Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
La République en exil (XVe-XVIe siècles)

Ce que révèle l’exil politique sur les relations entre les États italiens

Christine Shaw
Traduction de Marie Gaille-Nikodimov
p. 13-32

Résumé

La pratique de l’exil politique était particulièrement répandue dans l’Italie de la Renaissance. Les problèmes relatifs aux exilés étaient un élément significatif dans les relations officielles des États italiens. Les exilés eux-même constituaient une partie importante du réseau de contacts, informel et dense, qui liait les populations des différents États. La manière dont les gouvernements traitaient les exilés des autres États était considérée comme une indication essentielle de la véritable nature de leur attitude à l’égard des autres gouvernements. Les États, afin de contrôler leurs exilés, recherchaient aide et coopération, mais souvent les gouvernements « hôtes » étaient prêts à soutenir qu’il était préférable de bien traiter les exilés, afin de ne pas les inciter à entreprendre des actions désespérées. Le traitement et l’attitude à l’égard des exilés est un signe de l’intensité particulière de l’intérêt nourri par les États italiens à l’égard des affaires intérieures des autres. Il témoigne également de l’importance qu’avait leur réputation auprès des autres gouvernements pour celle de leur gouvernement dans leurs propres États.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Marie Gaille-Nikodimov

Texte intégral

  • 1 Cet article s’appuie sur mon livre, The Politics of Exile in Renaissance Italy, Cambridge, 2000.
  • 2 À propos de Bona Sforza, voir C. Shaw, The Politics of Exile in Renaissance Italy, op. cit., p. 7-9 (...)

1La pratique de l’exil politique n’était pas propre à l’Italie dans la seconde moitié du XVe siècle – période considérée dans cet article -, mais elle y était particulièrement développée1. Au sein de l’élite politique et des familles dirigeantes, nombreux furent ceux qui passèrent au moins une partie de leur existence en exil politique : des hommes de Florence, Sienne, Gênes, Venise, Bologne, Parme, Viterbe, Aquila, et de villes plus petites – Todi, Asola, Volterra ; des hommes issus des principales dynasties d’Italie – les Sforza, les rois aragonais de Naples – ou de familles moins seigneuriales, comme les Manfredi, les Ordelaffi, les Pico. L’énumération pourrait se poursuivre. Un grand nombre d’hommes d’origine plus humble, partisans ou clients, ou des hommes qui furent simplement pris dans le cours des événements, ont payé par une période d’exil leur engagement, volontaire ou non, dans des conflits pour un pouvoir politique qu’ils n’avaient souvent aucune chance de partager. Les femmes qui partaient en exil accompagnaient généralement leurs parents de l’autre sexe, bien qu’un petit nombre d’entre elles, comme la duchesse Bona Sforza de Milan ou Elizabeth Zeno de Venise2, fussent elles-mêmes personnellement exilées.

  • 3 Pour une étude de qualité sur l’un de ces Napolitains en exil, voir B. Croce, « Cola di Monforte co (...)
  • 4 C. Shaw, The Politics of Exile, op. cit., p. 183-186.

2Certains vécurent au moins un temps de leur exil hors d’Italie, comme les barons napolitains qui servirent les Angevins et entrèrent dans l’armée du duc de Bourgogne ou les Pisans qui firent carrière comme officiers publics à la cour de l’Empereur Sigismond3. Mais ils étaient l’exception ; la grande majorité des exilés demeura en Italie. Le lieu où ils allaient et ce qu’ils faisaient étaient souvent une source de préoccupation majeure pour le gouvernement de leur État d’origine, notamment s’ils semblaient être bien accueillis et recevoir un appui dans d’autres États. Que ces États fussent des amis ou des ennemis, le fait que les exilés y soient bien reçus était également inquiétant pour le régime de leur patrie. Pour ceux qui négociaient des traités et des alliances, la manière dont un État se conduisait à l’égard des rebelles et des exilés était une question de grande importance. Dans certaines circonstances, elle s’avérait cruciale : ce que les Siennois voulaient avant tout obtenir de leurs voisins florentins dans les années 1480-1500, par exemple, était un engagement à ne pas aider leurs exilés4. Le problème posé par ces derniers et la façon dont ils étaient perçus et traités ont souvent été au centre des relations entre les régimes qui se succédèrent à Sienne et les autres États italiens. Si elle fut peut-être d’une intensité exceptionnelle, la préoccupation des Siennois à l’égard de leurs exilés n’était pas un cas unique. Les exilés d’un État ou d’un autre étaient toujours un sujet à l’ordre du jour dans la diplomatie des États italiens.

3Les exilés ne constituaient pas seulement un élément important des relations formelles et officielles entre les États italiens, ils faisaient également partie intégrante des réseaux de contact complexes et informels qui liaient ensemble les peuples des différents États. Ils alimentaient le mouvement constant de personnes entre les États, les flux de voyageurs, les groupes de stranieri résidents à plus ou moins long terme dans l’ensemble de la péninsule et de migrants permanents qui quittaient pour de bon leur lieu d’origine pour s’installer ailleurs et y recommencer leur vie. Étudier le phénomène de l’exil politique permet de mettre en évidence la complexité particulière et le caractère très poussé des relations entre les États italiens et les populations des différentes régions italiennes.

4On insiste d’habitude sur le caractère fragmentaire du paysage politique italien, sur le grand nombre de cités et de seigneuries, douées d’une autonomie politique variable. Il est coutumier de concevoir l’Italie de la seconde moitié du XVe siècle comme un espace dominé par cinq grands États régionaux – les républiques de Florence et de Venise, le duché de Milan, le royaume de Naples et les États de la papauté –, auxquels s’ajoutent d’autres entités politiques qui éprouvent de plus en plus de difficultés à échapper à l’emprise de l’un ou l’autre de ces pouvoirs. Si cela est vrai en grande partie, il est néanmoins erroné de se représenter une carte de la péninsule découpée en cinq grands blocs, entre lesquels les pouvoirs mineurs se partagent un petit espace. Les spécialistes qui étudient la dynamique des structures politiques dans l’Italie de la Renaissance ont certes mis de plus en plus l’accent sur le pouvoir de négociation, sinon l’autonomie, conservé par les communes et les seigneurs théoriquement soumis à l’un de ces grands États régionaux. L’on sait depuis longtemps que, pour certains seigneurs et communes, surtout parmi les sujets de la papauté, les relations avec les autres pouvoirs avaient autant d’importance que celles qu’ils entretenaient avec leur pouvoir souverain. Cependant, la tendance des spécialistes à se concentrer sur l’étude de l’un ou l’autre de ces États italiens et le fait que l’histoire de la diplomatie ait été longtemps un sujet délaissé sont encore susceptibles d’empêcher une évaluation de l’importance essentielle des réseaux qui liaient entre eux les différents États et cités d’Italie.

5D’une grande importance pour le développement et le maintien de ces réseaux était le fait qu’en règle générale, les élites de l’Italie partageaient une culture et une langue communes. Bien entendu, les différences entre les sociétés, les économies, les traditions et les manières de penser des diverses régions étaient considérables, et les personnes de la ville ou de la vallée voisine étaient toujours perçues comme des stranieri. Les membres des élites politiques et des familles seigneuriales ne recevaient certainement pas tous l’éducation humaniste qui fournissait la langue de référence la plus évidente pour les Italiens instruits de la fin du XVe siècle. Si prépondérante qu’ait pu être cette vision dans les conceptions que les spécialistes se font de l’Italie de la Renaissance, une éducation fondée sur la langue et la pensée classiques n’a pas été une expérience partagée par tous, et peut-être même pas par la majorité de l’élite politique italienne. Toutefois, un noble napolitain, un marchand vénitien, un clerc gênois pouvaient toujours se reconnaître les uns les autres comme membres d’une même communauté culturelle et étaient capables de communiquer à l’aide d’une langue commune, malgré les différences de statut social, d’instruction, d’intérêts économiques, de conceptions et d’idées politiques, et quels qu’aient été leur comportement et leurs préjugés à l’égard des personnes issues d’autres États et régions d’Italie.

