. 2852, Cronaca Garzadori, p. 12-15 ; C. Povolo, L’intrigo (...)

28Prasildo dalla Volpe fait partie du clan da Porto, dont parle si souvent le prêtre incarcéré. L’avocat est du reste l’époux d’Isabetta da Porto, sœur de Camillo, qui est lui-même marié, en secondes noces, à Isabella dalla Volpe, fille de Girolamo, qui lui donna trois enfants : Leonora, qui épouse Leonardo Thiene ; Ottavia, qui convole avec Attilio Loschi, et Ludovico, lequel fait une carrière militaire mais se compromet dans des excès commis dans l’arrière-pays vicentin dès 1579 – excès qui lui valent d’abord l’emprisonnement pour homicide puis, en 1585, le bannissement infligé par le Conseil des Dix, accompagné de la confiscation de tous ses biens au profit des Cereda47.

  • 48 Archivio di Stato de Vicence [ =A.S.Vi], Corporazioni Religiose Soppresse [ =C.R.S.], Collegio dei (...)
  • 49 A.S.Vi, C.R.S., C.d.G., registre 2793, fol. 142v-144r. C. Povolo, L’intrigo dell’Onore, op. cit. ; (...)

29Prasildo dalla Volpe ne fait jamais mention, au cours du procès, des différends profonds entre les deux grandes familles vicentines Capra et da Porto, mais il est possible néanmoins de repérer des indices susceptibles de mieux faire ressortir des liens qui ne se limitent pas aux unions matrimoniales. Lorsque le jeune Prasildo dalla Volpe se présente, en 1548, au Collège des Juges de Vicence pour se soumettre aux examens d’entrée et, si possible, s’y faire admettre, Leonardo Piovene – probablement un proche de la famille da Porto – préside la séance, à laquelle prennent part vingt-cinq autres membres, parmi lesquels Camillo da Porto, nommé en avril 1528. Son admission est un succès et il est reçu en octobre 154848. À partir de 1550, il est toutefois peu souvent présent aux réunions du Collège, sans doute pris par son intense activité d’avocat à Venise, où il s’est fixé avec sa famille. Il assiste cependant à la séance du 14 octobre 1561, à l’occasion de laquelle Giovan Battista Cisotti, issu d’une riche famille de noblesse récente, pose sa candidature. À cette assemblée importante, présidée par les juges vicentins Giulio Barbarano, Nicola Negri et Francesco Cereda, siègent les recteurs vénitiens Daniele Pisani et Bartolomeo Lippomano. Le jeune Giovan Battista Cisotti présente une supplique qui est rejetée par le Collège, avec 46 voix négatives, 13 favorables et six sans avis. L’échec de Giovan Battista peut s’expliquer par l’absence de juges favorables aux familles nouvelles, ainsi que par le jeu des clientèles et des alliances qui a profité aux da Porto, très puissants durant cette période et réticents à l’idée d’admettre des membres au passé obscur, ayant fait fortune dans le négoce. Prasildo dalla Volpe a peut-être voté contre l’admission de Cisotti et soutenu, de ce fait, ses alliés49.

30D’autres membres du clan da Porto font également partie du Collège des Juges : Lodovico Loschi, le frère du témoin Emilio, a été nommé en septembre 1561 ; un de ses cousins, Scipione, est juge collégial depuis novembre 1579. Les da Porto sont liés d’amitié à Emilio Loschi et ils résident du reste presque tous dans la même contrà, à Vicence. Selon Emilio Loschi, le comte Leonardo da Porto avait été très préoccupé par l’assassinat d’un ami, Marcantonio dall’Oglio, perpétré à Valdagno, dans le nord-ouest de la province de Vicence, par la faction rivale des Capra.

  • 50 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, déposition du 5 janvier 1580, fol. 142r-144r.

31À Venise, les témoins issus du patriciat ne sont pas tous enclins à parler librement des faits soulevés par les juges lors des auditions et préfèrent être prudents, une attitude qui fait ressortir le pouvoir de la famille da Porto et de leur avocat Prasildo dalla Volpe, fortement mêlés au monde de la judicature et à des groupes du cercle dirigeant de l’État. C’est ainsi que le patricien Vincenzo Malipiero, vivement sollicité par Appolonia Collomba à intervenir auprès de son gendre, alors Seigneur de Nuit, afin que celle-ci soit libérée au plus tôt et soulagée de ses maux50, lui rétorque que celui-ci est un homme de bien et qu’il faut laisser la justice suivre son cours. Un des compères d’Appolonia réussit même à emmener cette dernière chez un avocat vénitien, Alvise Balbi, avec lequel elle parvient à s’entretenir de ses difficultés. Balbi lui rappelle qu’il l’avait pourtant avertie, dès le début, qu’il ne fallait pas fréquenter Elena dall’Oro et refuse de s’occuper de cette cause, qu’il considère peut-être comme risquée et perdue d’avance.

32Appolonia ne s’avoue pas vaincue et implore à plusieurs reprises Vincenzo Malipiero de l’aider, de se cacher derrière une tapisserie ou une cheminée, afin qu’il entende soit le prêtre Battista Bonagente confesser l’affaire conclue avec le comte Leonardo da Porto et l’avocat Prasildo dalla Volpe, soit Iseppo da Porto qui, à coup sûr, aurait avoué la culpabilité de Leonardo, sans se douter de la présence d’une tierce personne dans la pièce. Néanmoins Malipiero, en homme avisé, craignant probablement une suite peu heureuse pour lui, redoutant la puissance du réseau dominé par la famille da Porto, refuse. Cette attitude prudente, apparemment désintéressée, en tout cas peu encourageante pour Appolonia, qui attend pourtant de l’aide, s’explique en réalité par les liens qu’il affirme avoir entretenus, jadis, avec les da Porto, les vecchi da Porto, ceux de sa génération, qui ont toujours été des amis, alors qu’il n’a aucune affinité, du moins le prétend-il, avec leurs fils. Vincenzo Malipiero s’est, par ailleurs, rendu à plusieurs reprises chez Appolonia, qui lui racontait ses affanni, en présence du médecin Girolamo Donzellina.

  • 51 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, déposition du 5 janvier 1580, fol. 152r-153r.
  • 52 Voir, infra, le document 6.
  • 53 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, déposition du 13 janvier 1580, fol. 9r-10v.
  • 54 Ibid., déposition du 18 mai 1579, fol. 37v-38r.

33Le patricien Alvise Soranzo témoigne, quant à lui, d’une liberté de parole relative51. Lorsqu’il a vu Elena dall’Oro, celle-ci s’était montrée timide, mais il n’avait pas cherché à en savoir plus. Elle vivait en réalité dans l’angoisse de se faire assassiner, empoisonner ou, du moins, maltraiter par ses patrons, car elle en savait beaucoup trop et Appolonia Collomba avait été en fait « assassinée » par les da Porto et Prasildo dalla Volpe52. Alvise Soranzo reconnaît s’être occupé d’Elena dall’Oro en justice, mais il n’a plus eu de contact avec elle depuis le procès, alors que Lorenzo Morosini et Francesco Michiel expriment une réelle fidélité à Elena. L’avocat Alvise Balbi témoigne d’une prudence peut-être exagérée, dévoilant la crainte qui le ronge à l’encontre de la faction da Porto ; il ne semble pas favorable à Appolonia, à laquelle il attribue un comportement masculin, et lui en veut, sans doute, de l’avoir fait comparaître à l’Avogaria53. Le patricien Carlo Vitturi connaît Appolonia Collomba, car elle avait habité dans sa maison à Santa Maria Formosa54 ; il parle sans trop d’embarras et livre les informations dont la veuve se plaint avec tant d’insistance depuis le début de son drame et son recours en justice. Le comte Leonardo da Porto s’était même rendu à plusieurs reprises chez elle, accompagné de sept à huit hommes, ce qui inquiéta des voisins, dont un valet qui s’empressa d’appeler le déposant.

