Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
La foule en Italie (XIXe-XXe siècles)

De la plèbe au prolétariat : représentations de la foule dans l’œuvre de De Amicis

Mariella Colin
p. 75-93

Résumé

La pertinence et l’intérêt du choix d’Edmondo De Amicis pour une analyse des représentations de la foule et de leur évolution dans l’Italie libérale sont justifiés par le fait que dans l’œuvre de cet auteur mineur du siècle dernier se reflète un parcours politique et idéologique exemplaire, allant de l’enthousiasme inconditionnel pour les valeurs et les institutions de la monarchie libérale à l’adhésion, tout aussi sincère, à la doctrine socialiste. Les représentations de la foule sont inscrites dans La Vita militare, Cuore, Sull’oceano et Primo Maggio :des ouvrages qui sont aussi les pivots autour desquels s’articule l’œuvre de notre auteur, dont la lecture permet de mettre bien en évidence la parabole.La double approche choisie dans cet essai met en relation la manière dont se répondent la vision idéologique et le traitement littéraire au fil des textes, et souligne l’étroite imbrication des références idéologiques et des modèles esthétiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 B. Croce, « Edmondo De Amicis », in La letteratura della Nuova Italia, Bari, Laterza, 1947, vol. I, (...)
  • 2 Cf. G. Tortorelli, « I libri più letti dal popolo italiano : un’inchiesta del 1906 », Prospettive S (...)

1La pertinence et l’intérêt du choix de l’œuvre d’Edmondo De Amicis, pour une analyse des représentations de la foule et de leur évolution dans l’Italie libérale du siècle dernier, se justifie à plus d’un titre. De Amicis, s’il ne saurait être considéré comme un écrivain majeur, reste cependant l’un des plus représentatifs de cette période. Ayant été, comme l’a affirmé Benedetto Croce, « il primo scrittore di larga popolarità nazionale »1, l’auteur dont les livres se vendirent « ad altezze non mai raggiunte in Italia »2, par son rayonnement exceptionnel il joua un rôle de médiateur entre la « haute » et la « basse » littérature, en devenant un opérateur culturel de tout premier plan.

2Dans sa vie et son œuvre se reflète un parcours politique et idéologique exemplaire, allant de l’enthousiasme inconditionnel de sa jeunesse pour les valeurs et les institutions de la monarchie libérale à l’adhésion, tout aussi sincère, à la doctrine socialiste dans les années de sa maturité. De Amicis, dont la capacité d’adaptation aux attentes du public était très grande, épousa, voire anticipa l’évolution des opinions et des idées dans les couches sociales auxquelles appartenaient ses lecteurs. S’échelonnant sur une durée de quarante ans, des années immédiatement successives à l’Unité jusqu’au début du XXe siècle, sa production narrative, bien enracinée dans ce vaste cadre historique, se prête donc à plus d’un titre à la mise en évidence des modalités de la perception et de la représentation des foules dans l’Italie postunitaire dans une étude comme la nôtre, qui relève davantage de l’histoire de la culture et des références idéologiques que des modèles esthétiques. Pour ce faire, nous allons nous appuyer essentiellement sur La vita militare, Cuore, Sull’oceano, et Primo Maggio : les livres où sont inscrites les représentations de la foule, et qui sont aussi les pivots autour desquels s’articule l’œuvre de notre auteur.

La plèbe et les soldats

  • 3 Ces récits, publiés en 1867 dans L’Italia Militare et en 1868 dans Nuova Antologia, furent édités e (...)
  • 4 Le roman de Tarchetti sortit en feuilleton entre novembre 1866 et mars 1867. Le titre définitif ser (...)

3Dans la correspondance que nous venons d’établir entre l’histoire de l’Italie libérale et l’œuvre de De Amicis, le premier livre publié par Edmondo est aussi le premier texte où les représentations de la foule jouent un rôle important. Les récits de La vita militare furent publiés par l’auteur entre 1867 et 18693, au moment où, tout jeune sous-officier frais émoulu de l’École militaire de Modène, il avait été envoyé par ses supérieurs à Florence pour être rédacteur dans une revue militaire, L’Italia militare. Cette publication devait servir d’organe de propagande au moment où les défaites toutes récentes de la IIIe Guerre d’Indépendance et le mécontentement suscité par la conscription obligatoire nuisaient grandement à la popularité de l’armée. Le jeune sous-officier s’investit totalement dans la mission qui lui était confiée, et fit de son mieux pour concilier l’opinion publique avec l’image de l’armée nationale grâce à sa plume, en opposant sa vision idéalisée au réquisitoire antimilitariste qu’Igino Ugo Tarchetti publiait alors en feuilleton dans le journal Il Sole : Drammi della vita militare : Vincenzo D.4.

  • 5 É. Rod, « Un littérateur italien : M. Edmondo De Amicis », Revue des Deux Mondes, 15 avril 1884, p. (...)
  • 6 P. Del Negro, « De Amicis versus Tarchetti. Letteratura e militari al tramonto del Risorgimento », (...)
  • 7 De Amicis fut présent, sans être traumatisé ni déçu, à la campagne de 1866, et fit partie des troup (...)
  • 8 La Vita militare fut le deuxième livre le mieux vendu du vivant de De Amicis (après Cuore) : 48 édi (...)
  • 9 P. Del Negro, « De Amicis versus Tarchetti », art. cit., p. 163.

4Les récits de La vita militare constituent une série de textes dans lesquels l’institution militaire est mise en scène avec enthousiasme et théâtralité par un auteur qui pousse son souci de bien faire jusqu’au grotesque. Sur un ton constamment édifiant et emphatique le jeune Edmondo peint avec une naïveté irritante une armée toute dévouée, dans laquelle « les soldats et les officiers font plus de bonnes actions que d’exercice, et s’essuient réciproquement les larmes attendries qu’ils répandent à profusion »5. Ce jugement sévère d’Édouard Rod est plus que partagé par la critique italienne contemporaine, qui a souvent liquidé de manière expéditive ce recueil d’inspiration hagiographique dont le but est de présenter une galerie de soldats exemplaires auxquels le peuple est invité à s’identifier. En revanche les historiens ont prêté une plus grande attention à ce qu’ils ont considéré comme une pièce importante pour la construction d’une idéologie nationale unitaire : Piero Del Negro, dans un long article consacré au duel littéraire entre Tarchetti et De Amicis6, a souligné le rôle que notre « intellettuale organico » a effectivement joué en Italie au lendemain de Custoza7, en pansant les plaies laissées par la défaite. Son ouvrage, affirmant que l’armée était le creuset de la nation et la plus morale des institutions nationales, que la discipline et l’autorité étaient le ressort du progrès social, et qu’une société n’était bien ordonnée que si l’armée était présente, fut très largement diffusé8 jusqu’à l’avènement du fascisme, et fit de De Amicis « il migliore e il più popolare degli scrittori italiani che presero a coltivare il sentimento militare nell’anima degli italiani »9.

  • 10 E. De Amicis, La Vita militare, Milano, Treves, 1908, p. 33.
  • 11 La « convention de septembre » conclue entre la France et l’Italie faisait de Florence la nouvelle (...)
  • 12 Ce terme est employé par Jacques Beauchard dans son ouvrage La puissance des foules, Paris, PUF, 19 (...)
  • 13 E. De Amicis, La Vita militare, op. cit., p. 30.
  • 14 Ibid., p. 30-33, passim.
  • 15 Chap. XII et XIII des Promessi sposi. De Amicis entretenait une correspondance avec Manzoni, et lui (...)
  • 16 E. De Amicis, La Vita militare, op. cit., p. 33.
  • 17 Ibid., p. 268.
  • 18 A. Gramsci, Letteratura e vita nazionale, Roma, Editori Riuniti, 1971, p. 171.