6Une telle situation n’était pas propre à l’Italie au XVe siècle en Europe. Il y a d’évidentes analogies avec les territoires de langue allemande du Saint Empire romain germanique. Dans les territoires de langue française, en Europe de l’Ouest, la culture militaire de la noblesse, caractérisée de manière plus ou moins prononcée par l’esprit de cour ou de chevalerie, permettait à des hommes d’éprouver un sentiment de cousinage, sinon de fraternité, alors qu’ils étaient issus d’États ennemis depuis toujours. Cependant, le cas italien peut sans doute, dans ce domaine, prétendre à la particularité, en raison de la grande variété, de la fréquence et de la complexité des échanges, des relations et des mouvements de personnes venues d’États divers, à tous les niveaux sociaux : gardiens de troupeaux conduisant leurs animaux dans la Maremme siennoise ou dans les Abruzzes, bâtisseurs lombards, marchands et banquiers accompagnés de leurs agents et de leurs apprentis, paysans en quête de nouvelles terres, ouvriers qualifiés attirés par les réductions fiscales qu’accordaient des gouvernements soucieux de promouvoir l’industrie textile de leur État, maîtres d’école, professeurs d’université et docteurs, artistes et ingénieurs, clercs et humanistes à la recherche d’un avancement à Rome, podestats et autres officiers de justice passant d’un poste à un autre parmi ceux qui devaient être occupés par des forestieri ; il y avait encore les soldats, des fantassins recherchés de la Romagne aux condottieres rêvant toujours de vaincre ou de fonder leur propre État, et les officiers publics s’intégrant aux bureaucraties princières en pleine expansion – car les princes préféraient parfois avoir recours à des hommes qui n’étaient pas leurs sujets. On pouvait couramment rencontrer toutes ces personnes qui gagnaient leur vie et faisaient carrière loin de leur propre État d’origine.

  • 5 Voir A. Macinghi Strozzi, Lettere di una gentildonna fiorentina del secolo XV ai figliuoli esuli, C (...)
  • 6 R. Bargagli, « Bartolomeo Sozzini, Lorenzo de’ Medici e lo Studio di Pisa (1473-1494) », in La Tosc (...)
  • 7 M. E. Mallet et J. R. Hale, The Military Organization of a Renaissance State : Venice c. 1400 to 16 (...)

7L’éventail social et la diversité, le simple nombre de ces émigrants économiques permettaient à ceux qui, en exil politique, étaient loin de chez eux, de se trouver plus facilement une place, et s’ils le devaient, de gagner leur vie. Dans l’Italie du XVe siècle, voyager ou s’établir dans un autre État pendant des périodes plus ou moins longues n’avait rien d’anormal pour un homme, avec ou sans famille. L’exilé florentin Lorenzo Strozzi s’intégra si bien à la communauté des commerçants et banquiers florentins de Naples que ceux-ci l’élirent comme consul en 1463 (bien que sa mère lui déconseillât d’accepter, afin d’éviter les critiques, une fois de retour à Florence), tandis que son frère Filippo, avec l’aide et grâce à la faveur du roi Ferrante, acquit une telle fortune qu’il était l’un des hommes les plus riches de Florence lorsque les frères Strozzi furent finalement autorisés à revenir chez eux5. Le Siennois Giacoppo Petrucci, en exil à Pise, s’installa comme marchand de bétail ; ses compatriotes Antonio Bichi et Jacomo Bargagli, à Rome, se lancèrent dans une activité commerciale pour gagner leur vie. Le juriste de renom Bartolomeo Sozzini n’eut pas de problème pour obtenir des postes universitaires en exil ; il eut plutôt des difficultés à obtenir la permission de quitter Sienne lorsque le régime y voulut sa présence pour accroître la réputation de l’université siennoise6. Plusieurs des condottieres de premier plan à l’époque furent des exilés pendant au moins une partie de leur carrière. Parmi les commandants exilés employés par Venise, on trouvait par exemple Roberto da Sanseverino, chassé de Milan par son cousin Lodovico Sforza, les fils de Pietro Rossi, que Lodovico avait expulsés de Parme, et Deifebo, le fils d’Everso d’Anguillara, qui n’était plus le bienvenu dans les États de la papauté7.

  • 8 Diario ferrarese dall’anno 1409 sino al 1502, G. Pardi (éd.), RRIISS, 24, vii, Bologna, 1928-1933, (...)

8Conférer un commandement militaire à un exilé pouvait être interprété comme un geste d’hostilité : les Vénitiens embauchèrent Roberto da Sanseverino en 1482, alors que la guerre contre Ferrare, dans laquelle Milan et Venise ne devaient pas être alliés, mais ennemis, s’annonçait déjà. Ils offrirent aussi une condotta à Alberto d’Este, qui avait été exilé par son frère Ercole, le duc de Ferrare, mais qui la refusa8. Cependant, cela n’était pas nécessairement un signe d’hostilité. Ainsi, il n’y avait pas de connotation politique patente dans le fait que Venise employât Deifebo d’Anguillara. Souvent, il n’y avait pas de réelle différence entre le fait d’embaucher un exilé dans l’armée ou pour une autre charge officielle – telle que juge, secrétaire, chancelier, commissaire, ou ambassadeur – et cela était, de fait, routinier. Si les gouvernements qui exilaient n’étaient pas toujours satisfaits de voir ceux qu’ils avaient proscrits trouver un emploi honorable sous d’autres gouvernements, l’exilé, de manière générale, était considéré de la même manière que n’importe quel autre homme pour de tels postes. Ses qualifications et ses compétences, son passé et les recommandations qu’il pouvait produire en sa faveur, voilà ce qui importait. Il y a peut-être eu plus d’opportunités offertes aux exilés en quête d’une charge officielle au service des princes qu’à celui des républiques, mais c’est parce qu’il y en avait plus à pourvoir chez les premiers. De nombreux postes dans l’administration comme dans le gouvernement des républiques étaient réservés à leurs propres citoyens, et souvent à un groupe restreint, celui des citoyens qui disposaient pleinement des droits politiques.

  • 9 Milano, Archivio di Stato, Archivio Sforzesco (dorénavant : ASMi, ASforzesco), b. 269 : Nicodemo da (...)
  • 10 C. Shaw, The Politics of exile, op. cit., p. 132-133.

9Les exilés n’avaient pas non plus à se montrer discrets sur leur statut. Il ne semble pas que l’autorité personnelle d’un homme ait été amoindrie du fait de son exil, quel que soit le poste qu’il ait pu occuper hors de sa patrie. Certains employeurs étaient prêts à écrire des lettres de recommandation pour les exilés à leur service, demandant au gouvernement qui les avait exilés une réduction ou une remise de peine. Dans les mois qui suivirent la condamnation d’Antonio Micheli à vingt-cinq ans d’exil hors de Sienne, Francesco Sforza, considéré comme le meilleur ami du régime siennois, écrivait pour demander des concessions en sa faveur9. Giulio Cesare Varano, seigneur de Camerino, après avoir fait la démarche inhabituelle de vérifier si le gouvernement siennois s’opposerait à ce qu’il emploie Lorenzo Lanti, récemment exilé de la cité, fut content de prendre Lanti à son service. Parmi les postes que Lanti avait précédemment occupés figuraient ceux de podestat de Bologne et de sénateur à Rome, et Varano était manifestement impressionné par ses compétences et sa réputation ; il écrivit de ce fait plus d’une fois pour le recommander auprès de la Balìa de Sienne10.

  • 11 ASMi, ASforzesco, b. 269: Francesco Sforza à Nicodemo da Pontremoli, 11 août 1457, Milan.
  • 12 Siena, Archivio di Stato (dorénavant : ASS), Balìa 495, 85 : Giovanni Barzellina, 30 mai 1459, Crém (...)
  • 13 ASS, Balìa 493, 78 : Bartolomeo di Giacoppo Petrucci, 22 août 1457, Pise.

10L’une des concessions que Francesco Sforza voulait voir accorder par les Siennois à Antonio Micheli était la suivante : lorsqu’il prendrait sa charge de podestat à Pavie – ce qu’il fit en 1459 – qu’il n’ait pas à se signaler aux officiers des bullette qui, dans cette cité, contrôlaient les mouvements des stranieri. Mais les Siennois refusèrent11. Pour un podestat, devoir se signaler aux officiers des bullette de la cité où il exerçait sa charge, comme le fit Antonio Micheli à la fois à Pavie et à Crémone12, était probablement une situation anormale. En revanche, il se peut qu’un exilé, en tant que podestat, vicaire ou capitaine d’une cité, ait couramment été appelé à attester formellement qu’un autre exilé s’était régulièrement signalé à lui. De telles attestations étaient destinées aux autorités de l’État qui exilait, et non à celui que servait l’officier public. Je n’ai pas encore rencontré de cas où un officier public en exil et l’exilé lui demandant une attestation viendraient tous deux du même État. Il est improbable que le gouvernement ayant prononcé la condamnation à l’exil aurait en connaissance de cause provoqué une telle situation, et si la question s’était posée en ces termes, l’exilé devant se signaler aurait sans doute écrit à son État d’origine pour demander des instructions. Quand Bartolomeo Petrucci, qui se signalait deux fois par jour au capitaine de Pise, comme on lui en avait donné l’ordre lorsqu’il avait été exilé de Sienne en 1456, sut que le nouveau capitaine employait deux Siennois dont Bartolomeo avait entendu dire qu’ils étaient des rebelles, il écrivit à Sienne pour demander, afin d’éviter tout malentendu, d’être autorisé à se signaler plutôt aux consoli del mare, puis, lorsqu’il arriverait, au nouveau podestat13.

