Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
La République en exil (XVe-XVIe siècles)

Iacopo Nardi et les exilés florentins (1534-1537) : élaboration d’un nouveau discours républicain

Lucie De Los Santos
p. 51-78

Abstract

Entre 1534 et 1537, Iacopo Nardi se fait le porte-parole des exilés florentins de 1530 et 1533 qui, comme lui, ne peuvent espérer rentrer à Florence qu’à condition de renverser la seigneurie médicéenne. En reconstruisant la logique des démarches des exilés et en étudiant la tradition manuscrite et imprimée de leurs discours, on se rend compte que chacun d’eux répond à une phase particulière de ce combat et s’inscrit dans une stratégie précise. On peut alors considérer que les discours de Nardi, tout en étant l’expression d’une prise de position politique personnelle, sont en même temps déterminés, tant dans le choix de la forme que des thèmes abordés, par des nécessités tactiques contingentes et une stratégie collective. À travers le cas de Iacopo Nardi on voit que, suivant un processus d’écriture commune, c’est durant la querela contre Alexandre de Médicis que les exilés réinterprètent les principes politiques traditionnels de la république florentine et élaborent une nouvelle rhétorique républicaine répondant à la fois à la création de nouvelles institutions à Florence et à leur propre condition d’exilés qui remet en question leur statut de citoyens.

Top of page

Full text

1L’étude des discours politiques de l’historien florentin Iacopo Nardi pose des problèmes spécifiques. Cette production marque un tournant dans sa vie, puisqu’elle est l’expression d’une prise de position politique qui tranche avec sa pratique précédente et postérieure. Entre 1534 et 1537, Nardi se fait le porte-parole des exilés de 1530 et 1533 qui, comme lui, ne peuvent espérer rentrer à Florence que si le régime médicéen, désormais établi en seigneurie, est renversé. Le régime républicain est alors magnifié sous sa dernière forme avant la création du principat, et c’est à ce moment que la liberté républicaine est identifiée au régime du Grand conseil. En opposition, ceux qui soutiennent le gouvernement d’Alexandre et puis de Côme définissent la liberté de façon restrictive, comme l’indépendance de la cité vis-à-vis des autres États. C’est ce que fait en particulier Francesco Guicciardini lorsque, en janvier 1536, il défend Alexandre contre les accusations des exilés florentins. Ces deux prises de position sont des interprétations nouvelles de la liberté républicaine et dépendent de l’ensemble des facteurs qui déterminent la crise institutionnelle.

2Il faut donc tenir compte de ces facteurs dans l’analyse des discours de Nardi. Cela signifie les situer précisément dans le contexte de la lutte des exilés florentins contre Alexandre, en suivant les démarches successives de chaque camp entre la mort de Clément VII et l’accession au pouvoir de Côme Ier. Nous entendons ainsi insérer l’épisode de la querela des exilés florentins – c’est-à-dire l’accusation qu’ils portent contre Alexandre en janvier 1536 auprès de l’empereur Charles Quint – dans le cadre des nouvelles logiques qui se dessinent dans la pratique politique florentine entre 1534 et 1537. En étudiant parallèlement les discours de Iacopo Nardi et les autres textes produits par les exilés durant cette période, on se rend compte que chacun d’eux répond à une phase particulière de ce combat et s’inscrit dans une stratégie précise. On peut alors considérer que les discours de Nardi, tout en étant l’expression d’une prise de position politique personnelle, sont en même temps déterminés, tant dans le choix de la forme que des thèmes abordés, par des nécessités tactiques contingentes et une stratégie collective.

3On attribue traditionnellement cinq discours à Iacopo Nardi. Le Discorso fatto in Venezia contro ai calunniatori del popolo fiorentino, rédigé peu avant la mort de Clément VII, et le Breve discorso fatto in Vinegia dopo la morte di papa Clemente VII qui lui succède sont destinés à défendre la cause des exilés florentins auprès des autorités vénitiennes. À Naples, Nardi plaide au nom de tous auprès de Charles Quint le 3 janvier 1536 : c’est l’Orazione a Carlo V. Parallèlement, il présente aux ministres de l’empereur un mémoire intitulé Discorso porto in Napoli agli agenti cesarei in favore de’ fuorusciti di Firenze. Enfin, au moment de quitter Naples, il rédige l’Esposizione del salmo quinto « Verba mea auribus percipe », dernière supplique adressée à l’empereur. Nous montrerons que l’on peut encore attribuer à Nardi un Discorso fatto in Napoli contro quelli i quali dissuadevano l’imperatore Carlo V dalla restituzione della libertà alla città di Firenze, qui date probablement de janvier 1536. Les problèmes d’attribution posés par ces textes, ainsi que le parallèle avec le reste de la production des exilés, incitent cependant à considérer sous un nouveau jour la question de la paternité de ces discours politiques et à les envisager comme l’un des éléments d’une entreprise collective.

  • 1 Discorso fatto in Venezia contro i calunniatori del popolo fiorentino, in I. Nardi, Vita di Antonio (...)
  • 2 Ibid., p. 238 : « dal 1530 a questo presente anno 1531 ».
  • 3 Ibid., p. 289-292.
  • 4 Ibid., p. 289 : « Piaccia al misericordioso Dio ispirarlo e illuminarlo, acciocché egli in questo e (...)
  • 5 Ibid., p. 290 : « insino a questo dì 20 di settembre ». Cette datation est celle proposée par A. Pi (...)

4Le contexte dans lequel Nardi rédige le Discorso fatto in Venezia contro i calunniatori del popolo fiorentino, nel quale prima si mostra il progresso della famiglia de’ Medici peut être cerné avec précision. Suivant la tradition manuscrite, ce discours est attribué à Iacopo Nardi et destiné à un public vénitien. Les destinataires ne sont pas explicitement nommés, mais il semble probable qu’il s’agisse de membres du gouvernement ou d’une assemblée de hauts personnages puisque, dès l’amorce du discours, l’auteur s’adresse à eux en ces termes : « Per satisfare al desiderio delle M. V. »1. Suivant une référence interne, ce discours daterait de 15312, mais il ne peut s’agir que d’une erreur dans la transmission du texte. Dans le discours, Nardi évoque en effet plusieurs faits postérieurs à l’année 1531, tels que le voyage de Clément VII en France durant l’été 1533 à l’occasion du mariage de Catherine de Médicis, le renouvellement des condamnations à l’exil en novembre 1533, ou la construction de la forteresse de Florence à partir de 15333. Surtout, il évoque à deux reprises la mort prochaine de Clément VII4, ce qui permet de dater plus précisément le discours de septembre 1534. Suivant une autre indication interne au texte, ce discours pourrait d’ailleurs avoir été présenté un 20 septembre, c’est-à-dire quelques jours avant la mort de Clément VII s’il s’agit bien de l’année 15345.

5On peut considérer le Discorso fatto in Venezia contro i calunniatori del popolo fiorentino comme le premier des textes connus se rattachant au combat des exilés florentins contre Alexandre et préparant la querela de Naples. Iacopo Nardi l’écrit durant la première période de son exil vénitien, après avoir refusé d’obéir à la nouvelle condamnation qui le frappe en novembre 1533 et avant de se rendre à Rome en décembre 1534 pour représenter les intérêts des exilés. Le premier facteur déclenchant une opposition active est bien l’aggravation des condamnations à l’exil en 1533 : les exilés qui n’y obéissent pas, devenus rebelles, voient leurs biens confisqués et leur vie menacée. Ils sont contraints à chercher asile en Italie ou à l’extérieur, dans des États qui acceptent d’accueillir des ennemis du principat florentin et leur offrent la possibilité de subvenir à leur existence. Les rebelles sont ainsi amenés à se regrouper, et le Discorso fatto in Venezia contro i calunniatori del popolo fiorentino prouve que, dans cette situation précaire, il arrive qu’ils doivent justifier leur présence auprès des autorités qui les accueillent et contrer les manœuvres diplomatiques d’Alexandre qui, de son côté, cherche à les discréditer. Leur statut de rebelles conduit ainsi les exilés, à partir de 1533, à développer une ligne de défense politique radicale contre le principat médicéen.

6L’objet du Discorso fatto in Venezia contro i calunniatori del popolo fiorentino est en effet de défendre les opposants au régime médicéen des accusations portées contre eux. Il s’agit en particulier de prouver que les Médicis n’ont pas de supériorité légitime sur les autres citoyens, et que leurs opposants ont la même dignité qu’eux. Pour cela, Nardi entreprend de reconstruire l’histoire du régime républicain florentin, qu’il compare au régime vénitien et définit par les principes d’égalité et de liberté. Dans ce tableau, les Médicis font figure d’usurpateurs du pouvoir qui ont perverti les institutions républicaines, et la création du régime du Grand conseil en 1494 est présentée comme la restauration du régime républicain suivant ses principes originels :

  • 6 I. Nardi, Discorso fatto in Venezia contro i calunniatori del popolo fiorentino, op. cit., p. 248.

Dopo la partita de’ Medici lo Stato si riformò : e posto da canto ogni rispetto di amici o nemici, senza spargere sangue e senza esilii o vero offesa di alcuno cittadino, la città si ridusse al governo universale, come già era stata anticamente ; e fatto una legge per la quale si perdonava agli amici de’ Medici ogni passata ingiuria, si fece la pace universale6.

7Le thème de la paix universelle et de l’union des citoyens est ici lié à la fois à la tradition républicaine et à la nouveauté institutionnelle. La nouveauté du Grand conseil, appelé governo universale, est considérée comme un retour aux sources introduit par Savonarole, lui-même présenté comme l’instrument envoyé par Dieu pour réformer la cité :

  • 7 Ibid., p. 250-251.

Non voglio già tacere che delle oblivioni, delle ingiurie e della unione e pace de’ cittadini, e della comunione degli onori a tutte due le parti e della creazione del Consiglio grande, per singular dono di Dio a beneficio universale di quella città, ne fu causa il reverendo padre frate ieronimo Savonarola di Ferrara in quel tempo gran predicatore, e in questa parte senza dubbio strumento di Dio operato dalla sua bontà per la quiete di quella città (egualmente sia egli giudicato dalle opinioni degli uomini), confortando egli sempre che tal consiglio e governo si riducesse più simile che fusse possibile al modo viniziano7.

8Pour contester les fondements de la domination médicéenne sur Florence, Nardi légitime le régime du Grand conseil en le présentant comme un retour aux sources du républicanisme et comme la réalisation de la volonté divine. Dans ce cadre, il reprend à son compte la prédication savonarolienne, considérée comme l’un des éléments moteurs de la réforme de 1494. La situation institutionnelle de 1534 et les circonstances de production du discours conduisent Nardi à développer l’idée, déjà présente chez Savonarole, que la réforme de 1494 est un retour à l’esprit républicain des origines.

9La réalité est en fait plus complexe, puisque suivant la tradition républicaine les principes d’égalité et de liberté peuvent se décliner suivant des modalités différentes. En outre, si le régime de 1494 donne bien l’une des interprétations possibles des institutions et des principes républicains, la création du Grand conseil introduit un élément nouveau pour la définition du corps des citoyens. En outre, l’égalité politique proclamée à l’intérieur du Grand conseil, liée à la thématique savonarolienne du governo universale, tend à infléchir les pratiques de clientélisme et de hiérarchisation du corps des citoyens à l’intérieur des factions. Dans son discours de 1534, Nardi traduit cette évolution de façon radicale afin de dissocier sans ambiguïté république et principat. Dans cette optique, les régimes médicéens qui se sont succédés jusqu’en 1527 sont exclus de la tradition républicaine et le Grand conseil devient le symbole de la liberté. Les nécessités stratégiques du combat des exilés florentins contre Alexandre portent à son terme l’évolution de l’interprétation du principe d’égalité républicaine. Le sens de cette égalité devient univoque sous la plume des exilés qui ne peuvent plus espérer arriver à un compromis avec le principat médicéen.

  • 8 Ibid., p. 251-253.