5Les soldats de De Amicis ne font pas toujours la guerre. Il leur arrive également d’être employés au maintien de l’ordre, lors des désordres et émeutes qu’ils sont appelés à contenir. Des scènes de foules en tumulte sont rapportées deux fois dans le livre : la première fois dans « Una sassata », la deuxième dans « L’esercito italiano durante il colera del 1867 ». Le premier de ces deux récits relate une révolte populaire, qui éclate un soir, sans qu’on en connaisse la raison précise, « in una delle principali città d’Italia »10. Il s’agit des émeutes populaires qui éclatèrent à Turin en septembre 1864, à l’annonce du déplacement de la capitale à Florence, aux termes de la convention de septembre stipulée par le gouvernement italien avec la France11, ce qui signifiait d’une part, pour la ville de Turin et ses habitants, la perte de sa position de capitale, de l’autre le renoncement du pays à Rome comme capitale de l’Italie. Le récit cependant est volontairement « dé-historicisé » : ni le nom de la ville, ni la date ne sont mentionnés pour décrire un épisode qui devait être alors dans toutes les mémoires. Privée de ses raisons historiques, l’apparition de la foule paraît être engendrée par un processus spontané, au moment où un mouvement collectif produit soudain un affoulement12 des Turinois : « si vede correre tutta la gente verso l’imboccatura d’una strada, ci si fa subito un gran serra serra, un gran gridio, un gran rimescolamento »13. Et voilà que les individus s’agglutinent en une masse compacte, qui semble se mouvoir comme si elle était dotée d’une énergie propre : « la folla ondeggia », « la folla si divide, indietreggia rapidamente », « la folla si richiude », « la folla si apre », « la folla procede lentamente tutta in una direzione », « ad un tratto la folla volta le spalle ai soldati, si dà a una fuga precipitosa », « la folla si ritira », etc.14. Tous ces mouvements sont réglés par la même dynamique, qui est celle de l’affrontement entre la foule et les soldats qui la chargent. De fait, ces corps à corps meurtriers laissèrent beaucoup de morts dans les rues de Turin en septembre 1864 ; mais De Amicis passe ces faits sous silence, pour s’attacher à l’agression dont est victime une patrouille de soldats de la part d’une fraction de la foule. Dans cette scène particulière, la foule n’est pas composée de visages anonymes : la révolte de Turin – à laquelle De Amicis n’a pas assisté personnellement – est décrite selon le modèle esthétique de l’émeute des fours dans I Promessi sposi15, qui offre à notre écrivain débutant un excellent palimpseste pour le traitement littéraire d’un épisode analogue. Les pages de Manzoni (pour lequel Edmondo nourrit une véritable vénération), lui inspirent l’idée de placer le peuple turinois sous l’influence de « meneurs », qui, comme chez Manzoni, par goût de la violence cherchent à l’exciter et à le pousser au crime : « quei certi figuri che vengono a galla solamente in quelle certe sere »16. Les « semeurs de troubles » incitent la foule à frapper les soldats par leurs cris : « Le baionette son fatte per forar la pancia a quelli che hanno fame.– A loro la pagnotta non manca, capite ; crepino di fame gli altri ; che importa loro ? »17. Ce sont des slogans dont la connotation de classe est évidente, mais qui dans ce texte sont compris comme des appels au crime lancés par les meneurs. Car l’écrivain ne souhaite pas que le lecteur puisse prendre parti en faveur du peuple en révolte, mais bien au contraire en faveur des troupes qui s’exposent au danger pour protéger les citoyens et leurs biens contre les plèbes enragées qui veulent tuer et détruire. Refusant à la foule toute conscience politique ou nationale (les patriotes et les garibaldiens ne veulent pas renoncer à l’objectif de Rome capitale), De Amicis, qui veut être avant tout l’apologiste de l’armée, finit par se poser en idéologue au service de la classe au pouvoir, en se montrant réellement « servile verso i gruppi dirigenti »18 comme l’en accuse Antonio Gramsci.

  • 19 Il fut d’ailleurs publié en mars 1868 dans Nuova Antologia, avant d’être accueilli dans l’édition d (...)

6La même intention est à l’œuvre dans l’autre récit, « L’esercito italiano durante il colera del 1867 », même si cette fois-ci le cadre historique est bien précisé : il s’agit de l’expédition de secours organisée à l’occasion de l’épidémie de choléra qui frappa l’Italie en 1867, une opération à laquelle De Amicis participa personnellement en tant que soldat. D’où le plus grand réalisme et la richesse des détails de ce qu’il faut considérer comme un compte rendu, ou mieux, un reportage19 : le narrateur déclare vouloir témoigner des faits auxquels il a assisté, afin qu’il en reste une trace écrite. Cependant la narration est à la troisième personne et non à la première : hormis quelques rares intrusions du narrateur-témoin, qui intervient non pas pour décrire ce à quoi il a assisté comme témoin, mais pour commenter sentencieusement par quelques considérations moralisatrices ou édifiantes l’action des soldats, le récit est constamment en focalisation zéro.

  • 20 E. De Amicis, La Vita militare, op. cit., p. 266.
  • 21 Ibid., p. 268.
  • 22 Cf. F. Brancato, La Sicilia nel primo ventennio del regno d’Italia, Bologna, Zuffi, 1956.

7L’armée « pacifica e operosa » venait secourir une population en détresse, dans un territoire où la société civile avait été anéantie par la maladie ; elle était chargée de ravitailler les villages, de transporter les malades à l’hôpital et d’enterrer les morts. Mais dès le début de cette mission, il apparut à l’évidence que le danger que les soldats devaient affronter n’était pas tant la contagion que l’hostilité des foules siciliennes, dominées par « la superstizione, la paura, la miseria »20. De ces trois « grandi forze nemiche » qu’ils eurent à combattre, la plus redoutable était de loin la première : les gens étaient persuadés que le choléra était la conséquence d’un poison répandu par ceux-là mêmes qui auraient dû leur porter secours : les soldats, et plus généralement tous les agents de la force publique. À la différence de « Una sassata », cette fois-ci les causes de cette attitude sont contextualisées par De Amicis, qui évoque « il convincimento che il governo si volesse vendicare della ribellione del settembre »21 : il s’agit de l’insurrection, préparée par d’anciens garibaldiens et fomentée par des agents des Bourbons, qui éclata le 15 septembre 1866, lorsque trois mille rebelles se rendirent maîtres de la ville pendant une semaine, avant d’être réprimés par les troupes du général Cadorna22. Celui-ci proclama l’état de siège et ses tribunaux militaires émirent de nombreuses condamnations à mort et aux travaux forcés, et des milliers de Siciliens furent emprisonnés sans chef d’accusation.

  • 23 E. De Amicis, La Vita militare, op. cit., p. 272.
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid., p. 295.
  • 26 Ibid., p. 299.

8Malgré le lien clairement établi par De Amicis en début de texte entre la répression de la révolte de septembre et l’attitude de la population envers les soldats, par la suite les analogies entre la superstition des Siciliens en 1867 et la croyance des Milanais lors de la peste de 1630 déterminent à nouveau une dépendance intertextuelle vis-à-vis des modèles offerts par I Promessi sposi et la Storia della colonna infame, qui focalise l’intérêt de l’écrivain sur les réactions de la foule face aux untori présumés et lui fait adopter la typologie du roman manzonien. Les soldats de « L’esercito italiano durante il colera del 1867 » remplissent à la fois les missions des monatti et des capucins du lazzaretto des Promessi sposi, tandis que l’univers mental du peuple sicilien est calqué sur celui du peuple milanais. Se trouvant « assai più addietro nella via della civiltà »23 à cause d’« una ignoranza quasi selvaggia »24, le peuple sicilien ne saurait être qualifié de peuple ; aussi De Amicis le désigne-t-il par les termes de « plebe » ou « volgo », et stigmatise-t-il sans cesse « i pregiudizi volgari », la « forsennatezza volgare » qui le rendent féroce et incontrôlable. Car ces gens sont sous l’emprise d’une conviction insensée qui exalte leurs esprits et qui, leur faisant prendre le moindre fait et geste pour un acte d’empoisonnement, les transforme instantanément en foule sauvage et meurtrière armée de faux et de piques, qui se rue dans les villages dans une course au lynchage : « in men d’un istante si radunava la folla, si arrestavano i soldati »25. Ces affoulements spontanés et désordonnés produisent sans cesse des soulèvements populaires où explose l’irrationnel, et les appellations de « folla furente », « turba forsennata » cristallisent l’idée d’une démence collective. Sous les apparences de l’homme civilisé apparaît tout à coup le sauvage ; c’est alors qu’« una folla cieca di furore e assetata di sangue »26 finit par perdre toute apparence humaine, et se dresse dans toute sa bestialité pour dépecer des victimes innocentes. Elle n’est même plus une foule, mais « un branco ».