  • 14 S. Romanin, Storia documentata di Venezia, Venezia, 1973 [3e éd.], vol. IV, p. 196.
  • 15 D. Queller, « The myth of the Venetian patriciate : electoral corruption in mediaeval Venice », in (...)
  • 16 A. Fabroni, Magni Cosmi Medici Vita, Pisa, 1788-1789, vol. II, p. 78-79.
  • 17 Commissioni di Rinaldo degli Albizzi per il comune di Firenze, Firenze, C. Guasti (éd.), 1867-1873, (...)

11En l’absence d’études systématiques sur l’exil politique dans d’autres régions d’Europe, on ne peut savoir si le fait d’exiger de leurs exilés politiques qu’ils se rendent à des endroits spécifiques ou demeurent dans des frontières déterminées, qu’ils se signalent régulièrement aux autorités locales même lorsqu’ils avaient reçu l’ordre de se rendre dans le territoire d’un autre État, et de faire envoyer par ces autorités locales des attestations prouvant qu’ils s’étaient signalés, était ou non une particularité des États italiens. Jusqu’à maintenant, seules les procédures employées par les Siennois ont été étudiées en détail, mais d’autres États sont connus pour avoir également imposé à certains de leurs exilés la même exigence. Les Vénitiens qui avaient, à plusieurs égards, une façon différente de traiter leurs exilés, n’assignaient pas de lieu particulier à ceux qu’ils bannissaient hors de leurs territoires, mais ils ordonnaient parfois que les exilés se signalent aux officiers publics vénitiens là où ils avaient été envoyés. Jacopo Foscari, le fils du Doge, exilé en 1445 à Napoli di Romania, devait se présenter chaque jour au recteur14. Un ordre semblable fut adressé à Giovanni Jacopo Bon, exilé à Famagusta en 149615. Les Florentins donnaient également l’ordre de se signaler à certains de leurs exilés. Côme de Médicis, exilé à Padoue, et Averardo de Médicis, exilé à Naples, en 1433, devaient attester de leur arrivée dans le lieu de leur exil « per publicum instrumentum », puis envoyer tous les deux mois des attestations de résidence. D’autres Médicis, Giuliano di Averardo, Lorenzo di Giovanni et Orlando di Guccio, respectivement exilés à Rome, Venise et Ancône, devaient se signaler tous les huit jours, « con mandare fede autentica »16. Rinaldo degli Albizzi et son fils Ormanno, exilés l’année suivant le retour des Médicis, qui purent initialement aller où ils le voulaient pourvu qu’ils demeurent au moins à 160 kilomètres de la cité florentine, devaient se signaler tous les huit jours là où ils se trouvaient et faire envoyer les attestations à la Seigneurie de Florence. Ils envoyèrent des attestations des prieurs de Matelica, du podestat de Montalboddo et des prieurs de Jesi, avant de se voir assigner un lieu d’exil spécifique, dans le royaume de Naples17.

12Les exilés siennois recevaient souvent l’ordre de se signaler et d’envoyer des attestations bien que, jusqu’à présent, aucun document ne prouve que les exilés des années 1490 durent le faire. En général, on exigeait d’eux qu’il se signalent quotidiennement et envoient des attestations chaque mois. En 1483, les difficultés que soulevait une telle exigence pour les exilés loin de Sienne furent en partie reconnues dans la définition des exigences relatives au signalement pour un groupe d’hommes exilés le 24 avril :

  • 18 ASS, Balìa 28, fol. 32v.

che tutti li predicti confinati si debbino una volta el dì almeno apresentare alo officiale del luogho dove sonno confinati, et dove non va officiale al camerlengo, sindico o priori, et una volta el mese quelli del contado et quelli fuore del contado infra 100 migle de due mesi una volta, et da 100 migla in la de 3 mesi una volta, ne debbino fare fede ala Signoria, et questo per tempo di due anni proximi sotto le pene di chi non si serva el confino, et li officiali del contado non piglino alchuno paghamente per dette fedi18.

  • 19 ASS, Balìa 495, 68-70, 83-87, 89-99; Balìa 502, 32, 35; Balìa 510, 61; Concistoro 2043, 96, 100, 10 (...)
  • 20 C. Shaw, The Politics of Exile, op. cit., p. 146.
  • 21 ASS, Balìa 494, 34 : Nicodemo da Pontremoli, 18 décembre 1457, Montughi.

13Les attestations qui se trouvent dans les archives de Sienne étaient envoyées par toutes sortes d’autorités : les officiers des bullette de Lodi, Crémone, Pavie, Milan et Lucques, le capitaine de Pise, les podestats de Florence, Ancône, Camerino, Urbino, Ferrare, Foligno, Fano, le vice-podestat d’Ancône, les prieurs de Viterbe, le notaire des officiers des bullette et du presentationum forensium de Bologne19. Un exilé, Francesco Patrizi, se signalait à l’ambassadeur milanais à Florence, Nicodemo da Pontremoli, alors qu’il était le professeur de son fils20. Nicodemo tenta en vain de mettre fin à l’obligation qu’il avait d’envoyer des attestations régulières confirmant que Francesco Patrizi résidait chez lui21 ; il devait lui sembler étrange que son fils ait l’obligation de signaler de manière formelle, matin et soir, la présence de son professeur.

  • 22 En 1482, le podestat de Lucques exigea 5 soldi par jour pour enregistrer la présence d’un exilé et (...)

14Ce qui est frappant à propos des attestations envoyées à Sienne par les officiers publics d’autres États, c’est que ces derniers avaient l’air de considérer que de tels arrangements n’avaient rien d’exceptionnel. Les exilés se voyaient habituellement assigner des lieux d’exil sans que le gouvernement de l’État où on leur ordonnait d’aller soit consulté. Toutefois, rien n’indique que les officiers publics locaux aient considéré qu’ils avaient besoin d’obtenir l’accord de leur gouvernement central avant de remplir cette tâche administrative pour le gouvernement d’un autre État. À leurs yeux, cela n’avait apparemment rien d’extraordinaire, ce n’était rien d’autre qu’une procédure de routine, pour laquelle ils pouvaient s’attendre à recevoir des honoraires payés par l’exilé22. Il est difficile d’imaginer par exemple le roi d’Angleterre exilant l’un de ses sujets, disons à Rennes, Gand ou Paris, lui ordonnant de se signaler chaque jour ou chaque semaine à l’officier public local, au juge, ou au conseil municipal et exigeant qu’on le lui confirme périodiquement.

  • 23 ASS, Concistoro 2057, 28 : Evangelista Salvi, 11 janvier 1484(5), Venise.

15La facilité relative et la fréquence des communications en Italie constituaient de manière évidente un facteur qui permettait aux régimes d’imposer de telles exigences à leurs exilés et grâce auquel ils pouvaient raisonnablement s’attendre à être obéis. Cependant, même ainsi, il pouvait être difficile pour les exilés envoyés loin de chez eux de continuer à envoyer régulièrement des attestations – ce qui était implicitement reconnu dans l’imposition d’exigences différentes aux exilés de Sienne du 24 avril 1483, selon la distance à laquelle ils devaient aller par rapport à la cité. Selon Messer Evangelista Salvi c’était si difficile et cela revenait tellement cher que, de Venise, il écrivit à Sienne pour signaler que, même tous les trois mois seulement, il aurait du mal à faire face à la dépense que représentait l’envoi d’une attestation23. Toutefois, il devait sans doute être plus facile de trouver des moyens d’envoyer régulièrement des lettres à l’intérieur de l’Italie plutôt que dans d’autres régions d’Europe. La facilité de communication n’était cependant qu’une condition de possibilité. En elle-même, elle n’aurait pas donné naissance à l’exigence imposée aux exilés de démontrer à leurs gouvernements qu’ils obéissaient aux termes de leur condamnation et elle n’aurait pas permis, à elle seule, de mettre régulièrement à contribution les autorités d’autres États à cette tâche. Les facteurs essentiels qui ont rendu possibles ces pratiques étaient une culture politique commune, dans laquelle les exilés politiques faisaient habituellement partie du paysage, ainsi qu’une culture juridique partagée, grâce à laquelle les podestatset autres officiers publics pouvaient considérer que s’occuper des exilés des autres États faisait partie de leurs tâches normales.

  • 24 ASS, Balìa 540, 34: Niccolò Borghesi, 20 juin 1489, Baccano.

16S’il était peut-être routinier d’attester de la résidence des exilés, en revanche, contrôler leurs mouvements à quelque degré que ce soit ne l’était pas. Cela requérait, pour les officiers publics, des instructions spécifiques de la part de leur propre gouvernement. De telles instructions ont pu être émises. Ainsi, Innocent VIII donna-t-il à l’ambassadeur Siennois, Niccolo Borghesi, « uno breve patente, per lo quale comanda a tutti governatori, potestà, officiali, condottieri di gente d’arme, populi o subditi de la ecclesia, che essendo richiesti da me d’alcuno favore contra li fuorusciti nostri subito me lo diono, et exequiscino quanto lo dico sotto gravissima indignatione et pena di Sua Santità »24.