  • 55 A.S.Vi, C.R.S., C.d.G., procès d’admission de Francesco Cividale (1623), carton 2839, testament de (...)
  • 56 A.S.Vi, C.R.S., C.d.G., registre 2784, fol. 14r.

34Le patricien vénitien Federico Marcello, l’un des deux recteurs de Vicence en 1576, témoigne de son amitié pour l’avocat Prasildo dalla Volpe, lequel avait été hébergé chez le noble chevalier Tiberio Piovene à Vicence pendant un mois. Il en est de même pour d’autres, tels que le médecin Augusto Bonagente, de noblesse récente, membre du cercle de Prasildo. Ils sont tous d’anciens amis. En août 1576, durant le séjour des dalla Volpe à Nanto, localité située dans la province de Vicence, où ils possèdent de nombreux biens fonciers, Lucietta, la fille de Prasildo, tombe malade, ce qui incite le médecin Augusto Bonagente à se rendre régulièrement à son chevet pour lui administrer les soins nécessaires. En septembre, Isabetta, l’épouse de l’avocat, est aussi fiévreuse. Craignant que son état ne se dégrade davantage, le médecin conseille alors à toute la famille dalla Volpe de retourner à Vicence : Isabetta est ainsi recueillie par ses frères da Porto et Prasildo trouve un logis chez les Piovene. Ils se voyaient chaque jour, car ils avaient un domicile voisin. Puis, la famille de Tiberio Piovene décide de partir dans sa demeure de campagne, cédant son logement aux dalla Volpe, avant que ceux-ci ne prennent finalement une maison louée par les Cividale, sans doute d’anciens amis. Il est probable qu’il s’agisse des héritiers de Francesco Cividale, juge au Collège dès 1545, ayant épousé Lidia Loschi, sœur d’Attilio, lequel s’avère être l’époux d’Ottavia da Porto, fille de Camillo et d’Isabella dalla Volpe. Dans le testament rédigé en 1560, Francesco Cividale demande que ses exécuteurs testamentaires soient les deux patriciens Ottavio Grimani et Lorenzo Donà, suo cognato et compadre de son épouse Lidia, Camillo da Porto germano, Ghellino Ghellini, juge collégial et compadre della sua nora55. Le jeune Alfonso da Porto, nommé juge au Collège en juillet 1554, hérite, en 1561, de Francesco Cividale, décédé une année auparavant, son siège détenu au Grand Conseil de Vicence56.

35Galeazzo Gorghi, juge collégial dès 1552, fait partie du réseau auquel est lié Prasildo dalla Volpe et avec lequel il est souvent en relation d’affaires. Il avait été convié, en 1577, à un banquet tenu chez le noble Nicolò dalla Scroffa, juge collégial depuis 1558, mais il n’avait pas pu y prendre part. Prasildo, par ailleurs, a participé à une fête donnée chez le noble Orazio Fiocardi, qui est un ami et son parrain. À cette soirée, d’autres nobles ont été reçus, le juge collégial Pietro Francesco Trissino et le docteur en droit canon Michele Caldogno. Lors des dépositions, la présence d’avocats aux côtés des témoins révèle des liens très importants : Orazio Fiocardi est accompagné par Giulio Trissino, juge collégial ; Galeazzo Gorghi, par Francesco Brazzoduro et Ottaviano Capra, juge collégial nommé en 1571, appartenant à la famille rivale des da Porto.

36Il n’est pas exclu que des membres de la Maison Trissino soient en conflit, durant cette période, avec les da Porto, et cherchent à contrôler le discours tenu par un certain nombre de témoins lors du procès. Le juge Pietro Francesco Trissino et l’évêque de Vicence, le patricien vénitien Michele Priuli, pourtant convoqués, n’ont pas pu ou voulu se rendre à l’Avogaria : est-ce un refus de témoigner pour une cause à laquelle ils ne veulent pas être mêlés ou un empêchement réel ? L’origine de ces absences peut également reposer sur les liens noués par la famille da Porto avec des membres de la Casa Trissino, la branche de Ciro, appelée « dal Vello d’Oro », en rivalité déclarée depuis plusieurs décennies avec un rameau collatéral de la famille, duquel fait partie justement Pietro Francesco. Les antagonismes sont si importants que Ciro est assassiné en 1576, dans le village de Cornedo, situé dans le Haut-Vicentin, par un membre de sa parenté, Giulio Cesare Trissino.

  • 57 Le degano est l’un des représentants d’une communauté villageoise.

37Ce désaccord familial profond justifie sans doute le refus discret avancé par le noble juge Pietro Francesco. Prasildo dalla Volpe avait donc pressenti, dans sa geôle, qu’il n’était pas judicieux de compter sur lui. Offensé par l’avocat dans une affaire de mariage qui n’avait pu être conclue selon ses vœux, Galeazzo Gorghi adopte une attitude qui montre les limites d’une adhésion à un réseau, aussi puissant et étendu soit-il, car il ne paraît pas attaché à la Maison da Porto, pourtant si riche et influente. C’est ainsi qu’il aspire à gagner l’appui de la faction adverse, ce qui explique la présence d’Ottaviano Capra à ses côtés. D’autres déposants ont également été accompagnés par un proche qui n’est pas nécessairement un homme de loi, mais un garant du témoin, et qui dévoile le jeu des alliances rendu perceptible par le procès : ainsi, Orazio Piovene se trouve-t-il présent lors de la déposition du degano57 Giovanni Beltrami, de Marino Peverino de Schio et d’Alessandro Piovene, tandis que Leonello Chiericati assiste Tiberio Piovene.


***

38Le cas de falsità laisse transparaître le jeu tortueux élaboré par le comte Leonardo da Porto et ses trois complices pour s’approprier la fortune d’Appolonia. Elena dall’Oro prétend avoir joué un rôle mineur dans cette affaire et redoute l’autorité de la famille da Porto, alors que le prêtre Battista Bonagente insiste sur la machination dont il serait la victime au profit des Capra. La peine infligée aux auteurs du délit de falsità est le bannissement perpétuel, avec la confiscation des biens, châtiment infâme que craignent les nobles de la Terre Ferme : Leonardo da Porto, qui ne s’est jamais présenté à la justice, est ainsi chassé des terres de la République. S’il est saisi, il doit être condamné à la décapitation. Toutefois, dans l’hypothèse où il verserait à l’Avogaria, dans un délai de quatre mois, l’équivalent de la somme qu’il a subtilisée, il se verrait seulement banni pour une durée de dix ans.