  • 27 L’italique est de nous.
  • 28 Ibid., p. 329.

9Ces visions terrifiantes d’une population déchaînée et prête aux massacres les plus effroyables sont très nombreuses dans les pages de De Amicis. Devant tant de barbarie primitive, les soldats ne font pas office de forces de l’ordre, mais de missionnaires laïques venus apporter la civilisation ; face à ces plèbes méridionales radicalement différentes qui mettent en danger l’existence du nouvel État, le véritable « peuple italien » est celui qui sert dans l’armée, qui non seulement protège la nation, mais la fonde véritablement. En Sicile, la plus grande réussite des soldats n’est pas d’avoir endigué l’épidémie de choléra, mais d’avoir contribué à éclairer les esprits obscurcis par la superstition, et d’avoir changé radicalement l’opinion des Siciliens. L’auteur en veut pour preuve le fait que la population, après avoir apprécié les services rendus par la troupe, resta subjuguée par « la stupenda condotta dell’esercito », et fut si convaincue de la bonté de l’institution militaire que dès la fin de l’année 1867 les jeunes Siciliens cessèrent de résister à la conscription obligatoire. « Oh ! – s’enthousiasme-t-il – quel popolo27 pieno di fierezza, di ardimento e di fuoco non può dare che dei bravi soldati ! »28 Dans le jugement de De Amicis, cette « conversion » à l’italianité non seulement apaise
les foules déchaînées, mais rachète l’ancienne plèbe et l’élève jusqu’à la dignité de peuple.

Foules en liesse et foules en détresse

10Pendant plusieurs années, les représentations des foules disparaissent des œuvres de De Amicis, qui entre-temps a abandonné la carrière militaire pour embrasser le métier de journaliste et d’écrivain. C’est avec le livre Cuore (1886) que les images de foules réapparaissent, mais entièrement dissociées de la violence. Les foules de Cuore ne sont jamais les protagonistes d’émeutes, de rébellions ou de soulèvement, mais elles restent dans l’arrière-fond des scènes qu’elles meublent comme un décor vivant ou comme un chœur ; ce sont des agrégations paisibles de personnes se réunissant dans un même lieu pour un événement lié à la vie quotidienne.

11Le livre s’ouvre sur une scène de foule composée d’enfants et d’adultes qui, le jour de la rentrée, se pressent devant les portes de l’école :

  • 29 E. De Amicis, Cuore, in Opere scelte, Milano, Mondadori, (I Meridiani), 1996, p. 103.

Signore, signori, donne del popolo, operai, ufficiali, nonne, serve, tutti coi ragazzi per mano e i libretti di promozione nell’altra, facendo un ronzio che pareva d’entrare in un teatro […]. C’era folla, le maestre andavano e venivano29.

  • 30 L. Tamburini, « Cuore rivisitato », in E. De Amicis, Cuore, Torino, Einaudi, 1975, p. 8.
  • 31 E. De Amicis, Cuore, in Opere scelte, op. cit., p. 205.

12Toutes les classes sociales se rencontrent devant l’école, mais le brassage social n’exclut pas, comme le fait remarquer Luciano Tamburini, une liste établie selon un ordre hiérarchique allant des dames aux servantes, lequel correspond à « una rigida stratificazione classistica »30. Le livre se termine d’ailleurs par une scène semblable, lorsque le dernier jour de l’année scolaire une foule composée d’écoliers et de leurs parents envahit le hall d’entrée pour connaître les résultats des examens ; un même rassemblement, encore plus joyeux, se produit au moment de la distribution des prix aux élèves, dans un théâtre paré aux couleurs du drapeau italien. L’énumération des présents suit rigoureusement le même ordre de classe (« signore, maestri, operai, donne del popolo, bambini »31) mais l’enthousiasme général semble effacer les barrières sociales en unissant tous les présents, y compris le narrateur, dans la même jubilation.

  • 32 Il s’agit des pages : « Un piccolo morto » et « La mia maestra morta ».
  • 33 E. De Amicis, Cuore, in Opere scelte, op. cit., p. 358.

13Les cortèges qui suivent les enterrements32 sont bien plus graves : la foule y défile selon l’ordre chromatique établi par l’usage et la hiérarchie catholique (« andavano prima le figlie del Ritiro della Concezione, vestite di verde ; poi le figlie di Maria, tutte bianche, con un nastro azzurro ; poi i preti ; e dietro al carro i maestri e le maestre, gli scolaretti […] e infine la folla »33). Mais la gravité qui sied aux défilés funéraires se charge d’une émotion plus grande lorsque la foule en deuil suit des funérailles officielles, comme celles du roi Victor Emmanuel II :

  • 34 Ibid., p. 176.

Giungeva il carro funebre […] tra il silenzio di una immensa moltitudine addolorata, accorsa da ogni parte d’Italia, preceduto da una legione di generali e da una folla di ministri e di principi, seguito da un corteo di mutilati, da una selva di bandiere, dagli inviati di trecento città34.

  • 35 Cette définition est également de J. Beauchard (cf., supra, note 12).
  • 36 E. De Amicis, Cuore, in Opere scelte, op. cit., p. 263.

14Dans ce rassemblement solennel qui unit les citoyens dans une même vénération, la nation réunie en foule se contemple comme dans un miroir idéal. Les symboles nationaux sont les pôles autour desquels s’agrège la « foule fusionnelle »35 qui partage les mêmes sentiments de tristesse ou de joie. Le jour de la fête nationale elle se réunit « in due grandi ali di popolo » pour admirer dans l’allégresse la parade militaire : une liesse patriotique qui atteint son diapason lorsque le roi rend visite aux habitants de la ville de Turin. Avant même son arrivée, autour de la gare se masse « una gran folla, carrozze, guardie, carabinieri, società con bandiere »36. L’émoi de la foule se manifeste avec toute la force de la passion collective lorsque le roi apparaît :

  • 37 Ibid., p. 264-265.

[…] Uno scoppio di grida l’interruppe, migliaia di cappelli s’alzarono in aria, quattro signori vestiti di nero salirono nella prima carrozza […]. La carrozza veniva innanzi lentamente, in mezzo alla folla che gridava e agitava i cappelli37.

15Ce débordement festif n’a rien d’effrayant ; bien au contraire, il propage à travers l’effervescence générale et les gestes exécutés à l’unisson un sentiment d’union et une impression de communion, dans lesquels toutes les classes sociales se retrouvent soudées dans la même communauté nationale. C’est d’ailleurs cette fusion de toutes les classes dans le même peuple qui a suscité les attaques contre l’idéologie « interclassiste », « hypocrite » ou « proto-fasciste » de De Amicis . En réalité ce genre de représentation de la foule reste un cas à part dans son œuvre : nous verrons comment, dans ses ouvrages successifs, les images de foules briseront l’harmonie sociale de Cuore.

16Le premier exemple nous est offert par Sull’oceano (1889). Ce « roman » écrit à la première personne – il s’agit du compte rendu d’un voyage que l’auteur effectua réellement en 1884 vers l’Argentine et l’Uruguay – est le premier texte de la littérature italienne qui traite du thème de l’émigration populaire au XIXe siècle : un phénomène d’actualité dramatique dans l’Italie de la fin du siècle. Sous la plume de De Amicis reporter, ce récit de sa traversée de l’océan atlantique en compagnie d’une foule d’émigrants donne une image réaliste et précise de ce « peuple migrant » qui s’embarquait alors dans les ports de la péninsule à la recherche d’un travail en Amérique latine.