  • 25 C. Shaw, The Politics of Exile, op. cit., p. 160-169.

17Les Siennois n’étaient pas les seuls à rechercher l’aide active des autres États pour la surveillance et le contrôle de leurs exilés, bien qu’ils aient été parmi les plus exigeants. Ils s’adressaient sans cesse à leurs alliés, à leurs voisins, à quiconque leur semblait susceptible de les aider à ne pas perdre de vue leurs exilés, à surveiller leurs contacts avec autrui, à les empêcher de recevoir de l’aide ou de lever des troupes. Ils étaient même prêts à demander aux Florentins, malgré leur rivalité traditionnelle, de fournir des troupes pour les aider à combattre les menaces venant des exilés. Même s’ils n’ont pas toujours eu ce qu’ils demandaient, les Siennois sont réellement parvenus à obtenir une aide militaire, politique, diplomatique et administrative conséquente25.

  • 26 ASS, Balìa 20, fol. 9v ; Balìa 503, 16 : Lorenzo Lanti, 27 avril 1481, Naples.

18Le roi Ferrante de Naples et son fils Alfonso, duc de Calabre, s’investirent de manière inhabituelle à propos de certains exilés siennois en 1480. Alfonso était à Sienne quand les condamnations furent décidées, faisant suite à un changement de régime auquel il avait contribué, dans l’espoir de placer Sienne sous tutelle napolitaine. Il n’était pas seulement présent : il vota également quand il fut décidé que 25 hommes devaient être exilés au royaume de Naples. Son agent, Princivalle, organisa le transport de ces hommes à Naples, et certains d’entre eux y furent emprisonnés dans une forteresse de Ferrante. Princivalle organisa par la suite l’emprisonnement des autres26. Ce cas, celui d’un État qui prenait la responsabilité des exilés d’un autre État, était exceptionnel, mais il n’était pas rare qu’un gouvernement demande à un autre de lui envoyer certains exilés. Après le meurtre de Galeazzo Maria Sforza en décembre 1476, certains de ceux qui étaient accusés d’avoir participé à la conspiration avaient trouvé refuge en territoire vénitien, près de Bergame. Au début, les Vénitiens autorisèrent l’arrestation de tous les conspirateurs, puis changèrent d’avis. Les Milanais voulaient la « facultà da potere fare pigliare per tuto il dominio suo dove si ritrovasino quelli scelleratissimi parricide », mais le Doge avertit l’émissaire milanais que

  • 27 P. D. Pasolini, Caterina Sforza, Roma, 1893, vol. III, p. 33-34 : Leonardo Botta aux ducs, 20 janvi (...)

la licentia del potere pigliare questi ribaldi non se po, per le derogationi de le nostre legie, concede senza dispensatione et actorità del nostro Consiglio de’ Pregati, nel quale intervene grande et vario numero de homini, et havendo nuy pur disputato questa materia, pare brigata stia alquanto suspexa in non volere essere quelli loro che mandino costoro al macello né charicarsi la coscientia de la morte loro27.

  • 28 V. Ilardi, « The assassination of Galeazzo Maria Sforza and the reaction of Italian diplomacy », in (...)
  • 29 Cronica gestorum in partibus Lombardie, op. cit., p. 16.
  • 30 « Cronaca di Pietro Angelo di Giovanni », Bollettino della Regia Deputazione di Storia Patria per l (...)

19Venise proposa d’établir une convention réciproque avec Milan stipulant que chacun refuserait d’accorder le refuge aux exilés de l’autre, mais la duchesse Bona ne voulait pas procéder de cette manière28. Elle obtint cependant satisfaction lorsqu’elle exigea que des exilés de Parme fussent expulsés de la cité de Mantoue et des terres du duc de Ferrare29. Il semble que les gouvernements aient été plus disposés à expulser les exilés qu’à accepter leur extradition, mais peut-être étaient-ils encore plus disposés à leur ordonner de quitter un endroit où leur présence et leurs activités étaient une source d’inquiétude, sans exiger d’eux qu’ils quittent complètement leurs terres. Quand, par exemple, les prieurs et les dieci di arbitrio de Pérouse envoyèrent des émissaires en avril 1489 à Sienne et auprès du duc d’Urbin pour leur demander d’expulser les exilés pérugins, le duc répondit « essere contenti che detti forosuti non possano stare in Agobbio [Gubbio] e suo contado, ma che li vole confinare a Montefeltro sotto Urbino », et le gouvernement siennois déclara de son côté « non volere discacciare » les exilés, « ma che farà ch’essi non possano venire né stare apresso ali confini dela città de Perogia a 15 miglia »30.

  • 31 ASS, Balìa 409, fol. 72v-73r.
  • 32 ASS, Balìa 410, fol. 46v-47r.
  • 33 C. Shaw, The Politics of Exile, op. cit., p. 162-167.

20Être prêt à donner l’ordre que les exilés soient déplacés loin des frontières était une chose : c’était un geste qui pouvait indiquer que l’on se conformait au moins de façon minimale aux obligations définies dans un traité ou que l’on reconnaissait les préoccupations du gouvernement d’un État voisin, ainsi que les Siennois l’avaient déjà expliqué le mois précédent aux exilés pérugins demeurant dans la cité siennoise de Chiusi. Les exilés avaient été rassemblés ; on leur avait expliqué que des lettres du pape et du légat papal à Pérouse (le cardinal siennois Piccolomini) étaient arrivées et on leur demanda de quitter les régions frontalières « acciò che si demonstri che in qualche parte voliamo satisfare ala requisitione del pontefice et Reverendissimo legato »31. Un an plus tard, alors que les exilés étaient revenus à moins de 24 kilomètres de la frontière et que les autorités siennoises leur demandèrent de nouveau de se déplacer, il fut expliqué à chaque exilé : « siamo dispostissimi al farlo ogni piacere. Ma havendo promisso di così fare et facti mandare publichi bandi sia constrecti al fare così»32. À l’occasion, les Siennois formulaient de manière moins embarrassée leur exigence de voir les exilés pérugins demeurer loin des frontières, et ils tenaient certainement beaucoup à ce que leurs voisins adoptent pour leur part une ligne de conduite ferme vis-à-vis des exilés siennois33. Mais la question demeurait de savoir jusqu’à quel point et pendant combien de temps, sans être constamment sollicités pour cela, les gouvernements étaient prêts à faire des efforts pour s’occuper des exilés des autres États. Les exilés avaient une propension à retourner où ils voulaient être et où leurs opposants politiques ne voulaient pas qu’ils soient, et s’ils ne constituaient pas une menace immédiate contre la paix ou l’ordre public, les autorités de l’État « hôte » étaient plus enclines à les laisser où ils se trouvaient.

21Il se pouvait que l’on demandât aux gouvernements « hôtes » de tenir en bride les exilés d’autres façons. On pouvait par exemple leur demander de recommander aux exilés de bien se tenir. Ainsi les Florentins s’adressèrent-ils à Ercole d’Este en 1477 : Laurent de Médicis dit à l’ambassadeur d’Ercole d’Este à Florence que certains des hommes qui avaient participé en 1466 au complot contre Pierre, le père de Laurent, et qui se trouvaient en exil à Ferrare, « havevano sparlato ecc. ». Ercole avait alors convoqué les exilés, afin de les réprimander :

  • 34 R. Fubini, « Osservazioni e documenti sulla crisi del Ducato di Milano nel 1477 e sulla riforma del (...)

Et se bene altre volte nui li havemo admoniti, pur ora gli ni havemo facto una tale, che bene li po bastare per sempre, cum farli intendere che non minore stima faressemo de ogni loro dicto et facto, che dicessero e facessero contra Lorenzo et quella digna patria, che se tentassero contra de nui. Et per questa parte certifica Sua Magnificencia che se questoro stano bene qui, volemo che gli stii costumati de facti et anche de parole, ricordandoli che quando facessero il contrario, nui, che reputaressemo quella iniuria commune, non solum vi voressemo fare ogni demonstratione col punirli, ma anche veniressemo a tanto che gli daressemo in le mane a la Magnificencia Sua et a quella Magnifica citade, la quale può stare molto contenta che’l stantiare sia più tosto qui che altrove, dove staendo sciano bene che hano a stare a signo, et anche per la nostra bona intentione verso Lorenzo et quella patria se può stare molto contenta che ‘l loro stantiare sia più tosto qui che altrove, dove staendo sciano bene che hano a stare a signo, et anche per la nostra bona intentione verso Lorenzo et quella patria se può dire che veramente siano confine34.