39En mai 1579, le nonce de Venise donne l’ordre au patricien vénitien Priuli, évêque de Vicence, de faire capturer Leonardo et de l’emmener dans les geôles de l’évêché, ce qui est promptement réalisé. Cependant, malgré le refus avancé par le prélat, la Seigneurie veut qu’il soit détenu dans les prisons de la République. Le chancelier, qui travaille aux côtés du podestat, l’un des deux recteurs chargés d’administrer la ville, réunit douze hommes qui se rendent dans la cellule où est enfermé le noble : la consternation est totale, car il n’y a personne. Ils réussissent pourtant à l’arrêter mais, une fois devant le vicaire de l’évêque, ils se rendent compte que le prévenu n’était pas Leonardo da Porto ! L’évêque et le podestat s’accusent alors mutuellement de la disparition de ce noble issu d’un puissant lignage local, qui a réussi à prendre la fuite sur les toits de la ville grâce à de nombreuses complicités.

40Perçu d’abord comme un fait divers impliquant une veuve manipulée et privée de secours, ce procès criminel a révélé une société en crise, des familles aux prises avec des conflits interminables, d’une violence parfois inouïe, que rien ne peut masquer. Les recteurs vénitiens résidant dans les villes de la Terre Ferme, les suppliques des victimes présentées à Venise, les dissensions, de nature à la fois parentale, économique et politique conduisant souvent à l’assassinat, les témoignages recueillis lors d’une instruction judiciaire rendent ainsi compte de vives tensions, que seules les grandes magistratures de la capitale, l’Avogaria di Comun tout comme le très puissant Conseil des Dix, garant de l’ordre public et de l’autorité au sein de l’État, peuvent tenter de résoudre à Venise comme dans son vaste Dominio. Dans le courant du XVIe siècle, les noblesses de la Terre Ferme, dont le pouvoir est mis à mal par la Dominante, cherchent à gagner la faveur et le soutien de l’élite politique vénitienne, fréquentent leurs cercles, nouent des amitiés, concluent des alliances matrimoniales, obtiennent un quelconque patronage, s’intègrent dans le monde de la judicature. Les réseaux d’alliances, de parenté et de clientèles sont dès lors rendus perceptibles dans ce procès de manipulation mentale, qui compromet des membres de la haute société de la Terre Ferme en contact étroit avec la capitale, Venise.

Top of page

Annex

Note sur la présente édition

Nous avons choisi d’éditer ici plusieurs textes qui contribuent à donner un éclairage particulier sur une affaire qui risque de passer d’abord comme un fait divers, alimentant la rumeur, suscitant la stupéfaction, voire même la crainte, lorsque l’on apprend qui figure parmi les inculpés. Chaque discours livre ainsi une information particulière qui donne au procès une dimension originale aux multiples contours, du discours de la plaignante, qui tient à récupérer ses biens, aux trois prévenus, qui utilisent leurs réseaux de connaissance et communiquent leur propre perception sur le démêlé juridique pour lequel ils se trouvent incriminés.

Le critère de l’édition a été celui de retranscrire fidèlement les textes. Ainsi, l’orthographe et l’ordre des phrases ont été respectés, afin de maintenir telle quelle la langue utilisée par les différents protagonistes du procès. Les abréviations ont été en grande partie conservées. Les accents, ainsi que la ponctuation moderne, ont été ajoutés pour faciliter la lecture des passages. Nous restituons suivant l’usage moderne l’alternance u / v, ainsi que la graphie i à la place de j, sauf pour le texte imprimé (document 2). Il a été jugé utile de signaler un sous-entendu (documents 4, 6), de donner une précision que l’orthographe de l’époque ne permet pas de saisir (document 4), de signaler une rature ou l’origine des points de suspension (document 5). Enfin, lors des interrogatoires (documents 4, 6), il a été préférable de distinguer clairement les questions des réponses, ce qui n’apparaît pas dans les sources manuscrites, en ajoutant le point d’interrogation à la fin de chaque demande.

1. Appolonia Collomba demande réparation [août 1578]

A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, fol. 1r.

Après avoir connu l’emprisonnement, Appolonia Collomba, qui avait été soupçonnée de s’être approprié la fortune de son défunt mari Angelo Cesari, demande que réparation lui soit faite. Conseillée par l’avocat Lucillo Cereda, elle n’hésite pas à adresser ses plaintes à l’Avogaria di Comun, afin de pouvoir récupérer les biens qui lui avaient été subtilisés par le comte Leonardo da Porto, issu d’une prestigieuse famille de l’aristocratie vicentine.

Clarissimi et Illustrissimi Signori Avogadori

Non è mai successo in questo Serenissimo Stado il mazor né il più grave caso di quello che io, Appolonia Collomba, moglie del quondam m. Anzolo Cesari, sono hora per rapresentare alle Illustrissime Signorie vostre di fraude, di truffa, di furti, di sacrilegii, di homicidii et di veneni.

Del 1569, morto m. Francesco dei Boni mio primo marito mercante assai commodo in questa città, rimasi per suo testamento herede della sua facultà et, havendo dato in salvo gran parte dei danari e zoglie ch’io haveva havuto per detta heredità in una cassella bollata a m. Ciprian Pigazi nostro amico di casa, contratto novo matrimonio del 1572 con m. Anzolo Cesari, li diedi per dote 5 000 ducati et il resto, in detta cassella bollatta alla summa de otto et piu mille ducati, lassai in salvo al detto m. Cipriano questa cassetta con li detti danari e zoglie. Doppo esser stata longamente in casa di questo mio amico, occorse che del 76 per il contagio che era allhora in Venetia, dubitando di qualche sinistro accidente che, o morto o ferito esso mio amico o altro di casa sua, la cassetta et danari potessero esser persi o rubbati, mi rissolsi di portarli in luogo dove non fussero sottoposti a questo pe-ricolo ; et così del mese di mazo o di zugno, salvo il vero, rihavuta la cassetta del depositario con occasione di alcune di alcune (sic) nezze58 di mio marito m. Anzolo che si havevano da vestire nel monasterio di San Francesco Vecchio da Chioza, la portai meco al detto monasterio et, di quella cavati in sachetti al n.o 6 (tre rossi doi verdi et un bianco), li diedi in salvo a Sor Francesca, monaca in ditto monasterio. Del mese di settembre poi, occorse che ’l detto m. Anzolo, mio secondo marito, si ammalò et morì di contagio et, avanti la sua morte alla presentia del barbiero di due done di casa, mi lassò oltra il contenuto in certo suo testamento che prima haveva fatto tutto quello che si ritrovava in casa. Dopoi la sua morte, essendo opinione de medici di comare et d’altri ch’io fussi gravida et, in caso che io non fossi gravida, havendo pretensione nell’heredità alcuni generi di m. Anzolo mio marito, furono inventariate et bollate tutte le robbe di casa ; et io, con la custodia di due monache et di due altre donne per causa della gravidanza, restai nella istessa casa. Et volendo io far levare per breviario59 il legato lassatomi come di sopra per il detto mio marito, nacque per tal occasione ancora disparere e lite fra me et i sopradetti mei zeneri. Per questi dispareri et per questa lite, havendo bisogno di agiuto et di favore et essendomi mancati i parenti dal contagio, accettai per mio difensore un m. Annibal dalla Niova, nevodo del quondam mio marito Cesare. Questo havendomi raccordato et offerto una madama Ellena dal’Oro come persona di molto podere et di molta pratica nelle cose del palazo et che prontamente si affaticava per donne vedoe abandonate, volentiera come bisognosa, non conoscendo le sue condicioni, accettai il suo patrocinio.

