Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
La République en exil (XVe-XVIe siècles)

Introduction

Paolo Carta et Lucie De Los Santos
p. 9-12

Texte intégral

  • 1 S. Battaglia, Grande Dizionario della lingua italiana, vol. VI, Torino, U.T.E.T., p. 484-485.
  • 2 Ibid., p. 485.

1Nous ne voulons pas faire de ce dossier un recueil d’articles consacrés au mythe de l’« exil », dont la présence continue dans l’histoire de l’Italie est incontestable. Notre intention est plutôt de relancer le débat historique sur le problème politique des « exilés » et des fuorusciti ou « bannis » tel qu’il se dessine entre le XVe et le XVIe siècles, c’est-à-dire au moment où la tumultueuse réalité politique et institutionnelle qui - ainsi que le dit Diego Quaglioni dans l’article qu’il consacre ici à Matteo Gribaldi Mofa - caractérise l’organisation communale, acquiert une nouvelle signification par rapport au pouvoir de l’État. Dans cette optique, l’époque considérée est bien plus intéressante que les autres pour introduire une discussion sur les formes de l’exil politique à l’époque contemporaine, discussion à laquelle seront consacrés des travaux ultérieurs. À ce sujet, il faut rappeler que le terme de fuoruscito a longtemps revêtu une connotation négative, puisqu’il désignait celui qui « è stato bandito dalla patria, da una città, da uno Stato per ragioni politiche o criminali », ou qui s’est volontairement expatrié « per cause politiche »1. Suite à l’usage qui a prévalu sous le régime fasciste, on a ensuite pris l’habitude de désigner par ce terme « ciascuno degli esponenti dei movimenti politici italiani » qui se sont opposés à ce dernier et « rifugiatisi all’estero »2. C’est la pensée républicaine qui a rappelé que, du point de vue historique, c’est justement dans les colonies de fuorusciti qui, de l’extérieur, s’opposaient activement au régime fasciste, que s’est maintenu en vie l’idéal anti-tyrannique caractéristique de la tradition italienne, grâce à l’exaltation renouvelée de l’Italie hors d’Italie que le Risorgimento avait déjà contribué à magnifier.

2C’est pour cela qu’il est important de reprendre l’étude du thème de l’exil politique en relation avec les mutations politiques et institutionnelles qui eurent lieu lors de l’émergence du pouvoir étatique. Les caractéristiques de l’exil politique au XVe siècle, différentes de celles des époques précédentes, ont récemment été décrites avec efficacité dans l’ouvrage de Christine Shaw, The Politics of Exile in Renaissance Italy (Cambridge, 2000), et reprises dans la contribution qu’elle apporte à ce dossier. Selon Christine Shaw ceux qui, comme Jacques Heers dans son livre L’exil, la vie politique et la société (Paris, 1995), étudient le problème des « exilés », tendent à considérer la continuité du phénomène du XIIIe au XVe siècles, sans tenir aucun compte des éléments de fracture qui ont aussi caractérisé, dans la perception même des historiens de l’époque, la vie institutionnelle et politique de l’histoire italienne :

  • 3 C. Shaw, The Politics of Exile in Renaissance Italy, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p (...)

[Heers] does not consider how changes in the political life and political structures of Italy from the early fourteenth to the later fifteenth century shaped the incidence and experience of political exile […]. Most regimes, princely or republican, had opponents in exile. Many of the principal actors in italian politics had at least one episode of exile in their career. All regimes were prepared to manipulate the exiles of others for their own advantage, if the opportunity arose. The political life of Renaissance Italy cannot be properly understood unless the practice and experience of exile is appreciated as one of its defining characteristics3.

3On peut individualiser cette fracture, ainsi que le rappelle Christine Shaw, en analysant le problème de l’exil dans une perspective à la fois historique et juridique. C’est ainsi que nous avons choisi d’introduire le débat par un article de Christian Zendri spécifiquement consacré à la doctrine du droit commun sur le thème de l’exil, afin de comprendre le lexique juridique et politique sur la question et d’en saisir l’évolution.

4Les articles suivants s’attardent sur certaines spécificités du fuoruscitismo politique et religieux italien au XVIe siècle, afin de comprendre comment a pu se réaliser historiquement la « république des exilés », apparent paradoxe également ressenti pleinement dans la patrie même des exilés, ainsi que le révèle Matteo Bandello dans une nouvelle (1554) où il écrit au sujet de Florence :

  • 4 M. Bandello, Novella 1, in Tutte le opere, F. Flora (éd.), Milano, Mondadori, 1934, p. 9.

Ché in vero, chi ben calcolasse, io penso che tanti uomini siano stati cacciati di Firenze e tanti miseramente ammazzati, che se fossero uniti insieme farebbero una città più maggior assai che ora essa Firenze non si trova4.