10Nardi met d’ailleurs en avant, dans le Discorso fatto in Venezia contro i calunniatori del popolo fiorentino, la répression mise en œuvre par les Médicis vis-à-vis de leurs ennemis déclarés et de tous les partisans du régime du Grand conseil8. Les condamnations à l’exil ne sont pas une particularité de la politique médicéenne, mais les Florentins semblent frappés par la radicalité de la répression de 1530, encore augmentée en 1533 :

  • 9 I. Nardi, Istorie della città di Firenze, Lelio Arbib (éd.), Firenze, Società Editrice delle Storie (...)

Nondimeno non fu piena né sazia la crudeltà de’ cittadini faziosi, in tanto che persuasero alla santità del papa, che di nuovo fussero confinati e mandati in luoghi più aspri e difficili al vivere, sì che molti che erano stati puniti leggermente nel primo confino, si trovarono in questo secondo molto acerbamente trattati. Onde disperati di miglior condizione, quasi tutti per non perdere la vita ruppero il confino9.

11Dans son discours, Nardi donne un autre facteur d’explication, qui montre combien les pratiques politiques évoluent à Florence dans les trente premières décennies du XVIe siècle. En 1494, sous la pression de Savonarole, le régime du Grand conseil rompt avec la pratique de condamner, d’une manière ou d’une autre, la faction vaincue, pour l’affaiblir politiquement. Les Médicis eux-mêmes sont exilés, mais leurs partisans sont intégrés au nouveau gouvernement au nom de la pace universale, puisque l’application stricte du principe d’égalité entre les citoyens doit entraîner la fin des luttes entre factions et l’union de tous dans la recherche du bien commun. Pour Nardi la répression médicéenne est donc scandaleuse, non pas tant au regard de la pratique républicaine traditionnelle, mais en réponse à une politique plus récente, qu’il présente cependant comme la plus fidèle aux principes républicains :

  • 10 I. Nardi, Discorso fatto in Venezia contro i calunniatori del popolo fiorentino, op. cit., p. 251.

se non fussero state le sue predicazioni [di Savonarola], in memoria delle infinite ingiurie negli animi de’ cittadini in tante centinaia di uomini offesi, e in tanto spazio di tempo, dallo stato de’ Medici, avrebbe causato un giorno per lo appetito della vendetta grandissimo disordine : ma per le persuasioni di quello si perdonarono e dimenticarono. La qual cosa non hanno fatto essi Medici, i quali si sono ricordati e vendicati non solamente di coloro che gli hanno offesi, ma ancora di quelli che mai non gli offesono ; i quali solo sono odiati e perseguitati da loro per aver amato e amare una giustissima specie di governo convenientissimo e naturale alla città, per aver difeso e per cercare di recuperare la libertà di quella10.

12Alors qu’avant 1494 les condamnations qui suivent la prise du pouvoir par un groupe de citoyens sont le fait d’une faction contre une autre, après la création du Grand conseil rassemblant et mettant sur un pied d’égalité tous les citoyens – au moins dans les intentions – et après la décision de ne pas condamner les partisans des Médicis, la répression mise en œuvre par ces derniers à partir de 1530 est perçue comme une injustice. En outre, elle ne peut plus être considérée comme un phénomène limité aux partisans de quelques factions. Il ne s’agit plus de défendre les intérêts d’un groupe de citoyens contre un autre mais ceux des Médicis, qui cherchent à détenir tout le pouvoir, contre tous ceux qui veulent continuer à prendre part au gouvernement en tant que citoyens, sans subir la tutelle d’une famille dominante :

  • 11 Ibid., p. 251-252.

questa è la vera cagione della lite e dell’odio che è tra quella famiglia e tutte quelle persone che vogliono ben vivere, che universalmente sono tutto il popolo fiorentino11.

13Dans son discours, Nardi va jusqu’à affirmer que l’opposition entre les Médicis et les exilés n’entre plus dans la logique des factions mais dépend d’un choix politique sur la nature du gouvernement. En effet, il rappelle que d’anciens ennemis de la faction médicéenne se sont ralliés à la famille dirigeante et ont accepté la création du principat, alors que d’anciens partisans des Médicis refusent cette évolution :

  • 12 Ibid., p. 252-253.

Hanno ben fatto pace i detti Medici con quelli che sono convenuti con la loro prava intenzione : e non solo hanno perdonato, ma hanno ritenuto e accettato per confidenti e amiche alcune di quelle famiglie, e ancora di quelle proprie persone le quali si hanno urtati e combattuti sino all’anno 1434 ; e nell’anno 1466, e di quelli che li scacciarono nell’anno 1494 ; ma ancora con alcuni di coloro che gli offesono nell’anno 1527, perché da poi insieme con loro si sono dichiarati aperti inimici della libertà, e fautori della tirannide, come uomini avari, ambiziosi e amatori de’ propri commodi ; e come quelli che, per invidia o vero altra cagione pertinente alla proprietà, sono stati per li tempi passati inimici e contrarii alla fazione de’ Medici, quantunque oggi si pentino e si doglino, benché invano, di trovarsi in Firenze peggio che servi sottoposti a sì duro giogo. E così dall’altra parte detti Medici si sono alienati, e hanno in odio e perseguitano molti di quelli che sono stati loro amici e confidenti, e tra gli altri assai de’ propri congiunti ; perché meglio illuminati del bene o vero stracchi ormai del male, come buoni cittadini, amano e cercano la libertà della patria12.

14On ne peut d’ailleurs s’empêcher de penser, lorsque Nardi évoque ceux qui – après avoir participé au renversement des Médicis en 1527 – ont participé à la création du principat, à son protecteur Filippo Strozzi. Parmi les « amis » des Médicis qui ont au contraire exprimé leur opposition à cette occasion, on peut rappeler Iacopo Salviati.

  • 13 Voir en particulier, ibid., p. 247, 266, 282 : « L’anno 1494 Piero di Lorenzo de’ Medici capo dello (...)

15Le cas de Filippo Strozzi montre qu’en 1534 il reste des citoyens adeptes du fonctionnement multipolaire des factions et du compromis politique. Les exilés de 1533, déclarés rebelles, ne sont cependant plus en position de faire jouer ces mécanismes car toute légitimité politique leur a été enlevée. Leur seule ressource reste de se couler dans la nouvelle logique de partis et d’en tirer profit. Dans son discours, Nardi continue donc l’histoire de l’alternance entre gouvernements républicains et médicéens en insistant sur la vertu des uns et la corruption des autres. Il construit systématiquement l’opposition entre les deux régimes sur la question du traitement des ennemis, afin de donner des Médicis l’image de dirigeants non seulement cruels et injustes mais aussi déloyaux tant envers leurs concitoyens qu’envers leurs alliés étrangers. Le gouvernement du Grand conseil ayant été identifié comme le régime républicain par excellence, seul garant de l’égalité et de la liberté des citoyens, il est aussi présenté comme le seul gouvernement dans lequel tous les citoyens, unis, cherchent à réaliser le bien commun. Le principat d’Alexandre est au contraire stigmatisé comme l’incarnation du gouvernement tyrannique, et les régimes médicéens qui l’ont précédé sont présentés comme sa préfiguration13. Nardi insiste en particulier sur la soif de pouvoir et la cruauté de Clément VII envers sa patrie, thématique qu’il développe en marquant un contrepoint sémantique avec le nom choisi par le pape Médicis :

  • 14 Ibid., p. 299.

Ma certo non poteva Clemente in questo mondo sortire maggior miseria e infelicità che cristiano e papa e clemente distruggere la patria sua. Tale felicità abbino i barbari e reprobi cristiani inimici di Cristo, quale s’ha guadagnato con tanta iniquità il misero Clemente, il cui nome oramai sarà nel mondo rarissimo esempio tra’ più rari esempii di miseria e calamità : se già ei non volge la mente a pensare seco stesso di cui Sua Santità debb’essere altrimenti che in nome successore14.

16Pour justifier la faible opposition rencontrée par les Médicis pendant longtemps, Nardi met en avant la puissance que leur a donné l’accès au pontificat de Léon X et Clément VII :

  • 15 Ibid., p. 269-270.

per tale felicità i Medici si assicurarono, e la città si venne accordando alla necessità, e cominciò ad assicurarsi, e molti cittadini a volgersi alla divozione de’ Medici, aspettandone beneficii e dignità spirituali, e ricchezze e guadagni per molte altre vie : onde si moltiplicarono assai gli amici e fautori di quelli15.

  • 16 Ibid., p. 269 : « E oltre li sopraddetti duoi decapitati furono presi e sostenuti Niccolò Valori, G (...)

17Plusieurs facteurs entrent ici en jeu. D’une part, les Florentins ont immédiatement perçu l’intérêt qu’ils pouvaient tirer d’une famille dirigeante représentée au plus haut degré de l’État pontifical. De l’autre les Médicis eux-mêmes, sachant leur position plus solide, ont pu atténuer les aspects répressifs de leur politique16. Iacopo Nardi reconnaît d’ailleurs avoir lui-même bénéficié de la protection des papes Médicis :

  • 17 Ibid., p. 296-297.

L’onnipotente Dio, il qual conosce i cuori umani, sa ch’io non porto alcuno odio a quella casa, anzi l’amo come è conveniente non solo a cristiano, ma uomo dabbene e grato, e non mancherei d’ogni amichevole ufficio, in particolare in verso di quella, desiderando a ciascuna persona particolare d’essi ogni felicità, purché non repugnasse alla libertà e bene essere della nostra dolce patria. E Dio mi sia testimonio che molto mi è doluto e molta compassione ho avuto a quella casa, che non abbia saputo conoscer la sua felicità, e massime a papa Leone mio benefattore e papa Clemente17.

18Tout en exprimant sa gratitude, Nardi fait cependant ici clairement la distinction entre les intérêts privés que lui-même, comme beaucoup de Florentins, a pu entretenir avec les Médicis, et la question institutionnelle telle qu’elle se pose dans les premières décennies du XVIe siècle :

  • 18 Ibid., p. 297.

nella cui potestà [di Leone X e Clemente VII] era ogni felicità ordinare, e fondare una santissima libertà e uno giustissimo e bellissimo governo, stabilito con buone e cristiane leggi, a onore del magno Dio ed esaltazion della patria e gloria immortale delle persone loro : onde e’ potevano essere connumerati tra i più sapienti fondatori delle repubbliche, quali furono Licurgo e Solone ; anzi per meglio dire potevano essere reputati quasi simili a Moisè, e veri imitatori di Cristo, rinnovando nella patria loro il vero culto e modo del vivere cristiano, e in tutto il mondo18.

  • 19 N. Machiavelli, Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio, F. Bausi (éd.), Roma, Salerno Editrice (...)

19Sur la question institutionnelle, Nardi évoque le modèle classique avec les fondateurs des républiques de l’antiquité, mais aussi le modèle biblique avec Moïse, reprenant probablement ici les exemples donnés par Machiavel dans le chapitre IX du premier livre des Discorsi19, Come egli è necessario essere solo a volere ordinare una republica di nuovo, o al tutto fuor degli antichi suoi ordini riformarla. On trouve ainsi, dans les discours politiques de Nardi et des autres exilés entre 1534 et 1536, quelques réminiscences des Discorsi de Machiavel. On voit ici que, si les Discorsi sont présents à l’esprit des exilés et servent de matériau de référence, ils ne fondent pas la trame de leur argumentation.

20En effet, le propos de Nardi n’est pas tant de magnifier un homme d’exception capable de réformer la cité, mais d’introduire une thématique religieuse en liant réforme politique et réforme spirituelle. Ce motif, déjà évoqué avec l’exaltation de la figure de Savonarole désigné comme un instrument de Dieu, réapparaît aussi lorsqu’il s’agit de prononcer un jugement définitif sur les actions des citoyens en faveur de la liberté ou de la tyrannie :

  • 20 I. Nardi, Discorso fatto in Venezia contro i calunniatori del popolo fiorentino, op. cit., p. 308-3 (...)