2. « Contra quelli, che commettono Homicidii pensati, di mala qualità, & attroci, che siano confiscati li loro beni »

Leggi criminali del Serenissimo Dominio Veneto, Presso li Figliuoli del quondam Gio. Antonio Pinelli, Venezia, 1751, fol. 62v-63r, extrait.

Cette loi, promulguée sans doute grâce à l’intervention de l’avocat d’Appolonia Collomba, Lucillo Cereda, qui faisait partie de la faction vicentine des Capra, famille hostile aux da Porto, permet de mesurer les possibilités qui sont offertes, à partir de 1578, aux personnes qui estiment avoir été manipulées (truffa, plagio) et souhaitent voir leur honneur enfin réparé. Lucillo Cereda a probablement réussi à gagner la confiance et la caution d’une partie du patriciat vénitien qui s’affirmait contre tout désordre public et, aussi, contre le puissant lignage dont faisait partie Leonardo da Porto. Cette mesure donne une nouvelle tournure à cette affaire qui avait été d’abord instruite par les Seigneurs de nuit (Signori di Notte), magistrature vénitienne chargée de sanctionner les délits commis dans la capitale.

1578. Adi 28. Settembre. In Conseglio di Dieci, & Zonta.

PER proveder à molti inconvenienti, che corrono giornalmente in diversi Luoghi del Stato Nostro è necessario far nuova, & gagliarda Provisione contra i delinquenti, à gloria del Signor Iddio, & à maggior sicurtà, & quiete de i Sudditi Nostri. Però

L’Andarà Parte, che sia Publicato in questa Città, & in tutte le altre Città, & Terre del Stato Nostro li Ordini infrascritti da esser inviolabilmente essequiti, & osservati da cadaun Magistrato, Consiglio, Rettori, & ogn’altro Rappresentante Nostro.

Che in tutti li Casi d’Homicidii pensati, overo di mala qualità, & attroci per i quali per questo Conseglio, overo per il Senato sarà data auttorità à i Rettori Nostri di Bandir di Terre, & Luoghi, & confiscar li Beni, siano li beni confiscati (detratte le Parti, che spettano, secondo la forma delle Leggi à quelli, che faranno l’essecutione) assignati tutti in feudo alli offesi, cioè alli più prossimi delli morti, con quella recognitione alla Signoria Nostra, che parerà al Giusdicente, che farà la Sen-tentia : Il qual Feudo s’intendi andar di Herede in Herede legittimo per Linea retta descendente ; la qual finita, ritornino essi Beni nel Dominio Nostro : essendo obligati quelli, che haveranno dette Investiture, secondo, che anderanno succedendo l’uno all’altro, prender l’Investitura da quel Rettor sotto la Giurisdittion del quale saranno essi Beni. Et sia dechiarito, che li sopradetti Beni siano sempre obligati alle Taglie, che occorresse pagarsi per quel caso, & se vi fossero Beni sottoposti à Fideicommisso, la mità s’intendi esser fatta senza alcun impedimento, ò difficultà confiscati per Legittima, & Trebellianica, & immediate applicata alli offesi con le conditioni sopradette : dell’altra mità siano vendute le Intrade, & consignato il tratto alli offesi, & questo durante la vita del Condannato, & il medesimo si debba osservar in questa Città : Et quando il Delinquente fosse Figliuolo di Famiglia, se vi saran Beni conditionati sia osservato quanto è detto di sopra ; & acciò che non sia commessa fraude in questa materia de’ Beni, occorrendo il caso di Confiscatione, siano obligati tutti quelli, che havessero Credito di qual si voglia sorte sopra li detti Beni in termine di Mese uno dopò la publicatione della Sententia darlo in Nota, & giustificarlo, & passato detto tempo non li possa esser più fatto buono esso Credito ; & se si troverà, che alcuno usi fraude in farsi Creditor simulato, ò finto caschi in pena di Bando perpetuo della Città, & Territorio di onde fosse, & à pagar altrettanto, quanto fosse il Credito : la qual pena pecuniaria sia di quelli, che facessero venir in cognitione tal falsità.

Che li Giusdicenti, che faranno le sententie, così in questa Città, come fuora, debbano far notar sopra un libro tenuto à questo effetto, tutti li Beni confiscati con ogni particolarità necessaria ; dovendo poi in fine del loro Officio, over Reggimento presentar alli Capi di questo Conseglio Nota distinta, e particolar di tutte le Confiscationi, & Investiture, che saranno state fatte al loro tempo, le quali sian fatte notar sopra un Libro à parte, da esser tenuto nella Cancelleria ducale, à fin che di tempo in tempo, se ne possa veder il Conto.

E perche si vede esser introdotto, che nei Processi Criminali sono introdotti Testimonii falsi, così à offesa, come à diffesa, con notabil pregiudicio della Giustitia, siano obligati li Rettori doppo fatte le loro Sententie Condennatorie, inquerir con ogni diligentia contra quelli, ch’havessero suspetti di falsità, e se passati tre Mesi li detti Rettori non haveranno datta ispedition à tal Materia di falsità possan esser date le Querelle de simil falsità alli Avogadori Nostri di Commun, quali siano obligati accettarle, e proceder contra li Colpevoli con li Consigli, come li parerà per Giustitia : non potendo però detti Avogadori suspender le Sententie delli Rettori, se non doppo presa la Retention d’alcuno delli Delinquenti, non potendo tal Suspensioni esser fatte, se non co’l Consiglio.

3. Nouvelle supplique d’Appolonia Collomba à l’Avogaria di Comun [26 juin 1579]

A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, fol. 83r-83v, extrait.

La supplique d’Appolonia Collomba permet de mettre en évidence le rite qui caractérise le procès instruit par les trois avocats de l’Avogaria. À Venise, le rite accusatoire est en vigueur, alors qu’il tombe en désuétude dans le reste du continent européen au profit du rite inquisitoire, qui privilégie la rapidité et le secret de la procédure, un droit que s’arrogent les membres du fameux et redouté Conseil des Dix. C’est ainsi que la plaignante, grâce au rite accusatoire, peut soumettre aux magistrats chargés du dossier des points qu’elle considère importants pour sa résolution et désigner les témoins à auditionner. Une telle stratégie, mise en œuvre par l’habile avocat Lucillo Cereda, confère à Appolonia Collomba un droit de regard assez étendu sur le procès.

