Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Dino Compagni, Chronique des événements survenant à son époque

édition et traduction par Patrick Mula, Grenoble, ELLUG, 2002, 319 p., 15 €
Lucie De Los Santos
p. 189-190
Référence(s) :

Dino Compagni, Chronique des événements survenant à son époque, édition et traduction par Patrick Mula, Grenoble, ELLUG, 2002, 319 p., 15 €.

Texte intégral

1Dans sa Chronique des événements survenant à son époque, Dino Compagni retrace l’histoire de Florence entre 1279 et 1312, c’est-à-dire l’institution dans la cité d’un État guelfe écartant les Gibelins du pouvoir, suivie par la fracture entre la faction des Guelfes blancs et celle des Guelfes noirs. Ainsi que le remarque l’éditeur et traducteur français Patrick Mula (p. 16-17), l’ouvrage est construit autour des deux mois de l’automne 1301 où les Guelfes noirs prennent le pouvoir à Florence et exilent la plupart des Guelfes blancs : c’est alors que Dante est définitivement banni de sa patrie. Appartenant lui-même à la faction des Guelfes blancs, Dino Compagni décide d’écrire sa Chronique et construit son récit autour de cet échec de son parti au moment où, entre 1310 et 1312, la descente en Italie de l’empereur Henri VII fait renaître momentanément les espoirs des Guelfes blancs.

2Dans son « Avant-propos » (p. 7-21), Patrick Mula s’interroge sur le statut et la structure de cette chronique. Il la situe par rapport à la tradition historiographique aussi bien classique que florentine et montre comment Dino Compagni, à la fois témoin, protagoniste et narrateur à la première personne, fait bien œuvre d’historien et non simplement de mémorialiste ou de chroniqueur : « Dino construit en réalité moins une chronique qu’une histoire, ayant pour sujet unique la division à Florence du parti guelfe […]. C’est un sujet autour duquel s’agglutinent tous les choix de mention ou d’omission d’événements concernant Florence dans ces trois décennies […]. L’œuvre devient même, au fur et à mesure du progès de la narration, l’histoire du parti guelfe blanc » (p. 15-16). Mula insiste ainsi sur l’unité du projet historiographique de Dino Compagni, qui se reflète dans la structure même de l’ouvrage.

3Si l’espoir né entre 1310 et 1312 est l’élément qui incite Dino Compagni à faire œuvre d’historien, c’est l’échec définitif des Guelfes blancs qui conditionne la structure et le sens qu’il donne à sa Chronique. Celle-ci doit avoir, ce qui est fréquent dans l’historiographie politique florentine, une fonction civique d’édification de la postérité : il s’agit d’un enseignement destiné aux futures générations de citoyens florentins. L’originalité de Dino Compagni tient à plusieurs facteurs : il ne cherche pas, comme le veut une longue tradition florentine, à retracer toute l’histoire de la cité ; il n’utilise pas non plus les autres historiens pour enrichir son texte ; son exigence de vérité tient à sa propre fonction de témoin et de protagoniste. C’est ainsi qu’il délimite son sujet, dont il fait l’histoire du point de vue du vaincu. D’où le renversement du topos habituel de l’exemple moral donné par le récit historique : la Chronique de Dino Compagni a avant tout une dimension de dénonciation et l’auteur « ne montrera d’ailleurs que rarement, et seulement dans un but de contraste, ce qu’il peut y avoir eu de bon ou de louable » (p. 19). Mula parle justement à ce titre d’« une édification par l’exemple inversé » (p. 19) et voit dans le propos de Dino Compagni une intention qui dépasse la simple exhortation morale : l’historien du camp vaincu ne peut en définitive que s’en remettre au ton prophétique et à la justice divine (p. 20).

4Outre ces interrogations sur la genèse et le statut de la Chronique de Dino Compagni, Patrick Mula présente une édition qui, par sa clarté et sa précision, peut contenter aussi bien le spécialiste que le lecteur moins averti. Tout en cherchant à rendre « la force du récit » (p. 21) de Compagni, Mula précise ses critères de traduction (p. 28-31) ainsi que le choix du texte de base et la prise en compte de récents travaux philologiques. L’apparat critique permet à chacun d’entrer facilement dans la Chronique, tout en proposant des éléments d’analyse historique, politique, linguistique et littéraire. L’organisation de ces éléments et la clarté de la mise en page donnent la possibilité de trouver facilement l’information recherchée et d’approfondir au choix tel ou tel aspect de l’œuvre.

5Le commentaire donné dans l’« avant-propos », la biographie de Dino Compagni et les annexes retracent le contexte historique, social et politique dans lequel l’auteur a vécu, écrit et situé son récit. Son écriture de l’histoire est aussi évaluée au regard de la tradition historiographique. Un « Index lexical essentiel » (p. 311-318) très cohérent donne une explication à la fois linguistique, politique, sociale et historique des différentes composantes de la société florentine, aussi bien dans l’usage courant que, précisément, dans le texte de Dino Compagni : on a ainsi l’occasion de comparer le sens et l’emploi de notions telles que, par exemple, Grande, Nobile, Popolo grasso et Potente.

6Surtout, l’apparat de notes est remarquable de précision et de clarté, tout en enrichissant considérablement le texte lui-même. Patrick Mula explique ponctuellement le contexte historique, institutionnel et juridique des événements relatés, il indique les erreurs commises par endroits par Dino Compagni, il explicite diverses références littéraires, bibliques ou historiographiques, il confronte par endroits le récit de Dino Compagni à celui d’autres historiens contemporains, enfin il signale et justifie plusieurs choix de traduction.

7Chacun peut donc trouver à la fois les éléments nécessaires à la compréhension directe d’une Chronique importante, qui retrace la naissance des institutions florentines, et des matériaux nourrissant une réelle réflexion historiographique, politique et linguistique, tout en se laissant prendre par le récit « passionné » de Dino Compagni.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie De Los Santos, « Dino Compagni, Chronique des événements survenant à son époque », Laboratoire italien [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/342

Haut de page

Auteur

Lucie De Los Santos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page