Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Roberto Bizzocchi, In famiglia. Storie di interessi e affetti nell’Italia moderna

Roma-Bari, Laterza, 2001, XI-215 p., 30 000L / 15,49 euros
Cécile Terreaux-Scotto
p. 190-191
Bibliographical reference

Roberto Bizzocchi, In famiglia. Storie di interessi e affetti nell’Italia moderna, Roma-Bari, Laterza, 2001, XI-215 p., 30 000L / 15,49 euros.

Full text

1Roberto Bizzocchi nous invite dans cet ouvrage à partager l’histoire d’une famille de la noblesse toscane, les Bracci Cambini, pendant cent cinquante ans, de la fin du XVIIe siècle jusqu’au milieu du XIXe.

2L’axe central autour duquel s’articule l’enquête, indiqué par le titre lui-même et clairement énoncé par l’auteur dès l’avant-propos, consiste à démêler l’enchevêtrement constant des « intérêts » (la constitution puis la conservation ou la dispersion du patrimoine) et des « sentiments » (les rapports complices ou conflictuels des membres de la famille).

3Pour ce faire, Roberto Bizzocchi exploite abondamment le fonds des archives privées de la famille, constitué à la fois de documents administratifs (actes notariés, certificats d’achats et de ventes, minutes de procès civils) et de papiers d’ordre privé, tels que les lettres et les « livres de famille ». Si la publication de larges extraits de ces derniers est l’un des aspects les plus riches de l’étude de Bizzocchi, on peut craindre qu’un lecteur non averti éprouve quelques difficultés à prendre la mesure des remarques, par ailleurs fort stimulantes, concernant l’évolution de ce genre d’écriture depuis son apparition au Moyen Âge, d’autant que la bibliographie en fin d’ouvrage est sur ce point réduite à l’extrême. Pour autant, l’étude minutieuse de l’ensemble de ces sources permet à l’auteur de reconstituer le parcours de la famille Bracci Cambini de manière convaincante et vivante, à travers l’histoire particulière de six personnages. Certes, il s’agit là, de l’aveu même de Bizzocchi, d’« histoires partielles ». Mais l’abondance des détails récoltés sur chacun des protagonistes, la diversité des points de vue adoptés par l’auteur, ainsi que la longueur de l’arc chronologique pris en considération, autorisent à voir dans ces expériences individuelles autant d’étapes fondamentales de l’histoire de la famille tout entière.

4En effet, c’est bien souvent en partant de ce qui fait l’originalité d’un destin individuel que Bizzocchi tire des conclusions sur les stratégies familiales de conservation du patrimoine, l’histoire singulière des Bracci Cambini s’inscrivant alors dans une plus vaste perspective, celle de l’histoire de la famille toscane aux XVIIIe et XIXe siècles.

5Le premier chapitre s’ouvre en même temps que les livres privés qu’a entrepris de rédiger au moment de son mariage Leonardo, né en 1663. Dernier né d’une grande fratrie, Leonardo se montre insouciant de la pression qu’exerce son père pour que son frère aîné hérite seul du patrimoine. Son premier acte d’insubordination consiste dès lors à se marier. Un héritage en fidéicommis lui permet en outre d’échapper à son destin de fils cadet soumis pour devenir le fondateur d’une nouvelle lignée, dont l’acte de naissance est pour Leonardo l’adjonction du nom de sa légataire (Cambini) à celui de son père (Bracci).

6Le deuxième chapitre offre le tableau du parfait sigisbée goldonien en la personne d’Antonio Maria, un des fils de Leonardo, tandis que les pages consacrées à Anna, épouse du seul petit-fils de Leonardo à avoir une vie conjugale, brossent le portrait de la dame courtisée. Si cette partie est davantage centrée sur la vie mondaine que sur la vie familiale, elle n’en oublie pas pour autant l’enjeu de l’enquête. Bizzocchi montre en effet comment les Bracci Cambini subissent et reflètent ce qu’il nomme la « crise de transformation » de la société des Lumières, qui défendait la supériorité des intérêts des individus sur ceux de la famille. De plus, en Toscane plus qu’ailleurs, cette prise de position s’est accompagnée d’une série de mesures législatives qui remettaient en cause l’unité et la solidarité familiales autour du fils aîné. La division du patrimoine survenue dans la famille dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, et dont Bizzocchi analyse, parfois de façon un peu aride et ardue, toutes les étapes, doit par conséquent être évaluée dans ce contexte. L’histoire de Lussorio, un des petits-fils de Leonardo, l’illustre également : ses livres privés, contrairement à ceux de son grand-père, ne sont plus centrés sur la famille, mais sur lui-même.

7Le troisième chapitre accompagne les quatrième et cinquième générations de la famille Bracci Cambini jusqu’aux années 1860. Bizzocchi analyse comment dans un premier temps Atanasio prolonge la stratégie de conservation de l’unité du patrimoine développée par son père Antonio, en acceptant de rentrer dans les ordres afin de remplir pleinement son rôle de cadet soumis renonçant à sa part d’héritage. L’histoire de la famille Bracci Cambini se termine toutefois un peu comme elle avait commencé, c’est-à-dire sur le portrait d’un fils cadet rebelle. En rejoignant les troupes de Garibaldi, Atanasio marque en effet non seulement son refus de la carrière ecclésiastique qui lui avait été imposée, mais également son désir d’être considéré comme un membre à part entière de la famille. À l’issue d’un long procès, il obtient d’ailleurs le partage du patrimoine paternel, et, aboutissement de sa désobéissance à la stratégie familiale traditionnelle, Atanasio exclut de son testament les enfants de Nemesio, mettant définitivement un terme à la suprématie de son frère aîné. Bizzocchi voit dans ce parcours le signe d’un profond changement dans les mentalités, qui favorise le passage d’un monde d’intérêts et de sentiments repliés sur la famille à un monde plus ouvert aux droits et aux attentes individuels. Au total, si le lecteur est parfois frustré devant l’évocation trop rapide du contexte historique et social, et s’il lui est difficile de suivre la technicité de certains développements concernant la transmission du patrimoine familial, il n’en reste pas moins que le livre de Roberto Bizzocchi apporte une pierre importante à l’histoire de la famille toscane, prolongeant les nombreux travaux qui portent sur les périodes du Moyen Âge et de la Renaissance.

Top of page

References

Electronic reference

Cécile Terreaux-Scotto, « Roberto Bizzocchi, In famiglia. Storie di interessi e affetti nell’Italia moderna », Laboratoire italien [Online], 3 | 2002, Online since 07 July 2011, connection on 26 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/384

Top of page

About the author

Cécile Terreaux-Scotto

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page