Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

La Ragion di Stato dopo Meinecke e Croce. Dibattito su recenti pubblicazioni

Atti del seminario internazionale di Torino, 21-22 ottobre 1994, sous la direction d’Artemio Enzo Baldini, Genova, Name, 1999, 279 p., 17,04 euros
Romain Descendre
p. 181-186
Bibliographical reference

La Ragion di Stato dopo Meinecke e Croce. Dibattito su recenti pubblicazioni, Atti del seminario internazionale di Torino, 21-22 ottobre 1994, sous la direction d’Artemio Enzo Baldini, Genova, Name, 1999, 279 p., 17,04 euros.

Full text

1À l’origine de ce volume, le séminaire organisé à la Fondation Firpo de Turin en octobre 1994 entendait faire le point sur l’impressionnant renouveau des études sur la raison d’État depuis la fin des années quatre-vingt. Deux journées furent ainsi consacrées à quatre livres publiés dans quatre pays : Staat und Staaträson in der frühen Neuzeit. Studien zur Geschichte des öffentlichen Rechts de Michael Stolleis (Frankfurt a. M., Suhrkamp, 1990), From politics to reason of state. The acquisition and transformation of the language of politics 1250-1600 de Maurizio Viroli (Cambridge University Press, 1992), Ragion di Stato e Leviatano. Conservazione e scambio alle origini della modernità politica de Gianfranco Borrelli (Bologne, Il Mulino, 1993), et enfin Raison et déraison d’État. Théoriciens et théories de la raison d’État aux XVIe et XVIIe siècles, recueil d’articles publié sous la direction de Yves Charles Zarka (Paris, PUF, 1994). Chaque livre fait l’objet de deux présentations critiques, ainsi que d’une réponse de son auteur (ou responsable éditorial). En plus des neuf articles ainsi recueillis, Enzo Baldini signe une introduction qui rend compte de l’ampleur des recherches sur la raison d’État lors de la dernière décennie, et propose une bibliographie en fin de volume.

2Celle-ci n’est pas sans contribuer à l’intérêt de l’ensemble. Il s’agit de la bibliographie la plus complète à ce jour : sous le titre de « Ragion di Stato, Tacitismo, Machiavellismo e Antimachiavellismo tra Italia ed Europa nell’età della Controriforma. Bibliografia (1860-1999) », elle regroupe presque 400 titres et met ainsi à disposition des chercheurs un outil extrêmement précieux. Elle permet aussi de prendre la mesure de la très nette accélération des publications depuis 1987, la moitié des titres recensés ayant paru après cette date. Enzo Baldini en fait le constat dans son texte de présentation, et lie cette soudaine prolifération aux effets de la chute du mur de Berlin. L’affaiblissement des affrontements idéologiques, et surtout le spectacle de l’effondrement d’un empire auraient ainsi rendu nécessaire un retour aux problématiques de la raison d’État telles qu’elles se manifestèrent dès les débuts de sa théorisation, notamment chez les penseurs politiques italiens de la fin du XVIe siècle. Alors qu’ils avaient fait autorité pendant une très longue période, les jugements somme toute assez négatifs de Meinecke et de Croce (qui décelaient dans les traités de la ragion di Stato une pensée sans envergure et largement conservatrice) se trouvent ainsi remis en question par des études qui rendent justice à une littérature essentielle à la compréhension de la rationalité politique moderne.

3« Aujourd’hui il n’est plus possible de parler en termes scientifiques d’une générique et non plus définie Raison d’État, comme s’il s’agissait d’une problématique compacte, relativement stable et immédiatement identifiable dans des textes et des comportements politiques », souligne Baldini. Cette multiplicité inhérente à l’objet d’étude « raison d’État » est peut-être en partie à l’origine des différences d’approche importantes entre les quatre livres examinés. C’est là ce qui fait la richesse de ce recueil, mais peut-être aussi sa limite inévitable, d’autant que les contributions des différents intervenants sont très hétérogènes, qu’il s’agisse de la taille des articles ou de leur intérêt critique. En outre, les textes reproduits correspondent seulement aux communications prévues par les différents participants, et ne comportent malheureusement pas les interventions et les discussions qu’elles ont engendrées : le lecteur reste quelque peu sur sa faim, et le « débat » annoncé se trouve dans certains cas tronqué — surtout en ce qui concerne le livre de Viroli, dont on aurait aimé lire les réponses aux critiques multiples et détaillées adressées par Andreatta. L’ensemble a cependant pour immense qualité de dégager les problèmes interprétatifs et méthodologiques majeurs que posent aujourd’hui les discours de la raison d’État à l’histoire de la pensée. Surtout, au-delà même des livres dont ils font l’analyse critique, certains articles constituent des contributions extrêmement intéressantes sur la question, et trois d’entre eux méritent que l’on s’y attarde tout particulièrement.