Basti questo per dimostrare che la discordia non è tra’ nobili o ignobili ; ma che tra’ medesimi fratelli è diversità di pareri, e tra’ padri e figliuoli e stretti congiunti, secondo che il misericordioso Dio ha dato alle persone più o meno grazia e lume di conoscere la verità e la giustizia […]. Ma delle opere, e massime della coscienza nostra, come dissi nel principio, ne lascerò esser giudice quel sovrano giudice, il cui giudicio sì bene spesso è occulto, non mai però fu ingiusto o fallibile ; alla cui benignità con tutto il cuore raccomando il suo devoto popolo, il quale a lui solo e alle sue sante leggi di servire desidera20.

21Alors que les forces politiques et militaires sont défavorables aux exilés, la focalisation de leur stratégie de défense sur le symbole du Grand conseil – et donc sur une partie de la prédication savonarolienne – les amène à développer une partie de leur argumentation sur le thème de la providence divine.

22Enfin, la puissance conférée par la papauté, tant au plan intérieur que vis-à-vis des autres États, limite la marge d’action des opposants et les contraint le plus souvent au silence. Les Florentins ont dû s’adapter aux circonstances, et seule la mort prochaine de Clément VII permet aux exilés d’organiser une défense et aux citoyens en général de s’exprimer ouvertement :

  • 21 Ibid., p. 309-310.

Ben mi confido che dopo la morte di Clemente si conoscerà molto più manifestamente quanto quel popolo ami la libertà, e abbi in odio la tirannide : e non solo apparirà universalmente questa disposizione, ma principalmente si dimostrerà in coloro che sono per affinità congiuntissimi al sopradetto Alessandro21.

23Tout ce qui pouvait résulter des échanges de services à l’intérieur du fonctionnement des factions est désormais interprété de façon univoque. Les vrais amis des Médicis sont très peu nombreux et sont entraînés soit par un manque de discernement soit par la corruption de leur nature :

  • 22 Ibid., p. 308-309.

Basti questo per dimostrare che la discordia non è tra’ nobili o ignobili ; ma che tra’ medesimi fratelli è diversità di pareri, e tra’ padri e figliuoli e stretti congiunti, secondo che il misericordioso Dio ha dato alle persone più o meno grazia e lume di conoscere la verità e la giustizia, e secondo che più o meno l’avarizia e l’ambizione e gli altri sfrenati appetiti hanno tolto l’intelletto e non lasciato conoscere il vero, o che una diabolica perversità di mente ha fatto studiosamente impugnare la verità da certe persone, ancora che la conoschino22.

24Pour prouver cette assertion, Nardi fait la liste des familles dont certains membres prennent part au régime médicéen, alors que d’autres sont condamnés par celui-ci. Reste la majorité des citoyens qui, devant la puissance des Médicis, sont contraints à dissimuler leurs opinions :

  • 23 Ibid., p. 310.

La qual cosa dimostrerà che tutto quello, che fussi paruto per il passato contrario a quanto io ho detto, è proceduto piuttosto dalla necessità che dalla volontà23.

25L’affaiblissement de la position des Médicis par la mort de Clément VII ouvre en particulier la voie du recours auprès de l’empereur, qui s’était personnellement engagé envers le pape mais non envers Alexandre :

  • 24 Ibid., p. 282-283.

la quale [Cesarea Maestà] speriamo che per la sua innata bontà, concedendo la divina grazia, tosto aprirà gli occhi sopra alla innocenzia della infelice città, e sopra la crudele tirannide di Alessandro. E riassumendo la nostra giusta causa, e giudicandola come comune alla prudenzia e giustizia della Sua Maestà, ne renderà la usata libertà24.

  • 25 Ibid., p. 310 : « La qual cosa dimostrerà che tutto quello, che fussi paruto per il passato contrar (...)

26Nardi indique d’ailleurs que ce discours n’est en fait pas le premier qu’il écrit pour les exilés, et il annonce qu’il en a déjà d’autres en tête afin de continuer à défendre leur cause devant les autorités vénitiennes25.

27On retrouve les mêmes thèmes et les mêmes argumentations dans les autres discours politiques de Iacopo Nardi et des exilés. La situation particulière dans laquelle ceux-ci se trouvent les conduit à porter à son terme la nouvelle interprétation de la liberté républicaine et ils la déclinent avec quelques variantes en fonction du destinataire du discours et des circonstances précises dans lesquelles le texte est produit.

  • 26 Éd. in I. Nardi, Vita di Antonio Giacomini e altri scritti minori, op. cit., p. 203-226.

28Le Discorso fatto in Venezia contro ai calunniatori del popolo fiorentino est suivi de peu par le Breve discorso fatto in Venezia dopo la morte di papa Clemente VII l’anno 1534, ad istanza di alcuni gentili uomini veneziani, per informazione delle novità seguite in Firenze dall’anno 1494 fino al detto anno 153426. Rédigé dans les mêmes circonstances, il fait cependant suite à la mort de Clément VII et date donc d’octobre ou novembre 1534, puisque ensuite Nardi part pour Rome. Ce discours, beaucoup plus bref et probablement inachevé puisqu’il s’arrête en 1512, reprend les thèmes déjà développés dans le précédent.

29Après la mort de Clément VII, les exilés florentins adoptent une stratégie offensive. Ils se réunissent dans différentes régions d’Italie et élisent des représentants, dont Nardi fait partie. Ainsi que Nardi l’avait annoncé dans son Discorso fatto in Venezia contro ai calunniatori del popolo fiorentino, la mort du pape Médicis affaiblit le pouvoir d’Alexandre à Florence et incite aussi de puissants alliés de la famille dominante à se désolidariser du principat médicéen. C’est le cas en particulier de Filippo Strozzi – qui perd avec Clément VII son dernier allié dans la famille et a tout à craindre de l’inimitié d’Alexandre–, mais aussi des cardinaux Salviati et Ridolfi. Comme Filippo Strozzi, ils refusent de se soumettre au pouvoir absolu d’une famille et de perdre leurs prérogatives de citoyens appartenant à l’oligarchie. Alors que les exilés semblent aspirer avant tout au governo universale, Filippo Strozzi et les cardinaux pensent encore que la puissance de leurs familles leur permet de négocier une participation effective au gouvernement. Ils ne sont pas partisans du governo universale et penchent plutôt pour des formes de gouvernement oligarchique. Cependant ils ne sont pas prêts, les événements le montreront, à accepter que le pouvoir ne soit plus concentré qu’en une source unique de légitimité.

  • 27 Dans une lettre à Benedetto Varchi, Nardi appelle, de façon symétrique, les exilés spicciolati et m (...)

30Les exilés, qui peuvent défendre leur cause sur la base de l’opposition entre tyrannie médicéenne et liberté républicaine, s’allient à Filippo Strozzi et aux cardinaux, qu’ils appellent les grandi ou maggiori27. Ceux-ci, qui ne se retournent contre le principat médicéen qu’après la mort de Clément VII, voient dans cette alliance un moyen de légitimer leur démarche, et les exilés obtiennent d’eux les moyens financiers de mener leur combat. Dans un premier temps, tous décident de se lier au cardinal Hippolyte de Médicis qui, quant à lui, voudrait prendre la place d’Alexandre à la tête du gouvernement florentin. Tout au long des tractations visant à renverser le pouvoir absolu d’Alexandre, les dissensions entre exilés, grandi et, pendant un temps, Hippolyte, sont continues et ne débouchent que sur des compromis tactiques.

31Les seuls points communs entre eux sont la volonté de mettre fin au pouvoir absolu d’Alexandre et le choix stratégique de porter la question devant le tribunal impérial. En dehors de cela, chaque parti a des aspirations différentes et n’est pas prêt aux mêmes concessions. Hippolyte veut prendre le pouvoir et, dans ce but, accepte de s’accommoder d’une tutelle des grandes familles florentines, c’est-à-dire de rentrer dans le modèle traditionnel des régimes médicéens. Rien ne permet cependant de préjuger de la forme que les circonstances auraient pu lui permettre de donner à un gouvernement dont il aurait été le chef si son entreprise avait été couronnée de succès. Filippo Strozzi et les cardinaux, qui ont souffert de la politique radicale du gouvernement du Grand conseil entre 1528 et 1530, n’envisagent un retour à cette forme institutionnelle qu’en dernier recours. Ils préfèrent encore le governo universale à la tyrannie, mais se montrent toujours disposés à accepter un régime médicéen fort, sous le commandement d’Hippolyte ou de Côme, tant que l’autonomie et le prestige social et politique des grandes familles est préservé.

32Grandi et exilés refusent le passage de la république au principat, mais ils ne réussissent pas à s’accorder, parmi la diversité des pratiques politiques républicaines, sur la forme que doit prendre pour eux la liberté. Ils continuent à agir et à penser suivant une logique de compromis entre factions pour la définition des institutions républicaines, tout en prenant conscience de la nouveauté radicale apportée par le principat, nouveauté qu’ils refusent. La création du Grand conseil a aussi une incidence dans la construction du compromis entre grandi et exilés, puisque Filippo Strozzi et les cardinaux cherchent par tous les moyens à trouver un accord avec Hippolyte puis avec Côme de Médicis et semblent prêts à accepter un principat tempéré d’oligarchie. De leur côté, les exilés développent une rhétorique de la liberté et de l’égalité qui exclut les pratiques oligarchiques traditionnelles.

  • 28 Iacopo Nardi (Venise) à Benedetto Varchi (s. l.), 1er août, cit., p. 9 : « trovandosi poi in Roma q (...)
  • 29 I. Nardi, Istorie, op. cit., vol. II, l. X, p. 248.
  • 30 Iacopo Nardi (Venise) à Benedetto Varchi (s. l.), 1er août, cit., p. 9 : « in quel tempo lo amico v (...)

33Malgré tout, les grandi ont besoin de s’associer aux exilés pour légitimer leur combat contre Alexandre, et les exilés ne peuvent rien faire sans l’aide financière des grandi28. Durant la querela, grandi et exilés agissent les uns envers les autres suivant la logique des factions et du compromis. Dans ce cadre, Iacopo Nardi est un intermédiaire précieux, en particulier par son amitié avec Filippo Strozzi qui est le principal bailleur de fonds de toutes les initiatives diplomatiques et militaires menées contre Alexandre puis contre Côme entre 1534 et 1537. C’est ainsi que Iacopo Nardi est amené à prendre contact avec le cardinal Hippolyte au nom des exilés29, et c’est à lui que les grandi confient quatre cents ducats à distribuer aux exilés en fonction de leurs besoins30.

  • 31 Ibid. : « Possovi pertanto dire con brevità, et per capita senza una ordinata et esatta narrazione, (...)
  • 32 I. Nardi, Istorie, op. cit., vol. II, l. X, p. 247 : « È ben vero che mossi dall’esempio delle cose (...)

34Les exilés, Filippo Strozzi et les cardinaux sont donc partagés entre deux logiques politiques, et cette ambivalence dessert leur combat aux yeux de l’empereur choisi comme arbitre de la question institutionnelle florentine31. Les adversaires d’Alexandre font appel à Charles Quint parce que c’est lui qui, par son alliance avec Clément VII en 1529, a donné aux Médicis la possibilité de reprendre le pouvoir à Florence et de créer le principat. L’empereur est en outre le garant du traité de capitulation de Florence en 1530, lequel stipule que la liberté de la cité doit être conservée. Par la suite, il a entériné la création du principat en 1532 et promis sa fille Marguerite d’Autriche à Alexandre pour renforcer son alliance avec le jeune duc. Enfin, les exilés tentent d’exploiter le désir qu’a alors Charles Quint, afin de renouer avec la tradition impériale, de se présenter en arbitre de la chrétienté32.

  • 33 Sur les prises de contact entre Français et exilés florentins, voir P. Cosentino et L. De Los Santo (...)