  • 38 E. De Amicis, Sull’oceano, Milano, Garzanti, 1996, p. 5-6.
  • 39 Ibid., p. 22.
  • 40 Ibid., p. 193.
  • 41 Ibid., p. 20. Le premier titre imaginé par De Amicis pour l’ouvrage était d’ailleurs I nostri conta (...)
  • 42 Ibid., p. 22.
  • 43 Ibid., p. 220.
  • 44 Ibid., p. 160.
  • 45 Ibid., p. 117.
  • 46 Ibid.

17Le livre s’ouvre et se termine par la description de la foule des émigrants qui monte sur le bateau au départ pour en descendre à l’arrivée, sous l’œil attentif du narrateur : « una processione interminabile di gente […]. Operai, contadini, donne con bambini alla mammella, ragazzetti […]. Come in una piazza affollata38 ». Le groupe est désigné par De Amicis par le terme de « folla » : un terme qui ne s’applique pas à l’ensemble des passagers du bateau, mais uniquement à ceux qui voyagent en troisième classe, et qui sont de loin les plus nombreux. L’espace à bord est réparti en trois classes, selon des critères qui reflètent la hiérarchie sociale : « nella terza classe c’era il popolo, la borghesia nella seconda, nella prima l’aristocrazia »39. Une répartition qui reproduit fidèlement les classes et leurs privilèges : moins de cent passagers de première et de seconde classe, nous informe le narrateur, occupent « quasi altrettanto spazio di quello che occupavano [gli altri], che erano un popolo »40, composé de mille six cents hommes, femmes et enfants, originaires pour la plupart de l’Italie du Nord, « e otto su dieci dalla campagna »41. Ils forment « una folla fitta e nera » parce qu’ils s’entassent dans un espace trop exigu pour un si grand nombre. La nuit, « corpi sopra corpi giacciono alla rinfusa »42 dans deux immenses dortoirs où les hommes sont séparés des femmes et des enfants ; le jour, faute d’une salle pouvant les accueillir tous, ils se regroupent sur le pont pour consommer leur repas en plein air, dans « un bulicame d’accampamento, delle centinaia di gruppi d’uomini, di donne, di ragazzi, seduti, inginocchiati, accucciati in mille atteggiamenti »43. La vie à bord de la foule migrante est présentée comme un spectacle humain offert à ce « spectateur modèle » qu’est De Amicis ; l’auteur construit même une mise en scène dans laquelle « la prua tutta nera di gente » se déploie à ses yeux comme « un vasto palcoscenico scoperto »44. Mais pour différents qu’ils soient, les émigrants sont tous réunis par la pauvreté et par la faim ; De Amicis ne se borne pas à décrire des détails pittoresques, mais décrit avec précision les conditions exécrables dans lesquelles « la carne umana è troppo ammassata »45 dans des espaces sombres et puants. La vision de cet « esercito infinito della miseria »46 serre le cœur de l’écrivain, qui non seulement s’apitoie sur lui, mais dénonce les causes qui l’obligent à s’expatrier :

  • 47 Ibid., p. 32.

Lo spettacolo, tutt’insieme, stringeva l’anima. Certo, in quel gran numero, ci saranno stati molti che avrebbero potuto campare onestamente in patria […]. Ma la maggior parte, bisogna riconoscerlo, era gente costretta a emigrare dalla fame, dopo essersi dibattuta inutilmente, per anni, sotto l’artiglio della miseria47.

  • 48 (« Ils viennent ici comme au théâtre ») Ibid., p. 57.

18La foule migrante n’est plus la plèbe superstitieuse et violente, mais une « povera folla » victime de son sort, même si tous les individus qui la composent ne sont pas prêts à le subir en se résignant. Dans le microcosme du bateau apparaissent les premières fissures qui menacent de lézarder tout l’édifice : ce sont les premiers germes de la conscience de classe affichée par les plus hardis des émigrants, qui nourrissent une forte hostilité envers « i signori della prima classe » parmi lesquels se trouve De Amicis. « Vegnen chi al teater »48, lancent-ils en dialecte à son passage : leur rejet chagrine l’écrivain, qui se retrouve à la place du voyeur indiscret alors qu’il venait compatir. Il comprend ainsi que non seulement il ne fait pas partie de cette foule en détresse, mais qu’il appartient au même monde des privilégiés qui l’exploite et l’opprime.

Foules ouvrières

  • 49 On peut citer : Critica sociale, Ventesimo secolo, Grido del popolo, Lotta di classe
  • 50 Cf. L. Gigli, De Amicis, Torino, Utet, 1962, p. 423 sq.

19Dans l’année qui suit la publication de Sull’oceano, De Amicis franchit le pas entre la dénonciation et l’engagement. Dès 1890 il adhère au mouvement socialiste de Filippo Turati, et en 1881, lorsqu’il commence à collaborer à plusieurs journaux socialistes49, il annonce à ses amis, puis à son éditeur, qu’il est en train d’écrire un roman socialiste qui s’intitulera Primo Maggio. Il en résume l’intrigue pour répondre aux questions d’Emilio Treves50 : l’action se déroule à Turin entre le 1er mai 1890 et le 1er mai 1891. Le protagoniste, Alberto Bianchini, est un professeur qui, après avoir proclamé publiquement son adhésion au mouvement socialiste rencontre d’abord l’étonnement et l’incompréhension de sa famille, puis une hostilité si forte dans son entourage, qu’il est contraint d’affronter une série d’épreuves : conflits, séparations, rejets, trahisons, sanctions. Après avoir perdu sa femme, sa maison et son travail, il s’engage au côté des ouvriers, et leur tient une série de conférences, mais il se retrouve en butte à l’hostilité des anarchistes. Apprenant qu’ils préparent une action pour le 1er mai 1891, alors que toute manifestation a été interdite, il cherche à les en dissuader, mais en vain. Le soir de ce même jour, apercevant la foule rassemblée face aux soldats, il se précipite pour empêcher un massacre, mais il est mortellement blessé, et meurt entouré de sa femme et de son fils.

  • 51 Cette opinion est de Bruno Traversetti (in Introduzione a De Amicis, Roma-Bari, Laterza, 1991, p. 1 (...)
  • 52 E. De Amicis, Primo Maggio, G. Bertone et P. Boero (éds.), Milano, Garzanti, 1980. Le premier chapi (...)
  • 53 Pour une bibliographique critique exhaustive, nous renvoyons le lecteur à la même édition Mondadori (...)

20Ce héros-victime est un double autobiographique de De Amicis. Le roman met en scène le drame intime que vivait alors l’écrivain : son engagement socialiste fut un traumatisme pour son épouse, et les querelles familiales d’Alberto Bianchini sont calquées sur celles qu’Edmondo vivait quotidiennement dans son propre foyer. La narration retrace fidèlement les étapes de la formation idéologique et de l’activité militante de l’écrivain, qui de simple adhérant devint apôtre et propagandiste du socialisme. Aussi le récit prend-il la forme du « roman à thèse » d’un pédagogue ; non pas un « roman socialiste », mais un « roman sur le socialisme »51 observé, aimé, ou bien haï, dans lequel le message idéologique envahit le récit et enfle le discours. Ce qui fut la cause de son échec artistique : l’écrivain en fut conscient, et malgré les pressions de Treves il refusa de le publier. Le manuscrit ne fut l’objet d’une édition posthume qu’en 198052, et sa parution déclencha aussitôt un débat sur le socialisme de De Amicis, dont l’idéologie fut appréciée selon une palette d’interprétations critiques allant du « socialisme petit bourgeois » pour les uns au « socialisme scientifique »53 pour les autres. Notre étude versera une pièce de plus à ce débat, à partir de l’analyse des représentations de la foule à laquelle nous allons procéder.