Illustrissimi Signori del Collegio,

Aggiongendo alle altre cose, per me Appolonia Collumba, introdotte per mo-strar l’assassinamento machinato contra l’honor mio et la mia robba dal conte Lunardo da Porto et complici per impatronirse a fatto di quanto io potesse havere in questo mondo, essendo io, doppo espedita dalli Signori di Notte del mese di marzo 1578, redduta in canonicha in grandissimo bisogno et in grandissima necessità di tutte le cose senza danari et senza altro da potermi sustentare, nel letto amallata alla morte, vene m. Prasildo Vuolpe et pregato da me fin per l’amor de Dio a darmi qualche aggiuto perché il conte Lunardo era andato in Franza, come diceva, et io era abandonata da tutti, mi rispose esso m. Prasildo, che quando io vollesse far testamento et lassarlo mio residuario et herede, mi daria da vivere, et me aggiuteria altramente, che non haveva danari da spender per me, in modo talle che io, dalla necessità et dalle molte sue parolle viollentata, mi ressolssi, Dio sa cun che volluntà, di far testamento, et di lassarlo mio residuario ; et tanta fu l’ingordigia di esso m. Prasildo, che in quel ponto istesso, che era circha tre hore di notte, andò in persona, vollando a ritrovar m. March’Antonio Figiollino nodaro, per condurlo all’hora all’hora in canonicha, perché facesse il testamento, et non vollendo esso Figolino venir a quell’hora, non fu sì tosto l’alba del giorno seguente, che esso m. Prasildo ritornò in persona da novo a ritrovare il detto Figollino, et lo condusse in canonicha, dove io era et mi fece far il testamento, et lassarlo mio residuario, dandomi doppoi fin dui scudi senza alcun’altra cosa, vedendo doppo che per gracia de Dio cominciai a star melgio60, et ad esser fora de pericollo de morte et per giustifichacione delle sopradette cose, producto insieme cum questa il detto testamento et desidero che siano esaminati li testimonii che serano da me prodotti, li qualli sano che a quel tempo io era in grandissimo bisogno et in grandissima necessità de denari et d’altro in letto amallata alla morte ; sano che io mi dolesi che se io volsi haver aggiuto da m. Prasildo mi fu necessario, et per questo et per molte sue persuasione, far testamento et lassarllo mio residuario ; et poi esso m. Prasildo mi diede doi scudi, et che esso in persona andò a tre hore de notte a trovare il Figollino nodaro, et che non havendo esso volluto venir a quell’hora ritornò dette m. Prasildo la matina seguente a bonissima hora a ritrovar detto Figollino, et lo fece venir in canonicha dove io era, et mi fece fare il testamento come di sopra.

4. Interrogatoire de Battista Bonagente, 3 novembre 1579

A.S.Ve, A.C, M.p., 397.8, fol. 94r-96r, extrait.

Après les multiples suppliques soumises par la plaignante à l’Avogaria, voici les interrogatoires qui contribuent à faire ressortir les stratégies adoptées cette fois par les prévenus, lesquels cherchent nécessairement à présenter une autre version des faits. L’homme d’Église Battista Bonagente, de statut noble, également originaire de Vicence, rend perceptible l’existence de réseaux de connaissances étendus, d’un système de clientèles et de patronage très puissant, d’un rapport de fidélité qui détermine les liens pouvant exister au sein des élites vicentines. Ce passage rend également perceptibles les conflits aigus qui divisent l’aristocratie de Vicence, tourmentée par des faide féroces opposant les da Porto aux Capra.

Constitutus coram Clarissimis Dominis Octaviano Valerio censore, Nicolao Pisani capis Xlta, Marco Venerio advocato communis et Nicolao Lippomano Domino Noctis Deputatis Collegio presentis casus et presbiter Baptista Bonazonta cui fuit dicens questo è il collegio del vostro caso, el qual vi ha fatto venir qui, acciò che diciate la verità, com’è passato il fatto delle robbe et denari tolti a Polonia, relicta del quondam Anzolo Cesaro, sotto prestesto de matrimonio.

Respondit [désormais : R] : Clarissimi Signori prima io ricordo a Vostri Magnifici Clarissimi che io son prete, et non pretendo incorrer in alcuna irregularità per esser venuto all’obedientia delle Vostre Magnifiche Clarissime [Signorie] et protesto che questo non mi possi far un minimo preiudicio et, quanto poi aspetta a quello che me domanda Vostre Magnifiche Clarissime, io non ne so cosa alc.a de vera scientia perché, al tempo che successe quelle cose, io m’atrovava star qui in corte con il conte Mucio da Porto che era alhora presentato nella casa del capitano Peziai, che è sotto la scalla de piombo dove io stava loco, et foco ; et, per esser indisposto dalle grotte che molto mi travagliano, io stava lì mesi che non andava alla casa de S. Anzolo dove stava il conte Lunardo. Però non ne posso saper se non quanto ho sentito a dire come quello che sanno tutti li altri.

Si dicens che cosa havea sentito ? R : ho sentito a dir che questa Madama Polonia dette alc.i denari al conte Lunardo archidiacono da Porto, la quantità né qualità io non so perché non fui presente, et mi maraviglio che questa dona mi habbi voluto intrigare in queste cose, se la non lha fatto a suggestion di nostri inimici.

Si dicens chi sono questi vostri inimici ? R : li Cavra [Capra].

Si dicens che havete da far voi con li Cavra ? R : oltra l’interesse del conte Mucio ho da far che me hanno fatto confinar un mio nevodo a Cattaro, oltre che me hanno sempre perseguitato.

Si dicens voi dite che questa dona sia possa essersi mossa a travagliarvi ad in-stantia di vostri inimici, parlando in numero plural, ditte che inimicicia havette con detti Cavra et de chi altri intendente parlar parlando in plural ? R : la inimicicia che ho con li Cavra è con il conte Ottaviano et conte Guido Cavra et fratelli, quali con testimonii falsi intrigarno Francesco mio nepote, nel caso che successe fra il conte Guido Cavra, et il conte Mutio Porto, et perché io faceva li fatti di detto conte Mutio loro mi hanno sempre perseguitato, tal che trovandomi un mio benefficio in la villa de San Piero in Gù [village situé près de Vicence], dove hanno a fare molti delli Capra parenti de questi, io non ardisco de starli dubitandante non mi offendano.

Si dicens non havete risposto alle interrogacione che vi è sta fatta, essendovi statto dimandato de chi intendente parlar quando, in plural nominando li Cavra, i chiamate nostri inimici ? R : pretendo nostri inimici della casa da Porto perché le quaranta anni che io sto in casa de questi gentilhomeni allevato dal clarissimo m. Lunardo suo avo et per questo ritendo che la inimicicia sia comune, se ben mai li ho datto causa giusta.

Si dicens cognoscea quella Appollonia che fu moglier de Anzolo Cesaro ? R : la conosco a questo modo che dapoi che lei se partite dela casa del quondam suo marito, et andete a stare a San Zuane di Furlani in una sua casa, el conte Lunardo venne un dì, qui in corte, et mi disse che havea trovato una vedoa che gli facea del ben, et io dicendoli pur che la non sii al contrario, lui mi disse sì, voglio menare a casa sua a vederli ; et così me li menò. Et così diverse volte lei mi mandava a chiamare per intendere quello era de lui, et come el stava sì come fan simil sorte de donne.

Dicens che intendea sto simil sorte de donne ? R : donne quando le hanno a far con uno che non sia suo marito non le ho troppo per bona sorte de donne.

Si dicens che cosa havea a far el conte Lunardo con questa donna ? R : l’havea a far che l’andava a dormir con ella per quello che ho inteso, che poi non ghe son mai sta.

Si dicens come havea inteso che l’andasse a dormir con ello ? R : lui medesimo me lha ditto.

Si dicens che cosa ve disselo particularmente in questo proposito ? R : son stato a dormir con Madama Appollonia questa notte.

Si dicens in che proposito ve dicevello queste cose ? R : perché havendomi lui detto che l’havea trovado una vedoa che li faceva del ben, è da creder anco chel ghe ne desse causa.

Si dicens a che proposito ve parlolo61 de questa vedoa ? R : perché, come ho ditto di sopra, essendome venuto a trovar in corte, mi disse che havea trova una donna, una vedoa che li faceva del ben.

Si dicens perché così venirvi a trovar così voi in corte, che importantia era venirvi a dir questa cosa ? R : perché havendolo allevato da piccolo in su et, venendo lui in corte dove era suo fratello et dove io stava, è verissimile che me lo habbi ditto.