4Parmi les questions méthodologiques, on retiendra surtout les limites et les dangers, trop évidents dans le cas de la raison d’État, d’une histoire des idées désincarnée qui ne prend pas la peine de réinsérer les concepts dans l’histoire politique et sociale des conflits qui ont rendu possible leur apparition. C’est là à la fois une idée partagée par la plupart des intervenants, l’une des raisons majeures des critiques que l’on peut adresser aux thèses de Viroli, et le motif d’une prise de distance nécessaire vis-à-vis du grand livre de Meinecke. Ce dernier point — le caractère caduc de l’historicisme de Meinecke — est démontré dans l’article que lui consacre M. Stolleis dans Raison et déraison d’État. Ce à quoi Diego Quaglioni répond qu’il ne suffit pas d’énumérer les manques du livre de Meinecke : il faut encore comprendre pourquoi c’est précisément à partir de ce livre que la raison d’État se met à constituer un problème. « L’œuvre de Meinecke tombe au moment culminant de la crise spirituelle de l’Europe moderne, la Krisis der Staatslehre, crise du droit public européen et, avec lui, du paradigme de la souveraineté, entre la négation et l’exaspération de la subjectivité du gouvernement qui caractérisent, respectivement, les doctrines de Kelsen et de Schmitt » : c’est là justement appliquer à la pensée de Meinecke elle-même un type d’analyse que Stolleis lui reproche de ne pas avoir mené. Quaglioni ajoute que la suite de l’histoire du XXe siècle n’a fait qu’accentuer cette crise de la souveraineté, qui explique encore, pour nous aujourd’hui, l’intérêt des recherches autour de l’histoire de la raison d’État.

5Ce qui nous mène à un point interprétatif important, que le recueil contribue à divers titres à mettre en relief, reflétant par là les apports de la critique récente : ce lien, à la foi indissoluble et conflictuel, entre raison d’État et souveraineté présente un caractère originel. On ne saurait voiler le rapport entre le discours historique de la raison d’État et l’histoire du droit public. La nécessité de comprendre la rationalité politique moderne dans l’articulation des arts de gouverner et des légitimations juridico-politiques est confirmée par la contemporanéité de l’apparition des théories de la souveraineté et de la raison d’État, et notamment dans les multiples liens qui unissent Botero et Bodin, et qui tout à la fois les opposent. À ce propos, poussant la logique de cette analyse, Gianfranco Borrelli fait même une suggestion très stimulante : en aval, on pourrait voir dans cette ambivalence de la raison politique occidentale l’origine de la distinction plus tardive entre le législatif et l’exécutif.

6Trois textes passionnants développent chacun à travers leurs critiques des questions de premier ordre : 1. le caractère collectif du discours politique de la raison d’État, et la nécessité d’une méthodologie adaptée (Senellart à propos de Stolleis) ; 2. le rapport de la raison d’État, et plus largement de la pensée politique occidentale du Moyen Âge et de la Renaissance, à deux grands types de discours : l’éthique politique de la civitas antique et la théologie chrétienne (Andreatta sur Viroli) ; 3. la situation du discours de la raison d’État au cœur de ce qu’on pourrait appeler une économie de la guerre et de la paix, au point d’articulation entre deux modèles : celui d’un État fondé sur la violence ou celui d’un État pacificateur (Zancarini à propos du recueil Raison et déraison d’État).

71. Dans son article « État, droit, raison d’État en Allemagne aux XVIe et XVIIe siècles, considérations sur le volume de Michael Stolleis », Michel Senellart met en valeur l’originalité de la démarche de Stolleis. Si celui-ci s’attache particulièrement à l’histoire de la raison d’État allemande, c’est en grande partie contre les quelques pages cinglantes de Meinecke, qui en faisait le « chapitre le plus ennuyeux de l’histoire de la pensée allemande ». C’était ne pas comprendre que ces textes sont faits de « chemins de langage », rendant impossible l’individualisation de grandes « œuvres » : « sa critique du point de vue de Meinecke s’accompagne d’un déplacement méthodologique capital, d’une histoire individualisante à une approche globalisante ». Ces textes doivent être analysés en termes de discours, impliquant donc une rhétorique particulière, une grammaire faite de lieux communs qui n’est pas pour autant « le symptôme d’un vide de pensée ». Reprenant toujours vie dans un contexte politique particulier, ces lieux communs se transforment en armes de lutte ou en termes fédérateurs. Ainsi de la formule célèbre de Lysandre sur le lion et le renard, reprise par Machiavel mais aussi par bien d’autres avant et après lui : elle sert d’une part le machiavélisme et l’anti-machiavélisme historiques, mais doit d’autre part être comprise dans le contexte de la naissance et de la consolidation de l’État moderne. La « raison d’État » elle-même, si l’on veut bien saisir la richesse de ses manifestations, doit être analysée comme un « chemin de langage » aux fonctions stratégiques. À cet égard, Senellart souligne la démonstration faite par Stolleis du rôle clef joué par Clapmar en Allemagne : il est celui qui a rendu possible l’insertion de la thématique de la raison d’État dans un monde protestant qui la refusait, en la « juridicisant » grâce à son articulation avec le concept bodinien de souveraineté et avec l’aristotélisme universitaire. Plus tard, c’est encore l’imbrication entre réalisme politique et juridisme qui caractérise les débuts modernes du droit naturel (Pufendorf). Le texte de Senellart s’attache ainsi à mettre en évidence comment le livre de Stolleis inverse radicalement la perspective de Meinecke : « alors que celui-ci cherchait à mettre au jour le mouvement par lequel la conscience historique s’était émancipée du formalisme juridique, M. Stolleis veut au contraire reconstituer la genèse du droit public à partir de la détermination empirique des conditions d’existence de l’État » : C’est à partir de là que l’on peut comprendre la portée critique, et non seulement historiographique, du travail de Stolleis : un travail qui rappelle de quelle manière l’État libéral moderne reste lié par de multiples fils à l’État de police absolutiste.