  • 54 Cf. M. Cassano, Visioni di folla. Scienze nuove e nuove tipologie di romanzo tra Otto e Novecento, (...)
  • 55 Ibid., p. 119-130 : « Folle di piazza. Alla festa del Primo Maggio ».

21Parmi les ouvrages de De Amicis, seul Primo Maggio a été considéré par la critique comme un « romanzo di folla »54. Maria Cassano l’a en effet considéré comme le meilleur exemple de l’inscription des « folle di piazza »55 dans la littérature italienne du XIXe siècle, parce qu’il met en scène la foule urbaine en tant que masse ouvrière, au moment même où elle s’apprête à se transformer en prolétariat en acquérant une conscience politique. On peut de fait affirmer sans crainte d’être contredit que, si la question sociale est au cœur du développement du roman, la menace de la foule est le ressort de sa tension narrative. Comme dans Sull’oceano, la narration s’ouvre et se termine sur deux scènes de foules : celles qui se rassemblèrent à Turin en 1890 et en 1891 pour les deux premières fêtes du travail proclamées par la IIIe Internationale, dans le but d’obtenir des jours ouvrables de 8 heures. Le rapport au référent est très étroit : les manifestations du 1er mai 1890 (qui ne firent pas de victimes) et celles du 1er mai 1891 (qui laissèrent plusieurs cadavres dans les rues des villes italiennes) ont été rapportées avec une grande fidélité historique, tout comme les descriptions des lieux où elles se produisirent. Le rassemblement des ouvriers turinois eut lieu dans l’une des grandes places de Turin : piazza Statuto. La topographie de ce « roman de foule » situe donc celle-ci dans l’un des « lieux naturels » de la foule urbaine (la place, qui peut la contenir), mais la bloque dans cet espace clos : les effectifs des compagnies de l’infanterie, de la cavalerie, et des bersaglieri (tous les corps de l’armée sont déployés contre les manifestants) lui interdisent l’accès aux grands boulevards.

  • 56 E. De Amicis, Primo Maggio, in Opere scelte, op. cit., p. 623.

22Selon un procédé dont il est coutumier, pour décrire le meeting du 1er mai 1890, l’auteur ne choisit pas le point de vue d’un manifestant, mais celui d’un spectateur hostile et effrayé : « il signor Bianchini », le père du protagoniste. La soudaine apparition de la foule dans piazza Statuto est longuement préparée par l’analyse minutieuse des états d’âme avec lesquels la bourgeoisie turinoise terrorisée accueille l’idée d’un jour chômé qui est loin de lui apparaître sous le signe de la fête. La vision de la place noire de monde, d’où fusent les cris et les jets de pierres, donne d’emblée au père d’Alberto un frisson aigu, « come se gli avessero versato sulla nuca una brocca d’acqua ghiacciata »56. Du haut de son balcon, il assiste à la confrontation entre la masse des manifestants et les forces de l’ordre :

  • 57 Ibid., p. 624.

La folla, in alcuni punti folta, in altri rada, fluttuava, avanzando e retrocedendo a vicenda, lanciando sassi, che non si vedeva dove andavano a cascare, emettendo urli da selvaggi, fra cui si distinguevano grida d’incitamento e di comando […]. Tutta quella massa aveva delle mosse brusche, strane, come delle scosse che ricevessero tutti ad un punto, come se fosse agitata dagli scossoni d’una febbre violenta57.

  • 58 Ibid.

23Pour la mise en mots et en images de la foule, De Amicis semble renouer avec les représentations déjà utilisées dans La vita militare, qui suggèrent la violence désordonnée d’une masse inorganique agitée mécaniquement par une force aveugle, ou encore un être vivant en proie aux soubresauts d’une crise de convulsions. Cette description rappelle également celle des plèbes en tumulte dans « Una sassata », tout comme celle des plèbes méridionales mettant en danger la civilisation défendue par les soldats dans « L’esercito italiano durante il colera del 1867 ». Il n’est pas surprenant que la famille Bianchini invoque l’intervention de la troupe contre les hordes des nouveaux barbares : « – Ma perché non danno fuoco ! […] La canaglia è dunque padrona di Torino, adesso ! »58.

  • 59 Cf. S. Barrows, Miroirs déformants. Réflexions sur la foule en France à la fin du XIXe siècle, trad (...)
  • 60 E. De Amicis, Primo Maggio, in Opere scelte, op. cit., p. 625.
  • 61 L’ouvrage de Sighele ayant été traduit rapidement en français, nous citons d’après l’édition frança (...)
  • 62 De 1885 à 1890 en furent vendus 83 000 exemplaires. Aucun autre roman sur les foules n’atteignit un (...)
  • 63 Cf. les six volumes de Les origines de la France contemporaine (1870-1871) d’H. Taine, et Les Convu (...)

24Mais cette première impression d’analogie est trompeuse : la perception de la foule en révolte a changé dans les années 1890. Désormais, dans l’espace mental collectif, foule est synonyme d’ouvriers en grève et d’idéologie socialiste ou communiste59, de soulèvements révolutionnaires qui peuvent bouleverser l’ordre politique tout entier. La nouvelle puissance des foules populaires attire l’attention des sociologues et des juristes, qui se réclament de la « science des foules ». Aussi la « folla furiosa di rapina »60 que redoute monsieur Bianchini doit-elle être rapprochée du concept de « foule criminelle » théorisé par Scipio Sighele. Dans son essai sur La folla delinquente, publié en 1891 (au moment même où De Amicis écrit Primo Maggio), Sighele parle de l’« âme de la foule », qui possède toujours « une tendance cachée à la férocité » et qui est « predisposée, par une fatale loi psychologique, plus au mal qu’au bien »61. Il décrit la puissance d’une masse humaine qui arrive infailliblement au crime sous l’influence d’une émotion directement proportionnelle au nombre d’individus qui la composent, comme les grèves violentes des mineurs du Nord mises en scène dans Germinal (1885), le roman de Zola qui a frappé récemment les esprits du public européen62. En amont, le souvenir des massacres de la Révolution française et de la Commune de Paris, ravivé par les ouvrages récents d’historiens conservateurs français comme Hippolyte Taine et Maxime du Camp63, qui sont lus également en Italie, offre les plus fortes représentations de foules assassines.

  • 64 E. De Amicis, Primo Maggio, in Opere scelte, op. cit., p. 612.
  • 65 Ibid., 606.
  • 66 Ibid., p. 628.

25Si l’annonce du 1er mai est pour les ouvriers le rêve d’un monde meilleur, pour le père d’Alberto et pour ses voisins elle est la première d’« una lunga serie di primi maggio, l’uno più tumultuoso e più minaccioso dell’altro »64, le premier maillon d’une chaîne qui conduira inexorablement à la révolution sociale. En renfort des manifestants, un beau jour arriveront en ville « i contadini, con le falci e i tridenti, ad aiutare gli operai »65, et une fois réunies, les couches populaires mettront la ville à feu et à sang : « le strade di Torino insanguinate, i palazzi fumanti, tutte le forze legali disciolte, la moltitudine padrona di tutto »66.

26Cette peur de la foule ouvrière cependant n’est pas le seul fait des familles bourgeoises. Son fils Alberto, malgré ses convictions sincèrement socialistes, réagit par un mouvement spontané de frayeur et d’horreur lors de sa première rencontre avec des chômeurs qui manifestent sur la place publique :

  • 67 Ibid., p. 816.

Vide in mezzo alla piazza una gran folla in tempesta, di sopra alla quale s’agitavano braccia tese, daghe, bastoni e pennacchi e andavan per aria cappelli d’operai e cheppì di guardie, tra un clamore d’urli e di strida che pareva uscire da un serraglio di belve infuriate. Era la prima volta ch’egli vedeva uno spettacolo simile. E più pronto del pensiero ebbe un rimescolio di sangue, un violento moto d’avversione pei ribelli, un desiderio di repressione immediata impetuoso e selvaggio come la rivolta d’un istinto violento67.