Si dicens essendo voi prete come ditte et havendolo allevato come porta il dover christianamente, et dandoli boni costumi, è verissimile che più tosto havesse nascosto da voi una cosa tal che havervelo ditto ; però essendo venuto, come voi dite in corte a dirmi questi tal cosa ditte l’occasion chel mosse a venirvi a scoprir un tal fatto ? R : perché lui haveva baldezza con mi de dirmi questo et ogn’altra cosa et, se ben io lo reprendevo nelle cose che non stavano bene, lui però voleva far a suo modo come fanno li gioveni da sto tempo.

Si dicens la baldezza non nasce dalle reprension, anzi il conte questa baldezza con voi come ditte, è segno chel secondarli in queste tal operation, dalle qual così baldazosamente el ve parlava, però ditte con che occasion et a che proposito il conte Lunardo vi parlò di questo negocio ? R : perché come ho ditto li giorni di adesso si fanno licito di ogni cosa, et poco in questo et in altro stimava le mie reprehension, et non restava de dirmi quello li veniva voglia.

Si dicens parlando el conte Lunardo con voi con questa baldezza che ditte in questo proposito quante volte ve ne hallo parlato ? R : questo io non ve ne saprei dir certo.

Si dicens quante volte appresso poco ? R : quatro o sie volte che io non ho tenudo registro ?

Si dicens in che loco, sempre in un loco ? R : alc.e volte chel veniva qui in corte, una o dui volte, che fui in casa de ditta Madama Polonia con lui a San Zuane di Furlani.

Si dicens voi havete ditto del conte Lunardo ve disse che questa donna gli facea del ben, che sorte de ben ve disselo che li ghe facesse ? R : che la ghe dava di denari, la qualità et quantità mi non la so, perché non era presente.

Si dicens ve disselo che la ghe desse altro che denari ? R : Clarissimo Signor no.

Si dicens ve disselo perché causa la ghe desse sti denari ? R : perché la ghe voleva ben, et l’andava a dormir con essa.

Si dicens savea che tra questa Appollonia et il conte Lunardo fosse trattado de matrimonio ? R : Clarissimo Signor no et ne manco lo credo, perché al tempo di adesso non se fanno li matrimonii clandestini, et lei che è donna astuta non haveria voluto stare a parole.

Si dicens havea inteso a parlar d’altri de sto matrimonio ? R : Clarissimo Signor no, se non quello che se diseva de fuora via.

Si dicens che cosa se diseva ? R : che lei, dapoi del conte Lunardo l’haveva come arbandonata, andava a spandendo fama che lui li havesse da intention de tuorla per moglier, tamen tante volte che ho parlato con lei mai, la me ne ha mosso parola.

5. L’avocat Prasildo dalla Volpe livre des informations depuis sa geôle de Venise (16 juin 1580)

A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, fol. 16v-17r.

Le noble vicentin Prasildo dalla Volpe fait partie du réseau de la prestigieuse famille da Porto. Avocat talentueux, brillant, passant pour l’un des plus riches hommes de loi de la seconde moitié du XVIe siècle à Venise, intégré dans les réseaux de pouvoirs de Vicence et de la capitale, Prasildo ne manque pas d’utiliser toutes les ressources en sa possession pour connaître le déroulement de l’affaire et le nom des témoins qui sont appelés à comparaître devant les membres de l’Avogaria di Comun. Ce document permet aussi de mesurer l’importance des réseaux qui tissent l’espace social et professionnel dans lequel évoluent les différents protagonistes de cette affaire : les amis et les patrons s’avèrent indispensables pour assurer une issue qui ne soit pas défavorable au prévenu.

Tenor bolletini sequitur

Ho veduto quanto è stato fatto, di che mi contento molto et mi piace che gl’amici et patroni non manchino, laudo che non sia bene procurar il constituirmi acciò che non si stia a far tanti constituti. So che volendo li testimoni dir la verità non ponno se non giovarmi, essendo io defesso da la verità mi maraviglio che m. Foscolo si renda dificile a parlar con voi, pur se proverete di trovarlo, credo non mancherà solicitare che si dia fine a questo essame. Vedo che costei fa essaminar tutti li testimonii che volevo essaminar io, il che mi piace perché tanto manco haremo poi a far noi. M. Foscolo è un chiarladore, ma se vorà dir il vero, non pò dir altro che gran bene di me non so mò se si havesse lassato subornare alla [biffé : giustitia] tristitia di App. nia et femina tanto trista io .... [il n’y a rien d’écrit] incomodo in questo cameroto che farei pietà agli orsi et alle tigre, et quando ve lo dirò quasi non lo potrete credere. Però se io paio inportuno merito esser escusato, salutate Mad.a et Lucieta. Né mandate più cosa alc.a con questo cadinoto62, perché dubito che sia trovato, ma per insegnarvi come mandar parlate con m. Guil.o Bressano sta in corte, in casa del Gandino, che lui vi darà indrizzo, et volendo senza mandar polizze farmi saper il nome delli testimonii che sarano essaminati, venite alla porta, et ditte alli guardiani che mi salutino in nome de quelli che saranno stati essaminati et io intenderò.

6. Elena dall’Oro interrogée le 3 février 1580

A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, fol. 42-43v, extrait.

L’interrogatoire auquel se trouve soumise Elena dall’Oro livre des informations sur l’affaire dont se déclare victime Appolonia Collomba. Il souligne la crainte que la prévenue éprouve lorsqu’il s’agit de révéler ce qui s’est réellement passé. L’aveu à extorquer est difficile, car il prive Elena dall’Oro des soutiens que la fidélité naturelle à ses patrons est censée lui apporter.

Constituta coram Clarissimis Dominis Collegii presentis casus ultrascripta Helena ab Auro cui fuit dictum :

Bisogna che ve resolve de dir la verità, che cosa ha operato el prete Bonazonta avanti che fusse concluso el matrimonio tra d. conte Lunardo et Pollonia ? R : se Dio me dia la mia sanità de quello non so niente.

Si dicens havea trattado con lui alc.a cosa in proposito de quello matrimonio ? R : ghe ne ho parla, che gha diseva che m’haveva ditto Pollonia de quelle nozze che la se haveria marida volontieri in un forestier et chel conte me havea ditto che lui l’haverave tolta et fu avanti che le fusse fatta et, in relectione, lui me disse che cerola63 l’animo suo del conte non era mai sta di esser prete, perché l’era sta a Roma con lui, et che da piccolo in sù l’era sta con lui et l’havea tratto.

Si dicens quello prete fullo in giesia64 de San Fantin presente co’l conte Lunardo quando el conte promesse a Pollonia ? R : Signor no.

Si dicens sapevello el prete del conte Lunardo dovesse far quello effetto ? R : non ve so dir perché i parlava loro insieme che mi stava pocco in casa.

Si dicens che cosa ha operato con Pollonia el prete dapoi el sposalitio ? R : questo non ve so dir, su’l cargo dell’anima mia, l’andava lì da ella come ho ditto nelli altri constituti, ciò che i rasonava mi non so.

Si dicens che cosa ha operato el prete in materia delli danari tolti dal conte Lunardo a tempo che Pollonia se lamentava ? R : el parlava con ella mi non so, dicens venne una letera come ho ditto alla Pollonia et lo dirò in eterno da Vic.a et mi li dissi chel dovesse andarghe a parlar perché la era desperada, et esso ghe andò ciò che i parlò non so che i non me disse niente.