35Entre les condamnations de 1533 et la mort de Clément VII, les exilés se défendent des accusations qui leur sont portées. Après le 25 septembre 1534, ils profitent des moyens que leur offrent Filippo Strozzi et les cardinaux pour combattre le régime d’Alexandre et développer une argumentation stratégiquement plus offensive. Il s’agit cependant d’une lutte politique et juridique dont Charles Quint est l’arbitre. Grandi et exilés sont en contact avec le parti français, traditionnellement lié au parti républicain florentin, mais ils préfèrent jouer d’abord la carte de la diplomatie pour chasser Alexandre de Florence. Si les Français montrent toujours leur sympathie envers les exilés florentins et manifestent leur intérêt dans une entreprise qui pourrait les aider à remettre pied en Italie et à contrer la puissance impériale, en 1534 ils ne semblent pas en mesure d’apporter une aide effective aux républicains florentins33.

  • 34 L. Strozzi, Vita di Filippo Strozzi, in G.-B. Niccolini, Filippo Strozzi. Tragedia, Firenze, Felice (...)

36Durant l’hiver et le printemps suivant la mort de Clément VII, les adversaires d’Alexandre négocient entre eux et tentent d’établir une ligne de conduite commune. Ils décident finalement, en avril 1535, d’envoyer des représentants à Barcelone auprès de Charles Quint. La divergence de vues est telle entre le cardinal Hippolyte, les grandi et les exilés, que chacun désigne ses propres ambassadeurs et rédige des instructions séparées. Les représentants des exilés ont pour mission de demander à l’empereur le respect de l’acte de capitulation de Florence en 1530 et de rétablir la liberté sous la forme du gouvernement du Grand conseil. Les représentants des cardinaux et de Filippo Strozzi doivent quant à eux demander qu’Alexandre soit dépossédé de son pouvoir au profit d’Hippolyte, plus proche parent de Clément VII que lui et – selon eux – plus apprécié des Florentins. Chaque délégation a cependant pour instruction, si l’empereur se montre défavorable à ces requêtes, de lui laisser le choix d’une forme de gouvernement libre pour la cité ou même, si nécessaire, de se replier sur la revendication de l’autre parti34.

  • 35 Ibid. : « Questi scrissero di molte lettere a diversi personaggi et agenti dello Imperadore, ch’era (...)
  • 36 Florence, Biblioteca Nazionale Centrale, Conv. sopp. J. v. 24, fol. 10r-18v.

37Comme l’explique Iacopo Nardi à Benedetto Varchi, la stratégie des exilés était de multiplier les démarches et les contacts susceptibles de favoriser leur cause35. Pour appuyer l’ambassade à Barcelone, ils adressent donc le 14 mai 1535 une lettre aux représentants de l’empereur à Rome et à Florence, Hernando de Silva comte Cifuentes et don Pietro Zappata, où ils reprennent leurs griefs envers Alexandre : Allo illustrissimo signore conte di Sifonte residente per lo imperadore, et dopo lui successive a don Piero Zappata36.

  • 37 Selon Benedetto Varchi, le texte de l’instruction donnée aux représentants des exilés a été copié p (...)

38Cette lettre, comme le texte des instructions données aux envoyés de Barcelone – dont nous ne connaissons peut-être qu’une version partielle – reprend les arguments et les thématiques déjà rencontrés dans les deux discours de Iacopo Nardi à Venise37. En raison du but pratique et immédiat de la lettre et des instructions, l’accent porte cependant moins sur l’histoire du régime républicain et sur la définition de la liberté florentine. L’argumentation développe en revanche plus largement le thème du tyran incarné par Alexandre. Les exilés donnent en particulier un plus grand nombre d’exemples de ses abus de pouvoir. Ils insistent encore sur deux aspects, qui reviendront souvent au cours de la querela : d’une part, eux-mêmes affirment que leurs intentions sont désintéressées, puisqu’ils désirent libérer leur patrie et non récupérer leurs biens et retourner chez eux ; d’autre part, ils jouent sur l’image d’arbitre de la chrétienté que Charles Quint tente de se construire.

  • 38 I. Nardi, Istorie, op. cit., vol. II, l. X, p. 256-258 : « La soprascritta risposta [di Carlo V] sa (...)

39Ce dernier, prêt à partir pour l’expédition de Tunis, renvoie son jugement à son retour et commande à Alexandre et à ses adversaires de ne rien tenter les uns contre les autres avant cette date. Ce retard favorise cependant le climat de tension entre les deux partis, ainsi que les divisions internes dans le camp des exilés et de leurs chefs. Alors qu’Alexandre envoie des tueurs à gages pour tenter de se débarrasser des chefs des exilés, des doutes apparaissent parmi ces derniers sur le comportement de leurs envoyés à Barcelone. Le cardinal Hippolyte, quant à lui, se méfie des intentions de Charles Quint à son égard et semble envisager une réconciliation avec Alexandre. Exilés et grandi tentent de le garder dans leur camp en le désignant comme leur représentant auprès de l’empereur, mais lorsque Hippolyte part à Itri où il prépare son embarquement à Gaète, ils le font accompagner par plusieurs d’entre eux afin de mieux le surveiller38.

40La mort suspecte d’Hippolyte, sans apaiser les tensions entre les exilés et les grandi, contraint ces derniers, n’ayant plus de représentant de la famille Médicis à opposer à Alexandre, à associer plus étroitement leurs revendications à celles des partisans de la liberté. C’est dans ce contexte que se déroule la querela proprement dite, en janvier 1536. Charles Quint, revenu victorieux de Tunisie, doit cependant faire face aux nouvelles revendications françaises sur Milan et reçoit à Naples des envoyés des différents États italiens venus négocier leur position vis-à-vis de l’empire. Sa volonté dans la question florentine semble être avant tout de trouver une voie de compromis entre Alexandre et ses opposants mais, tout en flattant les espoirs des exilés afin d’obtenir du duc de Florence des gages de fidélité, il n’envisage jamais de revenir sur ses engagements passés avec Clément VII. Il voit certainement dans le principat médicéen un allié plus sûr que dans une hypothétique république dirigée par des citoyens liés de longue date au parti français.

  • 39 Les textes de la querela sont édités dans : Querele dei fuorusciti fiorentini, in F. Guicciardini, (...)
  • 40 L. Strozzi, Vita di Filippo Strozzi, op. cit., p. LXXXV : « Fu di ciò data la cura a messer Salvest (...)

41La querela en elle-même comprend un échange de textes entre les exilés et Alexandre, tous destinés à Charles Quint et transmis au camp adverse pour réponse39. Il s’agit en quelque sorte des actes d’accusation et de défense de chaque parti, le procès se déroulant par écrit. Suivant Lorenzo Strozzi, les textes de la querela sont rédigés par Salvestro Aldobrandini, docteur en droit, alors que Bernardo Segni les attribue à Iacopo Nardi40. Le témoignage de Lorenzo Strozzi, contemporain des faits et proche de nombreux acteurs de la querela, est plus fiable que celui de Bernardo Segni. Il faut cependant remarquer qu’aucun autre témoignage contemporain n’attribue les Querele à l’un ou l’autre des exilés. Surtout, il faut rappeler que leur rédaction répond aux nécessités d’une entreprise commune. Quant à leur contenu, il correspond à celui des deux discours vénitiens de Iacopo Nardi, à l’Istruzione de 1535, à la lettre du 14 mai 1535 aux ambassadeurs impériaux, mais aussi aux autres discours présentés par Nardi ou, plus génériquement, par les exilés durant leur séjour à Naples. Pour des raisons d’argumentation juridique, les Querele sont centrées en particulier sur l’article de la capitulation de 1530 qui garantit la liberté à Florence et sur la démonstration du caractère tyrannique du gouvernement d’Alexandre.

42Il est probable que l’ensemble des exilés ou du moins leurs représentants – dont Iacopo Nardi fait partie – aient participé à l’élaboration de tous les documents produits pour la défense de leur cause entre 1534 et 1536. Les nombreux échos d’un texte à l’autre incitent d’ailleurs à penser que des passages ont été repris et adaptés dans chacun des discours. Dans chaque cas, l’un ou l’autre représentant des exilés a pu être désigné pour établir la rédaction finale, mais nous nous trouvons en fait devant des textes conçus de façon collective. On peut attribuer spécifiquement à Nardi les deux discours vénitiens, ainsi que quatre discours présentés à Naples, mais il n’en est probablement pas seul l’auteur. En revanche, il a vraisemblablement participé à la conception de l’ensemble des documents produits par les exilés pour la défense de leur cause.

  • 41 Ce discours est édité in Vita di Antonio Giacomini e altri scritti minori, op. cit., p. 338-395, su (...)

43La tradition manuscrite et imprimée attribue à Iacopo Nardi un Discorso porto in Napoli agli agenti cesarei in favore dei fuorusciti fiorentini, essendo Sua Maestà in quella cittade di gennaio 153641. Ce discours reprend à la fois toute l’argumentation des Querele et celle du Discorso fatto in Venezia contro i calunniatori del popolo fiorentino, développant aussi bien les aspects juridiques du procès à partir des articles de la capitulation de 1530 et la démonstration du caractère tyrannique du gouvernement d’Alexandre que la démonstration par l’histoire de la république florentine de l’illégitimité du pouvoir médicéen et de l’exaltation de la liberté. Par ce texte, probablement présenté aux ministres impériaux parallèlement aux Querele destinées à Charles Quint, Nardi et les exilés donnent un cadre complet de leurs arguments.

  • 42 Florence, Biblioteca Nazionale Centrale : Conv. sopp. J. v. 24, fol. 114r-125r.

44L’étude des recueils manuscrits de textes se rapportant à la querela des exilés florentins permet d’attribuer à Nardi un autre discours, le Discorso fatto in Napoli contro a quelli i quali dissuadevano lo imperador Carlo V dalla restitutione della libertà alla città di Fiorenza42. Ce texte n’a pas été publié par les éditeurs du XIXe siècle, qui se sont essentiellement fondés sur le manuscrit Ricc. 2022 de la Biblioteca Riccardiana de Florence. Ce manuscrit, considéré comme fiable car annoté par Iacopo Nardi, comprend bien le discours en question, mais sans l’attribuer à l’historien florentin. Cependant le manuscrit Conv. sopp. J. v. 24 de la Biblioteca Nazionale Centrale de Florence, lui aussi annoté par Nardi, lui attribue clairement ce discours. Nous pensons donc qu’il faut l’ajouter au corpus des œuvres de Nardi, tout en rappelant qu’il est aussi probablement le fruit d’une conception collective.

45Le Discorso fatto in Napoli contro a quelli i quali dissuadevano lo imperador Carlo V dalla restitutione della libertà alla città di Fiorenza développe, toujours sur la base de l’histoire de Florence, la défense des exilés contre une accusation particulière que leur portent les conseillers d’Alexandre. Dans un contexte international agité, au moment même où François Ier manœuvre pour reprendre pied en Milanais et envoie des hommes en Italie pour gagner au camp français des dirigeants italiens, des opposants politiques aux régimes établis, ou encore des condottieres, le parti médicéen accuse les exilés florentins de ne pas être des alliés fiables pour Charles Quint. L’argumentation de Nardi est ici d’autant plus laborieuse que l’accusation n’est pas infondée, puisque les exilés restent constamment en contact avec le parti français. Ils se retournent d’ailleurs vers lui dès qu’ils comprennent que l’empereur n’a pas l’intention de rétablir la république à Florence.

  • 43 Ibid., fol. 1r-7v et 8r-10r.

46Parallèlement on trouve, dans un manuscrit ayant appartenu à Iacopo Nardi, deux autres discours des exilés remontant au mois de janvier 1536 : un Discorso in cui si prova che la promessa fatta dalla Maestà Cesarea a Clemente VII non debbe pregiudicare a quella ha fatta alla città di Firenze et une Risposta a quelli che dicevano non essere tempo opportuno ad ascoltare le querele dei Fiorentini fuorusciti43. Aucun élément ne permet de les attribuer plus particulièrement à Nardi ou à un autre exilé, mais ils reprennent toujours les mêmes thématiques et les mêmes arguments.