  • 35 ASMi, ASforzesco, b. 83 : Sacromoro aux ducs, 4 juillet 1477, Rome ; b. 85 : Sacromoro et Ziliolo O (...)
  • 36 P. D. Pasolini, Caterina Sforza, vol. III, op. cit., p. 141 : Pietro de’ Nasi à Laurent de Médicis, (...)

22Même ceux qui se souciaient moins qu’Ercole d’Este de complaire à un allié pouvaient entreprendre de fournir des informations à propos des exilés. Si bienveillant qu’ait été le cardinal Giuliano della Rovere envers la cause des exilés gênois en 1477, et quel qu’ait été par ailleurs son désir d’offrir un foyer dans son palais romain à l’un de leurs chefs, l’archevêque Paolo Campofregoso, il ne voulait pas se porter garant du bon comportement de l’archevêque, car il n’était pas certain que celui-ci tiendrait sa parole35. Une aide plus active pouvait être requise pour découvrir les complots des exilés. De façon à mettre à jour ce que tramaient les exilés Ordelaffi, Caterina Sforza voulait que Laurent de Médicis prétende être son ennemi et envoie certains de leurs partisans parler avec des contacts à Forlì et ailleurs avant de recueillir leurs rapports36.

  • 37 ASS, Consiglio Generale 238, fol. 230r.

23La manière dont un État traitait les exilés d’un autre pouvait être considérée comme un moyen évident de juger de l’état de leurs relations. On pouvait attendre d’un allié, d’un voisin véritablement ami ou d’un État plus faible qui ne voulait pas offenser un État plus puissant, qu’il traite de manière hostile et avec suspicion les exilés de ceux à qui, pour quelque raison que ce soit, il voulait démontrer sa bonne volonté. Les Florentins, se plaignaient les Siennois en 1481, « tanto carezzando li ribelli et foreusciti nostri demostrano pessima intentione contra di noi, benche qualche volta com parole ci facino dire che vogliano vivere bene con esso noi »37. Les Siennois appréciaient beaucoup les appels à l’intérêt mutuel. Ainsi, alors qu’ils craignaient une attaque des exilés en 1485, pressèrent-t-ils le pape de

  • 38 ASS, Balìa 405, fol. 29r-v.

dovere obviare questo incendio, si per interesse nostro, come per interesse de Sancta Chiesa et pace de Italia, et per observantia deli capitoli fra noi per la liga et confederatione, et per le larghe offerte et bone promisse di Sua Santità che sempre ne ha data in omni sua resposta et in omni parlare38.

24La question n’apparaissait peut-être pas si simple à ceux qui recevaient de telles demandes d’aide et de coopération. Il n’est pas surprenant que des gouvernements soient plus disposés à demander à leurs voisins et alliés de prendre des mesures contre leurs exilés plutôt que de s’exécuter à l’égard des exilés des autres, lorsqu’ils font l’objet de telles demandes. Cela ne résultait pas de la simple inertie, mais du fait qu’ils ne voyaient pas de raison de faire des efforts pour d’autres États. Considérés sous un autre angle, le degré de dangerosité des exilés et la manière dont l’on devait faire obstacle ou contenir ce danger pouvaient paraître très différents.

  • 39 ASS, Balìa 521, 91 : évêque de Sovana, 19 mars 1484, Rome.
  • 40 ASS, Balìa 521, 90 : Lorenzo Lanti, 14 mars 1484, Rome.
  • 41 ASS, Balìa 524, 63 : Antonio del Balestriere, 29 juillet 1485, Rome.
  • 42 ASMi, ASforzesco, b. 83 : Sacromoro aux ducs, 13 juin 1477, Rome.

25Contrôler les activités des exilés pouvait être souhaitable, voire nécessaire, mais le gouvernement « hôte » pouvait être plus réceptif à l’argument selon lequel il serait contre-productif de les traiter avec une suspicion telle qu’ils seraient poussés à se rebeller activement. « Non si comportara la cruda persequtione de li usiti »39 affirma le cardinal Raffaele Riario qui, en tant que camerlingue, était responsable de l’administration des États du pape, et il avertit les Siennois en poursuivant : « essendo in le terre dela Chiesa vicine a li confini vostri homini di reputatione el papa voleva si levassero, ma che alchuni povari artifici annidati in quelli loci si voleva lassarli stare »40. Innocent VIII assura aux émissaires siennois en juillet 1485 qu’il avait averti les exilés siennois à Rome que s’ils complotaient contre le régime de Sienne, comme ils l’avaient fait précédemment, en se réclamant du soutien du pape et en tentant de former des troupes en territoire papal, « sua Santità ex tunc li declarava exuli da Roma et di suo distrecto, et che quando cio più tentassero li saria el magiore et più atroce inimico che havessero ». Il leur avait déclaré qu’il n’était plus disposé à intercéder en leur faveur, en raison de ce qu’ils avaient fait, mais pour ce qui était de les expulser, « non innovando loro altro, non era honesto, li levasse, perche la Chiesa deba star sempre con le braccia aperte ad ricevare chi fa et ha voluntà di far bene »41. Confronté de manière répétée à la demande que Paolo Campofregoso, l’archevêque de Gênes, retourne à Mantoue, lieu convenu pour son exil, de la part d’un gouvernement milanais qui luttait pour tenir Gênes, Sixte IV recommanda qu’il soit autorisé à demeurer à Rome « et godere li beneficii suoy ». L’ambassadeur milanais insista sur le fait que l’archevêque constituait une menace contre le régime milanais et que le pape lui-même « non ne po havere se non spesa et rincrescimenti, et anchora charicho. Quella pur insiste et dice che lo ligarà in modo, et mantenerallo in manera qui, che le ne haveranno mancho sospecto et mancho noya che se’l stesse a Mantoa»42.

  • 43 ASS, Balìa 502, 54 : Achille Petrucci, 30 novembre 1480, Naples.

26Le roi Ferrante était disposé à accepter de garder en prison certains de ceux qui avaient été exilés de Sienne en 1480 dans le royaume de Naples, mais également à suggérer que les exilés ne fussent pas punis plus avant : « exhortassi ad tractarli bene perché erano fore cioè ad non farlo più altra condenpnatione né altra asperità ad ciò che non havessero più cagione di malignare, et a contra che haveva molto bene admoniti loro che non facessero né tentassero alcuna novità et facendo in contrario alcun di loro li punirebbe »43.

27Après la fuite hors du duché de Milan de Roberto da Sanseverino, qui avait été impliqué dans la tentative infructueuse des frères Sforza pour prendre le gouvernement du duché à la régente, la duchesse Bona, les Florentins reçurent la demande de ne pas recevoir Roberto sur leur territoire. Laurent de Médicis présenta alors très clairement les arguments en faveur d’un traitement déférent à l’égard des exilés, de manière à ne pas les pousser à commettre des actes désespérés :

  • 44 Laurent de Médicis, Lettere, R. Fubini (éd.), Firenze, 1977, vol. II, p. 369 : Laurent à Filippo Sa (...)

per testificatione della nostra coniunctissima benivolentia, perché, essendo meritamente rebelle delle loro Illustrissime Signorie, non debba trovare refugio in quegli che colle loro Illustrissime Signorie hanno ogni cosa commune ; principalmente diciamo che sempre siamo dispostissimi acordarci con ogni loro parere, ma prima voliamo, come si conviene fra buoni amici, conferire in questo caso il parere nostro colle loro Illustrissime Signorie […] Noi molto dubitiamo, quando messer Ruberto intenderà essere destituito d’ogni refugio, non si converta a desperatione et gettisi a qualche partito, che possi fare qualche scandalo et inconveniente ; et è pure huomo di conto et di stima assai, et da trovare o in Italia o altrove qualche luogho dove entrare, et perturbare in qualche parte et alterare le cose in Italia […]. Ma […] se pigliassi partito di venire nella nostra iurisditione […] essendo riceptato da noi et tenuto con qualche speranza di buone parole solamente, si porebbe facilmente levarlo da altri pensieri et fugire de’ pericoli sopradecti44.

  • 45 Ibid., p. 370-371.

28Les autres pourraient facilement comprendre pourquoi Florence agirait ainsi et devraient y voir un signe de prudence, et non la marque d’un manquement à l’amitié de Florence pour Milan. Loin d’être convaincu par ces arguments, le gouvernement milanais insista pour que Roberto soit arrêté s’il entrait en territoire florentin. Si les Florentins le traitaient bien, cela serait considéré « contro il bisogno nostro et contro l’honore et reputatione de nostra liga, et daria gran favore al dicto messer Roberto, tanto quanto da morto lo facessero vivo » ; et ce serait contraire aux obligations que Florence avait contractées comme alliée, « recercandose non solo uno fuggitivo nostro capitaneo, ma etiam rebello et capitale nemico del stato et persone nostre»45.

  • 46 ASMi, ASforzesco, b. 269 : Nicodemo da Pontremoli à Francesco Sforza, 5 juin 1458, Florence.
  • 47 C. Shaw, The Politics of Exile, op. cit., p. 205-211.