  • 68 L. Gigli, De Amicis, op. cit., p. 381.
  • 69 Publié en 1891 dans Nuova Antologia, et en 1892 dans le recueil Fra scuola e casa, ce texte fut ens (...)

27Dans ce passage, la « mise en discours » de la foule a lieu selon les procédés métaphoriques déjà utilisés par l’écrivain : les individus qui composent la foule perdent leur forme humaine pour former une masse indifférenciée, comparée à une mer en furie faite de corps humains, sur laquelle surnagent, comme des objets flottants, les chapeaux, les bâtons et les sabres des ouvriers et des militaires. Mais derrière la réaction du protagoniste se cache un trait autobiographique, lorsque Edmondo en personne, assistant de sa fenêtre à des heurts entre des ouvriers et des bersaglieri, se surprit à murmurer : « – Ma cacciate questa canaglia con una grandinata di piombo ! – »68. Une attitude qu’il exploite plus largement au plan romanesque dans un autre récit, composé pendant les mêmes années : « La maestrina degli operai »69. Ce court roman ou longue nouvelle raconte la descente aux enfers de la jeune institutrice Varetti, nommée dans le faubourg Sant’Antonio de Turin où elle doit donner des cours à l’école du soir pour les ouvriers. Sa rencontre avec le peuple est rendue impossible par l’angoisse qui domine le personnage ; à cause d’un traumatisme d’enfance, elle est hantée par « un terrore fantastico della plebe », une plèbe composée d’après elle d’ouvriers rebelles et criminels, parmi lesquels les plus redoutables seraient les socialistes :

  • 70 E. De Amicis, « La maestrina degli operai », in Opere scelte, op. cit., p. 499.

Essa credeva assai più numerosa, e anche più malvagia che non sia, quella parte infima del popolo che vive in uno stato di ribellione perpetua a tutte le leggi sociali, e che dà la maggior folla alle carceri e alle galere : questa, nella sua immaginazione, era quasi la plebe intera ; e il pensiero di quel vasto sotterraneo tenebroso, ch’ella si figurava aperto sotto i suoi piedi, nel quale correvano rigagnoli di vino e di sangue e lampeggiavan coltelli e sonavan grida d’assassinati e bestemmie orrende e canti osceni di malfattori e di donnacce, l’affannava quasi di continuo come una visione orribile, da cui non si poteva liberare70.

  • 71 E. De Amicis, Primo Maggio, in Opere scelte, op. cit., p. 936.

28La « conversion » de l’institutrice Varetti n’aura lieu qu’à la fin du récit, lorsque l’ouvrier Muroni qui la harcelait tombe sincèrement amoureux d’elle, et reçoit de ses lèvres le dernier baiser au moment de mourir, après s’être sacrifié pour la défendre contre ses persécuteurs. Mais il s’agit d’une « victoire de l’amour » purement sentimentale et sans maturation idéologique de la part de la maîtresse. En revanche le repentir d’Alberto Bianchini est d’un autre genre : il est surpris et peiné par sa propre réaction devant l’émeute ouvrière, qu’il se reproche de ne pas avoir considérée d’emblée comme la juste rébellion contre la misère d’hommes « sfiniti dalle fatiche »71. Il se souvient alors que les ouvriers qui manifestent devant lui meurent de faim parce qu’ils n’ont plus de travail, et qu’ils combattent à armes inégales contre une société qui les accule au désespoir. C’est cette prise de conscience politique qui fait essentiellement la différence entre la perception des foules de La Vita militare et celle de Primo Maggio : cette fois-ci, les manifestations du désordre et de la violence populaires sont indissociables de l’exigence d’une justice sociale.

  • 72 Ibid., p. 1083.
  • 73 De Amicis en effet visita les écoles urbaines et rurales du Piémont pendant la rédaction de Cuore e (...)
  • 74 E. De Amicis, « La maestrina degli operai », in Opere scelte, op. cit., p. 497.
  • 75 Ibid.
  • 76 Ibid., p. 500.

29D’autres foules ouvrières qui ne commettent pas de violence se forment autour d’Alberto : ce sont les camarades ouvriers qui chantent en chœur l’hymne des travailleurs après une réunion dans les locaux d’un journal socialiste de Turin ; et au-delà des présents, surgit dans l’esprit d’Alberto « un’altra folla innumerevole, altri milioni di bocche spalancate e nere, da cui uscisse col canto il soffio formidabile dell’avvenire »72. Mais ces milliers d’hommes et de femmes réunis par l’idéal socialiste restent des fantômes sans épaisseur, à peine esquissés par l’imagination du protagoniste ; ils ne prennent pas forme dans la narration, qui se tisse surtout autour d’Alberto et des personnages du même milieu : sa famille, ses amis, ses collègues. Certes le protagoniste connaît des ouvriers et des militants syndicaux et politiques, mais ces rencontres ne vont pas au-delà des échanges verbaux. Alors que De Amicis avait su entrer dans le monde quotidien des maîtres d’école73, qu’il les avait regardés vivre avec réalisme dans Il romanzo d’un maestro e « La maestrina degli operai », il ne saura pas rendre la condition ouvrière de l’intérieur, et l’univers diégétique de Primo Maggio restera celui de l’espace bourgeois. Alberto se rend plusieurs fois dans les habitations ouvrières pour porter secours à ceux qui sont au chômage ou bien malades ou encore blessés par un accident du travail, mais c’est en visiteur qu’il observe leurs conditions de vie. Dans « La maestrina degli operai », les usines où travaillaient les élèves de l’institrice Varetti sont mentionnées au début du récit : les « due grandi fabbriche di ferramenti e di acido solforico, che lo riempion di rumore e lo copron di fumo »74, et « i camini altissimi delle officine »75 qui barrent l’horizon forment un décor sombre et menaçant qui dès l’incipit donne au roman sa tonalité dramatique. L’espace industriel reste cependant en marge de l’intrigue et ne devient pas opératoire dans la construction narrative ; l’institutrice se borne à regarder au loin « [le] fabbriche del sobborgo mentre n’usciva l’onda nera e tumultuosa degli operai »76, mais le drame qui se noue dans le récit se joue à l’école et dans l’osteria du faubourg. Dans Primo Maggio, les lieux de travail de la classe ouvrière brillent également par leur absence : usines, fabriques et ateliers sont rigoureusement bannis de l’univers diégétique, dans lequel la lutte de classe est l’objet de longs discours, mais n’est jamais représentée dans la situation économique matérielle. De Amicis avait voyagé pendant un mois sur l’océan dans le même bateau que les émigrants ; son regard plein de compassion et son attitude solidaire n’avaient pas empêché une observation attentive, débouchant sur une restitution convaincante de leur identité collective. Mais il ne s’est jamais rendu dans une usine, et n’a pas vu les ouvriers au travail, ni n’a cherché à compenser d’une autre manière les expériences qui lui faisaient défaut pour une connaissance concrète du monde ouvrier ; aussi son intrigue n’est-elle pas construite autour d’un ouvrier mais d’un professeur qui est son alter ego, un intellectuel qui lit des livres et s’analyse sans cesse au lieu de devenir un leader. N’ayant pas pu raconter, comme Zola, l’histoire d’une lutte ouvrière, ni celle d’une grève conduisant à des manifestations et des scènes de foule vécues par des protagonistes romanesques, De Amicis a choisi un événement symbolique et universel, la fête du travail du 1er mai, qu’il a pu suivre de ses fenêtres.

  • 77 Cf. P. Spriano, Storia di Torino operaia e socialista. Da De Amicis a Gramsci, Torino, Einaudi, 197 (...)
  • 78 E. De Amicis, Primo Maggio, in Opere scelte, op. cit., p. 1083.
  • 79 Cesare Lombroso, ami de De Amicis et sympathisant socialiste, publia un ouvrage intitulé Gli anarch (...)

