Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Anna Bellavitis, Identité, mariage, mobilité sociale. Citoyennes et citoyens à Venise au XVIe siècle

Rome, École Française de Rome (CEF 282), 2001, 419 p., 48 €
Cécile Terreaux-Scotto
p. 195-196
Bibliographical reference

Anna Bellavitis, Identité, mariage, mobilité sociale. Citoyennes et citoyens à Venise au XVIe siècle, Rome, École Française de Rome (CEF 282), 2001, 419 p., 48 €.

Full text

1Anna Bellavitis présente dans cet ouvrage les résultats auxquels a abouti son travail de doctorat sur l’histoire de la citoyenneté vénitienne du XIVe au XVIIe siècles.

2L’enquête s’appuie sur un impressionnant travail de dépouillement des sources, dont le lecteur peut prendre la mesure en particulier dans les nombreux tableaux récapitulatifs et dans les annexes extrêmement riches. Dans un souci constant d’articuler les normes et les pratiques — souci dont l’application dans cet ouvrage peut servir de méthode de travail —, Anna Bellavitis explore minutieusement les registres des lois, mais aussi les archives des confréries ou encore les archives notariales. À ce propos, on pourra relever à la suite de l’auteur la présence très intéressante, parce que particulière à Venise, d’une grande quantité de testaments rédigés par des femmes.

3La première partie s’attache à définir l’identité du « citoyen » vénitien qui, contrairement aux citoyens d’autres villes italiennes, n’a aucun droit politique. Remontant jusqu’à la période de la serrata du Grand conseil, Anna Bellavitis examine avec précision la législation qui détermine l’octroi de la citoyenneté vénitienne. Ce privilège, qui permettait en premier lieu de participer au commerce, apparaît toujours lié aux conjonctures économiques du monde marchand. Cette particularité éclaire la procédure mise en place par le gouvernement vénitien pour l’attribution de la citoyenneté ainsi que ses attitudes de fermeture ou d’ouverture à l’égard de ceux qui briguent le statut de citoyen. La nature principalement commerciale ou, si l’on préfère, « professionnelle », de la citoyenneté vénitienne explique pourquoi l’identité du citoyen revêt progressivement un aspect de plus en plus social. Au XVIe siècle en effet — et Anna Bellavitis souligne dans le titre de son ouvrage combien cette période constitue un moment décisif dans la définition de l’identité citoyenne —, le statut juridique de la citoyenneté s’estompe au profit d’un statut fondé sur « l’honorabilité » : le groupe des citoyens se distingue par une appartenance à des familles qui exercent depuis trois générations des professions « honorables », à l’exclusion des arts mécaniques. La condition de citoyen « originaire » étant devenue indispensable pour accéder aux principaux offices de l’État, les qualités exigées des citoyens « originaires » candidats aux offices deviennent alors de plus en plus exclusives en même temps que se précisent leurs caractéristiques et leurs privilèges.

4Le fait que la citoyenneté vénitienne soit toujours liée à une identité professionnelle et sociale et non à une identité juridique explique pourquoi le titre de « citoyen » peut alors revêtir des significations différentes dans la société. Comme le précise Anna Bellavitis, les cittadini sont en effet le seul groupe de la population vénitienne dont l’identité doit être expliquée. En ce sens, l’auteur redonne à juste titre toute son importance à l’histoire politique et territoriale de la République de Venise pour éclairer la politique suivie par le gouvernement dans le recrutement de ses fonctionnaires. Ce postulat permet d’ailleurs à l’ouvrage de se démarquer des études précédentes qui, d’une part, ne permettaient pas de véritablement reconstituer le point de départ de la constitution du groupe des bureaucrates vénitiens et, d’autre part, envisageaient ces derniers surtout par rapport au patriciat. Cependant la nouveauté de ce parcours aurait gagné à être davantage soulignée, d’autant que la densité du propos rend la découverte de ces pages ardue, en particulier pour le lecteur profane. Car l’étude de l’identité citoyenne s’éclaire et prend toute son importance surtout dans les deux autres parties de l’ouvrage. La patience du lecteur est alors toutefois grandement récompensée lorsque l’auteur fait revivre pour lui citoyennes et citoyens vénitiens, parvenant à reconstituer parfois des biographies entières.

5L’originalité de la deuxième partie tient à ses protagonistes : les femmes. Alors que la citoyenneté est une « histoire d’hommes », Anna Bellavitis choisit en effet de partir des filles et des épouses pour définir l’identité des citoyens vénitiens. Cette démarche la conduit à étudier les contrats de mariage des citoyens enregistrés au XVIe siècle. Consciente des problèmes de fiabilité et de représentativité que soulève l’utilisation d’une telle source, l’auteur commence par replacer les contrats de mariage citoyens dans l’ensemble de la législation sur le mariage de façon à expliquer l’organisation de l’institution dotale chez les citoyens vénitiens. L’exploration d’un corpus législatif étendu favorise l’analyse du fonctionnement de la succession, de la dot, ou encore du remariage des veuves. Ces pages soulignent au passage combien les statuts vénitiens semblent enclins à protéger les droits patrimoniaux des femmes, contrairement à ce qui se passe dans d’autres villes italiennes — Florence en particulier. L’intérêt de ce développement tient à ce que, loin de se limiter aux textes normatifs, dont l’auteur propose toutefois une interprétation fouillée, il conduit à une étude approfondie et vivante de cas concrets qui se prolonge de façon très intéressante dans la troisième partie.

6La dernière partie de l’ouvrage brosse en effet un tableau des alliances contractées par les citoyens, illustré par l’histoire de cinq familles. Il ne s’agit pas pour l’auteur de décrire un mariage citoyen typique, qui n’existe pas, mais de vérifier à travers l’étude de cas concrets la validité et l’application dans la société vénitienne de notions telles que « l’honorabilité » ou la « mobilité sociale ». Ici, ce ne sont pas les familles les plus en vue mais les familles modestes qui étayent l’analyse — et c’est là un des grands attraits de ce développement. Cette recherche vaut en particulier par la publication en annexe de la « chronique de famille » ou du « livre de famille » de la famille Ziliol (sur le statut du texte et les problèmes de définition qu’il pose, Anna Bellavitis reste malheureusement trop imprécise). Ce texte, qui illustre les questions soulevées au cours de l’analyse de l’identité citoyenne, prend d’autant plus de valeur que la ville de Venise, contrairement à Florence par exemple, offre peu de mémoires familiales.

7Au fil des pages le lecteur pourra parfois déplorer la maladresse de certaines formulations. Si elle gêne rarement l’intelligibilité du propos, elle déçoit d’autant plus que l’ensemble de l’ouvrage est écrit avec aisance et rigueur. Les faiblesses de l’expression ne sauraient toutefois gâter l’ensemble du travail qui non seulement offre un ouvrage de référence sur la société vénitienne, mais qui peut également servir de point de comparaison fort utile pour comprendre la société florentine de la Renaissance, que l’auteur évoque d’ailleurs à plusieurs reprises.

Top of page

References

Electronic reference

Cécile Terreaux-Scotto, « Anna Bellavitis, Identité, mariage, mobilité sociale. Citoyennes et citoyens à Venise au XVIe siècle », Laboratoire italien [Online], 4 | 2003, Online since 07 July 2011, connection on 25 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/348

Top of page

About the author

Cécile Terreaux-Scotto

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page