Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Corrado Vivanti, Incontri con la storia. Politica, cultura e società nell’Europa moderna

Miguel Gotor et Gabriele Pedullà (éds), présentation de Maurice Aymard, Formello (RM), Edizioni SEAM, 2001, 648 p., 41,32 €
Jean-Louis Fournel
p. 201-202
Bibliographical reference

Corrado Vivanti, Incontri con la storia. Politica, cultura e società nell’Europa moderna, Miguel Gotor et Gabriele Pedullà (éds), présentation de Maurice Aymard, Formello (RM), Edizioni SEAM, 2001, 648 p., 41,32 €.

Full text

1Ce fort volume de 648 pages est né de la volonté de proches et d’élèves de Corrado Vivanti de réunir — à l’occasion de son départ à la retraite — un choix significatif des articles de l’historien et éditeur turinois, auquel s’ajoute à la fin de l’ouvrage une bibliographie systématique de ses travaux de 1957 à 2000. L’ouvrage se présente ainsi comme une illustration très utile de près de cinquante années de travail puisqu’il rassemble les écrits de Corrado Vivanti les plus difficiles d’accès (ceux qui ont été publiés dans des revues et non dans des ouvrages collectifs). Les plus difficiles d’accès mais certes pas les moins importants si l’on en juge par les « sections » qui tracent la cartographie d’un espace d’intervention aussi varié que complexe : Studi mantovani ; Politica e umanesimo nel « lungo cinquecento » italiano ; Politica e storiografia francese in età moderna ; Storia degli ebrei e storia d’Italia ; Storici e storia. Ce livre apparaît ainsi comme une excellente démonstration, si l’on considère la densité de chacun des textes présentés, de la fécondité de la forme de l’article par rapport au format plus attendu du livre, même si ce sont les importantes responsabilités éditoriales de l’auteur qui ont dicté ce choix et même si un ouvrage comme Lotta politica e pace religiosa in Francia fra Cinquecento e Seicento (1963) est devenu un classique. Tour à tour on aura ainsi affaire, selon les articles, à des contributions qui relèvent de domaines très différents des études historiques et sont peu souvent parcourus par le même historien : histoire économique classique (« I prezzi di alcuni prodotti agricoli a Mantova nella seconda metà del XVIII° secolo ») ; histoire des sources (« Una fonte dell’Istoria del concilio tridentino di Paolo Sarpi ») ; histoire des textes imprimés (« Les recherches de la France d’Etienne Pasquier », « Paulus Aemilius Gallis condidit Historias ? », « I commentari di Pio II° ») ; interprétation globale d’un moment ou d’un phénomène historique — qu’il relève d’une vexata quaestio comme « le rivolte populari », « l’assolutismo » ou « la crisi del cinquecento » ou d’un champ encore en friche tel que « le scoperte geografiche » — ; histoire de l’historiographie et épistémologie de l’histoire (les articles sur Cantimori, Chabod, Braudel, Huizinga, sur l’historiographie de la révolution française ou sur les catégories d’humanisme et de réforme) ; histoire des juifs italiens (section qui nous donne le cadre dans lequel fut pensé le volume important des Annali de la Storia d’Italia Einaudi, Gli ebrei in Italia, dirigé par Corrado Vivanti en 1997).

2Y aurait-il là encore quelque tentation d’histoire totale ? On est tenté de répondre hâtivement par l’affirmative au vu de l’ampleur des curiosités et des intérêts manifestés par l’auteur. Mais bien vite on se rend compte de la méprise : chez Corrado Vivanti la leçon « française » de l’école des Annales est toujours fécondée d’une part, comme le relève Maurice Aymard dans la présentation du volume, par la leçon d’une certaine histoire sociale anglaise (Hobsbawm), d’autre part, et surtout, par la tradition, plus italienne, d’une philologie historique qui, loin de se contenter d’établir la leçon des textes — toujours nécessaire mais qui peut parfois renvoyer à un fétichisme du mot quelque peu stérile — entreprend d’abord de les lire et de les relire pour leur redonner le statut de sources véritables d’une histoire à faire, une histoire qui n’est pas simplement une histoire des idées, des courants de pensée ou de la culture. De ce fait, l’alternance de travaux d’une grande précision et de balayages synthétiques de questions historiographiques fondamentales s’inscrivent dans le même horizon de recherche, celui que dicte le choix d’une histoire politique de la société au nom d’un double engagement qui fait la dignité du métier d’historien : comprendre et faire comprendre. D’un côté, interpréter des phénomènes du passé, y compris en interrogeant les outils auxquels les disciples de Clio peuvent avoir recours ou les maîtres auxquels ils peuvent se référer. De l’autre, diffuser largement les acquis de ses propres travaux, constamment mesurés à l’aune de ceux de ses confrères, grâce à une remarquable capacité de synthèse et d’interrogation des noeuds communs de la réflexion. Le concepteur de la Storia d’Italia Einaudi (dont nous sont retracés les attendus et les logiques dans un court texte — « Come è nata la Storia d’Italia Einaudi ? » — qui est placé de façon on ne peut plus pertinente au début du recueil comme une introduction aux différentes sections) et plus récemment l’éditeur des œuvres complètes de Machiavel rejoignent ici le fin connaisseur de l’histoire de Mantoue, l’explorateur infatigable de l’« âge des réformes », en France et en Italie, l’admirateur de Paolo Sarpi et le passionné de l’histoire de la communauté juive italienne. Et s’il en est ainsi n’est-ce pas aussi que Vivanti, avec d’autres, montre que c’est dans ce Cinquecento, largement franco-italien, dans ces conflits qui se succèdent, des guerres d’Italie aux guerres de religion, que se trouve, pour bonne part, la matrice d’une nouvelle façon d’écrire, et de faire, la politique et l’histoire ?

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Louis Fournel, « Corrado Vivanti, Incontri con la storia. Politica, cultura e società nell’Europa moderna », Laboratoire italien [Online], 4 | 2003, Online since 07 July 2011, connection on 25 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/354

Top of page

About the author

Jean-Louis Fournel

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page