30Nous avons vu comment la perception négative du meeting socialiste du 1er mai 1890 avait été rendue possible en choisissant comme point de vue celui d’un bourgeois effrayé, le père Bianchini. L’année suivante, la foule de manifestants qui s’assemble n’est pas formée de socialistes, mais d’anarchistes. Au début des années 1890 la dissidence entre les uns et les autres est consommée par une scission, au moment de la fondation du « Partito dei lavoratori italiani »77. Dans le roman, les anarchistes sont apparus dans la deuxième partie, et y ont pris une importance croissante au fil des pages. Alberto cherche à les convaincre, mais toute discussion s’avère impossible ; ils apparaissent comme des illuminés absolument convaincus de la justesse de leur combat, « tutti occhi fosforescenti, fronti in cui si vedeva confitto il chiodo di un’idea fissa, bocche energiche – tutti col capo alto di chi provoca un nemico »78. Cette représentation, qui reprend en partie les thèses de l’anthropologue positiviste Cesare Lombroso79 sur les anarchistes, est conforme non seulement à l’idée que se faisait d’eux l’opinion publique – pour laquelle ils étaient tous de dangereux terroristes et assassins de rois et de présidents – mais aussi une partie des socialistes réformistes. Le 1er mai 1891 le gouvernement a interdit toute manifestation, et pour plus de sécurité il a fait arrêter à titre préventif des centaines de militants ; les socialistes ont choisi de ne pas manifester, en revanche les anarchistes projettent un meeting, convaincus comme ils sont que l’action est le seul moyen de changer la société.

  • 80 E. De Amicis, Primo Maggio, in Opere scelte, op. cit., p. 1106.
  • 81 Ibid., p. 1108.

31Le récit de De Amicis reproduit les faits avec fidélité : le 1er mai 1891 il y eut bien un meeting anarchiste à Turin, et il fut dispersé par l’armée qui tira sur les manifestants en laissant des morts sur le terrain. La foule dans piazza Statuto est aperçue par Alberto, qui voit « una massa nera tutta rivolta verso l’interno della piazza »80. Mais à la différence de son père, Alberto n’entend pas rester seulement spectateur ; voulant éviter une effusion de sang, il se précipite en bas des escaliers, et arrive sur la place. Même s’il ne partage pas les idées des anarchistes, il fait corps avec la foule, qu’il perçoit cette fois-ci de l’intérieur. Du côté des ouvriers anarchistes, c’est la panique ; Alberto se retrouve dans un « parapiglia spaventoso »81 où tout est violence et corps à corps mortel :

  • 82 Ibid.

Egli vide come in sogno dei lampi, delle coppie d’uomini che rotavano accapigliandosi come in una danza furiosa, dei visi bianchi e frenetici, delle facce di morti urlanti, con le bocche squarciate, dei rantoli feroci82.

  • 83 Ibid.

32Vue pour la première fois (et la dernière) du côté des manifestants, la foule ne donne pas la mort, mais la reçoit. Les anarchistes ont beau crier : « Giù le armi ! Noi non siamo armati ! »83 ; la troupe, aux ordres de ceux qui veulent en finir avec le spectre de la révolution, tire sur eux et tue. L’armée autrefois tant admirée et célébrée par l’auteur a désormais perdu sa fonction de rempart de la nation, et par sa présence elle ne peut plus occulter la lutte des classes, bien au contraire. Héros-victime jusqu’au sacrifice suprême, Alberto tombe sous le feu des soldats. Il est enfin parvenu à quitter son observatoire bourgeois, mais pour disparaître aussitôt de la scène romanesque.


***

33La parabole de De Amicis, dont nous avons suivi le tracé en choisissant comme angle d’attaque la représentation des foules, arrive ainsi à son terme. Notre double approche nous a permis de mettre en relation la manière dont se répondent la vision idéologique et le traitement littéraire au fil de ses textes, de La Vita militare à Cuore et de Sull’oceano à Primo Maggio. Dans « Una sassata » et « L’esercito italiano durante il colera del 1867 », les représentations de la plèbe renvoient aux modèles artistiques manzoniens, tandis que les références idéologiques sont celles de la Droite libérale qui gouverne alors le pays : aussi la foule est-elle la populace, rebelle et violente à Turin, féroce et superstitieuse dans le Mezzogiorno, tandis que les soldats défendent les vraies valeurs de l’État national et moderne. Dans Cuore, toute violence populaire est absente du récit : les foules paisibles ou enthousiastes, solennelles ou festives qu’on y rencontre, réunissent en toute occasion des citoyens conscients de former un groupe soudé dans une même communauté par le partage des mêmes idéaux, alors que leur appartenance de classe est différente. C’est avec Sull’oceano qu’apparaissent les premiers signes d’une évolution importante chez l’écrivain : la foule amassée dans le Galileo est issue d’une seule classe sociale, le peuple ; elle n’est pas violente, mais victime de la violence économique de la bourgeoisie. Le narrateur s’apitoie sur les émigrants, comme Manzoni s’apitoyait sur les victimes de la famine ou de la peste ; cependant, le canon du réalisme littéraire, rendant ses descriptions beaucoup plus crues et moins pudiques, ne correspond pas à la sensibilité de l’auteur des Promessi sposi. Mais le changement le plus remarquable est celui de ses convictions idéologiques, qui à présent l’amènent à dénoncer les causes sociales qui obligent ces émigrants à chercher à l’étranger les moyens d’échapper à la misère à laquelle la classe dominante condamne la paysannerie italienne dans sa patrie. Dans Primo Maggio enfin, les foules représentées sont issues de la classe ouvrière, dans les années où celle-ci commence à acquérir une conscience de classe, tandis qu’au même moment De Amicis adhère officiellement au socialisme. Ces foules sont en lutte, mais cette fois-ci leurs manifestations collectives ne sont pas le fruit d’une violence aveugle et irrationnelle, car elles sont indissociables de l’idée de justice. L’auteur, qui n’est pas parvenu à insuffler une vérité artistique à son roman, exprime en revanche des positions idéologiques claires en ce qui concerne sa foi socialiste.

34C’est en cela que la solution romanesque de la dernière scène de foule de Primo Maggio, ce roman raté, est importante pour la compréhension de l’engagement politique de l’auteur. Si son impuissance artistique ne lui permet pas d’aller au-delà de cette issue au plan littéraire, la dernière scène dans laquelle le protagoniste, sans être pour autant devenu ni un anarchiste ni un leader, se mêle à la foule prolétaire, apporte la preuve que le parcours idéologique de De Amicis, qui a clairement choisi son camp, est désormais achevé.

Haut de page

Notes

1 B. Croce, « Edmondo De Amicis », in La letteratura della Nuova Italia, Bari, Laterza, 1947, vol. I, p. 161.

2 Cf. G. Tortorelli, « I libri più letti dal popolo italiano : un’inchiesta del 1906 », Prospettive Settanta, 1983, n° 1, p. 99.

3 Ces récits, publiés en 1867 dans L’Italia Militare et en 1868 dans Nuova Antologia, furent édités en volume par Treves en 1868 et par Le Monnier en 1869. L’édition « définitive » fut publiée par Treves en 1880.

4 Le roman de Tarchetti sortit en feuilleton entre novembre 1866 et mars 1867. Le titre définitif sera : Una nobile follia. Drammi della vita militare (1867).

5 É. Rod, « Un littérateur italien : M. Edmondo De Amicis », Revue des Deux Mondes, 15 avril 1884, p. 337.

6 P. Del Negro, « De Amicis versus Tarchetti. Letteratura e militari al tramonto del Risorgimento », in Esercito, stato, società, Bologna, Cappelli, 1979. p. 127-166.

7 De Amicis fut présent, sans être traumatisé ni déçu, à la campagne de 1866, et fit partie des troupes qui participèrent aux combats peu glorieux de Custoza sous les ordres du général Lamarmora.

8 La Vita militare fut le deuxième livre le mieux vendu du vivant de De Amicis (après Cuore) : 48 éditions entre 1880 et 1908, et 10 entre 1908 et 1922.

