Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Giambattista Vico, Principes d’une science nouvelle relative à la nature commune des nations

traduction par Alain Pons, Paris, Fayard, 2001, 560 p., 220 FF / 33,60 euros
Pierre Girard
p. 187-189
Référence(s) :

Giambattista Vico, Principes d’une science nouvelle relative à la nature commune des nations, traduction par Alain Pons, Paris, Fayard, 2001, 560 p., 220 FF / 33,60 euros.

Texte intégral

  • 1 De cet auteur, voir principalement : La formation de la pensée philosophique de Giambattista Vico, (...)
  • 2 De cet auteur, voir Vico et l’histoire, Paris, PUF, 1995.
  • 3 Paris, Nagel, 1953
  • 4 De l’antique sagesse de l’Italie, Traduction de J. Michelet, présentation et notes par B. Pinchard, (...)
  • 5 Vie de Giambattista Vico écrite par lui-même, Lettres, La méthode des études de notre temps, présen (...)

1L’état des études vichiennes en France a longtemps représenté un paradoxe. D’un côté, ces études reposaient sur une tradition riche : il faut rappeler ici que Jules Michelet a été l’un des premiers en Europe à diffuser et traduire la pensée de Vico, traduction d’autant plus importante qu’elle servit souvent de référence au XIXe siècle, en Italie même, où certains considéraient que Michelet traduisait en langage clair ce que Vico avait essayé d’exprimer en un italien obscur. Ce rôle de la France a du reste été accentué lors de l’émigration des jacobins italiens à Paris, après l’échec de la Révolution napolitaine de 1799. Vico est devenu un auteur à la mode dans le Paris du début du XIXe siècle et nombreux sont ceux qui s’y réfèrent, de Victor Cousin à Flaubert. Mais d’un autre côté, cette tradition semble s’être tarie avec le XIXe siècle. La traduction de Michelet est épuisée. Il n’existe presque aucune étude sur Vico en langue française, à l’exception des travaux de Jules Chaix-Ruy1, souvent dépassés, d’Alain Pons, de Bruno Pinchard et plus récemment de Paolo Cristofolini2. Trouver une traduction des textes de Vico semblait même une gageure : la traduction de la version de 1744 par A. Doubine en 19533 est épuisée depuis longtemps et présente des aspects souvent discutables, outre des perspectives philologiques dépassées. La réédition en 1993 par les éditions Gallimard de la vieille traduction de la Scienza nuova par la Princesse Cristina Belgioioso ne présente en rien une avancée. D’une part cette traduction est inutilisable, incomplète (L’Idea dell’opera n’est pas traduite), et d’autre part l’édition mentionne à tort qu’il s’agit de la version de 1725 ! Seules sont disponibles les éditions du De Antiquissima par Bruno Pinchard4 et la traduction de l’autobiographie, de quelques lettres ainsi que du De ratione par Alain Pons5.

2Dans ce cadre, la traduction de la version 1744 par Alain Pons constitue un double enjeu : à la fois offrir au public français un texte majeur de la philosophie, mais aussi renouer avec une tradition française extrêmement riche.

  • 6 Ce travail ne fait que compléter les autres traductions de textes italiens par Alain Pons : le Libr (...)

3La traduction d’Alain Pons constitue un travail admirable de précision et de rigueur philologique6. D’une certaine façon, le traducteur a repris à son compte l’interprétation nouvelle de la mythologie par Vico. Ainsi, de même que pour le philosophe napolitain il s’agissait, en créant une nouvelle herméneutique de la mythologie, de s’opposer aux conceptions traditionnelles qui considèrent d’un côté que les mythes et les fables ne sont qu’une illustration rhétorique, esthétique purement décorative et d’un autre qu’ils sont des allégories cachant des vérités aux significations profondes et secrètes, le traducteur offre un texte qui restitue la grande qualité littéraire et poétique du texte de Vico, sans pour autant tomber dans l’obscurité.

4L’attention à la forme du texte de Vico, ainsi qu’aux différents niveaux rhétoriques de la Scienza nuova, apparaît dès l’introduction, dont une partie est consacrée au travail préliminaire du traducteur, ainsi qu’à ses choix théoriques.

  • 7 De rat. , VII.
  • 8 On ne le trouve actuellement en italien que dans l’édition de Fausto Nicolini, Milano-Napoli, Ricci (...)