Si dicens besogna anco che diciate la verità a che tempo m. Presildo Volpe deventò advocato de Pollonia ? R : Signor mi non ve sò dir il vero, che non me tegno a mente ma so ben che dapo fatte le nozze.

Si dicens a che modo deventollò suo advocato ? R : la mi disse ella che l’havea besogno de un’altro advocato et che tutti li advocati l’assassinava et che volentiera l’haveria tolto m. Presildo.

Si dicens a che tempo ve dissela questo ? R : non me ricordo da vera christiana fo dopo fatte le nozze el Foscolo chel andò a chiamar se potria aricordar. Dicens ex se el fu pocco dopo le nozze, non me aricordo ne anche quando le fusse fatte.

Si dicens el facesti tuor voi questo m. Presildo ? R : Signor no, noi li disse tolè m. Presildo, et lei mi disse. Dicens ex se che le cugnà del conte li dissi, et lei mi disse che l’era contenta, et che la l’havea sentita a menzonar per un valent’homo.

Si dicens el conte Lunardo ve aricordollo lui o feccelo che voi arecordasti a Pollonia m. Presildo ? R : Signor no, che non credo ne anche che l’era qua. Dicens ex se aspete Signor che non ho memoria, la el haveva tolto, dicens la ghe ne haveva parla con el Foscolo et con mi subdens el conte Lunardo mi disse che ghe la ricomanderia Pollonia a m. Presildo suo cugnato et quello fu avanti che l’andasse via.

Si dicens con che occasion ve disse el conte Lunardo quelle parole ? R : perché mi ghe havea ditto che la voleva m. Presildo, et lui me disse chel ghe l’haveria raccomandà.

Si dicens savea sel conte ghe l’habbi raccomanda ? R : non in verità non so perché esso conte andava tutto el dì da m. Presildo che mi non ghe andava, et non so quello i parlasse tra loro.

Si dicens el Volpe sapevello del trattamento del matrimonio che si faceva con Pollonia et il conte ? R : non ve ne so dir niente.

Si dicens che parole et operacion sapete che habbi fatto el Volpe in proposito de questo matrimonio ? R : mi non ve ne so dir niente.

Si dicens el Volpe sapevelo che dote havesse Pollonia ? R : non vel sò dir, che mi non ghe haveva parla mai, se loro ghe habbino parlato mi non so, se lo savesse lo diria.

Si dicens el Volpe sapevelo che Pollonia havesse datto li danari et ori al conte Lunardo ? R : mi non ve sò dir, Signor, se si ghe l’habbi ditto non so se Dio me dii gracia, che uscisca de quelle forze.

Si dicens el Volpe operolò alc. cosa dopo chel conte Lunardo hebbe li danari dalla munega65 ? R : non ve so dir niente, la Magnifica Vostra Clarissima [Signoria] puol ben pensar che un homo della sì fatta sorte non si haveria fidado de una donna et, se lo savessi, lo diria.

Si dicens mentre il conte Lunardo era a Vic.a, dopoi il sponsalicio, hallo scritto alc.a cosa al Volpe in proposito de Pollonia ? R : non ve so dir Signor, che i non me mostrava le letere a mi, quelle che ho havuto le ha visto la Vostra Signoria Clarissima.

Top of page

Notes

1 Ce travail constitue un premier bilan d’une recherche personnelle de grande ampleur, conduite à Vicence et à Venise, destinée à privilégier les acteurs du procès, les élites de la Terre Ferme, les réseaux du patriciat vénitien, le milieu des avocats et des notaires qui témoignent d’une activité parfois intense dans la capitale, tout comme dans le vaste Dominio au XVIe siècle. Cette analyse à « géométrie variable », qui multiplie les approches et les domaines d’étude, autorise une lecture plurielle de ce banal dossier de fraude qui donne en réalité une dimension exceptionnelle à l’histoire sociale, familiale et politique des dernières décennies du XVIe siècle dans la République de Venise. Le procès est déposé à l’Archivio di Stato de Venise [ =A.S.Ve], Avogaria di Comun [ =A.C.], Miscellanea penale [ =M.p.], 397.8, procès Leonardo da Porto. Sur le délit de falsità, voir L. Faggion, « ‘De la fausseté du monde’ : fraude et manipulation à Venise au XVIe siècle », in La petite délinquance, du Moyen Âge à l’époque contemporaine, B. Garnot (dir.), Dijon, EUD, 1998, p. 269-280.

2 Voir, infra, les documents 1 et 2.

3 Voir, infra, le document 3.

4 Le mot de plagio, délit abrogé en Italie en 1981 qui a soulevé les plus vives polémiques, est utilisé dans le sens de manipulation mentale dans la seconde moitié du XIXe siècle, la falsità étant auparavant le terme le plus en usage, du nord au sud de la péninsule : cf. L. Faggion, « ‘De la fausseté du monde’« , art. cit..

5 Cf., infra, les documents 1 et 3.

6 Cf., infra, le document 2.

7 L. Priori, Prattica criminale secondo il rito delle leggi della Serenissima Republica di Venetia, Venezia, Antonio Pinelli, 1622, p. 7.

8 G. Buganza, « Il teste e la testimonianza tra magistratura secolare e magistratura ecclesiastica », Atti dell’Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, CXLV, 1986-1987, p. 257-280 ; Id., « Il potere della parola. La forza e le responsabilità della deposizione testimoniale nel processo penale veneziano (secoli XVI-XVII) », in La parola all’accusato, J.-C. Maire Vigueur et A. Paravicini Bagliani (dir.), Palermo, Sellerio, 1991, p. 124-138 ; Id., Le complessità dell’ordine. Il processo penale veneziano e le ragioni del principe tra diritto, società e destino, Venezia, Marsilio, 1998 ; J.-C. Maire Vigueur, « Giudici e testimoni a confronto », in La parola all’accusato, op. cit., p. 105-123 ; C. Povolo, « L’interrogatorio di un imputato in un processo penale degli inizi del ’600 », ibid., p. 139-153 ; Id., L’intrigo dell’Onore. Poteri e istituzioni nella Repubblica di Venezia tra Cinque e Seicento, Verona, Cierre Edizioni, 1997.

9 J.-Ph. Lévy, La hiérarchie des preuves dans le droit savant du Moyen Âge, depuis la Renaissance du Droit romain jusqu’à la fin du XIVe siècle, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1939 ; I. Rosoni, Quae singula non prosunt collecta iuvant. La teoria della prova indiziaria nell’età medievale e moderna, Milano, Giuffrè, 1995.

10 Voir, infra, les documents 4 et 5.

11 Voir, infra, le document 4. A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, procès Leonardo da Porto. Sur le sujet des vengeances nobiliaires, des faide, dans la République de Venise au XVIe et au début du XVIIe siècles, lire C. Povolo, L’intrigo dell’Onore, op. cit.

12 L. Priori, Prattica criminale, op. cit., p. 215-223.

13 Ibid., p. 1-9.

14 Voir, infra, les documents 1 et 3.

15 Voir, infra, le document 5.

16 L. Priori, Prattica criminale, op. cit., p. 82-85.

17 Dans le cas où l’inculpé prétend avoir des alibis, le juge doit se montrer circonspect, car les témoins peuvent avoir été subornés et être soupçonnés de faux, lorsqu’ils déclarent, par exemple, s’être trouvés sur le lieu du délit avec l’accusé. À cet égard, le juge doit être précis, rigoureux, poser le plus de questions possibles, afin de comprendre le contexte dans lequel s’est produit l’acte reproché : quand sont-ils allés avec le détenu, où, seuls ou accompagnés, d’où sont-ils partis et à quelle heure, quels habits portaient-ils, quelles armes, comment se rappellent-ils autant de détails ?

