Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

La métaphore baroque d’Aristote à Tesauro. Extraits du « Cannocchiale aristotelico »

présentés, traduits et commentés par Yves Hersant, Paris, Le Seuil (Points Essais 470), 2001, 206 p., 9 €
Marie Gaille-Nikodimov
p. 199-200
Bibliographical reference

La métaphore baroque d’Aristote à Tesauro. Extraits du « Cannocchiale aristotelico », présentés, traduits et commentés par Yves Hersant, Paris, Le Seuil (Points Essais 470), 2001, 206 p., 9 €.

Full text

1Pour qui veut emprunter un chemin buissonnier, à l’écart des grandes avenues tracées par la tradition philosophique en France, et dans une certaine mesure par la philosophie tout court, La métaphore baroque d’Aristote à Tesauro. Extraits du « Cannocchiale aristotelico » présentés, traduits et commentés par Yves Hersant constitue un guide excellent. La route de traverse que cet ouvrage invite à découvrir est celle du discours éloquent, du langage métaphorique, en bref de la rhétorique, mais une rhétorique conçue comme art du dire vrai, union du plaisir et de la pensée.

2Cannocchiale aristotelico, o sia Idea dell’arguta e ingegnosa elocuzione che serve a tutta l’arte oratoria, lapidaria e simbolica esaminata co’ principii del divino Aristotele dal conte e cavalier gran croce d. Emanuele Tesauro patrizio torinese a pour ambition de présenter une théorie de l’argutezza, c’est-à-dire de la finesse d’esprit et de style, centrée sur la métaphore. Yves Hersant ne prétend pas donner autre chose qu’une idée de cette somme de 740 pages, à travers des extraits qui correspondent dans une large mesure à ceux que propose Ezio Raimondi dans Trattatisti e narratori del Seicento (Ricciardi, 1960). Son titre même est un exemple de concetto : en associant Aristote et Galilée, le pourfendeur par excellence de la cosmologie aristotélicienne, Emanuele Tesauro (1592-1695) propose une alliance contre nature du point de vue de l’histoire des sciences, mais non de celui d’une rhétorique baroque : elle signifie qu’il faut observer l’éloquence avec l’œil – ou la lunette – d’Aristote, qui a « cherché avec minutie les secrets de la rhétorique » (p. 65).

3L’opposition entre rhétorique et philosophie, soupçonnez-vous, est trop caricaturale pour être honnête ; elle est pourtant une ligne de partage constituante dans l’histoire des représentations de la philosophie et, en raison de ce rôle, mérite qu’on s’y intéresse de près. On l’y a tour à tour établie, désavouée, contournée ; elle n’en est pas moins là, vivifiée par la mise en scène sans cesse renouvelée, depuis les dialogues de Platon, de combats de Titans : entre Socrate et les sophistes, entre Platon lui-même et Aristote, entre aristotélisants et platonisants des siècles ultérieurs. Cette opposition a aussi sa géographie, et force est de constater qu’un philosophe français a plus de chances de découvrir l’héritage de la pensée aristotélicienne de la rhétorique et sa fructification en prêtant oreille au propos de son collègue italien qu’en se cantonnant à la tradition textuelle de son pays.

4Ernesto Grassi, dont l’œuvre reste en grande partie à traduire en français, a justement théorisé la relation entre rhétorique et philosophie (nous pouvons lire néanmoins, à ce propos, La Métaphore inouïe, trad. de M. Raiola, Quai Voltaire, 1991). De leur côté, les textes que Yves Hersant propose à notre examen constituent la matière première – première au sens d’essentielle, et non de fruste ou brute – d’une réconciliation entre le trait d’esprit et la réflexion conceptuelle. Composer de beaux discours, est-ce une manière de ne pas philosopher ou une autre manière de philosopher ? Entre ces deux réponses, ils invitent sans ambiguïté à choisir la seconde. Le sens même du terme italien concetto exprime ce choix : si le concept désigne en français l’acte du seul intellect, le concetto renvoie à une opération indissociablement abstraite et sensible, théorique et ludique, logique et rhétorique : « les concetti imitent le faux pour enseigner le vrai » (p. 179).

5Ainsi, le concetto, de forme essentiellement métaphorique, peut-il être considéré comme le symbole de cette autre manière de philosopher. Pour introduire cette idée quelque peu déroutante, Yves Hersant procède à un véritable montage de textes, qui fait du livre un précieux instrument de travail. Les extraits du Cannochiale sont encadrés par deux dossiers, Généalogie du conceptisme et Le rejet des perles irrégulières. Le premier, des textes fondateurs d’Aristote à Gracián, en passant par Torquato Tasso, Camillo Pellegrino, Mathias Kasimir Sarbiewski et Matteo Peregrini, présente les notions à partir desquelles il est possible d’appréhender la conception de la métaphore développée dans le Cannochiale. Ce sont les notions de meraviglia, de concetto, d’acumen, d’ingegno, d’agudeza. Cet ensemble permet de comprendre que la métaphore ne se définit pas par la substitution d’un terme « propre » par un terme « figuré », mais comme la mise en relation d’objets qui peuvent être séparés par une grande distance.

6Le second dossier présente la résistance engagée au XVIIe siècle contre cette rhétorique. Un riche éventail de textes – Antoine de Furetière, Pierre Nicole, Dominique Bouhours, René Rapin, Nicolas Boileau, Nicolas Malebranche, John Locke, Lodovico Antonio Muratori, Etienne-Simon de Gamaches, César Chesneau Dumarsais – affirme qu’entre vérité et représentation, évidence de la raison et beauté des mots, il faut faire son choix. Aristote apparaît, dans ce montage de textes, tiré à hue et à dia : il est l’auteur de la Rhétorique et de la Poétique, mais aussi des Problemata, des Seconds analytiques et de la Métaphysique qui semblent suggérer, à travers la distinction entre ce qui se démontre et ce qui ne se démontre pas, une voie pour conférer une dignité philosophique à la métaphore. Au contraire, Antoine Furetière se désole qu’Aristote marche en apparence « sous les enseignes de Galimatias » : en réalité, Aristote a été fait prisonnier sous « une terrasse de Commentaires » (p. 137) qui empêchent de connaître sa véritable pensée. Ce tableau cubiste d’Aristote n’est pas l’un des moindres intérêts de l’ouvrage composé par Yves Hersant. En proposant une nouvelle version du combat de Titans autour du statut de la rhétorique, moins connue que sa mise en scène antique, Yves Hersant contribue à créer les conditions d’un débat de qualité à son propos, susceptible d’intéresser de manière générale les historiens des idées et les philosophes.

Top of page

References

Electronic reference

Marie Gaille-Nikodimov, « La métaphore baroque d’Aristote à Tesauro. Extraits du « Cannocchiale aristotelico » », Laboratoire italien [Online], 4 | 2003, Online since 07 July 2011, connection on 25 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/353

Top of page

About the author

Marie Gaille-Nikodimov

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page