47Nous disposons donc d’un ensemble de lettres et de discours répondant à une stratégie défensive, puis offensive, des exilés. Si certains de ces textes peuvent être attribués à Nardi, celui-ci n’en est vraisemblablement pas entièrement l’auteur. Tous sont conçus en commun par les représentants des exilés et la mise en forme finale peut avoir effectivement été confiée à Nardi dans les cas que nous avons signalés. On peut même imaginer, en raison de l’aspect répétitif de ces discours, que les exilés ont transposé d’un document à l’autre des trames déjà utilisées et adaptées à une circonstance et à un destinataire différents. Il nous est par ailleurs impossible de savoir si les versions des discours qui nous sont parvenues correspondent bien aux textes effectivement présentés entre 1534 et 1536, ou s’il s’agit de versions remaniées a posteriori lors de leur copie dans les recueils manuscrits qui nous sont parvenus.

48Le cas du discours des exilés le plus célèbre, l’Orazione a Carlo V, souvent attribué à Nardi, illustre ce problème. Tous les témoignages contemporains s’accordent pour dire que, lorsque Alexandre de Médicis arrive à Naples le 3 janvier 1536, il est immédiatement accueilli avec des démonstrations de faveur de la part de l’empereur et rend aussitôt visite à la fille de celui-ci, Marguerite d’Autriche, qu’il doit épouser. Il l’embrasse comme si le mariage était déjà conclu, geste interprété par les exilés florentins comme la preuve que l’empereur veut le favoriser. C’est le jour même de l’arrivée d’Alexandre à Naples que les exilés envoient une délégation auprès de l’empereur afin de défendre leur cause, ainsi que l’atteste une lettre de Giovanni Agnello, l’ambassadeur permanent de Frédéric Gonzague à la cour impériale, datée du 3 janvier 1536 :

  • 44 Giovanni Agnello (Naples) à Frédéric Gonzague, 3 janvier 1536, in G. Rebecchini, « Fonti mantovane (...)

Il Duca Alessandro è entrato hoggi molto ben accompagnato e da sui, et da altri percioché Sua Maestà mandete Monsignor di Prato et molti gentillhomini della casa ad incontrarlo et quasi tutti questi principali Signori gli hanno fatto compagnia. Hoggi prima che Sua Excellentia entrasse XII delli fuoriusciti erano stati a Sua Maestà fra gli quali Iacobo Nardi, al quale per essere savio et eloquente toccò di parlare, dicono che parlete per spatio forsi de due hore non lasciando cosa che dire, la quale ragionevolmente dovesse indurre Sua Maestà al mettere Fiorenza in libertà. L’Imperatore gli rispose che il Duca starebbe puoco a giongere come essi sapevano, et che parlarebbe con lui, poi rissolverebbe di fare quello che li paresse fare al servitio di Dio, alla quiete d’Italia, et al bene di quella città et stato. Questo ho havuto da un fiorentino44.

49Giovanni Agnello n’est pas un témoin direct de la scène, mais il est à Naples, à la cour impériale, et rapporte le fait le jour même où il s’est produit, ce qui permet d’attribuer à ses propos une grande fiabilité. On peut donc tenir pour certain que Iacopo Nardi a bien prononcé devant l’empereur Charles Quint, le 3 janvier 1536, un discours destiné à défendre la cause des exilés florentins contre Alexandre de Médicis. Ce discours est traditionnellement appelé Orazione a Carlo V.

50Pourtant Bernardo Segni, dans ses Istorie fiorentine, affirme que c’est un autre exilé, Filippo Parenti, qui fut chargé d’écrire et d’exposer l’Orazione au moment de l’arrivée d’Alexandre à Naples :

  • 45 B. Segni, Istorie fiorentine, op. cit., l. VII, p. 290-291.

ma li Fuorusciti non restavano ancora senza grazia di quel principe [Carlo V], o vera o finta che la si fosse, per fare i fatti sua. Perché monsignore Francesco Covos suo gran segretario, dando grata audienza e larghe promesse, gli spinse a chiedere audienza a Cesare ; la quale ottenuta, Filippo Parenti, uno de’ fuorusciti fatti nel MDXXX, parlò scusando prima la città della guerra presa e fatta contro di lui, e dipoi, ad uso di filippica scritta contro a Marcantonio da Cicerone, adducendo tutte le querele che davano contro al duca, con i particolari e con molte fedi sottoscritte, le raccontò largamente. Le quali querele tutte si riducevano a questo : cioè, che il duca era crudelissimo verso li cittadini e inverso li sudditi per gastigare ogni minima cosa severissimamente, e per esercitare, mediante li sua ministri, nuovi ed atroci supplizi : perché egli era ingiusto a distribuire li magistrati, dandone molti a’ forestieri ed a’ preti contro al costume della civiltà, come quello che desiderava di spegnere affatto ogni vestigio di vivere politico, come ancora nelle apparenze aveva ridotto, non usandosi più abiti civili, ma andando vestiti li cittadini con le cappe e con li abiti corti, con ciò sia che dalli sua familiari fussino scherniti quelli, che portavano più in capo il cappuccio, portatura de’ cittadini vecchi : e che di più nel dominio egli aveva messo gravezze insopportabili contro a ogni lor patto, tenuto con la città, ed osservato fino a quel tempo. E questo aveva fatto non per alcuna cagione necessaria, ma per superflua, e da consumarsi in delizie e spese senza alcun frutto, ché egli era libidinoso : e di questo ne adducevano esempi di molte nobili famiglie svergognate nell’onore delle donne, e di più monasteri vituperati, di sforzamenti fatti la notte nella città con suo gran vituperio. Ed ultimamente lo dannavano, come venefico, ed ammazzatore d’uomini di sua mano propria, con l’esempio di Giorgio Ridolfi, e con quello della Luisa figliuola di Filippo Strozzi. per le quali tutte empie e scellerate azioni del duca, pregava l’imperatore a non volere congiugnergli in matrimonio la figliuola, ed a non voler mantenere nella città per signore sì brutto e sì abominevol mostro45.

51Segni n’ayant pas été témoin des événements sa version est sujette à caution. Il est probable qu’il confonde l’Orazione a Carlo V de Iacopo Nardi avec un autre discours que Filippo Parenti a effectivement adressé à cette époque à Charles Quint par l’intermédiaire du marquis Del Vasto.

  • 46 Agenore Gelli, dans son édition des Istorie de Nardi, Firenze, Le Monnier, 1858, vol. II, « Avverti (...)
  • 47 I. Nardi, Orazione a Carlo V, in Orazioni scelte del secolo XVI, G. Lisio (éd.), Firenze, Sansoni, (...)
  • 48 Querele dei fuorusciti fiorentini, op. cit., p. 331-395.

52L’un des éditeurs de l’Orazione, Agenore Gelli, l’a cependant attribuée à Filippo Parenti46. Il faut donc ajouter que le résumé que Bernardo Segni donne du discours correspond bien aux différents thèmes abordés à Naples par les exilés florentins, mais qu’il diffère en plusieurs points au texte de l’Orazione a Carlo V. D’une part, l’Orazione ne commence pas par des excuses demandées à l’empereur pour avoir fait la guerre contre lui et ne suit pas le plan rapporté par Segni dans ses Istorie fiorentine : dans un premier temps, l’auteur montre l’injustice du sort réservé à Florence et en particulier aux exilés, avant de chercher à convaincre l’empereur qu’il lui serait plus utile et plus honorable que la république florentine ne soit pas ainsi détruite47. D’autre part, l’Orazione ne donne pas d’exemples nominatifs des injustices subies par les citoyens, contrairement à ce que fait Bernardo Segni. Sur ce dernier point, Segni pourrait d’ailleurs confondre le texte de l’Orazione avec les rapports écrits que les exilés durent par la suite transmettre à Charles Quint à sa demande, et qui sont réunis dans les Querele dei fuorusciti fiorentini48.

53Giovan Battista Busini, l’un des exilés, affirme qu’en fait deux hommes, Iacopo Nardi et Filippo Parenti, avaient été chargés de préparer un discours à exposer à l’empereur, et que Nardi aurait finalement été préféré en raison de son ancienneté et des soupçons qui pouvaient alors peser sur la loyauté du second :

  • 49 Giovan Battista Busini (Ferrare) à Benedetto Varchi (s. l.), 25 octobre 1562, in Lettere di Giovamb (...)

giunti a Napoli, parve loro che un fuoruscito del popolo parlasse all’Imperadore in nome del comune ; poi loro praticherebbono con duoi e altri de’ principali ministri dell’Imperadore. E così il Nardi e Filippo Parenti feciono una orazione per uno, ma parve che Iacopo per la vecchiaia fusse più al proposito che parlasse ; avendo un poco, come ho detto, a sospetto Filippo per la pratica che teneva in Roma coll’arcivescovo di Capua monsignor fra Niccolò. E così venendo l’imperadore una domenica mattina dalla sua stanza di Castello per ire alla messa nella cappella ; al principio del cortile, ciò è a piè della scala donde era sceso, gli si fece incontra il Nardi con tutti i fuorusciti del popol grasso, come dice egli, lo fermò col suo parlare, il quale durò da una ora, e lo Imperadore così ritto, come era, l’ascoltò attentamente : poi andò alla messa, e loro a casa. La quale orazione egli ne dètte poi copia a me e ad altri : ma ora non so chi l’abbia, da lui in fuori. Si cominciò poi a praticare questa faccenda per iscrittura49.

54Le témoignage de Busini confirme celui de Giovanni Agnello et donne un élément permettant d’expliquer au moins en partie le mécanisme qui a favorisé la confusion dans l’attribution de l’Orazione a Carlo V. Il apparaît en effet que, si Nardi en est bien l’auteur, il y avait d’abord eu hésitation sur le choix de la personne.

55Ce fait est confirmé par les récits de Iacopo Nardi et Benedetto Varchi, bien que ni l’un ni l’autre ne mentionne Filippo Parenti. Dans ses Istorie, Iacopo Nardi affirme avoir lui-même été désigné, non pas avec Filippo Parenti mais avec Antonfrancesco degli Albizzi, pour parler à l’empereur. Antonfrancesco degli Albizzi ayant prétexté son mauvais état de santé, seul Nardi aurait alors prononcé le discours en question devant Charles Quint :

  • 50 I. Nardi, Istorie, op. cit., vol. II, l. X, p. 267-269.

per meglio esprimere le miserie della nostra città e riducerla in compassione a quella maestà con la presenza di tanti cittadini, parve cosa opportuna che i fuorusciti in lor proprio nome andassero a supplicare unitamente a sua maestà, e così furono eletti e deputati a tale effetto di comune consentimento di ognuno, Antonfrancesco degli Albizzi e Iacopo Nardi, a’ quali fu constituto dagli agenti imperiali il giorno determinato. Ma Antonfrancesco impedito da certo suo accidente di catarro, non possette accettare l’impresa ; tuttavia però promettendo a Iacopo, che spesse volte incitandolo con grande instanza nel pregava da parte de’ cardinali e del vescovo di Santes (e degli altri cittadini non fuorusciti ne lo pregavano), che sentendosi alquanto migliorato, all’ora constituta non mancherebbe.
In questo poco spazio di tempo giunse in Napoli il duca Alessandro […]. Per la qual cosa, e perché il sopra detto Alessandro era andato a vicitare come propria sua sposa la figliuola dell’imperadore, ne avevano preso i sopra detti fuorusciti grandissimo sbigottimento […] ; sì che finalmente il giorno deputato vi si condussero, ma non potendo rappresentarsi Antonfrancesco, il sopra detto Iacopo il giorno costituto, accompagnato da gran numero di fuorusciti […]. Ma egli [Carlo V] fermandosi, e umanamente accennando che si levassero in piè, e esortati da’ personaggi circustanti, cominciò il sopra detto Iacopo a parlare in questa forma50.