18 L. Priori, Prattica criminale, op. cit., p. 96-97. Voir, infra, le document 5.

19 Lire M. Meccarelli, Arbitrium. Un aspetto sistematico degli ordinamenti giuridici in età di diritto comune, Milano, Giuffrè, 1998 ; I. Rosoni, Quae singula non prosunt collecta iuvant, op. cit.

20 Le nombre de témoins différents auditionnés, aussi bien dans le cadre de l’accusation que dans celui de la défense, s’élève à 86. Voir également, infra, le document 5.

21 L. Faggion, « ‘De la fausseté du monde’« , art. cit., p. 273-274.

22 Voir, infra, le document 1.

23 Sur 54 personnes écoutées, cinq sont convoquées une seconde fois à l’Avogaria.

24 Voir, infra, les documents 1 et 3.

25 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, fol. 21v.

26 Voir, infra, le document 3.

27 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, déposition du 7 mai 1579, fol. 26r-27r.

28 Ibid., déposition du 25 septembre 1579, fol. 92v-93r.

29 Ibid, déposition du 26 septembre 1579, fol. 93r-93v.

30 Ibid, déposition du 2 janvier 1580, fol. 127r.

31 Ibid, déposition du 19 décembre 1579, fol. 125r.

32 Ibid, déposition du 19 décembre 1579, fol. 125r-126r.

33 Ibid, déposition du 7 mai 1579, fol. 27v-28v ; déposition de Filippo Barberi du 7 mai 1579, fol. 27r.

34 F. Ambrosini, Storie di patrizi e di eresia nella Venezia del ’500, Milano, F. Angeli, 1999 ; A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, déposition du 16 janvier 1580, fol. 17v-19v.

35 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, interrogatoire de Prasildo dalla Volpe, 6 février 1580, fol. 2v ; déposition de Girolamo Donzellina, 16 janvier 1580, fol. 17v-19v.

36 F. Ambrosini, Storie di patrizi e di eresia, op. cit, p. 32, 49-51, 148.

37 Voir, infra, les documents 1 et 3.

38 Voir par exemple, infra, les documents 4 et 5.

39 L. Faggion, Les Seigneurs du droit dans la République de Venise. Collège des Juges et société à Vicence à l’époque moderne (1530-1730 env.), Genève, Slatkine, 1998.

40 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, dépositions effectuées en faveur de Prasildo dalla Volpe, Battista Bonagente et Elena dall’Oro, entre le 8 et le 18 février 1580, fol. 6r-27v.

41 Les témoins de la défense, désignés par Prasildo dalla Volpe, Battista Bonagente et Elena dall’Oro, sont interrogés entre le 8 et le 18 février 1580. Trente-six dépositions sont effectuées en faveur des accusés. Quatre personnes ayant déjà été entendues lors de la phase d’accusation, seuls trente-deux nouveaux témoins interviennent pour la première fois pour l’un des trois prévenus. Vingt-sept personnes passent devant le juge sur demande de l’avocat ; trois sont sollicités par le prêtre et deux par Elena dall’Oro. Enfin, quatre individus doivent comparaître à l’Avogaria, car ils ont été cités par des témoins de la défense.

42 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, déposition du 13 février 1580, fol. 24v.

43 L. Faggion, Les Seigneurs du droit dans la République de Venise, op. cit., p. 206.

44 A. Olivieri, « Alessandro Trissino e il movimento calvinista vicentino del Cinquecento », Rivista di storia della Chiesa in Italia, 21, 1967, p. 54-117. D’autres précisions sur Alessandro Trissino et ses amis in Id., Riforma ed eresia a Vicenza nel Cinquecento, Roma, Herder, 1992.

45 Achille Olivieri mentionne, dans son article publié en 1967, un certain « messer Gelino », ainsi qu’un dénommé « Fabio della Saona ». Il s’agit en réalité de Ghellino Ghellini et de Fabio dalla Scroffa, deux nobles vicentins, membres du prestigieux et puissant Collège des Juges. Ils étaient donc des collègues de Prasildo dalla Volpe, également actifs à Venise en qualité d’avocats. Voir A. Olivieri, « Alessandro Trissino e il movimento calvinista vicentino del Cinquecento », art. cit., p. 58 et L. Faggion, Les Seigneurs du droit dans la République de Venise, op. cit., p. 209, 229-230.

46 Voir, infra, le document 4.

47 Biblioteca Civica Bertoliana, Vicence, ms. 2852, Cronaca Garzadori, p. 12-15 ; C. Povolo, L’intrigo dell’Onore, op. cit., p. 319, 421.

48 Archivio di Stato de Vicence [ =A.S.Vi], Corporazioni Religiose Soppresse [ =C.R.S.], Collegio dei Giudici [ =C.d.G.], registre 2793.

49 A.S.Vi, C.R.S., C.d.G., registre 2793, fol. 142v-144r. C. Povolo, L’intrigo dell’Onore, op. cit. ; L. Faggion, Les Seigneurs du droit dans la République de Venise, op. cit.

50 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, déposition du 5 janvier 1580, fol. 142r-144r.

51 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, déposition du 5 janvier 1580, fol. 152r-153r.

52 Voir, infra, le document 6.

53 A.S.Ve, A.C., M.p., 397.8, déposition du 13 janvier 1580, fol. 9r-10v.

54 Ibid., déposition du 18 mai 1579, fol. 37v-38r.

55 A.S.Vi, C.R.S., C.d.G., procès d’admission de Francesco Cividale (1623), carton 2839, testament de Francesco Cividale (1560).

56 A.S.Vi, C.R.S., C.d.G., registre 2784, fol. 14r.

57 Le degano est l’un des représentants d’une communauté villageoise.

58 Nezze : nièces.

59 Breviario : « rilevar un testamento per breviario » se disait lorsque l’on voulait prouver une disposition testamentaire orale grâce à l’intervention de témoins (G. Boerio, Dizionario del dialetto veneto, Venezia, Cecchini Ed., 1856).

60 Melgio : il faut lire meglio.

61 Lire : vous parla-t-il ?

62 Cadinoto : sorte de bassine.

63 Imparfait de l’auxiliaire être.

64 Giesa : église.

65 Munega : nonne.

Top of page

References

Electronic reference

Lucien Faggion, « Affanni, trahison et justice à Venise au XVIe siècle », Laboratoire italien [Online], 4 | 2003, Online since 07 July 2011, connection on 19 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/322 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.322

Top of page

About the author

Lucien Faggion

Lucien Faggion est maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Provence (Aix-Marseille I). Auteur d’une thèse de doctorat intitulée Les Seigneurs du droit dans la République de Venise, publiée en 1998, il poursuit ses recherches sur la Sérénissime, en prêtant une attention particulière aux réseaux sociaux, politiques et professionnels (aristocratie, groupes émergents, notables, notaires, avocats) dans le monde rural du Dominio (province de Vicence) et dans la capitale (pouvoir central-pouvoir local, familles du patriciat, noblesses de la Terre Ferme, milieu de la judicature) aux XVIe et XVIIe siècles.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page