29C’était là le nœud du problème. Les gouvernements « hôtes » pouvaient estimer, ou prétendre estimer, qu’un traitement bienveillant des exilés était prudent, constituait une manière de les faire se tenir tranquilles ; les gouvernements qui exilaient, en revanche, étaient enclins à interpréter cela comme un signe de faveur à l’égard de leurs rivaux et opposants politiques. Même quand les exilés n’étaient pas une menace évidente et semblaient dociles, plus décidés à gagner leur vie qu’à provoquer des troubles ou à chercher vengeance, les gouvernements « hôtes » recevaient parfois la demande de ne pas les employer, de ne pas leur donner de l’argent ou de ne pas écrire de recommandations pour eux : en bref, de ne leur donner aucune forme d’encouragement. Un amico de premier plan de Francesco Sforza à Sienne en 1458, Cristofano Gabrielli, se plaignit à l’émissaire de Sforza, Nicodemo da Pontremoli, de rapports indiquant que le duc avait écrit des lettres de recommandation pour Antonio Micheli et un autre exilé siennois, « et conclude lo stato essere troppo gelosa, ecc. ». Nicodemo répondit « che quando scrivessino se intende aqua et non tempesta, et che sia cum salveza de la città, et amici vostri ecc. Volseci havere advertentia, perché a simile cose gli inimici (benché pochi siano in Siena) ve se mostrariano amici, et poriano cum quel scrivere, malignare »46. Faire pression pour le retour des exilés était une tâche particulièrement délicate. Sienne n’était pas la seule cité à avoir une législation spécifiquement destinée à rendre l’acceptation du retour des exilés avant la fin de leur peine, et même parfois la requête d’une réduction des peines, très difficiles à obtenir47.

  • 48 ASS, Balìa 508, 28: Giovanni Severini, 16 février 1482(3), Massa.

30L’une des sources de préoccupation résidait dans le fait que les autres États étaient susceptibles de considérer les exilés comme de meilleurs alliés que les détenteurs du pouvoir dans l’État qui exilait et de les aider à revenir chez eux, afin d’acquérir sur lui une influence plus grande, voire d’en faire un État-client. L’argument selon lequel « sempre li reggenti essere stimati più che quelli se ne ritrovano fuore »48 ne pouvait emporter une totale adhésion. Même si les détenteurs du pouvoir étaient tenus en plus grande estime, cela n’excluait pas qu’on utilise leurs exilés pour ébranler leur pouvoir ou les attaquer.

31Les États d’Italie semblent avoir réellement anticipé le fait que les autres États s’intéresseraient à leurs affaires de manière inhabituelle – inhabituelle, c’est-à-dire, pour l’Europe du XVe siècle. Tandis que le roi de France, le roi d’Angleterre et le duc de Bourgogne, par exemple, s’intéressaient réciproquement à la destinée de chacun et étaient à l’occasion prêts à intervenir en soutenant des exilés – comme le fit Louis XI pendant la guerre des Deux-Roses –, il y avait une différence de nature entre la manière dont ils se surveillaient mutuellement et le contrôle constant et méticuleux que les États d’Italie exerçaient sur les événements qui survenaient chez les uns et chez les autres. Le réseau d’ambassadeurs et d’agents diplomatiques qui s’était développé en Italie au XVe siècle en était à la fois une cause et une conséquence. Ceux qui n’avaient pas les moyens d’entretenir des émissaires demandaient des nouvelles auprès de leurs alliés. Les rapports diplomatiques étaient complétés par les lettres des marchands et d’autres correspondances privées, ainsi que par les informations réunies par des messagers et d’autres voyageurs. Les gouvernements étaient particulièrement désireux d’obtenir des informations sur les activités et les contacts des exilés, notamment lorsqu’ils craignaient que ceux-ci ne tentent un retour par la force et lorsqu’ils soupçonnaient que les exilés bénéficieraient d’un soutien militaire extérieur.

  • 49 C. Shaw, The Politics of Exile, op. cit., p. 187.
  • 50 Ibid., p. 175-191.

32En fait les États n’étaient pas, dans l’ensemble, enclins à fournir un soutien militaire aux exilés, à moins que cela ne serve leurs propres objectifs de guerre. Quand Florence envoya des troupes pour aider Niccolò Vitelli à revenir à Città di Castello en 1482, c’est parce qu’elle était en guerre avec le pape. Utiliser Vitelli, qui avait été sous protection florentine pendant quelques années d’exil, était, du moins l’espérait-on, une façon efficace de prendre l’une des villes principales des États de la papauté sans trop de difficultés et de dépenses49. S’il n’y avait pas de tels avantages stratégiques à gagner, les États étaient bien plus circonspects quant à un engagement militaire ouvert en faveur des exilés. Même des princes puissants, comme les Aragon de Naples et les Sforza de Milan, tout prêts qu’ils étaient à prendre sous leur « protection » des villes et des seigneurssitués en dehors de leurs territoires, hésitaient beaucoup à envoyer des troupes pour soutenir des exilés. Si Rome constituait un refuge pour les exilés de toute l’Italie – Naples, Gênes, Venise, Florence, Sienne, Milan et beaucoup de villes appartenant aux États de la papauté – les papes préféraient généralement, pour eux-mêmes, avoir recours à la diplomatie plutôt qu’à la force. Venise était également un lieu de refuge pour de nombreux exilés, mais les Vénitiens étaient beaucoup plus enclins que les papes à les utiliser pour tenter d’étendre le pouvoir et l’influence de leur cité. De tous les États italiens, Venise était peut-être le plus disposé à fournir un soutien militaire aux exilés, même quand elle n’était pas en guerre avec l’État visé50.

  • 51 Firenze, Archivio di Stato (dorénavant: ASF), Archivio della Repubblica: Dieci di Balìa, Carteggi, (...)
  • 52 ASS, Balìa 516, 43 : Ricco de’ Ricchi, 9 janvier 1483(4), Florence.
  • 53 C. Shaw, The Politics of Exile, op. cit., p. 196.

33Les États n’étaient pas la seule source de l’aide militaire aux exilés. Les condottieres étaient disponibles, même ceux de la stature de Bartolomeo Colleoni, qui fut employé par les exilés florentins en 1467, ou de Roberto da Sanseverino, que les exilés siennois décidèrent ne pouvoir s’offrir en 1485. Les services de tels commandants s’élevaient à un prix considérable ; Sanseverino voulait rien moins que la Seigneurie de Sienne51. Les neveux du pape, à la recherche de territoires ou de clients pour leur propre compte, étaient également prêts à fournir des troupes pour les exilés que les papes n’étaient pas disposés à soutenir par ce moyen. Discutant, au début de 1484, les revendications des exilés siennois, selon qui, une fois la guerre en Lombardie achevée, le duc de Calabre « pigliaria lo patrocino loro in volerli restituire », Laurent de Médicis affirma qu’il n’y avait aucune raison « che sia da dubitare che lo re o lo ducha habbi da pigliare questa impresa perché lo interesse de lo stato loro non extimo richiegha tale impiccio ». Mais il se faisait du souci à propos de Girolamo Riario « in cui non è rispetto al presente di prejudicare a lo stato suo per tale impresa faccendo con le forze d’altri, cio è dela chiesa »52. L’une des sources de soutien militaire sur laquelle pouvaient le plus compter les exilés membres d’une faction, comme les Guelfes et les Gibelins d’Ombrie, était les autres membres de leur faction, prêts à lutter sans être rétribués pour leurs services. Le soutien de Virginio Orsini, qui hypothéqua ses propres biens pour contribuer au paiement de la campagne de 1495, et celui de Bartolomeo d’Alviano en 1497 à Pierre de Médicis, qui tentait de revenir à Florence, avaient quelque chose à voir avec le soutien d’une faction53, mais celui-ci était en général caractéristique des conflits de moindre ampleur.

  • 54 ASF, Archivio della Repubblica : Dieci di Balìa, Carteggi, Responsive 35, fol. 76-77 : Guidantonio (...)
  • 55 ASF, Medici avanti il Principato 38, 104 : Guidantonio Vespucci à Laurent de Médicis, 26 mars 1481.
  • 56 G. Donati, La Fine della Signoria dei Manfredi in Faenza, Torino, 1938, p. 219 : Dionigi Pucci à Se (...)
  • 57 Carteggi diplomatici fra Milano Sforzesca e la Borgogna, E. Sestan (éd.), Roma, 1985-1987, vol. II, (...)
  • 58 ASS, Balìa 515, 83 : Lorenzo Lanti, 15 novembre 1483, Rome.