  • 5 R. Starn, Contrary Commonwealth. The Theme of Exile in Medieval and Renaissance Italy, Berkeley-Los (...)

5Cette perception du problème a conduit Randolph Starn à déterminer, de façon un peu hasardeuse, l’existence d’un véritable Contrary Commonwealth5. Sans prétendre arriver à ces extrêmes, il est essentiel de mener une recherche approfondie sur la pensée des fuorusciti, que l’on ne peut réduire à un credo républicain univoque en matière politique et à des vues libérales en matière religieuse.

6Lucie De Los Santos propose une lecture nouvelle des discours de l’exilé florentin Iacopo Nardi. Elle montre comment, durant la querela contre Alexandre de Médicis, les fuorusciti républicains menèrent à bien une série de projets d’écriture en commun, par lesquels ils entendaient mener un combat politique concret contre le duc de Florence, tout en élaborant une nouvelle rhétorique républicaine adaptée à la situation politique du moment et posant les fondements de la réforme institutionnelle qu’ils désiraient pour Florence.

7En retraçant la vie du juriste italien Matteo Gribaldi Mofa, exilé à Genève pour des raisons religieuses, Diego Quaglioni entend montrer combien les motifs politiques, scientifiques et religieux s’entremêlaient dans la vie intellectuelle de la nombreuse colonie des exilés italiens à la fin du XVIe siècle. C’est justement Gribaldi Mofa qui défendit Michele Serveto. Ainsi que le rappelle l’auteur, en reprenant les mots de Francesco Ruffini, Gribaldi Mofa fut le premier à oser « in faccia allo stesso Calvino » s’exprimer ouvertement pour défendre la liberté de conscience.

8L’article de Paolo Carta est consacré au Florentin Jacopo Corbinelli, exilé républicain dans le Paris de la fin du XVIe siècle. Lecteur d’Henri III et de Catherine de Médicis, Corbinelli a traditionnellement été présenté par l’historiographie comme une figure emblématique de l’Italien en France, cible des traités huguenots qui entendaient frapper la « progressive italianisation du royaume » et les mœurs politiques « machiavéliennes » de la cour. Comme le révèle sa correspondance inédite, il fut au contraire un grand amateur des traités huguenots ainsi que des traités contre la tyrannie et élabora un projet éditorial fondé sur d’évidentes intentions politiques.

9Le dossier présenté dans ce numéro de Laboratoire italien fait partie d’un projet plus large, élaboré par Paolo Carta et Lucie De Los Santos et consacré à la « République en exil » à l’époque moderne et contemporaine. À travers les travaux en cours, il s’agit de comprendre comment les centres d’opposition qui se sont constitués au cours de l’histoire dans les milieux des exilés politiques italiens ont contribué à l’histoire de la pensée européenne, quelles furent les caractéristiques de leurs projets de réforme élaborés « de l’extérieur » et quelles nouveautés ils apportèrent aussi dans leur patrie par l’exercice de la propagande politique et de l’opposition. Les initiatives liées à ce projet seront signalées sur le site internet de Laboratoire italien.

Haut de page

Notes

1 S. Battaglia, Grande Dizionario della lingua italiana, vol. VI, Torino, U.T.E.T., p. 484-485.

2 Ibid., p. 485.

3 C. Shaw, The Politics of Exile in Renaissance Italy, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 3-4.

4 M. Bandello, Novella 1, in Tutte le opere, F. Flora (éd.), Milano, Mondadori, 1934, p. 9.

5 R. Starn, Contrary Commonwealth. The Theme of Exile in Medieval and Renaissance Italy, Berkeley-Los Angeles-London, University of California press, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paolo Carta et Lucie De Los Santos, « Introduction », Laboratoire italien [En ligne], 3 | 2002, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/360 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.360

Haut de page

Auteurs

Paolo Carta

Paolo Carta enseigne l’histoire de la pensée politique à l’Université de Trente. Il s’est occupé de la fortune de Machiavel au XXe siècle, de la politique ecclésiastique européenne au XVIe siècle et de la circulation des idées politiques entre France et Italie à la fin de la Renaissance.

Articles du même auteur

Lucie De Los Santos

Lucie De Los Santos est A.T.E.R. à l’université de Caen, agrégée d’italien et ancienne élève de l’ENS Fontenay/St-Cloud. Ses recherches portent sur l’historiographie et le républicanisme florentins aux XVe et XVIe siècles, dans la continuité de sa thèse de doctorat soutenue en juin 2002 (Iacopo Nardi [1476-1563] : Biographie politique et écritures républicaines). Elle a publié l’édition française des Considérations à propos des « Discours » de Machiavel sur la première décade de Tite-Live de Francesco Guicciardini (Paris, L’Harmattan, 1997).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page