Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Riccardo Tesi, Storia dell’italiano. La formazione della lingua comune dalle origini al Rinascimento

Roma-Bari, Laterza, 2001, VII-325 p., 23,24 €
Lucie De Los Santos
p. 191-192
Référence(s) :

Riccardo Tesi, Storia dell’italiano. La formazione della lingua comune dalle origini al Rinascimento, Roma-Bari, Laterza, 2001, VII-325 p., 23,24 €.

Texte intégral

1Nous signalons ici la publication du premier volume de la Storia dell’italiano de Riccardo Tesi, consacré à la formation de la langue italienne comme langue « commune » depuis les origines jusqu’à la Renaissance. Il sera suivi par un second volume qui traitera l’évolution de cette langue du XVIIe siècle à nos jours.

2L’histoire de la langue italienne n’est pas un domaine réservé exclusivement aux linguistes : elle intéresse tout spécialiste de la littérature, de l’histoire, de la philosophie, de la culture italienne en général. Dans Una storia semplice, Leonardo Sciascia faisait dire à un professeur : « L’italiano non è l’italiano : è il ragionare » (Milano, Adelphi, 1989, p. 44). L’axiome suivant lequel la langue est non seulement la forme, mais la structure même de la pensée, vaut pour toutes les langues, mais il prend une valeur particulière pour l’italien. L’unification récente de l’Italie, son absence de tradition centralisatrice à la française, laissent encore aujourd’hui une place à un plurilinguisme (les « dialectes ») qui tend cependant à disparaître avec les médias de masse. La pluralité linguistique, l’hésitation entre norme imposée et variante régionale tolérée, restent néanmoins une réalité qui transparaît encore dans les grammaires.

3Cette tension entre la pluralité linguistique de la péninsule et la constitution, voire l’imposition de la lingua comune, est caractéristique de l’histoire italienne, aussi bien politique que littéraire, philosophique ou scientifique. On ne peut étudier un texte italien en faisant abstraction du choix linguistique, conscient ou non, effectué par son auteur. On ne peut ignorer la dialectique qui existe, à toutes les époques, entre l’italien « standard » – langue construite sur des modèles littéraires et plusieurs fois réélaborée au cours des siècles par la collectivité intellectuelle italienne – et les variantes parlées, régionales, que l’on retrouve aussi sous la plume des auteurs.

4La Storia dell’italiano de Riccardo Tesi constitue donc un outil précieux pour tout spécialiste de l’Italie. Outre une mise à jour des références bibliographiques, Tesi réussit à donner une vision claire de la naissance de l’italien comme « langue commune », tout en restant rigoureux dans l’analyse linguistique diachronique et en laissant une large place à l’étude d’exemples marquant l’évolution de la langue italienne. Exemples, analyses et interprétations se répondent de façon rigoureuse et éclairante. Cette vertu est le résultat d’un parti pris théorique : Riccardo Tesi choisit en effet de s’éloigner de la rigide grille d’interprétation héritée de la grammaire historique et de la linguistique positiviste de la fin du XIXe siècle pour suivre le fil conducteur du binôme « collectivité linguistique/norme linguistique ». Il s’agit alors de comprendre comment s’est peu à peu formée une « collectivité linguistique » de plus en plus large acceptant et/ou imposant des « normes linguistiques » : comment des standards linguistiques ont pu apparaître « spontanément » et comment a été choisie la norme commune. Ce choix permet à Riccardo Tesi de structurer son ouvrage non plus, traditionnellement, en le divisant par siècles, mais en se basant sur les phases-charnières de la formation d’une langue commune (en particulier l’humanisme) et sur des thématiques telles que la codification grammaticale ou la constitution de secteurs spécifiques de la langue tels que le langage scientifique.

5Dans le premier volume, il étudie le passage du latin parlé à la formation d’une (de plusieurs) langue littéraire « vulgaire », non latine. À travers l’étude des différents modèles à la fois régionaux et littéraires il montre en particulier comment, au XVIe siècle, la collectivité linguistique italienne a posé le problème de l’établissement d’une norme et a adopté une forme de dialecte italo-roman parlé en Toscane depuis le haut Moyen Âge mais passé au filtre de formes littéraires fixées au cours du XIVe siècle. Il s’attarde enfin sur les spécificités linguistiques des différents modèles littéraires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie De Los Santos, « Riccardo Tesi, Storia dell’italiano. La formazione della lingua comune dalle origini al Rinascimento », Laboratoire italien [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/344

Haut de page

Auteur

Lucie De Los Santos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page