82. Le texte d’Alberto Andreatta, « A proposito di politica e ragion di Stato, riflessioni sul volume di Maurizio Viroli », est à la fois une critique sans concessions du livre de Viroli et une salutaire leçon d’histoire de la pensée politique. La thèse de l’auteur du livre, élève de Skinner et tenant du contextualisme anglo-saxon, n’est pas sans rapports avec celles de son maître : la raison d’État est le produit d’une révolution dans le langage de la politique, qui au cours du XVIe siècle abandonne les valeurs civiques humanistes d’une politique conçue comme gouvernement d’une communauté de personnes, réunie sous le règne de la loi et en vue du bien commun, et devient une élaboration du pur renforcement du pouvoir princier, où la fin justifie toujours les moyens. Selon Viroli, le parcours historique ainsi dessiné permet de contribuer au débat politique contemporain : il s’agit de promouvoir aujourd’hui un nouveau républicanisme qui se fonderait sur l’éthique politique de la civitas propre à l’humanisme civique.

9La critique d’Andreatta s’effectue en plusieurs temps. Du point de vue de la méthodologie historique tout d’abord, il met en évidence l’inadéquation entre la thèse soutenue par l’auteur et le découpage historique qu’il effectue : la révolution dont il s’agit concerne le XVIe siècle, dans son rapport à un XVe siècle dont on loue les valeurs exemplaires. Pourquoi donc adopter comme terminus a quo le XIIIe siècle ? Andreatta y voit le signe d’un vice de forme propre à l’ensemble du livre : la révolution annoncée est bien moins démontrée qu’affirmée, et sert à soutenir une thèse qui voit l’origine du langage moderne de la politique dans « la tradition cicéronienne des vertus politiques », et non plus, comme cela est communément admis, dans la renaissance de l’aristotélisme. Viroli laisse entendre que cette tradition, telle qu’elle est reprise par les théoriciens du gouvernement communal dès la première moitié du XIIIe siècle, rend possible une première autonomisation de la politique par rapport à la religion, et par là même ouvre la modernité. La critique d’Andreatta va alors s’attaquer aux thèses mêmes du livre. Interpréter les choses de la sorte, souligne-t-il, c’est délibérément faire l’impasse sur le rôle immense de la théologie et du droit canon dans l’élaboration du langage politique au Moyen Âge. C’est nier que l’autonomisation du politique passe par l’acquisition par le pouvoir temporel d’une sacralité proprement spirituelle, élaborée par les théologiens médiévaux. Cette histoire-là, qui lie indissociablement l’autonomisation du pouvoir à sa sacralisation, est brillamment retracée par Andreatta notamment à travers deux notions, la figure du roi législateur — du legis ictor du Policraticus de Jean de Salisbury au legis conditor de Gilles de Rome—, et l’élaboration de la personne juridique, dont les canonistes furent les principaux auteurs. S’il est décidément nécessaire de rappeler ces analyses, qui ne sont certes pas nouvelles (Kantorowicz fait toujours autorité en la matière), ce n’est pas seulement par intérêt pour la vérité historique, mais aussi afin de critiquer l’attitude consistant à fonder un positionnement théorique, dans le cadre d’un débat contemporain, sur la lecture forcée et tendancieuse d’une histoire vieille de plus de cinq siècles. D’autant que les problèmes d’interprétation que pose le livre de Viroli ne diminuent pas au fil des pages qu’il consacre aux XVe et XVIe siècles, même si Andreatta s’y attarde un peu moins. Il rappelle surtout qu’il est aujourd’hui impossible de comprendre ce que l’auteur décrit comme le passage de « l’art du gouvernement civil » à « l’art de l’État », à travers les œuvres de Machiavel et de Guicciardini, puis avec les théoriciens de la raison d’État, sans le lier au contexte des guerres d’Italie puis des guerres de religion. Et si, à la fin du XVIe siècle, l’État, sa conservation et son fonctionnement deviennent les points d’ancrage de la pensée politique, c’est parce qu’une crise épocale frappant les autorités ecclésiastique et étatique a rendu cette réflexion absolument nécessaire, et non pas en raison d’une progressive affirmation nocive d’un réalisme politique dont nous subirions encore aujourd’hui le joug.