56La version de Benedetto Varchi est presque identique. Selon lui, dans un premier temps, seul Antonfrancesco degli Albizzi aurait été désigné par les exilés pour parler en leur nom, mais il aurait prétexté une maladie pour ne pas avoir à le faire et ne pas risquer de s’aliéner le camp impérial. C’est alors seulement que Iacopo Nardi aurait été nommé pour le remplacer :

  • 51 B. Varchi, Storia fiorentina, op. cit., l. XIV, p. 378.

i fuorusciti ordinarono uno di loro che parlasse (sì come noi abbiamo detto) in nome di tutti all’imperadore, e di poi i cardinali e Filippo Strozzi trattassero la comun causa con Covos e cogli altri principali agenti della Cesarea Maestà ed era stato eletto da tutti per parlare allo imperadore Antonfrancesco degli Albizzi, il quale aveva risposto di non potere attendere altrimenti a favellare a Sua Maestà, perciocché egli si sentivva male ; e per far credere che così fosse com’egli aveva detto, si stette colla gola fasciata in casa insinattantoché Iacopo Nardi, a cui fu poi data la commissione di far l’orazione a Cesare, ebbe ragionato seco ; perché Antonfrancesco, il quale non cercava altro se non d’acquistare credito quanto egli poteva più cogl’imperiali, e di mostrarsi amatore del ben comune di tutta la città, e senza passione alcuna o del duca, o de’ fuorusciti, il giorno che Iacopo Nardi parlò all’imperadore, s’andò per tutto Napoli a spasso, per dimostrare ch’egli non aveva voluto ragionare contro al duca Alessandro. […] Finalmente uscendo una mattina l’imperadore dell’udienza per andare alla messa, il Nardi se gli fece incontro ; perché Sua Maestà si fermò dritta per ascoltarlo, onde egli disse così51.

57Les témoignages de Iacopo Nardi – qui a directement vécu cet épisode et n’a pas l’habitude de se mettre en avant – et de Benedetto Varchi – qui a rassemblé et recoupé de nombreux témoignages parmi ceux qui se trouvaient à Naples, dans un camp comme dans l’autre – nous semblent plus fiables que celui de Bernardo Segni. On peut tenir pour établi que Filippo Parenti ou Antonfrancesco degli Albizzi, ou encore tous les deux, avaient été pressentis pour prononcer un discours devant l’empereur au nom des exilés et que, ceux-ci ayant refusé ou ayant été écartés, Nardi avait finalement été choisi pour cette tâche.

  • 52 Florence, Biblioteca Nazionale Centrale : Magl. XXV. 162.
  • 53 G. Lisio, « Notizia critica sui testi delle orazioni », in Orazioni scelte del secolo XVI, op. cit.(...)
  • 54 Florence, Archivio di Stato : C. Strozz., I, 95, 98 et 99.
  • 55 G. Lisio, « Notizia critica sui testi delle orazioni », art. cit., p. X-XI.
  • 56 Cette lettre est publiée par Agenore Gelli en appendice de son édition des Istorie de Iacopo Nardi (...)

58La tradition manuscrite reflète pourtant aussi une hésitation dans l’attribution de l’Orazione a Carlo V. Un manuscrit l’attribue à Giovanni Della Casa52, mais il s’agit d’une erreur puisque ce dernier se trouvait alors à Rome53. D’autres l’attribuent à Filippo Parenti54, mais Giuseppe Lisio remarque que ces attributions sont indiquées sur les manuscrits en question à une date postérieure à leur rédaction. Il émet aussi l’hypothèse vraisemblable que la confusion vienne du rapprochement accidentel dans les manuscrits entre l’Orazione a Carlo V et une lettre de Filippo Parenti adressée au marquis Del Vasto pour lui dédier un discours qu’il aurait effectivement écrit pour défendre la cause des exilés et destiné à Charles Quint55. Cette lettre évoque des thèmes semblables à ceux développés dans l’Orazione a Carlo V, mais elle annonce clairement un discours écrit et non la version rédigée d’un discours prononcé devant l’empereur56. La plupart des autres manuscrits attribuent ce discours à Iacopo Nardi ou, de façon générique, aux exilés florentins.

  • 57 L. Arbib, in I. Nardi, Istorie, op. cit., n. a, p. 272.

59L’examen des récits contemporains et de la tradition manuscrite permet de conclure que l’hypothèse la plus probable est que Iacopo Nardi ait écrit l’Orazione a Carlo V et l’ait exposée à l’empereur le 3 janvier 1536. L’idée que Filippo Parenti en soit l’auteur est à écarter. Lelio Arbib remarque que, si l’on peut estimer que Iacopo Nardi a sûrement exposé l’Orazione devant Charles Quint, il reste encore possible qu’Antonfrancesco degli Albizzi en soit l’auteur57. Cela nous semble cependant peu probable de la part d’un homme qui, si l’on en croit le récit de Nardi et de Varchi, faisait alors son possible pour ne pas intervenir dans cette affaire.

  • 58 Florence, Biblioteca Riccardiana: Ricc. 1527-1528.
  • 59 Ibid., fol. 328r-329v.
  • 60 Ibid., fol. 327v : « Se il popolo fiorentino ».
  • 61 L. Arbib, in I. Nardi, Istorie, op. cit., n. a, p. 272 ; G. Lisio, « Notizia critica sui testi dell (...)

60Dans le manuscrit original contenant le livre X des Istorie58, Nardi interrompt la narration au moment d’intégrer le discours, et laisse plusieurs pages blanches59, n’indiquant que les premiers mots du discours lui-même60, lesquels ne correspondent à aucune des versions de l’Orazione a Carlo V. On ne peut que constater cette contradiction et envisager, comme Lelio Arbib et Giuseppe Lisio, qu’il ait encore existé une autre version de ce texte qui ne nous soit pas parvenue61.

  • 62 B. Varchi, Storia fiorentina, op. cit., l. XIV, p. 378-381. À ce sujet, voir L. Arbib, in I. Nardi, (...)
  • 63 G. Lisio, « Notizia critica sui testi delle orazioni », art. cit., p. VIII.

61Dans sa Storia fiorentina, Benedetto Varchi dit reproduire les propos de Nardi, mais s’il en donne la teneur, il réécrit le discours et lui donne ainsi une autre forme62. Selon Giuseppe Lisio, Varchi se serait plutôt inspiré ici du Discorso fatto in Napoli contro quelli i quali dissuadevano l’imperatore Carlo V dalla restituzione della libertà alla città di Firenze63.

  • 64 Ibid., p. VIII-XI.
  • 65 Florence, Archivio di Stato : C. Strozz., I, 98, fol. 4r-13r.

62Enfin, Giuseppe Lisio a montré qu’il existe trois versions de l’Orazione a Carlo V64. La première s’adresse à l’empereur à la deuxième personne du singulier. La deuxième reprend la première, en la transposant à la deuxième personne du pluriel et en introduisant ajouts et corrections. Il pourrait donc s’agir d’une version postérieure revue par l’auteur. La troisième version, pour laquelle nous ne disposons que d’un exemplaire manuscrit65, ne diverge de la deuxième que pour quelques passages : Giuseppe Lisio pense donc qu’il peut s’agir d’une rédaction intermédiaire entre les deux autres.

  • 66 C’est le cas, par exemple, du manuscrit Panciat. 116 de la Biblioteca Nazionale Centrale de Florenc (...)

63On peut en conclure que, dans les années qui suivent la querela de Naples, d’anciens exilés, dont Iacopo Nardi, recueillent les lettres et les discours qu’ils avaient élaborés collectivement mais dont la rédaction finale et la présentation avait pu être confiée plus particulièrement à l’un ou l’autre d’entre eux. Le nombre de copies de ces recueils, que l’on retrouve aujourd’hui aussi bien à Florence ou à Venise qu’à Rome, montre que les Florentins ont entretenu la mémoire de cet épisode et, aux XVIIe et XVIIIe siècles, des copies de ces discours sont inclues dans des recueils non spécifiquement consacrés au combat des exilés pour la liberté mais plus généralement à l’histoire de Florence66.

  • 67 Éd. in I. Nardi, Istorie, A. Gelli (éd.), op. cit., vol. II, p. 335-374.

64Benedetto Varchi en particulier a sollicité les exilés afin qu’ils lui transmettent des copies de ces documents qu’il a utilisés dans sa Storia fiorentina, en les réélaborant cependant suivant des critères littéraires. Certains exilés eux-mêmes ont pu les utiliser non seulement comme des éléments de mémoire mais en les intégrant à un projet historiographique. C’est le cas de Galeotto Giugni, qui écrit une Narrazione del processo della causa agitata appresso la Cesarea Maestà e suoi Agenti per la ricuperazione della libertà di Fiorenza, per li Reverendissimi Cardinali Salviati e Ridolfi, e fuorusciti fiorentini, e altri amatori della patria nobili fiorentini67, dans laquelle il intègre les textes de la querela proprement dite à un récit du séjour napolitain des exilés.

  • 68 Ricc. 2022 et Conv. sopp. J. v. 24.
  • 69 I. Nardi, Istorie, op. cit., vol. II, l. X, p. 254-256, 258-262.

65Iacopo Nardi lui-même intègre de diverses manières les discours des exilés dans son œuvre historiographique. Nous savons qu’il les conserve dans au moins deux recueils manuscrits68, annotés de sa main et manifestement copiés après l’époque de la querela. Il s’y réfère comme à une source lorsqu’il écrit les Istorie della città di Firenze, et intègre certains documents tels que la réponse de Charles Quint aux envoyés de Barcelone ou un échange de lettres entre les exilés et le cardinal Hippolyte69. Il donne à ces textes la valeur de preuves et les utilise aussi pour frapper l’imagination du lecteur.

  • 70 Voir les Istorie, op. cit., vol. II, l. X, p. 297-305, où Iacopo Nardi reprend des passages de la N (...)

66Ce mécanisme est manifeste dans le récit de la querela proprement dite. Contrairement à Benedetto Varchi, Nardi sacrifie rarement à la coutume rhétorique d’introduire des discours dans le fil du récit. L’Orazione a Carlo V qui est publiée dans l’édition de 1838-1841 des Istorie est en fait introduite par l’éditeur Lelio Arbib, à partir des recueils manuscrits des discours politiques des exilés. Surtout, lorsque Nardi évoque les Querele dans ses Istorie, il ne les rapporte pas en entier et n’essaie pas non plus de les réécrire pour les rendre conformes aux conventions littéraires. Pour raconter cet épisode, il reprend en fait, souvent mot pour mot, le récit de Galeotto Giugni, mais ne rapporte en général que le début de chacune des Querele70. Nardi n’hésite pas, pour décrire l’enchaînement des événements, à utiliser directement l’œuvre d’un autre. Cependant, alors que chez Galeotto Giugni la narration sert avant tout à introduire et à situer chacune des Querele, Nardi s’attache à la trame du récit et à l’enchaînement des faits. Il renonce ainsi à mettre en avant et à développer la dimension rhétorique de l’opposition entre liberté et tyrannie, qui est très présente dans ces textes. Les passages des Querele qu’il cite ont explicitement le statut de documents attestant de l’attitude de l’un et l’autre parti.

67Dans les Istorie, Nardi va cependant au-delà de l’œuvre de mémoire. Il intègre en fait à son projet historiographique la logique même qui sous-tend les discours des exilés. Dans ces textes en effet, la nécessité de démontrer la légitimité de la cause des partisans du régime républicain conduit à retracer l’histoire des gouvernements populaires et médicéens en donnant de la liberté une interprétation tributaire des nouveautés institutionnelles amenées par la création du Grand conseil en 1494 et celle du principat en 1532. Et c’est bien ce que fait Nardi dans les Istorie. L’épisode de la querela est un tournant dans la pratique politique et littéraire de Iacopo Nardi : la situation nécessite de sa part une prise de position nette et l’oblige, avec les autres exilés, à construire un discours politique qui intègre les nouvelles données de la crise florentine. Il en découle une interprétation de la liberté républicaine qui se veut traditionnelle mais qui est en fait une réinterprétation univoque d’une réalité ambivalente. Étant donné que Nardi refuse, après l’échec diplomatique et militaire des exilés, d’entériner la nouveauté du principat, la matrice intellectuelle de son œuvre historiographique reste celle des discours des exilés entre 1534 et 1536.