34Une réelle menace d’intervention militaire en soutien aux exilés n’était pas nécessaire pour rendre un régime nerveux. Les exilés, disait Innocent VIII, « erano gente di natura da fare più tosto cento gelosi, che uno cornuto »54. La suggestion ou l’insinuation que les exilés pourraient recevoir un soutien était en soi un stratagème utile pour saper l’autorité d’un régime ou l’influencer. Guidantonio Vespucci conseilla à Laurent de Médicis en 1481 d’utiliser au profit de Florence les exilés siennois afin de déstabiliser le régime à Sienne : « Laudo il charezare detti sbanditi per tenere in sospetto quelli di drento ut consumentur per se ipsos, ma lo exequire con le spalle vostre o della città preter voluntatem del Re non laudo»55. Nous devrions utiliser Ottaviano Manfredi pour contenir ceux qui soutiennent le jeune Astorre Manfredi, recommanda en 1492 Dionigi Pucci, le commissaire florentin à Faenza : « conservatevi Ottaviano, et sempre disporrete di questo stato quello che vorrete »56. Soutenir les exilés d’un État était également utilisé comme un moyen de frapper le gouvernement d’un autre, surtout s’il avait cet État sous sa domination ou sa protection. Galeazzo Maria Sforza estima que, parmi les signes de l’hostilité que le roi Ferrante montrait à son égard, figuraient ses tentatives pour soulever une rébellion à Gênes contre la domination milanaise, « et da poy che non se pò valere più de Adorni, como faceva, per la presa de messer Prospero Adorno, quale havemo facto sostenere, dà recapito et provisione ad tutti li Fregosi »57. Ce procédé pouvait être employé même quand il n’y avait pas de relation de soumission ou de protection entre les deux États visés. Le gouvernement siennois fut avisé en novembre 1483 que ses exilés n’étaient plus en faveur à Rome parce que les Florentins coopéraient avec le pape dans sa tentative pour reprendre le contrôle de Città di Castello : « Allora di qui si porge favore ali vostri fuoresciti quando el pontefice ha voglia di battere e’ signori Fiorentini. Se Sua Santità sarà cavata di suspetto et che non habbi vogla di fare quistione con loro, li fuorusciti staranno freddi. So certo costoro credano con li fuorusciti vostri poter fare grande travaglo in Siena et per consequens à Fiorenza »58.

35Si l’État avait connu des troubles ou des divisions politiques tels que des individus ou des groupes influents avaient été condamnés à l’exil, le régime se sentait de toute façon en danger. Expulser ses opposants politiques n’impliquait pas nécessairement qu’un régime s’affermirait de nouveau et pouvait considérer qu’il n’aurait plus à faire face à aucun défi en son sein. De nombreux membres de la famille et des amis des exilés pouvaient très bien se trouver encore chez eux, pleins de ressentiment à l’égard du traitement fait aux exilés. Si le gouvernement tentait de régler le problème en expulsant quiconque était susceptible de nourrir des sympathies pour les exilés, il risquait de s’aliéner d’autres personnes n’ayant aucune relation avec les exilés, mais désapprouvant une telle dureté. C’est pour cette raison qu’après le retour des exilés siennois en juillet 1487, Laurent de Médicis pressa le nouveau régime de ne pas prononcer de nouvelles condamnations à l’exil s’il pouvait l’éviter :

  • 59 ASS, Balìa 532, 3 : Bartolomeo Sozzini, 3 août 1487, Florence.

Molto laudò la unione del reggimento nuovamente creato, dicendo « noi non v’aremo più a difendere da fuorusciti ». Et confortando le Magnificentie Vostre non faccino fuorusciti se possino et se stimano senza quelli potere vivere in pace et in quiete, o almancho sieno pochi et ad necessità della pace et quiete, perché sonno quelli che guastano le città, et sempre tenghano in sospecto quelli di drento59.

36Si les exilés semblaient faire l’objet de sympathies et recevoir un soutien en dehors de l’État, leurs amis de l’intérieur pouvaient se sentir encouragés à essayer de provoquer un changement de régime. D’autres opposants au régime, sans lien avec les exilés, pouvaient également être incités à le défier, s’il semblait manquer d’amis au-dehors. C’est pourquoi les ambassadeurs milanais à Rome furent préoccupés lorsque Sixte IV fit de l’exilé Paolo Campofregoso son vicaire papal à Rome :

  • 60 ASMi, ASforzesco, b. 85 : Sacromoro et Ziliolo Oldoino aux ducs, 27 février 1478, Rome.

Parendoce che ogne accrescimento di lui, si como de tutti li altri simil naturali inimici de le Excellentie Vostre in quello stato de Zenoa, non sia a proposito nostro, perché vediamo quanto voglia la reputatione al mantenimento deli stati. Perché anchora che l’essere vicario del Papa non sia [di] multa importantia, nundimeno potranno persuaderse quelle brigate là che cosa sia maiore, et cum questo fumo erigere cristas, solum del parere che qua siano favoregiati60.

  • 61 ASS, Balìa 521, 37 : Ricco Ricchi, 16 janvier 1484, Florence.
  • 62 ASS, Balìa 516, 47 : Ricco Ricchi, 13 janvier 1483(4), Florence.

37Si les exilés pouvaient démontrer leur capacité à défier le régime sans tenter nécessairement de le renverser de manière directe, cela pouvait susciter l’intérêt d’autres pouvoirs, alors susceptibles de leur accorder leur soutien : « Si obvii che per li usciti non si habii de fare qualche tratto de qualche terra d’importantia», conseilla Laurent de Médicis aux Siennois, « che habbi non solo ad alterare Vostre Signorie drento, ma etiam dare cagione qualche potente vi si apichasse »61. Inversement, les dieci di Balìa leur rappelèrent que si le régime pouvait découvrir ce que fomentaient les exilés et déjouer leurs plans, « perderanno tanto di reputatione che non trovaranno principe s’inpacci de’ fatti loro»62. Pour les gouvernements comme pour les exilés politiques des États italiens, la lutte pour améliorer leur réputation et miner celle de leurs ennemis était probablement un souci plus constant que l’organisation ou le combat des tentatives des exilés, relativement peu fréquentes, de revenir chez eux par la force.

38Bien sûr, les gouvernements hors d’Italie étaient également soucieux de leur réputation. Ils ne voulaient pas paraître faibles et, par là, inciter autrui à les attaquer. Les Princes, préoccupés par leur honneur, voulaient obtenir le respect des autres princes et pas seulement celui de leurs sujets. Mais il semble qu’au sein de la communauté des États italiens, le lien entre la réputation et le prestige intérieurs et extérieurs des gouvernements ait été exceptionnellement fort, de même que l’intensité de l’intérêt que chacun portait aux affaires des autres et le souci qu’ils avaient du regard des étrangers porté sur eux. Il n’y a pas d’indicateur plus sensible de cet état de fait que le rôle joué par les exilés politiques dans le dense réseau de relations qui liaient ensemble les États d’Italie.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie sur mon livre, The Politics of Exile in Renaissance Italy, Cambridge, 2000.

2 À propos de Bona Sforza, voir C. Shaw, The Politics of Exile in Renaissance Italy, op. cit., p. 7-9 et les références qui y sont indiquées ; sur Elizabeth Zeno, voir ibid., p. 35, ainsi que D. Queller, The Venetian Patriciate : Reality versus Myth, Chicago, 1986, p. 213-214.

3 Pour une étude de qualité sur l’un de ces Napolitains en exil, voir B. Croce, « Cola di Monforte conte di Campobasso », in Vite di avventure, di fede e di passione, G. Galasso (éd.), Milano, 1989, p. 59-173 ; sur les carrières des Pisans en exil, voir G. Petralia, « “Crisi” ed emigrazione dei ceti eminenti a Pisa durante il primo dominio fiorentino : l’orizzonte cittadino e la ricerca di spazi esterni (1406-1460) », in I ceti dirigenti nella Toscana del Quattrocento, Impruneta, 1987, p. 291-352.

4 C. Shaw, The Politics of Exile, op. cit., p. 183-186.

5 Voir A. Macinghi Strozzi, Lettere di una gentildonna fiorentina del secolo XV ai figliuoli esuli, C. Guasti (éd.), Firenze, 1877. Elle offre encore l’un des meilleurs tableaux d’une famille faisant face aux problèmes de l’exil.

6 R. Bargagli, « Bartolomeo Sozzini, Lorenzo de’ Medici e lo Studio di Pisa (1473-1494) », in La Toscana al tempo di Lorenzo il Magnifico : Politica, Economia, Cultura, Arte, Pisa, 1996, vol. III, p. 1165-1171, et Bartolomeo Sozzini, giurista e politico (1436-1506), Milano, 2000.

7 M. E. Mallet et J. R. Hale, The Military Organization of a Renaissance State : Venice c. 1400 to 1617, Cambridge, 1984, p. 51-54 ; Cronica gestorum in partibus Lombardie et reliquis Italie, G. Bonazzi (éd.), RRIISS, 22, iii, Città di Castello, 1904-1911, p. 119-120 ; P. Cherubini, « Deifobo dell’Anguillara tra Roma, Firenze e Venezia », Archivio della Società Romana di Storia Patria, 103, 1980, p. 209-234.