9 P. Del Negro, « De Amicis versus Tarchetti », art. cit., p. 163.

10 E. De Amicis, La Vita militare, Milano, Treves, 1908, p. 33.

11 La « convention de septembre » conclue entre la France et l’Italie faisait de Florence la nouvelle capitale, en renvoyant sine die l’annexion de Rome.

12 Ce terme est employé par Jacques Beauchard dans son ouvrage La puissance des foules, Paris, PUF, 1985.

13 E. De Amicis, La Vita militare, op. cit., p. 30.

14 Ibid., p. 30-33, passim.

15 Chap. XII et XIII des Promessi sposi. De Amicis entretenait une correspondance avec Manzoni, et lui avait même rendu visite en octobre 1866.

16 E. De Amicis, La Vita militare, op. cit., p. 33.

17 Ibid., p. 268.

18 A. Gramsci, Letteratura e vita nazionale, Roma, Editori Riuniti, 1971, p. 171.

19 Il fut d’ailleurs publié en mars 1868 dans Nuova Antologia, avant d’être accueilli dans l’édition de 1869.

20 E. De Amicis, La Vita militare, op. cit., p. 266.

21 Ibid., p. 268.

22 Cf. F. Brancato, La Sicilia nel primo ventennio del regno d’Italia, Bologna, Zuffi, 1956.

23 E. De Amicis, La Vita militare, op. cit., p. 272.

24 Ibid.

25 Ibid., p. 295.

26 Ibid., p. 299.

27 L’italique est de nous.

28 Ibid., p. 329.

29 E. De Amicis, Cuore, in Opere scelte, Milano, Mondadori, (I Meridiani), 1996, p. 103.

30 L. Tamburini, « Cuore rivisitato », in E. De Amicis, Cuore, Torino, Einaudi, 1975, p. 8.

31 E. De Amicis, Cuore, in Opere scelte, op. cit., p. 205.

32 Il s’agit des pages : « Un piccolo morto » et « La mia maestra morta ».

33 E. De Amicis, Cuore, in Opere scelte, op. cit., p. 358.

34 Ibid., p. 176.

35 Cette définition est également de J. Beauchard (cf., supra, note 12).

36 E. De Amicis, Cuore, in Opere scelte, op. cit., p. 263.

37 Ibid., p. 264-265.

38 E. De Amicis, Sull’oceano, Milano, Garzanti, 1996, p. 5-6.

39 Ibid., p. 22.

40 Ibid., p. 193.

41 Ibid., p. 20. Le premier titre imaginé par De Amicis pour l’ouvrage était d’ailleurs I nostri contadini in America.

42 Ibid., p. 22.

43 Ibid., p. 220.

44 Ibid., p. 160.

45 Ibid., p. 117.

46 Ibid.

47 Ibid., p. 32.

48 (« Ils viennent ici comme au théâtre ») Ibid., p. 57.

49 On peut citer : Critica sociale, Ventesimo secolo, Grido del popolo, Lotta di classe

50 Cf. L. Gigli, De Amicis, Torino, Utet, 1962, p. 423 sq.

51 Cette opinion est de Bruno Traversetti (in Introduzione a De Amicis, Roma-Bari, Laterza, 1991, p. 117).

52 E. De Amicis, Primo Maggio, G. Bertone et P. Boero (éds.), Milano, Garzanti, 1980. Le premier chapitre avait été publié du vivant de De Amicis en 1902 dans Nuova Antologia. À l’heure actuelle ce roman, complété par un commentaire, se trouve dans l’édition Mondadori des Opere scelte.

53 Pour une bibliographique critique exhaustive, nous renvoyons le lecteur à la même édition Mondadori (p. 1237-1263).

54 Cf. M. Cassano, Visioni di folla. Scienze nuove e nuove tipologie di romanzo tra Otto e Novecento, Lecce, PensaMultiMedia, 2000, p. 119-130.

55 Ibid., p. 119-130 : « Folle di piazza. Alla festa del Primo Maggio ».

56 E. De Amicis, Primo Maggio, in Opere scelte, op. cit., p. 623.

57 Ibid., p. 624.

58 Ibid.

59 Cf. S. Barrows, Miroirs déformants. Réflexions sur la foule en France à la fin du XIXe siècle, trad. fr., Paris, Aubier, 1990.

60 E. De Amicis, Primo Maggio, in Opere scelte, op. cit., p. 625.

61 L’ouvrage de Sighele ayant été traduit rapidement en français, nous citons d’après l’édition française : La foule criminelle. Essai de psychologie collective, Paris, F. Alcan, 1892, p. 61.

62 De 1885 à 1890 en furent vendus 83 000 exemplaires. Aucun autre roman sur les foules n’atteignit un public aussi large et divers.

63 Cf. les six volumes de Les origines de la France contemporaine (1870-1871) d’H. Taine, et Les Convulsions de Paris (1878) de M. du Camp. C’est dans leurs ouvrages que Sighele puise la plupart de ses exemples.

64 E. De Amicis, Primo Maggio, in Opere scelte, op. cit., p. 612.

65 Ibid., 606.

66 Ibid., p. 628.

67 Ibid., p. 816.

68 L. Gigli, De Amicis, op. cit., p. 381.

69 Publié en 1891 dans Nuova Antologia, et en 1892 dans le recueil Fra scuola e casa, ce texte fut ensuite republié en volume à part en 1895 par Treves.

70 E. De Amicis, « La maestrina degli operai », in Opere scelte, op. cit., p. 499.

71 E. De Amicis, Primo Maggio, in Opere scelte, op. cit., p. 936.

72 Ibid., p. 1083.

73 De Amicis en effet visita les écoles urbaines et rurales du Piémont pendant la rédaction de Cuore et de Il romanzo d’un maestro (cf. A. Cavallari, « Il figlio di De Amicis racconta come nacque il Cuore », Corriere d’informazione, 11-12 mars 1958). Il faut aussi rappeler à ce propos que Teresa Boassi, la femme d’Edmondo, était institutrice.

74 E. De Amicis, « La maestrina degli operai », in Opere scelte, op. cit., p. 497.

75 Ibid.

76 Ibid., p. 500.

77 Cf. P. Spriano, Storia di Torino operaia e socialista. Da De Amicis a Gramsci, Torino, Einaudi, 1972.

78 E. De Amicis, Primo Maggio, in Opere scelte, op. cit., p. 1083.

79 Cesare Lombroso, ami de De Amicis et sympathisant socialiste, publia un ouvrage intitulé Gli anarchici (1894), où il analysait le psychisme des anarchistes, en différenciant les « criminels nés » des « criminels par passion ou par altruisme ». En 1891, parmi les anarchistes arrêtés au lendemain du 1er mai, il avait répéré 34 % d’individus « anormaux » qu’il comparait aux communards parisiens de 1871.

80 E. De Amicis, Primo Maggio, in Opere scelte, op. cit., p. 1106.

81 Ibid., p. 1108.

82 Ibid.

83 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mariella Colin, « De la plèbe au prolétariat : représentations de la foule dans l’œuvre de De Amicis », Laboratoire italien [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/329 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.329

Haut de page

Auteur

Mariella Colin

Mariella Colin est professeur de langue, littérature et culture italiennes à l’Université de Caen et directrice de la Jeune Équipe Identités Représentations Échanges (France-Italie). Ses recherches portent sur la littérature et la culture de l’Italie aux XIXe et XXe siècles, en particulier la littérature pédagogique dans l’Italie du XIXe siècle, l’émigration-immigration italienne en Normandie et dans le monde, et la traduction et réception de la littérature italienne en France. Elle dirige la revue Transalpina (6 numéros parus) et la collection Les Cahiers de Transalpina (numéros 1 et 2 sous presse). Elle a publié L’Italie. Échecs et réussites d’une République, Paris, Minerve éditions, 1994 et récemment L’Afrique coloniale et post-coloniale dans la culture, la littérature et la société italiennes (en collaboration avec Enzo R. Laforgia), actes du colloque homonyme, Presses Universitaires de Caen, 2003.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page