  • 71 L. Polizzotto, The Elect Nation. The Savonarolan Movement in Florence 1494-1545, Oxford, Clarendon (...)

68Avant de partir de Naples, le 20 février 1536, Iacopo Nardi et Galeotto Giugni présentent une supplique sous forme d’exposition du psaume Verba mea auribus percipe à Ferrante d’Alarcon, gouverneur du Castel Nuovo de Naples, qui promet de la transmettre à l’empereur. Ce texte, intitulé Esposizione del Salmo V « Verba mea auribus percipe », est attribué à Nardi dans la tradition manuscrite et compté parmi ses discours politiques. Qu’il en soit spécifiquement l’auteur ou seulement l’un des concepteurs, Nardi se rattache par ce texte à la tradition savonarolienne. En mai 1499, à la suite de la condamnation et du supplice de Savonarole, l’un des frères de saint Marc, Simone Cinozzi, avait déjà publié anonymement un commentaire du cinquième psaume, dans lequel il accusait Florence et le pape d’être responsables de la mort du frère ferrarais. Selon Cinozzi, Savonarole était l’instrument choisi par Dieu pour la réforme de la cité et de l’Église, ce dont sa persécution même était la preuve. Il appelait donc de ses vœux la renaissance du mouvement savonarolien et, selon Lorenzo Polizzotto, ce texte a effectivement eu une grande importance dans la conscience des partisans de Savonarole71.

69De la même manière que la mort du frère ferrarais avait désorienté ses partisans et suscité de la part de Cinozzi un acte de foi dicté par une conviction prophétique, on constate que Iacopo Nardi et une partie des exilés, devant l’échec des négociations de Naples, ne voient d’espoir que dans une conception providentialiste de l’histoire, qui trouve sa justification dans la prédication de Savonarole. L’Esposizione de Nardi se distingue nettement des autres discours de 1534-1536 en ce qu’il ne s’agit pas là d’argumenter juridiquement mais de supplier l’empereur de rendre justice aux exilés en tant que représentant de Dieu sur terre. Nardi ne se réfère pas explicitement à l’Expositione de Cinozzi, mais l’héritage savonarolien est constamment présent dans l’ensemble des discours des exilés et le contexte de rédaction des deux commentaires au psaume V est assez semblable pour qu’un parallèle puisse être établi entre eux. Pour Nardi et les autres partisans du Grand conseil, qui voient dans la réforme savonarolienne l’un des fondements de la liberté républicaine, la référence à l’annonce prophétique de l’accomplissement des prédictions du frère ferrarais devient naturelle. Dès lors, le temps de la réforme ne correspond plus au temps de l’histoire.

Top of page

Notes

1 Discorso fatto in Venezia contro i calunniatori del popolo fiorentino, in I. Nardi, Vita di Antonio Giacomini e altri scritti minori, C. Gargiolli (éd.), Firenze, Barbèra, 1867, p. 227.

2 Ibid., p. 238 : « dal 1530 a questo presente anno 1531 ».

3 Ibid., p. 289-292.

4 Ibid., p. 289 : « Piaccia al misericordioso Dio ispirarlo e illuminarlo, acciocché egli in questo estremo della sua vita operi in tal modo che e’ provegga alla salute dell’anima, e ancora, se fusse possibile, recuperi la fama in questo mondo ; la qual Sua Santità lascerà tanto denigrata e brutta, non restituendo la libertà alla sua patria » ; ibid., p. 309-310 : « Ben mi confido che dopo la morte di Clemente si conoscerà molto più manifestamente quanto quel popolo ami la libertà, e abbi in odio la tirannide : e non solo apparirà universalmente questa disposizione, ma principalmente si dimostrerà in coloro che sono per affinità congiuntissimi al sopradetto Alessandro ».

5 Ibid., p. 290 : « insino a questo dì 20 di settembre ». Cette datation est celle proposée par A. Pieralli, La vita e le opere di Iacopo Nardi, Firenze, Civelli, 1901, vol. I, La biografia e le opere minori (unique vol. publié), n. 1, p. 88.

6 I. Nardi, Discorso fatto in Venezia contro i calunniatori del popolo fiorentino, op. cit., p. 248.

7 Ibid., p. 250-251.

8 Ibid., p. 251-253.

9 I. Nardi, Istorie della città di Firenze, Lelio Arbib (éd.), Firenze, Società Editrice delle Storie del Nardi e del Varchi, 1838-1841, vol. II, 1. IX, p. 234. Sauf indication contraire de notre part, c’est dans cette édition que nous citerons les Istorie de Iacopo Nardi. Voir aussi B. Varchi, Storia fiorentina, in Opere, Milano, Presso l’Ufficio Generale di Commissioni ed Annunzi, s. d., vol. I, 1. XII, p. 322 : « È ancora da sapere, che i confinati sperando se non iscioccamente, certo vanamente di dover essere rimessi, osservarono con incredibile disagio e spesa e pazienza i confini : ma fornito il tempo, furono riconfinati tutti e quasi tutti in luoghi più strani e più disagiosi che prima ; per lo che da pochissimi in fuora, rotti i confini, caddero nelle pene, e alla fine diventarono ribelli : al che fare furono non meno sforzati che invitati ».

10 I. Nardi, Discorso fatto in Venezia contro i calunniatori del popolo fiorentino, op. cit., p. 251.

11 Ibid., p. 251-252.

12 Ibid., p. 252-253.

13 Voir en particulier, ibid., p. 247, 266, 282 : « L’anno 1494 Piero di Lorenzo de’ Medici capo dello Stato, essendo la città infastidita del suo ingiusto governo e de’ suoi tirannici costumi, fu cacciato dalla città insieme co’ fratelli, in su la occasione della venuta in Italia di Carlo VIII re di Francia, il quale andava allo acquisto del reame di Napoli » ; « Ma [nel 1512] loro [i Medici] non stando contenti allo essere ripatriati e restituiti ne’ beni, come avevano promesso, volsero tornare alla usata tirannide » ; « Ma egli, [nel 1530] in cambio di gratitudine, ha pagato tanto beneficio con la ruina di quella, e con sottoporla alla iniqua tirannide ».

14 Ibid., p. 299.

15 Ibid., p. 269-270.

16 Ibid., p. 269 : « E oltre li sopraddetti duoi decapitati furono presi e sostenuti Niccolò Valori, Giovanni Folchi e Niccolò Machiavelli e altri molti, de’ quali alcuni furono confinati in carcere, e gli altri senza dubbio sariano capitati male, se non fussi immediate sopraggionto il papato del cardinale de’ Medici papa Leone X, mediante il quale i sostenuti furono liberati ».

17 Ibid., p. 296-297.

18 Ibid., p. 297.

19 N. Machiavelli, Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio, F. Bausi (éd.), Roma, Salerno Editrice (Edizione nazionale delle opere di Niccolò Machiavelli, I. 2), 2001, I, 9, 14, vol. I, p. 65-66 : « Potrebbesi dare in sostentamento delle cose soprascritte infiniti esempli, come Moises, Licurgo, Solone, e altri fondatori di regni e di republiche, e quali poterono, per aversi attribuito una autorità, formare leggi a proposito del bene comune ; ma gli voglio lasciare indietro, come cosa nota ».

20 I. Nardi, Discorso fatto in Venezia contro i calunniatori del popolo fiorentino, op. cit., p. 308-309.

21 Ibid., p. 309-310.

22 Ibid., p. 308-309.

23 Ibid., p. 310.

24 Ibid., p. 282-283.

25 Ibid., p. 310 : « La qual cosa dimostrerà che tutto quello, che fussi paruto per il passato contrario a quanto io ho detto, è proceduto piuttosto dalla necessità che dalla volontà, come altra volta abbiamo ragionato, e si potrà meglio dichiarare ».

26 Éd. in I. Nardi, Vita di Antonio Giacomini e altri scritti minori, op. cit., p. 203-226.

27 Dans une lettre à Benedetto Varchi, Nardi appelle, de façon symétrique, les exilés spicciolati et minori : Iacopo Nardi (Venise) à Benedetto Varchi (s. l.), 1er août, éd. in G. Polverini, Lettera di Iacopo Nardi a Benedetto Varchi, Firenze, Tipografia all’insegna di S. Antonino (Nozze Marzichi-Lenzi / Pistoi-Roncioni), 1869, p. 9.

28 Iacopo Nardi (Venise) à Benedetto Varchi (s. l.), 1er août, cit., p. 9 : « trovandosi poi in Roma quelli [fuorusciti] che poterono, dove andai di dicembre 1534, et cominciando quegli Maggiori che sapete a scoprirsi, et adoperare con uno al duca Alessandro, s’accozzarono con essi, et convennero che si dovesse mandare oratori a Sua Maestà a chiedere, che dovesse rendere la libertà alla città, secondo che si diceva di conservarla ne’ capitoli fatti nello accordo di Firenze. Et questa era la domanda di tutti, perché altra querela non si poteva trovare, né altra ingiustizia allegare, che tale inosservanza de’ capitoli. Nondimeno gli appetiti erano diversi, perché gli Spicciolati (che così gli chiamarò) tutti volevano, non solo la remozione d’Alessandro, ma la restituzione del medesimo scudo della libertà. Ma quale fusse il governo di questa libertà, che si domandava per tutti non convenivano. Di modo che nella contesa di dividere questa pelle dell’orso non ancora preso, si consumò il resto del verno, et gran parte della state seguente, in molte controversie e dispute ; perché gli Spicciolati non havevono danari, né il modo di mandare a Sua Maestà a domandare la preoccupata libertà ; et anche non pareva loro ben fatto a separarsi da quegli che usavano il medesimo titolo, et non volevono però consentire che essi mandassero eglino a domandare un governo secondo la propria volontà ».

29 I. Nardi, Istorie, op. cit., vol. II, l. X, p. 248.

30 Iacopo Nardi (Venise) à Benedetto Varchi (s. l.), 1er août, cit., p. 9 : « in quel tempo lo amico vostro [Iacopo Nardi] si trovava talora a negoziare per due de’ suoi compagni in loro assenza, o come procuratore o come per qualche tempo commessario ; et a lui solo furono dati ducati 400 per mandare i mandati de’ fuorusciti, che da loro non havevono un soldo : et però fu necessario d’acconsentire di mandare in quel modo che si mandò per fare pure qualche cosa ; et così di fare l’instruzione, che in somma et con brevità vi manderò ».

31 Ibid. : « Possovi pertanto dire con brevità, et per capita senza una ordinata et esatta narrazione, quelle cose che vi seguirono, consumando più tosto il tempo quel verno e la state in dispareri et controversie, che alcuna azione utile per la causa loro. Le quali cose per la diversità degli humori che vi apparirono, sarebbe meglio dimenticare et occultare, che mantenere vive nella memoria de’ futuri tempi, con ciò sia cosa che si mostrasse in alcune persone più tosto l’odio del Principe, et forse desiderio maggiore di mutarlo che di levarlo. Onde si perse il tempo e la reputazione appresso di chi conveniva acquistarla e mantenersela, come fatto si sarebbe, se tra piccoli et grandi si fusse veduta l’unione ; ché pareva che discordassero ne’ primi principii […]. Essendo pertanto i fini di queste parti diversissimi, le contese furono lunghe, et grandissima difficultà nel fare le instruzioni et dare le commissioni, et pensare come havessero a procedere sul fatto, perché non paressero contrarii, come in fatto erano. Iddio ci perdoni ».

32 I. Nardi, Istorie, op. cit., vol. II, l. X, p. 247 : « È ben vero che mossi dall’esempio delle cose passate, pareva che [i fuorusciti] poco confidassero nella fredda benevolenza del re [di Francia], e più tosto fussero allettati da una certa buona oppenione che allora si aveva della giustizia e bontà dell’imperadore, la quale era celebrata e magnificata non solamente dagli Imperiali per affetto, ma eziandio in pubblico da’ predicatori, e privatamente da molti religiosi, de’ quali i creduli fuorusciti particularmente cercavano lo aiuto e il favore, e noi per sperienza anche lo sappiamo ».