5Mais au-delà de cette restitution fidèle du texte de Vico, travail que l’on est finalement en droit d’attendre de toute traduction, même lorsqu’il s’agit d’un texte difficile comme la Scienza nuova, la traduction d’Alain Pons constitue à plusieurs niveaux une esquisse de commentaire philosophique de cette œuvre majeure de l’histoire de la philosophie. Outre une introduction précise à la Scienza nuova, le travail préparatoire se complète d’un glossaire présentant à la fois problématiquement les principaux concepts vichiens et justifiant les choix de traduction. Le glossaire est remarquable car il offre une approche problématique du texte. Prenons par exemple le concept d’ingegno qu’Alain Pons laisse le plus souvent tel quel dans la traduction. La justification de ce choix nous éclaire sur la méthode du traducteur : il s’agit ici non seulement de respecter Vico qui considérait qu’un tel terme était intraduisible en français7, mais aussi d’insister sur la force problématique de ce concept vichien. Une traduction littérale ou variable de ce terme l’aurait dissous dans le texte de la Scienza nuova, lui ôtant du même coup toute sa force problématique. Au contraire, en le laissant tel quel, le traducteur, non seulement conserve à ce terme la place centrale qui lui est due, mais esquisse déjà une lecture philosophique du texte de Vico. Plus généralement, Alain Pons manifeste ici l’idée que seule la traduction, ce travail de corps à corps avec le texte, permet d’ouvrir de nouveaux espaces et donc des problématiques nouvelles sur un texte de philosophie. L’ajout de la traduction de la Pratica confirme cette approche philosophique de Vico. Ce texte, difficilement trouvable8, ainsi accolé à la traduction de la Scienza nuova, témoigne de la volonté du traducteur d’offrir une lecture politique du texte de Vico, lecture qui sera, espérons-le, développée plus précisément dans une étude critique. Seul regret face à ce travail : que la table des matières de la Scienza nuova ne soit pas détaillée plus précisément, permettant ainsi une vue synoptique et précise du chef-d’œuvre de Vico.

  • 9 Cf. A. Berman, La traduction et la lettre ou l’auberge du lointain, Paris, Seuil, 1999 [1985], p. 1 (...)

6Ce travail annonce le renouveau des études sur Vico en France. En re-traduisant le texte de Vico, Alain Pons offre au lecteur français une entrée remarquable dans la pensée vichienne, confirmant en cela l’axiome d’Antoine Berman selon lequel c’est souvent dans l’espace de la re-traduction que la traduction a produit ses chefs-d’œuvre9. Le couronnement de cette traduction par le prix Halgérine-Kaminski et le prix de l’Académie des Sciences morales et politiques n’en est que la plus juste récompense. Il ne reste qu’à espérer que l’introduction récente de Vico dans les programmes de philosophie du baccalauréat pourra s’appuyer pleinement sur ce travail et permettre enfin à la recherche sur Vico de se développer à la juste mesure, aussi bien de la tradition philosophique française que de la force conceptuelle du philosophe napolitain.

Haut de page

Notes

1 De cet auteur, voir principalement : La formation de la pensée philosophique de Giambattista Vico, Paris, PUF, 1945.

2 De cet auteur, voir Vico et l’histoire, Paris, PUF, 1995.

3 Paris, Nagel, 1953

4 De l’antique sagesse de l’Italie, Traduction de J. Michelet, présentation et notes par B. Pinchard, Paris, GF, 1993.

5 Vie de Giambattista Vico écrite par lui-même, Lettres, La méthode des études de notre temps, présentation, traduction et notes par A. Pons, Paris, Grasset, 1981. Pour une étude détaillée de l’état des études vichiennes en France, voir l’article d’A. Pons : « Stato attuale degli studi vichiani in Francia », in AA.VV., L’edizione critica di Vico : Bilanci e prospettive, Napoli, Guida, 1997, p. 227-233. Cet article ne mentionne pas la création postérieure (1997) dans le cadre du CERPHI (ENS Lettres & Sciences humaines) d’un Centre de recherche sur la pensée de Giambattista Vico, relié au CNRS (UMR 5037) et constitué de jeunes chercheurs.

6 Ce travail ne fait que compléter les autres traductions de textes italiens par Alain Pons : le Libro del Cortegiano de Baldassarre Castiglione, le Galateo de Giovanni Della Casa, les Ricordi de Guicciardini ou le Saggio storico sulla Rivoluzione napoletana del 1799 de Vincenzo Cuoco.

7 De rat. , VII.

8 On ne le trouve actuellement en italien que dans l’édition de Fausto Nicolini, Milano-Napoli, Ricciardi, 1953.

9 Cf. A. Berman, La traduction et la lettre ou l’auberge du lointain, Paris, Seuil, 1999 [1985], p. 105.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Girard, « Giambattista Vico, Principes d’une science nouvelle relative à la nature commune des nations », Laboratoire italien [En ligne], 3 | 2002, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/382

Haut de page

Auteur

Pierre Girard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page