103. À la suite d’une présentation complète par Diego Quaglioni des textes rassemblés par Yves Charles Zarka dans Raison et déraison d’État, Jean-Claude Zancarini s’arrête sur un point particulier mais néanmoins primordial des thèses défendues dans le cours de l’ouvrage. Il s’agit du concept d’État qui émerge des analyses de certains auteurs, et plus spécifiquement de l’article de Marcel Gauchet, « L’État au miroir de la raison d’État ». Zancarini entend relativiser l’idée selon laquelle, sur la base d’une contestation légitime de l’interprétation meineckienne d’un Machiavel « inventeur de la raison d’État » (voir le texte de C. Vasoli dans le recueil), on considère que l’on ne peut parler de « l’État moderne » qu’à partir des théoriciens français qui, après les guerres de religion, effectuent « la double distinction » de l’État « d’avec la communauté politique sur laquelle son autorité s’exerce et […] d’avec la personne des gouvernants » (Gauchet). Le défaut d’une telle interprétation réside dans la périodisation qu’elle implique, qui laisse dans l’ombre le rôle joué non seulement par Machiavel et Guicciardini, mais le sens même de la raison d’État catholique italienne. Car c’est là oublier un aspect essentiel de la naissance de l’État moderne : « la raison d’État pensée par les théoriciens contre-réformistes à cause des guerres civiles de religion en France visait aussi à recouvrir, à occulter une raison d’État pensée (et formulée au moins par l’un d’eux, Francesco Guicciardini) par les auteurs florentins pendant les guerres d’Italie et à cause de ces dernières, et cela parce qu’elle mettait à jour des caractères insupportables, indicibles, de l’État : sa violence, son absence de légitimité ». Les pas de géant effectués par la pensée politique italienne du XVIe siècle sont déterminés par la « necessità », par une conjoncture historique qui force à penser le rapport entre l’État et la guerre, l’État et la violence politique ; et on peut ajouter que c’est d’abord et avant tout dans ce contexte que s’épaissit la sémantique de l’État. Les textes cités dans l’article, de Machiavel à Boccalini, ne laissent aucun doute sur la pertinence de l’analyse. À tel point que l’on en vient à se demander s’il n’y aurait pas, au fond, quelque motif politique à ne pas vouloir en prendre aujourd’hui toute la mesure. Et peut-être est-ce aussi, a contrario, ce que Jean-Claude Zancarini entend suggérer en convoquant dans sa conclusion les figures de Marx et de Foucault, « le doigt du diable ». Dans ce recueil comme dans les autres, nombreux sont les textes qui soulignent à quel point il est important de reconduire la raison d’État de la fin du XVIe siècle à l’une de ses conditions de possibilité majeures, la théorie de la souveraineté. D’une certaine façon, Zancarini souligne qu’il est nécessaire de ne pas oublier que l’inverse est tout aussi vrai : ne réduire l’État qu’à sa théorisation juridico-administrative conduit à occulter la violence qui a présidé à sa naissance, et qui a pour une large part déterminé la (toujours) dérangeante modernité des pensées de Machiavel et de Guicciardini. Le refoulement de cette ambivalence n’est pas sans dangers : à travers l’interprétation de sa genèse, se joue le sens qu’il convient d’attribuer à l’État moderne, aujourd’hui encore.

11L’ambition de ce livre était d’offrir un outil critique et bibliographique utile à tous ceux que peut intéresser la résurgence des problématiques liées à l’interprétation de la raison d’État historique. L’ensemble est de ce point de vue une réussite. Mais il a aussi un intérêt plus large, puisqu’il montre à l’œuvre quelques unes des tendances et des méthodologies contemporaines majeures de l’histoire des idées politiques du XVIe et du XVIIe siècles.

Top of page

References

Electronic reference

Romain Descendre, « La Ragion di Stato dopo Meinecke e Croce. Dibattito su recenti pubblicazioni », Laboratoire italien [Online], 3 | 2002, Online since 07 July 2011, connection on 26 May 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/381

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page