33 Sur les prises de contact entre Français et exilés florentins, voir P. Cosentino et L. De Los Santos, « Un nuovo documento sul fuoriuscitismo fiorentino : undici lettere inedite di Luigi Alamanni a Filippo Strozzi (aprile 1536-febbraio 1537) », Laboratoire italien, 1, 2001, p. 141-148.

34 L. Strozzi, Vita di Filippo Strozzi, in G.-B. Niccolini, Filippo Strozzi. Tragedia, Firenze, Felice Le Monnier, 1847, p. LXXVI-LXXVII ; I. Nardi, Istorie, op. cit., vol. II, l. X, p. 251-254 ; B. Varchi, Storia fiorentina, op. cit., l. XIV, p. 369-370. Voir aussi Iacopo Nardi (Venise) à Benedetto Varchi (s. l.), 1er août, cit., p. 9 : « La qual cosa mostrava che ei non fusse minore la differenza che avevano gli Spicciolati negli strumenti che si havevono ad operare, che la differenza della oppenione, o vero del proposito de’ Maggiori da’ Minori. Perché gli Minori volevono domandare la libertà, et il medesimo governo del tempo di quella, dicendo che Alessandro aveva prevenuto il giudizio di Sua Maestà con la violenza et col parlamento, senza aspettare la ordinazione del governo che doveva fare Sua Maestà, et desideravano che i loro oratori esseguissero tale commessione efficacemente et fedelmente. I Maggiori viceversa volevano che in luogo d’Alessandro fusse dato il governo ad Ippolito reverendissimo Cardinal de’ Medici ; allegando che così Sua Maestà conservarebbe la fede data alla santità di Papa Clemente di mantenere i Medici in Firenze ; sadisfarebbe circa alla libertà allo universale, perché governerebbe civilmente come havevano fatto i suoi antinati, et non con quella violenza che faceva Alessandro né scontentezza della città ».

35 Ibid. : « Questi scrissero di molte lettere a diversi personaggi et agenti dello Imperadore, ch’erano in Italia ».

36 Florence, Biblioteca Nazionale Centrale, Conv. sopp. J. v. 24, fol. 10r-18v.

37 Selon Benedetto Varchi, le texte de l’instruction donnée aux représentants des exilés a été copié par Iacopo Nardi lui-même. B. Varchi, Storia fiorentina, op. cit., l. XIV, p. 372 : « [Antonio Berardi] mostrò a Iacopo Nardi la istruzione che gli ambasciadori de’ fuorusciti avevano avuta, quando andarono in Barzellona, la quale era scritta di mano propria d’Iacopo Nardi ». Varchi se fie ici au témoignage de Giovan Battista Busini dans la lettre qu’il lui adresse le 25 octobre 1562 ; voir Lettere di Giovambattista Busini a Benedetto Varchi sopra l’assedio di Firenze corrette ed accresciute di alcune altre inedite, Gaetano Milanesi (éd.), Firenze, Felice Le Monnier, 1860, p. 259 : « Antonio Berardi mostrò al Nardi la istruzione loro di sua mano ».

38 I. Nardi, Istorie, op. cit., vol. II, l. X, p. 256-258 : « La soprascritta risposta [di Carlo V] satisfece poco a’ nostri maggiori, parendo che la fusse molto generale, e manco a’ fuorusciti, ma sopra tutto ne fu poco contento il cardinale Ippolito, il quale, come impaziente che egli era, giudicando che la tiepidezza degli altri non fusse a proposito suo, si deliberò di trasferirsi in Barberia, ove si sperava che la impresa avesse in breve tempo a succedere felicemente a sua Maestà. Altri credevano che egli, disperandosi di prevalere alla grazia di Alessandro appresso all’imperadore, disegnasse di andare a trovare sua maestà, perché lo riconciliasse con detto Alessandro, e egli particolarmente ne fusse riconosciuto con beneficii, come deditissimo servidore di quella maestà. […] Avendo fatto cotale deliberazione di passare in Affrica, qualunque si fusse il suo movimento, si volle servire della reputazione de’ fuorusciti e farsi lor capo, come più volte promettendo e gloriandosi aveva usato di dire ; e prima a bocca, e poi per lettere […] ne aveva tentato i procuratori de’ fuorusciti […], e da’ medesimi procuratori gli era stato offerto e promesso ogni loro opera per esaltazione del prefato cardinale, e di già lo avevano in pubblico consiglio de’ fuorusciti, in gran numero ragunati, eletto per loro principale capo e singular protettore, e curatore della libertà della patria, e a quello effetto avevano deputati sei de’ loro cittadini che gli tenessero compagnia ». Voir aussi Giuseppe E. Moretti, « Il cardinale Ippolito de’ Medici dal trattato di Barcellona alla morte (1529-1535) », Archivio Storico Italiano, XCVIII, 1940, p. 166-178.

39 Les textes de la querela sont édités dans : Querele dei fuorusciti fiorentini, in F. Guicciardini, Opere inedite, Giuseppe Canestrini (éd.), Firenze, M. Cellini e comp., 1863, vol. IV, p. 331-395.

40 L. Strozzi, Vita di Filippo Strozzi, op. cit., p. LXXXV : « Fu di ciò data la cura a messer Salvestro Aldobrandini, dottore di legge, il quale molto accuratamente distese le ragioni della pubblica causa, facendo il principale fondamento sopra la capitulazione di don Ferrante, che largamente promesse salvare la libertà » ; B. Segni, Istorie fiorentine dall’anno 1527 al 1555, G. Gargani (éd.), Firenze, Barbèra, Bianchi e Comp., 1857, l. VII, p. 291 : « Iacopo Nardi, componendole in ordine, per parte di tutti le presentò al gran segretario Covos ».

41 Ce discours est édité in Vita di Antonio Giacomini e altri scritti minori, op. cit., p. 338-395, sur la base du manuscrit Ricc. 2022 (fol. 116r-131v) de la Biblioteca Riccardiana de Florence.

42 Florence, Biblioteca Nazionale Centrale : Conv. sopp. J. v. 24, fol. 114r-125r.

43 Ibid., fol. 1r-7v et 8r-10r.

44 Giovanni Agnello (Naples) à Frédéric Gonzague, 3 janvier 1536, in G. Rebecchini, « Fonti mantovane sul conflitto fra Alessandro de’ Medici e i fuoriusciti fiorentini durante la visita a Napoli di Carlo V nel 1536 », Archivio Storico Italiano, 1998, III, p. 522-523.

45 B. Segni, Istorie fiorentine, op. cit., l. VII, p. 290-291.

46 Agenore Gelli, dans son édition des Istorie de Nardi, Firenze, Le Monnier, 1858, vol. II, « Avvertimento », p. I, et n. 1 p. 260. Il est suivi par A. Pieralli, La vita e le opere, op. cit., p. 104-105.

47 I. Nardi, Orazione a Carlo V, in Orazioni scelte del secolo XVI, G. Lisio (éd.), Firenze, Sansoni, 1897 (rééd. anast. avec une présentation de Gianfranco Folena, Firenze, Sansoni, 1957), p. 104.

48 Querele dei fuorusciti fiorentini, op. cit., p. 331-395.

49 Giovan Battista Busini (Ferrare) à Benedetto Varchi (s. l.), 25 octobre 1562, in Lettere di Giovambattista Busini a Benedetto Varchi, op. cit., p. 260-261.

50 I. Nardi, Istorie, op. cit., vol. II, l. X, p. 267-269.

51 B. Varchi, Storia fiorentina, op. cit., l. XIV, p. 378.

52 Florence, Biblioteca Nazionale Centrale : Magl. XXV. 162.

53 G. Lisio, « Notizia critica sui testi delle orazioni », in Orazioni scelte del secolo XVI, op. cit., p. XI.

54 Florence, Archivio di Stato : C. Strozz., I, 95, 98 et 99.

55 G. Lisio, « Notizia critica sui testi delle orazioni », art. cit., p. X-XI.

56 Cette lettre est publiée par Agenore Gelli en appendice de son édition des Istorie de Iacopo Nardi (vol. II, p. 375-377). Filippo Parenti s’exprime ainsi (ibid., p. 375) : « io Filippo Parenti, avengadio che il minimo de’ fuorusciti fiorentini, desideroso nondimeno porgere alla afflitta patria, in compagnia di molti che per lei s’affaticano, quegli aiuti che la mia piccola fortuna m’ha concessi, e co’ i quali il debile ingegno mio poter giovarle estima ; e con questo insieme dimostrare la divozione e affezione che alle particolari virtù porto di Vostra Eccellenza, ho a quella indirizzata una mia orazione composta in commendazione della nostra Repubblica, e alla Sacra Cesarea Maestà dedicata. Per cui quella supplichiamo che la città nostra le piaccia nella sua libertà rimettere, e noi alla patria restituire. La qual cosa, sì come a quella Repubblica fia salutifera e a noi grata, così a S. M. fia gloriosa e allo imperio per le ragioni che se ne assegnano utilissima ».

57 L. Arbib, in I. Nardi, Istorie, op. cit., n. a, p. 272.

58 Florence, Biblioteca Riccardiana: Ricc. 1527-1528.

59 Ibid., fol. 328r-329v.

60 Ibid., fol. 327v : « Se il popolo fiorentino ».

61 L. Arbib, in I. Nardi, Istorie, op. cit., n. a, p. 272 ; G. Lisio, « Notizia critica sui testi delle orazioni », art. cit., p. XI.

62 B. Varchi, Storia fiorentina, op. cit., l. XIV, p. 378-381. À ce sujet, voir L. Arbib, in I. Nardi, Istorie, op. cit., vol. II, l. X, n. a, p. 269.

63 G. Lisio, « Notizia critica sui testi delle orazioni », art. cit., p. VIII.

64 Ibid., p. VIII-XI.

65 Florence, Archivio di Stato : C. Strozz., I, 98, fol. 4r-13r.

66 C’est le cas, par exemple, du manuscrit Panciat. 116 de la Biblioteca Nazionale Centrale de Florence : copié au XVIIIe siècle, il est conçu comme un recueil de documents et de chroniques concernant l’histoire florentine et comprend, dans le deuxième des trois volumes, divers textes se rapportant à la querela des exilés.

67 Éd. in I. Nardi, Istorie, A. Gelli (éd.), op. cit., vol. II, p. 335-374.

68 Ricc. 2022 et Conv. sopp. J. v. 24.

69 I. Nardi, Istorie, op. cit., vol. II, l. X, p. 254-256, 258-262.

70 Voir les Istorie, op. cit., vol. II, l. X, p. 297-305, où Iacopo Nardi reprend des passages de la Narrazione de Galeotto Giugni (op. cit., p. 350, 363-365, 367, 371-373).

71 L. Polizzotto, The Elect Nation. The Savonarolan Movement in Florence 1494-1545, Oxford, Clarendon Press, 1994. C’est Polizzotto qui attribue ce texte à fra Simone Cinozzi.

Top of page

References

Electronic reference

Lucie De Los Santos, « Iacopo Nardi et les exilés florentins (1534-1537) : élaboration d’un nouveau discours républicain », Laboratoire italien [Online], 3 | 2002, Online since 07 July 2011, connection on 25 July 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/364 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.364

Top of page

About the author

Lucie De Los Santos

Lucie De Los Santos est A.T.E.R. à l’université de Caen, agrégée d’italien et ancienne élève de l’ENS Fontenay/St-Cloud. Ses recherches portent sur l’historiographie et le républicanisme florentins aux XVe et XVIe siècles, dans la continuité de sa thèse de doctorat soutenue en juin 2002 (Iacopo Nardi [1476-1563] : Biographie politique et écritures républicaines). Elle a publié l’édition française des Considérations à propos des « Discours » de Machiavel sur la première décade de Tite-Live de Francesco Guicciardini (Paris, L’Harmattan, 1997).

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page