Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Penser entre les lignes. Philologie et Philosophie au Quattrocento

Fosca Mariani Zini (dir.), Villeneuve-D’Ascq, Presses universitaires du Septentrion (Cahiers de philologie), 2001, 340 p., 25, 92 €
Marie Gaille-Nikodimov
p. 193-194
Bibliographical reference

Penser entre les lignes. Philologie et Philosophie au Quattrocento, Fosca Mariani Zini (dir.), Villeneuve-D’Ascq, Presses universitaires du Septentrion (Cahiers de philologie), 2001, 340 p., 25, 92 €.

Full text

1Penser entre les lignes. Philologie et Philosophie au Quattrocento, ouvrage collectif édité par les soins de Fosca Mariani Zini, place d’emblée le lecteur philosophe face à deux enjeux majeurs : d’une part, la réévaluation, essentielle à une pratique historienne de la philosophie, de la relation entre pensée scolastique et pensée humaniste ; d’autre part, l’analyse de la relation entre la figure du philosophe et celle du philologue. Ces deux enjeux apparaissent dès l’introduction, brève mais essentielle. Accordant, dans le sillage de Eugenio Garin, une signification philosophique à l’humanisme, Fosca Mariani Zini se démarque d’entrée de jeu d’une double tentation. Présente dans l’historiographie postérieure à la seconde guerre mondiale, la première consiste à comprendre la philosophie humaniste comme un moment dans le cheminement émancipateur vers la modernité des Lumières. Voir le Moyen Âge avec les lunettes des humanistes eux-mêmes – c’est-à-dire comme un moment obscur pour la pensée, auquel l’humanisme mettrait fin avec bonheur – est la seconde de ces tentations, tout aussi dangereuse que la première. En échappant au premier écueil, les auteurs de cet ouvrage explorent l’idée selon laquelle la spécificité de l’humanisme réside dans l’invention de la philologie : « ce qui distingue la philologie d’autres procédés d’explication textuelle est l’établissement d’une science critique de la transmission des textes » (p. 11). Le philologue apparaît être dans cette perspective le premier historien de la philosophie, en cherchant à travers un nouveau rapport à la tradition à « faire la part des conditions historiques de l’exercice de pensée » (p. 12-13). En échappant au second écueil, ils invitent à voir les éléments de continuité de l’humanisme avec la pensée scolastique médiévale. Le cas de la grammaire, qui fait l’objet de l’article liminaire de Eckhard Kessler, « La lecture comme acte d’innovation. Le cas de la grammaire humaniste », illustre mieux que tout autre le rapport complexe, entre reprise et innovation, des humanistes au Moyen Âge. Influencés par les Institutiones oratoriae de Quintilien, œuvre redécouverte par Poggio Bracciolini en 1416, les humanistes étendent le programme de la grammaire au-delà de l’enseignement scolastique de la syntaxe et de la morphologie à l’examen et l’explication – excussio et enarratio – et incorporent à son corpus textuel des œuvres aussi diverses que les écrits de médecins, de juristes, de philosophes, d’historiens, refusant de lui assigner une limite.

2Cette double optique s’accompagne d’une attention aux lieux d’épanouissement de l’humanisme – l’université médiévale côtoie de nouveaux espaces de réflexion, de la cour au Studio en passant par les bibliothèques princières –, à la mobilité géographique des humanistes tout comme à la coexistence des divers courants de pensée présents à l’époque, notamment de l’aristotélisme et du platonisme dominants. Elle est rendue explicite à travers l’étude de parcours personnels, tels celui de Jean Pic de la Mirandole (Anthony Grafton, « Jean Pic de la Mirandole : déboires et triomphes d’un omnivore »), qui ne prétend jamais illustrer le parcours par excellence de l’humaniste, mais mettre en évidence des itinéraires intellectuels singuliers et leur inscription dans le contexte de débat de l’époque, par exemple la relation polémique de Jean Pic de la Mirandole à l’astrologie de son temps. Compte tenu de la thèse directrice de l’ouvrage, le travail sur les textes y est à l’honneur, à travers l’étude de la réception de Lucrèce par Marulle (Mayotte Bollack, « Marulle, ou la correction latine ») et la traduction par Leonardo Bruni de l’Éthique aristotélicienne (James Hankins, « En traduisant l’Éthique d’Aristote : Leonardo Bruni et ses critiques »). La part belle est faite à l’activité interprétative des humanistes, complément essentiel de ce travail de réception et de traduction (Jill Kraye, « L’interprétation platonicienne de l’Enchiridion d’Épictète proposée par Politien : philosophie et philologie dans la Florence du XVe siècle, à la fin des années 70 » ; Enno Rudolph, « La crise du platonisme dans la philosophie de la Renaissance. Une nouvelle interprétation du Timée et de la République » ; Christopher S. Celenza, « Antiquité tardive et platonisme florentin »).

3Cet ouvrage se structure en trois temps : Savoir lire traite d’abord des modalités de lecture des humanistes et de leur incidence dans la transformation du savoir. Les Controverses philosophiques abordent « les opérations de démontage et de réélaboration des diverses traditions de pensée » (p. 14) menées par les humanistes, à travers les cas de Bruni, de Politien et de Ficin. Enfin, Lorenzo Valla, philologue et philosophe, consacré comme son titre l’indique à Valla, met en évidence la solidarité entre les diverses dimensions de son travail, l’ambition de réformer la dialectique et celle de repenser la croyance religieuse, la philologie et l’histoire. Si l’enchaînement des sections et des articles semble parfois arbitraire, l’unité du propos est cependant donnée par l’introduction. Surtout, l’ordre du livre paraît être, en un subtil hommage aux humanistes, le reflet de la méthode de lecture et d’analyse proposée par le grammairien humaniste. Celui-ci, en rupture avec la philosophie et la science scolastiques, reposant sur la conviction que le texte forme un tout ordonné et non contradictoire, ne présuppose plus l’ordre. Il lui importe plutôt de sélectionner – excerpere – certains éléments du texte en vertu de leur intérêt, de leur singularité ou de leur rareté et de les regrouper par topiques ou domaines. C’est ainsi le sens de la composition de Penser entre les lignes lorsqu’il permet de mieux comprendre l’œuvre de Lorenzo Valla, en lui conférant une portée philosophique (Fosca Mariani Zini, « Lorenzo Valla et la réflexion sur la Res »), après avoir fait le point sur les controverses interprétatives à son égard (John Monfasini, « Disputationes vallianae ») et l’avoir situé au sein du mouvement humaniste (Salvatore I. Camporeale, « Poggio Bracciolini contre Lorenzo Valla. Les Orationes in Laurentium Vallam »).

4La bibliographie récapitulative, remarquable par son contenu et son organisation, constitue un précieux outil de travail et complète utilement cet ensemble de réflexions qui devraient non seulement intéresser le spécialiste de la Renaissance, mais aussi tout lecteur et enseignant de philosophie soucieux de penser son rapport au(x) texte(s), dont on sait combien il est essentiel à sa pratique.

Top of page

References

Electronic reference

Marie Gaille-Nikodimov, « Penser entre les lignes. Philologie et Philosophie au Quattrocento », Laboratoire italien [Online], 4 | 2003, Online since 07 July 2011, connection on 19 February 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/347

Top of page

About the author

Marie Gaille-Nikodimov

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page