8 Diario ferrarese dall’anno 1409 sino al 1502, G. Pardi (éd.), RRIISS, 24, vii, Bologna, 1928-1933, p. 118.

9 Milano, Archivio di Stato, Archivio Sforzesco (dorénavant : ASMi, ASforzesco), b. 269 : Nicodemo da Pontremoli à Francesco Sforza, 27 juillet 1457, Florence.

10 C. Shaw, The Politics of exile, op. cit., p. 132-133.

11 ASMi, ASforzesco, b. 269: Francesco Sforza à Nicodemo da Pontremoli, 11 août 1457, Milan.

12 Siena, Archivio di Stato (dorénavant : ASS), Balìa 495, 85 : Giovanni Barzellina, 30 mai 1459, Crémone ; ibid, 98 : Manfredo de Asculsis, 6 et 27 février 1459, Pavie.

13 ASS, Balìa 493, 78 : Bartolomeo di Giacoppo Petrucci, 22 août 1457, Pise.

14 S. Romanin, Storia documentata di Venezia, Venezia, 1973 [3e éd.], vol. IV, p. 196.

15 D. Queller, « The myth of the Venetian patriciate : electoral corruption in mediaeval Venice », in D. Queller et F. Swietek, Two Studies on Venetian Government, Genève, 1977, p. 149-150.

16 A. Fabroni, Magni Cosmi Medici Vita, Pisa, 1788-1789, vol. II, p. 78-79.

17 Commissioni di Rinaldo degli Albizzi per il comune di Firenze, Firenze, C. Guasti (éd.), 1867-1873, vol. III, p. 652-657.

18 ASS, Balìa 28, fol. 32v.

19 ASS, Balìa 495, 68-70, 83-87, 89-99; Balìa 502, 32, 35; Balìa 510, 61; Concistoro 2043, 96, 100, 104, 107.

20 C. Shaw, The Politics of Exile, op. cit., p. 146.

21 ASS, Balìa 494, 34 : Nicodemo da Pontremoli, 18 décembre 1457, Montughi.

22 En 1482, le podestat de Lucques exigea 5 soldi par jour pour enregistrer la présence d’un exilé et un florin pour chaque attestation ; l’exilé en question, Leonardo Bellanti, décida alors de se signaler aux officiers des bullette (ASS, Balìa 506, 58 : Leonardo Bellanti, 27 novembre 1482, Lucques).

23 ASS, Concistoro 2057, 28 : Evangelista Salvi, 11 janvier 1484(5), Venise.

24 ASS, Balìa 540, 34: Niccolò Borghesi, 20 juin 1489, Baccano.

25 C. Shaw, The Politics of Exile, op. cit., p. 160-169.

26 ASS, Balìa 20, fol. 9v ; Balìa 503, 16 : Lorenzo Lanti, 27 avril 1481, Naples.

27 P. D. Pasolini, Caterina Sforza, Roma, 1893, vol. III, p. 33-34 : Leonardo Botta aux ducs, 20 janvier 1476(7), Venise.

28 V. Ilardi, « The assassination of Galeazzo Maria Sforza and the reaction of Italian diplomacy », in Violence and Civil Disorder in Italian Cities 1200-1500, L. Martines (éd.), Berkeley, 1972, p. 92.

29 Cronica gestorum in partibus Lombardie, op. cit., p. 16.

30 « Cronaca di Pietro Angelo di Giovanni », Bollettino della Regia Deputazione di Storia Patria per l’Umbria, 9, 1903, p. 328-329.

31 ASS, Balìa 409, fol. 72v-73r.

32 ASS, Balìa 410, fol. 46v-47r.

33 C. Shaw, The Politics of Exile, op. cit., p. 162-167.

34 R. Fubini, « Osservazioni e documenti sulla crisi del Ducato di Milano nel 1477 e sulla riforma del Consiglio Segreto Ducale di Bona Sforza », in Essays Presented to Myron P. Gilmore, S. Bertelli et G. Ramakus (éds.), Firenze, 1978, vol. I, p. 96-97 : Ercole d’Este à Niccolò Bendidio à Florence, 5 février 1477, Ferrare.

35 ASMi, ASforzesco, b. 83 : Sacromoro aux ducs, 4 juillet 1477, Rome ; b. 85 : Sacromoro et Ziliolo Oldoino aux ducs, 19 février 1478, Rome.

36 P. D. Pasolini, Caterina Sforza, vol. III, op. cit., p. 141 : Pietro de’ Nasi à Laurent de Médicis, 3 février 1489, Faenza.

37 ASS, Consiglio Generale 238, fol. 230r.

38 ASS, Balìa 405, fol. 29r-v.

39 ASS, Balìa 521, 91 : évêque de Sovana, 19 mars 1484, Rome.

40 ASS, Balìa 521, 90 : Lorenzo Lanti, 14 mars 1484, Rome.

41 ASS, Balìa 524, 63 : Antonio del Balestriere, 29 juillet 1485, Rome.

42 ASMi, ASforzesco, b. 83 : Sacromoro aux ducs, 13 juin 1477, Rome.

43 ASS, Balìa 502, 54 : Achille Petrucci, 30 novembre 1480, Naples.

44 Laurent de Médicis, Lettere, R. Fubini (éd.), Firenze, 1977, vol. II, p. 369 : Laurent à Filippo Sacromoro, 5 juin 1477.

45 Ibid., p. 370-371.

46 ASMi, ASforzesco, b. 269 : Nicodemo da Pontremoli à Francesco Sforza, 5 juin 1458, Florence.

47 C. Shaw, The Politics of Exile, op. cit., p. 205-211.

48 ASS, Balìa 508, 28: Giovanni Severini, 16 février 1482(3), Massa.

49 C. Shaw, The Politics of Exile, op. cit., p. 187.

50 Ibid., p. 175-191.

51 Firenze, Archivio di Stato (dorénavant: ASF), Archivio della Repubblica: Dieci di Balìa, Carteggi, Responsive34, fol. 48-52: Guidantonio Vespucci, avril 1485, Rome.

52 ASS, Balìa 516, 43 : Ricco de’ Ricchi, 9 janvier 1483(4), Florence.

53 C. Shaw, The Politics of Exile, op. cit., p. 196.

54 ASF, Archivio della Repubblica : Dieci di Balìa, Carteggi, Responsive 35, fol. 76-77 : Guidantonio Vespucci, 22 octobre 1485, Rome.

55 ASF, Medici avanti il Principato 38, 104 : Guidantonio Vespucci à Laurent de Médicis, 26 mars 1481.

56 G. Donati, La Fine della Signoria dei Manfredi in Faenza, Torino, 1938, p. 219 : Dionigi Pucci à Ser Piero da Bibbiena, 22 octobre 1492, Faenza.

57 Carteggi diplomatici fra Milano Sforzesca e la Borgogna, E. Sestan (éd.), Roma, 1985-1987, vol. II, p. 24 : Galeazzo Maria Sforza à Giovanni Pietro Panigarola, 30 juillet 1475, Pavie.

58 ASS, Balìa 515, 83 : Lorenzo Lanti, 15 novembre 1483, Rome.

59 ASS, Balìa 532, 3 : Bartolomeo Sozzini, 3 août 1487, Florence.

60 ASMi, ASforzesco, b. 85 : Sacromoro et Ziliolo Oldoino aux ducs, 27 février 1478, Rome.

61 ASS, Balìa 521, 37 : Ricco Ricchi, 16 janvier 1484, Florence.

62 ASS, Balìa 516, 47 : Ricco Ricchi, 13 janvier 1483(4), Florence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Shaw, « Ce que révèle l’exil politique sur les relations entre les États italiens », Laboratoire italien [En ligne], 3 | 2002, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/361 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.361

Haut de page

Auteur

Christine Shaw

Christine Shaw est Senior Research Fellow au Centre d’études de la Renaissance de l’université de Warwick, au sein du groupe d’étude des élites de la Renaissance et des cultures de cour. Sa recherche porte sur la société politique de l’Italie de la Renaissance, en particulier sur les États de la papauté, Sienne et, plus récemment, Gênes, ainsi que sur les relations entre États. Parmi ses principales publications figurent Julius II : The Warrior Pope (1993), traduit en italien sous le titre de Giulio II (1996), The Politics of Exile in Renaissance Italy (2000), et L’ascesa al potere di Pandolfo Petrucci il Magnifico, Signore di Siena 1487-1498 (2001). Elle termine à l’heure actuelle un livre sur le gouvernement populaire et l’oligarchie dans l’Italie de la Renaissance et entend revenir par la suite à une étude comparative du rôle politique des barons romains et napolitains et des grands propriétaires terriens de Gênes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page